Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 janvier 2009 5 23 /01 /janvier /2009 08:15
Sur son tee-shirt, Ségolène aurait pu demander à Ben ce trait d'humour à la Obama :
"Le travail au noir, moi je connais !"

Ben expose en ce moment chez Daniel Templon.


(c) Photo Benoît Linero

Ben écrit des slogans pour le Beaujolais nouveau, ou comme aujourd'hui dans Libé pour www.laportadoc.eu.
(c) Photo Benoît Linero

Ben expose aussi régulièrement à la galerie Lara Vincy, rue de Seine.

De : WATELET Stéphane <sw@editionstelemaque.com>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Jeudi, 22 Janvier 2009, 16h24mn 24s

Objet : A visage découvert !

Cher David,

Le nouvel usage détestable des blogs (y compris des plus prestigieux comme celui de Pierre Assouline) c'est le choix de pseudonymes navrants derrière lesquels les internautes se déchaînent platement ou passionnément mais toujours dans l'anonymat.

Longue vie en 2009 au blog de l'Odéon qui nous permet de parler de ce qui nous passionne tous le plus : nous-mêmes... mais à visage découvert ! Sur ton blog, le plaisir est peut-être moins régressif mais l'air est plus pur !

Amicalement,

Stéphane


PS : ce petit cadeau oulipien de début d'année : exercice génial de transplantation chirurgicale littéraire sur les couvertures des "Que sais-je". C'est une édition limitée à 1000 ex chez un nouveau confrère Les éditions du bas-parleur.



Miller Levy expose en ce moment chez... Lara Vincy.



De : DRILLECH Marc <marc.drillech@ionis-group.com>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Vendredi, 23 Janvier 2009, 8h33mn 54s

Objet : Quelle rigolade


Cher David,

Il y a vraiment deux types de campagnes publicitaires.
Celles qui détournent de manière volontaire sont les plus fréquentes et généralement les plus attendues donc les plus banales...
Et puis survivent quelques « perles » nées de l'inattendu, du hasard bien amené,de la coïncidence entre le message et la réalité...
Quand les bourses dégringolent, que les entreprises multiplient les profit-warnings, que les prévisions de croissance sont de plus en plus moroses, heureusement que le Vieux Campeur peut encore se financer une pleine page de publicité dans Les Echos sur le thème de « -21% sur la plongée »...Comme si la situation actuelle ne suffisait pas et qu'il fallait encore toucher le fond des mers !
Et comme ils l'affirment avec charme « C'est maintenant une tradition au Vieux Campeur et une tradition qu'apprécient tous les plongeurs »...
Je ne suis pas certain que les petits porteurs, les faux riches possesseurs virtuels de stocks options apprécieront cette plongée qui d'ailleurs, et c'est quand même la bonne nouvelle, s'applique également à l'apnée et la chasse sous-marine...
Heureusement que la publicité peut encore dérider le lecteur occasionnel des Echos !


Marc Drillech

De : HAZIZA Albert <ortalbert@hotmail.com>
A : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>
Date : 23 janvier 2009 02:11


Bonsoir,
Bravo pour votre blog !
J'ai diffusé son adresse à tous mes correspondants (une centaine...)
Bonne continuation !


Albert HAZIZA / Montréal
www.safi-photos.com


De : WOLFF Frédéric <white.box@hotmail.com>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Jeudi, 22 Janvier 2009, 21h22mn 11s

Objet : Une Miss en show case


David, Céline bonsoir
C'était il y à une heure à la Fnac Montparnasse
Mareva en show case, un mélange de BB et de Françoise Hardy, vivante, sourire, petit swing, une forte connexion BB/Françoise Hardy sous influence Gainsbourg, touchant/touché/tout frais.


Et le Couturier Rock qui danse en fond de salle, sourire, lumière dans ses yeux.


A bientôt

Frédéric

 


Message du 22/01/09 à 14h48
De : De BONNEVILLE Pierre <pierre@debonnevilleorlandini.com>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Objet : Erratum (suite)


Martine Aubry a présenté hier son plan de relance contre la crise tandis que Ségolène Royal était à Washington pour fêter l'investiture de Barack Obama. Seule personnalité politique française sur place, elle voulait vivre un moment historique... depuis un café proche des cérémonies. Elle a publié son journal de bord sur son site Désirs d'avenir, racontant à ses amies et amis avec lesquels « je dialoguons » écrit-elle.
Erratum du journal : à la place de « je dialoguons » il fallait bien entendu lire : « je parlons ». (21 janvier 2009)


L'armée israélienne a quitté hier la bande de Gaza. L'offensive israélienne a coûté la vie à plus de 1300 Palestiniens et causé d'énormes dégâts. Le coût des destructions des infrastructures s'élèveraient à 1,9 milliards de dollars, selon le Bureau Central Palestinien des statistiques. Il estime que 14% des bâtiments et immeubles du territoire ont été endommagés, sinon détruits, ainsi qu'une partie du réseau électrique et d'adduction d'eau. Au moins 80 000 personnes sont actuellement privées d'habitat.
Erratum du journal : à la place de « l'offensive israélienne », il fallait lire « l'initiative israélienne » et à la place de « Le coût des destructions des infrastructures s'élèveraient à 1,9 milliards de dollars », il fallait lire « Le marché pour la reconstruction des infrastructures s'élèveraient à 1,9 milliards de dollars ». (21 janvier 2009)


Pierre de Bonneville


Hier soir, nous nous sommes rendus aux Editions Verdier dans le XXe pour écouter Eric Marty nous parler de Sade et Foucault.
L'Institut d'études Lévinassiennes a un formulaire d'adhésion que beaucoup d'agences de communication pourraient envier.
J'adore :

- adhésion ami (30 euros)
- adhésion cher ami (60 euros)
- adhésion très cher ami (250 euros)

Céline sourit :
- Eric Marty nous avait écrit "Chers amis" !

Superbe exposé d'Eric Marty sur les foucades de Foucault, la stratégie du leurre Sade pour éliminer Rousseau. Et Céline a bien retenu le poème de René Char.



René Char - Suzerain
Nous commençons toujours notre vie sur un crépus-
cule admirable. Tout ce qui nous aidera, plus tard, à
nous dégager de nos déconvenues s'assemble
autour de nos premiers pas.
La conduite des hommes de mon enfance avait
l'apparence d'un sourire du ciel adressé à la charité
terrestre.
On y saluait le mal comme une incartade du soir.
Le passage d'un météore attendrissait. Je me rends
compte que l'enfant que je fus, prompt à s'éprendre
comme à se blesser, a eu beaucoup de chance.
J'ai marché sur le miroir d'une rivière pleine d'anneaux
de couleuvre et de danses de papillons. J'ai joué dans
des vergers dont la robuste vieillesse donnait des fruits.
Je me suis tapi dans des roseaux, sous la garde
d'êtres forts comme des chênes et sensibles comme
des oiseaux.


En rentrant de la conférence d'Eric Marty, nous saluons à la terrasse de La Méditerranée, Raphaëlle Bacqué dînant avec l'éditeur Alexandre Wickham.

H
ier, en allant déjeuner au Bistroy des Papilles, rue Gay Lussac, nous avons fait notre shopping photos.

D'abord, du père au pire, Nabe/Zanini au Petit Journal ;


ensuite une prochaine sortie pour Karim Achoui ;


et une vitrine de guimauves.


De : ROFFINELLA Martine <roffinella.martine@wanadoo.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Jeudi, 22 Janvier 2009, 13h48mn 47s



Quel joli moment vous nous avez offert, cher David, avec Michel Fugain ! Comme Céline (mais je dois être plus âgée qu'elle !), je peux « fredonner toutes les chansons de cet homme de 67 ans aussi fringant », et même je connais les paroles, na !
Voilà quelques années (des lustres, mais bon, ne nous déprimons pas inutilement, déjà qu'il pleut sur Paname), quand on était sur le point de réussir quelque aventure sentimentale (vous voyez que je suis polie et respectable malgré ma réputation sulfureuse), on s'écriait : « C'est la fête » - et c'était le big bazar...
Bien amicalement à vous,

Martine.


Message du 22/01/09 à 11h03
De : JULIEN Dominique <julien.dominique@atjust.net>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>

Objet : Les vœux d'@just pour David et Céline


365 jours de petits bonheurs
Votre blog à tous les 2 y sera pour beaucoup
Toujours bravo
Et à très bientôt
Dominique Julien



Notre voisin du 22 rue de l'Odéon, Charles Dumont, sera à L'Olympia pour ses 80 ans.





 

 



David & Céline vont dans le même bateau





Repost 0
David Genzel - dans Culte
22 janvier 2009 4 22 /01 /janvier /2009 08:59
Olivier Dassault convole à nouveau. L'heureuse élue s'appelle Natacha Nikolajevic. La bénédiction nuptiale aura lieu le 6 février en la cathédrale américaine et la veille, réception dans les salons du rond point des Champs Elysées Marcel Dassault.

Message du 21/01/09 à 13h38
De : BOURGEOIS Sylvie <slvbourgeois@wanadoo.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>


Bonjour David,
Je suis bien triste d'apprendre dans ton mail que Claude Temple est décédé. Pour l'occasion, j'ai retrouvé une photo de Claude avec Olivier Dassault à une inauguration en novembre 2003.


C'est Fabrice Larue qui m'a présenté Claude Temple en 2002 lorsque je m'étais rapprochée de lui pour lui faire racheter Bac Films et d'autres sociétés de production et de ventes de films à l'étranger. Ce projet de "holding cinéma" n'a jamais vu le jour, mais Claude est devenu un proche. Je me souviens aussi d'une journée particulièrement gaie où nous étions allés avec Claude et Yves Chevalier à un rendez-vous à la Mairie de Bordeaux à qui nous avions proposé la création d'un Festival de Films qui aurait été en quelque sorte une filiale de Sundance. Dans le TGV, Claude était aussi excité qu'un jeune homme qui commencerait sa vie professionnelle, s'imaginant déjà passer des heures au Château Yquem avec Francis Ford Coppola.
Quand à Olivier Dassault qui se marie, je lui souhaite beaucoup de bonheur.
Bises à vous deux,
Sylvie

 


De : De PLAS Pierre < pdeplas@aol.com >
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : 21 janvier 2009 16:59


J'ai beaucoup travaillé avec Claude Temple...Je l'ai présenté en son temps à Fabrice Larue. C'était un maçon...pas toujours franc ! Fidélités multiples. Paix à son âme.


L'audience de remise en liberté de Maître Karim Achoui est reportée au 28 janvier à 9 heures.


De : LACOMBE Magali <magali.lacombe@free.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Mercredi, 21 Janvier 2009, 21h11mn 26s

Objet : Karim, le 2...


Chers vous 2

2, voilà un chiffre qui ne change pas et c'est tant mieux.
Karim n'a pas cette chance. 23, 21, puis maintenant 28.
Quoique, en les regardant de prés, vous êtes très proches de lui.

Je vous embrasse
Magali


Magali LACOMBE

Illustratrice/Graphiste Freelance
06 09 10 50 39
magali.lacombe@free.fr
Site web http://maglac.free.fr


Message du 21/01/09 à 15h26
De : De BONNEVILLE Pierre <pierre@debonnevilleorlandini.com>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Objet : Perles et bijoux


Hommage à un Palestinien.
Michel Beaumale, maire PCF de Stains a refusé d'annuler la décision du conseil municipal faisant de Marwan Barghouti un citoyen d'horreur. Ce palestinien, cadre du Fatah et instigateur de l'Intifada, avait été condamné en 2004 par un tribunal israélien à cinq peines de prison à vie pour implication dans cinq attentats. Michel Beaumale assume son choix et estime que « La population de Stains attend des élus de la solidarité avec les Palestiniens ».
Erratum du journal : en lieu et place de Michel Beaumale, il fallait lire Michel Beaucrétin.


Besancenot se retrouve au poste.
Besancenot acteur à Neuilly (Hauts-de-Seine) a été entendu au commissariat de Nanterre, à la suite d'une altercation verbale qu'il a eu avec le directeur du centre de tri postal le 10 novembre dernier. Ce directeur se serait retrouvé à terre. Blessure au coude après avoir été bousculé par le groupe, selon la Poste, simulation grossière et malhonnête de chute", d'après le porte parole de la LCR.
Erratum du journal : à la place de Besancenot, acteur... il fallait bien entendu lire : Besancenot, farceur...
Pierre de Bonneville


Le "divin chauve" de Stratégies salue l'expertise cinéma d'Axel Brücker.



Message du 21/01/09 à 13h27
De : BOURGEOIS Sylvie <slvbourgeois@wanadoo.fr>
A : NAVARRE Céline <celine-navarre@voila.fr>


Bonjour Céline,

Oui, Slumdog Millionaire m'a plu, excepté les premières minutes où les images sont trop "clippées" pour moi et du coup j'ai eu du mal à rentrer dans l'histoire, mais très vite les gamins m'ont bluffée et je les ai suivis. Et puis, c'est l'Inde. L'Inde avec sa misère, mais aussi l'énergie de tous ses enfants des rues.

Quant à ta question sur le film de Patrice Leconte tourné dans le Doubs, oui je l'ai vu à Sarlat, mais du Doubs, ma petite Céline, tiens-toi bien, il n'y a rien, ni accent, ni cancoillotte, ni même de saucisse de Morteau ou de comté. C'est pour te dire !


(c) Photo Jean-Jacques Sader

Quand à la fin de la projection, Benoît Poolvoerde m'a présenté Patrice Leconte, je lui ai dit en imitant l'accent franc-comtois qu'il avait tourné dans ma région qui s'appelle le Haut-Doubs et que la fille à chez Jacquinot, elle l'aurait bien fait son concours des miss surtout qu'avec les formes qu'elle a vingt dieux de bordel de merde, c'est qu'elle l'aurait même gagné la petiote. Ca ne l'a pas fait rire. Forcément, ils ont appelé ça le pays de Garupt (ou un nom comme ça) et ça se passe à Charmoussey et Super Charmoussey, alors que Les Hôpitaux-Neufs et les Hôpitaux-Vieux, par exemple, je trouve que ça sonne mieux, en tous les cas, j'entends plus la musique du lieu. Patrice Leconte m'a demandé aussi si dans ma région, il pleuvait tout le temps. Je lui ai répondu non, sinon il neige. Ca ne l'a pas fait rire non plus. Alors après, ma petite Céline, pourquoi ils sont allés tourner dans cette région juste pour les emmerdes de météo et sans profiter des saveurs locales qui font, je trouve, le charme
des films tournés en province, je ne sais pas.

