Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 février 2009 5 06 /02 /février /2009 08:48

Miraculeuse soirée hier à 19h30 au théâtre des Sources, de Fontenay-aux-Roses. Michel Hermon chantait New York de Cole Porter à Lou Reed, mis en scène par Caroline Loeb.


Message du 06/02/09 à 01h14
De : LOEB Caroline <c.loeb@noos.fr>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>



Très heureuse que vous ayez aimé ! J'adore Michel Hermon... c'est avec lui que j'ai commencé la mise en scène, il y a 15 ans, et c'est toujours un grand bonheur de travailler avec lui ; à bientôt... et n'hésitez pas à revenir ME voir et à m'envoyer du monde ! Mon spectacle a beaucoup évolué.
Bien amicalement,
Caroline



Michel Hermon a chanté le fascinant Chealsea Girls interprêté à l'époque par Nico.





Michel Hermon a rendu hommage à la prodigieuse Julie Wilson avec The tale of the oyster...



Et quelle émotion quand Michel Hermon a chanté Venus in furs...




Et pendant ce temps là, notre président prenait la défense de Bernard Kouchner et de Rachida Dati. Bernard Kouchner et Rachida Dati se font attaquer par des médiocres sur le même paradigme que Karim Achoui. La question sera posée : Si Kouchner n'était pas d'origine juive, et Rachida Dati d'origine maghrebine, ces deux opuscules infâmes seraient-ils sortis ?!


(c) Photos Olivier Roller


Olivier Roller publie son manifeste dans le numéro 100 anniversaire du Matricule des Anges.


Hier à déjeuner au Flore, nous avons fêté la libération de Karim Achoui. Autour de lui, Yves Simon, Francis Szpiner et Caroline Toby, Catherine Barassi et Frank Tapiro, Alain Chouffan et Sophie, Céline et moi.

Nous avons reçu cet e-mail de Jean-Jacques Moscovitz bien après notre bouclage... Mais nous le trouvons si émouvant, que nous le publions.


Message du 05/02/09 à 12h49
De : MOSCOVITZ Jean-Jacques <jjmoscovitz@free.fr>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>


bonjour,
ET VOIR DOC JOINT LE FILM DE GUILLAUME MOSCOVITZ
SUR FR2 22H 45 CE 5 02 09 ET SON DVD
MERCI D EN PARLER
SON PERE JJM
ET OUI


Presque oublié dans l'histoire de la Shoah, Belzec est chronologiquement le premier camp
d'extermination de l'Aktion Reinhard, le plan nazi d'extermination des Juifs des territoires de la Pologne occupée. Dans ce petit village du sud-est de la Pologne, six cent mille Juifs furent exterminés entre le mois de mars et le mois de décembre 1942. Puis, en sept mois, le camp fut entièrement détruit, les traces de l'extermination effacées : les corps déterrés des fosses et brûlés, les bâtiments rasés, des arbres plantés à l'emplacement des chambres à gaz. Ce qu'il reste du camp soixante ans après est un bois où se mêlent les restes d'ossements brûlés des victimes assassinées. À ce lieu plombé par le "il n'y a rien à voir" fait écho le silence collectif des habitants actuels du village de Belzec, derniers témoins d'un crime qui s'est déroulé sous leurs yeux.


Message du 05/02/09 à 02h51
De : JELIN Patrick <jelin@save-the-world.com>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>

Objet : Jelin blog La fin de Krafwerk ?
Juste Une Photo

"Florian Schneider Ex- Krafwerk"


J'ai appris un peu par hasard que Florian Schneider avait quitté Kraftwerk - 40 ans après l'avoir fondé avec Ralf Hütter ! Je l'avais photographié en octobre 1976, à la demande de Paul Alessandrini, journaliste à Rock&Folk. Rendez-vous avait été pris pour déjeuner au Train bleu, la célèbre brasserie de la gare de Lyon. Entre-temps, je m'étais un peu renseigné sur cet étrange dandy, et sur son compère, aussi (trop) soigné que lui et, vite, une impression s'était formée : Florian Schneider et Ralf Hütter étaient comme les Gilbert & George de la musique pop, les « sculptures vivantes », affirmant depuis leurs débuts scandaleux être eux-mêmes l'œuvre d'art. Cette façon de se comporter, d'approcher leur production, cela me faisait aussi penser à Warhol. Avec Bowie, mais dans un autre registre, Florian Schneider et Ralf Hütter ont été parmi les rares artistes de cette époque à faire marcher ensemble musique et musiciens - spectacle total. La lumière entrant à flots dans le restaurant par les immenses baies vitrées qui donnent sur la cour de Lyon, le service bruyant, des gens parlant affaires, des femmes belles à voir, parfaitement parisiennes, manifestement curieuses, les uns et les autres se retournant dans notre direction. Qui pouvaient être ces jeunes hommes élégants, tellement rigides qu'ils semblaient venir d'une autre époque, un air « allemand » très 1930 qui rappelait de mauvais souvenirs, incarnations d'une mauvaise conscience sourde ? Anti- provocation. En 1976, le rock était proche de la « punk attitude » et les années Hip étaient derrière nous. Bowie occupait la scène et Kraftwerk semblait être comme le contrepoint de Sex Pistols. J'ai attendu le dessert pour photographier : la lumière était insuffisante et je ne voulais pas utiliser de flash. J'ai demandé à Claude Gassian, la mémoire photographique du rock, de m'aider, de faire un réflecteur avec une serviette blanche et de l'approcher le plus possible des visages sans entrer dans le champ. Et j'ai shooté quelques images qui ont été retenues par Rock&Folk. Florian Schneider a peut-être abandonné son groupe pour s'intéresser aux images. Son travail est sur le web : http://pagesperso-orange.fr/kraftwerkonline/interview1.html


De : PHILIPPE Isabelle <trad.idphilippe@noos.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>
Date : 5 février 2009 10:24


Bonjour, David et Céline,

Une amie avocate, Laurence Giudicelli, m'a transmis cette information.
Peut-être vous intéressera-t-elle.


------ Message transféré
De : Laurence Giudicelli <avocat.giudicelli@wanadoo.fr>
Date : Thu, 5 Feb 2009 09:47:42 +0100
À : Isabelle PHILIPPE <trad.idphilippe@noos.fr>
Objet : Fw: Actu. Legalis.net


Bonne réception.


----- Original Message -----
From : <actu@legalis.net>
To : <avocat.giudicelli@wanadoo.fr>
Sent : Tuesday, February 03, 2009 5:27 PM
Subject : Actu. Legalis.net


L'ayant-droit d'Antonin Artaud injurié en ligne et indemnisé


Le beau style, la provocation ou la qualité d'écrivain du prévenu ne confèrent pas d'immunité particulière en matière d'injure publique proférée en ligne. Ainsi, dans un jugement du 4 décembre 2008, le TGI de

Paris a-t-il condamné l'auteur d'une lettre ouverte... Pour en savoir plus : http://www.legalis.net/



Au théâtre du Gymnase, l'habitué du Flore, Jean-François Derec, remonte jusqu'au ghetto de Lodz pour une terrible quête des origines.

 

 



David & Céline vont dans le même bateau









Repost 0
David Genzel - dans Culte
5 février 2009 4 05 /02 /février /2009 08:33

Hier à 18h26, Francis Szpiner me passait au portable Karim Achoui. L'exultation.

De : LACOMBE Magali <magali.lacombe@free.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Mercredi, 4 Février 2009, 23h04mn 21s

Objet : Karim libéré

Chers David et Céline

Karim, 5 lettres, libéré un 4 le 3ième mois de sa mise en détention.
Vous 2 saurez lui redonner l'envie de redevenir un numéro 1 dans son métier.
Objectif : 0 retour à la case prison
Je vous embrasse

Magali


----------------

Magali LACOMBE

Illustratrice
06 09 10 50 39
magali.lacombe@free.fr
Site web http://maglac.free.fr


Hier, l'affaire Kouchner et les sms qui se succèdent. Un K remplace l'autre. Décidément, Kafka.



Karim Achoui est populaire, Daniel Robert est populaire.


De : ROBERT Daniel <daniel.robert.one@wanadoo.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Mercredi, 4 Février 2009, 14h04mn 51s

Objet : Daniel Robert ? C'est possible !


Cher David, voici comme promis en avant première, l'acte de naissance de GymStill.
Amicalement.



Mais enfin, Daniel ! Réfléchis un peu ! Si c'était une bonne idée, ce serait déjà fait !
Combien de fois ai-je entendu cela.
Quand en 1998 j'avais eu l'idée de lancer un site pour que les internautes chargent leurs créations, textes, son, vidéo (Youtube), tout le monde sans exception m'a averti que cela ne pourrait jamais marcher.
Un jour, lassé des Experts Peureux Paresseux « EPP », lassé d'avoir jeté tant d'idées (par exemple le téléchargement légal de la musique gratuite, grâce à un brevet spécial !) je me suis dit « Daniel, deviens sourd aux EPP ! »
C'est donc sourd que j'ai dessiné quelques centaines de croquis, obtenu une subvention du Centre Régional pour l'Innovation et le Transfert de Technologie, et me suis lancé sans aucune assurance dans GymStill, la gymnastique immobile. M'entourant de médecins, kynés, profs.
Neuf mois après j'ai la chance de rencontrer un gourou d'internet (Comme Rachida, je garde en suspens son nom) qui me propose de concrétiser son enthousiasme par une entrée dans le capital.
Six mois après, voici le bébé en ligne : www.gymstill.com
Les lecteurs de ton blog, verront le soutien du corps médical (l'un des patrons de l'OMS par exemple), le fonctionnement, l'abonnement, et m'en diront des nouvelles.
Nous lançons cette semaine un premier jet de 1 500 000 mails de prospection. Pour les RP je lance un casting.
Et pour le même prix, j'embrasse tous les lecteurs de ton blog.


Daniel Robert
L'homme qui n'a de succès qu'auprès du public.



De : Agnès Lévy <agneslevy@free.fr>
À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Mercredi, 4 Février 2009, 11h21mn 33s

Objet : années 90- grands pastels- à la Galerie Thierry Marchand


David, Céline, bonjour
Si vous voulez revoir cette période de mon travail
Je vous embrasse
Agnès


Message du 04/02/09 à 10h53
De : ROSSI Sylvestre <sylvestre.rossi@wanadoo.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Objet : @Martine


Cher David,


Martine Roffinella, vous avez raison. Napoléon ne savait même pas parler le Français quand il arriva à l'école de Brienne. C'était un étranger. Les ministres actuels issus de l'immigration ont une langue maternelle qui est le Français. C'était un aventurier. Il a dit ceci: « Les gens qui savent où ils vont ne vont jamais nulle part ». Tous les soirs sur Canal+ des hommes politiques nous expliquent qu'ils savent précisément où ils vont. Napoléon est une énigme. Il demeure à jamais une énigme malgré le travail monumental des historiens de tous pays. Seule sa mère connaissait un peu le caractère de son fils, d'où cette phrase qui a traversé les siècles. Bises.
Bien amicalement
Sylvestre

 


Le 12 février, projection privée du film d'Olivier Mille, Le monsieur de la pub, Marcel Bleustein Blanchet, au cinéma Publicis.


Message du 04/02/09 à 12h01
De : SCHROEDER Henri-Christian <hcschroeder@hotmail.com>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Objet : Vincent Bolloré, Jean-Marie Dru, Maurice Lévy... oseront-ils ?


Bonjour,

Le grand retour de la pub dans le Blog "à" David: pour une fois, intercalons ce sujet dans l'actualité germanopratine qui nous est chère (... quoique le prix du « p'tit noir » va peut être enfin baisser au Flore ?) !

Pour une fois qu'un débat public réunissant les 4 grands du marché (...n'oublions pas Hervé Brossard, l'instigateur de cette « Conférence de clôture »)... qui en fait aurait dû être « l'opening debate » de la Semaine de la Pub, car les 3 vraies questions ont été posées et méritaient d'y consacrer 1 semaine d'échanges, d'ateliers, d'articles, de témoignages etc. :



1) De la proximité des médias de la pub :

Si Jean-Marie Dru a remis le couvert sur le cousinage entre les régies et les agences françaises, il n'en souligne pas moins la convergence croissante et irrésistible entre les médias et le conseil. Ce qui est d'ailleurs démontré tous les jours par la collaboration croissante au sein des groupes entre les agences et les « centrales » (pardon: « agences conseils média »), les initiatives créatives des agences média (propositions d'idées stratégiques) briefées en même temps que les agences conseil par les grands annonceurs, les offres pluri-média pré-packagées ciblées vs des couples audiences/produits très précis, la concurrence sur la com numérique entre ces agences conseil et média, voire sur d'autres métiers du consulting en planning de marque ou de com ou du « hors-média ». Quand au téléphone portable, cela va tout mixer ! Jean-Marie Messier avait juste tord d'avoir eu raison trop tôt (à part sa gestion financière quelque peu « optimiste » !). Il est vrai que le Groupe HAVAS + AEGIS, permettra sans doute de mieux maîtriser et développer de telles offres de convergence, et que PUBLICIS avec son avancée révolutionnaire dans le digital mis au centre de son offre est très bien équipé. OMNICOM, organisé en réseaux concurrents, va t'il se décider à faire évoluer son modèle d'offre sur le conseil média afin de favoriser l'émergence de grandes idées stratégiques développées en commun entre leurs enseignes conseil et média ? Et WPP, personne ne remarque que c'est la holding qui parfois intervient dans l'élaboration d'offres lourdes conjointes à de grands prospects !


