Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 juin 2009 2 30 /06 /juin /2009 08:55

Thierry Consigny adore les théâtres, d'ailleurs, il a failli être secrétaire général de la Comédie Française. Hier soir, pour la présentation de ina.fr qui met en ligne les 200 000 publicités diffusées depuis l'origine à la télévision  française, il avait réquisitionné le théâtre de l'Odéon et réuni autour d'Emmanuel Hoog - parrain de son fils Charles - la fine fleur de la publicité française et des réalisateurs : Marie-Catherine Dupuy, Hervé Brossard, Jacques Séguéla, Olivier Altman, Philippe Pollet-Villar, Jean-Paul Goude, Etienne Chatilliez, Jean-Jacques Annaud. On se demandait pourquoi Christian Blachas n'animait pas à la place de Guillaume Durand !

Emmanuel Hoog a retrouvé à l'Odéon Francis Lalanne. Il y a une dizaine d'année, Francis occupait l'Odéon et Emmanuel - alors administrateur du théâtre - avait négocié son retrait.


Karim Achoui était ravi de pouvoir enfin rencontrer Jean-Paul Goude...


François Dumoulin m'envoie un sms juste avant le débat :
"Valérie Solvit rêvait de te connaître !"
Et effectivement, Valérie, accompagnée de Marie-France Lavarini de TBWA, m'interpelle :
- J'organise une surboum chez Castel ce soir à partir de 22h, vous venez ?
Et nous parlons de Gilles Vérot et de madame Mulot.


Hier, en fin de matinée, Gérard Gros nous a présenté Déborah Marshall, la petite-fille de Michèle Morgan, qui nous invite jeudi soir au vernissage de Natacha Toutain chez Franklin Rive Gauche, 50 rue de Bourgogne.


Puis, nous partons déjeuner à La Gitane d'Olivier Mayéras avec Gonzague Saint Bris. Gonzague nous raconte avec passion sa rencontre avec Michael Jackson.


Gonzague s'entretient au téléphone avec Edith Lecoq de La Malibran qui est née rue de Condé et qui s'est mariée à la mairie du VIe, alors rue Garancière.

De : Edith Lecoq <edith.lecoq@paris.fr>
À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Lundi, 29 Juin 2009, 17h56mn 02s
Objet : LE DEJEUNER


Bonsoir David,

Fabuleuse rétrospective de ce déjeuner inoubliable ! Convives merveilleux et hôtes magiciens dans un lieu hors du commun ! De ce « huis clos » observé à la jumelle avec Paris à ses pieds, je me souviendrai des entrevues « style confidence pour confidence » de Karim et de Fabienne, du regard vibrionnant d'Olivier, de Pierre « le Joyeux », de l'œil malicieux de Gérard, du visage rayonnant de Khris, de l'Axel exubérant et drôle, d'un Alain démonstratif et de sa tendre Sophie et de David attentif, les yeux rivés sur sa douce Céline...


Edith Lecoq


De : Christine Boutin <chri78@wanadoo.fr>
À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>
Date : 29 juin 2009 17:18
Objet : Pour David,


Merci cher David, pour la belle place que vous avez donné à mon mail sur votre blog. C'est un honneur. Ce soir je fais le point avec tous mes collaborateurs (anciens !) pour savoir où ils en sont. Avez-vous écouté l'émission de Marco ce matin sur Europe 1 ?
Je vous embrasse.
Christine

 


De : Olivier Georgeon <og@georgeonetassocies.com>
À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Lundi, 29 Juin 2009, 17h26mn 53s
Objet : News


Hello David,

Cela va bien entendu te faire sourire mais voici quelques temps déjà que je me laisse aller de temps à autre à la photo et je n'ai jamais pensé à t'en parler pour que tu me dises ce que tu en penses (et non point pour illustrer l'adage qui veut que la parole ait été donnée à l'homme pour trahir sa pensée !). Je reconnais que mes « propos visuels » ne sont pas d'une netteté absolue !

Amicalement.

Olivier



De : Ciné Reflet <cine.reflet@wanadoo.fr>
À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Lundi, 29 Juin 2009, 13h40mn 23s
Objet : Le Miroir, d'A. Tarkovski par J.-C. Ferrari


LIBRAIRIE Ciné Reflet
14 rue Monsieur le Prince 75006 Paris

Le jeudi 9 juillet à 19h
rencontre avec
Jean-Christophe Ferrari
autour de son livre
Le Miroir de Andreï Tarkovski
paru aux éditions Yellow Now
Côté films #14 /// 112 pages /// 12,50 euros.


Dans le Miroir, Andreï Tarkovski, on le sait, évoque son enfance. Pourtant rien ici ne ressemble à un traditionnel film de souvenirs. Tout, sans cesse, excède la simple mémoire lyrique ; le rappel du passé n'ayant rien d'une berceuse. Le Miroir n'est donc pas ce rêve cotonneux, hypnotique, sensitif, fascinant, qu'on nous décrit trop souvent, mais une œuvre dramatique, brûlante, hérétique, érotique. L'érotisme, c'est-à-dire un certain abandon aux mystères de la temporalité ; l'érotisme : la dépossession de tout contrôle sur le cours du temps ; l'érotisme : quand le temps se dérobe sous nos pieds. Il y a dans le rêve plus que ce qu'y met le rêveur.


Jean-Christophe Ferrari, après avoir longtemps enseigné la philosophie, s'essaie désormais à transmettre son goût pour le cinéma (à l'ESEC d'abord, à l'Académie libanaise des beaux-arts, Université de Ballamand, aujourd'hui). Xavier Valentine de son vrai nom, il est critique de cinéma à Positif. Las de se demander soir et matin pourquoi il n'est pas Bob Dylan, il s'adonne à l'écriture (roman, poésies, chansons, scénarios, essais de toute sorte). Jean-Christophe Ferrari est père d'une petite fille de quatre ans, Ysé.


De : Christian Delprat <c.delprat@jvldir.com>
À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Lundi, 29 Juin 2009, 8h36mn 43s
Objet : Thriller


Cher David,

Michel Filsdejacques est mort et il fait encore plus de bruit qu'en concert. J'imagine la maison de disques fouillée dans de vieux enregistrements, quasi des incunables. La Fnac et Virgin ont empilé les têtes de gondoles. Les TV repassent les clips en boucle. Notre Dame n'avait pas vu autant de groupies depuis l'enterrement de De Gaulle. Je parie que les vrais fans ne se feront pas rembourser leurs places de concert et encadreront les tickets pour preuve de leur éternel amour pour Bambi. Reste le cadavre : depuis quand ordonne-t-on une autopsie (voire deux) pour une crise cardiaque ? La Californie m'étonnera toujours ! À moins qu'il ait été tué par les agresseurs de Mathieu Bastaraud ? Ou bien peut-être faut-il le dépecer pour essayer de trouver le secret du génie. Ou encore, voir de quelle couleur est l'intérieur ? Décidément, Mickael joue et jouera toujours le même rôle qui en avait fait une icône planétaire : le mort-vivant. Ça s'annonce agité les prochaines nuits dans son cimetière.

Christian Delprat



Message du 29/06/09 à 12h29
De : Marie-Olga Tarassoff <contact.fichier@saint-cyr.org>
A : davidgenzel@voila.fr
Objet : Remerciements


Bonjour David,

Cela me fait toujours drôle de m'adresser à vous d'une façon aussi familière ; je ne peux m'empêcher de me rappeler que vous avez été mon professeur pendant deux ans à l'ESP... et, à mon époque, Monsieur, on avait du respect pour ses professeurs ! Dans le genre « vieille combattante » (le fait de travailler à la Saint-Cyrienne n'arrange pas les choses...), je poursuis toujours la recherche de mes camarades de la promotion 76-78 de l'Ecole Supérieure de Publicité. Comme vous avez pu le voir dans le bulletin que je vous ai envoyé, 40 % d'entre eux ont été localisés au bout d'un an d'investigation, essentiellement sur Internet. Je suis aujourd'hui en contact régulier avec une vingtaine d'anciens étudiants et nous nous réunissons deux fois par an. Parmi ceux-ci : Christian Delprat ; j'ai constaté qu'il intervenait très régulièrement sur votre blog. Merci pour l'adresse que vous venez de me faire parvenir. Je viens d'envoyer à Philippe un courriel ; j'espère qu'il répondra à cette prise de contact ?! Comme vous le souhaitez, j'envoie mon petit bulletin d'information à Christine Chauvet... en espérant que cela lui fera plaisir ? Voilà...c'est tout pour le moment ! Encore merci pour votre courriel et je ne manquerai pas de vous informer de la suite des évènements. De toutes les façons, je vais continuer à jeter, de temps en temps, un coup d'œil sur votre blog. Cela me permet de me changer les idées lorsque la pression monte un peu trop !
Bien cordialement,

Marie-Olga Tarasoff


De : Christian Lorin <cl.comvoce@yahoo.fr>
À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Dimanche, 28 Juin 2009, 12h02mn 46s
Objet : samedi soir, Super Bonus pour la dernière de Anne le Musical !


Ouf ! J'y suis allé pour cette dernière où nous avons eu en « bonus » une présentation de toute l'équipe qui s'est produite 28 fois au Déjazet, le plus vieux théâtre de Paris où Mozart a joué. Et puis Jean Bouquin, son directeur a toujours autant d'étoffes... Merci donc pour cette invitation d'un spectacle original, joué avec passion par l'ensemble de la troupe, et traité avec fantaisie malgré la lourdeur du sujet. Et en « extra bonus », juste à 2O mètres du théâtre, le spectacle continue dans la rue : les sans papiers chassés de la Bourse du Travail avec des figurants habillés en CRS... Comme quoi à Paris, la vie est un théâtre permanent !
Christian Lorin


De : Laurence Simon <lsimon75@aol.com>
À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Dimanche, 28 Juin 2009, 17h32mn 40s


Cher David,

Désolée de revenir vers toi tant de jours, déjà, après la magnifique soirée de la remise de ta médaille. Très touchée d'y avoir été convié, d'avoir partagé des moments pleins d'émotions dont le magnifique cadeau pour nous tous de Francis L., même un agréable échange avec un de tes anciens élèves, moi qui ne savais pas que tu avais enseigné ! La raison de mon retard est LA TOILE, la vraie, celle que l'on met sur un chevalet ! La dernière en date faisant 8 m²... je suis quelque peu accaparée... Quittant Paris dans une semaine, peut-on se rencontrer bientôt, soit je viens à ton QG, soit tu passes à l'atelier ?

Amitiés et bises pour toi et Céline.
Laurence


Message du 26/06/09 à 13h00
De : Richard Zrehen <r.zrehen@gmail.com>
A : Richard Zrehen <R.Zrehen@gmail.com>
Objet : Gymnastique cérébrale


Où il est question de résistance à la maladie d'Alzheimer...

Promotion d'été 2009 (1)

Voici 2 livres, d'un format pratique, qu'on peut glisser facilement dans son bagage et emporter à la plage pour se rafraîchir la mémoire : Perrin a décidé initiative que je ne peux que louer ! de republier dans sa collection de poche Tempus Philo les numéros 5 et 9 de Figures du Savoir collection que j'ai fondée en 1997 avec l'appui de Michel Desgranges, alors président des Belles Lettres, pour célébrer la pensée théorique et rendre accessibles les grandes oeuvres dans lesquelles elle se déploie, toujours au présent.


1) Deleuze, par Alberto Gualandi, Tempus Philo Perrin / Les Belles Lettres, 2009. Monographie consacrée aux thèmes et concepts majeurs d'un philosophe-artiste très inventif, qui a beaucoup contribué à donner sa couleur et sa saveur à la French Thought de la fin du XXe siècle.


Pour lire la suite, aller à l'adresse suivante :
http://www.richardzrehen.blogspot.com/


Message du 29/06/09 à 12h13
De : Joseph Vebret <vebret@gmail.com>
A : David Genzel <david.genzel@voila.fr>
Objet : Prochaine parution du Magazine des Livres


Chers David et Céline,

Voici en avant-première la couverture du Magazine des Livres à paraître samedi 4 juillet.

Seriez-vous libres pour prendre un pot et avoir le plaisir de vous revoir jeudi, en fin d'après-midi, sur votre territoire ?

Bien amicalement à vous deux.

Joseph Vebret
www.vebret.com
www.magazinedeslivres.com






David & Céline vont dans le même bateau








Repost 0
David Genzel - dans Culte
29 juin 2009 1 29 /06 /juin /2009 08:54

 

From : Alain Chouffan <achouffan@wanadoo.fr>
To : David Genzel <david.genzel@gmail.com>
Date : 2009/6/28

 

 

Mon cher David,

 

Faut être dingue, fou ou culotté ? Ou tout ça à la fois ! Accoster Maurice Lévy, impérial et souriant, savourant son cigare - double Punch, excellent ! - en pleine promenade, sur le Bd Saint-Germain, devant le Flore, pour l'interroger sur quoi ! Des raisons de la présence inattendue de deux escargots sur la terrasse de Publicis ! Le gag ! Non ! Une belle histoire au dénouement heureux...

 

Flash back.

 

Le 17 juin, notre ami Axel Brücker recevait la légion d'honneur sur la terrasse de Publicis. Des dizaines d'invités prestigieux. Et parmi eux, son petit-fils, Hippolyte, 2 ans. Un passionné d'escargots. Allez savoir pourquoi, mais bon, les gosses, un rien les fascine. Et voilà que ce petit gars trouve son bonheur : deux escargots en ballade sur la terrasse de Publicis, située, rappelons-le au 7e étage de l'immeuble, place de l'Etoile.

 

Hippolyte est fou de joie de sa découverte. Un escargot dans chaque main, il va les montrer à tous les invités. Et demande à son papy Axel si les deux escargots étaient aussi ses invités. Papy Axel, bien sûr, dément. « Alors, lui demande le petit gars tout émoustillé, comment ces escargots ont-ils réussi à grimper si haut à Publicis ». Papy Axel, bien sûr, n'en sait rien. Quelle question ! Pour une fois, Papy Axel reste donc muet devant son p'tit chou. Comme quoi, même les petits pois peuvent bloquer les grosses baleines ! Mais le petit Hippolyte est tenace. Et curieux. Il s'entête à avoir une réponse. La question devient le sujet primordial de la réception. On oublie même la médaille de Papy Axel ! Ses escargots dans les mains, Hippolyte se met à la recherche de Maurice Lévy, seul d'après lui à connaître la réponse. Il arpente les couloirs et les ascenseurs dans l'espoir de le trouver. En vain. Papy Axel commence à s'inquiéter de la fixation de son rejeton de petit-fils. Il envisage même un temps, d'engager un détective privé pour résoudre cette énigme qui l'obsède. Et qui fait l'objet d'un retentissement national car le Tout Paris ne parle que de ça ! Des escargots d'Hippolyte ! Le remaniement ministériel est passé à la trappe dévoré par l'écho médiatique des escargots. Même le blog de David Genzel (18 juin) fut entièrement consacré à cette affaire avec de magnifiques photos d'Hippolyte arborant ses escargots en concurrence avec la photo d'Axel arborant sa médaille ! Bref, l'énigme était totale...

 

Jusqu'à ma rencontre avec le PDG de Publicis. « Et les escargots, Monsieur Lévy, savez-vous comment ils ont trouvé refuge sur votre terrasse ? ». « Mais bien sûr » me répond-il d'une voix douce, souriant et affable, absolument pas surpris par ma question. « Et c'est qui ? » lui demandais-je impatient. « C'est le JARDINIER ! » Il fallait y penser. Merci, Maurice Lévy d'avoir mis fin à ce suspense hitchcockien. A un prochain dimanche, même heure, même cigare, toujours devant Le Flore...
Alain Chouffan

 

De : Christine Boutin <chri78@wanadoo.fr>
À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>
Date : 28 juin 2009 18:14

 

(c) Photo Richard Dumas

 

Cher David,
 

Pardon de ne pas avoir réagi plus tôt mais j'ai eu beaucoup de choses à régler depuis ce funeste 20 h sur TF1 !!! La vie continuera. Mon premier objectif est de retrouver un point de chute pour tous mes collaborateurs. J'ai eu la reconnaissance de mes partenaires au Logement qui ont décidé malgré mon éviction de me faire une ovation debout lors de leur congrès à Montpellier où je me suis rendue alors que je n'étais plus ministre... Si l'on rajoute le millier de mails ou d'appels que j'ai eu après cette décision, je me dis que j'ai fait mon boulot ! C'est maintenant que je pouvais en récolter les fruits, les fondements étant posés. Le Président en a décidé autrement, c'est sa responsabilité et personne n'est irremplaçable ! On me parle d'un poste d'ambassadeur prés du Saint Siège. Qu'en pensez-vous ? Si ce poste est par nature prestigieux il m'empêcherait de m'exprimer. Merci pour votre amitié. Dommage que nous ne nous soyons pas rencontres plus tôt. C'est sans doute parce qu'il fallait que cela soit ainsi. A bientôt j'espère.