Bises à toi ma belle et à ton amoureux,

Sylvie


Nous ne manquerons pour rien au monde Le bal des actrices de Maïwenn. Peut être la retrouverons-nous tout à l'heure aux Papilles, rue Gay-Lussac, son restaurant préféré à Paris ?


Hier soir, à l'initiative de Gérard Gros, nous sommes allés à L'Alhambra, au récital de Michel Fugain. La première partie est absolument ébouriffante, Yoanna chantant J'men fous pas mal a capella en passant par dessus les spectateurs médusés. Assistance France Bleu. Nous irons forcément la revoir.

Yoanna dédicace son premier disque : Moi, bordel !


Michel Fugain, en seconde partie, a tenu un discours que ne renierait pas Guy Bedos à un spectacle du DAL. J'étais étonné que Céline puisse fredonner avec la salle presque toutes les chansons de cet homme de 67 ans aussi fringant.



Michel Fugain interprête une sublime chanson : La bête immonde.


Elle est vivante, elle a encore
La haine au ventre, la rage au corps
La bête immonde
Qu'elle tourne au loin comme un vautour
Ou rampe et ronge tout autour
La bête immonde
Depuis le temps qu'elle fait le trou
De sa tanière grise
Là-bas, ici, partout
Au coeur de chacun de nous
Elle est l'enfant que la bêtise
A conçu avec l'ombre
La bête immonde


Nous y pensons en voyant l'étron sur le tronc, le tract "Enfin Nègre !" de Marc-Edouard Nabe partout lacéré sur le boulevard Saint-Germain.



Je me suis déjà jeté sur le Roubaud-Garréta, l'oulipien ouvrage chez Grasset.



Message du 21/01/09 à 22h27
De : ROSSI Sylvestre <sylvestre.rossi@wanadoo.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Objet : Ouille mes tympans !


Cher David,


Si vous voulez lire un papier bêtifiant, bourratif et assourdissant, lisez donc l'inénarrable Pierre Jourde qui désormais a tribune ouverte dans Le Monde (journal de référence). La semaine dernière il divaguait dans Le Nouvel Obs, la semaine prochaine on l'attend dans le New Yorker. Si, si, c'est sûr. De nos jours, c'est comme ça. Il paraît que Philip Roth et Jamaica Kincaid écriront désormais dans Paris-Boum-Boum. J'avoue avoir renoncé à compter les points d'interrogation contenus dans cet article qui sent le renfermé. La dernière fois que j'ai vu autant de points d'interrogation sur du papier, c'était quand Marie-Do Padovani m'écrivait des lettres d'amour. Marie-Do Padovani c'était ma petite fiancée quand j'étais en quatrième au collège Simon Vinciguerra de Bastia, à cette différence près qu'elle illustrait ses lettres rafraîchissantes avec ses crayons de couleur « Baignol & Farjon ». Marque que représentait son oncle Eugène en même temps que le lait Gloria et le champagne Piper Heidsieck. Il avait de belles cartes son oncle Eugène, ça marchait fort pour lui. C'était avant les grandes surfaces et tout ça. Donc disais-je... Oui. Jourde. C'est l'époque actuelle qui veut ça. De nos jours, des employés de banques ouvrent des night-clubs où les clients boivent du Vichy-fraise en commentant Les guignols de l'info. Dans le temps, souvenez-vous, on trouvait du sexe, de la coke et de l'alcool dans les night-clubs. Même dans le milieu, si, si, je vous assure, il y a des types, le genre couilles molles, qui ont pris la succession de papa et de tonton qui étaient de vrais caïds. Vous me direz, du moment que personne ne bouge... C'est vrai, à la fin. Donc Jourde écrit dans Le Monde. Ben oui. Pourquoi pas ? (Zut ! J'ai mis un point d'interrogation moi aussi...)


Bien amicalement
Sylvestre


De : CONSIGNY Charles <cconsigny@spring-paris.com>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Mercredi, 21 Janvier 2009, 13h04mn 21s


Mon cher David je me balade sur ton blog et ça me rappelle que je n'ai jamais reçu la petite chronique que tu devais pondre pour Spring ! Qu'en est-il ?
Charles

 

 


Charles CONSIGNY
Publisher & editor in chief
Mob. 33(0)637857566
_____________________
Spring Paris
Tel. 33(0)146332702
Fax 33(0)143264813
36, rue Monsieur le Prince 75006 Paris
http://charlesconsigny.unblog.fr


De : OUDIZ Barbara <barbara.oudiz@gmail.com>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Dimanche, 11 Janvier 2009, 17h04mn 41s

Objet : LIVRES DES MONDES JUIFS - 2ème édition !

Les 24 et 25 janvier 2009 à l'Hôtel Lutetia, Paris 6e
www.livresdesmondesjuifs.com
Renseignements : tél 09 62 02 10 09 Courriel : livresdesmondesjuifs@gmail.com
SAMEDI 24 janvier 18h30 à 22h
Portes ouvertes à partir de 17h30

20h30-22h DANIEL MENDELSOHN : LES IDENTITES MULTIPLES

Le nouveau livre de Daniel Mendelsohn, L'Etreinte fugitive (éd. Flammarion, 2009) arrive en librairie le 21 janvier. L'auteur américain des Disparus (Prix Médicis 2007) dialoguera avec le critique littéraire et éditeur Manuel Carcassonne autour de ses multiples identités: juive, américaine, et homosexuelle.


Olivier Roller :
- Jette un regard à VSD, mon portrait de Bernadette page 8, et l'édito de Marc Dolisi page 5. Elle dit que je suis trop "virevoltant" !







David & Céline vont dans le même bateau





Repost 0
David Genzel - dans Culte
21 janvier 2009 3 21 /01 /janvier /2009 09:01

J'adore nos déjeuners mensuels avec Philippe Calleux. A une époque où les restaurants comptent sur leurs clients, Mori fait salle comble.

Pierre Kupferman, Philippe Calleux, Matthieu Calleux

Philippe, toujours d'attaque, m'explique que Calyptus vient d'engager deux consultants de chez Edelman, formés aux méthodes américaines et déjà largement profitables. Philippe a récemment déjeuné avec Marc Fiorentino qui vient de publier un thriller boursier, chez Robert Laffont.



Philippe me reprend sur ma liste "affective" de publicitaires photographiés par Olivier Roller :
- Tu oublies, me dit-il, des gens d'influence comme Jean-Michel Goudard ou Stéphane Fouks.
- Tant que tu ne me parles pas de Christophe Lambert, le François-Marie Banier de la publicité... !

Little Italy ! Le soir, nous dînons encore dans un restaurant italien plein à bord : la Casa Bini, avec Francine Disegni et Jean-Pierre Hadida, pour parler de leur musical Anne. Au rez-de-chaussée, Anne Consigny, que Céline reconnaît toujours au duffle-coat orange et noir.


Message du 20/01/09 à 18h08
De : De BONNEVILLE Pierre <pierre@debonnevilleorlandini.com>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Objet : Minetti, le vrai

Une photo de Minetti, le vrai, dans la pièce de Bernhard, à sa création à Berlin.
J'avais un film d'une petite minute, mais c'est trop lourd pour passer en mail.
Et puis ton blog n'accepte pas (encore) les vidéos ?

Pierre de Bonneville


Message du 20/01/09 à 12h29
De : CHATELIN Bruno <bruno@m21editions.com>
A : CORSANT-COLAT Philip <p.cc@wanadoo.fr>
Copie à : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Objet : ON N'INVENTE JAMAIS RIEN MAIS...ON SE SOUVIENT DE TOUT



Bonjour Philip je rebondis sur votre anecdote savoureuse sur MBB avec ce souvenir de publicitaire : Jeune chef de pub débutant chez Intermarco (une filiale de Publicis) j'étais au téléphone avec un client, le Dr du marketing de Johnson, lorsque MBB pénètre dans mon bureau (en visite dans l'agence il est venu serrer quelques mains) en une fraction de seconde la blague éculée a traversé mon esprit (« ...voyons MARCEL vous voyez bien que vous me dérangez, je suis avec un client... »).
J'ai hésité et opté pour le salut plus cordial à MONSIEUR Bleustein Blanchet et ai ensuite fait sourire mon interlocuteur en lui racontant mon hésitation.
Un autre choix aurait rendu cette contribution plus savoureuse ? Mais ce plaisir là est difficile à partager.
Cordialement

Bruno Chatelin

 


De : TONG CUONG Eric <etc@lachose.fr>
A : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>
Date : 20 janvier 2009 09:40


HAPPY NEW YEAR FROM LA CHOSE

TO YOU AND CELINE

http://www.lachose.fr/poupee


Message du 20/01/09 à 13h59
De : GREGGIO Simonetta <tao21@free.fr>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>

Objet : Merci !

C'est magnifique !
Juste deux mots pour vous dire (je ne l'avais pas spécifié) pourquoi j'adore
votre blog, Céline et David : vous êtes en train de perpétuer ce pourquoi on
aime tant Paris, et Saint Germain en particulier, et le Flore plus encore.
L'agilité, la curiosité, l'amour des livres, et des films, et du théâtre, et
des gens.
Je vous en dirai plus lorsqu'on se connaîtra.
Un abbraccio
Simonetta Greggio


De : ROFFINELLA Martine <roffinella.martine@wanadoo.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Mardi, 20 Janvier 2009, 12h31mn 59s

Objet : Sollers


A propos de Sollers, il y a eu ce mardi matin un chat sur le site du Monde - la modératrice était l'excellente Christine Rousseau. Ceux qui aiment Sollers le retrouveront là en pleine forme, plus pétillant que jamais. Adresse du site :

Amitiés vives,
Martine


De : DUBOIS Felicie <dubois.felicie@wanadoo.fr>
A : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>
Date : 20 janvier 2009 16:52

Objet : VOUS ÉCRIRE ENFIN


Cher David,

Je vous écris sur les conseils de Martine Roffinella. Depuis quelques temps déjà que Martine ne cesse de me vanter les mérites de votre Blog, j'ai pris la délicieuse habitude d'y faire régulièrement trois petits tours et puis... Mais aujourd'hui, j'ai cliqué sur « contact » et dans le « formulaire » associé n'ai pas su joindre à mon message un fichier au format pdf. C'est que je voulais vous envoyer la couverture de mon dernier livre intitulé De l'ange à l'huître qui sort cette semaine aux Éditions Jean Paul Bayol (une jeune maison pleine d'avenir dont j'aurai bientôt l'occasion de vous reparler). Que dois-je faire pour, dans un joyeux élan, enfin participer à votre forum ravigotant ? Ci-joint le fameux fichier (en fait, deux fichiers : la couverture en "à plat" et la couverture "simple").

Bien amicalement,

Félicie


Au guichet de la poste du Sénat rue de Vaugirard, je me retrouve avec Jean Hatzfeld. Il envoie un mandat postal, je poste une lettre à Karim Achoui, à la maison d'arrêt de Nanterre.

(c) Photo Olivier Roller


Au Flore, nous croisons Charlotte Rampling qui salue Jean-Paul Enthoven déjeunant avec Elisabeth Quin.

(c) Photo Jacques Bosser

Charlotte Rampling en héroïne manga à la galerie Christine Phal, 29 rue Mazarine, photographiée par Jacques Bosser. L'exposition détonante commence demain.


Message du 20/01/09 à 20h13
De : ROSSI Sylvestre <sylvestre.rossi@wanadoo.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Objet : Obama au Kenya


Cher David,


Oui, j'ai vu la photo de Pete Souza d'Obama au Kenya. Elle est sensée magnifier le quarante quatrième président des USA. Le fond de ma pensée pessimiste et non ronchon c'est que Obama se fiche des kenyans autant que Bonaparte se fichait des corses ou que Sarkozy se fiche des hongrois. Mais je souhaite me tromper. C'est surtout une histoire d'ego avec Obama, le sien semblant nettement plus développé que celui de Bush junior. Je pense qu'il vaut mieux avoir à faire à un type limité intellectuellement qu'à un type égoïstement surdimensionné. C'est pour ça que j'étais pour John Mc Cain. La femme d'Obama me fait penser à ma tante, elle parle de son mari comme s'il s'agissait de son grand fils adoré. Pour maintenir le mâle ego au sommet, on n'a pas encore trouvé mieux. Bon, passons à une citation de Joy Williams (une nouvelliste américaine que j'adore, l'école de Ray Carver ) : " Dans la vie on est sensé établir avec les autres des relations pleines de sollicitude et dépourvues de curiosité". ça ne vous fait penser à personne ? A Barack ? Peut-être... Peut-être pas... Je crois, pour ma part, que c'est la définition même de l'enfoiré mondain. Ceci dit, la fonction crée l'organe. Alors ? « Wait and see, Mister President ! »


Bien amicalement
Sylvestre


De : DELPRAT Christian <c.delprat@jvldir.com>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Mardi, 20 Janvier 2009, 15h13mn 46s

Objet : une qui s'la pète, un qui se troue


Cher David


Ségolène continue de se la jouer, et il faut bien dire qu'elle a du temps pour faire du tourisme. Son mail d'aujourd'hui commence par : « Première journée de déplacement à Washington. Bain de foule à pied, au milieu de plusieurs centaines d'Américains venus, malgré le froid glacial... » comme s'ils étaient venus voir la Madone ! Il fallait lire : « perdue dans la foule, anonyme parmi tant d'autres... » Un autre qui va passer à travers, c'est l'Emir de Manchester City qui veut se payer un Kaka à 120 patates (je préfère la vulgarité à l'indécence). Quand les supporters du PSG lisent ça, ils doivent rêver de coincer Bazin sur le parking du Camp des Loges. J'étais absent depuis plus de 2 semaines : je constate que le monde (et ton blog) tourne toujours aussi rond.

Bonne année !

Christian DELPRAT


Libé page 12. Le jour où Barack Obama est investi, Pierre Moscovici se déclare : "déçu du PS".



Et, à la galerie Marion Meyer, 15 rue Guénégaud, Mélodie Mousset expose...