2) De l'intégration des moyens de communication :

Si le point ci-dessus entraine celui-ci, ce sujet n'a été qu'en fait effleuré, alors que cette révolution d'origine française (cf. invention de « l'agence corporate », de « l'agence de marketing services intégrée », de « l'agence métis », etc.) est en train de bousculer les « silos » made in US partout dans le monde, et s'il est vrai que le modèle TBWA, (BBDDP fut la 1ère enseigne à « globaliser ») inventant des « audience planners » à coté des « brand strategic planners » ou celui de son cousin JUMP « métissant » toutes les compétences dans un seul compte d'exploitation et un seul bilan, qu'en est-il alors aujourd'hui, au delà de la réduction des coûts lisibles immédiatement, du modèle économique et professionnel qui rapproche en fait des agences du métier des firmes de conseil en stratégie d'allocation de ressources : quel conseil, quelles compétences et quelle rémunération doivent être mises en œuvre profitablement ?
Tant que les quelques grandes holding mondiales de la communication seront elles aussi organisées en grandes enseignes internationales parfaitement similaires et concurrentes entre elles, l'offre du marché ne se segmentera pas vers un élargissement de l'étendue de services authentiquement différenciés. Par ex: à coté de l'offre de chaque groupe classique toujours structurée par disciplines de communication, pourquoi ne pas reprofiler les autres enseigne en modèles tous différents, par ex, une enseigne structurée par expertises multi-sectorielles, par problématiques ou par typologies d'audiences traitées, offrant ainsi aux annonceurs autant de "portes d'entrée" plus en phase avec leurs problématique stratégiques d'entreprise ?


3) De la rémunération des agences :

Comme Maurice Lévy l'affirmait, applaudi par Jean-Marie Dru et Vincent Bolloré, il est temps que les agences soient rémunérées pour la création de valeur en faveur de leur clients (... leurs actionnaires ou les « stake-holders » ?), le défi reste d'autant plus complexe que tous les couples annonceurs/agences ne sont pas d'accord sur la valeur ajoutée vendue et achetée, ce qui crée autant d'hypothèses différentes de rémunération: les agences vendent elles des idées, du service externalisé, des ventes, des profits ou de la valeur actionnariale ?
L'absence sur scène à ce débat de grands annonceurs (cf. UDA, Club des Annonceurs, Entreprise & Médias,...) est d'autant plus regrettable, qu'en fait cela les concerne au 1er chef, au contraire des recettes de cuisine ci-dessus, et qu'avoir laissé ces grands publicitaires juste clamer sans contradicteurs ni interlocuteurs que couper ses investissements en com pénalisait les annonceurs, n'en fait qu'une incantation soliloque ! C'était pourtant l'occasion d'interpeler chez les annonceurs, l'équivalent des grands patrons de la pub sur scène: qu'en pense Renault, L'Oréal, Nestlé, PSA, BNP, P&G, etc.? C'est à eux maintenant de prendre leurs vraies responsabilités: veulent-ils des "gens de ménage" payés au ticket ou des « frères d'arme » se partageant le butin de la réussite ?
Pour transformer la relation économique annonceur/agence, c'est très simple et... très douloureux !
Si les agences veulent sérieusement revendiquer un métier de bâtisseur de valeur (laquelle ?) pour l'annonceur (... coté en bourse ou pas !), alors elles devront l'assumer en maitrisant parfaitement l'intégration verticale de la chaîne complète des expertises de création de valeur: (i) le conseil en « pricing », le seul élément du mix-marketing sur lequel les agences ne savent pas intervenir alors que cette variable de plus en plus mobile - « yieldée » ! - est directement rattachée à la variable d'image de marque, au risque de laisser la place aux MDD ; (ii) le conseil en « budgeting » & allocation des ressources, entre les marchés (local, national, international), les publics (interne/externe, stratégique/tactique), les sujets (marque, entreprise, réseau) et les moyens de communication (cf. communication intégrée) et les long/moyen/court termes (commerce/image) ; (iii) le conseil en valorisation financières des marques, témoignant de la vraie contribution à la richesse de l'entreprise cliente (cf www.observatoire-immatériel.com et www.lesagencesdelannee.com/pilotage de la communication).
A quand « les Assises de la Rémunération des Agences » ?

Bon, et maintenant, retournons à nos moutons : David & Céline, ce WE, faut aller voir quoi où ?

Bien à vous,
HCS

 


De : CINE REFLET <cine.reflet@wanadoo.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Mardi, 3 Février 2009, 18h53mn 44s

Objet : Rencontre Alain Fleischer le 11 février à 18h30...


Retrouvez Alain Fleischer
à l'occasion de la parution de ses écrits
sur le cinéma et la photographie,
Les Laboratoires du temps et L'Empreinte et le tremblement
édités par GALAADE ÉDITIONS

Mercredi 11 février 2009 à 18h30
Rencontre et signature à la librairie Ciné Reflet

Librairie Ciné Reflet 14, rue Monsieur le Prince 75006 Paris - Métro Odéon
tél. : 01 40 46 02 72 tlj de 13h à 20h


cine.reflet@wanadoo.fr - http://www.myspace.com/cinereflet

GALAADE ÉDITIONS HTTP://WWW.GALAADE.COM/ / LIRE@GALAADE.COM



Et toutes les critiques sans exception, accueillent avec enthousiasme Les éclaireurs d'Antoine Bello (Gallimard). Bello, un Dantec sans le mystico-terrorisme...


 

 

 



David & Céline vont dans le même bateau










Repost 0
David Genzel - dans Culte
4 février 2009 3 04 /02 /février /2009 08:49

Le président Hervé Brossard a réussi son formidable pari : réunir sur la scène de l'auditorium du Palais Brogniart hier soir à 18 heures, les trois tycoons de la pub. Et le président Sarkozy, pour ne pas parasiter cette épatante tribune, a annulé son discours aux 20 ans du CSA ! Le Figaro, depuis la rupture avec LCI, ne mentionne plus cette chaîne. Or, hier, Eric Revel a été vraiment pour beaucoup dans le succès de ce débat. Maurice Lévy, très palo-altiste, a même félicité Hervé Brossard pour ses remarquables compétences de publicitaire international.


Au premier rang, Nicolas Bordas, Laurent Habib, Pierre Marcus soutenaient leur champion respectif. Un peu plus loin, Marc Drillech comptait les points. Isabelle Musnik et Françoise Vidal avaient reconstitué le couple légendaire d'antan.


Grand et beau spectacle ce soir au Palais Brogniart, autrefois temple de l'argent, mais qui accueillait cette semaine la 12è Semaine de la Publicité Communication Medias. Quel symbole justement pour ces débats pendant lesquels Vincent Bolloré, Jean-Marie Dru et Maurice Lévy ont insisté sur la valeur de l'idée, et de la création, à un moment où trop d'entreprises, obnubilées par le court terme ne regardent que la bottom line. Ce soir trois capitaines français de la communication - et quels capitaines - étaient réunis pour nous faire partager leur amour de ce secteur, et leur croyance qu'il a autant d'avenir devant lui qu'il a d'histoire derrière lui, et qu'il peut contribuer au bien-être de la planète. Le président de Havas, celui de TBWA Worldwide et celui de Publicis, pour la première fois lors d'un débat: un plateau de roi! Des échanges passionnants, passionnés parfois, qui espérons-le, vont donner envie aux jeunes de rejoindre ce métier, et aux annonceurs de demander aux agences de défendre leurs marques. Une bouffée d'air en ce temps de grisaille ! Merci, Vincent, Jean-Marie, Maurice... et Hervé !
par Isabelle Musnik - hier à 22h32


Véronique Richebois préparait son papier sur la Semaine de la publicité à paraître vendredi dans Les Echos.


Message du 03/02/09 à 21h45
De : HEBERT Michel <michel.hebert@jumpfrance.com>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>


Je suis très déçu, je n'ai pas été invité à ce débat, je n ai donc pas ma
photo sur ton blog.
Pourtant j'avais des choses à dire bien évidemment. Je pense que dire : « M
Lévy, JM Dru, V Bolloré et Michel Hébert débattent sur l'avenir de la
Communication », aurait à l'évidence provoqué un choc dans notre profession,
car enfin « la bande des 4 » aurait été réunie. Là il en manque toujours un.
Donc le débat est tronqué.
Pourtant, et c'est là que je ne comprends pas, je suis dans le Blog de
David, je suis écrivain de livres qui se vendent à des dizaines et des
dizaines d¹exemplaires....... et je ne suis pas invité. Vraiment l'AACC ne
fait pas son boulot.
Bon je me drape dans ma dignité et je vais me coucher.


Alain Chouffan a participé à une nuit qui va laisser des traces...


Date : 3 février 2009 22:20
De : CHOUFFAN Alain <achouffan@wanadoo.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>

Objet : Alain Chouffan/soirée Globes de Cristal


Mon cher David,

Tu as raté cette soirée au Lido, pour la quatrième édition de la remise des Globes de Cristal, présidée cette année par Jacques Attali. Tu aurais beaucoup aimé ! Tous les ingrédients d'une belle soirée étaient réunis : du beau monde, de l'ambiance - 800 invités du monde du spectacle - des imprévus, des retrouvailles, des embrassades, de belles femmes aux beaux décolletés, des chuchotements critiques, un beau spectacle avec des femmes aux tailles parfaites et toutes identiques, comme des photocopies, un bon dîner, des caméramans en pagaille pour une retransmission sur FR3, pour la première fois, bref, tout pour être heureux.
Les 4700 votants du jury ont distingué les personnalités de l'art et de la culture dans dix-sept catégories. Clou de la soirée : l'apparition d'Isabelle Adjani ! Un moment on a cru rêver car on ne l'a pas reconnu. Imagine un moment comment elle est apparue sur scène. Vêtue d'une longue robe noire agrémentée d'une veste bleu marine ! Rien d'anormal, et même assez sympa. Mais là, ou on ne la reconnait pas. Son visage est tout maquillé... en noir ! Elle arborait tout un précieux dessin qui s'apparentait à de la dentelle. En fait c'est un tatouage noir, assorti à sa robe, fait avec un pochoir en dentelle, et recouvert avec un spray de couleur noire. Si bien qu'on ne voyait en fin de compte que ses yeux ! Un travail effectué par une maquilleuse brésilienne.
A table, les gens ne parlaient que de ça : « Dis, tu la reconnais Adjani ! » « Stupéfiant, non ! » Une vraie métamorphose. « J'ai toujours plaisir à être « à la fête » a-t-elle lancée. En fait, l'actrice aux quatre César et aux deux nominations à l'Oscar, a cette fois été récompensée d'un Globe
« Pépite de Cristal » pour son rôle dans un téléfilm d'Arte, « la journée de la jupe ». Cette fiction de Jean-Paul Lilienfeld mettra en scène la comédienne aux côtés de Jackie Berroyer et Denis Podalydès. Adjani n'a pas travaillé à la télévision depuis 30 ans avant de jouer pour Jacques Weber l'adaptation de Figaro de Beaumarchais en février dernier. Voilà pour la petite info.
Ce n'est pas fini. Car la cérémonie a fait couler beaucoup d'encre sur le comportement incroyable de Jean-Luc Delarue qui présentait le spectacle avec Carole Gaessler. Etait-il dans ses baskets ? Pour tous les gens autour de moi, ça ne tournait pas rond dans sa tête. Bref, on s'interrogeait. Que pouvait-on faire de plus ? Et ce matin, mardi, le scoop : Jean-Marc Morandini dans son blog annonce « selon des informations exclusives » que la chaîne et la société de production avaient prévu une solution de secours dans le cas où, pour une raison ou pour une autre, Jean-Luc Delarue n'aurait pu poursuivre jusqu'au bout la présentation de la cérémonie. La production avait en effet demandé à Bernard Montiel de « se tenir prêt » pour reprendre en main la cérémonie à tout moment et venir ainsi remplacer Delarue aux côtés de Carole Gaessler.
L'ambiance était d'ailleurs tendue entre le couple de présentateurs dans les coulisses, plusieurs altercations s'étant produite entre la présentatrice de France 3 et l'animateur de France 2.
Ce n'est pas encore tout. Yamina Benguigui est furieuse du comportement de Jean Luc Delarue. Elle était venue recevoir un Globe de Cristal pour son documentaire sur les banlieues. Et que fait Delarue ? Après lui avoir remis le trophée, il fait une drôle d'allusion à sa poitrine lui proposant de lui tenir « ses globes ». Elle veut l'attaquer en justice !
Et puis ce fut au tour de Michel Bouquet. Il s'approche de lui alors que ce dernier est attablé, et lui dit : « A votre âge, ce soir, vous serez mieux au bord de la mer ! » Mon voisin me souffle à l'oreille : « Il déraille ou quoi, Jean-Luc ! Il lui dit qu'il serait mieux dans une maison de retraite ! C'est dingue, non ! »
Il y a quelques jours, Le Parisien avait publié un article en évoquant le comportement de plus en plus décalé de l'animateur lors de ses émissions avec des phrases parfois incohérentes et une façon de faire à laquelle il ne nous avait pas habitué. L'animateur avait alors expliqué qu'il avait une façon un peu différente et « décontractée » d'animer les émissions. Il l'a encore prouvé hier soir.
Comme tu le vois, ce fut une soirée folle. Ne serait-ce à voir ce défilé de personnalités recevoir leur Globes de Cristal. Une belle cuvée ! Sylvie Testud l'a emporté comme meilleure actrice pour Sagan, devant Catherine Deneuve, Nathalie Baye et Catherine Frot.
Chez les acteurs, c'est Vincent Cassel pour Mesrine, l'instinct de mort de Jean-François Richet qui a raflé la mise avec 2 trophées meilleur acteur et meilleur film.
« J'ai pris et j'ai perdu 20 kilos mais le risque en valait la peine » a-t-il dit en se marrant. La jeune chanteuse Anaïs l'a remporté contre les poids lourds Carla Bruni et Vanessa Paradis. Julien Doré, comme meilleur interprète masculin contre Alain Bashung et Bénabar. Il n'en revenait pas ! Valérie Lemercier a pu s'imposer devant Nicolas Canteloup et Gad Elmaleh. Bref, ce fut comme cela toute la soirée. Le palmarès complet se trouve dans Le Parisien de ce matin. A un moment j'ai pensé à vous apporter un Globe de Cristal pour vous deux pour tout le mal que vous vous donnez pour recueillir et nous transmettre toutes vos petites infos ! A bientôt, les amis !

