Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 février 2009 4 19 /02 /février /2009 08:52
(c) Photo François Kermoal

Par référence à la journée du 18 février de notre président, Eric Tong Cuong avait organisé la soirée de La Chose au... Social Club ! Avec Eric, nous avons passé en revue les Antilles, Philippe Lorin, La crise et ses opportunités, Mercedes Erra, l'éditieur Stéphane Million...

(c) Photo François Kermoal

Le "divin chauve" de Stratégies, avec sa prévenance habituelle, a accepté de photographier son journaliste Alexandre Debouté avec la merveilleuse Barka de la classe des grandes dir com' d'agence qui ont laissé une trace : Nathalie Aubergé, Laurence Rey, Caroline de Dampierre... Toute une époque festive.

Pendant ce temps là, les Verts de Vincent Tong Cuong gagnaient en Grèce et le réunionnais Guillaume Hoarau marquait deux buts pour le PSG.

Lilian Thuram a assisté à l'avant-première de 35 rhums au Centre Pompidou, et a adoré le film de Claire Denis.

Membre du haut conseil à l'intégration, Thuram est sensible à la présence d'acteurs noirs à l'écran. Et s'il a adoré Alex Descas dans 35 rhums, il aurait sûrement aussi apprécié l'autre Alex, Cyril Gueï, dans L'autre.


From : BRUCKER Axel <trailersmuseum@wanadoo.fr>
To: GENZEL David <david.genzel@gmail.com>
Date : 2009/2/18

Subject : Une histoire triste.

Hier, un homme de cinquante ans s'est suicidé, et pourtant, il portait une Rolex.
La police enquête.
Séguéla sera entendu demain par les inspecteurs.

Axel Brücker
TRAILERS MUSEUM
42 avenue des Landes. 92150 SURESNES (France)
Tel : (33) 01 42 04 34 40 ou mob: (33) 06 03 42 09 09


De : LORIN Philippe <fondationlorin@gmail.com>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Mercredi, 18 Février 2009, 13h24mn 10s

Objet : déprime



Cher David,

Je suis totalement consterné en apprenant que j'ai raté ma vie... Encore plus que tous vos lecteurs car, non seulement je n'ai pas de Rolex, mais encore je n'ai aucune montre. Imaginez la vie misérable qui est la mienne d'autant plus que mon oisiveté devrait me faire encourir une dose supplémentaire de mépris de la part du clown de pub. Heureusement je viens de trouver un petit texte de la Bruyère que je vous fais partager. Lire La Bruyère ! Encore une preuve de ringardise pour ce brave JS...

Bien à vous,
Philippe Lorin


44 rue Touahin
Bp 2038 Tanger
fax 21239334696


Il faut en France beaucoup de fermeté et une grande étendue d'esprit pour se passer des charges et des emplois et consentir, ainsi, à demeurer chez soi et à ne rien faire. Personne, presque, n'a assez de mérite pour jouer ce rôle avec dignité, ni assez de fond pour remplir le vide du temps, sans ce que le vulgaire appelle les affaires. Il ne manque cependant à l'oisiveté du sage qu'un meilleur nom et que méditer, parler, lire, et être tranquille s'appelât travailler.

La Bruyère


Marie-Hélène, du Flore, vient de perdre subitement sa maman à Polminhac dans le Cantal, nous lui dédions ce texte de Monique Thierry...


Message du 18/02/09 à 22h26
De : THIERRY Monique <monique.thierry@club-internet.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>


David,

Il y a un grand bout de temps, au moins deux jours, que je triture mes méninges gelées, et voilà que la lumière est ! Albert Monier... Albert Monier.... Bon sang, mais c'est bien sûr : nos vacances 2005 dans le Cantal, à Condat* ! Mais c'est bien sûr : Monier = photo. Je me répétais ça à la façon de Mélanie Griffith dans Working Girl (Trash = radio). Mais oui, au détour de ce chemin de grande randonnée : Savignat, commune de Chanterelle, village de naissance d'Albert Monier, le pionnier, avec Yvon, de la carte postale ! Mais surtout un formidable témoin de son temps à l'instar d'un Cartier-Bresson, Doisneau ou Ronis. L'une des photos de lui que je préfère s'appelle «Portrait sans visage».



Dans la famille portraits et visages : Carrefour de l'Odéon - été 2007
Extraordinaire le regard de ce type !
Bises et re-bises.
Monique
* Condat, foire aux produits bio : une petite pub pour Flower by Kenzo ?


De : ROFFINELLA Martine <roffinella.martine@wanadoo.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Mercredi, 18 Février 2009, 17h27mn 22s

Objet : Femmes qui en ont, suite


Cher David,

Suite à ma recommandation d'hier à propos d'Elizabeth Crane (et de son savoureux Bonté divine), ladite recommandation m'étant venue à l'esprit après lecture de l'excellent billet de Josyane Savigneau, je voudrais attirer votre attention sur une autre romancière américaine, décapante à tous points de vue : Jincy Willett. Il faut sauter sur son Gloire, honneur et mauvais temps, paru en 2007 chez Phébus, puis en 10/18 (2008). Toujours traduit par cet homme remarquable qu'est Bruno Boudard. Non que je veuille faire quelque publicité aux éditions Phébus, puisque je ne fais plus partie de leur personnel depuis septembre 2008. Mais que grâce soit rendue à l'éditeur de ces magnifiques femmes : Daniel Arsand. Et grâce soit aussi rendue aux femmes qui osent !!!

Amitiés vives,
Martine


Message du 18/02/09 à 16h27
De : DESBARATS Bruno <brudesbol@orange.fr>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>

Objet : Balzac...


Cher David et Céline,

Voilà qui m'a fait plaisir de lire Monique Thierry reprenant la constatation que je vous ai faite de constater l'allure Balzacienne de David et le côté "comédie humaine" au sens littéraire n'y tient et on a raison ! De plus, un enfant naît toujours... quand quelqu'un part...

Amitiés à vous deux.
Bruno Desbarats

De : DELOURME Fleur <fleur.delourme@wanadoo.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>
Date : 18 février 2009 11:29


Merci pour cette info. Vous pouvez, si vous le souhaitez, renvoyer vos lecteurs aux débats filmés : www.editionsmontparnasse.fr/jlg. Ils pourront juger par eux-mêmes de l'animation de cette soirée ! Editions Montparnasse est une société d'éditions de films et documentaires, en VHS d'abord depuis 1986 puis en dvd, les premiers en Europe avec Microcosmos. Parfois nous accompagnons des films à partir de la sortie en salles, pour des projets tels que MORCEAUX DE CONVERSATIONS avec Jean-Luc Godard. Cinéma français et d'actualité (Valse avec Bachir prochainement), catalogue de la RKO, grands documents filmés du XX° siècle (Jean Rouch, Deleuze), vous trouverez plus de précisions sur nos titres sur www.editionsmontparnasse.fr Nous avons également une maison d'édition de livres : Carnets Nord qui édite des essais (René Girard, Philippe Sollers...) http://www.carnetsnord.fr/ Je vous remercie de l'intérêt que vous portez aux Editions Montparnasse et me tiens à votre disposition pour vous apporter des informations supplémentaires.
Cordialement,

Fleur Delourme

Et dans le Figaro Littéraire de ce jour, encore un très beau texte de Yann Moix : "Milner et le nom juif".

Céline surenchérit :
- N'oublie pas que Yann Moix a écrit en dehors de Podium, Vie et mort d'Edith Stein...




 

 

 


David & Céline vont dans le même bateau




Repost 0
David Genzel - dans Culte
18 février 2009 3 18 /02 /février /2009 08:42

- Tu crois que Séguéla a sorti cette formule, qui fait le mur du çon du Canard, pour rentre hommage au président ?! Ou tout simplement pour draguer le plus gros budget du secteur HBJO ?!


Message du 17/02/09 à 12h31
De : ROSSI Sylvestre <sylvestre.rossi@wanadoo.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Objet : Ils nous la sorte grosse


Cher David,

Il y en a deux qui viennent de nous la sortir grosse (comme on dit à Marseille). D'abord Axel Kahn (le frère de l'autre) qui nous dit « On doit impérativement respecter l'autre », tout de suite après avoir craché son incommensurable mépris pour Eric Besson. Mais le top de la grosse sottise, c'est pour Séguéla : « Un homme qui n'a pas une Rolex à cinquante ans a raté sa vie ». Il fait fort, il se surpasse. D'autant que n'importe qui peut se payer une Rolex à trente ans ou à n'importe quel âge, du moment qu'il travaille. J'ai connu un adjudant de pompier qui très jeune avait une Rolex submariner en or, un barman qui avait une Cadillac et qui vivait en H.L.M, un aristo, propriétaire de je ne sais combien de maisons magnifiques qui prenait les transports en commun. Je connais le fils d'un homme immensément riche qui a fait vœux de chasteté, de pauvreté et de silence. Enfin, bref... Je m'arrête là, ça m'énerve trop. En revanche, un type ou une nana qui raisonne depuis toujours comme un petit vieux ou une petite vieille, genre Ségolène ou Nicolas, et qui ne paie pas à cinquante ans l'ISF est vraiment un naze ou une naze, ça c'est clair. Donc tout est normal.

O Peuchère ! (Raimu)

Bien amicalement
Sylvestre


- Tu crois que Séguéla, en début de carrière, aurait sorti cette affiche pour la Gironde qui va sévir début mars à Paris ?!
- A ses débuts, mais c'était une autre époque...



Alain Chouffan nous parle d'un autre pianiste...

From : CHOUFFAN Alain <achouffan@wanadoo.fr>
To : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>
Date : 2009/2/17


Cher David,


Il y a une petite info qui est passée inaperçue et qui mérite pourtant d'être connue. Et divulguée. Te souviens-tu du film Le pianiste de Roman Polanski, sorti en 2002. Un film formidable qui a obtenu, si j'ai bonne mémoire, trois oscars - meilleur réalisation, acteur, adaptation - dont un pour Adrien Brody -


(c) Photo Peter Lindbergh


et magnifique dans le rôle de cet officier allemand, Wilm Hosenfeld. Eh bien, cet officier vient d'être reconnu « Juste parmi les Nations » à titre posthume pour avoir sauvé des juifs pendant la seconde guerre mondiale. C'est le Mémorial Yad Vashem de l'Holocauste, à Jérusalem, qui l'a annoncé, lundi. Wilm Hosenfeld, officier de la Wehrmacht, était basé à Varsovie. Le musicien juif polonais Wladyslaw Szpilman, dont l'histoire a servi de base au film Le pianiste, a écrit au Mémorial pour expliquer comment, en novembre 1944, Hosenfeld lui a fourni une cachette, de la nourriture, des couvertures et un soutien moral. Un autre rescapé, Léon Wurm, a témoigné que l'officier, qui travaillait au Centre de sports de l'armée, l'avait employé dans ce centre après son évasion d'un train vers Treblinka. Wilm Hosenfeld, qui avait rejoint le parti nazi avant la guerre, a dévoilé par la suite dans ses lettres et carnets son « dégoût » et son « horreur » devant l'extermination des juifs, explique le Mémorial. Après la guerre, Wilm Hosenfeld a été arrêté et emprisonné par les Soviétiques. Il est mort en 1952 en détention.



Le fils et les deux filles de l'officier, qui vivent en Allemagne, recevront la médaille et le certificat de « Juste parmi les Nations » au nom de leur père, prochainement. C'est beau non ?


PS : Excellent le mail de Sylvestre Rossi. Je n'ai pas de Rolex et ne paie d'ISF, donc je suis plus que normal ! Et heureux !


Donc ça fait vraiment plus de 20 ans que Carla Bruni et Marine Delterme sont amies !


