Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 novembre 2008 5 21 /11 /novembre /2008 08:54

De : Sylvie Matton <sylviematton@free.fr>
À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Jeudi, 20 Novembre 2008, 13h07mn 55s


Comme au XVIIème siècle sous Rembrandt, quand on voilait de noir les oeuvres des artistes qui venaient de mourir (voir la dernière scène du Rembrandt de Charles...), sa boîte Café de Flore est sous un voile noir aujourd'hui au Flore.
J'écris cela, et en même temps je me dis que c'est peut-être ainsi, en prenant votre petit déjeuner, que vous avez appris...
Cheers.
S

 


De : Sylvie Matton <sylviematton@free.fr>
À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Jeudi, 20 Novembre 2008, 14h44mn 30s


Formidable ! Très franchement, j'adore cet hommage-là. Il s'est improvisé après, dommage, Charles aurait aimé je pense... Il aimerait, il aime...
J'autorise tout à partir d'aujourd'hui. Avant c'était impossible : attente de réponses travail donc pragmatisme, mais surtout pas besoin de regards de compassion qui sont autant de coups de poignards pendant, ni de conscience de la rumeur autour alors qu'il se battait tant... A l 'Arlequin le 1er mars, j'ai parlé de cataracte. C'était vrai, du moins pouvions encore le croire même si j'étais inquiète. C'est cet après-midi là, qqs heures plus tard que nous avons appris après IRM aux urgences neuro.
De très belles choses vont se produire dans l'année sur (autour ?) de l'oeuvre de Charles, et il l'a su.
Baisers.
S

 

 

Charles Matton aurait beaucoup aimé La Fête de la Couleur hier soir aux Tuileries, avec Céline, nous avons pensé à son Rembrandt.

 

Nous avons croisé à cette fête Eric et Valérie Tong Cuong, Vincent Leclabart, Daniel Colé, François Dumoulin, Claude Couderc et Sophie Gerstenhaber, Thierry Consigny en plein rush.

 

Gonzague Saint Bris était ravi que nous associons linderhof à son appartement, et du coup, nous avons oublié de le présenter à Edith Lecoq.

 

Léa Seydoux était vraiment la belle personne de cette soirée Hermès Unicef.



Message du 20/11/08 à 17h21
De : MONIER Louis <louis.monier@club-internet.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>


Qu'attend-on pour publier un roman de Pierre Bourgeade, le beau-frère de
Paule Constant ?
Amicalement
Louis


(c) Photo Louis Monier

 

Bonjour, c'est Josyane Savigneau qui m'a fait découvrir Laura Kasischke, dont je suis instantanément tombée amoureuse. Je vais me précipiter sur le dernier ouvrage paru - mais je garde de A moi pour toujours une sensation presque physique qui m'habite quotidiennement. Seul un immense auteur peut se permettre cela : s'inviter dans la vie de ses lecteurs et ne plus en sortir !
Bien à vous,
Martine Roffinella.

De : SAVIGNEAU Josyane <savigneau@lemonde.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Jeudi, 20 Novembre 2008, 18h34mn 27s

C'est vrai que j'aime beaucoup cette romancière, mais je n'ai pas pu malheureusement (Le Monde...) faire son dernier livre.
Amitiés
Jo
Je suis dans ma petite île, il faisait beau hier mais froid et je n'ai pas fait gaffe, donc... un peu malade, mais ça passe vite.


(c) Photo Mathieu Bourgois


Ségolène Royal sera t-elle la patronne du PS quand elle viendra inaugurer la semaine prochaine Les Gastronomades d'Angoulême ?


 

De : WOLFF Frédéric <fw@wdwparis.com>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Jeudi, 20 Novembre 2008, 9h58mn 35s


Pierre-Arnaud Gillet expose dans le cadre du mois de la photo. L'Equipe ne vas pas en parler mais je suis sûr que le blog de l'Odéon est de loin bien plus influent.
A bientôt
Frédéric



En revanche, Ségolène ne viendra sûrement pas à la fête de Playboy...

 


 

Message du 21/11/08 à 00h50
De : LOEB Caroline <c.loeb@noos.fr>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>

Objet : venez !


cher David Genzel,
merci de m'avoir mis dans votre blog !
il ne vous reste plus qu'à venir voir le spectacle !
à bientôt,
Caroline

 



Message du 20/11/08 à 11h03
De : ROSSI Sylvestre <sylvestre.rossi@wanadoo.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Objet : Les bronzés barbottent


Cher David,

Ariane Chemin est égale à elle-même dans l'Obs de cette semaine. On apprend sous sa plume que Alain Minc ne sert à rien, que Carla Bruni-Sarkozy fait la mouche du coche et que Christian Clavier a une piscine riquiqui à 20 000 euros. En effet, Ariane rapporte que des femmes corses ont dit « Il a une piscine de merde ». Connaissant l'esprit incommensurablement terre à terre de mes compatriotes femmes, avec 20 000 euros, m'est avis qu'on ne doit pas être loin du compte.

Séquence PUB :

 

 

Parce que la piscine s'est très fortement démocratisée ces dernières années, nous avons décidé de vous proposer les modèles les plus fiables, les plus pratiques et les plus robustes.

Amicalement
Sylvestre

 

Cyrille Fleischman nous fait un grand plaisir avec son Vive la vie...


 

De : CINE REFLET <cine.reflet@wanadoo.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Jeudi, 20 Novembre 2008, 13h55mn 58s

Objet : Gilbert Lascault / Les Vampires de Louis Feuillade


La librairie Ciné Reflet et les éditions Yellow Now vous invitent à rencontrer

Gilbert Lascault
à l'occasion de la parution de son livre

Les Vampires de Louis Feuillade
Yellow Now /// Côté films

jeudi 27 novembre 2008 à partir de 18h30

 

Librairie Ciné Reflet 14, rue Monsieur le Prince /// 75006 Paris
Métro Odéon /// tél. : 01 40 46 02 72 /// tlj de 13h à 20h, parfois le dimanche
cine.reflet@wanadoo.fr /// http://www.myspace.com/cinereflet

 

 

Message du 20/11/08 à 15h09
De : De BONNEVILLE Pierre <pierre@debonnevilleorlandini.com>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

 

Louis Gillet et Moulin : A.S et le 10 : les deux réunis ne font même pas ce que chacun d'eux se donnait comme objectif. C'est lamentable.
Surtout que pendant ce temps-là L'Equipe ne s'améliore pas...

Le divin chauve : il ne comprend pas la pub qu'il achète à son agence ?
Tentative : l'aigle (le gros oiseau du milieu) symbolise son agence qui le plume...
Et à l'extrême gauche, la petite mouche, c'est lui qui se fait gober.

 

Gonzague : avec sa tête de Valéry Giscard en pruneau boursouflé et au teint d'olive mûre.

 

Bravo David (et Cel.), ton blog est un miroir à peine grossissant.

Pierre de Bonneville


Rien sur la bague de Rachida ?
Les bijoux de famille n'ont rien révélé.

 

 

 

 

 

 

 

 

David et Céline vont dans le même bateau


 

Repost 0
David Genzel - dans Culte
20 novembre 2008 4 20 /11 /novembre /2008 09:07

Nous sommes toujours excessifs dans nos choix. Céline me fait traverser tout Paris pour aller à la rencontre de son écrivaine américaine préférée au monde, Laura Kasischke. Nous nous rendons donc à L'imagigraphe, 84 rue Oberkampf pour une signature et je me retrouve avec une nuée de femmes. Récit en anglais de Laura Kasischke, assistée de sa traductrice Céline Leroy, et en présence de la merveilleuse Dominique Bourgois. Un sms de Louis Gillet m'apprend au même moment qu'Aujourd'hui Sport est passé devant le 10 depuis deux jours avec 40 000 exemplaires contre 30 000.


Message du 19/11/08 à 14h05
De : ROSSI Sylvestre <sylvestre.rossi@wanadoo.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Objet : éternels étudiants de Tchékhov

Cher David,

Il y a une chose que je ne comprends pas bien à propos de toute cette agitation socialo-socialiste. J'essaie, peut-être parce que je suis un provincial, pire: un insulaire, d'avoir du bon sens. Quand quelqu'un pue vif, que je sache, on ne se perd pas en conjectures, on dit de lui : « Ce type ne se lave pas donc il est sale ». Les socialo-socialistes n'arrêtent pas depuis des années de se dirent des méchancetés. Ces types sont méchants et voilà tout. Et la jeune garde, jeune seulement par l'âge, n'est pas en reste, au contraire, question méchancetés et crispations ils font fort, jusqu'à nous sortir de la naphtaline le jacobinisme et le souverainisme en guise d'avancées sociales. Les socialistes de 2008 sont méchants. Comme l'éternel étudiant de La Cerisaie de Tchékhov, ils sont « au dessus de l'amour ». Jaurès et Blum, de là où ils sont, doivent bien soupirer face au spectacle de ces vieux étudiants aigres. Les américains, de gauche comme de droite, se réfèrent à Dieu sans complexe. Et John Mc Cain félicite Barack Obama - « notre président » dit-il -- pour sa belle élection. Ségolène Royal, au soir de sa défaite contre Nicolas Sarkozy, dit à son public « nous nous reverrons pour de nouvelles victoires ». Cherchez l'erreur.
Bien amicalement
Sylvestre

 


Philippe Larroque va animer dès le mois de décembre le Talk Orange-Le Figaro Médias.

Le "divin chauve" de Stratégies :
- Demande à Céline ce qu'elle comprend de la pub que Fred & Farid viennent de nous faire page 17 pour la promo de l'hebdo.



Aujourd'hui, sous un ciel gris, Fête de la couleur, Hermès Unicef.