Ce samedi, nous verrons Christian Gatard...

Message du 03/02/09 à 09h12
De : GATARD Christian <christiangatard@gatardresearch.com>
A : NAVARRE Céline <celine-navarre@voila.fr>

Objet : le concert à ne pas manquer !


Il faut voir cela de ses yeux vus. C'est ce samedi.
J'y serai. On s'y voit ?
Christian


Message du 03/02/09 à 13h52
De : ROSSI Sylvestre <sylvestre.rossi@wanadoo.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Objet : @ Monique Thierry


Cher David,

Permettez que je réponde deux mots à la charmante Monique. En effet, j'adore la musique du générique de "Man in a suitcase".
John Mc Gill (Richard Bradford). Merci.
Tout comme celle du "Prisonnier", d'ailleurs. Patrick Mc Goohan nous a quitté il y a quelques jours. Il avait une sacrée dégaine. On s'identifiait forcément à lui en N°6, dans ce petit village gallois si kitsch. Sauf une fois: une vieille dame avait déposé des fleurs sur le rebord de sa fenêtre, et il l'avait rembarrée en s'écriant:
- Qui vous a dit que j'aimais les fleurs ?
Et la vieille dame de lui répondre avec un sourire :
- Mais tout le monde aime les fleurs !
Couillonné, N°6. La seule et unique fois où j'ai été contre lui. J'adorais ce type, y compris quand il jouait dans Columbo. Peter Falk était son meilleur ami dans la vie. C'est bon d'avoir des références communes, chère Monique. Bisous.

Bien amicalement

Sylvestre


De : TAUZI Charles <cftauzi@gmail.com>
À : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>
Date : 3 février 2009 11:44

Objet : Vernissage cvioo


Cher Monsieur,
Vous aviez diffusé sur vos pages l'annonce du vernissage organisé par Gabriel Davin en décembre dernier et je vous en remercie.
Voici (enfin) le lien qui vous permettra une petite visite virtuelle de la Vaudoo Gallery et de découvrir mon travail.
Des personnages cachés dans notre quotidien, des smiles, des profils qui portent leurs propres regards sur un monde peuplé d'instants volés :
J'espère vous rencontrer lors d'une prochaine exposition.
Bonne visite et très bonne continuation !

Bien à vous,
Charles-Frédéric Tauzi

www.cvioo.com


Date : 3 février 2009 11:25
De : AMANDINE <presse@ledilettante.com>
À : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>


Bonjour !

C'est drôle, j'ai été faire un tour sur votre excellent blog la semaine dernière, vous avez d'ailleurs pris la vitrine du Dilettante en photo... (enfin, surtout les livres de Marc-Édouard Nabe !)
Je suis Amandine Maudet, l'attachée de presse du Dilettante...
Je serais ravie de vous envoyer quelque ouvrage en service de presse de temps à autres... Je crois que En bonne compagnie d'André Fraigneau devrait vous plaire. Merci de me confirmer que vous êtes bien 22 rue de l'Odéon.

Bien cordialement,

Amandine,


Le Dilettante
19, rue Racine
75006 Paris
01 43 37 05 91
presse@ledilettante.com


De : DAVIN Michel <m.davin@vaudoo.net>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Mardi, 3 Février 2009, 20h54mn 11s

Cher David,

Nous tenons particulièrement à remercier La Chose pour cette publicité faite auprès de ses clients. Merci vraiment.


Michel Davin de Champclos
VAUDOO
Ritual marketing
01 53 21 00 40


De : LECOQ Edith <edith.lecoq@paris.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Mardi, 3 Février 2009, 11h15mn 02s

Objet : affiche textes et voix


Bonjour David,
Belles lectures, belles voix donc belle soirée à la Mairie du 6e arrondissement le jeudi 5 et le vendredi 6 février à 19 h et à 21 h.
A BIENTOT !


Edith Lecoq

Chargée de Mission
Cabinet de Maire du 6e arrondissement
78 rue Bonaparte - 75006
01 40 46 75 21 - 06 86 81 49 70


De : ROFFINELLA Martine <roffinella.martine@wanadoo.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Mardi, 3 Février 2009, 12h27mn 43s


Ce qui était drôle avec la fameuse phrase de la mère de Napoléon (Sylvestre confirmera ???) citée par Xavier Casile, c'était l'accent de la dame : Pourrrvou ké ça dourrre !
N'empêche, c'est le genre de truc qui traverse les siècles...
Amitiés,
Martine


Hier, devant le 15 de Serge Blanco, rue Saint-Sulpice, je croise l'immense Patrick Modiano et au Flore, à la table voisine, Bob Swaim avec Books sous le bras.

(c) Photo Olivier Roller







David & Céline vont dans le même bateau



Repost 0
David Genzel - dans Culte
3 février 2009 2 03 /02 /février /2009 09:11

Les noces rebelles nous ont beaucoup troublé : le naufrage du couple du Titanic inspire une telle mise en abyme que la frontière réalité/fiction est une fois de plus absorbée.


Vanity Fair transforme Kate Winslet en Catherine Deneuve et instantanément Belle de jour nous saisit.



Oserons-nous enfin aborder notre voisin de la place Saint-Sulpice, Jean Sorel, pour lui parler de ce film culte ?


Céline est très inquiète de la mission que je lui ai confiée pour ce soir : prendre sur la même photo Vincent Bolloré, Jean-Marie Dru et Maurice Lévy, dans l'ordre du carton d'invitation du président Brossard qui a confirmé au Figaro que les trois "tycoons" viendraient bien ce soir au Palais Brogniart.
Céline, espiègle :
- Comment Séguéla accepte de ne pas être à l'affiche ?!
- Il se consolera avec "les écritures" de Ben pour le café Malongo !



Michael Chabon devient la nouvelle star de la littérature américaine.


De : PHILIPPE Isabelle <trad.idphilippe@noos.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>
Date : 2 février 2009 18:13

Objet : Mauvaise manipulation

Cher David,

Me voilà de nouveau confuse. Il s'agit d'une amie que j'ai en commun avec celle qui me parle d'elle, mais sans doute est-ce la vôtre aussi... Vous allez croire que je joue aux devinettes ou que j'écris à la Duras... Non, je n'ai pas encore vu Chronic'art, n° 52. Merci de l'info, merci pour l'espace que vous ouvrez. Isabelle D. Philippe

Récemment, une amie m'a parlé d'une amie commune en me donnant à lire une vignette publiée sur votre blog. Si vous voulez bien me laisser une place dans vos colonnes, je vous envoie à mon tour mon billet indiscret. Je lis, je traduis - cette année La baignoire de Goethe de Mark Crick (éd. Baker Street), recueil d'élégants pastiches mis en lecture la semaine dernière au théâtre de la Pépinière, et Le Club des Policiers Yiddish (éd. Robert Laffont), roman uchronique et pourtant actuel, tellement actuel de l'écrivain pop Michael Chabon -, j'écris, je corresponds, je cours les rues, je nage. J'aime l'art contemporain et le cinéma. J'aime aussi signer de mon nom même si c'est un pseudonyme, j'ai le trac, je ne l'ai plus.

Idp


Eric et Valérie Tong Cuong nous souhaitent leurs bons voeux, en poupée de cire poupée de son !



De : TONG CUONG Eric <etc@lachose.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>
Date : 2 février 2009 15:07


la poupée n'est chargée qu'en positif.
on ne pique que pour faire du bien.
je n'ai donc pas piqué.
Amitié
Eric


Xavier Casile a déserté Da Rosa pour son Helvétie...


Message du 02/02/09 à 18h13
De : CASILE Xavier <goodheidiproduction@bluewin.ch>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Objet : Nouvelles de suisse


DAVID&CELINE
DES NEWS DE SUISSE :
SO SWEET ZERLAND / 7EME DES VENTES DE LA FNAC APRES 2 MOIS 1/2 EN MAGASIN.
DEJA 11 850 LIVRES VENDUS.
LANCEMENT EN SUISSE ALLEMANIQUE DANS 2 MOIS AVEC 8 000 NOUVELLES COPIES EN IMPRESSION.
COMME DISAIT LA MERE DE NAPOLEON : POURVU QUE CA DURE !
LA BIZ
XAV


GOOD HEIDI Production SàRL
Xavier Casile
3 bis Cours des Bastions
1205 Genève. Suisse.
(+ 41) 78 920 1291
Une société membre de "SWISS MADE".


... Pascal Manry le remplace au pied levé !



De : BRUCKER Axel <trailersmuseum@wanadoo.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>
Date : 2 février 2009 18:42


Sagan de Diane Kurys et Une Vie de Chat de Philippe Geluck, bien placés pour les Globes de Cristal ? Ca m'a l'air bien parti ces Globes. Heureusement, Georges Cravenne est mort...


Axel Brücker
TRAILERS MUSEUM


Message du 03/02/09 à 08h12
De : MOSCOVITZ Jean-Jacques <leregardquibat@tele2.fr>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>

Objet : jeudi 12/02/09 20h15 L'Autre Ciné St Germain des Près de P. Mario Bernard et P. Trividic

LE REGARD QUI BAT... Le cinéaste et son œuvre
Proposé par PSYCHANALYSE ACTUELLE, LE REGARD QUI BAT

c'est une fois par mois la projection d'un film
suivie d'un débat entre spectateurs, cinéastes, psychanalystes, philosophes, historiens...


CINEMA Le Saint-Germain-des-Prés
PLACE SAINT-GERMAIN-DES-PRES 75006 PARIS
JEUDI 12 FEVRIER 2009 A 20H15

L'AUTRE (France 2009)


REALISE PAR PATRICK MARIO-BERNARD ET PIERRE TRIVIDIC
A PARTIR DU ROMAN D'ANNIE ERNAUX L'occupation (Gallimard/folio, 2003,)
PROJECTION SUIVIE D'UN DEBAT AVEC LES REALISATEURS

ANIME PAR V.MICHELI-RECHTMAN, L.KOFFLER, M.APTEKIER, B.H-DIDIER, F.MOSCOVITZ , M. LANDAU, JOËLLE COHEN, M.PRIEUR,
A-M.HOUDEBINE, C.ERMAN, J-J.MOSCOVITZ, F.SIKSOU, N.FARES, M.GUIBAL...


Notre président a assisté samedi au théâtre de la Madeleine à une représentation de Je t'ai épousé par allégresse, une pièce de Natalia Ginzburg, dans laquelle joue Valéria Bruni-Tedeschi.



Message du 02/02/09 à 17h55
De : ROSSI Sylvestre <sylvestre.rossi@wanadoo.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Objet : F.O.G


Cher David,


Vu chez
F.O.G (pas longtemps, parce que bon...) : Ouria (pas sûr de l'orthographe) avec son visage fermé à quadruple tour. BRR. Et Marc Edouard Nabe. Deux « Bambini », comme on dit. Pour Ouria, ça peut encore aller puisqu'elle l'est. Pour Nabe, ça craint un peu car il n'est plus tout jeune. Il serait temps qu'il se dépucelle le cerveau. Il nous fatigue avec ses gamineries.

