Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 février 2010 4 18 /02 /février /2010 10:32
GEDC6475.JPG
Le PS réclame l'annulation d'une pub gouvernementale sur le grand emprunt utilisant l'image de Marianne. Cet encart publicitaire est signé Euro RSCG C&O. Si le journaliste du Parisien avait eu de l'humour... il aurait répliqué :
- C'est la réponse d'Euro RSCG C&O à Elisabeth Badinter... !

Patrick Balkany dénonce les propos de Marie-Luce Penchard... Le maire de Levallois aura t-il droit, lui, à sa photo par Olivier Roller ?!

GEDC6476.JPG

De : Daniel Vignat <danielvignat@wanadoo.fr>

À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>

Date : 17 février 2010 18:07

Objet : Sadhana Forest

 

Mon cher David,

 

quelques mots sur Aviram, cet Israélien hors du commun, installé

depuis plusieurs années à Auroville sur une terre appelée “Sadhana Forest”.

D’un désert, il a fait une forêt luxuriante.

Un film de 20 minutes a été réalisé sur son travail au jour le jour.

Aujourd’hui, une terre de 90ha est mise à sa disposition

à environ 150 kms au nord-est de Port-au-Prince en Haïti.

Aviram et une partie des acteurs de Sadhana Forest se proposent

d’y apporter leur expérience et de répliquer leur savoir-faire pour aider le

peuple haïtien.

Pour en savoir plus, il faut absolument aller sur www.sadhanaforest.com.

Tu verras, c’est passionnant. Transmets l’information à qui te semble

susceptible à la fois d’être touché par ce merveilleux travail et d’y apporter

une contribution, quelle qu’elle soit.

A suivre...

                   Amicalement,

                                                        Daniel


A la galerie Lelong, fantastique exposition de Konrad Klapheck : Swing, brother, swing, catalague avec des textes de... Francis Marmande.

 

zu_1257515055.jpg

Pendant trois semaines, Laurent Ruquier est privé d'émission par suite de la retransmission des jeux de Vancouver. Peut être nous aurait-il montré à l'antenne ce dessin d'Honoré paru dans Charlie Hebdo ?

 

GEDC6474-copie-1.JPG

 

Rue Madame, chez Charabia !

 

GEDC6472-copie-1.JPG

 

Message du 17/02/10 à 16h38

De : Mathieu Morgensztern <mathieu@morgensztern.fr>

A : David Genzel <david.genzel@voila.fr>

Objet : WebMii

 

Hello David,

Grande nouveauté dans WebMii.com : la recherche des entreprises, des marques et des produits.

WebMii affiche un bilan de présence des marques sur Internet, et donne leur BrandRank : leur coefficient de présence sur le web.

C'est ici : http://www.webmii.com/CompanySearch.aspx

Mathieu Morgensztern

 

1789 !

 

De : Willy Huret <willy.huret@revolutions-france.fr>

À : david.genzel@gmail.com

Date : 17 février 2010 17:36

Objet : Ce que n'a pas dit l'annonce de Stratégies

 

Nous avons créé Révolutions sur une conviction forte : les produits sont le sang des marques.

Parce que tout part du produit et tout y revient.

Parce que seul un produit qui apporte un changement "révolutionnaire" dans la vie de ses utilisateurs les fera changer d’habitudes.

Forts de nos 100 ans d'expériences cumulées sur plus de 100 marques et 50 marchés, nous avons conçu une méthodologie, une organisation sur mesure et un process de travail collaboratif destinés à faire émerger la Vérité « révolutionnaire » des produits dans une logique de ROI.

Willy Huret

 

GEDC6473.JPG


De : Henri-Christian Schroeder <hcschroeder@hotmail.com>

A : David Genzel <davidgenzel@voila.fr>

Message du 17/02/10 à 17h10O

Objet : "REVOLUTIONS" ou "AGENCE REVOLUTIONS"

 

Hello David,

Je sais que le camarade Willy Huret a réagi sur la proximité entre son enseigne

"REVOLUTIONS" et le projet "1789".