Helena Christensen succède à Carla Bruni comme ambassadrice de la griffe Tommy Hilfiger pour sa campagne en faveur de la prévention du cancer du sein, au profit de la Breast Health Institute.


(c) Photo Peter Lindbergh


Aujourd'hui en salle, 35 rhums de Claire Denis, y aller au moins pour l'apparition de la divine... Ingrid Caven.

A propos de son rôle dans 35 rhums, la comédienne confie : « Elle est vraiment très française cette famille, mais avec des gens qui viennent d'ailleurs. J'ai pensé que j'étais une espèce de couleur là-dedans, une projection, la blanche, qui ne comprend pas tout, mais qui a le désir de rencontrer les autres, qui ne force pas les choses. Je suis étrange, et très très claire. J'aime les rôles entre deux portes, et j'aime jouer des personnages qui ne sont pas très définis. J'aime bien que l'on puisse s'y projeter, et ne pas être obligée de les définir moi-même en jouant, être presque passive pendant le tournage et voir ce qui va se passe (...) Ce film est un objet qui garde son mystère. Claire semble avoir un rapport vital à la force de la poésie dans la vie, et dans son cinéma »


Nous recevons de Daniel Vignat la carte de voeux définitive William Klein / Eric de Rotschild. Et, hier à 18h au Flore, nous recevons Marie Laporte, qui a imprimé à Aurillac cette carte de voeux. Marie qui a connu Daniel Vignat par Benoît Gillain. Marie nous parle de ses activités d'édition et de sa petite agence de pub, Traits de caractère, qui lance en ce moment par buzz L'Auvergnat Cola au goût de gentiane !


De : MATTON Sylvie <sylviematton@free.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Mardi, 17 Février 2009, 11h20mn 56s


Cher David, chère Céline,

Vu les savonnettes, trop jolies ainsi. Mais... ce qui vous manque encore, c'est leur vision chez vous tous les jours (à moins que vous ne décidiez de vous en servir, soit de les voir fondre jour après jour..., mais surtout l'odeur ! Nathalie Rykiel a choisi deux odeurs délicieuses : ylang et santal (ma préférée). Je vous laisse deviner laquelle est des seins ou des fesses, en attendant que nous nous revoyons ou croisions dans l'urgence (!).

Amitié.
Sylvie


De : ROFFINELLA Martine <roffinella.martine@wanadoo.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Mardi, 17 Février 2009, 10h45mn 52s


Concernant les femmes et une certaine vision décapante de la condition féminine, je recommande ardemment la lecture d'Elizabeth Crane (par exemple son hilarant roman : Bonté divine (Phébus, 2006), traduction remarquable de Bruno Boudard.
Amitiés vives,
Martine.


De : TONG CUONG Eric <etc@lachose.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>
Date : 17 février 2009 10:56


Je compte sur Céline et toi demain soir, open bar up to 11h30...



Chers amis,

Je viens d'apprendre que le 21 décembre 2012 sera la fin du monde !!! Et puis quoi encore ?!
Camila (ma voisine de bureau) dit vraiment que des coNNNeries....

Ceci dit, en attendant 2012 (ahaha), merci de bloquer votre soirée du mercredi 18 février dès 21h29
pour la soirée :

Lachosefaitsonantisocial
Au Social club

Pour les passionnés de face de bouc, voici un lien pour vous inscrire :
http://www.facebook.com/event.php?eid=45132738892

Pour les dépassionnés de faceface bidule, merci de me faire un retour par mail afin de vous ajouter sur le listing : barkateuf@lachose.fr

Allez.... à vos claviers. Rdv le 18 sur la piste du Social Club pour se déhancher comme il se doit !

Attention, toute absence sera sévèrement sanctionnée par....... MoooooOI.

Ps : Open Bar de 21h29 à 23h31, alors, faut tout donner en 2 Heures !
o:)

Barkette

Message du 17/02/09 à 17h16
De : NIJDAM Henri <henri.nijdam@nouveleconomiste.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>


Bien vu en effet !
Car c'est en effet en pensant à elle que nous l'avons appelé « Olympe » !


18 rue Servandoni

Message du 17/02/09 à 22h35
De : THIERRY Monique <monique.thierry@club-internet.fr>
A : davidgenzel@voila.fr

Objet : Balzacien ?

 


Ah, il y a effectivement, hors les lunettes, des rapprochements immanquables (y compris les mains cachées. Les yeux et les mains sont pour moi des miroirs de l'âme). Le blog, une Comédie Humaine ? Oui, dans la mesure où La Comédie humaine est comme un « carrefour où les personnages se rencontrent, se saluent, et passent. De là vient qu'au lieu d'être dans un roman, on est dans dix. On peut énumérer les figures principales du monde balzacien, des types humains que l'on verra reparaître souvent, formant des portraits de groupes dans un chassé-croisé savant. » (extrait de Wikipedia). Le monde pas seulement germanopratin se retrouve chez toi, David. Par quel miracle, par quels méandres, ce sont les mystères de nos vies. Merci pour toutes ces improbables rencontres qui font vibrer la vie d'une autre manière. On est chez toi - soi, en pays de connaissance, au chaud, au gré des « posts », des coups de gueule et des coups de blues, des clins d'œil, des explosions de fantaisie et d'humour (en bref, un concentré de la vie). On se retrouve, derrière nos solitudes, nos bonheurs, nos étonnements, nos « moi-je ». On s'interpelle, on se hèle, on se jette nos vies. Un bouquet de violette, un parfum, une expo, un film, un bouquin, quelqu'un qui meurt... c'est important pour qui au fond ?

Bises.

Monique

Fille à la fenêtre, rue de Buci, août 2007

 

Dimanche soir, Céline perdait sa grand-mère Angèle, et dimanche après-midi, sa meilleure amie Claire-Marie donnait naissance à une petite Mathilde...

 

 

 

 

 



David & Céline vont dans le même bateau
















Repost 0
David Genzel - dans Culte
17 février 2009 2 17 /02 /février /2009 08:50

Pendant que Carla Bruni fête la Saint-Valentin à Mégève, sa meilleure amie, son témoin de mariage, Marine Delterme tourne Trésor rue de l'Odéon, sous la direction de François Dupeyron, qui parachève le travail de Claude Berri. On ne sait si Lancôme participe au placement de marque du film ! Alain Chabat tient le rôle principal dans ce film à petit chien blanc.


Céline remarque avec amusement que la scène se déroule devant le 20 rue de l'Odéon où habite... la comédienne Alice Taglioni. Au bas de la rue de l'Odéon, nous croisons Florian Zeller. Allait-il rejoindre sa compagne ou allait-il aux éditions Flammarion ?! Marine Delterme n'aura pas eu à remplir une note de frais de déplacement...

Fred Siksou nous rappelle que Jean-Luc Godard n'est pas toujours au rendez-vous...

Message du 16/02/09 à 16h18
De : SIKSOU Fred <fred.siksou@free.fr>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>

Objet : A propos de : « le lièvre de Jean-Luc Godard »


Bonjour David,

Après lecture ce matin de votre blog « JLG, J. Henric et C. Millet », j'ai eu envie de ressortir de mes archives et de vous faire lire un échange avec JLG datant de 2005, à l'époque il avait accepté puis annulé 24h avant... une invitation du « Regard qui Bat » à un débat après la projection de son film « Notre musique ». Alors... soyons « blog de l'Odéon » et voici en pièces jointes les copies des correspondances avec JLG.
Amitiés,

Fred

PS : merci pour votre proposition de chroniquer L'Autre, je vais vous envoyer quelque chose si je trouve un moment pour le faire, voici juste deux réflexions à chaud.

Dans L'Autre, les dix minutes de travellings urbains du début du film sont forts beaux et font justement penser à du Godard ! Et quand à la perruque, « le postiche » d'Anne-Marie (Dominique Blanc, magistrale dans ce rôle) à laquelle Céline a fort raison de s'intéresser... ce n'est pas qu'un simple accessoire, tant ça raccorde avec l'artificiel ou la « modernité » des plans d'extérieurs et tant ça en « rajoute » sur le sincère / factice de sa relation avec son ex Alex. Bref L'autre c'est aussi ou encore l'enfer-me-ment...


Josyane Savigneau préfère Daniel Herrero...

De : SAVIGNEAU Josyane <savigneau@lemonde.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Lundi, 16 Février 2009, 11h20mn 50s


Quel couple ! Je préfère de loin Herrero, pas seulement parce qu'il est un homme plein d'esprit (voir son Dictionnaire amoureux du rugby chez Plon) et un bon rugbyman, mais parce que je suis extrêmement hostile aux thèses d'Antoinette Fouque et à sa détestation de Simone de Beauvoir, et plus encore au fonctionnement de secte de son groupe, qui, en prime, prétend maintenant avoir inventé le mouvement des femmes.

A part ça j'aime beaucoup « Petite Chérie », mais j'ai un faible pour « Ce soir ou jamais », forcément !


Amitiés.

Jo. S


Message du 16/02/09 à 15h36
De : LOEB Caroline <c.loeb@noos.fr>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>


Merci !
Et avez vous eu le temps d'écouter mon album ???
amitiés,
Caroline
PS : oui, très joli papier aujourd'hui dans France-Soir...
ça, + le beau papier de Medioni dans L'Express de cette semaine...
ça fait du bien par où qu'ça passe !
Et les bons becs déménagent... au Ranelagh !!!
amitiés,
Caroline


Message du 17/02/09 à 02h31
De : JELIN Patrick <jelinblog@jelin.net>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>

Objet : jelinblog Saint-Valéry sur Somme


Juste Une Photo

Saint-Valéry, La baie de Somme


La baie de Somme est enneigée. Un monde s'étend à perte de vue. Terre, sable, ciel et mer se confondent. Une sorte de désert. Des cris d'oiseaux, amplifiés par le vent. Je me sens infiniment petit, mélancolique. Saint-Valéry, sur l'estuaire de la Somme, s'étend le long du canal et de la promenade qui va jusqu'à la mer. Le quartier haut, fortifié, domine la baie. Quelques arbres, comme des sculptures temporaires, surplombent la frontière entre les landes de terres marécageuses qui fait face aux habitations de la ville basse. Sujets inquiétants d'un paysage monochrome. L'eau du canal renvoie leurs images, floutées par la surface irisée, que je regarde au travers de mon objectif, perplexe. L'actualité ? La guerre ? L'agitation des métropoles ? Je pense à la façon dont Velasquez s'est approprié le reflet, Baselitz le retournement de l'image, et ce qui était tranquille il y a peu devient terrible. Apocalyptique. Quelques images ne sont pas sages...

Février 2009


Message du 16/02/09 à 11h54
De : ROSSI Sylvestre <sylvestre.rossi@wanadoo.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Objet : le rouge est mis


Cher David,


Karim, le héros de votre blog, est en train de perdre bon nombre de clients potentiels et fortunés. En effet, les gros barons du célèbre gang bastiais de « la brise de mer » se font assassiner les uns après les autres avec une facilité déroutante. Après trente ans de règne sans partage il n'en restera bientôt plus. Le plus étonnant dans cette histoire c'est qu'ils ne semblent jamais se douter qu'ils sont en danger. Aucun d'entre eux n'était armé le jour de sa mort. On pense inévitablement au Duc de Guise qui cinq minutes avant d'être transpercé de coups de dague, disait « Ils n'oseront pas ! ». Première en Corse, et peut-être même en France, le plus célèbre de ces barons vient d'être abattu par un « Sniper ». A 150 m, de nuit, avec du vent... Et d'une seule balle. Menconi et Battini de "La brise", les clients de Karim, bien à l'abri en prison, ne doivent pas avoir envie de sortir en ce moment. Il règne à Bastia une drôle d'ambiance depuis deux ou trois jours. L'ellipse est totale. Personne ne sait rien. Ni dans la presse locale ni dans la nationale. Pas même Jacques Folloroux du Monde, le grand spécialiste du gang, ne pipe mot. Silence à tous les étages. Nul ne semble savoir qui est la grosse équipe de dingues qui est derrière ce massacre de la Saint-Valentin.