 

 

 

 

 

 

 


David & Céline vont dans le même bateau















Repost 0
David Genzel - dans Culte
20 janvier 2009 2 20 /01 /janvier /2009 08:57


L'immense roi Lear-Minetti, Michel Piccoli, déclare dans Les Inrocks de ce jour :

"Je suis très fier de vivre cette époque avec Barack Obama pour compagnon de route. Mais une chose me terrifie, c'est quand, en France, on parle de lui comme le président du monde. Ca, c'est catastrophique. Pouruoi le prendre pour notre président ? On est perdus à ce point ? Mais vive Obama, s'il peut nous redonner de l'énergie et du goût pour la politique.
C'est pour ça que je suis "obamaniste"."


Dans Les Echos, une photo de Jean Dujardin dans 99F illustre un article sur la crise. Du virtuel au réel, Céline :
- Hier, en prenant un chocolat chaud au Flore avec Sylvie Bourgeois, nous avions le vrai Octave en face de nous !





Notre soirée culte de l'an 2009 est déjà réservée ! Est-ce que Pierre de Bonneville nous accompagnera pour prendre des photos ?!


Message du 20/01/09 à 01h40
De : LOEB Caroline <c.loeb@noos.fr>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>


Cher David,
Réservez un soir les 5 ou 6 février ;
et venez découvrir mon nouveau spectacle New York/Cole Porter/Lou Reed chanté par Michel Hermon à Fontenay aux roses ; c'est magnifique !
Ou attendez le 19 /02... On le reprend au théâtre Sylvia Monfort.
Amitiés,
Caroline


Caroline Loeb et Michel Hermon vont sûrement apprécier Le roman de L'Olympia de Pierre Philippe, l'auteur de chansons de Guidoni, Caven ou Juliette.

 

 

De : CHATELIN Bruno <bruno@m21editions.com>
À : BRUCKER Axel <trailersmuseum@wanadoo.fr>
Cc : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Lundi, 19 Janvier 2009, 21h16mn 36s

Objet : RE: Le coup de gueule de la semaine !


C'est excellent Axel. Enfin quelqu'un qui ose s'attaquer au Politiquement CulturoCorrect avec humour. J'attends maintenant (et appelle de mes vœux pour 2009) tes coups de gueule pour désacraliser Alain Delon pendant qu'il est encore vivant (je crois ?) et l'expo « Picasso et les maitres » sponsorisée par Metrobus aux heures de pointe, sans les odeurs c'est vrai, ça reste chic.
Tellement gouteux ton article que je l'ai collé sur mon blog à moi.
http://www.fest21.com/fr/blog/l_editeur/
j'espère que l'écho ne vous contrarie pas ?

PS : quant à moi je m'amuse énormément à réfléchir (avec Eric Tong Cuong) sur la stratégie de communication online du prochain film de Tarantino que sortira Universal le 23 Septembre prochain (on en parle déjà pour Cannes).


 

Ca dépote sans langue de bois !

Et encore le visuel que j'utilise pour l'instant pour le travail d'amorçage sur Facebook est gonflé, mais

TRES loin du scenario.

Amitiés

Cordialement

Bruno Chatelin


MAJOR BUZZ FACTORY
Powered by La Chose
Phone: +33 9 51 21 45 47

Fax : +33 1 72 74 73 79

Cell : +33 6 80 99 57 34

 


De : RIOULT Nicolas Rioult <nrioult@beez-ent.com>
A GENZEL David <David.genzel@gmail.com>
Date : 19 janvier 2009 14:19

Objet : Belmondo et son chien


Bonjour,
Je suis juste un lecteur de votre blog...
Un petit montage fait en lisant le texte d'Axel Brücker consacré à Belmondo et à l'à propos de son film (enfin pardon, du film de Francis Huster).

Bonne continuation,
Nicolas

(et Fedwa pour Photoshop)

Nicolas Rioult
Beez Entertainment
www.beez-ent.com


De : WOLFF Frédéric <white.box@hotmail.com>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Lundi, 19 Janvier 2009, 14h42mn 21s

Objet : Big B était à Paris


David, Céline bonjour

Jeudi soir, Amitabh Bachchan, la plus grande star de Bollywood en Inde et à l'étranger, était l'invité d'honneur du Salon du Cinéma.
Cohue, foule, définitivement intouchable, mais sublime, forcément sublime.


Et moi je suis juste un peu en retard pour vous envoyer cette image.

A bientôt

Frédéric Wolff


Message du 19/01/09 à 13h14
De : CORSANT-COLAT Philip <p.cc@wanadoo.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Objet : ON N'INVENTE JAMAIS RIEN


Bonjour David,

Je rebondis sur la question de Pierre de Bonneville : « On n'invente jamais rien ».

Un beau matin de 1981, très à la bourre comme d'habitude, je m'engouffre par l'accès (strictement interdit au personnel) de la rue Vernet en bousculant malencontreusement le chauffeur de Maurice Levy pour prendre l'ascenseur de Publicis afin de rejoindre mon étage et la cellule SHELL (SHELL que j'aime). J'avais des maquettes format raisin sous le bras (j'ai le bras long), et oui, les portables n'existaient pas. Essoufflé, j'appuie nerveusement sur le bouton quand tout à coup la porte s'ouvre et face à moi, un p'tit bonhomme chauve mais avec un cheveu sur la langue et des taches sur le front et le crâne. Les portes se ferment, nous nous faisons 6 étages ensemble (j'avais oublié d'appuyer sur le 3) qui a duré une éternité; durant ce laps de temps, il m'a délivré 2 messages droit dans les yeux avec son intonation particulière :
1/ "On n'invente jamais rien" en regardant mes maquettes avant que l'une d'elles ne tombent par terre.
2/ "Mon p'tit, je ne sais pas qui vous êtes mais vous n'êtes pas digne d'être publicitaire dans notre maison en portant des maquettes visibles de tout le monde..."
Monsieur Bleustein Blanchet, sur 6 étages, m'a marqué à vie.



Aujourd'hui, un dossier, une revue, un bouquin sur la plage est toujours côté Verso, plus jamais Recto.
J'y pense à chaque moment.

Très belle journée David.


Philip Corsant-Colat


http://www.startandgo.fr
10, rue Pauline Borghèse
92200 Neuilly s/seine


De : DUVAL-STALLA Alexandre <ads@ads-avocats.com>
A : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>
Date : 19 janvier 2009 09:55

Objet : Le Procès de la Princesse de Clèves : 29 janvier 2009 à 20 heures 30



Cher Monsieur,

Merci de m'ouvrir vos colonnes.

70 ans après les Surréalistes, les Culturistes inaugurent « Le Livre en procès ».
Son concept : Faire le procès d'un livre, d'un auteur, d'une institution, dans l'enceinte d'un tribunal reconstitué. Avec un objectif bien avoué : Reconquérir notre culture pour dresser la France contre la fin d'un monde !


Manifeste du Culturisme (extraits)

Quand le Time Magazine avait titré sa une en décembre 2007 sur la mort de la Culture française, certains n'avaient voulu y voir qu'un tropisme anglo-saxon. En réalité, si la France dispose de tous les talents, son vrai problème est de reconquérir des lecteurs, des spectateurs et des auditeurs en France et à l'étranger. Il nous appartient de rappeler l'importance de la lecture et de trouver de nouveaux moyens pour diffuser la culture française, assurer l'audience de la langue française et développer la pensée et l'esprit français dans les discussions politiques, économiques, scientifiques et culturelles dans le monde en investissant notamment dans notre éducation et notre action culturelle à l'étranger.
« La culture ne s'hérite pas, elle se conquiert » rappelait André Malraux.
Reconquérir notre culture, c'est dresser la France contre la fin d'un monde.

Montrons nos muscles.


Les acteurs du Procès :

L'accusée
La Princesse de Clèves


Les complices

Ingrid DESJOURS (Echo, Plon), Stéphanie HOCHET (Combat de l'amour et de la faim, Fayard), Sarah VAJDA (Gary & Co, Infolio), Laurent BOSCQ (Je voulais pas crever : petit traité de résistance urbaine, Albin Michel), Gérard de CORTANZE (Indigo, Plon), David di NOTA (Bambipark, Gallimard)


Les parties civiles
David Angevin (Dans la peau de Nicolas, Editions du Rocher) et des lectrices


La Cour
Alexandre DUVAL-STALLA (le Président)
Clara DUPONT-MONOD
Sébastien LAPAQUE


Le Procureur
Vincent OLLIVIER


L'avocat de la Défense
Felix de BELLOY


L'huissier
Patrice THIBAUD


Postscriptum :

Les ratés ne nous rateront pas...

Il faut mieux susciter la haine que l'indifférence, disait Clemenceau. Sollers est un de nos rares grands écrivains européens de langue française. Il rend ce monde moins bête. Sans doute faudrait-il prescrire du Sollers à un certain nombre de personnes. C'était le but de ce procès. Seule une femme pouvait prendre la suite. Ce sera la Princesse de Clèves, qui aurait pu dire comme Antigone : « Je ne suis pas venue pour partager la haine, mais pour partager l'amour ». Venez partager l'amour le 29 janvier 2009 à 20 heures 30 à la Mairie du VI° arrondissement de Paris. Vous ne serez pas déçus !


Postscriptum 2 : Karim Achoui

Petite anecdote vécue : Pendant un procès d'assise récent, pendant tout son réquisitoire, l'avocat général n'a cessé de prononcer le nom de Karim Achoui, renommant ainsi mon client dont le nom avait une vague ressemblance. Parfois l'inconscient en dit long, très long. Sans doute serait-il temps d'en finir avec le curieux amalgame entre le client et l'avocat. Et de réaliser que quand on se trouve dans une situation de devoir prendre un avocat, on réalise combien il reste le dernier rempart des libertés publiques et d'une certaine réalité face aux rumeurs, aux torrents de boue et aux raccourcis faciles. Jusqu'à récemment (2004), l'évasion sans violence n'était pas réprimée par le code pénal. C'était une tradition héritée de la Révolution française que tant qu'un homme aspire à la liberté, il lui reste une part d'humanité, quel que soit son crime. C'est notre foi en l'homme qui nous guide et non nos peurs. Je serai le 21 aux côtés de mon confrère qui n'a été dans cette histoire qu'un avocat et non un complice.

_________________________
Alexandre DUVAL-STALLA
Avocat à la Cour


Cabinet Duval-Stalla & Associés
8, rue de Tournon - 75006 Paris
Tél. : + 33 (1) 43 25 84 80
Fax : + 33 (1) 43 25 56 14
Email : ads@ads-avocats.com
www.ads-avocats.com


De : De LAURENS Benoît <Benoit.DeLaurens@lowestrateus.com>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Lundi, 19 Janvier 2009, 11h49mn 24s


Toi qui avais fait écho dans ton blog de la campagne dite « Lagerfeld Jacket », je ne résiste pas à l'envie de t'envoyer notre carte de vœux en forme de clin d'œil à cette campagne qui a prouvé s'il en était besoin la puissance de la (bonne) création publicitaire.
Bien à toi.
Benoît



De : MEYER Benoît <meyersports@gmail.com>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Lundi, 19 Janvier 2009, 11h18mn 41s

Objet : Ma Maison en Corse


Salut David,

Grace à toi, je viens de découvrir ma nouvelle « maison » en Corse « Beth Meir ».

Cordiales Shalom :)

Benoit Meyer


De : BORHEN Christophe <christopheborhen@ymail.com>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Lundi, 19 Janvier 2009, 11h47mn 57s

Objet : Relativement à...


Cher David,

Un grand merci pour le lien (j'en ai fait de même). Je ne résiste pas à la tentation de vous rapporter cette jolie blague qui prête autant à (sou)rire qu'à réfléchir..

Voici :

" L'histoire de l'humanité a été façonnée (et demeure fascinée) par cinq juifs considérables :

1. Moïse : tout est LOI.
2. Jésus : tout est AMOUR.
3. Marx : tout est POLITIQUE.
4. Freud : tout est SEXUEL.

Et bien entendu Einstein : tout est RELATIF. "

Cordialement,

Christophe Borhen

http://lettreslibres.zeblog.com


Le trimestriel XXI annonce de somptueux résultats. J'ai lu tous les reportages du numéro 5, de Sylvie Caster à la Mère Denis. Je n'y retrouve pas le ton d'Actuel, j'y retrouve surtout une mise en scène nombriliste des journalistes...








David & Céline vont dans le même bateau















Repost 0
David Genzel - dans Culte
19 janvier 2009 1 19 /01 /janvier /2009 09:28

Samedi soir, Studio Théâtre d'Alfortville, 16 rue Marcelin Berthelot.
 

Nous prenons deux tartines au bar mulicolore. Il est rempli de slogans publicitaires à l'imparfait, que nous cherchons à attribuer. "Parce que je le valais bien" "Pourquoi la vache qui riait, riait ?" Une jeune foule compacte entoure Christian Benedetti, le maître de céans. Et la pièce commence, des comédiens nous font écouter leur portable et nous entraînent dans le Studio Théâtre. Cette pièce : Some news from the future, de la jeune dramaturge roumaine, Gianina Carbunariu.


Je rêve d'une époque où des entreprises loueraient des mini-bus pour emenner leurs salariés voir ce genre de spectacle vivant décapant.



Désormais, je n'ai plus à prononcer Stanislavski pour ébahir Céline.

»
 

De Christian Benedetti à Eric Marty, il n'y a même pas le Sade du miroir comme infime différence.