Christine Boutin
Ancien ministre
Président du PCD

 

 

From : Alain Chouffan <achouffan@wanadoo.fr>
To : David Genzel <david.genzel@gmail.com>
Date : 2009/6/28

 

 

 

Mon cher David,

 

Nonchalant, la tête chercheuse, souriant, humant l'air chaud de ce bel après-midi de samedi, tu te diriges vers le Flore. Et là, tu tombes sur moi, bien attablé à la terrasse bondé de notre cher café, entouré d'amis, heureux comme un loir de profiter de ce moment de soleil qui a bercé toute ma jeunesse et qui a l'effet magique d'un stimulant sur tout mon corps, mais pas sur ma tête qui devient alors joyeuse et peu travailleuse. Exceptionnellement donc, tu me fais l'honneur de t'asseoir en terrasse, toi qui d'ordinaire préfère l'intérieur, à l'abri du soleil. A mes côtés, mon amie Valérie Lang, la « fille de »... son père Jack. Que je te présente. Une conversation s'engage. Et là, c'est le feu d'artifice. Tu connais tout sur elle, sur son ex-mari, Stanislas Nordey, un grand metteur en scène (1) que tu considères comme un génie, sur les pièces qu'elle a jouées, sur l'histoire du théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis, qu'ils dirigeaient alors ensembles, bref, Valérie Lang n'en revenait pas. Comment pensait-elle, ce type qu'elle « venait à peine de me connaître pouvait savoir autant de choses sur moi ! » « Je suis restée K.O. » m'a-t-elle avoué après ton départ. K.O. debout ! Epoustouflée ! Assis entre vous deux, je vivais un grand moment de dialogue. Mine de rien, David, tu sais tout sur tout, mais avec ton air de celui qui ne touche à rien, tu balances des questions précises et bien affûtées. Un coup de maître, réalisé sous mes yeux ! Si Céline n'était pas à tes côtés, sûr, tu serais reparti avec elle tant elle a été subjuguée par tes connaissances sur sa petite personne. Bravo l'artiste !

 

« Et qui est-il ce Monsieur qui sait tout sur moi ? » m'a-t-elle demandé, encore toute retournée par cette discussion. Elle a tenu à ce que je lui écrive le nom de ton blog sur un papier « par peur de faire une erreur sur le nom ». Je suis sûr qu'au moment ou je t'écris, elle doit être en train de le lire tant elle était pressée de rentrer chez elle pour le découvrir ! Ainsi, mon cher David, tu as ébranlée en quelques minutes ma « petite » Valérie Lang que j'aime beaucoup, et avec qui je déjeune souvent chez l'architecte Roland Castro qui organise, chaque dimanche midi, un formidable barbecue chez lui, sous la responsabilité de sa femme Dominique qui contrôle bien la situation car elle ne sait jamais combien d'invités vont venir ! Le chiffre varie entre dix ou vingt selon le temps et le nombre de gens rencontrés dans la semaine ! Bref, Valérie, c'est ma préférée ! Elle rit pour tout, et de tout, possède une répartie dangereuse et diabolique - elle décroche au quart de tour - connaît les mecs comme sa poche et on n'a pas intérêt à faire le fanfaron ou à jouer au macho devant elle. On est vite remis à sa juste place ! Valérie, c'est une tragédienne née. Regard de feu, sourire révolver, elle sait tour à tour être ferme, féroce, ensorceleuse, ou séduisante. Je la préfère séductrice car c'est dans cette état-là qu'elle me fait le plus vibrer. Il faut la voir me tenir tête dans mes provocations sexistes pour comprendre que je ne vais pas faire long feu devant elle. Elle me croque d'un coup de croc sans pitié ! Mais après, comme une féline amadouée, elle sait se faire tendre et enjouée pour me rassurer. Ce n'est d'ailleurs pas pour rien qu'elle a jouée les deux Electre : dans Pylate de Pasolini et celle de Hugo Hofmannsthal qu'elle a magistralement interprétée. A 42 ans, Valérie Lang n'est plus « la fille de ». Elle est aujourd'hui une comédienne reconnue. Elle a aussi joué dans La Venus à la fourrure de Sacher-Masoch. Et d'autres pièces que je n'ai pas vues comme La philosophie dans le boudoir du marquis de Sade. Elle prépare, pour la rentrée, Hiroshima mon amour de Marguerite Duras pour le Théâtre National de Bretagne. Je te disais plus haut que cette femme pouvait être redoutable. Car je vais te faire une confidence : Valérie aurait aimé être avocate ! C'était sa grande passion. Contrer arguments contre arguments, se battre, s'accrocher, convaincre c'est ce qu'elle aime par-dessus tout. C'est d'ailleurs ainsi, avec cet esprit, qu'elle s'est engagée en faveur des sans-papiers. Alors le théâtre ? Elle est juste elle-même : une actrice devenue grande !

 

Autre confidence : elle cherche toujours l'amour. C'est son grand moteur. Et quelques fois, sa perte. « Je n'ai jamais eu peur de me perdre dans l'amour » avoue cette grande passionnée. Mais quand on est née dans les sentiments et qu'on doit construire une carrière, les sentiments brûlent, et on brûle parfois sa carrière ». Elle a vécu une grande passion, plus de quinze ans, avec le scénographe de théâtre, d'opéra et de cinéma, Roberto Platé, une autre avec Stanislas Nordey, et j'en oublie. A qui le tour ? Avis aux candidats !

 

Heureusement que ce blog paraîtra lundi. Sinon, demain dimanche, chez Roland Castro elle me croquera d'une bouchée pour ce que je viens d'écrire sur elle !

Alain Chouffan

 

(1) Fils de la comédienne Véronique Nordey et du cinéaste Jean-Pierre Mocky.


Alain Chouffan est même photographe au Comptoir d'Yves Camdeborde !

 

 

 

De : Gross Rémi <remigross@yahoo.fr>
À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>
Date : 28 juin 2009 18:25
Objet : le rêve réalisé

 

27 juin 2009, 18H30.

La piscine Molitor ouvre ses portes, après les avoir fermées 20 ans plus tôt,

pour accueillir le défilé John Galliano.

 

18H47. Eric Bouscasse, sans qui rien ne peut se passer à Molitor,

contrôle les derniers préparatifs

 

19H20. Where is John ? John is in the swiming pool

 

Back stage, 20H45. La garde napoléonienne de Galliano se met en marche

vers le bassin intérieur...

 

21HOO. Début du show

 

21H3O. Fin du show

 

21H40. Sébastien Bazin et Stéphane Pottier viennent féliciter Eric Bouscasse et le Pool Molitor.

The show must go on in Molitor...

 

From : Alain Chouffan <achouffan@wanadoo.fr>
To : David Genzel <david.genzel@gmail.com>
Date : 2009/6/28

 

Mon cher David,

 

Ah ! Ce déjeuner d'anthologie sur les toits du Palais de Tokyo ! Douze personnes - et pas une de plus ! - suspendues entre terre et ciel !

 

 

Paris à nos pieds, la Tour Effel à portée de main ! Un vendredi 26, deux fois 13 ! A couper le souffle ! Une longue table blanche, six chaises de part et d'autre, et le vide tout autour de nous.

 

D'un côté de la table, le calme respectueux d'une grosse partie des invités. On parle doucement, d'une manière feutrée. On est entre gens bien.

 

De l'autre, deux invités bruyants, chahutant, parlant et riant forts, et donc impolis : Axel Brücker et moi ! Face à face, nous étions insupportables. David a beau dressé un plan de table (1), comme par hasard, attirés comme un aimant, on se retrouve tous les deux, comme d'habitude, nez à nez. Et là, c'est un tir d'artillerie non stop de rires ! Ça commence par presque rien. Une émission de la veille consacrée à Georges Marchais.
- Tu l'as vue ?
- Axel : Bien sûr ! A mourir de rire. (Il se met à imiter la voix de Marchais). « J'ai dit à Liliane : fait les valises, on rentre à Paris » racontait Georges Marchais devant Elkabbach et Duhamel.
- En fait Georges Marchais bluffait. C'est lui qui voulait rentrer mais il ne voulait pas l'avouer. (Eclats de rires)
- Axel : Quel comédien ce Marchais ! (Et il continue à l'imiter)

Et on se marre comme de vieux potes. On rit. Et du coup, on enchaîne sur Mitterrand, et Giscard. Axel est un vrai concurrent de Nicolas Canteloup. Il a un talent fou pour les imiter. Et comme deux anciens compères, on se marre. On rit fort. Ça résonne. On continue. On ne s'aperçoit même pas que l'on vient de nous servir, comme entrée, une chantilly de cresson et sa framboise fraîche et glacée.

 

 

Puis soudain :
- Axel : Tu connais, Marion Scali, une ancienne journaliste de L'Obs ?
- Bien sûr, mais il y a des années que je ne l'ai pas vue. J'étais très ami avec son mari.
- Axel : Ah ! Bon ! C'est mon frère !

Et que fait Axel ? Il appelle de son portable, son frère Gilles, professeur de santé publique au CHU Pitié-Salpêtrière. Et me le passe. C'est la révolution dans notre cage de verre suspendue. Car on imagine un peu tous les salamalecks que peuvent bien se dire deux mecs qui ne se sont pas vus depuis trente ans ! « Et alors comment vas-tu ? Tu te souviens de moi ! » répétés cent fois de plus en plus forts. Il n'y avait rien d'autre à dire, et surtout pas de ce lieu là. Mais Axel se marrait comme un fou. Il était aux anges ! Il se tordait de rire. Il créait de l'animation !
Arrive le pot de feu, avec un croustillant de veau dans un bouillon ou baignent des carottes, des pommes de terre, des petits pois, et du pâtisson, une petite courge hémisphérique bordée de dentelures arron
dies, appelé aussi artichaut de Jérusalem. Excellent.

 

 

C'est ce moment que choisit Edith Lecoq, l'épouse de notre cher maire du VIe arrondissement, jusque là sage et réservée, pour nous expliquer le rapport sensuel à écosser les petites pois.

 

Axel, lui, a entendu, le « rapport sexuel » de les écosser ! Du coup, on éclate de rire. Mais Edith ne panique pas. Au contraire. Pince sans rire, elle confirme même qu'il y a quelque chose de sexuel à les écosser. Et elle n'a pas tort : il suffisait de se souvenir d'un texte de Philippe Delerm sur les petits pois dans La première gorgée de bière et Autres Plaisirs minuscules. On peut y lire : « Une pression du pouce sur la fente de la gousse et elle s'ouvre, docile, offerte. Une incision de l'ongle de l'index permet alors de déchirer le vert, et de sentir la mouillure et la chair dense, juste sous la peau, faussement parcheminée. Après, on fait glisser les boules d'un seul doigt. La dernière est si minuscule. Parfois, on a envie de la croquer ». Sans oublier que le petit pois, fraîchement écossé est d'une délicatesse infinie, qu'il faut le ménager, le prendre délicatement, sans trop le frotter, trouver un rythme, une technique pour ouvrir les cosse à la seule force des ongles de pouces, en incisant le côté tige puis en tirant le fil le long de la cosse. Ou bien, on peut presser du pouce l'extrémité la plus ronde, et à l'opposé de la queue, ça s'ouvre tout seul, on glisse le pouce vers le bas pour faire tomber tous les petits pois. Bravo Edith pour cette leçon sensuelle ! Dés ce soir, je vais demander à ma femme de m'acheter des petits pois ! Comme quoi, l'habit ne fait pas le moine ! Axel n'en revenait pas ! Du coup, c'est parti pour une cascade de jeux de mots et de rires. Encore plus forts !

 

 

Et puis Axel nous parle de la légion d'honneur qu'il a récemment reçu. Son petit fils était aussi présent lors de la remise. Il nous apprend, outre que son petit-fils est un passionné d'escargots - il en a trouvé ce jour là sur la terrasse de Publicis - qu'il a comme parrain... attrapez-vous bien, François-Marie Banier !
- Il a gagné le gros lot, ton petit-fils, lui dis-je innocemment. Avec les 998 millions d'euros soutirés à Liliane Bettancourt, son avenir est assuré. J'espère qu'il va lui en laisser une partie !

Axel : T'es fou ou quoi ! Tout cet argent est en actions ou en assurance-vie, donc il dispose de peu d'argent en espèces !

- Tu rigoles ! Et les tableaux, et l'appartement ! Cet homme , est accusé d'abus de faiblesse par Françoise Bettencourt Meyers, la fille de la milliardaire, 86 ans, 2e fortune de France avec 17 milliards d'euros, pour avoir, entre 2001 et 2007 , bénéficié de plusieurs donations, et que Mme Bettencourt était sous l'emprise psychologique de la vielle femme !

Axel : Mais pas du tout ! François-Marie Banier la fait rire, l'emmène en voyage, s'occupe d'elle. Il est un peu comme son fils !

Axel a du mal à se défendre. Pour s'en sortir, il éclate de rire, et me promet que s'il touche « quelque chose » dans cette affaire, il ne m'oubliera pas ! Ah ! Le frère ! Et à nouveau, ça repart pour un tour, dans la rigolade.

 

On riait tellement qu'on a presque oublié nos amis à l'autre bout de la table. Impolis nous étions !

 

 

Pas tout à fait. Nous n'avons pas oublié, avant de partir, de remercier chaleureusement Patrick Gendry pour son formidable accueil.

 

Et le binôme arty-popote Laurent Grasso - Gilles Stassart pour leur magnifique repas dont chaque plat est une œuvre d'art.

 

Même le dernier, au dessert : des minis poivrons doux farcis au chocolat en mousse. Un régal !

 

 

Alain Chouffan

 

(1) D'un côté : Fabienne Dexidour, Pierre de Bonneville, Khris Houin, Céline Navarre, Axel Brücker, Sophie.
De l'autre : Karim Achoui, Olivier Roller, Gérard Gros, David Genzel, Edith Lecoq et votre serviteur.

 

PS : Olivier Roller devait livrer à un collectionneur une magnifique photo de l'écrivain égyptien Albert Cossery, mort à Paris, à 94 ans. Il l'avait amenée avec lui. Quel talent ! La photo était magnifique. Albert Cossery est mort le 22 juin 2008 dans la même chambre qu'il occupait à Saint-Germain des Prés, depuis 1945.

 

De : Axel Brücker <trailersmuseum@orange.fr>
À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>
Date : 26 juin 2009 20:38
Objet : 12 précises pour 12 amis


12 heures précises pour 12 amis.

Raymond Queneau aurait adoré les « exercices de style » auxquels nous avaient conviés David & Céline : 12 heures précises pour 12 amis précis... dans un restaurant qui ne pouvait accueillir que nous-douze et dans un décor éphémère et virtuel comme un blog. Et puisqu'on n'a plus besoin d'encre pour écrire sur le blog, alors nous dégustons des chipirons à l'encre comme s'il ne fallait rien jeter de ce qui sert à l'écriture.

 

Toutes ces « gueules de blog » parlent fort comme pour exorciser le silence de la lecture du blog, des gueules qui gueulent... on ne s'entend plus... il faut dire que le restaurant de 12 personnes est plein à craquer. Une innocente me raconte que, bien souvent, elle retrouve dans le blog ce qu'elle a raconté la veille à Genzel... Ô jeunesse ! Ô innocence ! Je rappelle à la belle qu'une confidence-à-ne-répéter-à-personne faite à Genzel coûte quand même moins cher qu'une pleine page dans Stratégies ! Je fixe le Roller. Il rit, lui, quand il a fini de faire tirer la tronche à ses modèles, alors je le prends, je le fixe, Roller dans son verre, un verre vide... je l'ai pris au bon moment !