 

: "AGENCE REVOLUTIONS" : www.agence-revolutions.fr (pas de dépôt INPI semble-t-il ?)

 

: "REVOLUTIONS" : www.leoburnett.fr (dépôt INNPI en 2000, repris par Challenger House Leo Burnett)

 

Sont elles la même agence ?

 

Espérons que Stratégies va clarifier tout ça très vite ?

 

Décidément, tout le monde veut abattre l'ancien régime !

HCS

 

Message du 17/02/10 à 11h56

De : Pierre de Bonneville <pierre@debonnevilleorlandini.com>

A : David Genzel <davidgenzel@voila.fr>

Objet : Borodino et Smolensk

 

Quel axel pour cette glissade en arrière sur les glaces de la Sainte Russie !

C’est magnifique... et entraînant... Si nos camarades m’acceptent, je suis candidat à la participation de cette idée épique, marqué que j’ai été depuis tout petit (collection Nelson) par le récit qu’en fit Philippe de Ségur.

 

Message du 17/02/10 à 18h19

De : Edouard Moradpour <edouard_moradpour@yahoo.com>

A : David Genzel <davidgenzel@voila.fr>

 

Mon Cher David

Magnifique enthousiasme de Pierre de Bonneville !

Bien entendu Pierre est le bienvenu dans notre équipe !

Nous serons vraiment ravis et honorés.

Merci.

Avec amitié

Edouard

 

De : Axel Brücker <trailersmuseum@orange.fr>

À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>

Date : 17 février 2010 17:37

 

Le descendant de Nicolas de Bonneville est le bienvenu dans cette expédition !

Son ancêtre avait comparé Bonaparte à Cromwell lors du coup d’état, mais là, on parle de réconciliation… quant à la collection Nelson, on va chercher un autre éditeur… encore que mon admiration pour Nelson soit infaillible.

ab

 

De : Pierre de Bonneville <pdebonneville@gmail.com>

À : Genzel David <david.genzel@yahoo.fr>

Envoyé le : Mer 17 Février 2010, 20 h 31 min 28 s

Objet : Françoise de Bonneville chez les dragons

 

Ce soir, Françoise de Bonneville est chez Renaud Barrault que d'aucun ne nomme plus que théâtre du Rond Point pour voir La mélancolie des Dragons où parait-il des grands sacs poubelles se gonflent sur la scène... Philippe Quesne le scénographe et metteur en scène avoue que les acteurs ont tout fait : ils ont participé à la réalisation des décors et ont inventé les dialogues. J'ai pensé au théâtre de la cruauté d'Artaud déclare t-il.

 

photo-copie-1.jpg


Trieste et Bologne, mes villes cultes...

 

arton16214.jpg

En attendant, les ponts de Paris, la ville d'hier presque en noir et blanc...

 

GEDC6467-copie-1.JPG(c) Céline

 

 





David & Céline vont dans le même bateau

 



Repost 0
David Genzel - dans Culte
17 février 2010 3 17 /02 /février /2010 10:24
GEDC6467.JPG
Hier soir, au Saint-André-des-Arts, nous assistons à l'avant-première de La reine des pommes, de Valérie Donzelli, en compagnie d'Arielle Dombasle, Maïwenn, Emmanuel Salinger...

GEDC6465.JPG
Premier film superbe de Valérie Donzelli, sur le paradigme perdu Christophe Honoré - Emmanuel Mouret. Et Valérie ne s'inspire par de Chester Himes...

page3_blog_entry89_1.jpg
Page 77 des Inrocks, très beau texte d'Elisabeth Philippe sur Une biographie autorisée d'Yves Savigny.


GEDC6472.JPG
Céline a terminé hier soir Une fenêtre au hasard, de Pia Petersen, une longue et lente et romantique dérive rue des Martyrs.