Le pêché de contigüité des journaux. Le carnet de Libé annonce le décès de Guy Peelaert et sa crémation au Père Lachaise, et le titre voisin : "Les cendres vont quitter le domicile".



Déjeuner hier chez Gonzague Saint Bris, dans son Linderhof, pour le lancement de son François 1er.


Hier, je me suis retrouvé avec Patricia Crété d'Historia, Michel Goujon de France Loisirs, France Cavalié de Télé 7 jours, Vincent Meylan de Point de vue, Philippe Delaroche de Lire, Marc Fourny de Gala et Delphine Perras de L'Express. L'éditeur Stéphane Watelet et sa ravissante épouse Caroline, participaient également à ce déjeuner. J'ai appris que Stéphane était le fils du fondateur des éditions Pygmalion, créées en 1974. Gonzague nous a longuement conté l'histoire de ce premier roi moderne.
Sieur Sausin, chef du Prieuré au Clos-Lucé d'Amboise, annonçait les plats Renaissance !

(c) Photo Stéphane Haskell

Céline :
- Tu crois que les campagnes de pub de Gonzague sont prises en compte par le jury Luxe du Grand Prix Stratégies ?!


Simone Veil chez les Immortels votera t-elle un jour pour Gonzague Saint Bris ?



Message du 19/11/08 à 17h08
De : DAVIOT Jean <jean@daviot.net>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>

Objet : Unesco-journée mondiale de la philosophie

Le jeudi 20 et vendredi 21 novembre à l'UNESCO

Pour la journée mondiale de la philosophie et le 60ème anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'Homme sera projetée Si elle / ciel que j'ai réalisée pour la mise en scène du colloque "Psychanalyse, Droits, Savoir" organisé par la revue Insistance et l'UNESCO.

A bientôt,

Jean Daviot

http://portal.unesco.org/shs/en/files/12360/12248431179programme_insistance.pdf/programme_insistance.pdf

http://www.daviot.net
http://documentsdartistes.org/artistes/daviot


Cyrille Fleischman a connu notre blog grâce à Josyane Savigneau et Martine Silber. Pierre Belfond vient de le connaitre par Cyrille Fleischman.



(c) Photo Louis Monier







David et Céline vont dans le même bateau


Repost 0
David Genzel - dans Culte
19 novembre 2008 3 19 /11 /novembre /2008 08:51

Message du 18/11/08 à 19h24
De : MONIER Louis <louis.monier@club-internet.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>


La première fois que j'ai entendu le nom de Claude Lévi-Strauss c'était par un Ami de Florimont à Genève. La Pensée Sauvage l'avait conquis ce qui ne tarda pas à me passionner à mon tour. Ce fut avec une grande joie que le rencontrais au collège de France pour les nouvelles littéraires envoyé par André Bourin, ce jour la je pus le photographier avec un petit panier tressé qu'il avait ramené d'Amérique du Sud. Je le rencontrais quelques années plus tard avec Abel qui lui consacrait un livre d'entretien. C'est formidable de connaitre un Intellectuel de cette dimension !
Amitié à tous les deux
Louis


(c) Photo Louis Monier


De : DELPRAT Christian <c.delprat@jvldir.com>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Mercredi, 19 Novembre 2008, 7h41mn 06s

Objet : AVEC MODÉRATION


Cher David, c'est le grand soir

Le Graal pour un pubeur lyonnais, c'est d'être convié par le quotidien régional à la grande soirée du Sofitel avec dégustation du New Beaujolpif dès 19 heures, le 3ème mercredi de novembre : soit 5 heures avant les noctambules parisiens (mais bien après les japonais). L'inconvénient, c'est que l'on partage ce privilège avec Colomb, Mercier, Noir, un général 3 étoiles, la femme du trésorier principal, la belle-sœur du préfet...et la moitié des commerçants de la ville ! Bref, on se couche tôt ou alors on part en vrille. Heureusement demain soir, je suis à Paris avec des anciens de l'Esp (promo 78) et on m'a prévenu qu'il y aurait une surprise pour l'apéro : du........ nouveau !

Christian DELPRAT


Paul Wermus est candidat à la direction de Public Sénat. Paul Wermus devrait prendre Michel Serres comme lobbyiste, dimanche sur France Info, l'Académicien toujours vert, a fait la promotion du Sénat.


Message du 18/11/08 à 21h45
De : ROSSI Sylvestre <sylvestre.rossi@wanadoo.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Cher David,

J'ai lu en effet l'excellent article de Anne Fulda sur Besnehard et Ségolène. Besnehard me fait penser à ce proverbe corse, délicieux dans le texte, beaucoup moins musical quand il est traduit : « Sempre a cantu, mai nantu » (Toujours à côté, jamais dessus).
Amicalement,
Sylvestre

 


Message du 18/11/08 à 10h28
De : ROLLER Olivier <olivier.roller@free.fr>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>

Merci à vous et à Céline, qui me permet de suivre les publications de mes photos.
Je m'en vais échanger ces images contre un abonnement d'un an à chacun !
Bonne journée,

Olivier

PS : la 'Jeanne' sera exposée dans une foire à Strasbourg (St'art) la semaine prochaine, si vous passez par là : 116x116cm, ouille ouille ouille qu'elle me plaît !


(c) Photo Olivier Roller


Unanimité de la presse autour du film Two lovers de James Gray.

- Tu crois
, dit Céline, que c'est vraiment le dermier film de Joaquin Phoenix ?


Gérard Vié vient d'ouvrir Les terrines, 97 rue du Cherche Midi.


Message du 18/11/08 à 18h24
De : MULLER Karin <iftmuller@wanadoo.fr>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>

Objet : Bande à Baader


Nous sommes allés voir La Bande à Baader. Beaucoup d'Allemands dans la salle archipleine. Il faut dire que le film a fait la une du Spiegel.

J'ai aimé ce film-docu, malgré ses faiblesses - ou peut-être à cause de ses faiblesses... Bien sûr, le climat de l'Allemagne des années 67-68 n'est pas entièrement reconstitué, le réalisateur a axé l'émergence de la R.A.F (Rote Armee Fraktion) sur l'horrible guerre du Vietnam, le refus de la jeunesse de la suprématie totale des Etats-Unis sur le monde. Les étudiants allemands, sous le poids du terrible passé de leurs parents, voulaient changer le monde. Car être fils et filles de bourreaux n'est pas non plus facile. La honte, la culpabilité... La visite officielle du Shah d'Iran et de son épouse à Berlin les a menés dans la rue, dans une contestation pacifiste qui fut réprimée par la police dans le sang, avec une violence inouïe. La reconstitution est impressionnante.

La Bande à Baader, si elle n'explique pas tout, pose la question du terrorisme :
L'assassinat politique relève-t-il du terrorisme ? Pensons à Sartre qui en a débattu lors de sa plaidoirie pour Ben Sadok, cet Algérien qui avait assassiné l'ancien vice-président de l'assemblée algérienne, Ali Chekkal. Sartre ne prétendait pas défendre le terrorisme, mais il trouvait cet assassinat politique justifié, comme il aurait trouvé justifié l'assassinat d'Hitler. Pour Sartre, le meurtre politique, acte individuel, et le terrorisme, manœuvre d'intimidation, sont deux choses différentes qu'on ne peut assimiler.

Bertrand Poirot-Delpech a écrit : « Pour l'auteur des Mains sales, qui cite au passage « Les Justes » d'Albert Camus, on ne saurait assimiler l'assassinat politique, acte individuel à but précis, au terrorisme, qui est une manœuvre d'intimidation. Le témoin évoque Charlotte Corday : qu'il se soit trompé ou non, Ben Sadok a cru obéir à un devoir et répondre au vœu d'une opinion. » Le jury l'a condamné aux travaux forcés à perpétuité.

Quant à Malraux et le terrorisme, le problème est encore plus complexe. Le terrorisme est une des armes de la révolution. Aucune révolution dans l'Histoire n'a été faite sans terreur, sans bains de sang. La « Terreur », avec une majuscule, représente deux périodes de la Révolution française qui ont mené à des massacres, notamment ceux de septembre 1792 qui ont fait un bon millier de morts. Et la Grande Terreur enverra plusieurs dizaines de milliers de personnes à la guillotine, sans oublier celle de 1937-1939 et ses grandes purges en Union Soviétique qui ont décimé la IVe Internationale !
Bien entendu, guillotiner, assassiner et mettre une bombe dans un métro, ce n'est pas la même chose. Mais c'est tout pareillement... horrible. La terreur d'aujourd'hui, c'est-à-dire les explosifs déposés n'importe où, se réfère à une cause tellement sacrée que leurs auteurs considèrent que tout est permis ! C'est la cause de la libération des peuples, si chère à Sartre. Et que dire de nos horreurs à nous, en tant que colonisateurs...

"Le terrorisme, c'est l'espoir (...) sans espoir, le terrorisme meurt". Malraux a lié cette chose admirable, l'espoir, à l'horreur du terrorisme. C'est un vrai sujet de discussion, de réflexion pour Malraux - un peu moins cyniquement que pour Sartre. La condamnation que l'on peut porter sur le geste est limitée par la grandeur de l'objectif. Or aujourd'hui, le terrorisme n'est plus un sujet de discussion. On le rejette fermement et violemment. Point final.
Lorsque les Irlandais du Nord mettaient une bombe au grand Hôtel de Brighton, visant la Dame de Fer ou lorsqu'ils tuaient Lord Montbatten, leur seul objectif était la libération de leur pays. A-t-on droit à tout pour libérer son pays ?