 

Eric Marty

L'Institut d'études lévinassiennes a le plaisir d'inviter à la conférence
d'Eric Marty


jeudi 22 janvier 2009 à 20h30

 

Déraisonner avec Sade
du discours philosophique

 

Ed. Verdier

17-19 rue Houdart - Paris 20e

 

www.levinas.fr

 

RSVP
avant mercredi 21 janvier 2009

reservation@levinas.fr
ou 06 12 04 65 47








Message du 17/01/09 à 11h26
De : BOURGEOS Sylvie <slvbourgeois@wanadoo.fr>
A : NAVARRE Céline <celine-navarre@voila.fr>


Bonjour Céline,

Oups ! En effet, je viens de voir que j'ai répondu par inadvertance aux trois destinataires du e-mail de Stéphane Million et tant mieux si je suis tombée sur une franc-comtoise qui est aussi une voisine de livre, nous avons chacune une nouvelle dans le Bordel dédié à Basquiat ! J'avais d'ailleurs beaucoup aimé la votre, drôle et touchante.
Je viens de Besançon où je ne retourne plus depuis le décès de mes parents, mais j'ai projeté d'y aller en février pour montrer le Haut-Doubs que je trouve très beau à mon mari. Et vous, vous venez d'où ?
Je viens de regarder votre blog, j'adore, je vais m'y replonger cet après-midi. Axel Brucker a l'air toujours aussi verbalement en forme! Je l'ai revu très rapidement à l'enterrement de Georges Cravenne qui était le papa du premier homme de ma vie et comme Sylvie Matton que je ne connais pas personnellement, j'avais commencé l'année dernière un livre sur Danielle Cravenne, projet que j'ai mis ensuite de côté, j'ai juste écrit une nouvelle sur elle, PAN.
Pour ce qui est du chocolat chaud au Flore, bien sûr avec plaisir voyons-nous.
Sylvie
http://sylviebourgeois.over-blog.com/

 

 


De : DEXIDOUR-STAUT Fabienne < fabienne.dexidour-staut@wanadoo.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>
Envoyé le : Vendredi 16 janvier 2009 15:41

Objet : Drucker, un homme et un chien

Cher David,

Je suis tout à fait en phase avec les propos écrits par Axel Brucker au sujet de la promotion du film de Francis Huster avec Jean-Paul Belmondo par Michel Drucker... aucun mot n'a été prononcé par le Jean-Paul Belmondo d'aujourd'hui, alors que l'interview exclusive était annoncée toutes les ¼heure... Comment le public va réagir ? C'était pitoyable et d'une maladresse totale que de rappeler tout ce que cet immense acteur a fait avant « sa maladie » puisque le propos du film est justement de montrer que malgré son handicap il peut jouer d'une autre manière... J'ai peur que tous les curieux se précipitent pour voir le film avec comme arrière pensée du voyeurisme et non pas un acteur de cinéma et de théâtre qui ne joue pas comme avant mais fait passer ses émotions avec différence. Comment se planter comme ça ? Quel gâchis ! Je souhaite quand même que ce retour au cinéma se passera bien car sinon ce serait terrible pour lui.

Fabienne Dexidour-Staut
 

Pierre de Plas a été photographié vendredi par Olivier Roller.

 

De : De PLAS Pierre <pdeplas@aol.com>
À : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>
Date : 16 janvier 2009 19:12

Objet : photographe

 

Ai vu ton ami photographe, Olivier Roller. L'homme est fascinant. Il a des yeux partout et trouve la posture idéale. La preuve, il voulait me photographier de dos ! Cela dit, c'est un traquenard monté avec ta complicité par les jeunes de la pub pour éliminer la vieille génération.
Déjà, il faut trouver. Je conseille de coucher en route. Hôtel Meurice. Ensuife, l'affaire se corse. Son studio est au 6ème, sans ascenseur. Beaucoup de portes mais elles donnent sur des cagibis ou des caves. C'est haut. Dis lui surtout d'éviter de poser une question dès l'arrivée du grabataire. Aucune corde vocale ne peut s'exprimer lorsqu'elle est ainsi privée d'air.
Cela dit, après, bien après, on rencontre un homme d'exception. Il est intelligent, drôle, vivant et surtout, semble avoir une idée précise de ce qu'il veut, contrairement à beaucoup de photographes qui espèrent trouver la révélation parmi les nombreux rouleaux sacrifiés.
Merci David. Ce fut une expérience enrichissante.

Pierre de Plas

 

Mobile : +33608757555
Fax : +33145035108

 

Message du 16/01/09 à 21h04
De : ROLLER Olivier <olivier.roller@free.fr>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>

 

Merci à toi David.
Le mail de Pierre de Plas me touche.
Je ne me sens pas autorisé à recevoir tous ces mots.
Je préfère les oublier et me concentrer sur le bouton que j'appuie.
C'est mon seul travail.
Sinon je me sentirais redevable de tous ces gens et je n'oserais plus faire ces photos juste pour moi.
C'est sans doute ce qui tue la photographie : le désir de plaire à l'autre.
C'est pour soi qu'on fait les choses, pour créer un langage qui nous est propre.
Après seulement on le partage.
- Je suis bien évidemment partant pour un portrait de Bertrand Suchet. Je vais regarder sur internet qui il est. (Tu me fais ma culture pub !!! j'ai même pas de télé !). Si tu as son mail, je le contacte. Mais sans doute préfères-tu lui demander avant.
- Pascal Manry est intelligent, j'ai eu un peu de mal au début peut-être parce qu'il parle le même langage des images que moi. J'AI EU DU MAL À LE FAIRE DEVENIR STATUE. J'ai compris que je cherchais ici la suite des bustes romains.

Bonne soirée à vous deux,
Olivier


Message du 17/01/09 à 18h08
De : ROSSI Sylvestre <sylvestre.rossi@wanadoo.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Objet : Chemin lumineux

 

Cher David,

Qu'apprends-je ? L'église réformée de Bastia n'a plus de pasteur depuis juillet dernier. Les 70 fidèles que compte cette communauté calviniste sont en déshérence. Certes, être corse et protestant c'est un peu comme le poisson volant, ça existe mais ce n'est pas la loi du genre. Pourtant les conditions d'hébergement du pasteur sont idéales, rapporte le président du conseil presbytérien de l'église réformée de Corse. Un vrai paradis. Le Temple est pratiquement au bord de la mer dans un endroit idyllique. A Pietranera. Mais ça ne se bouscule pas au portillon. Alors, je lance un appel à Ariane Chemin du Nouvel Obs qui est aussi rédactrice à "Réforme", le journal confessionnel des protestants. Ariane, vous qui connaissez si bien les arcanes de l'île, faites quelque chose !


Ariane Chemin Journaliste à Réforme

 

Ariane Chemin lors d'une soirée avec le service culturel du Nouvel Obs


Pour nos amis juifs, tout baigne. Certes, ils sont moins nombreux dans l'île que dans les années 60-70 mais la seule Synagogue que compte la Corse est à Bastia et compte une quarantaine de fidèles réguliers. Et puis ils ont un bon Rabbin au caractère méditerranéen. Le tout nouveau président de la chambre de commerce de la Corse du Sud est Juif. Il a été élu à l'unanimité. Et après on dit que les corses sont racistes ! C'est rigolo parce qu'il porte un nom arabe, il s'appelle Nasser. Natif d'Ajaccio il parle le corse couramment.
 
Synagogue « Beth Meir », Rue du Castagno à Bastia

Bien amicalement
Sylvestre

 

De MOORS Bernard <bernardmoors@free.fr>
A : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>
Date : 16 janvier 2009 12:25

Objet : parle de moi

J'attends la réponse de Pierre avec intérêt , ma mère me citait cette phrase
il y a une cinquantaine d'années en l'attribuant à un industriel français dont
j'ai oublié le nom.
Bernard Moors

16 rue Pierre Demours - 75017 Paris
Tel 01 56 68 04 28 - 06 89 93 40 78

 

Message du 16/01/09 à 12h53
De : De BONNEVILLE <pierre@debonnevilleorlandini.com>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>


Eh bien Bernard Moors a raison : à la question quelle est la personnalité
qui a cru énoncer cette vérité quasiment cioranesque
« L''important c'est qu'on parle de moi en bien ou en mal ? »,
c'est bien sa mère !!!
Sa mère qui aurait lu le Bêtisier de notre Raymond ex-sélectionneur viré,
nouveau sélectionneur maintenu,
page 63, (Editions du Rocher, 6€90, -5% à la Fnac).

Cette phrase lui est attribuée comme datant de 1970.
Mais Daniel Robert l'avait dite aussi en 1923 dans le Stratégies de l'époque
(qui s'appelait alors "La Vente en Avant"), Jacques Séguéla aussi l'avait
prononcé lorsque Dauzier l'avait racheté avant de le refiler à Bolloré,
David Genzel l'a dit au cours de chacun de ses cours, à l'Eu-Esse-Pé, de
1867 à 1992, et Gonzague St Bris le dit encore, infatigable.

Répétons-le à satiété : "On n'invente jamais rien" ou : "Tout a déjà été
dit"...
Tiens, au fait, qui a dit ces deux phrases ?
Et en quelle année ?

Hihi.
Je me marre bien.

 

Benoît Duteurtre adore la Loeb dans Marianne de cette semaine.

 

Message du 18/01/09 à 12h07
De : LOEB Caroline <c.loeb@noos.fr>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>

 

(c) Photo Katya Legendre

Bonjour David !
Oui ça fait plaisir... c'est suite à 1h passée avec lui à France Musique; la qualité de son écoute, sa culture et son intelligence bienveillante m'ont portés ; très bonne surprise que cet article !
Amicalement,
Caroline

 

Samedi matin au Flore, petit déjeuner avec Paul Wermus, Henri Baché et Jean de Bony. Notre petit déjeuner est égayé par la montée à l'étage de l'icône Raul Ruiz escorté de son producteur Paolo Branco.

(c) Photo Olivier Roller

 

Henri Baché et Uli Wiesendanger tombent dans les bras l'un de l'autre, et ensuite Henri donne l'accolade à Georges-Marc Benamou...

 

Le "divin chauve" de Stratégies expédie d'une phrase le départ du président du PSG :

"Paris est une vieille ville, pas une ville neuve" !

 

 

 

 

 

 

 

David et Céline vont dans le même bateau









 

Repost 0
David Genzel - dans Culte
16 janvier 2009 5 16 /01 /janvier /2009 09:22

De : BRUCKER Axel <trailersmuseum@wanadoo.fr>
A : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>
Date : 15 janvier 2009 15:08


Mercredi 14, premier jour du « film événement »... 13 042 entrées sur 279 copies. Soit une moyenne de 47 entrées par salle pour toute la journée.
Jean-Paul Belmondo n'avait pas besoin de ça !

Depuis quelques temps, les médias n'enterrent plus les morts... ils enterrent les vivants maintenant !

Je suis en colère !

Axel Brücker

 


Drucker, un homme et son chien
- par Axel Brücker -


Un Homme et son chien devait être le retour tant attendu de Belmondo sur les écrans, ses retrouvailles avec le public « qui ne l'a jamais oublié » depuis son grave accident vasculaire.
La fausse bonne idée se met en route, mais le pire est à venir avec la promotion du film, promotion médiatique démesurée dont le marketing se positionne entre l'hommage de la Nation au grand comédien et le Téléthon.

Magazines people, news, télévisions et radios se sont donnés rendez-vous, comme à Cannes, pour saluer le courage de Bebel, « icône du cinéma français » pour ceux qui ne le savaient pas. Et toutes et tous d'annoncer qu'il ne s'agit pas d'un film de complaisance pour l'ami Belmondo, d'un coup de pub, non, surtout pas, mais d'un « vrai film », un film de Francis Huster, avec de nombreux acteurs et un vrai scenario, remake d'un déjà célèbre film de Vittorio de Sica. Certains critiques s'en trouveront mal à l'aise, car si l'on ne tire pas sur une ambulance, on tire encore moins sur la promo et la couverture de son journal.

 

 


Francis est sur tous les plateaux, les yeux mouillés, pour nous parler du courage extraordinaire de Belmondo et comment il a réussi à Le convaincre de revenir au cinéma, non dans un polar ou dans une comédie, mais dans un film grave qui colle à l'actualité des Sans Domiciles Fixes, des personnes sans ressources... sorte de remake également d'Hiver 54, un vrai film !

Le public « qui n'a pas oublié Belmondo » commence à se méfier.

Mais le couronnement est à venir, le dimanche, sur le Service Public avec Drucker, l'ami de toujours de Belmondo, celui qui ne l'a jamais oublié, et qui nous annonce une « spéciale Belmondo » à l'occasion du « retour de Belmondo au cinéma » et une interview exclusive de l'acteur préféré des Français par le présentateur préféré des Français.



Belmondo n'est pas sur le plateau, il sera dans une interview spéciale, un sujet comme on dit. En attendant, les invités défilent avec un temps de parole minuté pour dire que Belmondo a été, oh pardon... est toujours... un immense acteur ! La gêne s'installe, la promo est énorme, le public s'impatiente... Francis, les yeux toujours humides, nous raconte que Belmondo a été extraordinaire, il a même déjeuné à la cantine avec les autres comédiens, il plaisantait souvent, Drucker salue plusieurs fois le travail extraordinaire du fidèle maquilleur de Bebel, Huster nous raconte qu'il a même tourné, sans doublure, la scène où il est debout sur les rails au moment de l'arrivée du train ! Vrai !

La gêne s'arrête avec « l'interview exclusive » de l'ami de toujours de Drucker par Drucker ! On est dans le pathétique. Pour une fois, la promo ressemble au film. On est loin de certaines pubs mensongères.

« Jean-Paul a travaillé avec les plus grands »... Parlez-nous de Gabin... « Ah oui ! Un grand monsieur » Et... Lino Ventura ?... « Ah Ventura ?... Il était pas facile, non... » Et Delon ? « Avec moi, pas de problème... » Ainsi jusqu'à la deuxième partie, parce qu'il y a plusieurs parties dans ce spécial retour de Belmondo, avec Charles Gérard, et là on touche le fond, qui nous raconte que cette histoire est vraie car Belmondo avait perdu son chien, dans la vraie vie, comme dans le film... Il s'en souvient très bien, et l'avait retrouvé, grâce à sa ténacité et son courage... Comme dans le film, une sorte de film un peu autobiographique aussi.



L'émission se termine avec l'annonce d'une journée spéciale, le lendemain, sur Europe 1 sur le retour de Belmondo au cinéma... Mais il faut « absolument » aller mercredi voir ce film, ce « vrai » film.

Dès le lendemain matin, en effet, Europe prend la relève avec, comme invité de Fogiel, Michel Drucker, l'ami de Belmondo, et l'on repasse des extraits de l'interview exclusive de l'acteur que les Français n'ont pas oublié... « Lino Ventura ?... « Ah Ventura... Il était pas facile, non... » Ca passe mieux en radio. Michel, « que vous retrouverez tout à l'heure dans une spéciale Belmondo ». Bruno Cras, mal à l'aise, rappelle qu'Un Homme et son chien est le remake par Francis Huster d'un très grand film du « néo-réalisme italien des années 50 »... Ca donne envie.

Au fait ? Et que pense Jean-Paul Belmondo du film ? Il ne l'a pas encore vu, nous raconte son ami Michel Drucker, il le verra mercredi en salle avec ce public « qui ne l'a pas oublié ! ».

Résultat du fameux mercredi ? Un désastre... Avec, pour l'ensemble de la France, un total de 13 042 entrées sur 279 copies. Soit une moyenne de 47 entrées par salle pour toute la journée.

« Mon Dieu, gardez-moi de mes amis »

Axel Brücker

PS : Le public, lui, n'a jamais oublié Jean-Paul Belmondo.