Bien amicalement
Sylvestre


Message du 16/02/09 à 16h56
De : THIERRY Monique <mthierry@lequipe.presse.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Objet : Pub


François Morinière, notre nouveau DG, a présenté à notre responsable des études Véronique Langlois et Xavier Charpentier. Les susnommés ont commis un ouvrage qui devrait devenir culte par les temps qui courent. Le titre en tous cas me paraît judicieusement choisi, car symptomatique de notre époque de crise et de stress permanent. C'est la « France moyenne » qui parle et à la lire il y a franchement de quoi avoir la chair de poule en imaginant ce que pourrait dire la « France d'en bas ». A paraître le 19 février. En vente dans toutes les bonnes librairies (selon la formule consacrée). Et avec une préface qui doit donner l'eau à la bouche, non ?


Bises.
Monique


PS : Juste pour rire un peu, c'est dans France Foot demain : la grande éclate !



From : SZABO Myriam <dancing-your-life@duende-news.net>
To : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>
Date: 2009/2/14



De : MOORS Daniel <bernardmoors@free.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>
Date : 16 février 2009 20:03

Objet : Ségolène rédactrice free-lance ?


Bonsoir David,
Dans le Elle d'aujourd'hui, page 174, une annonce d'1/4 de page pour la Maison Pou, nous parle de « produits choisis avec rigosités ».

Amitiés

Bernard


De : ZIMERAY Alain <alainzimeray@yahoo.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Samedi, 14 Février 2009, 11h30mn 35s


Bonjour David,

Samantha Davies est arrivée cette nuit ! 3ème au Vendée Globe, le moins que l'on puisse dire c'est qu'elle est... renversante !!!



Une autre Grande Dame de la mer vient d'arriver, seconde femme du Vendée Globe (les deux seules femmes engagées pour cette édition sont anglaises), dont il faut saluer la magnifique performance, il s'agit de Dee Caffari.

Dee que, comme Samantha, j'ai rencontrées il y a deux ans à Calais pour faire leurs photos, est la première femme à boucler un tour du monde en solitaire à l'endroit ET à l'envers...
Amitiés,
Alain


Comment ne pas taire ?!

Commentaire

Amis du blog de l'Odéon...ne trouvez-vous pas que notre David Genzel national, incontournable est devenu un vrai personnage balzacien au centre de la comédie humaine de ce temps ? Il est unique...Amitiés. Bruno

Posté par Bruno Desbarats hier à 22h51


Message du 16/02/09 à 13h22
De : DUFFAUD Caroline <caroline@decauseaeffet.com>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Objet : de cause à effet présente...

Après un beau succès au Café de la Danse, de cause à effet et la compagnie DI présentent :

VIE ET MORT D'UNE PAROLE ORDINAIRE de et avec Laure SALAMA


les Mardis et Mercredis à 20h00 à La Comédie Saint-Michel
95 bd Saint-Michel
(M° Cluny Sorbonne - RER Luxembourg)

http://www.comediesaintmichel.fr

Tarifs : 21 € et 15 €


La Presse en parle :


« Fille improbable de Karine Viard et de Philippe Caubert... Un travail parfaitement orchestré, un texte piquant, un spectacle cinq étoiles ! »
Corse Matin


« Radicale, exceptionnelle de charisme, Laure Salama dérange et fascine »
Not for toursit-paris.com


« La comédienne cache un sens aiguisé de l'observation. Aucun de ses états d'âme ne lui échappe... Elle constitue un miroir authentiquement drôle des émotions qui nous traversèrent »
Femina


« Laure Salama nous envoûte mystérieusement grâce à un texte fort. Une artiste à l'univers incontestablement singulier dont on ne devrait pas tarder à entendre parler »
Froggy's delight


Caroline DUFFAUD
de cause à effet

Tél. +33 (0) 1 75 43 88 56
Fax. +33 (0) 1 75 43 89 86
Mob +33 (0) 6 82 56 54 09
Skype : decauseaeffet

52 rue Marcadet // 75018 PARIS
Métro: Marcadet Poissonniers (lignes 12 et 4)
Vélib : station n°18022 au 57 rue Marcadet
www.decauseaeffet.com


Jean-Pierre Lecoq en vacances, c'est son premier adjoint Jean-Charles Brossard qui a marié le jour de la Saint-Valentin à 11h à la mairie du VIe Salma Hayek et François-Henri Pinault.



De : LACOMBE Magali <magali.lacombe@free.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Lundi, 16 Février 2009, 15h55mn 23s

Objet : Signatures du blog


Chers Odéonneurs

Pour répondre à la demande d'Henri Christian S, voici vos signatures à la parade... du temps.
Et qui arrête le temps ?
A suivre...
Bises à vous deux avec une pensée pleine de tendresse pour Céline.
Magali

----------------

Magali LACOMBE

Illustratrice
06 09 10 50 39
magali.lacombe@free.fr
Site web

http://maglac.free.fr







David & Céline vont en bateau





Repost 0
David Genzel - dans Culte
16 février 2009 1 16 /02 /février /2009 09:03
Céline vient de perdre sa grand-mère Angèle d'une rupture d'anévrisme. En hommage, je décide de lui parler d'un temps qu'elle n'a pas connu, le temps de sa grand-mère...

Comme tous les samedis de tournoi des six nations, Daniel Herrero entre au Flore.


Céline ne le reconnaît pas. Il s'assied juste derrière nous. Je me retourne pour lui demander un autographe. Il me répond :
- La petite, elle aime le rugby ?


Et dimanche matin, au petit déjeuner au Flore, c'est Céline qui reconnaît Daniel Herrero chroniqueur du JDD !

Je parle aussi à Céline d'Antoinette Fouque dont vient de paraître Généraltion MLF (1968/2008). Marina Vlady va lire le 24 février à 18h30 deux nouvelles de Tchekhov : Le violon de Rotschild et La princesse, à l'Espace des femmes-Antoinette Fouque, 35 rue Jacob.


Notre Saint-Valentin a été très chargée.Il m'a fallu vendre à Céline un déjeuner plutôt qu'un dîner. Car le soir, nous avions à la fois une soirée pour fêter Karim Achoui et le match du PSG contre les Verts. Nous avons donc déjeuné à La Bastide Odéon chez Gilles Azuelos...
 

... un bouquet de violettes de Stanislas Draber à la main.


Céline m'a offert un coffret de la créatrice anglaise Alice Mara, j'ai parfumé Céline à Petite Chérie d'Annick Goutal.

Message du 13/02/09 à 10h32
De : SCHROEDER Henri-Christian <hcschroeder@hotmail.com>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Objet : Non, le quartier Fürstenberg ne deviendra pas une gallerie marchande kitsch !

ART TRENDY rue Fürstenberg ! Pas gai du tout !

Après la fermeture de la librairie OUTRE-MER rue Jacob qui faisait rêver les grands voyageurs (heureusement qu'il reste encore une telle librairie rue de Saint-Louis-en-l'île), voilà effectivement qu'ils nous ont remplacé par la design shop branchouille ART TRENDY, cette surprenante boutique endormie d'antiquités marines autant curieuses que précieuses, que venaient contempler de temps en temps en toute discrétion Arnaud Lagardère, Lindsay Owen-Jones, Olivier de Kersauzon, Pierre Bergé, Karl Lagerfeld, Jean-François Deniau et d'autres grands "écarquillés du grand bleu". Remplacer le bois, le coton, le bronze et l'ivoire par du plastique, ce n'est pas très joyeux ! ...

Je me souviens encore y avoir croisé à l'ouverture un samedi matin, l'académicien & « Ecrivain de la Marine » JF Deniau qui m'avait raconté quelques anecdotes émouvantes de navigateur passionné (cf. son Dictionnaire amoureux de la mer !).



On avait alors été boire ensemble un verre de (très bon !) Graves à La Palette juste à coté, et m 'avait alors promis de venir nous rejoindre pour "se faire" l'été suivant le Trophée Bailli de Suffren (www.tropheebaillidesuffren.com) qu'il avait amicalement parrainé à ses débuts ...
RV manqué à cause de la "Grande Faucheuse" qui le réclamait au Paradis des Marins !

HCS


Les décisions de justice...


De : ZIMERAY François <indiasongf@yahoo.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>
Date : 16 février 2009 00:53

Objet : Yvan Colonna et le procès équitable


Tribune publiée dans le Figaro du 30 novembre 2007 :


Yvan Colonna a droit à un procès équitable
Par Jean-Pierre Gastaud , professeur de droit à Paris-Dauphine et avocat et François Zimeray,  avocat.


Alain Chouffan nous relate la sublime soirée autour de Karim Achoui chez Samira Mansouri.


Date: 2009/2/15
From : CHOUFFAN Alain <achouffan@wanadoo.fr>
To: GENZEL David <david.genzel@gmail.com>


Cher David,

Formidable cette petite soirée privée, organisée, samedi soir, en l'honneur de Karim Achoui par l'une de ces belles et nombreuses amies, Samira Mansouri, dans son super appartement de l'Avenue de La Bourdonnais, au pied de la Tour Eiffel. Alors qu'elle vit à cheval entre Londres et Paris, Samira, belle plante brune aux jambes interminables, a juste trouvé le temps de tout organiser, du buffet, varié et coloré, aux serveurs en tenue blanche, souriants et chaleureux, en passant par le choix des invités, triés sur le volet. Un choix facile à faire : une majorité de femmes - des bombes ! En Mini-jupes et décolletés plongeants, à gogo, le tout dans de magnifiques robes noires - et, perdus dans la foule, quelques hommes à l'allure décontractée, les uns au regard ironique cherchant un regard complice, les autres heureux, souriants, ou amusés qui ne savaient pas où donner de la tête. La plus remarquée, la plus sollicitée, la plus courtisée fut incontestablement la plantureuse et scandaleuse Alexandra Paressant, dans une tenue de rêve ou (presque) rien n'était caché.



Cet ancien mannequin de 29 ans a défrayé la chronique en racontant dans un livre ses aventures sulfureuses avec les grands du foot comme Ronaldinho, Thierry Henry, Tony Parker et tant d'autres. Elle raconte dans un livre qui vient de paraître « Sexe, Scandales et Internet (ed. du Rocher) comment elle les a piégés. En fait, elle a vendu de fausses histoires à des journalistes scrupuleux, ce qui lui a valu quelques ennuis. Elle a discuté avec tout le monde et tout le monde était heureux parce qu'il a eu son quart d'heure d'aparté avec elle, mais c'est vrai, avouons-le, elle est sympa. Les plus malins sont repartis avec son numéro de téléphone ! Et Karim ? Lui, il était au nirvana ! Costume noir, chemise blanche, le sourire des grands jours de bonheur, un verre à la main, il passait d'un fauteuil à l'autre, d'un groupe à un autre. Il était heureux de retrouver autour de lui tous ses amis de combat, Rachid Nekkaz, son « banquier » comme il l'appelle, sympathique jeune homme, qui lui a avancé la caution de 50 000 euros, et sa charmante femme, ses deux fidèles avocats, Francis Szpiner, en grande forme et plein d'humour comme toujours, Francis Pudlowski, un joyeux luron débordant de gentillesse, celle qui ne l'a jamais quitté et qui s'est dévouée sans compter en lui rendant visite, presque tous les jours, la blonde à la robe noire, Amélie Bulté, le publicitaire Jacques Bordelais, Me Maurice Misistrano, Henri-Jean Servat, le journaliste people de Paris-Match, et bien sûr, le délicieux Francis Lalanne, toujours présent à l'appel. Bref, j'en oublie et j'en passe. Mais qu'importe, tous ces gens se sont mis à danser, formant ainsi une grande famille d'amis. Venus manifester avec cœur et tendresse leur amitié et leur soutien à cet inusable et inoxydable charmeur qu'est Karim... Bravo l'artiste !