C'est donc une question très complexe que ce film soulève. Il n'y a pas de grande cause dans l'Histoire sans terrorisme. Les Israéliens ont commencé par assassiner en 1944 Lord Moyne, le ministre britannique des affaires du Moyen-Orient et en 1946 un certain nombre de hauts fonctionnaires anglais à l'hôtel King David de Jérusalem. Il s'agit bel et bien de terrorisme.
Depuis la destruction des tours jumelles de New York, symboles de la puissance américaine, le débat sur le terrorisme a cessé. Il est le mal absolu et il faut le combattre, à tout prix. Il n'est plus un sujet de polémique. Peut-être, pourtant, devrions-nous plus nous pencher sur notre Histoire...et reprendre le débat.

Sartre est allé rendre visite à Andreas Baader dans sa cellule : « Je suis venu par sympathie d'un homme de gauche pour n'importe quelle formation de gauche en danger ; ce qui est une attitude qui, je crois, devrait être générale ». Sartre savait que Baader, Meinhof, Ennslin etc. étaient traités d'une façon inhumaine et en était révolté. Quoi de plus légitime. Pourtant, il ne partageait pas leur combat.

Toutes ces réflexions sont le résultat d'entretiens que j'ai eus avec Jean Lacouture (sur Malraux, publiés chez André Versaille Editeur) et Michel Rybalka (sur Sartre, non encore publiés).

Bref, allez voir ce film...

Karin Müller


Mesrine
, La bande à Baader, bientôt Carlos. Dans une chronique des années 80, Jean-Patrick Manchette avait anticipé :


"Quand le retour violent du négatif apeure certains, ceux-ci consomment volontiers sa représentation, comme substitut et exorcisme, surtout si elle est ouvertement référentielle"


Je n'étais pas retourné à La vielle grille depuis Maurice Fanon et Lionel Rochman. C'est dire.

J'y suis retourné pour le splendide récital d'Enikö Szilagyi, j'y retournerai pour Primo Levi et pour Alain Jean-Marie, celui qui me séduisait tant dans ses prestations avec Barney Wilen.


Xavier Casile nous adresse un signe de Suisse avec son livre helvete.


Et Caroline Loeb aux Blancs Manteaux dans « Mistinguett, Madonna et moi » accompagnée à l'accordéon par Patrick Brugalières, véritable cinglée du Music-Hall, passe en « revue » avec humour un répertoire qui lui ressemble, insolent et glamour, de Mistinguett à Madonna en passant par Gainsbourg, Juliette, Joséphine Baker, Yvette Guilbert et Annie Cordy.


Closer nous révèle que Denis Olivennes et Inès de la Fressange ne se quittent plus. Ils auraient pu se rencontrer au Flore. Trop simple pour une rencontre. Il fallait effacer le dîner Nicolas/Carla. Donc Denis a rencontré Inès lors d'un dîner !



David et Céline vont dans le même bateau





Repost 0
David Genzel - dans Culte
18 novembre 2008 2 18 /11 /novembre /2008 08:51



Les journalistes ne font pas souvent les titres de leurs articles. Alors, tout en rendant hommage à l'article d'Anne Fulda sur Dominique Besnehard et Ségolène Royal, dans le Figaro de ce matin, je mets en exergue l'allitération du titre :

"Besnehard : sa star, c'est Ségo"

Entre la fille de l'officier de droite et la fille du catho de gauche, nous avons choisi : Ségolène peut afficher à ses côtés Dominique Besnehard et Pierre Bergé, références, différences et... déférence. Dominique Besnehard et Pierre Bergé aiment les femmes et savent les mettre en valeur.

(c) Photo Fabien de Serres

C'est le PS de Michel Hébert qui nous amuse...


Message du 17/11/08 à 11h36
De : HEBERT Michel <michel.hebert@jumpfrance.com>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>


Quel spectacle que celui du PS !

A l'heure ou le monde entier cherche « ensemble », des solutions aux problèmes économiques qui nous menacent, à l heure ou les américains, les asiatiques, les européens, les pays émergents, se réunissent pour avoir une solution collective d'urgence, à l heure ou tout le monde devant la gravité de la situation se dit que « les egos peuvent attendre », à l heure ou les américains se disent que, oui leur système de libéralisation à outrance doit être revu, et même M Trichet se pose des questions sur « sa » politique (c'est dire) au milieu de celles des autres et se dit qu'il serait bien de se coordonner avec les autres... le PS pendant ce temps passe du temps à ergoter sur de manœuvres de prises de pouvoir par les uns ou les autres en affirmant bien fort la main sur le cœur « non je vous jure je ne fais pas un combat perso ». Hypocrisie totale, amplifiée par les médias qui ont joyeusement couvert l'événement... Même la droite était consternée de ne avoir une opposition qui mérite son nom... C'est vous dire

Michel Hebert

PS : Je conseille au PS un livre : Raisonner Métis. Je suis prêt à leur acheter.


Marseille aussi soutient Ségolène...

Message du 18/11/08 à 02h21
De : JELIN Patrick <talktome@save-the-world.com>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>

Objet : Blog Jelin, Marseille 2013


Marseille, une grande ville bien trop complexe pour que l'on puisse en un week-end dégager une impression. Je n'ai certainement pas l'intention, en une seule image, de réduire le flux des idées qui émergent de ma courte visite. Mais, « Juste une photo » est un exercice qui impose des limites, alors pardonnez le raccourci que dégage ma photographie de cette semaine. En se préparant pour 2013 à devenir ville Européenne de la culture, Marseille se refait une image qui répond à la demande d'un tourisme international plus concerné par le Musée que par l'ambition sportive des supporters de l'Olympic. Une Dualité que symbolise ce paquebot ancré si près de la vieille ville Phocéenne.

Patrick Jelin

Juste Une Photo

En attendant 2013
Novembre 2008-11-10
Marseille


Le musée du quai Branly va fêter le 28 novembre les 100 ans de Claude Lévi-Strauss.


(c) Photo Louis Monier


Karin Müller nous rapporte de son voyage à Tokyo avec Madeleine Malraux et François Marthouret une photo provocatrice de l'acteur des pièces de Pessoa.


Céline a pu photographier le porche du 88 rue Bonaparte, l'immeuble de l'auteur de Dora Bruder...


Caroline Loeb a signé certaines mises en scène des récitals de Michel Hermon.

De : JAILLARD Xavier <xavier-jaillard@wanadoo.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Lundi, 17 Novembre 2008, 15h30mn 18s

Objet : Lundi 24 novembre : Texte, Musique, Chanson, une Grande soirée au Studio Raspail


Soirée - Découverte Théâtrale du lundi 24 novembre 2008 à 20h30

au Studio Raspail, 216 bd Raspail à Paris 14è (m° Raspail ou Vavin)

Sous la plume de la caricaturiste Marielle-Frédérique Turpaud...

André Degaine : Les Géants du théâtre en 2 mots
The Island, Antigone et l'Apartheid (au Lucernaire)
La chronique de Philippe Person : Dialogue avec une pièce
Caroline Loeb Minstinguet, Madonna et moi (théâtre des Blancs-Manteaux)
Tout à vous, George Sand, de et avec Valérie Sarrouk et Stéphanie Tesson (théâtre le Ranelagh)
De qui est-ce ? le jeu avec Marie
Comédie musicale de Camille Turlot et Eric Szerman Epouse moi (théâtre 12)
Nathalie Joly dans Je ne sais quoi Yvette Guilbert, ses chansons... (à la Cartoucherie).


Céline revient du Bon Marché, de la galerie imaginaire, avec un formidable cadeau : la carte de visite modulable, adaptable à chaque personne !


Et le plaisir de retrouver Jean Chalvidant avec qui j'ai donné tellement de cours en commun, en fondateur de Critica.


Je montre à Céline le "Que sont-ils devenus" de La Croix avec Wangari Maathai, prix Nobel de la Paix et globe-trotter de l'écologie, elle s'exclame aussitôt :
- Mais le portrait est d'Oliver Roller !





David et Céline vont dans le même bateau















Repost 0
David Genzel - dans Culte
17 novembre 2008 1 17 /11 /novembre /2008 08:51

L'Echange est un film sublime, forcément sublime, et Angelina Jolie est aussi remarquable dans cet Echange que Nathalie Richard dans celui de Claudel qui se joue actuellement à La Colline.



Hier, à 16h au Flore, Pierre Moscovici est assis à table sous le bouquet, se levant sans cesse avec le portable à l'oreille, allant le recharger à la caisse, accueillant une splendide métisse à sa table. Au moment de partir presque trois heures plus tard, il s'est pris dans les manches de son imper. Impair et manque !


A la table face à Moscovici, le couple improbable : Florence Darel et Pascal Dusapin.


Nous ont rejoints Karin Müller et Eniko Szilagyi, et plus tard Eric Bousquet et Henri-Christian Schroeder. Eniko qui a fait de son domicile 55 rue Bonaparte une chanson, nous a montré avec émotion une lettre de Cyrille Fleischman.

 

Paris, le 16 mai 2008

Chère Enikö Szilagyi,

C'est avec bonheur que je vous confirme tous mes sentiments d'admiration après vous avoir entendue dans cette si belle prestation artistique que vous avez nommée "Un kaddish pour Barbara".

Un quasi-hasard (je crois aux hasards, car ils sont plus que des hasards, ils sont des signes peut être ! ), un quasi-hasard donc avait fait programmer par notre chère Anne Quesemand la lecture publique d'une de mes nouvelles à la Vieille Grille, en prélude indépendant de votre propre hommage à Barbara..

Mon épouse, quelques amis réunis et moi-même qui étions restés présents alors, avons tous été immédiatement envoûtés par la qualité exceptionnelle de votre prestation si forte, si originale, si profonde.

J'ai dit envoûtés ; en réalité, et de façon plus simple et plus populaire nous avons été ...époustouflés !