Le 5 octobre 1962, Ursula Andress sort de l'eau... bien avant Villepin, Craig et Obama. Aujourd'hui, à 72 ans, Ursula Andress lutte contre l'ostéoporose, maladie dont elle est atteinte.



Nicolas Genka, le romancier censuré de L'Epi monstre vient de décéder à 71 ans.



Pierre Moscovici va t-il inviter au Flore ou aux Editeurs, Diariata, le mannequin montbeliardais qui vient de poser pour le calendrier Pirelli ?




De : De BONNEVILE Pierre <pierre@debonnevilleorlandini.com>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Jeudi, 15 Janvier 2009, 12h24mn 06s

Objet : Encore


Les résultats de Médiamétrie viennent de tomber ce matin.
RMC, connaît encore une progression.
Depuis plus 7 ans, chaque sondage a été en hausse !
C'est du jamais vu !

Donc j'ai proposé à Alain Weill ce slogan :
Depuis 7 ans, l'audience de RMC ne cesse de progresser.
Vous y croyez, elle croît !

Et puis, lorsqu'on a su le chiffre 6,2%
J'ai proposé un autre titre :

RMC plus fort que le LIVRET A.

Je suis marrant.


Pierre de Bonneville


Message du 15/01/09 à 11h48
De : ROSSI Sylvestre<sylvestre.rossi@wanadoo.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Objet : Ha, ces deux là !


Cher David,

Jourde et son mentor Rinaldi sont aussi mythos l'un que l'autre pour ne pas dire pire. Rinaldi prétend dans sa bio que ses parents étaient paysans alors que sa mère était tenancière de bar sur l'artère principale de la plus grande ville de Corse: Bastia. Photo ci-dessous. C'est la dame qui sourit (elle était mille fois plus sympathique que son fils).
Quand à Jourde il a raconté n'importe quoi sur son village natal, au point que ses habitants excédés l'ont tabassé. Aux dernières nouvelles, il paraît qu'il en redemande (il doit être maso, en plus).
Ils sont tous deux illisibles, aucune oreille. Je préfère pour ma part la musicalité de l'idiome Boschiman. Et même le bêlement des chèvres est plus doux à mes oreilles que l'écriture chichiteuse de Jourde et Rinaldi.
Ils sont tous deux comme cet écrivain américain (dont je tairais le nom) qui situaient toutes ses histoires d'étudiants à Yale alors qu'il avait fait Rodham. Le héros du complexe c'est le complexe lui-même. Complexés et méchants, tels sont Jourde et Rinaldi.
Bien amicalement
Sylvestre

 


De : De BONNEVILLE Pierre <pierre@debonnevilleorlandini.com>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Jeudi, 15 Janvier 2009, 11h36mn 24s

Objet : Enigme


Qui a dit, cette phrase somme toute d'une banalité confondante mais... :

« L''important c'est qu'on parle de moi en bien ou en mal ? »

Daniel Robert ? Jacques Séguéla ? Dale Carnegie ? Steve Jobs ? David Genzel ? Gonzague St Bris ?

Martine Auxabris ? Gay Lussac?

Réponse plus tard.

Pierre de Bonneville


Christian Benedetti, que je considère comme le meilleur directeur d'acteurs français, débute sa nouvelle pièce dans son Studio-Théatre d'Alfortville.


De : MASH Natasha <natoulia2000@yahoo.com>
A : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>
Date : 14 janvier 2009 16:59

Objet : La femme au placard, au Gymnase


Bonjour David,
J'espère que tu vas bien et Céline de même.
Je vous envoie l'information sur le SHOW CASE de ma pièce pour le 30 janvier !
J'espère que vous pourrez venir et en parler autour de vous !
On voudrait vraiment la promouvoir ! Elle en vaut la peine...
Alors voilà...
« LA FEMME PLACARD » revient... pour une date exceptionnelle au petit Gymnase le vendredi 30 Janvier à 18h.
Nous serions ravies et heureuses de vous y voir... nous les deux moitiés de cette femme, de ces femmes, de nous !...
Au plaisir...

Bien à vous,
Natasha

Fabienne Deixidour vous a envoyé un message.

Objet : Bonjour et merci

Il y a très longtemps... je suis ravie et je prends un plaisir fou à lire votre blog qui est tout a fait à part ,

intelligent , malin , humainement exceptionnel , beau tout quoi !! où tout peut se dire bravo !

La liste de vos amis va très vite s'allonger sur Facebook...

A très vite et merci

Fabienne


Thierry Consigny me pose une devinette de Saltimbanque.



Il joue dans Gomorra, il joue dans Il Divo, il joue et met en scène une pièce de Goldoni à la MC93 de Bobigny, La trilogie de la villégiature : Toni Servillo.


Céline :
- Une performance à la Javier Bardem !


De : LECOQ Edith <edith.lecoq@paris.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Jeudi, 15 Janvier 2009, 15h48mn 21s

Objet : Affiche Le livre en procès


Bonsoir David,

Voici l'affiche du Livre en Procès.

Bonne fin d'après-midi !

Edith Lecoq



Message du 15/01/09 à 11h08
De : GILLET Louis <lgillet@manchettepub.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>


Des nouvelles des fils ainés :
http://pagillet.over-blog.com/


De : BULTE Amélie <abulte@avocat-bulte.com>
À : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>
Date : 15 janvier 2009 11:18


La salle d'audience étant petite et les avocats présents nombreux je l'espère, tout le monde ne pourra rentrer, en dépit de la publicité des débats demandée par ses avocats.
Cependant, il est demandé aux personnes venues soutenir Karim de rester dans le couloir de la chambre de l'instruction escalier A (après la bibliothèque des avocats)

Amélie


Isabelle Rigaud nous offre son sac bio Prunelle, nous espèrons qu'elle en a envoyé un aussi à Nathalie Kosciusko-Morizet !






 

 



David & Céline vont dans le même bateau





















Repost 0
David Genzel - dans Culte
15 janvier 2009 4 15 /01 /janvier /2009 09:03
Message du 14 janvier 2009 20:00
De : BULTE Amélie <abulte@avocat-bulte.com>
A : GENZEL David <davidgenzel@gmail.com>


Cher David,

J'ai vu Karim ce matin, qui montre encore des signes d'une grande force morale en dépit des conditions de détention difficiles liées au froid.
Je vous confirme que la demande de mise en liberté sera examinée


le 21 janvier prochain à 9 h00

devant la chambre de l'instruction de la Cour d'appel de Paris

(Palais de justice - escalier A)


Vous pouvez diffuser cette information afin qu'un maximum de personnes soient présentes ce jour là pour soutenir Karim.

J'irai le voir à nouveau vendredi après midi.

La suite au prochain épisode...

Bonne soirée.


Amélie Bulté
Avocat au Barreau de Paris
26 rue des Petits Champs
75002 Paris
Tel. 09.50.20.18.78 Fax. 01.42.97.49.48
Port. 06.32.20.51.49
abulte@avocat-bulte.com


De : LACOMBE Magali <magali.lacombe@free.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Mercredi, 14 Janvier 2009, 20h40mn 41s

Objet : Le tribun des prétoires (2)


Chers Vous Dieux

Les dates peuvent changer, mais pas l'objectif.
La vie loin des barreaux mais proche du barreau.

Je vous embrasse



Magali LACOMBE

Illustratrice
06 09 10 50 39


magali.lacombe@free.fr
Site web http://maglac.free.fr


Message du 14/01/09 à 18h59
De : THIERRY Monique <mthierry@lequipe.presse.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>


Moi, je suis plus trivialement belote, mais au tarot le 21 est l'atout Maître. Avec le roi David, c'est l'atout cœur...
Bises.


Olivier Roller photographie les patrons d'agence de publicité. Pierre de Bonneville "photographie" Olivier Roller.


Message du 14/01/09 à 16h26
De : De BONNEVILLE Pierre <pierre@debonnevilleorlandini.com>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>


L'arroseur arrosé ?

Pierre de Bonneville



De : De BONNEVILLE Pierre <pierre@debonnevilleorlandini.com>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Mercredi, 14 Janvier 2009, 16h08mn 51s

Objet : Lire


Le numéro de Lire février 2009. Couverture : « Nietzsche : philosophe de la vie ». (!!!)
« Dossier 20 pages, les clés d'une œuvre » (!!!)
Me fait penser à la bande annonce du (mauvais) téléfilm sur Coco Chanel :

« Chanel... un destin sur mesure » (!!!)
Pourquoi une telle fumisterie ?

Est-ce que la fumisterie est obligatoire ?
Pierre de Bonneville



De : BORHEN Christophe Borhen <christopheborhen@ymail.com>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Mercredi, 14 Janvier 2009, 22h42mn 14s

Objet : Un truc à vous demander...


Bonjour ou bonsoir Céline et David,

J'aime beaucoup parcourir votre blog ; il donne à réfléchir (souvent) et à sourire (parfois)...
Aussi, je serais ravi de pouvoir « lier » vos pages aux miennes ; cela étant, vous demeurez libres, déjà d'accepter cette demande ou non - au reste, à vous lire, je n'en ai jamais douté...
Cordialement,

Christophe Borhen
http://lettreslibres.zeblog.com

 

 


Après Myriam, Gunilla.


De : KARLZEN Gunilla <gunillakarlzen@mac.com>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Jeudi, 15 Janvier 2009, 6h49mn 22s

Objet : Soirée Musicale au Chalet des iles le 29 janvier 2009 !


Bonne Année Alley cats !
Venez avec nous au coin du feu du Chalet des iles, pour une soirée en musique !
Réservez votre table dés maintenant au 01.42.88.04.69
Satisfaction guaranteed !
See ya !

Gunilla


Philippe Lentschener quitte Publicis...



Hier, nous avons déjeuné avec Gérard Gros au 7/15 avenue de Lowendal. Gérard nous a offert à la fin du repas les infusions Lolita Lempicka, qu'on ne trouve qu'à La Grande Epicerie.

Gérard nous a raconté son merveilleux anniversaire à Versailles, invité par Jean-Jacques Aillagon. Jean-Jacques Aillagon a mis à sa disposition, à titre privé, le petit Trianon. Gérard avait invité Michèle Morgan qui avait tourné en ce lieu Marie-Antoinette.



Ont également participé à cet anniversaire Philippe Auroir - qui vient de publier un superbe Louis XIV préfacé par Denis Tillinac - Gonzague Saint Bris, l'auteur du récent François Ier, et Ginette Moulin, présidente du directoire des Galeries Lafayette. Cette visite s'est terminée par un déjeuner au Trianon.



Puis, Gérard s'est rendu à l'enterrement de Georges Cravenne au cimetiere du Montparnasse...


Message du 14/01/09 à 16h26
De : De PLAS Pierre <pdeplas@aol.com>
A : GENZEL David <davidgenzel@gmail.com>


Souvenir de Georges Cravenne ? Nous avions créé le prix Mumm, destiné à récompenser chaque année les meilleurs articles de la presse écrite. Les grands rédacteurs en chefs de l'époque composaient le jury. Jean Daniel, Poivre d'Arvor, Claude Imbert, F.O.Gisbert, Serge July , Christine Ockrent, Colombani, Labro, etc. En tout une quinzaine. Au centre, Georges, qui les menait à la baguette. Passionnant de voir ce petit homme diriger avec amitié et humour, mais d'une main de fer, l'intelligence française.
Pierre de Plas
Mobile : +33608757555
Fax : +33145035108

 


De : MATTON Sylvie <sylviematton@free.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Mercredi, 14 Janvier 2009, 15h25mn 51s


Bonjour amis,

Et merci pour ce verre hier soir. (Ce n'était pas le moment le plus serein pour moi puisque je venais d'apprendre juste avant d'entrer au Flore que la sœur de Charles venait de s'éteindre, quittant ainsi notre monde à peine deux mois après son frère...)

Oublié dans ce contexte de vous parler de mon souvenir de Georges Cravenne. J'étais amie avec Danièle sa femme, une merveille. En 1973, juste avant la sortie de Rabbi Jacob dont Georges Cravenne faisait la promotion, elle a pris en otage les passagers et le personnel d'un avion Paris-Nice. Elle demandait que soit lu et publié sur les chaînes de télévision (2), des stations de radio et des quotidiens un texte dans lequel elle dénonçait des dérives incluses d'après elle dans ce film et sa promotion. Elle sera tuée d'une balle en plein front en milieu d'après-midi, après qu'elle avait libéré les passagers de l'avion Paris-Nice, et gardé "en otage" un steward (que je rencontrerai quelques semaines plus tard, après qu'il avait été rétrogradé dans sa promotion...). Cet épisode violent et perturbant pour Georges Cravenne le fut aussi bien sûr pour les amis - et sans doute plus tard pour les enfants du couple, alors très jeunes. A l'instigation première d'Albert Naud, avocat de GC et ami de ma famille, et avec bien sûr l'accord de Cravenne, je commençai à travailler sur un livre, et dans un premier temps à l'interviewer lui - mais aussi le steward, témoin des dernières heures de vie de Danièle. Quelques semaines plus tard, Cravenne mettait un terme à ce projet. J'ai toujours gardé en mémoire (et au fond d'un placard) les documents concernant cet évènement improbable, la liquidation de l'épouse d'un membre éminent de la société parisienne par un tireur d'élite missionné par les autorités françaises : le fait qu'un avion d'Air Inter soit cloué au sol durant x heures commençait à coûter cher à ladite société (dixit les verbatim obtenus). Personne parmi les responsables des ordres donnés ne s'était enquis de l'identité de la preneuse d'otages, pourtant plus que profane.
Amitié.
Sylvie

 



De : MICHEL Barbara <seishonagon@hotmail.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Mercredi, 14 Janvier 2009, 13h04mn 36s

Objet : Charles à mon chevet...

En fervente admiratrice de notre chère Japonaise du XI° siècle, Sei Shonagon, qui écrivit des listes et des listes...en guise d'autobiographie, «Notes de chevet »... je m'aperçois que Charles Dantzig, dont j'avais beaucoup aimé Le Dictionnaire égoïste de la littérature française, vient de publier une Encyclopédie capricieuse du tout et du rien... sur le même principe... mille ans après, c'est amusant... Sei Shonagon est très moderne, et Dantzig avec son souci de culture particulière et générale est affreusement désuet et terriblement nécessaire... J'aime les gens qui se baladent dans le réel et dans le temps, qui voient les strates ; j'aime me souvenir des vieux auteurs latins quand je regarde la politique d'aujourd'hui ; j'aime penser à Baudelaire quand je traverse le jardin du Luxembourg... J'aime la culture comme un hors-temps intérieur, je crois...Comme vous deux !
Barbara, inconsolable de ne pas avoir vécu à la cour du Japon !