Message du 15/02/09 à 21h14
De : THIERRY Monique <monique.thierry@club-internet.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>


Cher David,

Une réponse à Sylvestre, qui nous recense les célébrités portant le même nom de baptême que lui, et dont il a raison de dire qu'il n'est pas courant. Je me suis permise d'en puiser quelques autres dans le blog, qui doit je le crois assurer un minimum de représentativité, au moins par son caractère aléatoire. Au début de l'année 2006, la fréquence était la suivante : Michel 610 760, Pierre 505 044, Alain 426 956, Isabelle 354 522, Monique 336 978, David 291 822, Céline 224 193, Louis 189 650, Caroline 145 736, Sylvestre, 2 475. Liste non exhaustive. Même si nous ajoutons tous le nombre des personnes de notre famille, de nos amis, de nos collègues, de nos amoureux, susceptibles de nous fêter le jour venu, c'est celui de la liste le moins bien représenté qui recueille tous les suffrages. En effet, tous les 31 décembre, avec des foules très supérieures à 1,2 millions de participants, Sydney abrite les célébrations les plus importantes au monde, après Rio de Janeiro (2 millions de personnes sur la plage de Copacabana) et avant New York et Londres (entre 800 000 et 1 000 000 de personnes). Que dire de Paris, où la Saint-Sylvestre est également l'occasion donnée au Président de la République française de transmettre ses vœux présidentiels en diffusion différée à 20 heures sur les principales télévisions françaises depuis le palais de l'Elysée ! Voilà cher Sylvestre, tout le monde n'a pas cette chance d'être célébré dans la liesse à travers la planète. Et qui sait si les petits hommes verts....
Notre ami Karim (34 880 en France toujours début 2006) était ce vendredi invité à une rencontre-débat sur la réalité en milieu carcéral au centre Robert Lavergne situé au 11 rue Robert Lavergne à Asnières, à laquelle j'ai assisté. J'y suis retournée ce jour pour le seul plaisir de faire cette photo qui prouve décidément une chose dont je suis persuadée : rien n'est jamais un hasard dans cette vie.


Je vous embrasse fort Céline et toi.

Monique


Vendredi soir, nous sommes allés à Sceaux aux Gémeaux voir l'excellente pièce de Bruno Abraham-Kremer, La vie sinon rien, écrite par le haut-fonctionnaire Antoine Rault. Nous avons découvert le restaurant italien du théâtre, remarquable, et avec un service féminin fort stylé.


A la fin du spectacle, Corine Juresco, collaboratrice à la mise en scène, a discuté avec nous devant le théâtre. Elle recherche des lieux pour jouer cette pièce à Paris et cette pièce mérite vraiment certains lieux.


Nous avons précipité nos amis Josyane et Hervé Morvant pour voir cette fantastique prestation de Bruno Abraham-Kremer.


Message du 15/02/09 à 21h56
De : MORVANT Hervé <hmorvant@free.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Objet : Spectacle vivant


Chers Céline et David,

Merci David d'avoir pensé à nous.

Josiane et moi avons assisté avec plaisir à « La vie sinon rien » au théâtre Les Gémeaux ; un thème d'actualité pour moi. Il y a quelques semaines, j'écrivais à Karim, pour notre combat commun contre nos cellules et lui précisais : « nous n'avons qu'une liberté, la liberté de nous battre pour conquérir la liberté ».

La lutte est ici pour la vie ; l'activité routinière d'un cadre supérieur, aux côtés de sa femme qu'il ne voit plus et de ses enfants, avec lesquels il ne communique plus, va basculer lorsqu'il apprend qu'il n'a que quelques mois à vivre, victime d'une maladie rare. Tout y passe, avec légèreté et clins d'œil qui font sourire : le discours volontairement flou et/ou abrupt des médecins, les réflexions compassionnelles de l'entourage qui, paré d'éternelles bonnes intentions, vous enferme toujours un peu plus dans votre nouveau statut de patient... Monologue incisif où les étapes successives, train-train, coup de massue, révolte, désespoir, ouverture, distanciation et renaissance sont décrites avec rythme et humour. J'aurais préféré des clichés moins convenus, un enchaînement moins mécanique entre les différents états, ces instants de transition que l'on ne perçoit pas assez, un voyage introspectif plus grinçant (un peu à la Desproges), bref un peu plus d'audace sur ce thème audacieux. Belle performance du comédien Bruno Abraham-Kremer, seul sur scène qui réussit également, en collaboration avec Corine Juresco, une mise en scène intimiste, où le funambulisme permanent de la vie face à la mort s'entend aussi bien qu'il se voit, les pieds toujours proches de la tombe. Une bonne soirée donc, où résonne la phrase de l'intranquille Fernando : « Ce que tu fais, fais le suprêmement ».
Amitiés
Hervé

PS : j'a
i feuilleté le catalogue 2008-2009 du Centre d'Action Culturelle les Gémeaux : un CAC qui ne devrait pas connaître la crise.


De : GROSLIERE François <fgrosliere@nat.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Vendredi, 13 Février 2009, 10h05mn 28s

Objet : Salut David


Si ça t'amuse aussi, j'aimerais que tu passes cette lettre à Sonia Rykiel sur ton Blog ?

Pardon Sonia... je vous ai piqué votre pull pour habiller une de mes rondes nanas et je l'ai appelé « Sonia Rien Qu'elle ! » Après la bouteille de coca jusqu'où irez-vous ? Rencontre entre mon amour des femmes et mon attirance pour les rayures (ou l'inverse), ça devait arriver ! Pour me faire pardonner et pour vous amuser un peu je vous propose de vous offrir une de ces femmes qui j'espère... ne déforme pas votre pull ! Moi petit peintre et publicitaire chez Publicis "Auvergne" je m'amuse à imaginer que par ce blog "à part" ma proposition vous parviendra par magie.



Pour voir mes femmes : www.grosliere.biz

François GROSLIERE
Directeur Artistique
Publicis Cachemire Clermont-Ferrand
33, Place de Jaude
63000 Clermont-Fd

Port. : 06 78 85 27 72
fgrosliere@nat.fr


De : MATTON Sylvie <sylviematton@free.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Vendredi, 13 Février 2009, 10h23mn 13s

Objet : Savons !


Cher David, chère Céline,

Mais... vous êtes partis sans vos savonnettes Matton-Rykiel !

Désolée d'avoir ainsi zappé. Passez-moi svp un coup de fil dès que vous venez tout près d'ici. Sinon on arrivera bien à se croiser dans un périmètre géographique entre chez vous et chez moi, pas si grand que cela... Mais surtout gardez ce 'rattrapage' en mémoire svp.
Encore merci de votre venue, de vos réactions bien délicates et agréables pour moi. Merci aussi de votre gentille proposition concernant le maire du 6ème. J'essaie de mener tant de front (je vous ai fait grâce de l'administratif, l'inventaire, la succession, toutes ces choses qu'il faut aussi traverser...), je procède bien sûr par urgences, mais lorsqu'un coup de pouce sympathique se présente, cela m'aide tant.
A l'avance merci, et à vite pour les savons...
Je vous embrasse.

Sylvie


Message du 13/02/09 à 16h58
De : De BONNEVILLE Pierre <pierre@debonnevilleorlandini.com>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>


Hérodote.
Les deux choses qui comptent le plus dans l¹Antiquité ;
Le hiéros (le sacré)
Le nomos (la coutume)
Profaner l'un et changer l'autre, c'est s'attirer des ennuis.


De : LORIN Christian <cl.comvoce@yahoo.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Vendredi, 13 Février 2009, 12h40mn 56s

Objet : LA CHAPELLE INCONTOURNABLE


Pendant que tu étais au Reflet Médicis hier soir et que certains réglaient leurs problèmes
de chapelles..., j'ai eu le bonheur d'assister à la visite privée en nocturne de la Rétrospective DAVID LACHAPELLE. C'est grandiose au sens propre et figuré.

Toute personne qui aime la Pub doit succomber aux chocs des photos ...
En plus c'est pas loin de l'Odéon : Musée de la Monnaie de Paris
11, quai de Conti ; et cela dure jusqu'à fin mai.
Et Vive la Chapelle de la Pub !

Christian Lorin


De : CHATELIN Bruno <bruno@m21editions.com>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Vendredi, 13 Février 2009, 11h43mn 24s

Objet : Tarantino annonce la couleur ce sera rouge...


Le très attendu trailer du prochain Tarrantino (Inglourious Basterds) joue les divas sur le net, il y est arrivé cette semaine, très surveillé, très mesuré, très contrôlé... publié par des fans sur Youtube et Dailymotion puis reparti.

Les fans ont pu mettre la main sur 25 secondes du film dans une auto promo de l'émission Entertainment Tonight qui avait négocié l'exclusivité mondiale du trailer et entendait la protéger.
Les fans ont repris le teaser de ET, on filmé leur écran... et publié en masse sur le net ... quelques heures plus tard elles disparaissaient « vidéo retirée à la demande de Universal International... Petit jeu de cache-cache de plus en plus fréquent.
Le film annonce complet (premier teaser qui révèle l'intrigue et la chasse aux scalps de nazis) est visible sur le page Official Facebook (pour l'instant)

http://www.facebook.com/pages/OFFICIAL-Inglourious-basterds-de-Quentin-Tarantino/44218467317

La sortie du film est prévue en France le 23 septembre mais les rumeurs sur sa présence à Cannes circulent déjà.

PS : voila un film annonce qui décoiffe vraiment.
Brad Pitt, Lt Aldo Raine "Every man under my command, owes me, one hundred Nazi scalps.

And I want my scalps"...

PS est ce vraiment l'affiche officielle ?
Cordialement
Bruno Chatelin


MAJOR BUZZ FACTORY
Powered by La Chose

Phone : +33 9 51 21 45 47
Fax : +33 1 72 74 73 79
Cell : +33 6 80 99 57 34


Message du 13/02/09 à 19h48

De : CASILE Xavier <rossanarte61@bluewin.ch>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>
Objet : News from sweet zerland


DAVID
UN ARTICLE SUR LE LIVRE DANS SERIE LIMITEE LE MAGAZINE DES ECHOS CE JOUR. 12 350 EX VENDUS
LANGUES DE PUB LANCEE DANS 2 MOIS AU SALON DU LIVRE
BON WK A VOUS 2
BIZ A JULIE QUAND VOUS Y ALLEZ
PS / SUIS A PARIS DU 6 AU 12 AVRIL
XAV

De : BORHEN Christophe <christopheborhen@ymail.com>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Vendredi, 13 Février 2009, 10h21mn 30s

Objet : Contre-programme...


À Céline et David et à nous tous : pour la Saint Valentin, faisons l'amour pas les magasins...

En exclusivité mondiale, le nouveau Livre des Proverbes :


Le monde appartient à ceux qui ont le veto.

Il ne faut jamais abuser des mauvaises choses.

Un viens vaut mieux que deux tu verras.

À quelque chose bonheur est bon.

Au royaume des borgnes, les rois sont aveugles.

Chacun pour Dieu et tous pour soi.

Dis-moi qui tu es, je te dirai qui tu hantes.

Le chat dansant, les souris partent.

L'habit défait le moine.

Les mauvais contes font les mauvais amis.

Les oreilles sont des murs.

Le pèlerin du matin jouit de la pluie.

Le vin est bu, il faut se tirer.

Mauvais sang ne saurait dire vrai.

Qui vole un oeuf vole un oeuf.