Votre voix, votre diction, votre profonde expérience de la scène, et même votre imperceptible et sympathique accent, donnaient à votre spectacle ce côté « à part « -exceptionnel- qui ne peut qu'enchanter et qu'on ne rencontre que très rarement. Très rarement!.

Je parle depuis - et mes amis aussi - souvent de vous en spectateur heureux. Je le fais à chaque fois que je le peux, car l'enthousiasme pour une artiste de qualité exceptionnelle ne doit jamais se cacher.

Cet enthousiasme doit se dire, se répéter, se répandre en ville. Aussi, je vous autorise bien volontiers à montrer à qui vous le souhaiterez ce simple mot rapide confirmant toute l'admiration d'un très modeste auteur pour une grande artiste..

Vôtre,

Cyrille Fleischman



Eniko a également chanté Kurt Weill à L'Archipel où Delphine Volange va de nouveau se produire.

Message du 14/11/08 à 09h57
De : GATARD Christian <christiangatard@gatardresearch.com>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>
Objet : pour info : le nouveau concert de Delphine Volange...

... car Delphine Volange revient.
- Elle était partie ?
- Non, David, c'est une figure de style...
- Ah je respire, Christian, je respire...
- Elle revient quand ?
- Le 27, c'est marqué sur l'affiche. Ca va être encore plus... encore plus... Volange !!!
- ?


 Karin Müller de retour de Tokyo et de Sidney, nous parle de Denise René.


De : MULLER Karin <iftmuller@wanadoo.fr>

À : ZREHEN Richard <r.zrehen@gmail.com>

Date : 15 novembre 2008 15:49:56 HNEC

Objet : blog de David G

(c) Photo Patrick Jelin

Bonjour Richard,

Je viens de lire votre mail sur le blog de David... J'étais avant-hier chez Denise René... 97 ans, droite comme un i, sur des talons à donner le vertige, le cheveu toujours couleur ébène et le regard scrutateur et incisif, celui qui savait dénicher les talents de demain.

Ils étaient tous au mur, vos aimés... Herbin, Soto, Vasarely et autres Agam, Schoffer, Boto ou Morellet. Un vivant, heureusement... Cruz-Diez... qui m'a serrée dans ses bras avec la chaleur que je lui ai toujours connue. La première fois, je devais avoir... 3 ans, peut-être 4... C'était il y a... plusieurs décennies...

Nous l'exposerons bientôt car, vous l'avez compris, de grandir parmi les artistes et les galeristes laissent des traces...

Bien amicalement,

Karin


Vendredi soir, avec Marie-Hélène du Flore et sa ravissante fille Elodie, nous avons fait la rue de Lappe ! D'abord le Balajo où Cyril Grégoire nous a formidablement accueillis.

Quel bel endroit pour des rencontres événementielles...

Puis, nous sommes allés dîner à La galoche d'Aurillac où Pierre a fait déguster toute la cuisine auvergnate à Céline.

Message du 14/11/08 à 10h39
De : ROSSI Sylvestre <sylvestre.rossi@wanadoo.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Objet : Cap & Saint Germain


Mon cher Cap, pas plus grand qu'Oléron mais une montagne, cette semaine j'ai fait le Monte Capra et le Monte Stello, c'est plus amusant qu'un footing mais ça prend du temps, hélas, à chaque fois quatre heures. Bien loin du Flore mais avec vous par la pensée. J'adore La Hune et la rue Jacob. J'ai été concierge pendant dix jours chez Jean Charles de Castelbajac dans sa maison de couture rue Cassette (C'était pour déconner, pour jouer à Robert Walser), à l'époque son équipe de stylistes cosmopolites était chargée de dessiner des petits nounours pour un imprimé.

Mes hommages à Céline. Amicalement à vous, David.

Sylvestre

 


De : LORIN Christian <cl.comvoce@yahoo.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Dimanche, 16 Novembre 2008, 13h13mn 49s

Objet : Compte rendu la nuit des Publivores ce dernier vendredi... avec l'ESP


La clientèle rajeunit de plus en plus et les films débutent réellement à 1h du matin, après des animations "bonne enfant" : la Bande à Basile, Chantal Goya... Cette année, c'était L'ESP (Ecole Supérieure de Publicité) qui était le partenaire de l'équipe animation promotionnelle : Café Maxwell et Rocher Suchard ; J'ai fait la promo du blog de l'Odéon auprès des étudiants ! Une cuvée moyenne .Quelques créativités de second degré et des créations totalement loufoques. Par contre, un point Fort : la défense de l'éthique. Quasiment tous les spots qui défendaient des causes générales et humanitaires étaient applaudis.
Par contre, trop moraliste exagéré ne passait pas et Carla B pour Lancia fut huée. Question résistance : j'ai tenu jusqu'à 6 h du matin et ai abandonné 1heure avant la fin ; Ceci étant des plus jeunes avaient déjà déserté la salle bien avant...
Et Vive la Pub !

Christian


Message du 15/11/08 à 17h19
De : CHALVIDANT Jean <chalvidant@wanadoo.fr>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>

Objet : Des nouvelles du quotidien Critica


Mon cher David,

Ton blog fait ma réjouissance de chaque jour et l'Odéon comme centre de l'univers vaut bien la gare de Perpignan.
Quelques nouvelles de Critica : la nouvelle version du quotidien "pertinent et impertinent" est désormais en ligne sur www.critica.fr et il est beauuuuuuu (comment ça, subjectif ? Mais non, ce sont nos lecteurs qui le disent, m'enfin !)
Ceux de tes nombreux lecteurs qui aimeraient avoir le widget gratuit sur leur site et/ou blog et afficher les informations Critic@ pour valoriser leur support peuvent le faire sur :
http://www.widgetbox.com/widget/critica
Ils peuvent télécharger et installer cet outil gratuitement. Il sera un + sur leur site, mis à jour 4 fois par semaine, alimenté par nos flux RSS sans rien avoir à faire.

C'est un peu technique, tout ça, mais le résultat vaut le dép
lacement.

A un de ces jours, au Flore ou ailleurs. La bise.


Jean Chalvidant

Editeur Critica
www.critica.fr
chalvidant@critica.fr (professionnel)
chalvidant@wanadoo.fr (personnel)


Jacques Derrida avait l'habitude de dire qu'un point de vue, c'est être aveugle. Or, cette chronique de Point de vue, justement, est très clairvoyante... !



Kamel Mennour prend tous les matins à 8h son café au comptoir du Danton, tiré à quatre épingles. Les galeristes de Saint-Germain reconnaissent pour la plupart qu'il a rehaussé le niveau artistique du quartier. Ce vendredi 28 à 19h, vernissage du sublissime Djamel Tatah.

 


 

 


David et Céline vont dans le même bateau















Repost 0
David Genzel - dans Culte
14 novembre 2008 5 14 /11 /novembre /2008 08:40
Ce jeudi 13 a vraiment été une journée culte. Déjeuner à l'étage du Flore avec Josyane Savigneau et récital à la Péniche Opéra de Michel Hermon.


Josyane venait de chroniquer dans Le Monde Vilains moutons de Katja Lange-Müller, édité par Laurence Teper.

Josyane apprécie beaucoup Laurence Teper parce qu'elle ne fait jamais le complexe du "petit" éditeur. Elle édite, un point c'est tout. Horreur des gens qui justifient tout par la petitesse.
- Donne-moi un petit quart d'heure pour que je te présente un petit travail avant d'aller au petit coin. Ces gens-là ne connaissent même pas la petite mort !

Josyane m'a raconté une anecdote époustouflante : comment Edwy Plenel persuadé que Jacques Derrida allait avoir le Prix Nobel avait fait bosser tous les journalistes sur un dossier spécifique au philosophe. Elfriede Jelinek avait eu le Prix Nobel et la bio avait servi au décès de Derrida quelques jours plus tard.


Et le soir, avec Céline, moment de grâce infinie avec le récital de Michel Hermon, quai de la Loire. Déjà, nous avons dîné dans le même restaurant - produits bio - que Michel Hermon et son pianiste Christophe Brillaud. Ce soir-là, ce ne furent ni Edith Piaf ni Marlène Dietrich, mais Léo Ferré et à ma grande surprise, Céline préférait Ferré à mes égéries. Notre président devrait aller écouter Hermon chanter La Marseillaise de Léo Ferré les mains dans les poches. 


Céline n'avait vu Michel Hermon qu'au théatre, elle a compris pourquoi je l'aimais autant en chanteur.


Katia Kermoal nous a fait plaisir avec sa belle photo de Karl Lagerfeld dans Le Daily Neuvième.


Nous lui dédions le texte d'Irina Ionesco paru dans L'en-Je n°10 où elle raconte comment elle s'est mise à la photographie.

(c) Photo Irina Ionesco, La Vénus de New York, 1992

(c) Photo Irina Ionesco, Madame Edwarda, 1985


Très beau numéro hors-série du Magazine Littéraire : Sade, les fortunes du vice, avec un très beau texte d'Eric Marty : Foucault contre Foucault ou le Sade du miroir.


Edith Lecoq nous a signalé le Prix du Style remis au Lup à Bernard Quiriny pour Contes carnivores, aux éditions du Seuil.


Message du 13/11/08 à 14h17
De : RADLOVIC Alexandra <alexandra7@mail.com>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>

Objet : Le Comptoir

Hi David, Hi Céline,

Mes amis de L.A, Barbara & Michael Grayson, ont adoré
Le Comptoir, l'accueil chaleureux et le ménu gastronomique divin!
Félicitations au chef!
Merci encore pour aider des américains de découvrir la gastronomie française!
Vive la République, vive la France!