 

Portrait de Gérard Gros en Olivier Roller

 

De : Pierre de Bonneville <pdebonneville@gmail.com>
À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Dimanche, 28 Juin 2009, 20h35mn 35s
Objet : Françoise de B. à Cancale

 

Françoise de Bonneville ce soir chez Roellinger...

 

 

 

 

David & Céline vont dans le même bateau

Repost 0
David Genzel - dans Culte
26 juin 2009 5 26 /06 /juin /2009 08:53

 

De : Rémi Gross <remigross@yahoo.fr>

 

A : David Genzel <david.genzel@gmail.com>

Date : 25 juin 2009 23 :10

Objet : Le rêve

 

 

David,

"On n'est pas là pour se faire engueuler, on est là pour voir le défilé..."

Cinquante ans après la disparition de Boris Vian qui avait l'habitude d'y nager, la piscine Molitor accueille le défilé John Galliano vendredi soir.

Tu es mon invité.

Rémi

 

 

 

De : Charlotte Meutey <charlottemeutey@gmail.com>
Date : 26 juin 2009 00:32
Objet : A Sparkling Star in The Sky... R.I.P.
À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>

 

Mes P'Tits Chéris,
Une Très belle Etoile s'en est allée...

Une Beauté Pur Sucre avec sa Chevelure Léonine...
Lady Farrah Fawcett...
Baisers Sertis,
Votre Merteuil & Sir Orson Fous des Charly's Angels!!!!! ;-)

 

 

Je recommande vivement la cantine de Benoît de Laurens, Georgette, 29 rue Saint-Georges. Benoît nous y a offert un tirage de la campagne de ses survivants de la sécurité routière, photos Martin Kollar.

 

Message du 25/06/09 à 12h41
De : Jean Pierre Villaret <jeanpierre@june21.eu>
A : David Genzel <davidgenzel@voila.fr>
Objet : Un clin d'œil


David,
Aujourd'hui, c'est toi qui est en majesté sur le site de June 21
http://www.june21.eu/
Amicalement,

Jean-Pierre VILLARET
June,
TwentyFirst

 

Message du 25/06/09 à 18h21
De : Olivier Roller <olivier.roller@free.fr>
A : David Genzel <david.genzel@voila.fr>

 

 

http://www.dailymotion.com/relevance/search/strange+VINYL/video/x9ix67_strange-vinyl_music

 

De : Pascaline Vallée <redaction@mouvement.net>
À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>
Date : 25 juin 2009 13:02

 

Le merci d'une nouvelle embauchée !

Pascaline Vallée
Revue Mouvement
6 rue Desargues
75011 Paris
01 43 14 73 75
www.mouvement.net

 

Sébastien Bazin veut quitter la présidence du PSG. Normal. Il ne veut pas jouer les martyrs face aux supporters vipères au poing ! Patrice Clerc - rien à voir avec Julien ni Carla Bruni - serait privilégié pour le remplacer. Aujourd'hui Sport ne pourra plus l'annoncer après le 1er juillet.

 

 

Max Guazzini pourrait ouvrir la porte à Bernard pour le Stade Français !


De : Revue Europe <europe.revue@wanadoo.fr>
À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>
Date : 25 juin 2009 17:41
Objet : Revue Europe Ossip Mandelstam

 

e u r o p e
revue littéraire fondée en 1923

Le n° 962-963 vient de paraître.
Il est consacré au grand poète russe
OSSIP MANDELSTAM
On y découvrira non seulement des essais de grande qualité sur sa vie et sur son oeuvre, mais aussi un inédit essentiel de Mandelstam et des témoignages de première importance de ses amis Boris Kouzine et Natalia Chtempel qui n'avaient jamais été traduits en français. Ce numéro d'Europe sur Mandelstam est sans équivalent à ce jour. Il fera certainement date.
Sommaire détaillé sur notre site www.europe-revue.info


De : Louis Dumoulin <louis@booksmag.fr>
À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>
Date : 25 juin 2009 17:11
Objet : Books : Internet nous rend-il encore plus bête ?

 

 

Cher David,

 

Je manque à tous mes devoirs en oubliant de t'annoncer en avant-première le sommaire du nouveau Books. En même temps, je suis ravi de t'écrire après le beau compliment de Pierre Haski. Si nous en sommes dignes, ce sera je l'espère avec ce numéro spécial.

 

Résolument précurseur, celui-ci se donne pour but d'éclairer la mutation culturelle engendrée par le Web et les nouvelles technologies. Une mutation récente qui bouleverse en profondeur notre rapport à la culture et au savoir, et en premier lieu celui entretenu par les « digital natives », ces jeunes des années 1990 qui ont grandi avec Internet.

 

Des dizaines de livres sont parus sur le sujet depuis l'essor du Web en 1994. La plupart ne sont pas connus du public français. Catastrophés, ou au contraire très optimistes, les jugements émis ne manquent pas de tranchant. Dans un dossier spécial de 40 pages, Books a mis en scène cette cacophonie en observant la règle de l'alternance : du point de vue de l'Américain Mark Bauerlein qui contemple avec effroi les effets des nouveaux médias sur le niveau culturel des jeunes, au sociologue Joaquin Rodriguez qui rappelle, sur la foi d'un dialogue célèbre de La République où Socrate s'inquiète du développement de l'écrit, que l'émergence d'un nouveau média a toujours suscité le même discours de déploration... Bref, nous nous gardons bien de conclure en reprenant à notre compte la phrase de McLuhan : "Le présent est invisible".
 

A défaut de pouvoir livrer un avis tranché, ce numéro donne donc à lire le meilleur de ce qui a pu s'écrire sur les différents aspects de la révolution culturelle que nous sommes entrain de vivre : de la mode des romans-feuilletons sur téléphone portable au Japon, en passant par les séries télé dont la sophistication croissante coïncide selon l'auteur besteller Steven Johnson avec la progression du QI dans les pays occidentaux, au point de vue sévère de l'essayiste Courtney Martin sur une jeune génération dont l'horizon se serait réduit aux communautés virtuelles, etc.

 

A l'appui de ce dossier, de nombreuses manières de prolonger sa lecture :

• Un sondage exclusif réalisé avec Opinon Way sur les jeunes et la lecture qui confirment une tendance lourde : les Français lisent moins
• De nombreuses vidéos sur notre site internet avec des interviews de jeunes lycéens experts ès facebook, de "pros" du média (Versac, Pierre Haski, Nicolas Gary, etc.) mais aussi d'universitaires (Serge Bernstein, Marc Foglia,...)
http://www.booksmag.fr/audio-video/videos.html
• Le premier tome d'une collection lancé avec le Manuscrit destinée à faire revivre des textes oubliés ou méconnus qui entrent en résonnance avec une actualité forte traitée par Books... Mais je t'en dirai plus à ce sujet dans un prochain mail, celui-ci est déjà très long,

 

Amitié,

Louis


Books
L'actualité par les livres du monde

 

Déjeuner d'exception aujourd'hui au Palais de Tokyo, nous serons 12. Patrick Gendry et l'agence Vaudoo m'accueillent avec 11 invités sur le toit du musée.

 

De : Edith Lecoq <edith.lecoq@paris.fr>
À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Jeudi, 25 Juin 2009, 18h24mn 59s
Objet : remerciements

 

Mille mercis de m'avoir choisie parmi vos milliers d'amis pour cet événement exceptionnel !
Edith

 

De : Axel Brücker <trailersmuseum@orange.fr>
À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>
Date : 25 juin 2009 18:14

 

12 et toi ?... je ne viens pas !
12, toi compris... je viens !
12 Céline et toi inclus... je cours !!!
Mais pas 13 !

 

Je suis bidon, chantait Alain Souchon, ce peut être désormais le nouveau slogan de Paris-Match !

 

 

 

 

 

David & Céline vont dans le même bateau

 

Repost 0
David Genzel - dans Culte
25 juin 2009 4 25 /06 /juin /2009 10:27
Il y a eu la nomination de Frédéric Mitterrand et l'exclusion d'André Santini. Le départ du maire d'Issy-Les-Moulineaux oblige Frédéric Lefebvre à se repositionner. D'après Siné Hebdo - pardon Philippe Val ! - Frédéric Lefebvre ne serait pas la victime collatérale de ce remaniement mais aurait maintenant l'opportunité de prendre la présidence de France Télévisions. Cela montrerait que ce remaniement répondait à une volonté stratégique de communication et qu'il n'y avait pas de hasard dans le retrait d'André Santini...

Sabine Groulez m'a invité ce matin au Pershing Hall au 18e rendez-vous du sens, organisé par Publicis Consultants.


Débat sur les nouveaux influenceurs animé par Robert Namias, avec Jean-François Kahn, Pierre Haski et Pascal Rogard.


Pierre Haski me commente fort justement la différence entre Books et Vendredi. Books montre ce qui n'a pas encore été vu et Vendredi montre ce qu'on a déjà vu sur Internet.


Le "divin chauve" de Stratégies est heureux de retrouver l'ancienne rédactrice en chef de Stratégies.



De plus, François Kermoal est ravi du Grand Prix Presse de Cannes attribué à Fred & Farid pour Wrangler, Fred & Farid étant l'agence de Stratégies et François revendique être le premier journaliste à avoir mis en valeur ce désormais célèbre duo.


De : Fabienne Dexidour-Staut <fabienne.dexidour-staut@wanadoo.fr>
À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>
Date : 25 juin 2009 08:32

 

 

Yes ILS SONT TROP FORTS TOUS LES DEUX, j'ai bossé avec eux chez CLM ! Un régal d'intelligence, de talent et ils sont adorables et fidèles avec ceux avec qui tout s'est bien passé, ce qui est mon cas. En plus rires... ils détestent Christophe Lambert comme moi maintenant !!! qui les a manipulé comme tout le monde...

 

From : Alexandre Duval-Stalla <ads@ads-avocats.com>
To : David Genzel <david.genzel@gmail.com>
Date : 2009/6/25
Subject : En avant première

 

Cher David,

Quelques mots pour vous communiquer en avant première mondiale l'affiche du Procès Culturiste d'Andy Warhol qui se tiendra le 1er juillet 2009 à 20 heures 30 à la Mairie du VIe arrondissement au cœur de ce village gaulois qui résiste encore et encore à la domination culturelle américaine. Un déjeuner a réuni vendredi dernier Marc Fumaroli et Alain Cueff pour préparer ce débat. L'ambiance fut passionnée ; la confrontation s'annonce sans concession, bien qu'à fleurets mouchetés.

Amitiés à tous les deux.

_________________________
Alexandre DUVAL-STALLA
Avocat à la Cour

Cabinet Duval-Stalla & Associés
8, rue de Tournon - 75006 Paris
Tél. : + 33 (1) 43 25 84 80
Fax : + 33 (1) 43 25 56 14
Email : ads@ads-avocats.com
www.ads-avocats.com


Message du 24/06/09 à 23h23
De : Vincent Crouzet <vincent.nirvana@free.fr>
A : David Genzel <davidgenzel@voila.fr>
Objet : Peter Pan et sa fée Clochette

 

(c) Photo Arnaud Février

Bonsoir David,

On se court après au téléphone, mais en tous cas merci pour ton petit message concernant Le Seigneur d'Anvers, qui commence à bien marcher, avec déjà de bons papiers (France-Soir, Le Parisien, Point de Vue...), et des invitations marquantes comme celle de l'excellent Philippe Vallet sur France Info et Michel Drucker sur Europe 1 ce matin (génial). Le mérite en revient aussi à mon attaché de presse, Gilles Paris. Si tu connais des auteurs qui recherchent un attaché de presse carré (mais aussi serein), Gilles est parfait, assisté d'une équipe efficace et enthousiaste. J'avais avancé la semaine dernière mon retour en TGV pour être à vos côtés pour ta remise de décoration, mais bon, caténaire arrachée et près de 6h00 pour rejoindre Paris, bien après la fête, mais je te sais heureux

récipiendaire. Tu le mérites, puisque vous contribuez, tous les deux, à continuer à faire battre le cœur de notre quartier. On ne parlait plus de Saint-Germain-des-Prés qu'au seul passé, avant votre touche de magie. Peter Pan et sa fée Clochette planent sur l'Odéon...

Des bisous pour Céline.

Et bravo.

Vincent Crouzet


De : Charlotte Meutey <charlottemeutey@gmail.com>
À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>
Date : 24 juin 2009 17:13
Objet : Cinéma Vérité - Tribunes An III - "Our legacy to future generations"

 

Bonjour Mes P'Tits Trésors Chéris,

 

Voici pour Vous et Vos Amis Fous du Blog de l'Odéon, la Primeur de l'Affiche des Tribunes de Cinéma Vérité 2009 qui se dérouleront en Octobre prochain à Genève, Paris et peut-être Abu Dhabi.

 

Il s'agit de la Troisième Année et Cinéma Vérité a choisi de soutenir la Déclaration du Millénaire votée par les Nations Unies en Septembre 2000 qui comprend les Objectifs du Millénaire - OMD- et ses 8 Promesses engagées :
 

1 - OUI à la Lutte contre la Pauvreté et la Faim.
2 - OUI à l'Education Primaire pour Tous.
3 - OUI à l'Egalité des Sexes.
4 - OUI à la Réduction de la Mortalité Infantile.
5 - OUI à l'Amélioration de la Santé des Mères.
6 - OUI à la Lutte contre les Maladies.
7 - OUI à un Environnement Durable.
9 - OUI à un Partenariat Mondial.

 

Avant de Filer, je vous Recommande une petite Balade Furtive sur le site de Cinéma Vérité...
http://www.cinema-verite.org/

 

Voili, voilou,
Baisers Sertis Harry Winston...

Votre Merteuil & Sir Orson Fous de Vous, David & Céline aux Yeux Aigue-Marine !!!

 

De : Catherine Hug <c.hug@orange.fr>
À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Mardi, 23 Juin 2009, 14h47mn 10s
Objet : SAVE THE DATE 25 juin

 

Galerie Catherine et André Hug
9 rue de l'Echaudé
75006 Paris
Téléphone 01 43 26 93 75
www.galeriehug.com

 

Le numéro 52 de Mouvement est absolument sublime. Plaisir de lire que Mouvement est en train d'embaucher des salariés et un superbe entretien avec W.T.J. Mitchell, une iconologie du présent.

 

 

Bernard Laporte a provoqué l'hilarité générale en disant à Rama Yade qu'il a toujours eu avec elle beaucoup de rapports, des rapports même privilégiés, a t-il ajouté. Roselyne Bachelot a éclaté de rire ! Ce même sourire avec Pierre Moscovici lorsqu'ils assitent à un même mariage...

 

 

Hier, déjeuner au Tournon avec Constance de Bartillat et Charles Ficat, qui nous offrent les dernières parutions de leur maison d'édition.

 




David & Céline vont dans le même bateau
 
Repost 0
David Genzel - dans Culte
24 juin 2009 3 24 /06 /juin /2009 09:13

Emotion palpable de Michèle Morgan quand nous lui apprenons à La Méditerranée que Frédéric Mitterrand prenait la Culture.
- C'est mon fils ! dit-elle.
Michèle nous rappelle que Frédéric était son petit garçon dans le fameux Fortunat.



Emotion quand Gérad Gros nous explique combien Michèle Morgan a fasciné son père. Et combien elle a bouleversé la vie de sa famille. Et on se remémore la superbe remise de Légion d'Honneur à Gérard par Michèle et Gérard Oury au musée Jacquemart André. François Bayrou qui déjeunait à La Méditerranée avec Christian Poncelet est venu présenter ses hommages à Michèle Morgan, gaulliste de coeur, nous rappelle t-elle.


De : Axel Brücker <trailersmuseum@orange.fr>
À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>
Date : 24 juin 2009 01:01
Objet : C'était moins une !...