Bien amicalement
Sylvestre


Message du 03/02/09 à 00h19
De : THIERRY Monique <monique.thierry@club-internet.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>


David,

Quand j'étais toute petite, petite, je suis tombée dans la télé comme dans une boîte de Pandore (le cinéma découvert au Ciné-Club, la musique au Grand Echiquier). Quand j'ai été moins petite, mais pas encore grande, je suis tombée dans le blog de David et Céline. Et alors, voilà que Sylvestre, après Céline chantant Michel Fugain à mes côtés, me donne ce lien précieux : Brando vs Bradford. Ce face à face m'était resté comme un sommet de violence. Le « sublime » Marlon Brando vs le très sexy Richard Bradford dans ce non moins terrible film d'Arthur Penn La poursuite impitoyable. Et Robert Redford, Jane Fonda, Angie Dickinson, Martha Hyer, Robert Duvall, James Fox... Et John Barry à la musique. Une chronique du racisme et de la bêtise humaine ordinaires. Bradford, avec sa petite gueule de voyou, son sourire en coin, sa clope et son air d'avoir bu tout le bourbon du Kentucky, ça vaut effectivement dix sur dix (mais je suis une fille). M'enfin, avec Brando y a pas photo !



L'homme à la valise : pour Sylvestre, ce petit clin d'œil, car visiblement le même lait nous a nourris :

Et bonne nouvelle le ciné-club est hebdo sur France 2.

Et vive l'équipe de France de handball.
Monique


De : HUG Catherine <jacob12@orange.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Lundi, 2 Février 2009, 22h34mn 26s

Objet : Souvenirs souvenirs
Galerie Catherine et André Hug
9 rue de l'Echaudé
75006 Paris
Téléphone 01 43 26 93 75
www.galeriehug.com


De : LE DILETTANTE <meduse2006a@atelier-multimedia.org>
À : david.genzel@gmail.com
Date : 2 février 2009 18:38

Objet : Février !


Réédition d'un roman paru en 1932, dans la veine de l'esthétique populiste du début des années 1930 par celui qui deviendra le plus talentueux des scénaristes français de l'après-guerre avec Jean Aurenche. Témoignage de Bertrand Tavernier en fin de volume.

« Il n'y avait pas cinq ans que Dupré avait ouvert son garage, et déjà il avait remboursé tout ce qu'il avait dû emprunter pour s'installer. Ses affaires marchaient bien ; il était heureux. »


Recueil de six nouvelles sous le signe de l'enfance :

le vélo, le pique-nique, le cartable, etc. Les choses de Perret.

« Chez nous, on disait cartable, et ceux qui parlaient de gibecière nous semblaient assez bizarres et même un peu rustiques ; à notre idée, ils avaient connu des chemins d'école si giboyeux que lapins et grives leur pesaient plus à l'épaule que les cahiers de classe et les morceaux choisis. »


Dans la manifestation Moscocivi à Montbéliard, Céline sourit de retrouver au premier plan de cette photo, un ancien camarade de promo de Besançon.




David & Céline vont dans le même bateau























Repost 0
David Genzel - dans Culte
2 février 2009 1 02 /02 /février /2009 08:58

Samedi à 17 heures, nous rencontrons Daniel Mendelsohn à La Hune à l'occasion de la parution de L'Etreinte fugitive (Flammarion).

"Charyn parle
de "l'agonie"
du roman juif
américain.
La seule agonie,
dans mes écrits,
c'est celle de
m'être découvert
gay en
grandissant"

Chocolat chaud ensuite au Flore avec Amélie Bulté qui nous débriefe sa dernière visite à Karim Achoui à la prison de Nanterre. Et nous touchons le bois de la table pour la libération de Karim ce mercredi. Puis, Amélie nous parle de sa mère, Marie Bulté, qui a travaillé chez Robert & Partners avant d'épouser Gérard Cohen, le DG de l'agence et qui a également travaillé chez DDB avec Pierre de Plas et Hervé Brossard. Marie Bulté a quitté DDB au moment de l'arrivée de Bertrand Suchet et de Jean-Luc Bravi.

De : ROBERT Daniel <daniel.robert.one@wanadoo.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Samedi, 31 Janvier 2009, 20h18mn 15s


Délicieux !
  Chère Marie Bulté, ravissante, délicate, efficace ! Depuis quelques temps, c'est incroyable le nombre de couples ou mariages que je découvre s'être créés chez Robert & Partners ! Moi qui croyais qu'ils étaient tous là pour travailler, en fait... c'était pour faire comme le Patron ! Enfin, le principal est qu'ils aient eu le sourire efficient de tôt matin à tard le soir !
Amicalement

Daniel Robert
Fondateur du Club de Rencontres Robert & Partners.


De : De PLAS Pierre <pdeplas@aol.com>
A : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>
Date : 1 février 2009 11:18


Il y a bien longtemps...

Hervé Brossard était chef de pub junior quand je suis arrivé chez DDB. Je lui ai fait franchir toutes les étapes jusqu'à celle de patron France. Beau parcours en 10 ans avec beaucoup de succès. Un moment donné, nous avions 4 directeurs associés de qualité, dont Hervé. J'ai pris le risque de le nommer DG et ai perdu Barluet (qui ensuite est devenu patron de la pub de Renault). Ce fut une très bonne décision pour DDB. Hervé était l'un des rares français ayant parfaitement intégré la philosophie créative de Bill Bernbach.


Pierre de Plas
Email : pdeplas@aol.com
Mobile : +33608757555
Fax : +33145035108


Hervé Brossard inaugure aujourd'hui la Semaine de la pub au Palais Brogniart.


Alain Chouffan nous a communiqué ce witz :


QU'EN PENSEZ-VOUS ?

Vu sur la vitrine d'un commerce de Philadelphie (Pennsylvanie)

« NOUS PREFERONS FAIRE AFFAIRE AVEC 1000 TERRORISTES ARABES PLUTÔT QU'AVEC UN SEUL JUIF » !!!

Cette enseigne était affichée de manière proéminente sur la vitrine d'un commerce à Philadelphie. La plupart d'entre vous seront sans doute choqués par une déclaration aussi extrême... Certains s'attendent à une mobilisation de groupes anti-diffamation contre ce commerce... D'autres pensent qu'il faudra la Garde Nationale pour le protéger... Peut-être enfin certains seront tentés de croire qu'en ces moments troublés, les propriétaires font simplement valoir leur point de vue. Après tout, nous sommes dans une société qui considère la liberté d'expression comme un droit... Et puis enfin, ce n'est qu'une pancarte !
Peut-être vous demandez-vous quel genre de commerce oserait placarder une telle affiche ?

La Maison Funéraire Goldberg Moise.


Samedi matin au Flore, Francine Disegni nous présente S.M.O. le rappeur qui ouvre le musical Anne.



Puis, au Bar du marché rue de Buci, nous rencontrons Marc Drillech et son épouse, sortant de chez Kusmi Tea, et nous leur présentons l'accorte Nasta, la serveuse la plus pimpante de tout Saint-Germain.



Vendredi soir, en compagnie de Gérard Gros, nous avons assisté au show case de La femme placard, au Petit Gymnase. Une pièce de Chantal Alves Malignon, mise en scène par Mourad Berreni. Natasha Mash et Delphine Ledoux y sont époustouflantes et cette pièce devrait triompher sur la place de l'Horloge à Avignon cet été !


Je félicite Josyane Savigneau pour son Yourcenar dans Le Magazine Littéraire et son Danièle Sallenave dans Le Monde.

De : SAVIGNEAU Josyane <savigneau@lemonde.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Dimanche, 1 Février 2009, 11h45mn 07s


Merci, ça me remonte le moral qui n'est pas à son maximum allez savoir pourquoi.
J'aime beaucoup cette phrase de Lautréamont que me répète Sollers "le travail détruit l'abus des sentiments", donc je me mets au boulot.
Bon dimanche à vous.
Jo S


De : ROFFINELLA Martine <roffinella.martine@wanadoo.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Dimanche, 1 Février 2009, 16h06mn 33s

Objet : Le Fouet


Cher David, j'ai reçu ce samedi les exemplaires de mon livre Le Fouet paru récemment chez Points-Seuil, dans ce "rose shocking" signalé par Alain Beuve-Méry dans Le Monde daté de dimanche 1er/lundi 2 février 2009. Depuis, je suis assaillie de mails - on me demande si je dors effectivement avec un fouet (ça c'est la faute du site de Marianne), si je suis une dominante ou une dominée, si je suis grosse ou maigre, etc. Alors, je le dis une bonne fois pour toutes, sachant que votre blog est très lu : je pèse 52 kilos, je mesure 1,65 mètres, j'ai 47 ans - et je suis préménopausée. Voilà pour tous mes fans - réponse groupée. Au-delà de cette franche rigolade, je tiens à remercier ici Christine Rousseau, que je ne connais pas, et qui me soutient en tant qu'auteur depuis des années - des lustres. C'était le temps où Le Monde des Livres, et des journalistes comme elle, prenaient la peine de téléphoner à un petit éditeur pour lui demander de lire "tous les livres" d'un auteur quasi inconnu. Chapeau Christine Rousseau.
Amitiés vives,
Martine


Dimanche matin, Les noces rebelles à l'UGC Odéon. Sam Mendes a épousé Kate Winslet et avant les noces, il s'est brillamment ingénié à tuer le couple du Titanic ! Ce film est le constat d'autopsie d'un couple américain.



En déjeunant après le film avec Gérard et Natasha à la Casa Bini, nous apprenons le décès du mari d'Anna Bini.


Dans Le Parisien Economie d'aujourd'hui, interview de Christophe Beaux, PDG de la Monnaie de Paris. Il aura au moins à son actif l'exposition à partir du 6 février de David LaChapelle.


Angelina Jolie in poppy field


Cette expo sera sans doute à la une de la nouvelle chronique "En roue libre" de Frédéric Beigbeder pour Voici.



(c) Photo Nicolas Hidiroglou


Message du 30/01/09 à 20h14
De : ROSSI Sylvestre <sylvestre.rossi@wanadoo.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Objet : Moscovici ou Colonel Kurtz


Cher David,

La photo de Moscovici dans votre précédent billet, c'est pas plutôt le Colonel Kurtz dans Apocalypse Now ? (rapport à la sueur abondante sur le crâne nu). En parlant de Kurtz qu'interprétait Brando, cliquez donc ci dessous « Marlon Brando versus Richard Bradford » dans un vieux film de Arthur Penn (le père de Sean). Je vous recommande tout particulièrement le « Happy Birthday ! » de Richard Bradford, il vaut dix sur dix.
Richard Bradford était le héros des séries TV de mon enfance (L'homme à la valise). On n'a pas jusqu'à ce jour fait plus viril et vachard. James Cagney et Lee Marvin mis à part. Il joue le rôle d'un vieux flic véreux face à Sean Connery dans Les incorruptibles de Brian de Palma. Vieux mais égal à lui-même.


Bien amicalement
Sylvestre


Message du 30/01/09 à 13h41
De : KAUFMANN Francine <kaufmaf@mail.biu.ac.il>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>


David,

J'ai pris le temps de lire de très longues pages de votre blog (moi qui n'avais jamais été consulter un blog avant le vôtre) et j'y ai pris beaucoup de plaisir... Merci

Francine Kaufmann


De : DEXIDOUR-STAUT Fabienne <fabienne.dexidour-staut@wanadoo.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>
Envoyé le : 30 janvier 2009 14:01


Merci beaucoup David, une fenêtre d'espoir est née... prions que la démocratie avance plus vite que l'intégrisme dans des pays dits « modérés » mais où le sale et immonde règne d'Hassan II va mettre des années à effacer ses erreurs, son fils lui a donné des petites fenêtres d'ouverture mais il y aurait tant à dire sur l'aspect « mou » de son règne... alors si la culture cinématographique peut y contribuer, c'est un beau rôle que cet art lorsqu'il a pour vocation de dévoiler les méfaits que la société a mais je reste très inquiète sur les risques d'explosion et de débordement liées au Maroc sous informé et avec les évènements dramatiques qui viennent de secouer la bande de gaza. Les manifestations pro palestiniennes ont été assez violentes là bas... Merci donc d'avoir publié mon mail et d'avoir trouvé l'affiche du film. Avec toute mon amitié.
Fabienne


Cinégénie inouïe à Rennes pour Jérusalem.



A L'Entrepot, seule salle parisienne à partir de mercredi : Lucifer et moi, avec le merveilleux Jean-François Balmer.



Notre président sera en forme pour affronter les syndicats grâce à Julia Imperiali, la coach sportive de son épouse.