Bisous,
Alexandra :)

voici le mail de Barbara Grayson :

Dear Alex,
We had the most wonderful dinner and evening at Le Comptoir last night.
The food and the ambiance were absolutely perfect.
A perfect gastronomic delight.
Thank you so very much.
Barbara Grayson



De : MEYER Benoît <meyersports@gmail.com>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé : jeudi 13 novembre 2008 16:02

Objet : Invitation exposition --- Alicia Dubnyckyj


Alicia Dubnyckyj

Vernissage le dimanche 16 novembre 2008
Exposition du 14 au 30 novembre 08

Galerie Ariel Sibony

28, place des Vosges

75003 Paris

10h30 -19h30

www.arielsibony.com


Carla Bruni va-t-elle venir avec son sac jaune Colette à la nuit de la Fête de la couleur aux Tuileries ?



De : CINE REFLET <cine.reflet@wanadoo.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Mercredi, 12 Novembre 2008, 14h29mn 14s

Objet : René Clément par Denitza Bantcheva

La librairie Ciné Reflet vous invite :
Denitza Bantcheva dédicacera son livre
paru aux Editions du Revif

RENÉ CLÉMENT

Mercredi 19 novembre à partir de 18h30

Première étude exhaustive de l'oeuvre de Clément, cette monographie permet au lecteur de suivre le parcours artistique d'un maître qui a traversé l'une des périodes les plus riches en mutations du cinéma français : les années 1945-1975. Figure de proue du renouveau de l'après-guerre, récompensé de deux Oscar et reconnu dans le monde entier dès ses premiers films, Clément a été attaqué ensuite par la Nouvelle Vague, et injustement assimilé au cinéma traditionnel, sans cesser pour autant de faire des expériences dont l'originalité ressort avec le recul. Outre l'analyse de son oeuvre film par film, le livre offre un commentaire de sa thématique et de sa stylistique, qui met en évidence leur cohérence profonde. Des entretiens avec des proches et des collaborateurs du maître (Alain Delon, Michèle Morgan, Brigitte Fossey, Claude Bolling...) viennent compléter l'étude. Denitza Bantcheva a publié de nombreux livres, dont plusieurs ouvrages de cinéma qu'elle a dirigés. Aux Éditions du Revif, elle est l'auteure de l'ouvrage de référence JEAN-PIERRE MELVILLE : DE L'OEUVRE A L'HOMME et d'un roman, LA TRAVERSEE DES ALPES dont la critique a salué l'envergure et l'originalité.

Librairie Ciné Reflet 14, rue Monsieur le Prince 75006 Paris - Métro Odéon
tél. : 01 40 46 02 72 tlj de 13h à 20h, parfois le dimanche
cine.reflet@wanadoo.fr
http://www.myspace.com/cinereflet





David et Céline vont dans le même bateau

















Repost 0
David Genzel - dans Culte
13 novembre 2008 4 13 /11 /novembre /2008 08:46
Apollinaire Consigny par Bettina Rheims


Céline :
- Tu crois que Michel Hermon va nous chanter ce soir Le pont Mirabeau à la péniche Opéra ?

Petit déjeuner hier matin au Flore avec Thierry Consigny qui me décline toute l'opération Fête de la couleur Hermès avec un name-dropping ravageur à la Jay McInerney.
- J'ai connu, me dit-il, Yamini Kular-Cohen, directrice de la communication d'Hermès par mon amie Colombe Schneck.
Colombe est candidate
pour Val de Grâce au Prix Interallié qui est remis aujourd'hui.
- Yamini a épousé Christophe Barbier à la mairie du VIe en présence de Carla Bruni. L'Express est partenaire de notre opération Hermès-Unicef...
Et Thierry m'expose tout le dispositif mis en place avec Decaux. Et, coïncidence de l'histoire, Jean-Claude Decaux déjeunait à la table voisine. Léa Seydoux sera la marraine de la Fête de la couleur.

(c) Photo Nicolas Hidiroglou

Puis, Thierry me raconte son déjeuner avec son autre fils Charles, l'éditeur de Spring, et Kappauf qui suit les aventures journalistiques de Charles avec bienveillance.


De : Spring Magazine <magazine.spring@gmail.com>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Lundi, 10 Novembre 2008, 11h20mn 24s
Objet : Exclu : a day with... Kappauf

A day with...
KAPPAUF

en ligne sur le blog de Charles Consigny

http://charlesconsigny.unblog.fr


Le Prix Goncourt s'oppose au "charter" d'Afghans nous signale Le Parisien.

(c) Photo Patrice-Flora Praxo

Louis Monier nous livre la photo de la dédicace de Marceline Loridan-Ivens à La Hune et m'offre en sus le portrait d'une des charmantes libraires.

Message du 12/11/08 à 16h47
De : MONIER Louis <louis.monier@club-internet.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

A la Hune m'évoque ce petit bistrot près de la bourse où les ouvriers du
livre se taisaient quand Claire Bretecher arrivait en notre compagnie
pour célébrer sa beauté.
Aujourd'hui les livres et les revues de cette librairie font partie du
mythe littéraire parisien.
Louis


(c) Photos Louis Monier


Céline exulte en me montrant la une du Figaro Littéraire de ce matin :
- Le François Mauriac devant la télévision que l'on m'a offert chez Bartillat la semaine dernière, fait la une !


Mardi soir, nous sommes allés à l'avant-première du dernier film de Jean-Claude Brisseau : A l'aventure. Le film devait sortir le 19 novembre. Il est reporté à janvier. Ce film est, semble-t-il, le testament de l'auteur de Noce Blanche. Public masculin, comme si nous assistions à une projection au Brady, mais Brisseau n'a pas la truculence de Jean-Pierre Mocky.

Le film se veut sadien. On demandera à Philippe Sollers ce qu'il en pense...

(c) Photo Stéphane Haskell


De : WATELET Stéphane <sw@editionstelemaque.com>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Mardi, 11 Novembre 2008, 21h12mn 23s

Objet : Triste tropisme ?

Cher David,

Vingt ans après avoir fait ta connaissance à la naissance de MGTB (et de CB news qui abritait rue du Pont Neuf, dans les bureaux de l'agence ses premiers feuillets) c'est cette fois un écrivain qui nous réunit : Gonzague Saint Bris (que tu croisais il y a peu chez Gérard Gros) dont nous publions, dans dix jours, le nouveau livre François 1er et la renaissance...

Une remarque en passant : à la lecture régulière de ton blog, l'appétence manifeste des publicitaires pour le monde de la musique, de la mode, de l'édition (en fait de tout ce qui n'est pas la publicité) ne se dément pas, le contraire est désespérément rare... triste tropisme ?

Amicalement

Stéphane

Double PS (si j'ose dire en ces temps troublés) de nos dernières parutions :

- Nouveau de Joe la Pompe co-édité avec CB et préfacé par Christian Blachas : les publicitaires seraient-ils copieurs et vaniteux à la fois ?
- Portraits d'auteurs : 40 écrivains (dont Gilles Leroy, le Goncourt de l'an dernier - pardon Atik Rahimi) photographiés par Stéphane Haskell s'incarnent dans leur personnage de fiction favori.


De : ROBERT Daniel <daniel.robert.one@wanadoo.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Mercredi, 12 Novembre 2008, 13h59mn 25s

Objet : Tr : Annie Leibovitz et Daniel Robert

L'introduction de David.

Ach ! David ! Ton introduction sur les contributions de tes amis publicitaires sur l'abribus Lavazza a réveillé un puissant souvenir.
Georges Peninou !

Je ne veux pas faire de ton blog un « Radio Nostalgie ». Pourtant... développer une relation avec cette pure intelligence a été l'une des grandes satisfactions de ma vie.
Bien que je portasse encore des culottes courtes, Marcel Bleustein Blanchet m'avait désigné comme responsable de la réflexion sur l'image de Publicis !
Chance pour moi, gamin qui n'avait fait « que : BNP. Pour parler franchement, votre argent m'intéresse ! » d'ausculter en profondeur, chacun des services de cette grande agence, sans aucune, absolument aucune, exception.
C'était un cadeau sans prix.
C'est très probablement cette Exploration Globale qui m'a permis plus tard d'instaurer chez Robert & Partners cette méthode de travail qui cassait toutes les barrières entre les compétences pour au contraire les mettre en coopération intense, sous forme de happenings.
C'est aussi sans doute cette méthode d'accélérateur de particules de compétences qui nous permît de faire face à tant et tant de compétitions !
Cadeau enfin, pour pouvoir manager la globalité de mon agence. On dit en effet que si l'on ne connaît pas le travail d'un employé, on ne peut pas le diriger, ou même bien le choisir.
Et je dois l'avouer là aussi : j'ai eu la chance d'avoir pour l'essentiel des collaborateurs que je trouvais exceptionnels.
Bon, David, il te reste à choisir un morceau de musique pour accompagner mon texte : les Beatles ?
Et comme visuel ? Il faudrait trouver quelque chose autour de la « Nostalgie du Futur ».
A moins d'en faire une accroche ? Excuse-moi, mon cerveau m'appelle !
A bientôt. Amitiés.

Daniel Robert


De : PEYRAT Richard <r.peyrat@noos.fr>
A : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>
date : 11 novembre 2008 19:51

(c) Photo Annie Leibovitz

C'est quand même curieux que personne sur la photo Lavazza, ne fasse le rapprochement avec Susan Sontag. Lorsqu'elles vécurent ensemble, je ne sais plus laquelle (je pense Susan) disait (de mémoire) : « La manière dont nous concevons la photographie est quelque chose qui doit donner une apparence de participation ». Cette photo est exactement cela, et sacrément ! Mais tout le monde est obsédé que ce soit signé d'une marque.