Si Dieu existait, il ne faudrait pas l'inventer...


Toute mon amitié,

Christophe Borhen

http://lettreslibres.zeblog.com



La dernière livraison de Purple Fashion Magazine est stupéfiante ! Numéro spécial Terry Richardson.


Hier après-midi, nous avons enfin pu aller voir L'autre, au Saint-Germain-des-Prés. Céline a sursauté plusieurs fois, et a recherché au générique la perruque de Dominique Blanc et la présence d'Héléna Noguerra et de Jean-Claude Vannier.



Cette fin de semaine nous vous exortons à aller voir Michel Hermon mis en scène par Caroline Loeb au théâtre Sylvia Monfort.








David & Céline vont dans le même bateau


















Repost 0
David Genzel - dans Culte
13 février 2009 5 13 /02 /février /2009 08:54

Très belle soirée cinéphile hier au Reflet Médicis, autour des Morceaux de conversation avec Jean-Luc Godard, filmés par Alain Fleischer. Bien sûr, il y eut quelques ratés. Dominique Païni dans le genre "j'aimerais tant que tu m'aimes comme ça on serait deux à m'aimer" a fait fuir la moitié de la salle avec son auto-promotion. L'animateur, tout en coulis d'encensoir, s'est révélé trop timoré pour animer ce débat, car le cadavre du Suisse bouge encore ! Catherine Millet expliquait pourquoi "les installations n'étaient pas des oeuvres d'art" et Jacques Henric a trouvé mal venu le projet d'exposition de Godard à Beaubourg.


Jacques Henric a soulevé le lièvre "anti-juif" de Jean-Luc Godard, incapable même de prononcer le mot juif. Jean Narboni a rajouté cette terrible anecdote :
- Pour Godard, comme il n'y a pas de voyelles en hébreu, Rimbaud n'aurait pas pu écrire son poème !
La salle est surtout intervenue pour recadrer le débat sur le film et non sur l'exposition.



Petite digression qui n'a rien à voir avec Godard : le couple Millet-Henric a l'air apaisé et si complémentaire.

Dans Le Figaro de ce matin, Yann Moix écrit un très beau texte sur Arthur.


"Arthur vient
de faire
l'expérience
fondamentale que
tout Juif fait dans sa
vie, tôt ou tard : celle
de l'irrémissibilité
de l'être-juif. Quand
on est juif, on est
toujours juif d'abord.
Et français, canadien
ou marocain, ensuite.
C'est cela que les juifs
paient tous les jours.
Tel est leur destin.
C'est de cela, aussi,
qu'ils doivent,
être fiers"


(c) Photo Léa Crespi

Message du 12/02/09 à 09h29
De : HEBERT Michel <michel.hebert@jumpfrance.com>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

C'est un métier compliqué, dangereux... C'est rien de le dire.
Comment dire quelque chose après tout cela.
Je pense pour être raisonnable que la liberté de la presse s'apprend, il s'agit d'un travail en commun à plusieurs pouvoirs. Je pense qu'il faut apprendre à composer avec les ennemis pour arriver à faire avancer les sujets. La confrontation directe ne mène pas à ce qu'on souhaite la plupart du temps. Les enjeux d'influence existent partout, même en France, même aux Etats-Unis. Bien sur on ne risque pas sa vie, c'est toute l'énorme différence. Mais là dessus je ne sais quoi dire en fait. Et le texte de Alain Chouffan pose des questions et nous donne les réponses : Non ce n'est pas possible. J'ai vécu au Maroc ou il y a aujourd'hui une liberté de presse, mais c'est là ou on se rend compte que soudain cet espace de liberté qui est donné a besoin de règles. En France tout le monde savait pour Mazarine, et personne n'a rien dit. On risquait pas sa peau mais sans doute sa place. Il faut apprendre à composer pour faire avancer les choses. Je ne dis rien sur Mohamed Sifaoui parce que je ne sais quoi dire si ce n est la banalité de l'horreur. Je voulais simplement terminer par une question: est-il plus important de faire avancer la résolution des problèmes ou se battre et mourir.
Pardon Mohamed d'écrire cela comme ça, sans te connaître.

MH


De : DISEGNI Francine <fdisegni@hotmail.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>
Date : 12 février 2009 10:11

Objet : Anne le Musical

Bonjour les chéris de l'Odéon,
Ci-dessous le lien du site, trois extraits D'Anne (vidéo).



www.annelemusical.com

Un journal devenu une page de notre histoire
trente artistes sur scène pour raconter la vie d'Anne Frank

à travers un grand spectacle Musical


Et en attache, c'est un lieu...la musique du début dans le musée, 2009...
Bisous tendres et à samedi (j'arrive +tard, on répète aussi le samedi matin)


Francine DISEGNI et Jean Pierre HADIDA

tel: 0610305970
fdisegni@hotmail.fr
jphadida@radiomad.com
tel: 01 40 54 09 18
mobile : 06 62 01 35 66


Message du 12/02/09 à 16h44
De : ROSSI Sylvestre <sylvestre.rossi@wanadoo.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Objet : Saint Valentin


Cher David,

Pour la Saint Valentin, je conseille à tous les blogueurs de lire Le fouet de Martine Roffinella, une fidèle du Blog de l'Odéon. Ce n'est pas ce que vous croyez, c'est de la vraie littérature. Pour preuve cette critique dithyrambique que je viens de lire sur le blog de Dahlia.

« Le fouet c'est l'instrument de vengeance de la narratrice de ce roman, une sorte de glaive de la justice fait de cuir tressé, un objet de destruction et d'auto-destruction. Rongée depuis l'enfance par un sentiment de culpabilité terrible dès qu'elle sent palpiter ses désirs physiques, marquée à vie par la façon dont Monsieur F., un vieil ami de la famille la tripotait, sans que ses parents ne remarquent rien, elle ne jouit désormais que lorsqu'elle use de son fouet. Avec de jeunes femmes qu'elle drague dans des restaurants en leur faisant porter mots doux et une coupe de glace. Des vieilles décrépites qu'elle assaille dans des salons de thé. Des hommes mariés qu'elle saque dans des chambres d'hôtels sordides comme des clichés antédiluviens de la prostitution. Elle frappe, elle sodomise, elle baise avec ce fouet qui est devenu un prolongement d'elle-même. Comme pour calmer l'autre douleur, la douleur sourde du dedans. On ne manquera pas de vouloir ravaler Le fouet à de la simple littérature SM ou érotique. C'est même inévitable. Rien que le titre pourrait y pousser. Alors qu'il s'agit essentiellement d'un roman de la tristesse, une tristesse infinie, qui coule à toutes les pages, qui enveloppe le moindre frémissement un tant soit peu charnel qui pourrait secouer le lecteur. Car Martine Roffinella si elle use d'une langue passionnée, vibrante, pleine de sensorialité, déroule l'histoire d'une héroïne que rien n'apaise, comme condamnée à porter pour toujours sa croix. Existe-il un érotisme de la tristesse ? On sera presque tenté de répondre oui à la lecture du Fouet. C'est un érotisme qui a la beauté des tragédies et qui laisse le goût d'une fuite en avant violente. Jusqu'au dénouement, on l'on se demande si l'on doit se réjouir, se sentir soulagé, ou rester sur ce sentiment désespéré qui s'est agrippé inexorablement durant la lecture. Comment ce livre a t-il pu se retrouver au milieu d'une collection de romans érotiques destinés à émoustiller la chaland à l'approche de la Saint Valentin ? Peut importe au fond, puisqu'il permet de redécouvrir le très beau texte de Martine Roffinella. Très dur aussi. Car ce qu'on lit ici est bien plus de nature à ébranler l'âme qu'à provoquer des secousses de désir. »

Le fouet, Martine Roffinella, Editions du Seuil, Collection Points, 2009 (Editions Phébus, 2000 pour la première édition), 125 pages.

Et en plus, mesdames, un petit canard vous est offert pour faire mumuse dans votre bain.

Bien amicalement
Sylvestre


Pour la Saint-Valentin, ce petit bijou video de la Young, l'agence présidée par Jacques Bungert, le proche de Frank Riboud.


De : MUSNIK Isabelle <isabelle_influencia@yahoo.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Mardi, 10 Février 2009, 10h29mn 03s

Objet : Tr : Plutôt que de vous envoyer des voeux, la Young vous envoie un film ...



http://y-r.fr/



Céline m'offre quelque chose de la boutique Arty Dandy, la boutique qui vient d'ouvrir rue Furstenberg, élection d'objets singuliers.



Puis, Céline me montre les vitrines Valentine de Pascal Mutel...



... Et de chez Marcolini.



Kamel Mennour expose les maquettes d'étude de Yona Friedman, 47 rue Saint-André-des-Arts.


(c) Photo Kai Juenemann


De : Isabelle PHILIPPE <trad.idphilippe@noos.fr>

À : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>

Date : 12 février 2009 12:13
Objet : G3J

Cher David,

Puisque vous semblez tant aimer la photographie, je vous communique ces belles images américaines de Wim Wenders où vous pouvez faire votre choix. Elles sont extraites d'un livre à la mise en page très soignée : Wim Wenders Une fois, et accompagnées d'un texte de Bernard Eisenschitz. Cet ouvrage est édité par G3J, une nouvelle petite structure d'édition montée par Pierre Zins, ancien des Cahiers du cinéma.
Cinéphile convaincue, j'ai toujours aimé flirter avec le monde du cinéma.

A bientôt


Bonjour Céline et David,
J'apprends en vous lisant que Guillemette Andreu était devenue romancière. Les Andreu et mes parents se sont rencontrés durant la guerre en 1941-1942 à Clermont Ferrand et le mari de Guillemette, Pierre (journaliste et écrivain) était mon parrain. Merci donc de m'avoir donner des nouvelles des Andreu que je vais recontacter de ce pas !
Gael Olivier-Lacamp


Hier en fin d'après-midi, intense émotion quand Sylvie Matton nous fait visiter l'atelier de Charles, nous parlons d'une fondation...


 

 



David & Céline vont dans le même bateau




















Repost 0
David Genzel - dans Culte
12 février 2009 4 12 /02 /février /2009 08:44

Nous venions d'entamer notre déjeuner au Petit Zinc avec Edith et Jean-Pierre Lecoq, quand brusquement le maire du VIe s'est écrié :
- Je crois que c'est Jonathan Littell qui vient d'entrer !
Céline a confirmé. Jonathan est parti aux toilettes puis est venu s'asseoir à la table voisine.
- Malheureusement dans mon dos !  a rajouté Céline.
Un homme politique qui reconnaît Jonathan Littel, pour moi, c'est le meilleur critère de sa validité !


Edith nous a parlé de cette jeune romancière de 95 ans, Guillemette Andreu, qui venait de lui être recommandée par Antoinette Fouque, et qu'elle allait insérer dans son programme Un livre, Un café. Jean-Paul Enthoven a rejoint le comité des six experts de la sélection et le Flore recevra Jean-Marie Blas de Roblès.


A la fin du déjeuer, Edith est allée se présenter au bienveillant Jonathan Littell.



Hier soir, Gérard Gros nous a invité à une représentation de La framboise frivole, aux Bouffes Parisiens.


Avec le flair inouï de Dominique Dumond, pour dénicher des spectacles qui marchent, Gérard a sans doute voulu donner une leçon de marketing anti-crise à ses 50 invités.


De Quatuor à Anne Roumanoff, du Jazz & la Diva à cette Framboise frivole, les salles sont toujours pleines et le public ravi.


Caroline Loeb vient de nous adresser son dernier album, Crime parfait.



Dans Crime parfait, Caroline chante l'amour, l'absence, les blessures, la mort, la vie et toujours l'amour.