Hier soir, Espions au MK2 Odéon. Dans ce film, tout le monde se fait avoir, et plutôt que d'espions, on peut parler de pigeons. Bon exercice de style pour un ancien critique des Cahiers du cinéma. Et aujourd'hui, Géraldine Pailhas fait le portrait de Libé.



Dans la file boulevard Saint-Germain, nous croisons Jean-Philippe Ecoffey en papa du dimanche.



Et dans la salle devant nous, Florence Darel.


Notre voisin Pierre Moscovici avait déserté le Flore et l'Odéon jeudi pour manifester à Montbéliard.



De : LACOMBE Magali <magali.lacombe@free.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Samedi, 31 Janvier 2009, 17h52mn 59s

Objet : Signature février


Cher David, chère Céline

« En février fais le ski qui te plait ».
Voici votre signature à utiliser dès lundi si l'idée vous séduit.
Bises à vous 2
Magali


Magali LACOMBE

Illustratrice
06 09 10 50 39
magali.lacombe@free.fr
Site web http://maglac.free.fr








David et Céline vont dans le même bateau




Repost 0
David Genzel - dans Culte
30 janvier 2009 5 30 /01 /janvier /2009 08:57

Message du 29/01/09 à 18h46
De : SIMON Yves <yvesimon@club-internet.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

David,
Ce photomontage de Chris Marker reçu aujourd'hui me plaît beaucoup.
Baisers.
Yves Simon

 


De : WATELET Stéphane <sw@editionstelemaque.com>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Jeudi, 29 Janvier 2009, 15h04mn 15s

Objet : François Mitterrand - Ma mort tous les jours

 

Bonjour David,

Tout sauf Mitterrandolâtre, j'ai reçu l'été dernier ce manuscrit totalement inattendu que nous publions aujourd'hui avec nos confrères du Bord de l'eau. Intrigué par les faits historiques méconnus dont il est truffé (la mort à 6 mois en 1947 du premier fils de Danièle et François M.) je n'ai pas pu lâcher ce roman, journal intime apocryphe de François Mitterrand, qui nous plonge avec une simplicité et une vraisemblance étonnante dans la relation quotidienne de FM avec la maladie et la mort. En 120 pages, quarante années de pouvoir sont revues de l'intérieur, sous le prisme d'un dialogue ininterrompu avec la souffrance et « l'après ». Léo Pitte avait préparé une thèse sur l'utilisation de la maladie en politique (il a rencontré des médecins, des journalistes - Jean d'Ormesson, Jacques Juillard...). Il voulait publier ses découvertes sous forme d'essai, c'était impossible pour des raisons évidentes, il en a fait ce roman obsédant. Un livre réellement troublant.

Amitiés

Stéphane

PS : bonne nouvelle pour Gonzague St Bris, après un mois et demi nous en sommes à la 6è réimpression à 51 000 ex de son François 1er. Qui peut encore croire que nous ne sommes pas à l'aube d'une nouvelle Renaissance !

 

Si Pierre Moscovici avait été à Paris hier, lui l'européen convaincu, la banderole du théâtre de l'Odéon l'aurait fait sourire.



Grève franco-française puisque l'Odéon était en grève, mais pas le théâtre de l'Europe ! Même le Moyen-Age se met en grève.



De : DELPRAT Christian c.delprat@jvldir.com
À : GENZEL David david.genzel@yahoo.fr
Envoyé le : Vendredi, 30 Janvier 2009, 8h25mn 25s

Objet : Les pros sont dans la rue


Mon cher David

Hier soir sur RTL, un journaliste rend compte de la grande manif' : « fait remarquable, on a vu des salariés du privé aux côtés des fonctionnaires et même, fait nouveau, des salariés d'entreprises qui n'avaient jamais participé à une manifestation et notamment une banderole Publicis ». J'ai cherché partout, à la TV, sur le net...pas de trace de ce kakemono. On peut penser que les slogans étaient à la hauteur de la réputation de la première agence française; mais je suis déçu de ne pas trouver trace de cette opération de pur street marketing. À moins que la discrétion soit l'effet recherché : ne dites pas à ma mère que je défile avec Chérèque, elle croit que j'ai repris le budget Carrefour ! J'imagine Mr Lévy, homme de l'année, planté hier après-midi devant l'ascenseur de Publicis, filtrant ceux qui reviennent avec des maquettes et un devis signé, et ceux qui ont des tracts plein les poches et un autocollant CGT sur la manche. ces derniers auront sûrement expliqué leur démarche par le souci professionnel d'aller au contact des gens (la cible), parce que le planeur stratégique leur avait dit que c'était dans la rue que ça se passait (renifler les tendances), et que même qu'il y avait quelques annonceurs potentiels et on a distribué des cartes de visites à tout le monde. N'est-ce pas ce qu'on appelle la Chutzpah en yiddish ? Le culot de celui qui, ayant tué père et mère, demande la clémence de la cour parce qu'il est orphelin.

Christian DELPRAT

 

Hier soir, nous avons assisté au Procès de la Princesse de Clèves, à la mairie du VIe arrondissement. Le meilleur discours fut celui de Jean-Pierre Lecoq qui nous avait prévenu qu'il s'agissait d'un brouillon. Céline était ravie d'avoir Henri Garcin à ses côtés, malheureusement, il s'est éclipsé très vite... Conclusion : offrir au public/jurés La belle personne de Christophe Honoré.

 

Karim Achoui a eu la chance de rencontrer sa "dame d'Avignon".


Message du 29 janvier 2009 11:00
De : BULTE Amélie <abulte@avocat-bulte.com>
A : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>


Cher David,

Pour compléter ce compte-rendu, il semblerait que les propos que j'ai tenus lors de l'audience aient eu un impact immédiat puisque Karim fut reconduit à Nanterre menotté uniquement aux mains et placé à l'avant de la fourgonnette, la mention "avocat" figurant désormais à côté de celle « DPS-Ferrara »... Il s'agit là, je crois, de la meilleure des récompenses. Puisse l'ensemble de nos mots connaître ce succès la semaine prochaine. Monsieur Gurtner étant un magistrat réputé intellectuellement honnête, je ne vois qu'un seul résultat possible la semaine prochaine, sa remise en liberté. Et puis si nous avons avec nous la Balance, Bérénice, le bon et généreux Karim devrait être célébré.

A très bientôt,

Amélie


Message du 29/01/09 à 09h31
De : ADELY Emmanuel <e.adely@free.fr>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>

Objet : Littérature : Enjeux contemporains III / 31 janvier & 1er février 2009



Samedi 31 janvier et dimanche 1er février de 9h30 à 18h

La Maison des écrivains et de la littérature organise deux journées de rencontres et de réflexions Littérature, enjeux contemporains III La littérature est-elle « plastique ? »

Avec les interventions de :

Emmanuel Adely, Julien Blaine, Arnaud Cathrine, David Christoffel, Maryline Desbiolles, Suzanne Doppelt, Mathias Enard, Alain Fleischer, Leslie Kaplan, Philippe de la Genardière, Michel Layaz, Gérard Macé, Philippe Morier-Genoud, Jean-Pierre Ostende, Antoine Piazza, Christian Prigent, Yves Ravey, Pierre Senges, Jacques Serena, Agnès Sourdillon, Esther Tellermann.


Programme détaillé et renseignements au 01 55 74 60 90 - 01 55 74 60 91 - 01 55 74 01 52


Auditorium du Petit Palais Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris

av. Winston Churchill - Paris 8

Entrée libre et gratuite


Hier, sur la recommandation de Marianne Denicourt, nous avons déjeuné à El Sur, 35 boulevard Saint-Germain, oui tout le charme de l'Argentine.

 


Message du 29 janvier 2009 20:01
De : DEXIDOUR-STAUT Fabienne <fabienne.dexidour-staut@wanadoo.fr>
A : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>

Objet : Casablanca est devenue Casanégra ?



Bonjour David,


Enfin un papier dans la presse française Le Monde de mercredi 28 Janvier (dont je ne fais que le résumé) qui parle d'un film réalisé par Noureddine Lakhmir dont le film Casanégra devient un phénomène de société au Maroc. Connaissant bien mon pays et celle ville, celle où je suis née, j'ai toujours su qu'il y avait deux Casa comme on dit là bas, celle des beaux quartiers avec son centre ville de style Art déco datant de l'époque coloniale, celle qui est redevenue blanche avec ses belles avenues, celle qui est la capitale économique du Maroc et le Casa caché, d'abord avec les palissades, très proches du quartier des affaires avec une autre ville appelée « derrière les planches » pour cacher toute la misère aux yeux de tous. Mais au fil des années, au fil de non-dits Casanegra est née : alcool, drogue, prostitution, femmes battues, enfants des rues... Le réalisateur dit « Je n'ai rien inventé, mon film est un miroir de la société marocaine, je montre le Maroc tel qu'il est, non tel qu'on veut nous faire croire qu'il est. Seul signe encourageant et donnant des signes démocratiques, ce film a pu se monter grâce à l'aide de l'état, via le Centre cinématographique marocain et n'a pas déclenché à ce jour de polémique mais une prise de conscience dans tout le pays que tout avance a petits pas mais il y un espoir si des magazines comme Tel Quel remarquable peut paraître et que son directeur Ahmed Benchmesi « parle de thérapie de groupe pour ouvrir les yeux des Marocains et secouer les certitudes ouatées dans lesquelles la propagande officielle tente de les enfermer depuis un demi-siècle ».
Casanegra, issu en partie d'un mouvement culturel alternatif Nayda « ça bouge », né en 2003 qui explose, Casanayda un documentaire réalisé par Dominique Caubet, professeur d'arabe maghrébin aux Langues orientales à Paris vient de sortir.
Montrer que les grandes villes impériales très touristiques et où l'achat de riads par des étrangers par centaines notamment à Marrakech est certes incontournable, le tourisme étant la 1ère ressource du pays mais si on veut que cela dure il faut faire bouger le Maroc « avec ses vérités » sans l'enflammer...
Merci Cher David.
Le problème étant de faire bouger le Maroc sans l'enflammer...
Fabienne Dexidour-Staut


Céline a adoré cette étrange composition rue du Cherche-Midi...

 


Si j'avais été notre président, j'aurais plutôt abonné les jeunes de 18 ans à Books, XXI, Vendredi ou Le Tigre.


Message du 29 janvier 2009 11:19
De : DUMOULIN Louis <louis@booksmag.fr>
A : GENZEL David david.genzel@gmail.com


Merci !
Moi non plus je ne suis pas passé au Flore : la grève m'a fait renoncer à jouer les VRP. En revanche, j'ai une réunion aux Editeurs jeudi prochain dans la matinée, et je profiterai sûrement de l'occasion pour faire un tour des cafés « Books » du quartier.
A bientôt, bonne journée,
Louis


Message du 29/01/09 à 14h41
De : MULLER Karin <karin@gimpel-muller.fr>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>

Objet : Malraux/Lacouture/Todd


Permettez-moi d'attirer votre attention sur le prochain Dimanche de la galerie :
le 1er mars à 15 h (et non le 1er février, comme initialement prévu)
André Malraux, mythes et réalités
avec Jean Lacouture et Olivier Todd.
Seront également présents Madeleine Malraux, Dominique Desanti, Emile Biasini ...
Il est prudent de réserver...
Très cordialement,

Karin Müller

Galerie Gimpel & Müller
12 rue Guénégaud
75006 - Paris
01.43.25.33.80
06.09.68.96.98
www.gimpel-muller.com


David & Céline vont dans le même bateau














 

 

Repost 0
David Genzel - dans Culte
29 janvier 2009 4 29 /01 /janvier /2009 09:07

Bernard-Henri Lévy, grand témoin cité par SOS Racisme, a déposé hier au tribunal de Lyon dans le procès de Jean-Marie Garcia, un cariste de 42 ans, accusé d'avoir abattu Chaïb Zehaf, un algérien de 39 ans à la sortie d'un bar. L'accusé annonce une liste d'amis musulmans, juifs et africains.
Bernard-Henri Lévy :
"Cela ne prouve rien. Louis-Ferdinand Céline était un raciste enragé et il ne manquait jamais une occasion de dresser la liste de ses amis"

BHL s'était fait attendre et a même été rappelé à l'ordre par le président de la cour d'assises.

Le président ne savait peut-être pas que BHL venait d'être pour la deuxième fois l'heureux grand-père d'un petit Julien, né au foyer de sa fille Justine. Justine Lévy a accouché d'un petit Julien quelques jours après la naissance d'un petit Sacha chez Raphaël Enthoven...

(c) Photo Kai Juenemann

De : LECOQ Edith <edith.lecoq@paris.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Mercredi, 28 Janvier 2009, 16h33mn 59s

Objet : Contes chinois à la Mairie du 6e par Hippolyte Romain

Bonsoir David,

Samedi à 15h dans la salle des Fêtes de la Mairie du 6e, nous invitons tous vos amis du blog Odéon à assister « aux Contes chinois sous la lune » et à se laisser guider dans la Chine des rêves, des illusions, des maisons d'amour, des trafics et des passions par Hippolyte Romain cet homme libre et passionné par la Chine...
Tous les week-end, ils peuvent aussi découvrir la maison de thé chinoise « Mademoiselle Li » qu'il tient au cœur du Jardin d'Acclimatation au Bois de Boulogne.
A demain 20h pour le Livre en Procès et l'Affaire de la Princesse de Clèves !