GEDC6470.JPG

Message du 16/02/10 à 21h20

De : Emmanuel Adely <e.adely@free.fr>

A : David Genzel <david.genzel@voila.fr>

Objet : Lectures-performances, samedi 20 février, 17h30 - Le réel, nouvel opium ?

 

Performances, le samedi 20 février de 17h30 à 19h :

David Christoffel : "Dérushage mortel"
(avec la participation de Frédéric Dumond)

Cyrille Martinez :  "Bibliographies"

Louise Desbrusses : "Réel est dieu"

Fred Griot : "Parl'"

Jérôme Game : "Departure lounge"

(durée de chaque performance : entre 10 et 15mn)

Commissariat : Emmanuel Adely, Christian Barani, Frédéric Dumond

GALERIE LES FILLES DU CALVAIRE
17 rue des Filles du Calvaire
75003 Paris
www.fillesducalvaire.com
estceunebonnenouvelle.org

 

De : Pierre de Bonneville <pdebonneville@gmail.com>
À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Mar 16 Février 2010, 20 h 42 min 01 s
Objet : "Lady" de Bonneville chez Lady Macbeth

Ce mardi soir, Françoise de Bonneville est venue Aux Gémeaux à Sceaux frémir à la création en France du Macbeth de l'anglais Declan Donnellan."La vie n'est qu'une ombre en marche... C'est un récit conté par un idiot, plein de sons et de furie, ne signifiant rien"

 

photo.jpg

De : Jacques Bordelais <jacquesbordelais@gmail.com>
À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>
Date : 16 février 2010 18:18
 
Bonjour David,

J'étais depuis quinze jours à Singapour puis surtout en Birmanie. Là bas pas de téléphone international et aucun accès Internet, ce qui est sans doute très rare dans le monde d'aujourd'hui.


Il s'agit évidemment d'une dictature militaire mais on ne nous en donne jamais ici ni les origines : 30 ans de guerres civiles, ni la cause : l'affrontement direct entre Chinois et Américains. D'ailleurs où sont les libertés démocratiques dans la Région ? Chine ? Vietnam ? Laos ? Cambodge ? Sri-Lanka ? Indonésie ? Singapour ? Népal ?


J'ai donc lu ce matin quinze jours de David et Céline. Lu d'un coup avec le recul, et non au jour le jour, c'est un véritable OVNI et peut-être même un objet littéraire. Je n'ai donc pas été surpris par le classement flatteur et prometteur, Bravo.
Jacques Bordelais

 

TwiitHaski.jpg

Hier après-midi, Céline croise Delphine de Vigan rue du Four. Delphine de Vigan qui aujourd'hui fait la double-page du Figaroscope : elle et le XIe arrondissement.

 

GEDC6474.JPG

 

Hier, déjeuner campagne de Russie à la Casa Bini...

 

GEDC6454.JPG

 

De : Axel Brücker <trailersmuseum@orange.fr>

À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>

Date : 16 février 2010 17:20

Objet : Bicentenaire

 

C'est au cours d'un déjeuner « historique » organisé par David Genzel qu'Edouard Moradpour et Axel Brücker ont lancé, en présence de Maître Szpiner, le projet de célébration franco-russe du Bicentenaire de la Campagne de Russie : 1812 / 2012 GUERRE & PAIX.

 

L'une plus grandes tragédies de l'Histoire de France est aussi l'histoire d'une amitié brisée, le ferment du patriotisme russe, et le décor grandiose de l'un des plus grands romans de tous les temps.

 

Plusieurs manifestations sont prévues à Moscou, à Borodino et le long de la Bérézina.

 

Il sera également rappelé que le conflit est né de l'idée d'une nation polonaise voulue par la France.

 

De nombreuses manifestations d'amitié franco-russe seront organisées, expositions, festivals de films etc.