Message du 11/02/09 à 11h56
De : ROSSI Sylvestre <sylvestre.rossi@wanadoo.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Objet : Rossi

Cher David,

Je vois dans votre précédent billet qu'il y a une galeriste qui se nomme Rossi. Les Rossi, tout comme les Müller, sont partout. Souvenez vous en 1998, vous qui êtes grand amateur de Foot Ball, lorsque la France a remporté la coupe du monde. Il y avait cette année là un Rossi dans trois équipes nationales. Sebastiano Rossi dans la Squadra Azzura. Jusque là tout est normal. Mais aussi, un Ruben Rossi dans la sélection Argentine. Beaucoup d'Argentins, il est vrai, sont d'origine Italienne. Plus étonnant, en revanche, il y avait un Youssef Rossi qui jouait dans l'équipe nationale du Maroc. Mon nom est courant mais mon prénom l'est moins. J'en ai souffert enfant. Les enfants ont horreur de se distinguer. Christian, Alain, Michel étaient des prénoms qui alors courraient fort les baptistères. Aujourd'hui j'en suis fier car il est original. Dernièrement toutefois, j'ai tiqué en voyant que dans la version espagnole des aventures de Tintin, le professeur Tournesol ne se prénomme pas Tryphon, comme dans l'original en langue française, mais... Silbestre. Haï ! En Corse, c'est Silbestru, diminutif Silbé. Il est certes plus facile de se prénommer Eric. Il y a aussi Tino Rossi mais également Salomone Rossi, un grand compositeur Juif, originaire de Mantoue (1570 -1630). D'aucuns disent qu'il n'est rien moins que l'inventeur de la musique baroque. Si vous ne le connaissez pas, je vous conseille vivement de l'écouter, c'est magnifique, divin.

Bien amicalement
Sylvestre


De : LORIN Philippe <fondationlorin@gmail.com>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Mercredi, 11 Février 2009, 10h33mn 30s

Objet : Malraux prophète ?


Malraux écrivait en 1956


C'est le grand phénomène de notre époque que la violence de la poussée islamique. Sous-estimée par la plupart de nos contemporains, cette montée de l'islam est analogiquement comparable aux débuts du communisme du temps de Lénine. Les conséquences de ce phénomène sont encore imprévisibles. A l'origine de la révolution marxiste, on croyait pouvoir endiguer le courant par des solutions partielles. Ni le christianisme, ni les organisations patronales ou ouvrières n'ont trouvé la réponse. De même aujourd'hui, le monde occidental ne semble guère préparé à affronter le problème de l'islam. En théorie, la solution paraît d'ailleurs extrêmement difficile. Peut-être serait-elle possible en pratique si, pour nous borner à l'aspect français de la question, celle-ci était pensée et appliquée par un véritable homme d'Etat. Les données actuelles du problème portent à croire que des formes variées de dictature musulmane vont s'établir successivement à travers le monde arabe. Quand je dis "musulmane", je pense moins aux structures religieuses qu'aux structures temporelles découlant de la doctrine de Mahomet. Dès maintenant, le sultan du Maroc est dépassé et Bourguiba ne conservera le pouvoir qu'en devenant une sorte de dictateur. Peut-être des solutions partielles auraient-elles suffi à endiguer le courant de l'islam, si elles avaient été appliquées à temps? Actuellement, il est trop tard ! Les "misérables" ont d'ailleurs peu à perdre. Ils préféreront conserver leur misère à l'intérieur d'une communauté musulmane. Leur sort sans doute restera inchangé. Nous avons d'eux une conception trop occidentale. Aux bienfaits que nous prétendons pouvoir leur apporter, ils préféreront l'avenir de leur race. L'Afrique noire ne restera pas longtemps insensible à ce processus. Tout ce que nous pouvons faire, c'est prendre conscience de la gravité du phénomène et tenter d'en retarder l'évolution".

André Malraux, le 3 juin 1956



Message du 11/02/09 à 12h00
De : MULLER Karin <iftmuller@wanadoo.fr>

A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>

Extrait de mon livre d'entretiens avec Jean Lacouture (J.L.) :


J.L.: Malraux est anticolonialiste. Mais s'agissant d'une révolte arabo-musulmane, il éprouve de la méfiance qu'il ne ressentirait pas face à une révolte chinoise ou indienne. Il a, par rapport à l'islam, une réserve.


Pensez-vous que ce soit sa connaissance du Coran et des problèmes d'intolérance liés à l'islam qui le rendent méfiant ?


J.L. : Est-ce en temps que judéophile que les Arabes provoquent sa méfiance ? Ou parce qu'il les connaît peu ? Après tout, il est un admirateur de T.E. Lawrence... 


Quelle était la position de Malraux face au terrorisme ?


Malraux et le terrorisme : le sujet mériterait un essai. De nos jours, le terrorisme est considéré comme le mal absolu. Mais, pour Malraux, la position était beaucoup plus nuancée.


David, le texte que tu m'as envoyé est très intéressant. Et avoir écrit cela en 1956 montre une clairvoyance incroyable et une parfaite connaissance de l'homme, de la condition humaine... Je vais le transmettre à Olivier Todd et Jean lacouture pour notre débat du 1er mars à la galerie.

Bises, Karin


Ce soir, au Reflet Médicis, Morceaux de conversations avec Jean-Luc Godard, filmés par Alain Fleischer. Séance exceptionnelle à 20h suivie d'un débat avec Catherine Millet et Jacques Henric.


(c) Photo Olivier Roller

Message du 11/02/09 à 17h09

De : JURESCO Corine <corine.juresco@laposte.net>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>

Objet : Photos la vie sinon Rien aux gémeaux à Sceaux


Cher David,

Suite à notre conversation téléphonique, en confirmation de vos invitations pour vendredi 13, à 20h45, je vous envoie ces quelques photos de La vie sinon rien reçue aujourd'hui même. Merci de votre intérêt pour ce spectacle tout neuf (et dont nous sommes si fiers!) A vendredi ! Bien cordialement.

Corine Juresco
pour consulter notre site:
www.theatredelinvisible.com









David & Céline vont dans le même bateau









Repost 0
David Genzel - dans Culte
11 février 2009 3 11 /02 /février /2009 09:06

Avant de s'envoler pour le Burkina Faso, Carla Bruni a déjeuné hier à L'Orient Extrême avec Fabienne Servan-Schreiber.


Peut être ont-elles discuté de la prochaine vente Saint Laurent Bergé, peut être ont-elles évoqué la libération de Karim Achoui ? Des sujets fabuleux que Fabienne pourrait produire !

Il faut voir la prestation sublime de Karim Achoui chez Karl Zéro lundi soir, pour voir le punch retrouvé. Karim pourrait donner des cours de coaching à nombre de décisionnaires.


Paul Wermus raconte dans France-Soir du jour, la nuit de la fête autour de Karim...



Hier, déjeuner au Flore avec Ellen Willer. Charlotte Rampling et Maïwenn nous ont rejoué la cultissime scène du Bal des actrices, sous le bouquet.

(c) Photo Paolo Roversi

Géraldine Maillet était là, mais pas encore l'habitué des lieux, Mathieu Terrence.


(c) Photo Arnaud Février

Charles Dantzig est entré sans le Keith qui parle de lui à la main et peut être venait-il de chez Estrella où il achète régulièrement son thé de Ceylan ?

(c) Photo Olivier Roller


Henri Baché amplifie le texte d'Alain Chouffan sur Mohamed Sifaoui.


Message du 10/02/09 à 18h23
De : BACHE Henri <henribache@orange.fr>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>

Objet : Alain Chouffan et Mohamed Sifaoui


Bravo à votre blog et à Alain Chouffan de mettre en lumière la « pensée unique » de Mohamed Sifaoui. On est plutôt dans les media en France habitué à « la pensée inique ». Tous les musulmans ne sont pas des terroristes islamofascistes. La preuve ! Puisse, à travers ce blog de « leaders d'opinion », se répandre dans les grands media les thèses de Sifaoui. C'est la vérité qui est en jeu face à un mur de complicités cédant au talent manipulatoire des intégristes qui eux savent rendre crédible les contre vérités.


Le 5 mars aux Editions du Moment, sort le prochain ouvrage de Véronique Richebois, sur Cauet.



Jean-Luc Delarue va être privé momentanément de direct. Il aura ainsi le temps de peaufiner son bouquin pour Léo Scheer...


Nous avons retrouvé Françoise Huguet en business angel !


Organiser un jour prochain un déjeuner avec Philippe Calleux, Michel Hébert et Christiane Rossi !


De : ROSSI Christiane <christiane@rossiconseil.com>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Mardi, 10 Février 2009, 19h33mn 24s

Objet : Invitation


Bonjour,

Le 26 février, vernissage de l'exposition du peintre Jean Janoir, à partir de 18 h.
1 rue de l'Antiquaille dans le 5ème.
Venez !


Message du 10/02/09 à 15h05
De : JULIEN Dominique <julien.dominique@atjust.net>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>


Bonjour David

Un évènement au théâtre des Gémeaux à SCEAUX à ne manquer sous aucun prétexte. (2 invitations pour David et Céline sont au guichet, contacter Corine Juresco au 06 03 50 37 94)
La pièce n'est programmée que cette semaine, précipitez vous.

LA VIE SINON RIEN avec Bruno Kremer-Abraham, cet immense comédien qui avait interprété Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran d'Eric Emmanuel Schmitt.

A tous ceux qui savent ce que l'épreuve déclenche en énergie vitale, à tous ceux qui n'imaginent pas à quel point
la proximité de la mort est une réserve d'émotions, vous allez adorer.

Dominique Julien


Dominique Julien
Fondatrice - PDG
14 , rue de Castiglione
75001 Paris
01 49 27 20 21
06 08 09 03 07


Et le thanatos à la Madeleine !









David & Céline vont dans le même bateau



Repost 0
David Genzel - dans Culte
10 février 2009 2 10 /02 /février /2009 08:57
(c) Photo Olivier Roller

Michel Bongrand a été le premier des hommes d'influence de la communication photographié par et avec Olivier Roller. Hier, quand il a vu son portrait à l'écran, Michel s'est exclamé :
- Platon et Lucifer !
Et il a ajouté :
- J'espère qu'Olivier te fournira un portrait où je suis seul pour l'offrir à mes enfants !

Le "divin chauve" de Stratégies "m'en a sorti une bien bonne".
- Je crois qu'il faut préférer le made in France au madoff USA !
Je ne sais s'il visait John Malkovich avec cette citation...

(c) Photo Olivier Roller

A la nuit autour de Karim Achoui, Michel Bongrand a été notre adorable doyen.

De : BULTE Amélie <abulte@avocat-bulte.com>
A : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>
Date : 9 février 2009 23:55


Cher David,
Encore mille fois merci pour cet art du « média », ce lien fait pour Karim, qui crée la diversité et l'émulation des uns et des autres autour de lui.
Comme tu le sais, le combat n'est pas fini et nous sortons réconfortés par une justice qui ne s'est pas comportée en mégère. Très belle soirée, belles rencontres, et enfin l'opportunité de mettre quelques visages sur ces mots de soutien indéfectible qui s'est manifesté à travers toi. Du baume au cœur en somme. En espérant ne jamais rompre ces liens.
Affectueusement,

Amélie Bulté

  

De : SAVIGNEAU Josyane <savigneau@lemonde.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Lundi, 9 Février 2009, 16h52mn 50s


Mille mercis, et je serais venue avec plaisir, mais je suis désolée, je n'étais pas là ce week end, c'était l'anniversaire de Juliette gréco.
Ouf il est sorti, c'est déjà ça.
amitiés.
Jo


De : GILLET Pierre-Arnaud <pagman@free.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Lundi, 9 Février 2009, 12h32mn 42s

Objet : La Mort en Amérique


Hello hello les deux Genzel.