Un ami d'enfance qui devient ministre de la Culture...
Heureusement que je me la suis fait remettre avant...
Sinon qu'est ce qu'on aurait entendu sur le copinage !
Ouf ! C'était moins une !

Bonsoiaaaard !
Axel

 


David, que ça ne nous empêche pas de déjeuner avec Christine Boutin !


Benoît de Laurens nous présente dans les merveilleux locaux de Lowe Strateus, 80 rue Taitbout, la nouvelle campagne pour la sécurité routière. Exercice difficile après le gilet jaune de Karl, campagne tant récompensée à juste titre.



Benoît :
- Longtemps que je voulais mettre en scène les survivants, les pas morts, les gens comme vous, moi, qui se sortent d'un accident.

 

Avec Benoît, à chaque fois, nous évoquons les cours que je lui donnais à l'Eslsca, à lui et à son camarade de promo, le célèbre Raphaël Palti. Après notre rencontre, Benoît partait à la Défense chercher un brief chez Total.

 

 

Message du 23/06/09 à 10h21
De : Patrick Jelin <jelinblog@jelin.net>
A : David Genzel <david.genzel@voila.fr>
Objet : jelinblog - Massada


Juste Une Photo

Massada 


Cette histoire est celle des installations de mes « Technochromes » dans des environnements préservés. Un « Technochrome » est une image réalisée à partir de photographies auxquelles je donne de la couleur avec des crayons pastels.une technique très. C'est très simple, je fais un « Technochrome » je le pose sur l'herbe, sur l'eau, sur une branche et je fais une reproduction de l'image en situation.  Pour donner une forme à mon image je l'humidifie et la froisse, la plie j'en fais une boulette de papier que je déplie, puis je prends une photo du tout et je recommence, indéfiniment. Au début, c'étaient les années 80, je faisais cela avec de simples photocopies noires et blancs, je les frottais avec des cotons imbibés d'essence. Les imprimantes de bureau sont arrivées et je les ai utilisées pour faire des tirages à moindre coût. Au début des années 90 je ne travaillais presque plus l'argentique et lorsque la photographie numérique est envahit, le marché je me suis entièrement concentré sur la création numérique. J'ai vécu la transformation de l'art photographique, non comme la fin de quelque chose, mais au contraire comme l'avènement d'un mode d'expression nouveau, comme la renaissance d'un art qui s'est libéré des contraintes pour élargir son potentiel de communication au plus grand nombre. Car la photographie est le moyen le plus populaire, le plus facile, le plus accessible financièrement pour s'exprimer et communiquer avec les autres. Voici une histoire qui raconte les projets que je souhaite réaliser aujourd'hui. C'est une aventure... A suivre... Installation à Massada - 2007


De : Francine Disegni <fdisegni@hotmail.fr>
À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Mardi, 23 Juin 2009, 22h28mn 57s
Objet : Visite au musée d'Anne Frank


Jean-Pierre Hadida et moi avons eu le grand privilège de rencontrer à Amsterdam Madame Joséphine de Man, responsable du département culture de la Maison d'Anne Frank. Après nous avoir fait visiter, dans des conditions très privilégiées l'Annexe, nous avons pu faire plus ample connaissance. La qualité de cette rencontre nous a permis d'envisager que le spectacle Anne le musical, une fois traduit pourrait se produire en Hollande. C'est pour nous un geste fort. Il confirme que nous avons peut-être tenu ce pari improbable : transposer dans le monde musical, le bouleversant témoignage d'Anne Frank tout en lui restant fidèle. Samedi au Déjazet seront proposées les deux dernières représentations de cette saison parisienne. Après cette reconnaissance, nous sommes plus que jamais désireux de poursuivre cette exaltante aventure.
Francine Disegni

 


From : Air de Paris <fan@airdeparis.com>
To : David Genzel david.genzel@gmail.com
Date : 2009/6/23
Subject : VERNISSAGE [AIR DE PARIS]


GUYTON\WALKER

AIR DE PARIS

Vernissage le jeudi 25 juin de 16 à 21 h
Opening reception Thursday June 25th 4-9 pm
http://airdeparis.com/now.htm


De : Gonzague Saint Bris <gonzaguesaintbris@wanadoo.fr>
À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Mardi, 23 Juin 2009, 19h26mn 32s
Objet : LE SALON DE L'HISTOIRE


Cher David,

Ayant fait mes débuts timides hier soir au théâtre chez moi, ce n'est que rassuré par le succès de cette soirée improvisée que j'ose t'en parler maintenant avec quelques photos à l'appui. Si tu les publies sur ton site, je te serais reconnaissant de les signer Florent Mahiette, car le photographe n'est autre que le fils de ma collaboratrice bien aimée.

Ton ami Gonzague

 

(c) Phtoto Florent Mahiette

 

« UN SOIR DANS LE SALON DE L'HISTOIRE »

GONZAGUE SAINT BRIS :

UN ÉCRIVAIN QUI CONTE ENTRE EN SCÈNE


Grand succès lundi 22 au soir pour Gonzague SAINT BRIS qui entrait en scène... chez lui tout simplement ! Dans le lieu qui fut celui de Casanova à Paris et dans sa maison d'écrivain où Django Reinhardt donna ses premiers concerts, Gonzague SAINT BRIS a invité quelques amis et des personnalités du théâtre à l'avant-première privée de la représentation de son spectacle « Dans le salon de l'histoire ». Modestement, l'excellent conteur a qualifié cette soirée de « couturière sans fil ». L'écrivain, qui vient de publier chez Belfond La Malibran, la voix qui dit je t'aime, a écrit pour composer ce spectacle douze histoires de l'histoire qui font revivre une suite de mystères, du Moyen Age au XXe siècle. Ainsi lançait-il sous les applaudissements le concept très tendance du retour des « salons » dans sa propre demeure qui a toujours eu une vocation artistique puisqu'elle a été tour à tour une salle d'armes, une école de danse, la résidence d'une grande dame du conservatoire de musique et l'atelier d'un peintre. Aujourd'hui, c'est la maison d'un écrivain qui conte... C'est aune standing ovation qui a salué la performance avec un parterre prestigieux où l'on reconnaissait Bethy Lagardère, Maryvonne Pinault, Monique Raimond, le Ministre Hervé Novelli, le Prince Murat, Igor Bogdanov et sa fiancée Amélie de Bourbon Parme, Bruno Fink, Claude Douce et Nicolas Seydoux. Comme l'a écrit l'Académicien Maurice Druon à l'occasion de LA FORÊT DES LIVRES : « Si Gonzague m'était conté, j'y prendrais un plaisir extrême ».


De : Laure Gouget <laure.gouget@wanadoo.fr>
Date : 23 juin 2009 13:31
À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>



Merci David et Céline pour ce lien : votre blog est très beau, je m'y suis promenée avec plaisir.
Je vous embrasse, à bientôt,
Laure


De : Jeanne Nalin <jn@jeannenalin.com>
À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>
Date : 23 juin 2009 12:45


David & Céline,

Les grands esprits se rencontrent.

Je m'apprêtais à vous dire ceci :

Merci infiniment de me faire partager votre univers si riche et si stimulant.

Ma pudeur m'oblige à vous le dire par écrans interposés.

Votre intérêt profond concernant toutes ces belles personnes... je m'interroge ?!

Que je vise la lune, je parle de mon projet, mon amour pour la maroquinerie de luxe, comment me faire aimer et apprécier de personnes si brillantes que vous ?

Toi David qui n'affectionne pas vraiment les beaux objets, de quoi vais-je bien pouvoir te parler ?

Sans éprouver le sentiment désagréable de t'ennuyer avec mes petites préoccupations.

Toi Céline si gentille avec moi, à mon écoute...

Non ! Non ! Je ne vois vraiment pas.

Et Karim si fiévreux, avec cet art de la séduction qui me ramène à mes origines revendiquées ?

Vous me donnez l'envie d'être meilleure, d'aller vers le haut.

A Mercredi et si nous nous croisons entre temps, je vous embrasserais joyeusement.

Jeanne Nalin

(la femme la plus heureusement de la place de l'Odéon en ce beau Mardi ensoleillé)


Au moment où Frédéric Mitterrand annonçait sa nomination, Karim Achoui et Jean-Marc Florand déjeunaient au Fouquet's avec le mitterrandolâtre Jean-Pierre Michel.

 

 

Hier soir, 12 rue Lincoln, projection en avant-première d'Un dernier pour la route, de Philippe Godeau.

 


Gérard Gros qui organisait cette soirée nous a cependant offert à boire du vin malgré le contenu de ce biopic d'Hervé Chabalier.

 

 

No comment !



Henri-Christian Schroeder nous offre le vin de l'Odéon !

 






David & Céline vont dans le même bateau





Repost 0
David Genzel - dans Culte
23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 10:01

GEDC-copie-1.jpg

Nous prenions un verre avec Karim Achoui sur le parvis de l'Odéon et je lui signale en face de nous, monsieur l'ambassadeur Elie Barnavi, qui entrait et sortait de chez Flammarion. Karim, qui a toujours été favorable à la paix au Moyen-Orient, hèle l'ambassadeur et lui demande de venir nous rejoindre. Et nous avons une discussion à bâtons rompus avec Elie Barnavi. Nous parlons de son "voisin de page" dans Marianne, Denis Tillinac, qui habite rue de l'Odéon, qu'Elie apprécie, mais ne connait pas. Nous parlons de son ami de 30 ans, Gérard Unger, et de la pipe de Tati. Nous parlons de Claude Lanzmann, de son épouse anglaise qu'il allait rejoindre au Danton, de son labrador décédé à l'age de 8 ans, de sa mission de directeur scientifique du musée de l'Europe à Bruxelles. A une question de Karim sur Obama, Elie Barnavi lui répond qu'il l'apprécie beaucoup.

Nous sourions quand Teresa Cremisi lui fait un salut amical de sa fenêtre du deuxième étage de Flammarion, qu'il lui répond du même geste, et que Florian Zeller et Guillaume Robert assis à la table voisine, répondent également de la main.


En 2012, le pays bas socialiste va avoir son candidat, j'en prends le pari : François Hollande.


(c) Photo Olivier Roller


Demain à dejeuner,  Robert Zarader réunit toute une équipe de communicants autour de ce "cher François".


Un ou une cliente du Flore sera sans doute ministre de la Culture : Yamina Benguigui, Frédéric Mitterrand, ou Denis Olivennes !


Message du 22/06/09 à 21h01
De : Mideart Arte Midea <mideart@gmail.com>
A : David Genzel <david.genzel@voila.fr>

help Iran to breath

Help Iran to Breath, by Antonio Veronese


Jeudi dernier, nous étions à la soirée Hachis des Ouvriers du Paradis. Trop tard pour nous rendre à la fête June 21 de Jean-Pierre Villaret qui nous adresse ces images.

Pierre Belfond nous réjouit de son courrier et de l'incunable d'Eric Neuhoff qu'il a déniché pour Céline qui le recherchait depuis neuf ans...



Message du 22/06/09 à 13h11
De : Michel Bongrand <m.bongrand@wanadoo.fr>
A : David Genzel <davidgenzel@voila.fr>


Cher David,
Le mail d'Isabelle est formidable (embrasse-la pour moi). Ta vidéo est très bien. La réception de Jean-Pierre Lecoq, que j'ai déjà remercié, chaleureuse, l'ambiance formidable, Francis Lalanne exceptionnel, Karim énigmatique (merci pour son chauffeur). Je suis heureux, grand médaillé, d'avoir été présent et je vous embrasse Céline et toi.
Michel


 


L'EXPOSITION :


Du 20 juin au 20 juillet


Les 19 et 20 juin, sur le thème de la "Tour Eiffel", les habitants du quartier Dupleix vont faire sortir leurs talents hors les murs et peindre sur chacun des 130 piliers des allées qui bordent le jardin Nicole de Hauteclocque, (entre le square Dupleix et la rue Desaix dans le 15e arrondissement) leur Tour Eiffel.
Peintres amateurs et professionnels, enfants des écoles, les jeunes du quartier, élèves des ateliers aux côtés de quelques grands maîtres, tous viendront faire leur Fête de la Peinture et interpréter la Tour Eiffel de toutes les couleurs et dans tous ses états.

JURY OFFICIEL 2009 :


MME MICHÈLE MORGAN - MARRAINE D'HONNEUR
M.P GOUJON (DÉPUTÉ-MAIRE PARIS XV) - PRÉSIDENT D'HONNEUR

M.STREIFF (ANCIEN PILOTE F1)
M.GÉRARD DE VILLIERS (ECRIVAIN SAS)
M.GÉRARD GROS (EX-MÉDIAVISION)
M.DAVID GENZEL (CONSULTANT EN COMMUNICATION)
M.TURLURE JEAN-LUC (ADMINISTRATEUR MAISON DES ARTISTES)
M.SIDELSKY PHILIPPE (CRÉATEUR-INITIATEUR EXPO SOLIDAIRE)
M.PAUL-LOUP SULITZER (ÉCRIVAIN)
Mme SYLVIE MARSHALL (AGENT ARTISTIQUE)
M.CORNETTE DE ST-CYR (COMMISSAIRE PRISEUR)
M.BRAGIBANT (DIRECTEUR LA POSTE PARIS 15.-COMMUNICATION-)
M.SALINES (SNI)
MME VALERIE CHENOT (DIRECTRICE PANAME & CO)
M.MANUEL BERQUET-CLIGNET (BUSINESS DEVELOPMENT DIRECTOR COCA-COLA France)
Mlle DÉBORAH MARSHALL (agence RP PINK DEMARSH)
ADRIAN BUBA (Artiste Peintre)
M.Patrick Leleu


PROGRAMME :


25 mai : Inscription à la mairie

- Attribution des faces à peindre de piliers auprès de la mairie, rue Péclet-Paris XV, dans la mesure des places disponibles.
19 juin : toute la journée, mise en peinture publique par tous les artistes professionnels et amateurs, de leurs piliers.
20 juin : mise en peinture et vernissage géant de l'exposition, en plein air.
- Le vernissage sera animé par un concert à l'initiative de l'Atelier du Chant qui jouxte le jardin.
- Des musiciens déambuleront dans le jardin au milieu des artistes peintres.
20 juillet : les oeuvres seront recouvertes et les pergolas retrouveront leur aspect initial.

- Le prix de la plus belle Tour Eiffel sera décerné par les représentants des jurys à la mairie.


CONCOURS :


Madame Michèle Morgan est marraine d'honneur de l'exposition.
Un jury officiel, constitué de personnalités des arts et des lettres accompagnés de découvreurs de talents, se prononcera pour ses oeuvres préférées !
Le prix de la plus belle Tour Eiffel sera attribué à la mairie en présence des représentants des jurys et des partenaires.


De : Stanislas Draber <stanislasdraber@yahoo.fr>
À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>
Date : 22 juin 2009 11:03


Bonjour David,

J'ai manqué Sartre !
Moi qui suis condamné à vivre avec les fleurs !
Il est des punitions qui sentent bon.

Très belle journée,

Stanislas Draber

Fleurs, Poteries, Littérature, Poteries

19, rue Racine
75006 Paris

 


De : Jeanne Nalin <jn@jeannenalin.com>
À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>
Date : 22 juin 2009 10:21


Mes amis,

Tout d'abord mille excuses pour ne pas vous avoir répondu plus tôt, mon week-end a été chargé. Vendredi soir a été dédié à l'arrivée de mon ami Alexandre. Samedi, durant toute la journée, j'ai appris l'art si exigeant de la haute gastronomie contemporaine française chez Alain Ducasse. J'ai décortiqué les 250 écrevisses à pattes rouges à la main, alors qu'il est d'usage de le faire aux ciseaux. Je n'ai plus de pousses. Et suis enchantée. Dimanche, le film Sunshine Cleaning. Dimanche soir, une fête du tonnerre sur notre Place de l'Odéon, où j'ai fini ma soirée à la fenêtre, un verre de rosé à la main. Voilà, je vous embrasse et attends de vos nouvelles.

Jeanne Nalin

PS : Oui, je me suis aperçue sur votre blog, est ce le début de la gloire ? Merci encore pour votre invitation.