(c) Photo Olivier Roller


De : ROFFINELLA Martine <roffinella.martine@wanadoo.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Mercredi, 14 Janvier 2009, 15h31mn 57s


Cher David,

J'ai longuement hésité avant de vous envoyer ce mail - ayant été consternée, en effet, par le billet de Josyane Savigneau, mais comme tout le monde sait que, bien que ne l'ayant jamais rencontrée, je l'aime beaucoup et la respecte au plus haut point, de même que Sollers, je me disais qu'il valait mieux me taire - allait-on ENCORE suspecter quelque manoeuvre de la part de cette femme, apparemment si dangereuse ?

Cependant, à force se taire, on meurt. Donc je vous écris.
J'en ai assez de Jourde et de tous ces types dans son genre qui passent leur temps à taper sur les autres, et de quelle manière, pour tenter d'exister.
J'en ai assez de ces calomnies, qui n'apportent rien à notre paysage culturel, et ne font que déplacer le vrai débat qui devrait - enfin - avoir lieu sur nos artistes contemporains.
J'en ai assez de ces haines stériles, et peu m'importe que l'on me dise à la solde de Savigneau ou de Sollers (je ne connais ni l'un ni l'autre), je voudrais que les nuisibles, certes nécessaires à toute société, ne soient plus aussi nombreux.

A cause d'eux on étouffe.
Amicalement à vous,
Martine.


De : MASTRANDREAS Anne-Marie <mastrandreas@aliceadsl.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Mercredi, 14 Janvier 2009, 15h16mn 16s


David,

 

Je voulais te souhaiter une très bonne année 2009, avec tous mes vœux de santé et de félicité. J'espère que tu vas bien, je ne t'ai pas contacté depuis que je t'avais envoyé un mail, cela fais déjà plusieurs mois, j'ai eu beaucoup de boulot, et à vrai dire je n'avais que très peu de temps pour moi. J'ai eu l'occasion de regarder ton blog plusieurs fois, il est franchement très bien fait, d'habitude les blogs c'est un peu un fatras d'informations qui vont dans tous les sens et on se demande au juste de quoi ça parle vraiment.
Le tien est clair, les photos sont souvent superbes.
Nous avons une connaissance commune : Jean-Pierre Hadida, il habite dans l'immeuble en face, au même numéro. Je ne le connaissais pas et puis un jour quelqu'un est venu me dire bonjour, c'était lui croyant que j'étais ma sœur avec laquelle il a travaillé.
Voilà pour l'info.
J'espère que l'on va finir par se rencontrer.
Je te dis à très bientôt, j'aurai probablement besoin de tes services ou connaissances, le boulot est super difficile en ce moment, si tu veux bien m'aider bien sur.
Baisers
Anne-Marie

 

 



David & Céline vont dans le même bateau




Repost 0
David Genzel - dans Culte
14 janvier 2009 3 14 /01 /janvier /2009 09:09
Maître Karim Achoui saura le 23 janvier s'il est remis en liberté pour pouvoir préparer sereinement son appel. Le 23, en agit-prop, me fait instantanément penser à Monseigneur de Paris, André Vingt-Trois.
- D'origine franc-comtoise ! ajoute Céline
Je demande aussitôt à la merveilleuse Magali Lacombe de m'illustrer ce pitch miraculeux.


De : LACOMBE Magali <magali.lacombe@free.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Mardi, 13 Janvier 2009, 21h04mn 14s

Objet : Chers David et Céline


Chers « Double Chance »

Aujourd'hui 13 janvier. J - 10.

Et dans 10 il y a 1.

1 comme Karim qui lui aussi mérite de profiter de l'an neuf.
Puisse cette illustration aider le formidable élan en faveur de la libération du tribun des prétoires.

Je vous embrasse

Magali


Magali LACOMBE

Illustratrice/Graphiste Freelance
06 09 10 50 39


magali.lacombe@free.fr
Site web http://maglac.free.fr


Georges Cravenne aurait pu mettre cette rencontre en événement RP.


De : BRUCKER Axel <trailersmuseum@wanadoo.fr>
A : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>
Date : 13 janvier 2009 23:49

Objet : Georges Cravenne



Georges Cravenne sera enterré aujourd'hui, à 15 heures, au cimetière Montparnasse.
Pour le grand public et les cinéphiles, il fut l'inventeur des Césars, des Molières, des Victoires etc.
Mais pour les professionnels, il restera le monstre sacré des Relations-Publiques et, surtout, l'inventeur de ce que l'on appellera plus tard, pour lui donner un nom: « l'événementiel ».
Son plus beau coup sera la première monumentale du film Cléopâtre au Rex. Impossible de faire stationner les voitures de 3000 invités dans ce quartier ? Alors, Cravenne fait descendre le « tout-Paris » dans le métro, depuis la station Madeleine, pour se rendre en robes longues et en smoking jusqu'au cinéma.

Il fut le Bleustein des R.P. Quelle époque!

ab

Axel Brücker
TRAILERS MUSEUM


Paul Wermus dans France-Soir confirme l'annulation du Procès de Sollers. Il annonce également le musical Anne du duo Jean-Pierre Hadida / Francine Disegni.


De : SAVIGNEAU Josyane <savigneau@lemonde.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Mardi, 13 Janvier 2009, 18h14mn 52s



Moi j'ai reçu un mail d'Alexandre Duval Stalla me disant que c'était Malraux, mais ça a dû changer entre temps.
Au début tout semblait drôle, comme cette « conférence » à laquelle Sollers avait participé au Palais. Un peu potache, mais très sympathique. Sauf que c'était comme une sorte de « club », ente gens du Palais, pas quelque chose qui pouvait tourner au glauque.
Là... vous avez lu le Figaro jeudi dernier ? « Sollers est notre Barjavel »... vous savez qui était René Barjavel ? Certes, il a écrit dans le JDD à la fin des années 1960, mais avant, il a écrit dans Je suis partout.... franchement, ça sentait mauvais.
Moi au départ j'étais d'accord pour être à contre emploi, pour porter l'accusation, parce que ça devait être une comédie. Mais après le billet du Figaro, je n'étais plus du tout d'accord.
Je pense que La princesse de Clèves court moins de risques.
Je ne remets pas en cause Duval Stalla, qui n'est pas malveillant. Mais je crois qu'il n'a pas mesuré - et moi non plus - la glauquerie ambiante. Hier encore j'ai vu Causeur cette feuille de choux dont on me dit qu'elle est initiée par Elisabeth Lévy. Il y avait encore un texte de ce Jourde qui me crache dessus, attaque Pierre Bergé (sans doute pour m'avoir défendue et avoir défendu Sollers contre Naulleau) et raconte que je serais intervenue auprès de Pierre Bergé pour qu'on supprime de Têtu un entretien qui m'était défavorable... C'est fatigant. Ce type a eu ma peau, que veut-il de plus ? Ne pourrait-il pas me lâcher ? En outre il faut être aussi pacifique que l'est Sollers, pour accepter de continuer à se faire cracher dessus par un type qui publie chez Gallimard. Moi je n'accepterais pas cela, j'aurais demandé des explications en haut lieu depuis longtemps... Les auteurs d'une maison, même s'ils n'en pensent pas moins, en général ne crachent pas les uns sur les autres dans la presse. Mais Jourde, qui donne des leçons de morale à tout le monde, comme l'autre qui est maintenant un cumulard en chef dans les médias, ne s'embarrasse pas de cela.
Amicalement à vous

Jo S


Serge Uzzan nous donne des nouvelles des USA.


Message du 13/01/09 à 18h41
De : UZZAN Serge <serge.uzzan@famous.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Objet : THE BEST IS TO COME



Cher David,

Trouve ci-dessous un petit billet d'Amérique

« Americans always get round to doing the right thing after they have tried everything else » disait Winston Churchill
Autrement dit l'Amérique qui est capable du pire nous prépare sans aucun doute dans les semaines qui viennent le meilleur.
Tous les jours nos boîtes mail accueillent des messages d'amis tout juste remerciés par leur « company » et des statistiques inquiétantes quant à la situation économique.
Et pourtant on parvient aisément à sentir un parfum d'optimisme.
Certes il y a l'effet Obama et sa « messianisation » dangereuse. « Too high expectations »
Mais il y a surtout cette capacité unique à rebondir et à repartir d'une part et à tirer parti du contexte d'autre part.
En Europe quand ça va mal on a honte de l'avouer et on se voile la face.
A titre d'exemple je citerai cette pleine page lénifiante ces derniers jours de la BNP Paribas dans la presse quotidienne française signée par sa Direction pour rassurer l'ensemble de ses publics.
Il y a sept ans United Airlines au plus mal avait acheté une pleine page en presse quotidienne également, dans laquelle elle avait juste écrit en énorme Chapter 11 avec l'un des deux 1 barré.
On en redressement (Chapter 11) mais on commence une nouvelle histoire (Chapter 1)
Ces dernières semaine Hyundai a proposé à ses clients ayant perdu leur job de rendre leur voiture, s'ils le souhaitent bien sûr.
L'Amérique va repartir sans doute bien plus tôt que l'on imagine. Elle va retrouver son dynamisme économique et ses valeurs fondamentales: la liberté d'entreprise, le respect de la différence, le sens de l'innovation et être ainsi une nouvelle fois la locomotive de notre planète.

Hier soir, nous passons au vernissage, galerie Gimpel & Müller, de l'exposition Gudrun Piper et Norman Dilworth. Karim Müller nous présente son associé londonien René Gimpel, fervent de notre blog, et qui nous explique qu'à Londres Rachida Dati a supplanté Carla Bruni dans la presse. Il veut savoir qui est le père de Zohra pour "exploser l'audience de News of the World" ! La père-version éprouvette le déçoit.


Philippe Gavi nous rejoint, manque de renverser une sculpture, nous affirme connaître l'idéntité du père, et même les commanditaires secrets de Bernie Madoff. Philippe, en tant que président des journalistes media, doit théoriquement déjeuner ce lundi avec Eric Besson.



Nous retrouvons ensuite Sylvie Matton au Flore qui embrasse Marine Jacquemin. Plus loin, Denis Olivennes avec son fils, mais Alain Chouffan n'est pas là, et Philippe Gavi non plus !


Message du 13/01/09 à 14h59

De : GILLET Louis <lgillet@manchettepub.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Objet : TR: Offremedia Newsletter num 89


Eric Brame
Président d'Option Régie et co-directeur de Onze Mondial


L'école de commerce selon Louis Gillet


Ca y est ! Louis Gillet vient de transmettre le témoin à Marianne Siproudhis. Je lui souhaite bonne chance et lui présente sincèrement tous mes vœux de réussite à la tête de Manchette Publicité.
Elle me pardonnera de vouloir revenir en quelques lignes, sans nostalgie, ni passéisme sur le parcours de Louis Gillet, lui qui a été le premier à placer l'Humain au cœur de sa méthode commerciale.
De quel qualificatif, n'a-t-on affublé Louis Gillet ? Colérique, Braillard, Gaulois, Comédien mais aussi Généreux, Fidèle, Amical, Fonceur, Tonique, Bosseur, Ne lâche rien, jamais. Louis est paradoxalement tout cela en même temps mais ce n'est pas tout !
Paternaliste s'il en est, il vaut mieux l'avoir avec soi que contre soi. J'ai été à la fois dans son équipe et son premier vrai concurrent lorsque j'ai participé à l'aventure « Le Sport » et... il connaît réellement tous les sens du mot « manchette ».
Louis n'a pas attendu Facebook pour créer ses réseaux sociaux. En s'appuyant avec une synergie naturelle sur les 3 bras armés de la régie, Relations publiques, Marketing et Commercial, tous ses clients sont devenus ses amis.
Les résultats sont là : Manchette est une régie majeure, il a accompagné activement la mutation vertueuse de la valeur « sport » et s'il n'est plus incongru de mettre sur un même plan L'Equipe, Le Figaro, Le Monde, L'Equipe Mag, L'Express ou Paris-Match, c'est en partie grâce à lui.
On aime ou on n'aime pas la méthode Gillet mais elle est redoutablement efficace. De toute façon, Louis n'a pas peur des affrontements, au contraire, et déteste le politiquement correct. Il nous rappelle chaque jour que vendre de l'espace, c'est aussi et surtout une aventure humaine.
Si Louis devait passer aujourd'hui des entretiens d'embauche pour être commercial, pas sûr qu'il franchisse les barrages : trop d'affect, trop direct, pas assez « matriciel ».
Après tout, les temps changent et c'est bien logique.
On retrouvera pourtant Louis très bientôt j'en suis sur !
A très vite Louis !


Message du 13/01/09 à 11h10
De : CROUZET Vincent <vincent.nirvana@free.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Objet : Mille pensées


Chers tous deux,

Que nous souhaiter pour 2009 ? Si ! Un truc ! Que David ne fasse plus l'ouverture du Flore le matin, traîne un peu au lit, pour avoir le plaisir de le croiser à des heures plus décentes, du genre 09h00, 09h15...

Le blog est magique : je retrouve avec plaisir Jean-Pierre Hadida grâce à vous deux.
Mille pensées pour 2009

Vincent Crouzet


De : SZABO Myriam <myriamszabo@gmail.com>
A : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>
Date : 13 janvier 2009 11:31

Milles mercis David et Céline ! Cela mérite que j'ose vous dire que je vous embrasse tous deux !
Myriam !


Duendenet
www.danzaduende.org


Pour Jean-Luc Monterosso, la plus belle oeuvre d'art à Paris : "Le combat de Jacob avec l'ange" de Delacroix, à l'église Saint-Sulpice.






 

 

 



David & Céline vont dans le même bateau


















Repost 0
David Genzel - dans Culte
13 janvier 2009 2 13 /01 /janvier /2009 09:19
Myriam est une icône. Marraine du blog. Et sa magie, le Duende, est notre signe de ralliement. Avec elle, nous avons appris à enlever tous les hauts et tous les bas.