Sous ce tapis de nuage gris, je vous souhaite un bon lundi. Je ne sais pas trop si vous êtes sensibles à la bande dessinée mais certaines méritent vraiment le coup d'œil. Aujourd'hui dans mon blog Après la Pub, je présente les chapitres 7 & 8 d'une excellente bande dessinée qui s'appelle La Mort en Amérique. Cette BD est dessinée par Jean-Loup Seuret, ancien DA de Stéphane Xiberras chez Euro RSCG BETC et co-écrite avec Patrice Dumas, excellentissime rédacteur sur la place de Paris, désormais chez DDB. L'idée est simple. La Mort a trop de travail, elle n'en peut plus. Alors elle décide de prendre des vacances aux USA. Pendant ce temps-là, plus personne ne meurt dans le monde. Les 6 premiers chapitres sont aussi visibles sur Après la Pub qui leur est ouvert quand ils le désirent. La Mort en Amérique est en quête d'un éditeur s'il y en avait un dans la salle de votre indispensable blog.

À bientôt et merci.

P-A Gillet


De Francine Disegni à Philippe Lorin, d'Isabelle Musnik à Henri Baché, tous me parlent de Mohamed Sifaoui. Alain Chouffan l'a rencontré au Flore.


De : CHOUFFAN Alain <achouffan@wanadoo.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>
Date : 9 février 2009 18:09

Objet : Alain Chouffan/Mohamed Sifaoui


Mon cher David,

Je voudrais te parler d'un journaliste, Mohamed Sifaoui, qui mérite une grande attention. Je l'ai récemment interviewé au Flore. Français d'origine algérienne, journaliste, écrivain, réalisateur, il fait preuve d'un courage incroyable. Il n'arrête pas d' « investiguer » sur le terrorisme islamique. Depuis des années, il ne cesse de dénoncer les tenants de la haine et de l'obscurantisme, les derviches tourneurs de l'islam et les fanatiques de tous poils tant dans ses travaux journalistiques que dans son engagement de citoyen. Il a écrit plusieurs livres sur ce sujet dont un Mes « frères » assassins : comment j'ai infiltré une cellule d'Al-Qaïda (Le Cherche-Midi, en février 2003) a eu un retentissement formidable. Il en a écrit d'autres comme Sur les traces de Ben Laden : le jeu trouble des Américains (Le Cherche-Midi, en avril 2004) ou encore Lettre aux islamistes de France et de Navarre (toujours au Cherche-Midi, en septembre 2004). Bref, voilà un journaliste qui n'a pas froid aux yeux. Car rares sont aujourd'hui les voix qui s'élèvent pour dénoncer le comportement insupportable des intégristes. Il a même eu le courage d'afficher son soutien à l'intervention israélienne à Gaza, en dénonçant les mensonges du Hamas. Avec ses lunettes d'intellectuel, son écharpe, son air posé et serein, Mohamed Sifaoui a tout du journaliste sérieux d'investigation. Après avoir travaillé dans la presse algérienne, où durant la guerre civile, il aurait été menacé par des islamistes, il échappe de peu à un attentat au siège de son journal qui fit des dizaines de victimes. Il s'exile alors en France ou il est réfugié politique depuis 1999. Depuis ses prises de position contre les intégristes, il fait l'objet d'un déferlement de haine. Pendant cinq ans, de Juin 2003 à Juin 2008 - il a été sous surveillance policière. Cela ne l'a pas empêché d'être agressé le 13 juin sur la terrasse d'un café, à Paris. « Je trouve tout simplement intolérable qu'un journaliste, ou qu'un citoyen quel qui soit, ne puisse pas circuler librement dans les rues de Paris. Pourquoi devrais-je regarder derrière moi ? Me méfier des gens ? Eviter certains quartiers ? Et m'empêcher de mener une vie normale et tranquille ? » dit-il calmement. Aujourd'hui, Mohamed Sifaoui est net dans son message aussi bien envers les islamistes qu'avec les autorités françaises. « Je ne raterai aucune occasion pour dire ce que je pense des intégristes, des terroristes, des tueurs et des assassinats qui veulent nous terroriser et nous empêcher de parler. Je continuerai - je n'aurais de cesse de le répéter - quitte à y laisser ma vie. Si la France veut abdiquer devant ces salauds d'islamistes, c'est son problème, ce n'est pas le mien ». C'est fort. C'est émouvant. Et quand on lui dit que c'est courageux, il rectifie : « Non, c'est de l'honnêteté intellectuelle. Quand je travaille, je ne suis pas musulman. » Difficile de le dire aussi bien...Voilà pourquoi je pense que la voix de Mohamed Sifaoui doit être entendue. Et lui, doit être connu. D'où ce mail que je t'envoie. J'oubliais de te dire qu'il s'exprime dans son blog (www.Mohamed-Sifaoui.com).
Bien à toi, l'ami


Daniel Schneidermann dans Libé hier mettait dans le même sac Bernard Kouchner et Pierre Péan.


Message du 09/02/09 à 18h37
De : ROSSI Sylvestre <sylvestre.rossi@wanadoo.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Objet : Schneidermann versus Péan


Cher David,

Sur le site de l'Observateur. Schneidermann versus Péan. Il n'y a rien à prendre, tout est à jeter. Le choc de deux enfoirés totaux. Difficile de s'identifier à l'un ou à l'autre. Impossible de faire pire. En France, en tous cas. Un peu de « Grey Flannel » de Geoffrey Beene. Pschitt, Pschitt ! Une balade au bord de la mer. Ouf, ça va mieux. Je peux me remettre au travail.

Bien amicalement

Sylvestre

 


Eric Tong Cuong nous parle de Steve Hiett...

De : TONG CUONG Eric <etc@lachose.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>
Date : 9 février 2009 16:02

Objet : Merci Mille Feuilles Mister Hiett


Les Pretty Things n'ont jamais eu de chance. Toujours dans l'ombre des Stones, considérés à tort comme leurs clones. SF Sorrow, le premier opéra rock de l'histoire et un des plus beaux albums psychédéliques influencera les Who de Tommy, Parachute sera même l'album de l'année 70 pour le magazine Rolling Stone, mais rien n'y fait. Les Pretty Things sont des loosers. Au début des 70's, les changements de personnel font rage au sein du groupe, l'insuccès aidant. Leurs anciens rivaux, les charitables Stones, les emmènent en tournée US. Un certain Steve Hiett est engagé comme second guitariste. À l'époque, guitariste rock était un métier dangereux. Steve s'électrocute sur scène et suit la tournée, immobilisé dans le bus. Alors il prend un appareil photo pour tuer le temps et shoote, shoote, shoote. C'est ainsi que Steve Hiett est devenu photographe. Il a bien fait. Les Pretty Things n'auront jamais de succès et Steve deviendra le grand photographe de mode des années 80. L'électrocution fondatrice inspire son style.... en quelque sorte: Steve développe un art du flash qui devient sa signature. On reconnaît la couleur, le ciel et les filles Steve Hiett entre mille. Normal dès lors, que le grand retour des 80's voit le grand retour de Steve, n'est ce pas monsieur La Chapelle. Si vous rêviez de bosser avec lui à l'époque, faites vous plaisir, faites comme la chose, travaillez avec lui maintenant. Steve expose à la Galerie Maeght en février. Pour votre œuvre, votre talent et votre gentillesse, merci mille feuilles Mister Hiett

Eric


Demain soir, nous allons voir La Framboise Frivole ; en prélude, ce roman d'Alexandra Geyser (Stéphane Million Editeur).



Henri-Christian Schroeder rappelle Jacques Séguéla à ses souvenirs.

Message du 09/02/09 à 11h52
De : SCHROEDER Henri-Christian <hcschroeder@hotmail.com>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>


Objet : Ce que L'autobiographie non autorisée de Jacques SEGUELA n'ose pas vous avouer ! ... Et oui ! Jacques S. n'a pas osé nous rappeler dans son dernier ouvrage, parmi ses souvenirs non autorisés, qu'il avait été le co-auteur, avec Michel Kricorian, d'une « sublissime » comédie musicale (45 T vinyl édité en 1983 par Carrère : "HOLLYWOOD LAVE PLUS BLANC"... qui nous avait beaucoup fait baver de jalousie chez CLM (Philippe Michel et Etienne Chatilliez étant de vrais amateurs de comédies musicales, cf. ERAM...) ! Dans un souci d'apaisement et comme il y a maintenant prescription, j'en envoie aujourd'hui ce collector resté confidentiel retrouvé dans mes archives à Jacques, pour le 2nd tome (« Autobiographie oubliée ») de son livre qui pourrait ainsi comporter un CD avec une interprétation par Carla de cette musique... Petite pensée pour Philippe Michel, l'autre grand maître de la pub (décalée) à cette époque !
HCS

 


Message du 09/02/09 à 14h19
De : BALANDRAS Laurent <laurent@labelenchanteur.com>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>


Alors ça c'est chic ! comme dirait Volange...
J'en profite pour vous avouer un secret suite à votre interview dans le Nouvel Obs. J'ai réalisé les deux compilations du Café de Flore qui sont en vente dans la boutique et dont je ne suis pas peu fier.
Bien cordialement,

Laurent Balandras

(agent révélateur pour artistes exceptionnel(lle)s !!!

 


Message du 09/02/09 à 17h38
De : SZILAGYI Eniko <eszilagy@gmail.com>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>


Mes tres chers David&Celine,
Bien heureuse, apres la lecture de votre blog,qui
est devenu mon obsession, mon chou chou,mon drogue !
Je vous embrasse et MERCI.
Enikö


Agnès Touraine quitte la présidence du conseil de surveillance de Libération. D'où cette question récurrente : qu'est devenu Joël Cordier, ce publicitaire international que je trouvais si performant ?


Asger Jorn expose à Beaubourg. Bien sûr, nous irons en hommage à Guy Debord.


La Fleur du mal, 1946


De :  PHILIPPE Isabelle <trad.idphilippe@noos.fr>

À : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>

Date : 9 février 2009 14:53
Objet : La Baignorie de Goethe


Cher David,

J'ai aimé votre reportage sur la libération de Karim Achoui.

Mais vous, aimerez-vous ce que je vous envoie aujourd'hui ? Un échange avec Cynthia Liebow des éditions Baker Street, la plus parisienne des Américaines à Paris, qui publie La Baignoire de Goethe de Mark Crick, et la maquette d'invitation ci-dessous, (la couve de La Baignoire de Goethe et la photo de l'auteur, très sympathiquement british).

Bises

Isabelle D. Philippe

 


PS : En 2005, Marck Crick nous avait déjà réjouis avec La Soupe de Kafka, un recueil de savoureux pastiches sur la cuisine aussi édité par Cynthia L.


Les Cahiers de Colette et les Editions Baker Street

sont heureuses de vous convier à une

Rencontre autour de
La Baignoire de Goethe
avec l'auteur, Mark CRICK,

le jeudi 19 février 2009 à 18 heures
à la librairie Les Cahiers de Colette
23/25 rue Rambuteau 75004 PARIS - 01 42 72 95 06

Entrée libre
R.S.V.P.
01.40.46.43.84
contact@bakerstreet-editions.com

 

 

 

 







David & Céline vont dans le même bateau










Repost 0
David Genzel - dans Culte
9 février 2009 1 09 /02 /février /2009 09:14
(c) Photo Olivier Roller

Pour un projet personnel, Olivier Roller nous a demandé de lui proposer des publicitaires, hommes d'influence. La première photo inédite de ce projet : Christophe Lafarge, patron de l'agence H. Christophe est aujourd'hui dans l'actualité puisque son agence vient de réaliser la campagne de création de l'ARPP, ex BVP.

A la nuit de fête autour de Karim Achoui...


... Ornella Vorpsi nous a fait la révélation de sa petite Angelica de deux mois.