De : Le Bord de L'eau éditions <borddeleau@wanadoo.fr>
A : David Genzel <david.genzel@gmail.com>
Date : 22 juin 2009 14:25
Objet : Vient de paraître : Le cinéma de Leos Carax. L'expérience du "déjà-vu" | Alban Pichon


Vient de paraître...
Le cinéma de Leos Carax. L'expérience du "déjà-vu"
Alban Pichon

Alban Pichon nous offre un voyage au cœur d'une des œuvres les plus singulières du cinéma...

 


De : Fabienne Dexidour-Staut <fabienne.dexidour-staut@wanadoo.fr>
À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>
Date : 22 juin 2009 14:39
Objet : INVITATION CLUB PARLEMENTAIRE PUBLICITE ECONOMIE SOCIETE


INVITATION PERSONNELLE
Premier dîner-débat Mardi 30 Juin 2009
CLUB PARLEMENTAIRE PUBLICITE-ECONOMIE-SOCIETE

Chers David et Céline,
Je suis particulièrement fière de vous faire part de la naissance du Club Parlementaire-Publicité-Economie-Société, qui sera présidé par les Députés Laure de La Raudière (Députée UMP Eure et Loir), Sandrine Mazetier (Députée PS de Paris) et Christian Kert (Députée UMP des Bouches du Rhône). Ce club a été créé à l'initiative de l'AACC, ainsi que de l'UDA, l'UDECAM, l'ARPP (ex BVP), le SNP TV, du BUREAU de la RADIO ; toutes les autres instances professionnelles de l'univers de la communication ont été informées et beaucoup sont sur le point de nous rejoindre.
STAUT&Associés qui a proposé à toutes les Instances professionnelles de se réunir afin que ce Club existe et qui s'est beaucoup impliqué pour qu'il voit le jour en assurera toute l'Organisation ainsi que la Communication.
Sa vocation est d'accroitre le dialogue entre les parlementaires et les professionnels de la communication, de valoriser le poids économique et sociétal de nos activités, d'agir en amont des lois , et enfin, de préparer ensemble les évolutions de nos métiers. Le Club traitera des thèmes d'actualité au cours de divers rendez-vous intermédiaires et, principalement lors de dîners-débats.
Vous êtes, il va de soit, mes Invités Personnels à ce premier Dîner-Débat !!!
Un scoop pour vous : les premiers Invités seront :
Nicolas BORDAS Président de l'AACC et du Groupe TBWA
Dominique DELPORT Président de l'UDECAM et d'HAVAS MEDIAS
Denis OLIVENNES DG du NOUVEL OBSERVATEUR
Ainsi qu'un homme important d'une grande TV dont là je ne peux vous donner le nom car la réponse n'est pas complètement définitive.
Je vous communique par ailleurs en pièce- jointe le Descriptif du Club ainsi que le Courrier des Trois Présidents concernant la création de la Club.
Je compte sur vous et je vous embrasse
D'avance merci !!!
Fabienne

« La récession publicitaire met-elle les médias en danger ? »
qui se tiendra le mardi 30 juin à 19h30
au restaurant du 7eme étage du 101 rue de l'Université 75007
(Immeuble Chaban-Delmas de l'Assemblée nationale).


Message du 22/06/09 à 18h11
De : Anna-Patricia Kahn <apkahn@mac.com>
A : David Genzel <david.genzel@voila.fr>
Objet : Pater Noster

 

Chère Céline, cher David,
Ce Pater Noster-là n'a rien à voir avec celui de Jacques Prévert « Notre Père qui êtes aux cieux Restez-y... ». Il n'a avec les rosaires et les prières de commun que le nom, du au mouvement incessant de cet ascenseur qui se meut en laissant ses portes, béantes, ouvertes à la vue de chacun.
Ce Pater Noster est un des dadas de Jürgen Scriba, lequel n'a rien de dadaïste ni même de surréaliste : Il a l'œil vissé sur le réel, Jürgen Scriba, il le montre sous sa forme la plus commune, la plus évidente. Et de ce quotidien il fait son art, son situ art: Il montre l'infinitésimal sublime, (un mot, nous le savons ici, définitivement genzelien) du quotidien. Attentif aux espaces les plus curieux, les plus anodins, Jürgen Scriba met en scène, après l'acte photographique lui même, ceux qui les habitent pour un moment seulement.
Dans le cas du Pater Noster, ici présenté, ceux sont les employés d'une compagnie d'assurance allemande, dont il a „mis en lumière" les va-et vient incessants d'un étage à l'autre sur leur lieu de travail.
A l'instar de son travail « Airport », Scriba, Physicien de son état, journaliste, musicien et artiste avait prévenu les employés de cette assurance qu'il voulait les photographier : Ceux-ci font comme chacun d'entre nous quand ils se savent visés par trois lentilles en même temps : Ils tentent de se montrer sous leur jour le meilleur. Les sujets qui habitent pour l'espace de quelques instants les coques de ces ascenseurs démodés et inconnus en France sont tous... beaux. Est-ce leur fugacité, la magie de l'instant, l'intuition ou bien le savoir faire de Jürgen Scriba ?
Voici donc les liens pour voir plus de Scriba :
www.clair.me/projekte_situ.html
www.jscriba.com/main_frameset_spry.html

PS : Il faut avoir le cœur bien dur pour ne pas être tenté de prier ces jours-ci, quoiqu'en pensent les cyniques. Les images de l'Iran en guerre pour se libérer de la terreur bouleversent même si elles ressemblent à s'y méprendre à d'autres bouffées de révolutions étouffées ou non, partout dans le monde. Même Benjamin Netanjahu saluait aujourd'hui le courage des jeunes iraniens dans le quotidien allemand BILD du 22.6. A quand donc l'alliance totalement subversive entre Shalom Archav et le nouveau parti des jeunes Iraniens pour la paix au Moyen-Orient ? (parti, qui n'a certes pas encore vu le jour, mais il faut garder l'espoir contre tout espoir écrivait la veuve du poète Mandelstam.)
Je vous embrasse tous les deux.
Anna-Patricia Kahn


De : Spring Magazine <magazine.spring@gmail.com>
À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Mardi, 23 Juin 2009, 2h14mn 52s
Objet : SPRING PARTY VENDREDI !


Dear friends

le lancement du numéro d'été de SPRING aura lieu ce vendredi 26 juin, à partir de 22h
sur la péniche « La Balle au Bond », juste en dessous du pont des Arts.
RSVP : Constance Féral, cferal@spring-paris.com
A vendredi !
Charles Consigny, et toute l'équipe.
www.spring-paris.com
PS : thème années 80, ceux qui viendront déguisés auront des cadeaux maison.


Message du 22/06/09 à 14h45
De : Michel Davin <m.davin@vaudoo.net>
A : David Genzel <davidgenzel@voila.fr>


Chers vous Deux,
Lors de votre passage le 15 juin 19h30 au Palais de Tokyo pour l'inauguration sur le toit du plus petit (12 places) des plus grands (rapport qualités convives/mets servis) restaurants, vous n'avez pas pu, osé, voulu, qu'importe, visiter la Bête. C'est vrai, il pleuvait, les marches devaient être glissantes, il fallait faire la queue...
Nous n'allons pas rester sur un éventuel déni de « zyeutage ». Avant d'y convier à déjeuner vos prochains invités, de réparer et vous régaler, vous voudrez bien trouver ci-joint quelques éléments photographiques à même d'incrémenter votre capital regrets.
Je vous embrasse
Michel Davin de Champclos

 

 

Hier, déjeuner rue de Richelieu au Mesturet, avec Stéphane Binaud, dont l'agence Porter Novelli vient d'être confortée sur HP, il vient de fêter ses 60 ans le 19 juin avec une immense satisfaction : il a été grand-père le lendemain de jumeaux : Daphné et Stanislas !

 


Katia Kermoal a gagné son pari : elle a rempli le musée Grévin pour la remise des Grands Prix des boulevards de l'affiche. Persiflons : il y a certaines soirées Stratégies qui ne sont pas du niveau de cette soirée là.

 


 

 

 

 


 

 


David & Céline vont dans le même bateau





Repost 0
David Genzel - dans Culte
22 juin 2009 1 22 /06 /juin /2009 08:55
Le livre le plus souligné abondamment au Stabilo par Nicolas Sarkozy est Les mots, de Sartre.

Jean-Paul Sartre : "On se défait d'une névrose, on ne se guérit pas de soi"

Hier après-midi, notre président aurait pu assister au débat Sartre organisé par Karin Muller dans sa galerie 12 rue Guénégaud. Dominique Desanti, Olivier Todd, Philippe Gavi et Michel Sicard furent magnifiques.



Dominique Desanti a rappelé la profonde amitié Sartre Giacometti, et a cité Simone de Beauvoir :

"Il est de ces rares individus qui vous enrichissent en vous écoutant"

Après le débat, Eniko Szilagyi a illuminé la galerie en chantant Boris Vian, Jean Rouaud, et les créations de Karin Muller.


Message du 22/06/09 à 00h57
De : Eniko Szilágyi <eszilagy@gmail.com>
A : david.genzel@voila.fr
Objet : amitié


Mes très chers amis, David&Céline,
Merci pour votre présence à mes spectacles, merci pour votre dévotement, votre regard chaleureux, qui me suit sur ma route professionnelle. Grâce a toi David, mon spectacle à la mairie du 6eme, est déjà programmer pour le 10 octobre. Ce petit manteau rouge, que tu partage (parfois) avec ton âme sœur Céline, me rassure.
Je vous embrasse.
Enikö
www.myspace.com/enikos

Pour fêter la musique, le ciné-club de Claude-Jean Philippe à L'Arlequin programmait La double vie de Véronique avec la merveilleuse composition de Zbigniew Preisner.

 


Claude-Jean Philippe a eu l'immense modestie d'admettre qu'il ne connaissait pas bien l'oeuvre de Kryzsztof Kieslowski. Et, comme je n'étais pas au ciné-club de Jean-Jacques Moscovitz, je me suis bien gardé d'intervenir sur le mythe de la Véronique. Et quelle grâce qu'Irène Jacob dans ce film angélique. Qui se passe chez moi, rue Pascal à Clermont-Ferrand. Ces mêmes rues que Ma nuit chez Maud.

 


En fin d'après-midi, Nathan Dassas, le fils de Pierre et Nathalie, a fait un boeuf inouï au Flore. Entouré de Léonard et Arthur, collège Paul Claudel, 4e. Je n'ai jamais vu Pierre Dassas aussi ému. Alain Chouffan a bien chauffé l'atmosphère.

 


De : Christian Lorin <cl.comvoce@yahoo.fr>

À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Lundi, 22 Juin 2009, 0h45mn 09s
Objet : Full Jazz à Tanjazz !

 


Ca y est : Tanjazz, le Festival de Jazz de Tanger a fêté ses 10 bougies sous la houlette de notre grand Philippe Lorin qui en est le fondateur, l'organisateur et l'animateur avec sa charmante épouse Isabelle. Cette année, les plus grands moments de la nuit se sont passés dans le Palais Moulay Hafid, un lieu digne des mille et une nuits tangéroises. Il y en avait pour toutes les oreilles : du jazz vocal, du bee bop, du jazz rock, du funk jazz, du jazz pop et aussi du jazz savant mélangeant musiques traditionnelles et modernes comme le Projeto Mino avec le Baldo Martinez Grand Ensemble. Et puis pour ceux qui attendaient que Cendrillon se couche , débutaient les jams sessions sous les lustres et les plafonds orientaux , dans des lumières tamisées jusque tard dans la nuit , voire jusqu'au petit matin , le temps de voir se lever le soleil sur la ville blanche et la baie de Tanger .Et bien évidemment le grand ordonnateur Philippe savait user de son charme pour entrainer dans cette ambiance unique ,les plus belles voix comme celles de Nnenna Freelon et Shakuka Saida, dans des « bœufs » comme il n'en existe nulle part ailleurs .Il faudrait des heures pour raconter tout cela. Je suggère donc que Philippe convie David l'année prochaine pour un compte rendu journalier sur le Blog de l'Odéon. Car Tanjazz est au Jazz, ce que Perrier est à la Pub : c'est fou ! Et aussi élégant, ça pétille, c'est sponsorisé et labélisé par sa Majesté !


De : Pierre de Bonneville <pdebonneville@gmail.com>
À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Samedi, 20 Juin 2009, 14h08mn 21s
Objet : Un commentaire sur le Six Odéon

 


Mon cher David, voici la photo de Françoise de Bonneville, au Six Odéon, assise sous la photo d'un mec mordant dans une pastèque, car il a faim et le Six Odéon est un restaurant. Cette phrase a quelque chose d'absurde ? Soit. Françoise est assise dans un divan, car le Six Odéon est un lounge en plus d'être un restaurant, avec des fauteuils, de la musique, une belle hôtesse, et des coins dans tous les coins. Françoise a un petit sourire, car elle est gourmande comme une fille, et c'est ça qui est bien avec elle, en plus qu'elle soit blonde. Cette phrase a quelque chose de pas français ? Soit. On vient d'aller voir Antichrist à l'UGC Odéon. On avait besoin de se détendre un peu et de prendre le temps de la réflexion. Moi, j'ai choisi le gaspacho et le tartare. La vie est tellement belle comme ça. Il paraitrait que le chiffre SIX, c'est le macrocosme, le monde crée en six jours, la natura naturata... c'est la beauté du monde et son harmonie, représente par Venus. Après le film de Lars van Trier, il nous fallait avaler des symboles plus... Enfin moins... Enfin quelque chose de plus calme. Le Six, c'était donc parfait.


De : Stanislas Draber <stanislasdraber@yahoo.fr>
À : David Genzel david.genzel@gmail.com
Date : 19 juin 2009 11:27


Bonjour David,

Sublime et incroyable !
La surprise et la rencontre ET les deux au pluriel !

Un partage que j'ai manqué pour cause de fleurs....

Je vous salue depuis le jardin

Très belle journée

Stanislas Draber
Fleurs, Poteries, Littérature, Poteries
19 rue Racine
75006 Paris

 


De : Katia Pallu <kpallu@lesouvriersunited.com>
À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>
Date : 19 juin 2009 22:41
Objet : Merci


Cher David,

Merci pour votre billet du jour sur la soirée des Ouvriers
A très vite de vous revoir.

Amitiés

Katia Pallu


Directeur Général
Les Ouvriers du Paradis
47 rue de Babylone, 75007 Paris


De : Christian Delprat <c.delprat@jvldir.com>
À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Lundi, 22 Juin 2009, 8h13mn 58s
Objet : J'ai réussi ma vie... pendant 2 semaines


Cher David

De retour de 15 jours au Club en Turquie où je n'ai pas réussi à couper complètement les ponts : j'avais ton blog tous les jours sur Iphone, et les Go n'arrêtaient pas de parler de l'Opa de Tapie. Aussi me suis-je inspiré des uns et des autres en me disant que j'avais perdu assez de temps comme ça. Après avoir régulièrement fréquenté les cours de tir à l'arc, j'ai donc été décoré de la médaille du meilleur tireur.


Puis, je suis allé à Kemer, acheter une Rolex à 75 euros (tellement fausse qu'on dirait une vraie). Bref, j'étais au top, quand ma femme m'a surpris au bras d'une Ukrainienne, blonde 1,80m, qui avait mis un bandana en guise de short. Je me suis alors demandé si on publicitaire était obligé de divorcer pour réussir ? Sans réponse, j'ai lâchement dit bye bye à Svetlana et offert un collier de perles à mon épouse.

Christian Delprat


Message du 19/06/09 à 17h07
De : Xavier Casile <goodheidiproduction@bluewin.ch>
A : David Genzel davidgenzel@voila.fr Carole Betille <carole.betille@business-sa.fr>
Objet : LANGUES DE PUB SUR LA RSR : UNE ODE A BUSINESS !