Edith Lecoq


Et nous irons prendre un thé à la Maison de la Chine place Saint-Sulpice...



Cultissime rétrospective José Benazeraf, le Bunuel de l'érotisme, à la filmothèque du 9 rue Champollion.



Steven Spielberg va tourner Tintin de Hergé avec l'acteur britannique Jamie Bell, révélation du film Billy Elliot.



Message du 28/01/09 à 10h48
De : SCHROEDER Henri-Christian <hcschroeder@hotmail.com>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Objet : 


Un peu de douceur dans ce monde de bruts : le temps passe, pas facile en ce moment pour certains, alors souvenons nous de quelques bons moments, comme... As time goes by dans Casablanca ! Sublime... forcément sublime... « Culte » diraient Céline & David !

HCS


voici la vidéo du passage du thème As time goes by dans le film :
http://video.google.com/videoplay?docid=-4762321617067761203
...

As Time Goes By est une chanson écrite par Herman Hupfeld pour le spectacle Everybody's welcome joué en 1931 sur Broadway. Frances Williams interprétait alors la chanson mais celle-ci fut reprise la même année, entre autres par Rudy  Vallee.


Le film Casablanca remit la chanson au goût du jour en 1942 : La chanson est utilisée comme thème du film. C'est alors Dooley Wilson qui la chantait mais il n'en sortit jamais de single à cause d'une grève des musiciens au moment de la sortie du film. C'est donc une réédition de Rudy Vallee en 1931 qui se vendit à la place. La chanson est restée célèbre jusqu'à aujourd'hui grâce au succès du film, reconnu comme l'un des meilleurs que le cinéma ait jamais produit. À l'enterrement d'Ingrid Bergman, l'actrice vedette du film, un violon a joué la mélodie.


Le refrain de la chanson :

You must remember this
A kiss is just a kiss, a sigh is just a sigh.
The fundamental things apply
As time goes by.


Cette nuit, je reçois un sms de Michel Davin :

"Pascal Manry, Eric-Marie Maugard son alter-ego commercial, Patrick Gendry mon stratège d'associé dans Vaudoo, et moi-même, déposons en ce 29 janvier 2009, jeudi non noir, les statuts d'une structure publicitaire configurée pour fonctionner dans la situation de crise actuelle.

Son nom : Vingt Neuf Advertising".


A Michel, je dédie pour le succès de son entreprise, Extension du domaine de la manipulation de Michela Marzano.


De DUMOULIN Louis louis@booksmag.fr
A : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>
date : 27 janvier 2009 12:20


Bonjour David,

Merci pour l'annonce et pour la photo ! Vous devriez recevoir par la poste le n°2 avant la fin de la semaine. En attendant, je vous joins la couv et le communiqué de presse. Par ailleurs, je passerai sûrement au Flore jeudi matin (vers 10h30) faire de la retape pour Books et offrir au café un abonnement gratuit. Peut-être aurais-je le plaisir de vous y croiser ?

Amicalement,

Louis

--

Books
L'actualité par les livres du monde

Louis Dumoulin
Responsable du développement
01 75 77 08 07 / 06 50 89 62 51


A mon très cher ami Armand Morgensztern, je dédie ce livre clin d'oeil, que lui seul pourra comprendre, Je suis le dernier juif (Treblinka, 1942-1943) de Chil Rajchman.



Le "divin chauve" de Stratégies a commandé une superbe enquête à Delphine Le Goff sur la vie privée et la vie publique, un cas d'école sur les internautes mis en scène par Le Tigre.



Le top model russe Natalia Vodianova qui était une figure de Louis Vuitton, Marc Jacobs, ou L'Oréal, a été choisie par Etam lingerie pour en devenir l'égérie.








David & Céline vont dans le même bateau



















Repost 0
David Genzel - dans Culte
28 janvier 2009 3 28 /01 /janvier /2009 09:21
(c) Photo Annie Leibovitz

Ce soir, à son dîner d'anniversaire, notre président aurait pu convier Richard Anconina, Jean-Laurent Cochet, Bruno Gollnisch, Ismaïl Kadaré, Marthe Keller, David Lodge et Jean-Louis Murat. Ils sont tous nés un 28 janvier. Mais avec le jeudi noir qui s'annonce, certains auraient eu du mal pour se déplacer.

Le Figaroscope dresse le palmares des meilleures pizzerias de Paris. Pizza Chic du 13 rue de Mézières est première ex-aequo
avec le Bistrot napolitain, Bartolo de la rue des Canettes est 9e. Et Da Pietro de la rue Mabillon en 17e position.

Message du 27/01/09 à 16h45
De : ROSSI Sylvestre <sylvestre.rossi@wanadoo.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Objet : Minou Pop

Cher David,

Ha! Le minou très "seventies" de Jeanne Balibar dans votre précédent billet ! Je pensais qu'on n'en faisait plus des comme ça. Cette luxuriance était vaguement effrayante, il faut bien l'admettre, pour les adolescents un peu niais que nous étions dans les années 70. Aujourd'hui les minous sont nets. Pour tout dire, ils sont un peu trop polis. Est-ce un progrès ? Mystère et poil à gratter ! (il y aurait presque une thèse à faire sur ce sujet). J'ai un bon copain, tenancier de boite de nuit, qui prétend détecter les minous "pop" en fonction de la commande que leur passe ces dames. Selon lui, plus la boisson commandée est désuète, plus il y a de chances d'en dégotter un. Avec le Malibu-Ananas, on est déjà en bonne voie. Mais la valeur sûre, façon "la naissance du monde de Courbet", ça reste le J&B Orange. C'est le sésame. A condition toutefois d'emballer la dame en fin de soirée. Dès lors, tout est entre les mains du DJ. A lui de balancer au moment opportun « Jumpin'Jack flash » des Stones... Ou « All Right Now » des Free !

Bien amicalement
Sylvestre


Le designer José Lévy expose à la galerie Perrotin les petites souris du Luco, des objets en édition limitée, qui lui ont été inspirés par le jardin du Luxembourg une fois que les grilles se ferment.



Bruno de Cessole vient d'obtenir le Prix des Deux Magots pour L'heure de la fermeture dans les jardins d'occident (éditions de La Différence).



Eric Besson va être décu : sa progéniture ne gardera pas le record à la Minou Drouet ! A 9 ans, Perrine publie déjà les aventures de Basile le crocodile !



De : DELPRAT Christian <c.delprat@jvldir.com>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Mardi, 27 Janvier 2009, 17h08mn 37s

Objet : 11% de matière grasse, 0% de matière grise


Cher David

La suppression du bon vieux « Y'a bon Banania » ne m'attriste pas : un slogan a aussi une date de péremption. Mais c'est l'occasion de saluer une accroche qui remplissait sa mission : être accrocheuse, facilement mémorisable, et donner l'envie du produit. Ce qui n'est pas le cas de la marque Président qui veut nous séduire avec « bien manger, c'est le début du bonheur ». Qu'ont-ils tous à nous vendre du bonheur ? Et pourquoi devrions-nous "bien" manger ? Je trouve que « manger, c'est le début » se suffit à lui-même. D'ailleurs Céline, en régionale de l'étape, pourrait-elle goûter la Cancoillotte Président à 11% de matière grasse et donner sa note sur l'échelle du bonheur ? Une prochaine fois, nous pourrons nous pencher sur Fleury Michon et son prometteur « elle est pas belle la vie ».

Christian DELPRAT



De : MOORS Bernard <bernardmoors@free.fr>
A : TORRES Daniel <dtorres@stelli.fr>
CC : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>
Envoyé le : 27 janvier 2009 18:32

Objet : Le poker avant le hold'em


Bonjour Daniel,

Une fois de plus le blog de David réveille de bons souvenirs, de plus de 30 ans : nos parties de poker avec Bernard Ferrey (Mc Cann), Bernard Masbou (Mc Cann) disparu trop tôt, Goreki pour qui j'ai fait la campagne Coppertone, Gérard Kikoïne qui faisait de la pub avant de passer au porno, et j'en oublie. Je vois que tu blindes beaucoup plus gros, pour trouver ton directeur, ma fille est chasseuse de tête, de retour à Paris lundi.

Amicalement

Bernard


Bernard Moors
16 rue Pierre Demours - 75017 Paris
Tel 01 56 68 04 28 - 06 89 93 40 78
bernardmoors@free.fr


Toutes les critiques sont excellentes. Il ne nous reste plus qu'à aller voir Espions de Nicolas Saada. Bien que Céline doute beaucoup de Géraldine Pailhas en héroïne hitchkockienne...


Et, toutes affaires cessantes, se précipiter sur le favori du prochain Grand Prix d'Angoulême : Pinocchio de Winshluss.



L'affiche du Bal des actrices est régulièrement grafitée dans le métro...



Message du 28/01/09 à 09h28
De : MONIER Louis <louis.monier@club-internet.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

John Updike pris dans la bibliothèque mythique de Gallimard son port de tête est inoubliable !
Louis

 

 

 



David & Céline vont dans le même bateau




Repost 0
David Genzel - dans Culte
27 janvier 2009 2 27 /01 /janvier /2009 09:31

Déraillement du chemin de fer de Libé ce matin, crime de lèse-majesté contre Alain Badiou. Libération consacre son dossier à Alain Badiou, invité spécial. Et, en plein dossier, une page de pub pour Biotherm homme :
"Derrière deux ou trois rides visibles, combien en gestation ?"

Badiou méprise sûrement Barthes, Baudrillard, Péninou, mais cet attentat ils l'auraient mis merveilleusement en exergue. Espèrons que Biotherm, en gestionnaire du placement de marques, fournira Badiou jusqu'à la fin de sa vie...

Autre choc visuel pour Alain Badiou, ce matin dans Les Inrocks, le portrait de la fille du philosophe Etienne Balibar, la divine Jeanne, représentée par Jean-Luc Moulène.


Message du 26/01/09 à 11h58
De : De BONNEVILLE Pierre <pierre@debonnevilleorlandini.com>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>


Ça DECO plein tube...
Vu au salon MAISONS et OBJETS, vendredi
(c'est jusqu'à mardi)

La vierge Marie
Qui est décidément très à la mode :
Avec, depuis samedi
LES VEPRES DE LA VIERGE de Monteverdi
Mis en scène par Oleg Kulik
(encore un russe : ils sont très tendance aussi !)
Un spectacle comme vous en verrez peu.

Et puis, après Jean de La Fontaine
j'ai relu la prière aussi,
Je me souvenais de la musique
Mais pas des paroles :

Je suis ravi
Reine des masses
le baigneur est avec vous
vous êtes réunie avec toutes les femmes et j'essuie
les cris de vos railleries et tutti.
Maintes envies, reine des lieux,
riez de nous, pauvres lécheurs,
rentablement et à tout à l'heure,
apporte.

Pierre de Bonneville


Message du 26 janvier 2009 09:27
De : TORRES Daniel <dtorres@stelli.fr>
A : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>

Objet : recherche « un patron »



Salut David,

Comme je te l'ai dit Nous recherchons le dirigeant pour l'une de nos Sociétés Stoora.com. C'est une place de marché sur le net qui assure la mise en relation, dans le milieu industriel, entre fabricants et donneur d'ordre... Nous sommes en phase de commercialisation, après 1 an de mise au point (400.000 € d'investissements) et nous avons trouvé un fonds d'investissement qui nous aide dans notre développement !!! Si des amis intéressés mon portable : 06 60 43 89 54.


Autre sujet plus ludique nous avons créés avec DANI , la chanteuse et créatrice du concept « Au nom de la rose » un atelier de fleurs.



Nous faisons des compositions « sur mesure », principalement des roses... Nous avons 4 pages dans le Elle déco de janvier. L'adresse 34 rue des Bergers à Paris 15. Tel : 01 53 95 20 20 Les amis de la pub seront bien reçus : Service et Prix.
D'autres sujets à aborder, bientôt !!!
Amitiés à tous
Daniel Torres


Message du 26/01/09 à 10h41
De : ROSSI Sylvestre <sylvestre.rossi@wanadoo.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Objet : Sorry !