De : SZABO Myriam <myriamszabo@gmail.com>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>
Date : 12 janvier 2009 11:24

Objet textes et photos Myriam


Chers David et Céline,

Je vous souhaite une excellente année. Encore une fois mille merci pour les nombreuses fois où vous m'avez informée de publications me concernant.
Ci-joints un texte et quelques photos si elle peuvent servir.
Je danse pour le moment dans Les Fourberies de Scapin, mise en scène de Christine Delmotte et nous tournons en Belgique jusqu'en Mars (Wolubilis cette semaine à Bruxelles). Je vous avais communiqué mon souhait de divulguer mon projet Danza Duende qui aura bientôt sa base à Milan bien que nous déployions des activités régulièrement en Belgique, France, Irlande, Espagne et Portugal.
Ce vaste projet éducatif a pour objectif de contribuer à améliorer nos conditions de vie individuelles et sociales en se basant sur l'application d'un entraînement de l'esprit à nos actions. Cela semble mystérieux, mais c'est finalement plus simple, plus proche et plus directe qu'il n'y paraît, bien que ce soit loin d'être facile! Simplement envisager notre vie comme une oeuvre d'art et transformer notre vie quotidienne en une danse, en un poème : voilà qui est le centre des études dans cet entraînement.
Et nous donnons aux élèves les moyens de réaliser cette oeuvre pour ensuite appliquer leur expérience à toutes leurs activités et sans les cloisonner. Ils développent cette vision selon leur propre créativité, ce qui donne à cette école un label extrêmement frais, vaste, varié et impossible à classifier. Imaginez que vous vous entraînez intensivement à devenir un comédien ou danseur ou musicien ou peintre mais de la vie elle-même qui devient alors votre symphonie, votre toile, votre chorégraphie...!
Cette vision n'exclut ni n'inclut une religion spécifique. Elle est accompagnée d'un entraînement qui est utile pour les artistes qui souhaitent retourner à leur esprit de débutant et à tous ceux qui comprennent que le monde dépend de notre propre façon le voir avant tout. La pauvreté est la conséquence d'une incompréhension de notre richesse en tant qu'individus puis en tant qu'humanité. Un entraînement comme la Danza Duende peut contribuer à ouvrir notre cerveau directement au-delà des raisonnements intellectuels et des préjugés qui génèrent la souffrance et les conflits.
Si tout ceci n'est pas propice en ce moment dans vos chroniques, je le comprends très bien et je ne vous en tiendrais pas rigueur (c'est un peu long d'ailleurs?). Mais si vous voulez me proposer que nous composions quelque chose pour le publier je suis disponible. J'attends vos conseils à ce sujet.

Bien à vous, Myriam Szabo.


La Danza Duende est un entraînement de l'esprit appliqué aux mouvements de la vie quotidienne. Cette dynamique devient la base de la pratique continuelle d'une danse consciente du corps, des pensées, des émotions, des sentiments et des perceptions.

Les œuvres Duende sont créées au service de la bonté fondamentale de l'humanité et à travers le soin et l'amour apporté à toutes nos activités sociales et privées.

La profonde interaction entre les différents champs de nos activités est vue comme une seule et même danse.

L'artiste Duende danse sa vie à travers le théâtre symbolique des situations au quotidien. Il accepte l'occurrence de toute chose et les utilise comme « Materia prima » de son œuvre. Le centre de cette œuvre prend racine dans sa propre évolution en tant qu'être humain dans le monde.

Les stages, les cours et les créations Danza Duende consistent à créer et à explorer des situations qu'on aborde selon diverses perspectives grâce à des exercices et des improvisations. L'expérience donne à l'artiste les moyens de développer sa propre intuition. Il peut y choisir des outils de travail précis afin de structurer ses découvertes sans les schématiser systématiquement.

L'ensemble de l'entraînement permet de comprendre cette vision, de la manifester et de la partager avec les autres.

La Danza Duende est structurée selon trois aspects : la liberté, la rigueur et la vertu.

La liberté est la fraîcheur de l'espace au moment présent.
C'est la poésie de danser sa vie.

La rigueur est l'objet de son étude et de sa discipline : elle consiste à développer l'instinct pour reconnaître et la diligence pour respecter la santé, l'harmonie et le rythme de son monde.
C'est la santé en dansant sa vie.

La vertu d'une vie humaine - comme celle des plantes médicinales - est perçue comme l ‘essence des qualités inhérentes à l'individu. Leur action peut influencer le cours des évènements à grande échelle. La vertu ici consiste à joindre le cœur (intuition) à l'intelligence (intellect) et chevaucher les paradoxes permanents de la vie sans les opposer pour réunir le ciel et la terre en soi.
C'est l'amour de danser sa vie.

Ceci est l'école de la Danza Duende où l'on est invité à découvrir et à toucher son propre cœur.

«si de miel tu veux te délecter, avec ta langue il faudra le savourer.. » MILAREPA.

Myriam Szabo.

Duendenet
www.danzaduende.org



Claude Berri a lui aussi beaucoup enlevé de hauts et de bas.


De : BRUCKER Axel <david.genzel@gmail.com>
A : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>
Date : 12 janvier 2009 18:55

Objet : Claude Berri


L'enfant du Vieil Homme et l'Enfant est mort.
Difficile de résumer la vie d'un tel homme, le parcours incroyable de cette traversée du cinéma français.
Impossible de décrire combien il a donné de bonheur au cinéma, aux spectateurs, lui, à qui la vie ne faisait pas de cadeau.
Magnifique quand il se racontait dans ses films autobiographiques, lui, dont la vie ne « le faisait plus rire » mais pouvait encore nous faire pleurer.
Nous ne le verrons pas vieillir un peu plus, non, rideau ! Clap de fin !

Il s'en va comme il a vécu, en seigneur, en nabab.
Le Cinéma français est en deuil... et pour un bon moment, hélas.

Axel Brücker
TRAILERS MUSEUM


L'un part, l'autre reste

(c) Photo Gérard Rancinan


Gérard Lefort écrit dans Libé d'aujourd'hui un superbe texte : "Claude Berri sans amnésie". Grâce à ce texte, Serge Daney n'est pas mort une seconde fois.


"En attaquant violemment et à plusieurs reprises les critiques cinéma de Libération dont les écrits avaient eu l'heur de lui déplaire, Claude Berri voulait-il nous faire entrer dans le cercle de sa famille qui, comme toute famille, carbure à l'amour-haine ?"


(c) Photo Katya Legendre


Message du 13/01/09 à 08h53
De : MULLER Karin <karin@gimpel-muller.fr>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>

Objet : vernissage



Chers Céline et David,

Venez-vous ce soir au vernissage ? Notre associé, René Gimpel, sera là et j'aimerais vous le présenter. Il suit maintenant votre blog de Londres.
Notre séjour en Egypte a été merveilleux. Nous étions à 400 km de Gaza et un peu inquiets.
Espérons que 2009 ne sera pas la catastrophe annoncée. J'aimerais d'ailleurs te voir calmement pour te demander quelques conseils.

Bises,
Karin


Karin Müller
Galerie Gimpel & Müller
12 rue Guénégaud
75006 - Paris
01.43.25.33.80
06.09.68.96.98
www.gimpel-muller.com


Et sur la sémantique, nous n'avons pas envie de revivre les années de plomb. Francine Kaufmann nous éclaire à ce sujet.

Un point de langue ? Ofereth Yetsouka


Chacun sait que l'opération « Ofereth Yetsouka » a été déclenchée durant la fête de ‘Hanoucca, le samedi soir 27 décembre 2008, au moment d'allumer la septième bougie de la fête des lumières, qui célèbre à la fois le miracle de la fiole d'huile et l'héroïsme des Hasmonéens dans leur guerre contre les Grecs.
Le nom de code de l'opération a été traduit en français par « opération plomb durci » ou parfois : « plomb fondu », voire « coulée de plomb » ou « chape de plomb ».
En français, les connotations de ces appellations sont dures et cruelles puisque l'impression reçue est celle d'une volonté israélienne apparemment déclarée d'écraser la bande de Gaza sous des tonnes de plomb.
De fait, l'expression Ofereth Yetsouka est empruntée à un vers d'une chanson populaire de ‘Hanoucca (aussi célèbre pour tout Israélien que le fameux chant de Noël « Mon beau sapin »). L'auteur en est Bialik (celui qu'on appelle le poète national de la renaissance hébraïque) et son poème a été adapté et mis en musique pour enrichir le répertoire des chansons d'enfants pour les jours de fêtes. Il y est dit en résumé : En l'honneur de ‘Hanoucca, papa a allumé des bougies, maman a cuit des galettes, mon frère m'a offert une toupie de plomb fondu... (sevivone mè-Ofereth Yetsouka). A l'époque de Bialik, les toupies, comme les soldats de plomb ou encore les caractères d'imprimerie étaient fabriquées en plomb fondu (yatsouk) puis coulé dans des moules et refroidi. Aujourd'hui on utilise notamment le plastique mais le jeu de la toupie (déjà représenté dans un dessin célèbre de Chagall) reste traditionnel : sur chacune des facettes de la toupie de ‘Hanoucca (ou sevivone) figure l'initiale d'un des mots qui composent la phrase : « Un grand miracle a eu lieu là-bas/ici ».
En hébreu « Ofereth Yetsouka » évoque donc à la fois le moment où l'opération a été lancée, l'héroïsme des combattants hasmonéens et leur victoire, quasi « miraculeuse », tout en connotant les réalités actuelles, le plomb des missiles lancés sur Israël et celui des bombes lancées sur Gaza. S'il n'était pas trop tard pour renommer l'opération en français, je proposerais : « Opération : ‘Hanoucca de plomb ».

Francine Kaufmann
Professeur au Département de traduction de l'université Bar Ilan (Israël).



From : KAUFMANN Francine <kaufmaf@mail.biu.ac.il>
To: GENZEL David <david.genzel@gmail.com>, FLEISCHMAN Cyrille
Sent: Monday, January 12, 2009 8:35 PM


Merci à tous deux.
Je suis rentrée sur le site de David Genzel. Merci de m'y accueillir.
Notez que mon université s'appelle : université Bar Ilan (et non comme l'a noté le CRIF après ma signature : de Bar Ilan).
Voici le lien du bulletin du CRIF :
http://www.crif.org/index.php?page=articles_display/detail&aid=13114&artyd=10

En tout cas, moi je serais heureuse que David Genzel indique que le texte lui a été signalé par le cher Cyrille.

Amicalement
Francine


J'ai aussi écrit un article sur le sens du nom de code de l'opération Ofereth Yetsouka, aussi reproduit dans le bulletin du CRIF

http://www.crif.org/index.php?page=articles_display/detail&aid=13172&artyd=10

J'espère que la guerre va bientôt cesser avec des résultats qui éviteront un retour de la guerre pendant longtemps
Cordialement

Francine


Edith Lecoq nous signale que le procès de Sollers va être remplacé par le procès de La princesse de Clèves. Céline sourit :
- Tu crois que Nicolas Sarkozy et Christophe Honoré vont débattre ?!
Notre président avait déclaré :
- Ca vaut autant que de savoir par cœur La Princesse de Clèves. Enfin... j'ai rien contre, mais enfin, mais enfin... parce que j'avais beaucoup souffert sur elle.

De : SAVIGNEAU Josyane <savigneau@lemonde.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Lundi, 12 Janvier 2009, 17h33mn 28s


moi on m'a dit Malraux


Message du 12/01/09 à 14h44
De : HADIDA Jean-Pierre" <jphadida@yahoo.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>



Chers David et Céline,

merci pour cet agréable samedi que nous avons passé ensemble, les déjeuners improvisés sont toujours les meilleurs...
Votre contribution pour Anne nous touche énormément à Francine et à moi et je sais que c'est là la genèse d'une très belle aventure...
Voici le Jipad du TV hebdo de la semaine dernière comme tu me l'as demandé.



Jean-Pierre HADIDA (JIPAD)
RADIO MAD

jphadida@radiomad.com
tel: (33) 1 40 54 09 18
mobile : 06 62 01 35 66

Nouvelle adresse : 77 rue Dulong
75017 PARIS

De : ROFFINELLA Martine <roffinella.martine@wanadoo.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Lundi, 12 Janvier 2009, 13h56mn 31s

Objet : Yves Simon


Cher David, c'est toujours un grand bonheur que de retrouver sur votre Blog Yves Simon, qui a toujours de très belles choses à dire, ce qui me réjouit. Mon histoire avec Yves Simon (qui heureusement n'en sait rien) remonte à bien longtemps - j'étais en deuxième année de fac à l'université d'Aix-en-Provence (section : « Lettres modernes »), et en Littérature comparée, nous avions un professeur hors du commun. Le thème était : « La Ville ». Comme auteurs, nous avions en parallèle le grand Dürrenmatt (et son incroyable texte : « La Ville ») ainsi que Claudel (lui aussi ayant commis un « La Ville »). A noter, concernant Claudel (mieux vaut compter sur soi-même pour se jeter des fleurs), que j'avais décroché un 15 lors d'un exposé, et cela m'assura l'obtention de l'examen. Mais pour en revenir à Yves Simon, je me souviens encore de ce brillant professeur qui, à propos du thème que nous traitions, nous disait : « Yves Simon est le poète de la ville. » Bien sûr, en le voyant avec un cheval sur votre Blog, j'ai souri. Tout cela est assez vieux (je ne suis pas, comme dirait l'autre, un « perdreau de l'année »), mais je m'en souviens avec une bien tendre émotion - d'autant que j'ai interrompu mes études juste après cela, pour suivre un amour à Paris...

Yves Simon, c'est beau !
Bien à vous,
Martine


Message du 12/01/09 à 16h25
De : SIMON Yves <yvesimon@club-internet.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>


David,
Moi aussi ce matin j'avais dans ma boîte une lettre de Karim Achoui (« J'ai été transféré dans une cellule plus grande mais tellement froide... »).
J'espère que tu diffuseras le mail, que tu m'as fait suivre, de Martine Roffinella (que je ne connais pas) et qui montre à quel point ton blog a l'intelligence d'installer des traits d'union entre des planètes qui, sans
lui, ne se seraient pas rencontrées. Je vais lui répondre.
A vous deux.
Yves Simon


Dimanche, nous avions déjeuné à La Gitane avec Gérard Gros, servis en personne par Olivier Mayéras.