DAVID / CAROLE
TU VAS SUR LE SITE DE LA RSR.
TU VAS SUR L'EMISSION DEVINE QUI VIENT DINER
TU VAS SUR L'EMISSION DE MERCREDI 17 JUIN
TU CLICS ET TU AS 1H00 DE PUB A LA BUSINESS !
SWISS KISS
XAV


Message du 21/06/09 à 23h04
De : Richard Zrehen <r.zrehen@gmail.com>
A : David Genzel <david.genzel@voila.fr>
Objet : Zeev Sternhell à Normale Sup


Psychanalyse Actuelle et d'Espace Analytique reçoivent Zeev Sternhell ce 27 JUIN 2009, A L'Ecole Normale Supérieure, SALLE DUSSANE, 45 R. D'ULM 75005 PARIS de 14H30 à 18h, à l'occasion de la parution de son dernier ouvrage très polémique (Z. Sterhell, universitaire israélien spécialiste de l'histoire des idées, est membre de Shalom Arshav - La Paix Maintenant - classé à l'extrême gauche), LES ANTI LUMIERES, DU XVIIe SIECLE A LA GUERRE FROIDE, (Edition Fayard (2006) Collection « L'espace du politique » dirigée par Pierre Birnbaum IV 2006).


Derniers feux sur une médaille.


De : Jacques Bordelais <jacquesbordelais@gmail.com>
À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>
Date : 18 juin 2009 16:22


Cher David
J'ai vraiment maudit le sort qui a retardé de deux heures ma réunion d'hier après midi. Mais je rencontrais un personnage important (pour moi...) arrivé bien en retard de Rome et n'ai pu me défiler à temps. Je regrette vivement de n'avoir pu assister à un hommage aussi mérité que sympathique. Et j'ajouterai simplement au flot des félicitations et congratulations de tous tes amis le petit mot de Francis Blanche « vous êtes vareuse euh... vous êtes Tunique ». Oui tu es véritablement unique et pour nous tous irremplaçable.
PS : Stéphanie se joint évidemment à moi.

 

(c) Photos Louis Monier


De : Isabelle Musnik <isabelle_influencia@yahoo.fr>
À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Jeudi, 18 Juin 2009, 17h57mn 58s


En regardant tous ceux qui étaient là pour ta remise de médaille je songeais à cette phrase de Tahar Ben Jelloun que tu connais sans doute : « l'amitié est une religion sans Dieu ni jugement dernier. Sans Diable non plus ». Comme c'est vrai. Mais l'amitié est plus précieux que tout. Je viens de recevoir et de visionner la vidéo de cette soirée si émouvante. Entendre une nouvelle fois Francis Lalanne chanter ce tango argentin m'a donné des frissons. La vie ne peut qu'être belle, David, quand a on a des amis comme lui et comme ton merveilleux maître Michel Bongrand.
Encore bravo à toi pour cette médaille mais aussi à Céline la muse.


De : Axel Brucker <trailersmuseum@orange.fr>
À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>
Date : 22 juin 2009 10:43
Objet : Légion d'honneur


Mon cher David,


Tu m'as demandé des photos de ma Légion d'honneur car tu ne pouvais y assister, vu qu'on te remettait, à la même heure, la Médaille de la Ville de Paris dont la devise « Fluctuat nec mergitur »... est parfaitement adaptée à l'univers de la pub. C'est d'ailleurs la devise que Jacques Séguéla a fait graver sur sa montre en or.

Je t'envoie donc 2 photos de la cérémonie.

Sur la première, mon petit-fils Hippolyte a trouvé deux escargots sur la terrasse de Publicis, située, tout de même, au 7ème étage de l'immeuble de la place de l'Etoile. Comment ces escargots ont-ils réussi à grimper si haut à Publicis ?



Deuxième photo, Hippolyte est allé au 6ème étage pour montrer ses escargots à Maurice Lévy. Pour essayer de croiser le président de Publicis, il joue avec les ascenseurs en attendant de le « croiser par hasard » de lui faire le « coup de l'ascenseur »... et lui parler des escargots et lui demander comment ils sont montés tout en haut de Publicis et... par la même occasion, comment on monte tout en haut de Publicis ?



Son grand-père est entré à Publicis à l'âge de 20 ans et, lui, déjà, à l'âge de 2 ans !
Publicis, c'est comme toutes les grandes écoles, il vaut mieux s'inscrire très tôt.

Ab

 

EDF est premier au baromètre Posternak-Margerit/Ifop, pour le JDD. Laure Manaudou doit y être pour quelque chose... Je hurle de rire avec la réponse du berger à la bergère : Philippe Lucas et Direct Energie !


Au 104 boulevard Saint Germain, une nouvelle pâtisserie tunisienne : Masmoudi.

 

 






David & Céline vont dans le même bateau





Repost 0
David Genzel - dans Culte
19 juin 2009 5 19 /06 /juin /2009 09:15
Nous prenions un verre sur le parvis du théâtre de l'Odéon. J'expliquais à Karim Achoui la configuration de la cité de Sienne et la place du Palio, quand Jeanne nous rejoignit en voisine de la rue de Crébillon et un bouquet sublime d'hortensias de chez Stanislas Draber à la main. Comme Les Ouvriers du Paradis ont le hachis parmentier très convivial, j'ai convié Jeanne à nous accompagner 47 rue de Babylone, fleurs à la main. Nous retrouvions Francis Lalanne et Laure Gouget. Hervé Chadenat nous a fait un accueil sublime et à la hauteur de la diversité que nous représentions. Nicolas Raynal, le fils de Richard aujourd'hui en Auvergne, l'auteur du film culte Ben Rock, nous a accueilli à l'entrée.


Aussi, divine surprise, Katia, l'organisatrice des Ouvriers du Paradis qui me sidère :
- Vous ne me connaissez pas, mais je vous connais. Je suis l'épouse du fleuriste de la rue Racine.
- Stanislas Draber !


Nous sommes allés ensuite à La Pagode assister à l'avant-première du Loup de Nicolas Vanier. Au générique de fin, Valérie-Anne Giscard d'Estaing.


Axel Brücker n'était pas à ma remise de médaille, je n'étais pas à sa remise de décoration...

De : Bruno Chatelin <bruno@m21entertainment.com>
À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Jeudi, 18 Juin 2009, 23h09mn 36s


David bravo.

Je comprends mieux pourquoi je ne t'ai pas croisé sur la terrasse de Publicis pour entourer Axel Brucker et les siens lors de sa remise Légion d'Honneur.

Le clash des médailles !

Cette médaille là à un bonapartiste doté d'un tel don de parole... un régal de discours, des discours d'ailleurs, celui de Véronique Cayla (directrice du CNC).

Belle évocation du petit voltigeur de la grande armée : Marcel, du grand Marcel (BB), un ministre de retour du Gabon, « vous avez une mine d'enterrement », émotion, la bise à madame, à Anne, à Virginie et Jérôme qui travaille à la « vvvvarner musique » (la plus grande fierté du bon Axel : ses enfants), une petite larme ici et une grande coupe (d'amitié).

Axel virevolte ensuite entre les buffets dressés au dessus de l'arc de triomphe du génial empereur le voltigeur, et si c'était lui ? il serre, il pince ici et là, évoque, s'enflamme, se pose une seconde entre le dirigeant de Gaumont et celui d'UGC, se met au garde à vous devant le colonel de sortie. Comme le premier cité Marcel, Axel a promis de la mériter juqu'au bout sa médaille, dans la défense et la promotion du cinéma.

... Et voila un beau 6 à 7 au 133.

Bravo et merci de nous y avoir convié à Axel, PS les meilleurs photos il faudra les demander à Axel, mon Iphone n'était pas très inspiré.

Amicalement
Bruno Chatelin

 


From : Fabienne Dexidour-Staut <fabienne.dexidour-staut@wanadoo.fr>
To : David Genzel <david.genzel@gmail.com>
Subject : TA REMISE DE MEDAILLE PAR LA VILLE DE PARIS
Date : 2009/6/18


Cher David,

J'ai lu et dévoré comme d'habitude avec beaucoup d'intérêt ce qu Alain Chouffan écrit et là sur cette soirée si réussie de ta remise de médaille par la Ville de Paris hier soir et j'ai envie de lui répondre :

Mon Cher Alain !

Tu commences en disant « J'adore exagérer ! » tu n'exagères pas ! Comme moi quand tu aimes tu aimes ! Je vais donc continuer en te racontant comment moi j'ai vécu ces moments intenses :
- Je suis non seulement sous le charme de Francis Lalanne et ce n'est pas demain que cela va s'arrêter... qui ne l'était pas hier soir ? Merci David !
- Je suis aussi totalement sous le charme de Karim Achoui et là aussi ce n'est pas prêt de cesser... comme tout le monde.


Merci David !

- Je suis complètement sous le charme et l'emprise de David, là ce n'est pas récent, cela fait de nombreuses années que cela dure et cela va perdurer
- Je suis sous le charme de notre délicieuse Céline, quand je regarde la pureté de son regard, les attentions discrètes qu'elle porte à David, quand elle décroche son sourire elle me fait complètement craquer ! Et si elle porte son manteau rouge moi aussi je fantasme... Merci David !...
- Je suis également sous ton charme, oui tu vois et toi je ne te dirais pas pourquoi ! car je sens que cela va te plaire... rires !


Mais d'hier soir je conserve des moments forts, bien sûr tous ou beaucoup d'amis de David présents pour lui avec un bonheur qui réchauffe le cœur dans cette fin de soirée déjà bien chaude dans Paris
J'a très envie de parler d'Alain Cayzac, sans sa chère Marinette ? Celui qui a été mon premier boss ! Toute jeune fraîchement sortie de l'enseignement de mon cher Prof David et propulsée dans cette agence RSC quelle chance j'ai eu alors Merci Alain !!!
J'ai aussi envie de dire à quel point Eva et Philippe Calleux sont des personnes exquises, Philippe vous aviez la réputation d'être « froid » en entretien, archi faux vous avez été mon premier rendez-vous, j'ai tétanisée par le trac, vous l'avez senti et vous avez été d'une gentillesse que je n'oublierais jamais. Merci Philippe !
J'ai également trop envie de parler de toi Gérard, Gérard Gros, tu as comme David ce talent rare de faire se rencontrer des personnes de tous les horizons dans toutes les divines soirées que tu as organisées pendant des années, j'ai une tendresse énorme pour toi depuis si longtemps alors Merci Gérard !
Je ne peux pas ne pas parler de Pierre de Bonneville, l'homme qui a fait descendre tous les jeunes dans la rue pour NRJ et qui a fait tant de campagnes de CB News, tu n'as pas changé, tu pinces toujours aussi bien les fesses des femmes comme un gamin avec ton air hilare de petite canaille, toi aussi merci Pierre !
Je veux parler de l'élégant et malicieux Claude Oliel, nous avons de supers bons souvenirs notamment au sujet d'une campagne pour un journal de cinéma, merci tu avais été adorable toi aussi Claude !
J'ai envie de parler de Violaine Sanson-Tricard (la sœur de la si géniale Véronique), de sa discrétion, de sa modestie rare dans ce métier tous veulent que l'on parle deux... Violaine tu n'as pas eu besoin de le faire ou juste ce qu'il fallait, tu as une classe folle et ta gentillesse est sans faille alors Merci Violaine !

Je pourrais parler aussi de ce faux ours qu'est Jean-Pierre Audour, un sacré bonhomme dans le métier, de Pascal Manry un surdoué, de Luc Laurentin qui avec Nopub et tout ce qu'il entreprend fait avancer la profession et de pleins d'autres mais je serais aussi longue que toi Alain.

Impossible de ne pas parler de mon amie Isabelle Musnik, 10 ans ensemble, quelle super pro, quelle femme de valeur, quelle amie fidèle, quelle intelligence, pas étonnant que sa fille Natacha soit aussi brillante, alors good luck for the new INfluencia ! Et Merci Merci Isa !
Mais tu vois Alain je vais finir par cet homme, ce jeune homme de 90 ans Monsieur Michel Bongrand, ce précurseur qui a si bien parlé de notre David cet ultra doué si pudique, quel beau discours ! Monsieur Michel Bongrand Merci Merci.

Vous avez un charme fou fou fou et là Alain je n'exagère pas du tout j'aime j'aime j'aime.

Encore Merci à David et Céline pour tout et bravo ! Votre blog est ma drogue douce quotidienne. Ah les sms de David, je n'arrive pas à les supprimer de mon portable ! Il implose en permanence, il me fait traverser tout Paris sur un coup de fil lorsque je vais me coucher !... Addiction quand tu nous tiens !...
PS/ Ceci n'a rien à voir (mais c'était ses 62 ans) alors des pensées amoureuses à mon ami Bernard Giraudeau, pour moi le meilleur acteur français, un réalisateur hors pair ,un auteur de livres pour enfants exceptionnel, un sacré écrivain ! son dernier livre est magnifique ! Et il est l'exemple parfait que l'on peut avoir deux vies bien distinctes chez un homme, un avant et un après. Quelle clairvoyance ! Merci à toi d'exister et pour longtemps ! I love you so much...

 


Message du 18/06/09 à 22h13
De : Anna-Patricia Kahn <apkahn@mac.com>
A : David Genzel <david.genzel@voila.fr>
Objet : Mazal Tow...


Caro David,

C'est bien la première fois que je regrette d'être en Italie... Evidemment j'aurais du être à Paris pour te/ vous féliciter (Il faut toujours chercher le manteau rouge dans la vie d'un homme !) Continuant mes pérégrinations de CDA (chercheuse d'art), c'est quand même plus joli que marchand ou dealer, je n'ai pas pu y être mais j'y étais quand même de tout cœur. La preuve. J'ai bu à ta/votre santé un verre de Soave en dégustant des sardines à la vénitienne. Mais quand même je peste de ne pas avoir été des vôtres. Vous pouvez faire un bis repetita quand je serai à Paris.

Baci da Padova,

Anna-Patricia Kahn

 

Message du 19/06/09 à 00h26
De : Henri-Christian Schroeder <hcschroeder@hotmail.com>
A : David Genzel <davidgenzel@voila.fr>
Objet : Just too late baby...


Ce soir, Jeudi 18 Juin, 18h30, aéroport d'Orly...

Très énervé, je saute dans un taxi...

Urgence: fo pa arrivé tro tar !

Je file à la - ma !- mairie du « 6 » : le seul quartier « sortable »...

Vè arivé tro tar !

Enfin, ouf, j'arrive avec seulement un quart d'heure de retard, je paie... « cash », même pas de reçu !

Je monte les escaliers quatre à quatre...

Je file vers la salle des mariages...

Je veux en être...

Pft, pft... c'est pas tous les jours kon è invité à une remise de la médaille de la Ville de Paris !

Pft, pft, c'est pas tous les jours que l'on prend un verre avec the-great-David-himself-alalive-and-well-in-Paris, the blogueur very different !

Pft, pft, j'ouvre la porte, je resserre ma cravate, serre les fesses, me recoiffe...

... et pis personne: me suis trompé de jour !

Suis malheureux... pour toi David : t'ai tellement manqué à tous ! Sans moi, c pas pareil !

Pft, pft, heureusement, suis modeste !

Vivement ton ruban rouge next year !

Pft, pft...

A demain, au Flore, au calme,

Pft, pft, quelle vie,

HCS


De : Ariane Gautier <ariane@gobetween.tv>
À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Jeudi, 18 Juin 2009, 19h30mn 20s


Un grand merci cher David, de m'avoir associé à ce joli moment de ta vie. J'ai été ravie de toucher en vrai Karim Achoui, de plonger dans le regard d'enfant du grand « Roller », de confondre Maurice et Philippe, de voir le sourire de Céline que j'avais raté lors de notre première rencontre, de me représenter à l'infatigable et intarissable Alain Chouffan et surtout d'être à peu près arrivée à t'embrasser entre plus de 50 personnes qui voulaient leur part de DAVID ! See you et encore toutes mes félicitations d'ancienne étudiante fière d'avoir enfin un professeur médaillé !
Amitiés
Ariane


De : Olivier Georgeon <og@georgeonetassocies.com>
À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Jeudi, 18 Juin 2009, 13h14mn 24s
Objet : Fluctuat Nec Mergitur


Ah non alors ! Je le craignais, je le redoutais ! J'imaginais certes que la médaille allait t'inciter à une discrétion vestimentaire jusqu'alors difficilement qualifiable de quotidienne mais malheureusement cette décoration t'a fait perdre de vue, déjà, la réalité des choses !!! Comment ? Quoi ? Me voilà relégué dans le clan des anciens !!! Et même pas présent dans le clan des publicitaires ! Toi le chantre de la connexion, te voilà à nous cloisonner, un comble ! Décidément ces décorations gonflent la tête et les chevilles à la vitesse de la lumière! Soit, acceptons le propos en se disant que derrière le terme d'ancien étudiant se cache, à peine dissimulé, l'idée que je suis resté jeune dans la tête ! Et partons du postulat que cette cérémonie ait pu te faire planer quelques temps au dessus du tangible, emporté au loin par la « Gardel party » offerte par Francis Lalanne... Il ne m'étonnerait pas d'ailleurs que désormais tu fredonnes « le plus beau de tous les tangos du monde, c'est celui qu'on m'a chanté à la mairie du 6ème ». Toutes mes félicitations, cette fois-ci écrites. Et puisque rue Bonaparte nous étions, continue à être ce pont entre les gens et les univers.
Olivier

 


De : Véronique Affholder <veronique.affholder@noos.fr>
À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Jeudi, 18 Juin 2009, 17h45mn 15s
Objet : flotte Marcel !