Amitiés


De : DUMOULIN François <fdumoulin@signeascendant.com>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Mercredi, 12 Novembre 2008, 9h33mn 18s


Bonjour David,

Tu m'interroges sur cette pub Lavazza, et je réponds à ton mail, bien sûr sans louvoiement : je déteste cette image où femme nue, fourrure, et bestialité, sont autant d'ingrédients du berlusconisme. Ce n'est pas le moindre paradoxe de cette Italie que j'adore, que de faire se côtoyer le raffinement et l'élégance avec la vulgarité (il suffit d'allumer la télé locale ou d'entendre Berlusconi parler du bronzage d'Obama pour s'en convaincre). A ce titre cette affiche Lavazza est une terrible synthèse de cette Italie paradoxale.
Par ailleurs, quand on prétend renouveler l'italianité de la marque en invoquant les mythes fondateurs de l'empire romain, on renoue avec des images dont le fascisme faisait son miel. Rien d'étonnant au moment où les édiles romains font la chasse aux étrangers ! Bref, une image qu'il faut se garder de prendre à la légère, et sachons nous souvenir du temps où les loups étaient rentrés dans Paris.

Amicalement à toi et à Céline,
François


Message du 11/11/08 à 19h50
De : JELIN Patrick <pjelin@axialys.com>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>

Objet : deux images volées à Annie L

Cher David,

Voici deux images volées à l'exposition d'Annie au « Musée Européen de la photographie »
Je n'ai pas pu résister. D'abord ce portrait d'Avedon me regardant de travers qui semble me dire: « vas y p'tit..., » je l'ai pris comme un direct du gauche.

La seconde image est cette vue panoramique de l'installation kaléidoscopique du travail d 'Annie, où l'on voit comment se mélangent les images privées et publiques. Une écriture qui est par son esprit très proche de Boltanski où l'on redécouvre la « dramaturgie » comme ferment de l'âme.
Patrick Jelin


De : HUG Catherine <c.hug@wanadoo.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>
Envoyé le : Dimanche, 9 Novembre 2008, 18h07mn 39s

Objet : Save the date 15 novembre vernissage galerie Catheine et André Hug



Galerie Catherine et André Hug
9 rue de l'Echaudé
75006 Paris
tél-fax 01 43 26 93 75
http://www.galeriehug.com

Hier soir, au Palais des sports Marcel Cerdan de Levallois, remise du Grand Prix Stratégies Sports à Adidas. Mon ancien étudiant, Bruno Fraioli, avait préalablement dévoilé le résultat en chaussant ses baskets à trois bandes. Le "divin chauve" de Stratégies a évolué dans une chorégraphie à la Max Guazzini !


Dans Challenges, sous les plumes de Routier et Fauconnier, un très méchant papier sur BHL :
"BHL troque le looser Houellebecq pour le winner Obama"





David et Céline vont dans le même bateau



Repost 0
David Genzel - dans Culte
11 novembre 2008 2 11 /11 /novembre /2008 16:53

Céline a été interpellée par cette affiche Lavazza boulevard Saint Germain. Elle s'est aussitôt renseignée :
- Tu compprends pourquoi elle m'a autant frappé... c'est une photo Annie Leibovitz ! Annie Leibovitz qui vient de réaliser les photos du dernier calendrier Lavazza !


Depuis les décès de Georges Péninou et de Pierre Lemonnier, je n'ai plus d'interlocuteurs pour analyser certains manifestes publicitaires. Dominique Quessada fait pâle figure dans Marianne ! Il reste heureusement quelques plumes publicitaires pour décrypter cette louve...

De : ROBERT Daniel <daniel.robert.one@wanadoo.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Mardi, 11 Novembre 2008, 10h58mn 43s


Après m'être longuement penché sur cette femme à quatre pattes, j'ai senti venir une grande joie.
Mêlée d'une grande rigolade : ces italiens !
Bien sûr ! La louve romaine nourrit Remus et Romulus !
C'est la publicité empire...
Et comme la promesse d'un café est la saveur, il font dans le bon goût :
les seins de la femme sont de sublimes distributeurs d'expressos !
Mais ils ne disent pas où il faut mettre la capsule... Sans doute ont-ils pensé qu'il y avait une limite au bon goût.
Toutefois, si l'on veut « décoder » à fond, il eût été normal qu'elle fût noire, ou tout au moins métisse... Obamo.
Amicalement,

Daniel Robert


Message du 10/11/08 à 11h25
De : POSTERNAK Claude <c.posternak@posternak-margerit.com>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>


Je m'en doutais un peu, la caféine est un excitant.
Claude


Message du 10/11/08 à 16h33
De : TONG CUONG Eric <etc@lachose.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Ca marchait mieux sur Evian, la louve et ses deux louveteaux, pureté essentialité.
La louve et le café j'avoue que ca me laisse perplexe.
ma que expresso roma,
ah oui donc c'est pour dire l'expesso c'est italien.


Message du 10/11/08 à 08h01
De : DRILLECH Marc <marc.drillech@ionis-group.com>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Je viens de voir la Dernière légion... Je pense que Rome is Back... sinon je préfère encore une tasse de café du Flore qu'une boisson provenant de cette louve malade et chétive.


Message du 10/11/08 à 12h13
De : BONNEVILLE de Pierre <pierre@debonnevilleorlandini.com>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Toute des louves !
Mais je ne vois pas le rapport avec Obama.


De : DELPRAT Christian <c.delprat@jvldir.com>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Lundi, 10 Novembre 2008, 14h05mn 23s

Cher David,

Au-delà de la référence mythologique qui est usée jusqu'à la corde, une Mère qui protège ses enfants, c'est touchant... en principe. Rappelons ici la fameuse réplique d'un de tes films cultes (L'important c'est d'aimer, je crois...) : « Ma femme, on peut lui enlever sa culotte, mais pas ses principes ».
Sans transition, mais pour rester dans la pub, qu'attends Bernard Brochand pour lancer une nouvelle campagne : YES... OUI... CANNES !

amitié
Christian


De : GEORGEON Olivier <og@georgeonetassocies.com>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Lundi, 10 Novembre 2008, 14h22mn 11s

Autant je trouvais que cette marque s‘était construite un territoire spécifique et en phase avec l'univers du café autant la dernière salve publicitaire me laisse pantois car j'ai beau chercher le lien entre la louve, rémus, rémulus et le produit voire les sensations qu'il provoque, j'ai du mal à le trouver !!! Quel message ? Nourrir ses petits avec du café ? Le café est italien et même romain and so what ? Vendent-ils désormais un café avec tétine? Le café favorise-t-il la procréation? Ce café s'adresse-t-il aux prostituées puisque la luva (je ne suis pas sûr de l'eaurtograf) signifiait aussi à l'époque la péripatéticienne ? Rémus était-il noir come Obama ?

Et qu'en pensez-vous, vous sur votre bateau, loin des contingences terrestres ???
Olivier


Pour le lancement de son François Ier aux Editions Télémaque, Gonzague Saint Bris organise un déjeuner Renaissance !


Sylvestre Rossi lui non plus n'a pas du tout apprécié le Mediatoc du Matricule des anges...

Message du 10/11/08 à 12h51
De : ROSSI Sylvestre <sylvestre.rossi@wanadoo.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Objet : Matricule des nazes

Cher David,

Je viens de lire le papier de Guichard contre Josyane Savigneau. C'est bien ce que je pensais. Encore un minus sur lequel Jo a dû marcher sans s'en apercevoir. Décidemment, Jo n'est pas une « politique ». Ouverte à tout, frileuse sur rien, prête à tout entendre, pour elle la critique littéraire c'est ça. Même ses propres amis écrivains lui font parfois lire des insanités dont ils pourraient se passer, à mon humble avis. Mais bref, c'est un autre débat... Encore un point commun qu'elle a avec Flannery O'Connor qui répondaient à toutes les lettres, même celles envoyées par des fous furieux. La sincérité artistique ne rebute jamais Josyane Savigneau. Mais là où elle est sourde comme un pot, c'est face à la bouillie littéraire que des comiques troupiers de la critique littéraire érigent en littérature. Non, Jo n'est pas une « politique », elle ne fonctionne pas comme une « politique ». Les ricanements si chers à une certaine France, c'est pas son truc à elle. Elle rigole quand la blague est drôle, seulement quand la blague est drôle. Comme disait W.C Fields : « Je ne met jamais de glaçons dans mon Whisky, ça prend trop de place » .

Bien amicalement
Sylvestre

Le grand W.C. FIELDS

Il suffit de changer de femme pour retrouver l'envie de revenir au Flore. Jean-Paul Belmondo a changé de compagne, revient au Flore où il va pouvoir retrouver Jean-Pierre Marielle, Norbert Saada... En souhaitant un jour prochain une aussi belle photo de Belmondo au Flore que celle-ci d'Ines de la Fressange...

(c) Photo Gérard Giaume

Yves Simon nous parle du Prix Goncourt, Atiq Rahimi.


Message du 11/11/08 à 16h30
De : SIMON Yves <yvesimon@club-internet.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

David,
Je t'envoie le petit papier que j'avais écrit le 15 septembre dernier sur
mon site à propos d'Atiq Rahimi qui m'avait envoyé son livre au début de
l'été.