Message du 13/01/09 à 02h21
De : JELIN Patrick <jelin@save-the-world.com>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>

Objet : Jelinblog, la main de l'artiste


Juste Une Photo

Patrick Jelin

La main de l'artiste / Beaux Arts /
Paris le 07/01/2009


La main de l'artiste

Mercredi dernier, visite à Abraham Pincas à l'école des Beaux Arts rue Bonaparte où il enseigne les techniques de la peinture. L'homme est magnifique, immense, patient, attentif, éthique. Je regarde ses mains expressives, puissantes, efficaces, ces mains là ont une connaissance du mouvement et du touché, elles absorbent la vibration des matières, elles en extraient l'essence, ce sont des capteurs qui apprécient les intensités et les manipulent pour exprimer l'universel.
Les poignets sans doute pour signifier l'héritage artisanale des métiers d'art, sont habillés de bracelets de force en cuirs ornés de pierres bleutées sous lesquels du cuivre absorbe les énergies.

la main d'un artiste nous livre les secrets de la création, en faire le portrait c'est comme parcourir la géographie d'un visage, on y découvre les intensités marquées par des lignes qui cernent la personnalité de leur propriétaire.


Et ce matin au réveil, Céline s'est révélée saint-sulpicienne...







David & Céline vont dans le même bateau









Repost 0
David Genzel - dans Culte
12 janvier 2009 1 12 /01 /janvier /2009 08:59

Vendredi soir, dans la petite salle 3 de L'Arlequin, projection d'Une nuit de chien, de Werner Schroeter. Film entièrement tourné à Porto avec le réalisateur malade. Film sépulcral et crépusculaire.


Et j'ai adoré que Céline apprécie ce film et me donne même un coup de coude quand elle reconnait avant même son apparition sur l'écran, Sami Frey à sa voix... Après Steiner/Polanski dans Caos calmo, Frey/Barcala.

Dans Les Cahiers du cinéma, Werner Schroeter raconte :
"Un chemin de douleur, bête à vomir. J'avais décidé de ne rien faire, d'avoir recours à la médecine alternative. C'est Isabelle Huppert qui est venue à Vienne en février 2006, m'a engueulé et m'a obligé à me soigner sérieusement à Paris. Ca m'a fait rire qu'elle vienne comme ça me chercher. Sans elle je serais très probablement mort. Aucun des docteurs ne pensait que je pouvais sortir vivant de l'hopital. C'est un miracle"


Vendredi après-midi, nous avions procédé à notre périple gastronomique et culturel rue de Vaugirard. Tout d'abord, la sublissime coupole parisienne de St Joseph des Carmes et le manteau immaculé d'Elie qui vole, emporté par le tourbillon divin.



Et face à l'église austère, les miraculeuses patisseries de chez Sadaharu Aoki.


Message du 11/01/09 à 15h03
De : SIMON Yves <yvesimon@club-internet.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>


David,
Je reviens d'une semaine en Normandie (sans ordinateur) chez un ami qui possède des chevaux (voir photo), et j'avais moi aussi été "sidéré", avant mon départ, par la couverture de Tribune juive et surtout de l'affichage omniprésent dans les kiosques.



Le papier de J. Savigneau que je découvre aujourd'hui m'apprend que ce n'est plus Ivan Levaï qui en est le directeur. Déjà, celui-ci avait fait la couv. du magazine en 2005 avec Sarkozy, alors ministre de l'économie. La photo était de Patrice-Flora, ma compagne. Elle m'avait appris au cours des deux heures où se déroulèrent l'interview et les prises de vues à Bercy que le bel Ivan et le petit Nicolas se connaissaient de longue date et se tutoyaient. Comme je lis peu Le Figaro, me contentant de Libé et du Monde, je ne suis pas au courant du "Procès à Sollers". Peux-tu reproduire l'article dans le blog ou m'en faire une photocopie ? D'autre part, tu as déjeuné avec Richard Peyrat qui t'a "heureusement" remémoré que la chanson Au pays des merveilles de Juliet était dédiée à et inspirée par Juliet Berto avec laquelle je venais de tourner, comme comédien, un film en 1973. C'est elle qui a insisté pour que son prénom soit
bien orthographié Juliet et non Juliette. J'ai longuement écrit sur la genèse riche de références, visibles ou pas, de cette chanson dans un de mes livres Dictionnaire intime : Epreuve d'artiste (si tu veux ce texte, je te l'envoie une autre fois). Toutefois, Richard Peyrat a fait une erreur dans le premier des deux couplets qu'il t'a envoyés. Voici le texte exact :


Vous marchiez Juliet au bord de l'eau
Vos quatre ailes rouges sur le dos (et non votre castel-rose)
Vous chantiez Alice de Lewis Carroll
Sur une bande magnétique un peu folle...


L'image des "quatre ailes rouges" vient du livre que je lisais alors L'arrache-coeur de Boris Vian où une rivière rouge sang est omniprésente. Quant à Lewis Carroll, il vient de Juliet qui, au soir du dîner de fin de film, nous fit entendre une cassette où elle avait enregistré Alice au pays des merveilles pour sa petite nièce qui avait alors neuf ans. Je fus subjugué par cette bande magnétique un peu folle où Juliet jouait de tous les registres d'une comédienne: tendresse, autorité, tragédie, comique, voix grave, voix aigüe, rire... C'était très impressionnant ! Je n'eus à faire qu'un simple cut-up pour marier le titre de Carroll à celui de Juliet, car c'était bien devenu le pays des merveilles de Juliet. J'ai composé la musique le lendemain matin et écrit en un quart d'heure le texte dans l'après-midi, sur les bords blancs de la une du journal Le Monde qui venait de paraître et que je lus dans un café Le Métro à côté de la station Marcadet-Poissonniers.
Yves Simon

 

De : ROBERT Daniel <angelojupiter@gmail.com>
A : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Dimanche, 11 Janvier 2009, 2h56mn 49s

Objet : votre meilleur an neuf de Daniel Robert



Message du 09/01/09 à 16h00
De : SCHROEDER Henri-Christian <hcschroeder@hotmail.com>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Objet : C. Bruni, "Marraine" du TBS 09 ?

Dear David,

Nous finalisons actuellement la 8ème édition du TROPHEE BAILLI DE SUFFREN (course croisière internationale de yachts classiques) dont la Présidence d'honneur devrait sans doute être acceptée par S.A.S Mgr le Prince souverain Albert II de Monaco, également Président du Yacht Club de Monaco, organisant et accueillant en juillet 2009 l'arrivée de nos yachts classiques, après 2 escales en Italie (Porto-Rotondo lieu de villégiature du Pdt Berlusconi, et Gaeta près de Rome).

Plusieurs armateurs, capitaines et Présidents des yachts clubs partenaires ont pensé proposer à Carla Bruni d'être la "Marraine" de cette édition au regard de sa double culture franco-italenne, de sa résidence varoise (proche de St-Tropez devant laquelle nos bateaux pourraient venir virer une bouée) et enfant sinon surtout pour sa très émouvante chanson "Salut marin" (en hommage à son frère plaisancier disparu) très appréciée des plaisanciers de tradition !

Pour mémoire les anciennes marraines et anciens parrains ont été: Brigitte Bardot, Jacqueline Tabarly, Mlle Volterra-Straulino (petite fille de l'Amiral Straulino, fondateur des flotilles de nageurs de cobats "Delta" italiens de la dernière guerre), Mme Rosetta Ripard (épouse du Commodore du RMYC, Pdt des jurys de l'America's Cup), Jean-François Deniau, Olivier de Kersauzon, Sir Georges Nicholson (Pdt des chantiers Camper & Nicholson, Commodore du Gstaad Yacht Club), etc.

Par qui pourrais-je passer pour avoir une chance que notre requête arrive à bon port, ne se perde pas à l'arrivée et soit lue par sa destinataire ???

Amitiés,


Henri-Christian Schroeder
www.tropheebaillidesuffren.com
06 07 57 34 86


Dernier remords avant l'oubli du 31 décembre 2008...

 

De : ARDITTI Thierry <th.arditti@gmail.com>
A : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>
Date : 9 janvier 2009 04:24

Objet : Café de Flore


Tout ce qui a été écrit sur terre, écrit Christiane Singer, dit, murmuré, hurlé, crié, parle d'amour. Même si en apparence, il n'est question que de désaccords, de stratégie, de malentendus, de guerres, de politiques, et de pouvoir, le vrai sujet est l'amour. Même si ne s'exprime le plus souvent que ses déviances, ses convulsions, ses impuissances, ses dérapages dans l'orgueil, l'ambition, la haine. Il n'est pas un geste, pas un pas qui ne se pose sur terre sous une autre impulsion que l'amour; l'amour dépité, oui, souvent, l'amour bafoué, l'amour entravé, mais l'amour.


Le soir du 31 décembre 2008, au Café de Flore...


Le 1 janvier 2009, au self chinois


Message du 09/01/09 à 13h24
De : ROSSI Sylvestre <sylvestre.rossi@wanadoo.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Objet : ça donne à penser


Cher David,

Je viens de lire la chronique "décompte de Noël" que François Reynaert consacre à François Marie Banier dans l'Obs. Il la conclue ainsi "ça donne à penser". Cette chronique est un peu comme l'écho à mon billet sur votre blog intitulé "un milliard d'euros". Épictète que j'avais cité " Si tu vois un homme qui boit, dis-toi: voilà un homme qui boit" aurait pu dire de cette affaire "Si tu vois un homme qui reçoit un don d'un milliard d'euros, dis-toi: voilà un homme qui reçoit un don d'un milliard d'euros". A quoi bon penser, au fond ?
Cher David, vous aviez mis une jolie photo pour illustrer ce billet, sachez que ce n'était pas de la polenta, hé non, mais de la polentina (Maïs). La polenta c'est châtaigne pas maïs, mais vous ne pouviez pas savoir, votre intention était louable. C'était la nourriture de base de nos anciens, en Corse, il n'y a pas si longtemps. Un peu comme aujourd'hui le manioc pour nos amis africains. Traiter quelqu'un de polentone ça équivalait à le traiter de va-nu-pieds, de pouilleux. Contrairement à la polentina, elle se mange en " fête" qui signifie "tranches". C'était important de le préciser par ces temps de crise. C'est un des plats les moins chers qui soient. Et c'est très bon.
Photo exacte ci-dessous.

Bien amicalement
Sylvestre


Eric Tong Cuong m'envoie ce sms :

"Providence "Prix version Femina Virgin Megastore" (pleine page ce jour dans le supplément du JDD)... Céline a du flair"

Dans le JDD et dans Femina, photos de Carole servant la soupe Giraudet rue Princesse.



Thierry Bouët expose sur les vitrines de La Samaritaine les gros plans de nouveaux-nés. L'expo intitulée "Première heure" confirme que dès la naissance, on est déjà bien différent les uns des autres... Céline taquine :
- Tu crois qu'il y aura une photo de la petite Zohra Dati ?!


(c) Photo de Thierry Bouët

 

De : PROVASI Elisabeth < elisabeth.provasi@comptoirdelhomme.com >
À : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>
Envoyé le : 10 janvier 2009 14:40


Bonjour Monsieur Genzel,

Meilleurs vœux pour cette nouvelle année.
La visite de votre blog était très intéressante et de plus parfumée... !
Un sillage d'Élixir le long des pages quel délice
Merci pour la citation de la boutique
Bien à vous,
Elisabeth

COMPTOIR DE L'HOMME
5-7 rue de Tournon - 75006 PARIS


De : LE NET Michel <cercle-ethique@cercle-ethique.net>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Vendredi, 9 Janvier 2009, 11h49mn 50s


Tu es un Dieu, David !
... mais sachons aussi cela :

« Un livre qui ne fournit pas de citations est, à mon avis, nullement un livre, c'est un jouet ! » du bien connu (?) Thomas Love Peacock, dans Crotchet Castle.

Je t'embrasse.
Michel


Message du 12/01/09 à 07h33
De : MOSCOVITZ Jean-Jacques <leregardquibat@tele2.fr>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>

Objet : dimanche 18/01 10h45 Ne pleurez pas sur mon cadavre de HU JIE à La Pagode Paris 7e. Et lundi 19/01 21H15 débat sur Oedipe en Chine 4 Pl. St Germain Paris 6e


Veuillez noter ces deux annonces :

- dimanche 18/01/09 10H45 à La Pagode Paris 7e, projection et débat de Ne pleurez pas sur mon cadavre de Hu Jie.


- lundi 19/01/09 21h15 Séminaire « Image et Psychanalyse » au 4 pl. St Germain Paris 6e, débat sur Oedipe en Chine de B. Koenig et M. Landau.


CINEMA LA PAGODE
57 bis, rue de Babylone 75007 PARIS
Dimanche 18 Janvier 2009 à 10H45


PROJECTION DU FILM :
NE PLEUREZ PAS SUR MON CADAVRE

胡杰
我虽死去


ECRIT, REALISE ET PRODUIT PAR HU JIE CHINE 2006 DVD DIFFUSÉ EN FRANCE AVEC LA REVUE MONDE CHINOIS N°14
Projection suivie d'un débat animé par Chloé Froissart (sinologue EHESS) et Michel Guibal, nos invités avec : B.H.Didier, M. Landau, J-J.Moscovitz, M.Aptekier, Joëlle Cohen, F.Siksou, A-M.Houdebine,
V.Micheli-Rechtman, C.Erman, F.Moscovitz, N.Farès, L.Koffler, M.Prieur...


VEUILLEZ NOTER QUE POUR CETTE PROJECTION,

LES ENTREES NE SERONT PAS PAYANTES


LUNDI 19 JANVIER à 21h 15
"IMAGE ET PSYCHANALYSE"
En partenariat avec le « Regard qui bat... »
Séminaire à ESPACE ANALYTIQUE
de Vannina Micheli-Rechtman et Jean-Jacques Moscovitz
Le 3ème lundi du mois 21h
4 place Saint Germain des prés
75006 paris salle des bibliothèques à 21 heures
DEBAT à propos d'ŒDIPE EN CHINE avec ses réalisateurs Baudoin Koenig, Maria Landau,
et Viviane Dahan coproductrice
ainsi que Michel Guibal, acteur dans le film


Samedi soir, dîner à La Méditerranée avec Gérard Gros. Gérard, attristé par le décès de Georges Cravenne, qui lui avait permis de remettre un César, est très informé de l'histoire Huppert/Schroeter. En première partie du dîner, Francine Disegni est venue présenter le spectacle musical Anne à Gérard. Au digestif, Thierry Arditti nous a rejoint. Le dîner a été animé par le maitre d'hotel excellent comédien, Franck Renault.






David & Céline vont dans le même bateau












Repost 0
David Genzel - dans Culte

Présentation

davidetceline

davidetceline

Recherche

Liens