Cher David,

Lorsque l'éditorial collégial et anonyme du Monde se pique de gloser sur le pardon et son sens, ça prête à sourire. Déjà le titre « un pardon contestable »... Oups ! Comment le pardon-en-soi pourrait-il être contestable ? Le pardon n'existe que si la faute à pardonner est indicible, innommable, voire impardonnable. Pardonner une faute aisément pardonnable n'a absolument aucun sens. Nul besoin d'être le penseur de Rodin pour comprendre ça. Le pardon ne se conçoit que dans la pratique de ce même pardon, non dans la théorie... Et sans contrepartie (un peu comme le caviar ne se conçoit qu'à la louche). Je veux bien, mesdames et messieurs du service politique du Monde que vous nous parliez de Julien Dray ou de Jean-Pierre Raffarin mais pour le reste je vous renvoie aux grands mystiques, que ceux-ci soient juifs, chrétiens, musulmans ou bouddhistes. Étrangement, ils pensent tous la même chose du pardon. Tout simplement parce que, eux, ils ont réfléchi à la question.
Bien amicalement
Sylvestre



Message du 27/01/09 à 03h01
De : JELIN Patrick <jelin@save-the-world.com>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>

Objet : Jelinblog - Dantec dans l'espace


Juste Une Photo

Maurice Dantec.
Paris 2002

Comme le fantôme d'un jazzman

Je viens de lire à toute pompe le dernier roman de Dantec, Comme le fantôme d'un Jazzman dans la station Mir en déroute. Je reste avec un sentiment mélangé de franche rigolade et de terreur de l'avenir. On se retrouve au cœur d'une histoire où la réalité du quotidien contemporain reste présente et se confond avec une projection d'un futur proche probable et insupportable. Dantec, c'est un savant mélange de P.K. Dick, de Spinrad, de de Frédéric Dard et de Belmondo dans Magnifique. C'est pour cela qu'on se laisse facilement prendre au jeu, il y en a pour tout le monde. On peut avoir une lecture plus torturée et s'interroger sur les relations que l'écrivain de S.F entretient avec le kabbalisme, le chamanisme, la philo et la science, une mixture, qui se digère si l'on a de l'humour, ce qui n'est pas le cas de tout le monde. pour finir, on appréciera la grande inquiétude et la détresse qui agitent les artistes... J'ai rencontré Maurice dans un studio d'enregistrement, il y a quelques années, lorsqu'il commençait à faire de la musique avec Richard Pinhas. Cette image a été prise avec mon numérique de l'époque. (2002 Minolta).


Message du 25/01/09 à 15h10
De : MOSCIVITZ Jean-Jacques <leregardquibat@tele2.fr>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>

Objet : dimanche 8. 02. 09 Religolo 10H45 à La Pagode projection et débat


Madame, Monsieur,
Veuillez noter l' annoncesuivante pour février 2009 :


LE DIMANCHE 8 FEVRIER A 10H45
CINEMA LA PAGODE
57 bis rue de Babylone 75007 PARIS

RELIGULOUS - RELIGOLO

REALISE PAR LARRY CHARLES
DEBAT ANIME PAR :
ANNE-MARIE HOUDEBINE, NABILE FARES, FRED SIKSOU
ET JEAN-JACQUES MOSCOVITZ

LE SYNOPSIS

Le maître de l'irrévérence américaine, Bill Maher, dresse un état des lieux de toutes les religions du monde en parcourant la planète et en interrogeant des spécialistes et des gens de la rue. Fascinant, instructif, décapant, hilarant, inquiétant et passionnant, Religolo est un instantané de la spiritualité humaine comme personne n'en a jamais vu...


Le ravissement de Céline avec la chronique de Nicolas Rey dans VSD pour le deuxième roman de Barbara Israël, publié chez Stéphane Million : Miss Saturne.


Message du 25/01/09 à 15h58
De : MINNE Jean-François <jfminne@club-internet.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Objet : A lire !


Bonjour David,
Grâce à toi j'ai retrouvé notre ami Christian Gatard.
Je viens de déguster son dernier livre, Bureau d'études.
Un vrai régal. A partager.
Amitiés,
Jean-François Minne


Message du 25/01/09 à 17h11
De : GATARD Christian <christiangatard@gatardresearch.com>
A : MINNE Jean-François <jfminne@club-internet.fr>
Copie à : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>

Objet : Re : A lire !


Cher Jean-François, Cher David

Je viens moi aussi de terminer Hold-up sur la Mairie de Neuilly. Quelle chose étonnante que ce livre pétillant, impliqué, (embedded, faudrait-il sans doute dire), effronté et militant. Récit de navigateur dans un 92 rugissant, mugissant, c'est un parcours hors d'haleine dans un microcosme qui se bricole au jour le jour entre morceaux de bravoure et miettes pusillanimes. Effet garanti ! Nous avons eu des parcours parallèle, Minne et moi, des doubles vies qu'on ne se soupçonnait pas. Pendant que je m'aventurai au cœur de Bornéo chez les tribus dayaks, il ne prenait pas moins de risques dans les tribus de l'Ouest parisien. Nous étions donc décidément de la même cohorte : des buveurs de café fort. Il nous fallait donc un « passeur » pour nous retrouver. A lire ton blog, on voit bien que ce n'est pas ton premier exploit. C'est tout l'art et la manière de la reconnexion autour du Flore et de sa faune.

A bientôt vous deux.

Christian Gatard

Gatard & Associés

blog : http://christiangatard.wordpress.com


De : ROFFINELLA Martine <roffinella.martine@wanadoo.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Lundi, 26 Janvier 2009, 15h24mn 09s

David, j'ai reçu beaucoup de réactions grâce au billet que vous avez eu la gentillesse de diffuser à propos de ma rencontre avec Josyane Savigneau. Enormément d'émotion dans les mails qui m'ont été envoyés, un flot de poésie et de tendresse. Un grand merci à vous, donc, de m'avoir - une fois de plus - accordé un espace sur votre Blog.
Amitiés vives,
Martine


Pour fêter les dix ans de son calendrier, Campari s'est offert Jessica Alba, photographiée par Mario Testino, sous la direction artistique de Jean-Paul Goude.



Books n°2 sort jeudi, avec l'Inde en démocratie miraculeuse.



Epouse de Philippe Larroque et fille de Claude Bonnange, Catherine déménage !



Pierre-Arnaud Gillet nous fait partager son art.



Carla Bruni-Sarkozy s'est réconciliée avec des millions de téléspectateurs italiens qui regardent tous les dimanches leur émission favorite "Che tempo che fa" sur la troisième chaine du service public. Carla Bruni-Sarkozy aimerait offrir à son mari une lettre autographiée du Général De Gaulle : "Car mon mari est un grand collectionneur".








David & Céline vont dans le même bateau






Repost 0
David Genzel - dans Culte
26 janvier 2009 1 26 /01 /janvier /2009 08:45
(c) Photo Olivier Roller

Alain Minc, qui a organisé le déjeuner de réconciliation le 20 janvier entre Bernard Arnault et François Pinault, a eu ce mot de satisfaction :
"Chacun a son Gaza ; moi, le mien est réglé"

Samedi matin, Rachida Dati, avant le conseil national de l'UMP/PMU, découvrait le Café de Flore. Mais Céline n'avait d'yeux que pour Paul Auster, et grâce à l'obligeance d'un de nos garçons préférés, Dominique, nous eûmes notre autographe de l'écrivain américain !


Moi je n'avais d'yeux que pour son épouse écrivain, Siri Hustvedt.


Pierre Moscovici n'était pas au Flore, il recevait son courant à Alfortville.

PS : Moscovici ne veut être “ni tonton flingueur”, ni béni-oui-oui"


Céline :
- Si la photo du débat est bonne le 3 février, elle va valoir cher ! Très cher !



Samedi soir à Bobigny, à la MC93, dans le cadre du Standard Idéal, nous avons assisté à une pièce absolument inouïe, dans le cycle du père au pire, Väter, du létton Alvis Hermanis. Nous y avons croisé Louis Schweitzer, mais bizarrement, pas Dominique Fernandez. A l'entrée du théâtre, ce n'est pas Muriel Mayette qui nous accueillait, mais des distributeurs de programmes... du théâtre de l'Odéon !


De : De BONNEVILLE Pierre <debonneville@noos.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>
Date : 24 janvier 2009 14:08

Objet : la Sigolène et la Auxabris

Je lisais ce week-end un vieux bouquin de La Fontaine : quel génie de l'anticipation !
Jugez-en :


Sigolène ayant beugué tout l'été
se trouva bel et bien battue
lorsqu'élection fut venue
Elle alla crier au crime
Martine Auxabris la combine
priant le parti de lui restituer
à tous prix toutes les voix volés
jusqu'à recompter
le fond des urnes
plutôt deux fois qu'une
"Je vous parierai, lui dit-elle, foi de Sigolène,
que vous avez triché,
à Provins et dans la Capitale"
Martine Auxabris n'est pas honteuse,
au sommet de l'appareil
"Que n'avez-vous fait pareil ? "
dit-elle à la râleuse
- Nuit et jour, par tous les temps
je travaillais pour le parti
- Vous bossiez ? j'en suis ravie,
et bien reposez-vous maintenant.

Pierre de Bonneville


Les tracts de Nabe sont lacérés. Mais ses ouvrages font la vitrine du Dilettante rue Racine...



De : De PLAS Pierre <pdeplas@aol.com>
A : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>
Date : 24 janvier 2009 12:16


A propos de racisme, le slogan de notre enfance, Ya bon Banania va disparaître. Ainsi en a décidée la justice suite à une plainte déposée par les associations représentatives... Le ridicule ne tue pas. Quant à moi, j'ai décidé de faire un procès à l'association des bars et cafés. Ras le bol d'entendre hurler « Et un petit blanc pour la route... »

Pierre de Plas

Email : pdeplas@aol.com
Mobile : +33608757555
Fax : +33145035108


Message du 23/01/09 à 17h16
De : MULLER Karin <karin@gimpel-muller.fr>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>

Objet : M. Vinaver


Merci beaucoup, David, pour avoir attiré mon attention sur le magnifique article du Monde 2 consacré à Michel Vinaver.

Quel personnage ! « Un grand monsieur » dirait notre pauvre Bébel...

J'aime ces personnages aux parcours, facettes et talents multiples.
J'ai été très heureuse de l'accueillir à la galerie lors de la présentation de la monographie consacrée à son amie sculpteur Irène Zack, fille de réfugiés juifs russes. Modestie et discrétion, délicatesse et courtoisie... oui, un grand monsieur...
En 2007, nous avons exposé Léon Zack, père d'Irène, mort en 1980. Cela faisait bien longtemps que ses toiles avaient quitté les cimaises parisiennes et même françaises... Michel Vinaver l'a bien connu et admiré.
Nous exposerons à la fin de l'année Irène et Léon Zack. Le père et la fille. Michel Vinaver le sait déjà...


Karin Müller


Galerie Gimpel & Müller
12 rue Guénégaud
75006 - Paris
01.43.25.33.80
06.09.68.96.98
www.gimpel-muller.com


Message du 23/01/09 à 10h42
De : BACQUE Raphaëlle <bacque@lemonde.fr>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>


Charmant sourire frais de Céline, hier soir, vu à travers la vitre de la Méditerranée. J'ai compris, en lisant votre blog comme chaque matin, que vous aviez alors la tête pleine de poésie. Cela rend les filles jolies. Vous, David, vous êtes déjà comblé...
Je vous embrasse tous les deux.

Raphaëlle


Message du 23/01/09 à 11h41
De : ROSSI Sylvestre <sylvestre.rossi@wanadoo.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Objet : petits slogans

Cher David,
J'ai retrouvé dans de vieux papiers, de petits slogans que j'écrivais à la manière de Ben, du moins je le croyais... En voici 3 :
- La question est : Où mange-t-on ?
- J'ai longtemps cru que rien ne pressait.
- Je songe à une vie hors expérience.
Comme c'est un peu court, j'illustre mon propos :




« Vir heroicus sublimis »

de Barnett Newman







Bien amicalement
Sylvestre


De : GILLET Pierre-Arnaud <pagman@free.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Vendredi, 23 Janvier 2009, 10h38mn 04s

Objet : Après la Pub


Bonjour Céline et David,

Je m'appelle Pierre-Arnaud Gillet. Je suis ex-rédacteur en agences (Euro RSCG GBHR, Lowe et Bates) et en free-lance depuis 4 ans pour avoir le temps de m'occuper de mes expositions car je suis également artiste (voir ici : http://www.flickr.com/photos/pagillet/collections/72157600179200904/).

J'ai démarré un blog il y'a un peu plus d'un mois. Ce blog parle d'art, de culture, de photo, de pâté (normal pour un Charentais) et de tout ce que font les gens de talent de la pub quand ils ne font pas de pub ou quand ils ont quitté pour de bon la pub. Et leur talent ne s'évapore pas, il s'exprime juste sur d'autres supports.

Récemment, j'ai parlé de Jean-Loup Seuret, ex DA de Stéphane Xiberras chez BETC qui fait une BD géniale "La Mort en Amérique", de Dominique Cozette, grand rédactrice qui a inventé le Poldo-Moldave des singes Omo et qui fait désormais de la peinture, de la musique et de la sculpture et de plein d'autres publicitaires ou ex-publicitaires qui font tout autre chose que de la publicité désormais. Le prochain article sera sur Pierre de Bonneville qui fait des aquarelles absolument sublimes.