L'autre roman qui m'a troublé, enchanté, bouleversé : Syngué sabour d'Atiq
Rahimi. Cet écrivain afghan qui vit à Paris est mon ami. Nous nous sommes
rencontrés il y a quelques années au café Danton à côté de l'Odéon. Il est
venu m'accosté alors que je lisais Libé et buvais un crème sans mousse. Il
m'a dit avoir lu la plupart de mes livres et écouté mes chansons. « Tu as été
mon premier point de repère français ! » Il m'a donné le manuscrit de Terre
et cendres
, et m'a alors demandé de l'aider pour la publication de ce
premier roman. Nous ne nous sommes jamais quittés. Plus tard, en 1999, il
m'a donné des images de guerre qu'une de ses amies avait tournées en
Afghanistan pour les besoins d'un clip que je réalisais - avec aussi des
photos de Sébastien Salgado - pour ma chanson Les Souffrantes dédiée aux
femmes afghanes.
Syngué sabour signifie « Pierre de patience ». C'est un roman sur la mort, sur
les femmes afghanes, sur les mots jamais dits à la personne avec qui on
partage sa vie. Là, une femme veille sur son mari qui meurt avec en
bande-son les bombardements, des bruits de balles, un pays où gouverne la
violence. Et cet homme agonisant va devenir sa « pierre de patience » elle va
lui avouer ses regrets, ses rancœurs, lui reprocher la violence qu'il a eu à
son égard, comme de la battre pour la punir de l'avoir souillé quand elle
avait ses règles et qu'il lui faisait quand même l'amour. C'est un roman
tragique, universel, sur la douleur d'un pays, l'Afghanistan et de ses
femmes que la peur des hommes, de la tradition, de la religion, rendent
muettes.

(c) Photo Patrice-Flora Praxo
Atik, sa fille Alice qui mange une glace et Yves, à Paris le 18 oct 08 rue de Buci

Atiq et moi avions longuement parlé au téléphone le dimanche 9, veille du
Goncourt. Et je l'avais rassuré pour qu'il passe une bonne nuit. Je lui ai
dit qu'objectivement il avait 95 chances sur cent d'avoir ce prix. D'abord
parce que son roman est très bon et que son principal concurrent Jean-marie
Blas de Roblès (Là où les tigres sont chez eux qui est un superbe roman
picaresque, l'antithèse de celui d'Atiq qui est sobrissime et minimaliste)
venait d'avoir le prix Médicis. Pour les deux autres romans en lice, l'un
était édité chez Gallimard, or Gallimard a eu le Goncourt l'an dernier.
Quant à Michel Le Bris et La Beauté du monde édité chez Grasset, j'ai
tenté de le lire et il m'est tombé des mains. Dernières raisons et qui ne
sont pas des moindres. Les Goncourt n'ont pas donné leur prix à une petite
maison d'édition depuis une vingtaine d'années (la dernière fois ce fut pour
Frédéric Tristan chez Balland) et POL est de ces "petites maisons" qui
éditent de grands livres. Dernier argument j'ai pensé que les Goncourt
aimeraient récompensé un auteur étranger qui venait d'écrire un premier
roman en français. Atiq parle parfaitement français, sans acccent, et
écrivait jusque là ses romans en persan. Plusieurs fois je lui ai demandé
d'écrire dans notre langue, mais il n'osait pas franchir la barre. S'il ne
l'avait pas fait il n'aurait pu concourir pour le Goncourt qui ne récompense
que des romans écrits directement en français.
Atiq, avec toutes ces bonnes raisons, a très bien dormi pour cette dernière
veille de Goncourt.
Yves Simon

Sublime chronique de Marc Lambron dans Le Figaro du 10 novembre : "Obamette" casse la baraque PS. J'isole cette phrase :
On songe à l'héroïne de Hécate et ses chiens,
à laquelle Paul Morand prêtait
"une magnifique capacité d'amnésie et de redressement"



Le pur ravissement : je vais enfin pouvoir emmener Céline écouter un récital du chanteur que j'idolâtre le plus : Michel Hermon.

Message du 11/11/08 à 02h21
De : JELIN Patrick <talktome@save-the-world.com>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>

Objet : blog Jelin au Plaza

Plaza Athénée, Cinq heures du matin, la galerie des Gobelins. Le personnel de l'hôtel vient à tour de rôle passer un coup de chiffon sur les tables, changer une lampe, nettoyer les luminaires, refaire l'assise des fauteuils. Atmosphère silencieuse, feutrée, rassurante. Je photographie les nouvelles installations d'éclairages réalisées par MC2. La lumière monte sur des socles en opale travaillés dans l'épaisseur sur un motif de fleurs.

Après les photos, je prends cinq minutes et je m'enfonce dans une bergère pour apprécier le luxe rassurant, de ce lieu en marge de la réalité.

Patrick Jelin

Cinq heures du matin au Plaza Athénée
Novembre 2008-11-01
Paris


Ce mercredi soir, Grand Prix Stratégies Sport 2008. François Kermoal a été se ressourcer aux Sables d'Olonne, pour le départ du Vendée Globe.

(c) Photo Alain Zimeray


Et nous nous rendons au Cinéma du Panthéon à l'avant-première du dernier film de Jean-Claude Brisseau...

De : LACOMBE Magali <magali.lacombe@free.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Mardi, 11 Novembre 2008, 12h38mn 04s

Objet : Logos Signature Noël

Cher David, chère Céline

Comme vous l'a annoncé une indiscrétion de conjoint, j'ai voulu amener une touche de Noël au logo de signature de votre blog. A propos, vous connaissez l'adage : Noël en décembre, nouvel an en Janvier. Tiens ça ne rime pas! Tant pis, le logo de Janvier viendra fin décembre car j'ai du boulot par dessus les membres.
Je vous embrasse festivement.
Magali

Magali LACOMBE

Illustratrice
06 09 10 50 39
Site web http://maglac.free.fr






David et Céline vont dans le même bateau











Repost 0
David Genzel - dans Culte
9 novembre 2008 7 09 /11 /novembre /2008 15:39
"La bouche ressemble à un quartier d'orange"
Marguerite Duras, Outside



Message du 07/11/08 à 22h10
De : ROLLER Olivier <olivier.roller@free.fr>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>

Merci je ne savais pas pour La Croix.
En ce moment je prépare un grand tirage de la photo de Jeanne Moreau :
(1x1mètre), ça me bouleverse,
la journée passe à me demander : 80x80 ou 105x105 ?...
des essais, encore des essais. Je ne bouge plus de chez moi.
Au fait, c'est super de mettre des infos 'culturelles' sur votre
blog : Kertész et Pahor, mais ma fille est malade (grippe).
Zut alors j'ai très envie de les photographier tous les deux.
Bonne soirée,
Olivier

Je n'achète tous les mois Le Matricule des anges que pour les photos d'Olivier Roller et la vie des petits éditeurs de province. Le papier atrabilaire de Thierry Guichard sur Point de côté de Josyane Savigneau pourrait me faire renoncer à continuer de l'acheter.

De : SAVIGNEAU Josyane <savigneau@lemonde.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Vendredi, 7 Novembre 2008, 10h54mn 31s

Je ne sais pas et je ne veux même pas voir. Quand Le Matricule des anges est né, nous l'avons beaucoup soutenu. Ensuite... ils ont défendu d'autres choses que nous mais aussi des choses que nous défendions. Mais je pense qu'il est très Jourde Naulleau, très populiste aussi tant pis, ça ne va pas m'empêcher de travailler.
Je pense que tous ces supposés pères la morale tenants de « l'authenticité » et de la vraie littérature, sont de profonds salauds, des types coincés et ayatollahs, et il doit savoir que je pense ça.
Il espère peut-être que je vais le lire et réagir, mais ça c'est du passé, j'ai compris, et je ne lis pas.
C'est cinglé ce truc, à quoi bon perdre de la place pour ça, il lui suffisait d'ignorer, non ?
Celui-là, j'espère ne jamais le croiser.

Amitiés
Jo

Céline avait aussi remarqué qu'Ariane n'était pas Diana Rigg...

Message du 07/11/08 à 11h38
De : ROSSI Sylvestre <sylvestre.rossi@wanadoo.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Objet : Avengers 65/66

Cher David,

J'ai réussi un joli coup dans mon dernier post sur votre blog. Même ma copine Jo Savigneau s'est laissée prendre, elle qui a pourtant travaillé des années avec Ariane Chemin au Monde. La photo légendée « Ariane Chemin élève à Sciences Po » est en réalité une photo de Diana Rigg, la "Emma Peel" de Chapeau melon et bottes de cuir. Hi Hi. C'est fou ce qu'elles se ressemblent ces deux là ! Comme disait Kevin Costner : « Elles ne sont pas moches, on s'en est fait des pires ! »
Bien amicalement
Sylvestre


Message du 07/11/08 à 16h42
De : CHEMIN Ariane <achemin@nouvelobs.com>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>

Hyper drôle. Mais trop flatteur !


Message du 07/11/08 à 10h55
De : BACQUE Raphaëlle <bacque@lemonde.fr>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>

Mon cher David,
Enfin tout le piquant d'Ariane dans votre blog !
Sylvestre Rossi a raison, ma très chère amie a tout de Diana Rigg,
bottes de cuir compris...


Tout le Flore nous demande des nouvelles d'Yves Simon.

(c) Photo Mathieu Bourgois

Message du 09/11/08 à 13h27
De : SIMON Yves <yvesimon@club-internet.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

David,
Voici le dernier collage de Chris Marker reçu ce matin: le chat Guillaume
enlaçant Michelle Obama. Je trouve cela très émouvant.
Je te relaterai la semaine prochaine mon accident domestique ce qui m'oblige
de rester at home (je suis privé de Flore) et d'annuler les premières dates
de ma tournée qui commençait avant hier vendredi au Zénith de Nantes. Je
reprendrai le 20 novembre à Niort.
Baisers à vous deux.


Nous retrouverons Agnès Levy avec plaisir à la soirée Tati du 25 novembre, avec Jean-Charles de Castelbajac (illustrateur de la couverture de Bordel) et l'iconoclaste Oliviero Toscani.

 

François Dumoulin nous avait signalé l'ouverture rue de Seine, en face de chez Da Rosa, du glacier italien Grom, la première ouverture en France !