Cher David,

Contente d'apprendre par ton blog que tu flottes mais ne sombres pas dans les vagues d'émotion qui auraient pu te submerger hier, pendant cette très touchante et amicale cérémonie... Vous m'avez beaucoup manqué tous les deux ces derniers mois et j'espère que nous aurons l'occasion de passer un moment ensemble le plus tôt possible. Remercie encore Céline de ma part : moi aussi, j'ai été décorée hier ! Elle s'est dépossédée à mon profit de son badge « Marcelle Proust » que je porterai fièrement demain et après demain à l'occasion des lectures d'extraits de Proust par mes élèves. Naturellement, si vous avez le temps et l'envie d'assister à l'une ou l'autre de ces lectures, j'en serai touchée et ravie. Je vous embrasse tous les deux.

Véronique

 


Message du 18/06/09 à 13h38
De : Pierre de Bonneville <pierre@debonnevilleorlandini.com>
A : David Genzel <davidgenzel@voila.fr>


Moi, je suis content d'avoir revu les vieux de la vieille, les vœux de la veille, les jeux d'appareil, les heureux de l'oreille, et découvert, charmé, le charme charmant, pleine de charme de la charmante Céline.

Vive les médailles !


Message du 18/06/09 à 12h24
De : Jean-Pierre Hadida <jphadida@yahoo.fr>
A : David Genzel <david.genzel@voila.fr>


Que du beau monde, sûrement beaucoup d'émotion aussi, ces quelques photos prises sur le vif de la remise de médaille m'ont permis d'imaginer cette « communion solennelle » avec la ville de Paris que je regrette d'avoir manquée, Anne le musical oblige (les 700 places du Déjazet étaient prises !). En plus le 17 juin c'était mon anniversaire, mais ça je le savais depuis longtemps... J'aurais quand même été heureux d'y croiser mon ex-patron (Philippe Calleux), ma mentor en rédaction (Ellen Willer) et d'entendre la voix du Lalanne national qui a parrainé, grâce à toi, notre spectacle un soir de mai.
Tout cela vaut bien une médaille de l'amitié...
Encore bravo !...

 


De : François Dumoulin <fdumoulin@signeascendant.com>
À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Jeudi, 18 Juin 2009, 12h11mn 02s
Objet : Félicitations !


Il y a maintenant deux médailles sur la Rive Gauche, la Miraculeuse derrière le Bon Marché, et la Méritée, sise le plus souvent au Flore !
Amitié,
François


Message du 18/06/09 à 12h02
De : Jean Feldman <Jean.Feldman@orange.fr>
A : David Genzel <davidgenzel@voila.fr>
Objet : Médaille


Cher David
Céline peut être fière de toi comme le sont tes amis !
Bravo.
Merci à Ellen Willer pour son compliment sur le Genzel tribune du 17 !
Elle finit d'écrire un superbe roman : Les gommettes.
A ne pas manquer !
A bientôt
Jean

De : Pierre de Bonneville <pdebonneville@gmail.com>
À : Genzel David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Jeudi, 18 Juin 2009, 21h39mn 22s
Objet : Culte


Francoise de Bonneville à la casa...


Céline a travaillé sur En moins bien (Stéphane Million Editeur) et elle est ravie de lire ce message de son auteur.


De : Arnaud Le Guilcher <arnaud.leguilcher@gmail.com>
À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Jeudi, 18 Juin 2009, 20h39mn 48s
Objet : En moins bien dédicace Bashung



Bonjour

J'ai lu votre entrefilet sur la sortie de mon livre effectivement dédié à Bashung. Alain et moi ont s'entendait bien. On parlait de beaucoup de choses et quand on avait fini, on recommençait. Ad lib. Comme 2 personnes qui parlent parce que le temps passe avec douceur quand la conversation file. Le temps coulait lentement avec lui. Et c'était bien. Il avait du gout en musique, en cinéma. Il discernait le joli du laid, le superficiel de l'utile. J'apprenais bcp de lui. J'aimais intimement ce type. Énormément. Il m'a plus épaulé que quiconque de ma famille lors des 10 ans où nos chemins se sont croisés. Il m'a appris a faire ce que je voulais. Je m'y suis évertué. On s'est toujours embrassé. À la fin je lui tenais la main. Le roman (qui parle de tout sauf de lui et de musique) tournait depuis 2 ans chez les éditeurs et tout le monde me le foutait au cul. Trop ceci, pas assez cela. La messe était dite. 2 jours après sa mort un éditeur qui ignorait tout de nos rapports m'a appelé. Bouleversé par mon livre. J'étais atomisé plié en quatre par la perte de ce copain si précieux. J'ai dit oui, je lui ai donc dédié. Après avoir hésité au nom d'un reproche d'opportunisme. Je sais que ça lui aurait fait plaisir. S'il avait vécu, j'aurais fait de même pour le signe post mortem, et pour lui redonner un peu de l'intention dont il n'a jamais été avare à mon égard. Je lui souhaite d'être heureux là haut malgré la trouille qu'il avait de laisser les siens. En bas les journées sont un peu plus longues.

Longue vie à votre blog.

Cordialement

ALG


De : Sylvestre Rossi <sylvestre.rossi@wanadoo.fr>
A : David Genzel <davidgenzel@voila.fr>
Objet : Drôle de Une


Cher David,

Carrément, L'Obs de ce jour consacre sa Une à Alain Orsoni. Eh ben, mon colon ! A l'époque où j'étais un nightclubber invétéré, je me partageais entre L'Alba à Bastia et le 3615 Piano à Ajaccio, la boîte que Alain Orsoni possédait sur le port de l'amirauté. J'ai passé ma vie dans son Night Club, en 93, à Ajaccio. Tous les soirs ou presque, on y voyait tous ceux qui menaient la danse, ou qui cherchaient à la mener, en Corse, à savoir la bande à Orsoni, ses principaux lieutenants, Gilbert Casanova et aussi Pierre Albertini avec son Glock qui dépassait de son blouson. Et tutti quanti. C'était un an avant la guerre sanglante entre Canal Habituel et Canal Historique. Ensuite, après avoir perdu la guerre, Orsoni est parti, loin, très loin au delà des mers, en Amérique centrale, se mettre à l'abri. Le voilà de retour dans l'île, et les histoires sanglantes recommencent. Hasard ou coïncidence ? Que de coups j'ai payé à tes tas d'ajacciens que je ne connaissais ni d'Eve ni d'Adam ! Il faut savoir que les bastiais bougent beaucoup dans l'île mais que les ajacciens ne se déplacent pas. Le même phénomène existe en Champagne entre Troyes et Reims. Le rémois ne vient pas à toi, il faut venir à lui. 93, c'était une sacrée année, une drôle d'année, un étrange parfum de catastrophe flottait dans l'air. Moi : « Qu'est-ce que vous prenez, Mademoiselle ? ». Elle : « Une coupette ! ». Une coupette, c'est une coupe de Champagne à moitié prix, une demie dose, en fait, pour celles qui en boivent jusqu'à l'aube. Et après, on ose dire que les ajacciennes sont vénales... Foutaises, oui !
Bien amicalement

Sylvestre

 


Charlie Hebdo :

"Un spot contre la violence conjugale.
Le problème, c'est que lorsqu'il passe, tous les mecs vont pisser"





David & Céline vont dans le même bateau



Repost 0
David Genzel - dans Culte
18 juin 2009 4 18 /06 /juin /2009 09:03

 

Mon maire, Jean-Pierre Lecoq, maire du VIe arrondissement, m'a remis hier soir, en sa mairie Place Saint-Sulpice, la médaille de la Ville de Paris. Moi qui n'ai jamais rempli un CV de ma vie, j'ai eu droit à une sublime biographie de la part de Jean-Pierre Lecoq.


 

 

Pour remercier le maire, j'ai requis l'intervention de mon mentor, Michel Bongrand, et l'émouvante prestation de Francis Lalanne chantant a capella Volver de Carlos Gardel.


 

 

J'avais panaché la nombreuse assistance :

Un tiers publicitaires, Alain Cayzac, Eva et Philippe Calleux, Pierre de Bonneville, Gérad Gros, Gérard Unger, Pascal Manry, Claude Oliel, Claude Couderc, Armand Morgensztern, Philippe Gimond, Jean-François Minne, Jean-Pierre Audour, Richard Peyrat, Violaine Sanson, Jean-Pierre Chebassier, Luc Laurentin, Serge Grynkorn, Frédéric Wolff, Isabelle Rigaud, Willy Huret, Daniel Vignat, Marc Drillech...

Un tiers média et edition : Pierre et Franca Belfond, Charles Ficat, Alain Chouffan, Isabelle Musnik, Ellen Willer, Stéphane Watelet, Fred Siksou, Sylvie et Philippe Harel, Olivier Roller, Matthieu Béjot...

Un tiers anciens étudiants : Michel Davin, Fabienne Dexidour, Emmanuel Racca, Ariane Gautier, Rémi Gross, Olivier Georgeon...

Et bien entendu les habitants du VIe : Francis Szpiner, Karim Achoui, Alexandre Duval-Stalla, François de Grossouvre, Elisabeth Provarsi, Sarah et Jean Helfer, Yasmina
Abella et Anna, Eniko Szilagyi, Karin Muller, Laurence Simon, Marie-Hélène Kuzma, Stéphanie Viallefond...

Et mes incontournables Stéphane Jacob, Monique Thierry, Josyane et Hervé Morvant, Magali Lacombe, Catherine Barassi, Christian Lorin, Victoria Man-Estier, Jacques Burnier, Véronique Affholder...

Khriss Houin officiait à la vidéo. Edith Lecoq avait parsemé le buffet de la célèbre photo du manteau rouge d'Olivier Roller.


 

From : Alain Chouffan <achouffan@wanadoo.fr>
To : David Genzel <david.genzel@gmail.com>
Date : 2009/6/18

 

Mon cher David,

J'adore exagérer ! Disons qu'hier, en cette mairie du 6e arrondissement qui a vu tant et tant de gens célèbres se marier, tu as vécu le plus beau jour de ta vie ! Quoi, recevoir la médaille de la Ville de Paris, c'est la confirmation de ton talent, l'apothéose de ta carrière et la reconnaissance de tous tes amis, venus nombreux te soutenir. Ils étaient tous là. En vrac : Francis Szpiner qui a fait sa première sortie tout investi qu'il est depuis des semaines dans le procès d'Ilan Halimi, Fabienne Dexidour-Staut qui relate avec talent nos soirées et qui est toujours sous le charme de Francis Lalanne, également présent, et tout auréolé de ses 4,34 % de suffrages recueillis aux élections européennes par sa liste Alliance écologique indépendante - à 500 voix du siège ! -, Olivier Roller, avec sa mine de baroudeur, encore épuisé des séances photos avec toi et qui t'a rendu sublime avec ce fabuleux manteau de Céline toujours à tes côtés et à croquer de gentillesse, Karim Achoui toujours élégant et heureux de la 5e position de son livre dans le hit-parade des ventes, Marie-Hélène l'âme souriante du Flore, Pascal Manry et sa petite amie qui n'arrête pas de le croquer des yeux et qui n'en peux plus de se retrouver seule avec lui, Yasmina, la patronne du restaurant 6 rue de l'Odéon, élégante dans une belle robe noire, Michel Bongrand, toujours aussi brillant et plein d'affection pour toi, bref, j'en oublie, c'est sûr, il y avait tant de monde comme une grande famille dont le père - le parrain ! - venait d'être couronné. Un parrain enfin élégant, ému malgré les apparences un peu distantes mais au fond heureux de cette distinction. Bien sûr, Michel Bongrand n'a pas manqué de nous faire rire, bien sûr, Francis Lalanne n'a pas hésité à chanter et à nous faire vibrer de sa puissante voix, mais moi, j'ai aimé le discours du maire Jean-Pierre Lecoq. Il a fait un excellent portrait de toi. « Vous êtes intarissable sur bien des sujets t'a-t-il dit. Et vous nourrissez pour le plus grand bonheur de vos amis des discussions passionnées ». Exact ! « J'en suis témoin, et l'ensemble des personnes qui sont présentes aujourd'hui dans cette salle, par leur nombre et les talents divers qu'elles représentent, démontre, s'il en était besoin, le courant de sympathie et d'amitié que vous avez toujours su créer autour de vous. » Comment le contredire ! « En revanche, lorsqu'il s'agit de parler de vous, vous avez tendance, comme un certain nombre de personnes surexposées, à vous recroqueviller et à vouloir garder secret votre jardin » Il te connaît bien ! Et celui qui arrivera à te démasquer ou à te faire parler n'est pas encore autour de nous ! Ce qu'on sait c'est que tu es né à Aurillac, dans le Cantal, - quelle catastrophe ! - il y a quelques décennies et que toute ta famille réside en Auvergne. Tu es monté à Paris pour faire tes études, à 20 ans, et depuis tu y es resté. Toujours fidèle à ce Quartier Latin qui « s'étend de l'Institut du Monde Arabe jusqu'au Faubourg Saint-Germain ». Et le maire de poursuivre : « Vous y avez vécu, vous y avez habité, vous y avez enseigné, vous y avez travaillé et nombreux sont tous ceux qui agissent dans les secteurs de la publicité, de la communication et des médias qui vous ont, à un moment de leur parcours, côtoyé. Vous avez pu, tour à tour, être leur professeur, leur partenaire, leur confrère, leur associé ou leur conseiller. » Plutôt sympa. « Œuvrant toujours dans le domaine du Conseil et de la relation aux autres, vous maîtrisez toutes les techniques de la communication et de l'information. Vous avez d'ailleurs écrit de nombreux ouvrages sur les méthodes de communication et sur les hommes politiques ». Je te vois bomber le torse. Et ce n'est pas fini : « A cet égard, permettez-moi de saluer celui qui dans notre assistance, est considéré comme le Pape de la communication, M. Michel Bongrand qui nous honore de sa présence et a tenu à être à vos côtés, cher David Genzel ». Il ajoute encore : « Ouvert aux nouvelles techniques, toujours prêt à embrasser de nouvelles causes, vous avez tout à la fois conservé la soif d'apprendre d'un étudiant, la volonté d'entreprendre d'un cadre et le regard d'un professionnel que vous êtes, toujours prompt derrière des attitudes et des discours à distinguer le vrai du faux. Mais contrairement à d'autres acteurs l'expérience que vous avez accumulée n'a pas cédé le pas à la désillusion ». Alors là, ça du être le tsunami dans ta tête ! Et le maire reprend sans te laisser le temps de récupérer : « Votre dernier enfant est le blog de l'Odéon que vous avez créé avec Céline et qui a conquis nombre d'internautes par la qualité de ses informations, la pertinence de ses analyses et la transversalité que vous avez su créer entre les métiers des médias, de l'édition, de la culture et de la communication. Mais votre grand plaisir, est de retrouver sur votre blog des gens que vous avez perdu de vue, mais qui sont heureux de communiquer avec vous, notamment vos anciens étudiants. Pour toutes ces raisons, et toutes celles que j'ai omises de citer, en vous remerciant chaleureusement de tout ce vous avez fait pour nous, pour ce quartier pétri de culture, pour tout ce que vous allez contribuer à faire, je suis très heureux, David Genzel, de vous décerner la Médaille de la Ville de Paris. » Quel formidable hommage ! Tu as compris pourquoi nous étions si nombreux à venir fêter avec toi cet événement ! Sûr que la prochaine fois on reviendra pour la Légion d'honneur !
Bien à toi, et encore Bravo !
Alain Chouffan

 

Message du 17/06/09 à 12h20
De : Karin Muller <karin_cerisy@yahoo.fr>
A : David Genzel <david.genzel@voila.fr>
Objet : Sartre chez Gimpel & Müller

 

« Images de Sartre »

 

A l'occasion de la sortie en allemand du Pourquoi Sartre ? Vincent von Wroblewsky a décidé d'organiser une rencontre autour des « Images de Sartre » le 21 juin à 16h à la galerie. Dominique Desanti, Olivier Todd, Philippe Gavi, Michel Sicard, Roselyne Granet... ont déjà annoncé leur présence. Chacun évoquera « son » Sartre...