Aussi surprenant que de voir jouer nue Kate Winslet dans Le liseur, de Stephen Daldry !


De : CHOUFFAN Alain <achouffan@wanadoo.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>
Date : 8 février 2009 12:25


David

La soirée chez Karim, hier soir, déjà dans le blog ! Mais tu fais du reportage en direct, à chaud, comme les grands reporters de notre métier ! Bravo l'artiste ! Dommage d'avoir raté cette nuit de fête mémorable à laquelle tu m'avais si gentiment conviée. Le seigneur des lieux méritait bien de fêter son retour dans la joie ! Qu'il reste ainsi, et surtout qu'il ne change pas ! Seuls ceux qui ont la conscience tranquille peuvent faire preuve de tant de chaleur et d'amitié à l'égard ce ceux qui l'ont soutenu. Dont toi et Céline. Et quelque part la récompense de tes convictions.

Bien à toi


De : De PLAS Pierre <pdeplas@aol.com>
À : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>
Date : 8 février 2009 12:58


Cher David, chère Céline.

Ci-joint le manuscrit. Il ne s'agit que d'un premier jet qui a besoin de beaucoup de travail. Certaines scènes sont à réécrire ou supprimer. L'étonnant est la coïncidence. A l'époque, je ne connaissais pas Karim, sauf pour ce que m'en avait dit David. Or ce roman a été écrit en prison, du début jusqu'à la fin et s'appelle Karim, qui est bien sur le nom du héros. En outre, mon héros se prépare à être avocat ! Il est probable que l'amitié de David pour Karim (le vrai) m'a influencé inconsciemment. En tout cas, c'est incroyable. Attention, le livre est assez long.

Je te harcèle et radote ! Sieglinde me dit que tu es sans doute responsable ! En duo avec mon inconscient ! Je n'avais effectivement aucune raison rationnelle d'écrire l'histoire d'un arabe (!), en prison, pour une erreur judiciaire, etc. Elle pense que tu m'as tant parlé de Karim et avec tant d'amour et de fougue que j'en ai fait l'idole de ma liberté.
Je file voir un psy et te rappelle !!!
Baisers à vous deux.
Pierre


Message du 09/02/09 à 03h05
De : SIKSOU Fred Siksou <fred@siksou.com>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>

Objet : Saint-Valentin à Saint-Germain-des-Près


Chers Céline et David,

Dans Paris Galant qui vient d'être publié aux éditions Fizzi l'auteur, Jonathan Siksou, se propose de donner des ailes aux amoureux... en nous guidant avec goût et humour vers 245 lieux sublimes de la capitale, dont quelques uns dans le VIème arrondissement que nous ne connaissions pas encore !

Extraits de la 4ème de couverture :


« Ce que vous recherchez et bien plus encore afin d'inspirer vos tendres désirs : un palace pour une nuit de rêve, une maison perdue dans un jardin pour une soirée intime, des boutiques confidentielles pour offrir des dessous coquins, des chocolats fondants ou même d'exquises charcuteries, pourquoi pas ? Parce que Paris est Paris, tous vos désirs seront assouvis : le grand jeu, l'escapade romantique, la halte authentique et l'incursion canaille. »



Si les agapes « Achouiennes » du week-end ne vous ont pas trop épuisés...et que Paris Galant n'est pas épuisé à La Hune, j'espère que d'ici samedi vous y trouverez avec Céline quelques objets, lieux, sujets convoitables...
Bien amicalement,
Fred



Message du 08/02/09 à 13h08
De : SZILAGYI Eniko <eszilagy@gmail.com>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>

Mes tres chers David&Celine,

Merci pour la soiree splendide et emouvante dedie a Karim Achoui.
Vive l'amour et l'amitie !
Je vous envoie un invitation a vous et a vos amis pour mon nouveau concert,
hommage a grand Jacques Brel, suivie par la projection de film "Franz".
Je vous embrasse et a tres vite.
Eniko Szilagyi


Laurent Balandras nous fournit LA photo du spectacle de samedi dernier de l'inoubliable Delphine Volange...



Ce week-end, cinéphilie très bal des actrices. Vendredi soir au Champo, Les prédateurs de Tony Scott avec Catherine Deneuve et Susan Sarandon ;



dimanche après-midi à L'Arlequin, le casting de Maïwenn.



Message du 06/02/09 à 11h36
De :
MULLER Karin  <iftmuller@wanadoo.fr>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>

Objet : Benjamin Button

Nous avons vu L'étrange histoire de Benjamin Button de David Fincher.
Je suis sortie bouleversée par ce conte pour adultes qui traite du
temps qui passe, de la difficulté de vieillir, du hasard qui brise
une carrière de danseuse, de l'incommunicabilité, de la difficulté
d'être en phase avec l'être aimé mais aussi de tolérance : accepter
qu'un enfant ait une tête de vieillard, et d'intolérance, peur de la
différence qui mènent à l'abandon du bébé.
Brad Pitt est époustouflant, de son jeu sobre et paisible se
dégagent une force et une sagesse qui nous touchent au plus profond.
On ne sort pas tout à fait indemne de cette histoire - on pense au
Petit prince, à Amélie Poulain - car elle nous renvoie notre image,
notre souffrance, notre peur...
Merci, Monsieur Scott Fitzgerald, pour cette leçon de vie...
Courez voir ce film...
Karin Müller



Message du 06/02/09 à 10h40
De : LOEB Caroline <c.loeb@noos.fr>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>

Objet : Mistinguett, Madonna et Moi


Bonjour David,
Parallèlement à mes mises en scène parisiennes (Michel Hemon/New York et les Bons Becs en voyage de notes au Sudden théâtre), que tu as vues et aimé... Je continue à chanter aux Blancs Manteaux ; c'est un bonheur de retrouver les planches et le public tous les week end ; le spectacle a beaucoup mûri depuis que vous êtes venus, j'ai rajouté une chanson, peaufiné tout ça... et je peux enfin proposer mon nouvel album Crime parfait !




Bref, la vie est belle ! Vive le Music Hall ! Vive la chanson !
Amitiés,
Caroline


De : MANRY Pascal <manry@manry.org>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Vendredi, 6 Février 2009, 13h08mn 17s

Objet : Steve Hiett

Hier soir vernissage de l'exposition Steve Hiett à la Galerie Maeght suivi d'un dîner chez Thoumieux avec entre autres la présence de Jean-Paul Goude.


De : MEYER Benoît <meyersports@gmail.com>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Samedi, 7 Février 2009, 15h30mn 43s

Objet : Les dernières du Président US


Cher David, Chère Céline,
une photo parisienne des dernières décisions prises par Obama !

Bien à Vous Deux !
B. Meyer


De : ROFFINELLA Martine <roffinella.martine@wanadoo.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Dimanche, 8 Février 2009, 15h13mn 49s


Eh bien, David, vous venez troubler mon dimanche studieux avec votre "Nuit de fête" ?... Merci infiniment, c'est beau à voir, ce visage (je n'ajouterai pas d'adjectif). Quand votre information m'est arrivée, je venais juste de lever le nez d'un travail fastidieux, et je lisais justement l'interview de Karim dans Le Parisien Dimanche. Comme je comprends sa discrétion concernant les conditions de détention... Le cris, oui. Et l'odeur. Le mélange des deux s'appelle le désespoir, et l'on comprend que Karim ait besoin de temps pour retrouver une certaine mais improbable sérénité.
Bien à vous,
Martine.



De : MATTON Sylvie <sylviematton@free.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Dimanche, 8 Février 2009, 0h59mn 27s


Merci beaucoup, je suis très touchée.
Je ne vois hélas ce mail qu'à... 0h51 ! ... Et la dernière fois que j'ai regardé mes mails il était 19h et il ne m'était pas encore parvenu... et j'allais ce soir à l'Odéon 20 h voir Gertrude (Le cri), acteurs, scénographie et mise en scène époustouflante. Je vous le dis en vous incitant vivement à y aller demain dimanche à 15 h, il reste des places je crois, crise oblige, et c'est la dernière !
Hâte de voir des photos d'un Karim Achoui souriant et réchauffé...
Et puis, je pensais ces derniers jours souvent à toi et à Céline. Je vous ai dit que je vous convierais à venir dans notre appartement show room de l'œuvre de Charles. Trouvons ensemble un jour peut-être cette semaine, si vous le pouvez. J'ai commencé le travail sur le film avec système Avid installé à la maison, donc je travaille... tout le temps. Votre heure sera la mienne, entre midi et le soir. J'ai bien sûr également qqs rendez vous, maison le plus souvent, ou qqs dîners. Vous me proposez, selon votre emploi du temps ?
Je vous embrasse. Essayez vraiment, l'Odéon demain, si vous n'avez pas encore vu cette pièce. Vraiment intéressant, brillant.
Et encore merci pour l'invitation, je pense que ce fut un moment joyeux et surtout très fort !

Sylvie



Message du 08/02/09 à 20h26
De : BORDELAIS Jacques <jbordelais@yahoo.fr>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>

Objet : Le café et la mouche ou la fable des préjugés !!!



Que se passe t-il quand une mouche tombe dans une tasse de café ?


L'Italien jette la tasse et s'en va... furieux !
Le Français enlève la mouche et boit le café...
Le Chinois mange la mouche et jette le café...
Le Russe boit le café avec la mouche, puisque c'est compris dans le prix.
L'Israélien vend le café au Français, la mouche au Chinois, la tasse à l'Italien, commande un autre café et avec le benef recherche un brevet pour éviter aux mouches de tomber dans le café...
Le Palestinien accuse l'Israélien d'être responsable de la chute de la mouche dans le café, proteste de cette agression auprès des Nations-Unies, souscrit un prêt auprès de l'Union Européenne, utilise l'argent pour acheter des explosifs et...
... fait sauter le bistrot, où l'Italien, le Français, le Chinois et le Russe sont en train d'expliquer à l'Israélien qu'il devrait donner sa tasse de café au Palestinien.


 

 

 

 


David & Céline vont dans le même bateau














Repost 0
David Genzel - dans Culte
8 février 2009 7 08 /02 /février /2009 11:07

Même le très blasé Paul Wermus a été terriblement ému par cette soirée mémorable au cabinet de Karim Achoui, 10 bd Raspail, ce samedi 7 février pour fêter sa liberté.


Axel Brücker a occupé le bureau du maître dans l'attente de l'arrivée de Karim.



Axel Brücker :
- Après Szpiner en colère, v'là que le Brücker se prend pour Roller avec ce "buste romain" de Maître Szpiner !


Le pape du marketing politique n'avait pas encore allumé son cigare...


Promets-moi si tu me survis d'être plus fort que jamais
Je serai toujours dans ta vie, près de toi je te le promets
...






La cultissime Ornella Vorpsi m'a murmuré à l'oreille un fabuleux événement...




De : BRUCKER Axel <abrucker@orange.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>
Date : 8 février 2009 08:45

Objet : La table d'à côté


En sortant de chez Karim, Bistrot de l'Entrecôte, rue Saint Benoît, et à côté de nous "la table d'à côté" cette actrice merveilleuse de La Femme d'à côté de Truffaut, Véronique Silver, qui a marqué tant de films par un petit rôle inoubliable. Je lui demande la permission de la prendre en photo, les autres tables se demandent pourquoi. Silver aux cheveux d'argent. Et je pense à Truffaut.

Axel Brücker
42, avenue des Landes 92150 SURESNES
tel: 01 42 04 34 40 / mob: 06 03 42 09 09


Et hier matin au Flore, Henri Garcin.




((c) Reportage photos Axel Brücker, Barbara Michel, Céline Navarre)







David & Céline vont dans le même bateau
















Repost 0
David Genzel - dans Culte

Présentation

davidetceline

davidetceline

Recherche

Liens