Grâce au même François Dumoulin, nous sommes invités au cocktail de lancement de Books !


Nous découvrons que la sublime photo de Delphine Volange a été réalisée par Ornela Vorpsi !


De : VORPSI Ornela <ornela.vorpsi@free.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Dimanche, 9 Novembre 2008, 11h03mn 51s

par le miracle de l'amitié mon très cher.
nous étions des grandes amies.
je t'embrase,
ornela

Nous n'irons pas samedi écouter Imré Kertész au théatre de l'Odéon, nous venons d'apprendre qu'il a été hospitalisé, et que sa conférence était reportée au mois de janvier.


Message du 07/11/08 à 13h37
De : MONNIER Vincent <vmonnier@nouvelobs.com>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>

Bonjour David,

Je travaille avec Céline Cabourg qui m'a conseillé de prendre contact avec vous. En effet, je prépare un petit papier sur le devenir de la chambre d'Albert Cossery à l'hôtel Louisiane. J'avais cru entendre parler de sa possible transformation en musée à un moment. Ce qui ne semble pas être la décision finalement prise par la direction de l'hôtel. Peut-être auriez-vous des informations là-dessus.

Cordialement
Vincent Monnier

(c) Photo Patrice-Flora Praxo

Hier soir, à La vieille grille, beaucoup d'émotion pendant le récital Barbara, d'Enikö Szilagyi. Nous aimerions tant qu'elle vienne remplir L'Auditorium Saint-Germain !


Revoici l'acheteur d'espace Hervé Brossard sous les traits du président de l'AACC.

Page 30 de Libé, une phrase totalement culte :

"Pendant quelques mois, un attelage tout à fait singulier se met à l'oeuvre pour écrire le scénario Mesrine : Michel Audiard et Patrick Modiano ! Les deux hommes s'admirent, s'entendent très bien, mais il ne reste aucune trace de leurs réunions"


Closer nous révèle une relation entre Ségolène Royal, la Jeanne d'Arc de Serge Hefez, et Bruno Gaccio. Nous pourrons demander à un petit déjeuner au Flore ce qu'elle en pense à Agnès Michaux...





David et Céline vont dans le même bateau


Repost 0
David Genzel - dans Culte
7 novembre 2008 5 07 /11 /novembre /2008 09:13


Grande affluence hier soir à La Hune à l'occasion de la sortie de Ma vie balagan, de Marceline Loridan-Ivens. Nous y avons rejoint notre ami Richard Peyrat, excellent camarade de Marceline. Hélène Cixous était présente.

(c) Photo Olivier Roller

Etaient aussi présents, Raphaël Sorin et Stéphanie Janicot qui nous ont donné leur avis sur le prévisible Prix de Flore de Tristan Garcia.

Raphaël Sorin :
- Ce livre est une catastrophe...

Stéphanie Janicot :
- Je l'ai entamé, j'ai vite compris que ce n'était pas pour moi...


(c) photo Mathieu Bourgois

Après la dédicace de Marceline, nous partons dîner avec Richard au marché Saint-Germain, à la Terrazza, 5 rue Clément. Merci au Figaroscope pour cette italianité !

Kaddish de samedi en samedi.
Ce samedi Enikö Szilagyi à La vieille grille.


De : SZILAGYI Eniko <eszilagy@gmail.com>
A : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>
Envoyé le : Jeudi 6 Novembre 2008, 11:28

Bonjour David,

Merci de m'avoir ouvrir les portes de votre blog.
J'ai parcouru avec grande curiosité, et beaucoup apprécie
l'élégance et le contenu sérieux de votre blog. C'est tres rare !

Je vous attends le 8 nov .a 18h a la Vieille Grille,
avec 2 invitations sur votre nom.

Vous êtes toujours mes invités, à mes spectacles.
Je vous embrasse avec amitié.

Eniko Szilagyi

www.enikoszilagyi.net


Samedi prochain Imré Kertesz à l'Odéon.


Imre Kertész et Boris Pahor
11h > Rencontre animée par Sylvain Bourmeau. Imre Kertész, né à Budapest en 1929 dans une famille juive, a obtenu en 2002 le prixNobel de littérature «pour une oeuvre qui dresse l'expérience fragile de l'individu contre l'arbitraire barbare de l'histoire», phrase qui pourrait s'appliquer tout aussi bien à l'oeuvre de Boris Pahor, écrivain slovène né en 1913 à Trieste. Deux hommes que l'histoire européenne n'a pas épargnés - tous deux ont connu les camps de lamort - et qui savent corps et âme ce que coûtent les dérives racistes et nationalistes.
Théâtre de l'Odéon / Entrée libre sur réservation :
present.compose@theatre-odeon.fr / 01 44 85 40 44


De : JULLIARD Carole <carole.julliard@theatre-odeon.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Jeudi, 6 Novembre 2008, 16h41mn 14s

Objet : Imre Kertész

Bonjour David,

Nous avons bien noté votre venue à le rencontre Imre Kertész et Boris Pahor le samedi 15 novembre à 11h. Bonne journée,
Carole


Nous sommes allés voir Marceline, nous n'avons pas pu répondre à l'invitation de Benoît Meyer.


De : MEYER Benoît <meyersports@gmail.com>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Jeudi, 6 Novembre 2008, 12h22mn 48s

Objet : invitation

David,

Si tu es libre ce soir :

MES PLUS BELLES ANNEES

Record du box office israélien.
Sortie nationale le 24 décembre.

Film suivi d'un cocktail en présence de Ziv Nevo-koulman, nouveau conseiller culturel de l'ambassade d'Israel , d'Isabelle Dubar, distributrice du film et de Charly Zrihen, directeur du Festival du Cinéma israélien.

Réalisé par Reshef Levy Avec Oshri Cohen, Michael Moshonov, Shmil Ben Ari, Orly Silbersatz Banai, Yuval Sharf...

Israël, début des années 80. Au sein de la grande famille Levy, deux frères jumeaux qui ont tout pour être heureux. Mais c'est sans compter avec l'arrivée en ville de la belle et exotique Neta... Comment réaliser son rêve, sans faire voler sa famille en éclat, et que vaut la vie de celui qui ne réalise pas son rêve ?
Film suivi d'un cocktail en présence de Ziv Nevo-koulman, nouveau conseiller culturel de l'ambassade d'Israel , d'Isabelle Dubar, distributrice du film
Gaumont Opéra - 2 bd des Capucines - 75009 Paris à 20h

... Ma vie balagan... balagan en hebreu moderne '' Le bordel '' dans le sens figuratif

A ce soir peut être.

amicalement,

B Meyer


Le CDI gracieux de Jean-Michel Goudard à l'Elysée... est commenté.

Message du 6 novembre 2008 19:10
De : TONG CUONG Eric <etc@lachose.fr >
A : GENZEL David <davidgenzel@gmail.com>

If you pay peanuts, you get monkeys.


Message du 06/11/08 à 11h49
De : De BONNEVILLE Pierre <pierre@debonnevilleorlandini.com>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Quand on voit dans le blog de l'odéon Jean-Michel Goudard lui-même gasconner
sur le fait qu'il travaille à l'Elysée sans exiger la moindre rémunération,
il ne faut pas s'étonner sur l'image de fumiste que donnent la plupart des
publicitaires et la considération qu'ils méritent.
Inacceptable pour nous, les autres.
J'ai l'exemple, dans un tout récent lancement d'un quotidien sportif à 0,50c
d'une agence que s'était proposé de travailler, même pas à 0,50c, mais
gratuitement. Pour zéro.
Les zéros vendent zéro.

Gonzague Saint Bris travaille-t-il gratuitement pour la publicité ?


Josyane Savigneau m'a étonné en appréciant Le voyage du fils d'Olivier Poivre d'Arvor : "Récit troublant et durassien". Je vais donc le lire.

De : SAVIGNEAU Josyane <savigneau@lemonde.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Vendredi, 7 Novembre 2008, 8h31mn 02s

moi je l'ai fait because il fallait et ça a été une excellente surprise


Message du 06/11/08 à 17h48
De : ROSSI Sylvestre <sylvestre.rossi@wanadoo.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Objet : Le fil d'Ariane

Cher David,

PG Wodehouse disait d'une personne : « Elle ressemble plus à Jack Dempsey que Jack Dempsey lui-même ». Il y a en France une personne sachant mieux dénouer les imbroglii corses que les corses eux-mêmes, c'est Ariane Chemin. Je lui tire mon chapeau et c'est sincère. Les corses ne sachant pas toujours ce qu'ils font -- sans compter que souvent le cadet de leurs soucis c'est justement de savoir ce qu'ils font --, il est d'autant plus malaisé de tirer les choses au clair les concernant. J'en veux pour preuve son article dans L'Obs sur la guerre des polices à Ajaccio. La réalité dépasse, semble-t-il, la fiction cinématographique la plus échevelée. Ariane Chemin a de la chance de faire un métier amusant quand d'autres pour gagner leur croûte sont obligés de pondre des papiers sur Jean François Copé ou sur Pierre Moscovici.

Ariane Chemin élève à Sciences Po

Ariane Chemin grand reporter au Nouvel Obs

Amicalement
Sylvestre


L'apport de Pierre Moscovici n'a pas suffi à faire émerger Bertrand Delanoë. Est-ce que le député du Doubs va aller aujourd'hui manifester pour son petit commerce à Montbéliard ?!


S'il n'y a qu'un livre à lire ce week-end, L'exposition de Nathalie Léger (P.O.L), où la miraculeuse beauté de la comtesse de Castiglione...

 

(c) Photo Pierre-Louis Pierson





David et Céline vont dans le même bateau


Repost 0
David Genzel - dans Culte

Présentation

davidetceline

davidetceline

Recherche

Liens