 

Enikö Szilagyi, chanteuse-actrice transylvanienne, clôturera cette rencontre par un récital d'une vingtaine de minutes. Elle rendra un hommage à quelques grands disparus dont André Gorz. En espérant avoir le plaisir de vous revoir très nombreux, je me tiens à votre disposition pour tout renseignement.

 

Karin Müller
Galerie Gimpel & Müller
12 rue Guénégaud
75006 Paris

 

De : Arty Dandy <press@artydandy.com>
À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>
Date : 17 juin 2009 13:41
Objet : Indiscrétion

 

Avant première: le sac « Karl who ? » (49€), seulement chez ARTYDANDY !
The « Karl who ? » bag (49€) only at ARTYDANDY's !

 

ARTYDANDY
WWW.ARTYDANDY.COM
1, rue de Furstemberg
75006 Paris

 

Message du 17/06/09 à 10h59
De : Sylvestre Rossi <sylvestre.rossi@wanadoo.fr>
A : David Genzel <davidgenzel@voila.fr>
Objet : L'amphigourou

 

Cher David,

Daniel Cohn-Bendit nous la sort bonne dans Le Monde : « Faisons passer la politique du système propriétaire à celui du logiciel libre ». Vous y comprenez quelque chose, vous ? Qu'est-ce qu'un logiciel libre ? Y aurait-il des logiciels incarcérés ? Lorsque Jean Gabin dit « Propriétaire c'est un métier ! », je comprends à peu près ce qu'il veut dire, même si cela prête à sourire. Le dialoguiste était Pascal Jardin, le père d'Alexandre et le fils de Jean. En revanche, Cohn-Bendit écrit lui-même ses dialogues, et là il y a comme un hic. L'homme de mai 68 a toujours aspiré à être un gourou. De son temps, Jean-Paul Sartre et Guy Debord menaient la danse comme maîtres à penser, et Cohn-Bendit encore jeunot s'accrochait à ses illustres aînés sans se départir cependant d'un certain amphigourisme. Quand on se précipite, jeune, dans l'inconnu, c'est souvent comme ça. Aujourd'hui, il a 64 ans et sa pensée, tout comme un vieux Rhum, s'est bonifiée, sans madérisation ni vinaigre, tout en gardant son imprescriptible goût amphigourique. Cohn-Bendit a réussi son coup, il est devenu un amphigourou. A chaque âge son avantage et à chaque époque ses penseurs. Et justement, fais attention à l'autre maîtresse à penser de la gauche, Ségolène Royal, laquelle semble penser que tu lui as chipé ses voix. Attention, Dany, ça va chauffer si tu piques les voix de Ségolène. « Être propriétaire d'un logiciel libre c'est un métier, Dany ! »

 

Bien amicalement

Sylvestre

 

PS : La Horse. Dialogues de Pascal Jardin. Réalisation de Pierre Granier-Deferre. Avec Jean Gabin, Soren Kierkegaard et Marc Porel.

 

 

Aujourd'hui ce 18 juin, Bernard Giraudeau a 62 ans. Je salue l'inoubliable interprête d'Hécate et ses chiens.

 

 

 

 

 

 

David et Céline vont dans le même bateau

 

Repost 0
David Genzel - dans Culte
17 juin 2009 3 17 /06 /juin /2009 09:11

Des amis aussi différents que Francis Szpiner ou Axel Brücker m'avaient dit leur admiration pour le combat des valeurs que mène Christine Boutin. J'ai déjeuné hier avec elle à l'Hôtel de Castres rue de Varenne, et j'ai été subjugué. Même si la ministre ne voit dans l'Hôtel de Castres que la qualité patrimoniale et non la dénomination lacanienne. En ces temps agités de remaniement, il faut que Christine Boutin conserve son poste de ministre. Non pas parce qu'elle est une composante statistique de la majorité présidentielle, mais parce qu'elle est à la fois en pleine possession de tous ses dossiers et surtout, je n'ai pas peur des mots..., parce qu'elle est une véritable icône. Je me suis permis de lui dire :
- Ne soyez pas seulement la représentante d'un parti, mais soyez vraiment l'incarnation d'un combat.

De : Christine Boutin <chri78@wanadoo.fr>
À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>
Date : 17 juin 2009 00:11
Objet : merci

Cher David,

Je ne veux pas quitter cette journée sans me remémorer les quelques heures passées avec vous pour déjeuner.

Une nouvelle fois, j'ai pu mesurer que chaque rencontre est source de richesse. Vous avez su parler à la femme que je suis, à la femme politique certes et pas uniquement au Ministre. Au delà de la cordialité de nos échanges, j'apprécie en particulier la vérité de vos propos.

Vous pouvez transmettre à vos amis mon désir de les rencontrer. Dans notre monde, les personnes qui cherchent à porter des valeurs doivent savoir quitter leur tour d'ivoire. J'y suis, pour ma part, pleinement favorable et je souhaite que cela puisse se faire en votre compagnie.

A très bientôt donc !

Avec toute mon amitié.
Christine Boutin

 

Louis Gillet a beaucoup apprécié mes quelques lignes d'hier sur les directeurs media des supports.

 

 

De : Axel Brücker <trailersmuseum@orange.fr>
À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>
Date : 16 juin 2009 10:49
Objet : Cohen ou Gillet

 

Un directeur de pub, ça se mesure après son départ, évidemment !
Si les dir'pubs se mesuraient, Claude Cohen et Louis Gillet seraient à Sèvres !
AB (à la manière d'Audiard)

Message du 17/06/09 à 00h30
De : Anna-Patricia Kahn <apkahn@mac.com>
A : David Genzel <david.genzel@voila.fr>
Objet : Venise jour 2

 


Première visite ce matin au pavillon de l'Iran. Assis près d'une fenêtre, un jeune homme barbu se livre à un tête a tête très exclusif avec son ordinateur: Il dit « kjguipiug » ? Je réponds : « Bonjour, pardon ? » Je ne parle pas le perse et tous deux nous savons fort mal l'italien, juste assez pour que nous ne puissions absolument pas converser. Il se replonge donc dans la lecture de son texte. Dans un coin le drapeau de la république islamique, bien rangé et roulé autour son hallebarde de fer. Le titre de l'Exposition: « Hope for the future. » Non je n'ai rien inventé. C'est juré. Je vous fais grâce des détails de l'expo. Je repars. Juste au coin d'une ruelle, le temps de voir plonger une mouette et j'y suis :
Car une fois n'est pas coutume, par temps de Biennale, Téhéran est voisine de Tallin en Estonie. L'installation de Kristina Norman « After war » est mise en espace dans cinq pièces de tailles moyennes, sans grâce aucune, sans dorures et sans lustres-joyaux. Mais c'est bien la force de l'art, qui dépasse la morosité du lieu et capte l'intérêt. Norman, née en 1979 montre un travail conséquent, pertinent, sans faux compromis. Elle raconte les conflits soulevés par une statue-monument aux morts. Un soldat de bronze fut érigé à la mémoire des „libérateurs de Tallin", les soldats de l'armée rouge. Après l'indépendance de l'Estonie, le souvenir rappelant „les russes" a été démonté, puis remonté dans un cimetière, trois kilomètres plus loin. L'installation utilise, vidéo-documentaire, dessins, textes pour démonter ce que ce soldat de bronze fait exploser de nationalismes, de cultures du souvenir concurrentes entre elles, ennemies. Norman observe, montre et démontre. Formidable.
En route vers les Giardini, lieu saint des Mostra, Biennales: Sur le chemin, une plaque souvenir rappelle l'amour que portait Modigliani à Venise : Il disait, « c'est ici que je trouve les meilleures leçons de vie ». Plus loin, une autre plaque salue en marbre, le fantôme du poète Joseph Brodsky, un autre amoureux de la Sérénissime.
Biennale de Venise: Beaucoup de sang, de sexe, de morts, de mort, de vide. Si l'art est notre miroir, aïe aïe aïe : Beaucoup de films, de photos, d'installations, de grand d'immense : La peinture se fait souvent absente... et rare.
Une anecdote-rencontre : Une toute jeune fille m'accoste et parle, comme si elle devait se libérer : « Dites, vous avez vu le cadavre qui flotte dans la piscine et les gens qui le photographient et il y a je ne sais plus où une dame filmée qui monte dans un arbre, et » Elle lève soudain les yeux et rêve devant moi, silencieuse. Un peu de vent se lève et les arbres frémissent. Elle dit alors, en suivant leurs mouvements infinis : Comme c'est beau, ici.
Anna-Patricia Kahn


Message du 16/06/09 à 11h21
De : Sylvestre Rossi <sylvestre.rossi@wanadoo.fr>
A : David Genzel <davidgenzel@voila.fr>
Objet : la noire et la blanche


Cher David,

A l'instant, je dis à ma nana qui remonte de la plage : « Qui tu as vuasse ? » Elle me répond : « Personne qu'on connasse ! »
Ma sœur m'a offert hier un sac de Week End Lancel, des taies d'oreiller Fragonard et Mes dix règles d'écriture de Elmore Leonard : Je lis en règle N° 2 : évitez les prologues, ils sont souvent indigestes, surtout quand ils suivent une introduction qui succède à un avant-propos.
Je viens aussi de « me » lire cette semaine (corsisisme ! aurait hurlé mon instituteur), en parallèle, deux livres, un noir et un blanc, La belle endormie de John Ross MacDonald et Le bonheur des petits poissons de Simon Leys. Un régal, par beau temps, sous mon Stetson, sur une plage de petits galets fraîchement aplanie par mon copain Gilbert et son Caterpillar magique. Que désirer de plus ?


Bien amicalement

Sylvestre


PS :
Kenneth Millar dit Ross Macdonald est un écrivain canadien et américain de romans policiers né le 13 décembre 1915 à Los Gatos, Californie et mort le 11 juillet 1983 à Santa Barbara, Californie. Il est célèbre pour ses romans dans lesquels figurent le détective privé Lew Archer.
Simon Leys, de son vrai nom Pierre Ryckmans est un écrivain, essayiste, critique littéraire et sinologue belge, de langue française et anglaise, né le 28 septembre 1935 à Bruxelles. Son œuvre porte notamment sur la Chine, la littérature et la mer. Son style, à la fois érudit, clairvoyant et sarcastique, confère une valeur littéraire à ses textes au delà des sujets traités et de ses opinions.


De : Fabienne Dexidour-Staut <fabienne.dexidour-staut@wanadoo.fr>
À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>
Date : 16 juin 2009 10:54


Cher David,

Cet homme que tu m'as fait rencontré Francis Lalanne est un magicien ! Après avoir comme tu le sais « fait une rencontre très rare que je sais partagée » avec lui, nous avons parlé de nos vies et sans entrer dans la vie privée de chacun de nos deux qui ne regarde que ceux concernés, je lui avais parlé au hasard d'une de nos longues conversations de ma fille Jade, qui nous avons adoptée il y a maintenant 9 ans au Cambodge. Il savait que Jade « Mon Petit Bambou » faisait sa première communion dimanche dernier à 11h dans le 17eme. IL a voulu tout simplement avec son incroyable spontanéité venir. Il était là dans l'église avec nous, très discret, à vivre avec une intensité bouleversante ce moment très important de Jade qui a choisie d'être baptisée il y a 3 ans. Et avec la même gentillesse il a passé toute l'après midi avec nous avant de rejoindre de Parc des Princes où a été prise cette photo avec Johnny, Laetitia et Joy...
Ma fille dort avec à côté d'elle une petite boîte magique bleue marine qui contient une ravissante crèche miniature offerte par Francis.
Que dire de plus quand dans la vie des moments aussi simples et vrais peuvent exister entre les humains tout devient possible où au minimum on peut se dire qu'il y a une place pour l'espoir. J'ai une photo précieuse de leur rencontre où l'amour passe entre Francis et Jade avec une beauté qui tu t'en doutes me bouleverse.

Je t'embrasse et encore merci.
Fabienne et Jade


De : Edith Lecoq <edith.lecoq@paris.fr>
À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Mardi, 16 Juin 2009, 12h21mn 10s
Objet : Pic-Nic Chic des Familles du 6e... Venez nombreux !!!


Bonjour David,
Un nouvel événement pour les habitants du 6e et leurs amis à mettre sur le blog !

Merci
Edith Lecoq

 


Venez nombreux participer le vendredi 19 juin 2009 sur l'Esplanade Gaston Monnerville entre19 h et 22 h au premier PIC-NIC CHIC des familles du 6e, organisé par six mamans du quartier. Parents et enfants sont invités, avant l'été, à la grande rencontre des familles. A cette fête d'arrondissement, vous pourrez étendre vos réseaux de proximité, de convivialité et d'entraide et nouer de nouvelles amitiés. Ce sera aussi l'occasion d'accueillir les jeunes familles en leur faisant découvrir les « richesses » de l'arrondissement.Entrée par les rues Michelet et Auguste-Comte avec tables, chaises pliantes ou plaids, nappes et votre pique-nique, ainsi que des raquettes de ping-pong, des rollers et des trottinettes. Accueil musical, tenue rose et orange.


Message du 16/06/09 à 15h39
De : Richard Zrehen <r.zrehen@gmail.com>
A : David Genzel <david.genzel@voila.fr>
Objet : D'un canular et de quelques unes de ses conséquences


Où il se confirme que l'esprit de sérieux est chose redoutable...

 

« LISEZ LA BIBLE » (Bourgogne)

(c) Photo Patrick Jelin


Ex falso sequitur quodlibet

Le mardi 9 juin 2009 au tout petit matin, un ami me fait parvenir, sous l'intitulé « L'Arche de la Noé » [les irréductibles du Canard enchaîné qui sont aussi des fidèles de San Antonio et des nostalgiques de Coluche riront, les autres] et en précisant « j'ai du mal à y croire », un communiqué de l'agence NOVOpress [inconnue de moi] daté du 1er avril 2009 à 8h (!) :

« Les pharmacies parisiennes bientôt obligées de décrocher leur enseigne en forme de croix ?
Une association maghrébine parisienne, Paris-Beurs-Cités, a adressé il y a une dizaine de jours une lettre à la mairie de Paris afin de demander que soient « progressivement supprimées des devantures des pharmacies les enseignes en forme de croix ».
La conseillère technique du Cabinet de Bertrand Delanoë en charge des cultes, Ilda Vrospinos, a officiellement répondu que la demande allait être « examinée avec la plus extrême attention »...

Pour lire la suite, cliquer sur le lien suivant :
http://www.richardzrehen.blogspot.com/


De : Librairie Mazarine <librairie@lamazarine.com>
À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>
Date : 16 juin 2009 10:18
Objet : Rencontre avec Rudy Ricciotti + Julien Blaine = Librairie Mazarine / Pierre Durieu

 

 

Philippe Favier expose ses vanités à la Villa Tamaris, à La Seyne-sur-Mer.

 


Pascale Jamoulle développe l'idée que les prostituées indépendantes vivent leur profession comme un métier de service. Son livre est dans la lignée des écrits de Grisélidis Réal.



Rue du Four...

 






David & Céline vont dans le même bateau
Repost 0
David Genzel - dans Culte

Présentation

davidetceline

davidetceline

Recherche

Liens