En lisant votre blog, j'ai même retrouvé un article sur une de mes expos, envoyé par Fredéric Wolff...excellent.

Si ça vous tente de lire "Après la Pub" et d'en faire écho sur votre blog si mes élucubrations vous plaisent, je ne vous en voudrai pas et je serai ravi d'ajouter votre blog dans mes liens essentiels.

C'est juste ici : http://pagillet.over-blog.com/

À bientôt, peut-être.

PA Gillet



De : DUVAL-STALLA Alexandre <ads@ads-avocats.com>
A : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>
Date : 23 janvier 2009 19:06

Objet : Des nouvelles du front...

Bonjour,

Quelques mots pour vous dire qu'étaient réunis aujourd'hui aux Editeurs pour un déjeuner les auteurs et leurs attachés de presse qui participeront au Procès de la Princesse de Clèves. L'ambiance était à la fête. Le vin a coulé à flots et les controverses nombreuses depuis Barrès jusqu'à Adolphe en passant par le Sarkothon 2009 du Nouvel Obs sans oublier cette pauvre Princesse de Clèves. Ils sont tous impatients d'en découdre face au jury populaire. Encore près d'une semaine. L'impatience est à la mesure de l'attente.


Petite présentation des auteurs et de leur livre :


Dans la peau de Nicolas, de Nicolas Angevin

Le premier roman positif sur Nicolas Sarkozy ; un ton vif et enjoué ; un angle original et décalé. Nicolas Sarkozy est un type étrange, maladroit, qui s'agite dans tous les sens, mais qui a souvent raison sur le fond. C'est un personnage de roman évident. J'ai eu envie d'essayer de le comprendre. Pour écrire ce livre, je me suis glissé dans ses mocassins à glands. J'ai fait l'amour à Cécilia et Carla à bord du Falcon présidentiel. J'ai comparé les deux. J'ai serré des millions de mains et baillé en conseil des ministres. On m'a attaqué dans tous les journaux et on m'a accusé de contrôler les médias. Pour écrire ce livre, j'ai pris tous les risques. Comme écouter du Mireille Mathieu et du Enrico Macias en musique de fond. Je mets au défi n'importe quel écrivain d'écrire une ligne en écoutant « Enfant de tous Pays ». Dans la peau de Nicolas est donc le roman intime du président. Le premier livre positif sur Sarkozy, puisqu'écrit à la première personne par Nicolas lui-même. Dans la peau de Nicolas est un roman écrit à la première personne par quelqu'un qui l'aime bien. David Angevin souhaite qu'on lui pardonne d'avance d'être un réac (avec plein d'amis bronzés), un ami du grand capital (sans un rond), de soutenir l'homme qui donne les clés de la France à Israël et l'Amérique. Il aime bien le nouveau président.




Bambipark, de David di Nota

Serbie, mars 1999. L'OTAN déclenche l'opération Force Alliée afin de faire plier le régime de Milosevic. Le but, dit-on, est strictement humanitaire : il s'agit de faire reculer un dictateur au nom des Droits de l'homme. Mais les choses sont-elles aussi simples ? Et pourquoi rien ne se passe-t-il comme prévu ? Investigation comique et sombre sur les mirages de la morale internationale, Bambipark poursuit, après J'ai épousé un Casque bleu, la description millimétrée des vraies fausses guerres européennes.




Gary & Co, de Sarah Vajda

De Romain Gary, la vie et l'œuvre sont connues : ses pseudonymes, sa gueule de faux dur, son mariage glamour avec une star... Ce qu'on sait moins, c'est sa part d'ombre, son incapacité à rejoindre le monde des vivants après son séjour dans l'armée des ombres, la fragilité du barrage qu'il édifia contre une mère abusive, de Vilnius à Moscou et à Nice. Cet essai tente de découvrir le réseau des épreuves qui poussèrent un romancier à succès, un amant de la vie à inventer Ajar, puis à se suicider. Champion des enchanteurs, des escrocs, des saltimbanques, Gary fut à l'avance l'adversaire des donneurs de leçons et des spécialistes du chantage aux grands sentiments. Irréductible inassignable, sortant toujours du cadre romancier.
Sarah Vajda est docteur ès sciences du langage (EHESS). Romancière, elle a publié entre autres contamination et le terminal des anges. Essayiste, elle est l'auteur d'un Barres et d'un Jean-Edern Hallier remarqués.


Echo, d'Ingrid Desjours

Psychologue rompue aux meilleures techniques de profilage criminel, Garance Hermosa doit un jour enquêter sur le meurtre des frères Vaillant. Animateurs particulièrement cruels et redoutés d'une émission de télévision à succès, ceux qui ont fait trembler le PAF des années durant, ont été retrouvés horriblement mutilés dans leur appartement, selon un étrange rituel où domine une oppressante atmosphère de perversion sexuelle. En détaillant cette macabre mise en scène, Garance comprend rapidement que le meurtrier des frères Vaillant réunit des particularités extrêmement malsaines. Il s'agit d'un tueur sadique, machiavélique, proche des victimes, et qui sait se fondre parfaitement dans la masse.
Pour la jeune profiler à la vie chaotique et à la déontologie élastique, découvrir l'identité de l'assassin s'avère particulièrement délicat. De l'agent véreux à l'animateur parvenu, en passant par les nombreuses victimes de la méchanceté des deux frères, tous les suspects de l'enquête sont plus manipulateurs les uns que les autres. Pour lui éviter d'échouer dans une investigation riche en pièges et tentations, Garance est assistée du commandant Patrik Vivier. Policier sceptique mais charmé par les méthodes de sa consœur, il va découvrir, ainsi que le lecteur, les subtilités du profilage criminel.
Née en 1976, Ingrid Desjours est psychologue spécialisée en psychocriminologie. Après quelques années de pratique en Belgique, notamment auprès de criminels sexuels (bilan psychologique et thérapie), elle décide d'exercer dans divers pays d'Europe, les fonctions de formatrice, responsable de communication et consultante en management... Parisienne, elle propose avec Echo, un thriller psychologique novateur, angoissant et fascinant.


Je voulais pas crever - Petit manuel de résistance urbaine, de Laurent Boscq

« Je suis Bolek, le camelot, le libraire de rue. La rue, c'est mon métier. J'ai vendu des kilomètres de journaux, des tonnes de livres, rencontré des milliers de personnes. Je ne suis pas un mendiant, je ne demande aucune aide sociale. Ça fait vingt ans que je me bats contre les moulins, les administrations, contre le froid, la canicule ou les regards qui me traversent juste pour qu'on me laisse travailler. Mon combat, c'est ma vie... »
Bolek a fait du livre un drapeau de résistance et de son kiosque une barricade. Au-delà du parcours passionnant d'un personnage hors norme, ce document nous montre une France que ne pouvons plus ignorer : celle des 7 millions de travailleurs précaires. Chacun est concerné, chacun peut agir dans sa vie de tous les jours. L'histoire de Bolek en est la preuve.



Combat de l'amour et de la faim, de Stéphanie Hochet

Si ce roman se passe au début du XXème siècle, dans le sud des Etats-Unis, époque et territoire qui me sont étrangers, c'est parce que cette histoire de coureur de dot ne pouvait avoir lieu que là, sur ces terres puritaines hantées par l'idée du péché. Mon personnage est un aventurier de l'amour, et l'Amérique convient à son sens de l'aventure.
Né d'une fille-mère, le jeune Marie est contraint de découvrir que l'amour peut nourrir son homme. L'amour et l'argent ont toujours été liés, et la littérature ne peut pas feindre d'ignorer les rapports complexes qu'ils entretiennent. Marie aime sincèrement celles qu'il dépouillera. Mais il a faim. Ce livre raconte son parcours, de l'enfance au crime.




Le soleil est une femme, de Félix de Belloy

L'histoire d une passion, celle d'une mère pour son fils. Assiah est la mère de Mehdi, vingt-trois ans. Immobilisée au douzième étage d'une tour de Saint-Denis, elle fait ce qu'elle a fait toute sa vie depuis qu'elle a ce fils : elle l'attend et elle espère. Il est parti le matin même, et elle ne sait pas s'il rentrera ou s'il est encore retourné à ses trafics. Alors elle l'attend, et elle se souvient. Medhi était passé devant la cour d'assises des mineurs. Il avait quinze ans. Il lui avait dit qu'il n'était pas coupable, tout comme la fois où il avait été placé en garde à vue, pour vol à la tire, ou lorsqu'il était sorti du centre d'éducation renforcée, un an plus tôt, et lui avait promis que... Mais elle savait qu'il changerait. Ce soir, il rentrera pour dîner avec elle. Sinon il lui téléphonera demain, et bientôt il reviendra. C'est un bon fils. Elle seule le sait, mais elle en est sûre. Assiah se souvient et revit l'alternance des angoisses et des espérances, du sentiment d'impuissance mêlé de culpabilité, et du recours aux rêves, ceux qui puisent dans le passé idéalisé de son enfance au Maroc, comme ceux qu'elle ne peut s'empêcher de former, pour l'avenir, avec Mehdi.
Écrit à la première personne, le roman poignant d une mère prisonnière de son amour atteint directement chacun d entre nous. Les doutes, les espoirs, les contradictions, les hontes, les minuscules bonheurs qui l'habitent sont dépeints avec des mots précis et simples ; ceux d un bouleversant monologue intérieur.
Félix de Belloy, trente-quatre ans, est avocat au barreau de Paris. Il vit à Saint-Denis, où il a fondé l'association de soutien scolaire Proxité (www.proxite.com). Il a publié en 2003 un premier roman chez Robert Laffont, La Gifle au Bon Dieu, qui a bénéficié d une presse très élogieuse.


Merci à vous de faire passer les infos.
Très bon week end.
Bien à vous.
_________________________
Alexandre DUVAL-STALLA
Avocat à la Cour
Cabinet Duval-Stalla & Associés
8, rue de Tournon - 75006 Paris
Tél. : + 33 (1) 43 25 84 80
Fax : + 33 (1) 43 25 56 14
Email : ads@ads-avocats.com
www.ads-avocats.com


De : ROFFINELLA Martine <roffinella.martine@wanadoo.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>
Date : 25 janvier 2009 12:04

Objet : ma rencontre avec Jo S.


Cher David,

Ce vendredi 23 janvier, à 16 heures, Josyane Savigneau faisait une signature à la Fnac des Halles. Tout le monde connaît mon admiration pour cette femme de Lettres, qui m'a fait découvrir tant d'auteurs, et dont j'ai adoré le travail sur Yourcenar et Carson Mc Cullers (quant à son Point de côté, vous en avez parlé ici, c'est un ouvrage très fin qui m'a beaucoup fait rêver - que de rencontres littéraires fascinantes !). Bref, malgré ma timidité maladive, je me suis donc rendue à la signature de Madame Savigneau (bêtement - mais c'est tout moi ! - je n'ai pas pris de photo... Dommage !). C'est une femme étonnante, chaleureuse et pleine d'humour que j'ai rencontrée. Brillante - cela va de soi -, élégante et d'une classe folle. A mon avis je l'ai un brin soûlée en lui racontant ma petite vie de petit écrivain, mais elle n'en a rien laissé paraître et m'a écoutée avec une patience d'ange. Nous avons évoqué nos goûts communs en littérature, nous avons ri... et tout cela s'est terminé devant un excellent pouilly fumé au mythique Père Tranquille de la rue Lescot. Nous avons parlé de vous et de votre génial Blog. Voilà ! Comme j'avais dit récemment que je ne connaissais pas Josyane Savigneau... ce n'est plus vrai à présent ! Elle est bien loin, en tout cas, de l'image diabolique que certains se sont plu à véhiculer d'elle. Pétillante, vivifiante, et d'une grande générosité - telle est cette belle dame.

Amitiés vives,
Martine


De : SOCHOR Marie <info@lebasparleur.com>
A : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>
Date : 24 janvier 2009 09:21


Bonjour,

Merci pour votre message, je suis allée visiter votre blog.
Merci beaucoup pour la mise en ligne du livre OULIPISMES.
Si vous avez le temps, allez faire un saut chez Lara Vincy. L'exposition de Miller est fabuleuse et dure jusqu'à la fin du mois. Il y a des séries d'œuvres différentes dont les OULIPISMES, livres massicotés et permutés issus de la collection Que Sais-je ?
En édition, c'est formidable; en œuvre, c'est extraordinaire !

Tenez-moi au courant de vos informations et merci encore !

Bien à vous,
Marie Sochor


Les éditions du Bas Parleur
3, rue François de Neufchâteau
75011 Paris
Tel/Fax : 09 51 94 01 34 - 06 64 80 24 54
info@lebasparleur.com
www.lebasparleur.comlink








David & Céline vont dans le même bateau













Repost 0
David Genzel - dans Culte

Présentation

davidetceline

davidetceline

Recherche

Liens