 

1812 / 2012


GUERRE & PAIX


BICENTENAIRE DE LA CAMPAGNE DE RUSSIE

 

2012 sera l’année pour les Français et les Russes (et aussi les Polonais) du bicentenaire de la Campagne de Russie, appelée par les Russes « Guerre Patriotique ». « Отечественная война »

 

Cette guerre qui se déroule tout au long de l’année 1812 est l’une des plus grandes tragédies de l’Histoire de France et l’un des ciments profonds du patriotisme russe.

 

Elle est aussi la guerre d’une amitié brisée entre deux nations, entre deux empereurs qui s’opposent sur une vision différentes de l’Europe, la France voulant, déjà, faire de la Pologne une nation.

 

Enfin, elle est le décor d’un des plus grands romans de tous les temps : Guerre & Paix.

 

Les grandes dates et symboles en sont :

 

Pour mémoire : Le Traité de Tilsit 25 juin 1807

 

Juin 1812 : La plus grande armée jamais rassemblée (700 000 hommes) franchit le Niémen.

 

22 juin : Napoléon déclare la Guerre à la Russie qui ne répondait pas à son ultimatum.

 

17 août : Bataille de Smolensk

 

7 septembre : Bataille de la Moscowa (que les Russes appellent Bataille de Borodino)

 

14 septembre : Entrée des Français et de l’Empereur à Moscou. Installation au Kremlin.

 

14 au 18 septembre : Incendie de Moscou.

 

18 octobre : Début de la Retraite de Russie.

 

26 au 29 novembre : Passage de la Bérézina (près de la ville de Borissov)

 

5 décembre : L’Empereur retourne à Paris en laissant le commandement à Murat.

 

Bilan : près de 200 000 morts côté français et alliés et près de 150 000 prisonniers.

Près de 300 000 morts côté Russes.

 

Les Héros magnifiques :

 

Napoléon 1er, Alexandre 1er, Murat, Ney, Poniatowski, Koutouzov, Bagration, les plus grands maréchaux d’Empire et… Tolstoï.

 

Cette Campagne de Russie et la désastreuse Guerre d’Espagne entraînent l’effondrement de l’Empire, alors qu’au début de l’année 1812, Napoléon était au fait de sa gloire et régnait en paix sur le plus grand empire de tous les temps.

 

Cette Campagne est le ferment de l’unité des Russes et inspirera l’élan patriotique de l’Union Soviétique pendant la seconde guerre mondiale.

 

A la différence d’Hitler, les intentions de Napoléon était de faire prévaloir l’idée d’une nation polonaise.

 

Il y a dans cette tragédie, l’histoire d’une amitié brisée.

 

Il y aura dans cette commémoration, la célébration d’une amitié retrouvée.

 

A.B.

 

De : Edouard Moradpour <edouard_moradpour@yahoo.com>

À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>

Date : 16 février 2010 19:11

Objet : Re: Bicentenaire

 

Cher Axel

Je te remercie de ton e mail et de ta réactivité.

Nous avons en main un projet Franco-Russe extraordinaire !

Ceci, grâce à David qui a eu la bonne idée de nous réunir aujourd’hui, pour ce déjeuner superbe, plein de promesses. Merci, David !!!

Mais rien n’arrive par hasard et nos chemins étaient tracés pour nous rencontrer.

Et ce projet est justement ne en 2010, année de la France en Russie et de la Russie en France.

Je reviens vers toi très rapidement.

Je te remercie.

A très bientôt.

Avec amitié.

Edouard

 

Clin d'oeil à notre complicité avec Edouard...

 

davidetedward-affiche.jpg

Axel :

- Tu vois David, il n'y a pas de vie sans pub !


GEDC6458.JPG


1789 

 

Message du 16/02/10 à 11h14

De : Henri-Christian Schroeder <hcschroeder@hotmail.com>

A : David Genzel <davidgenzel@voila.fr>

Objet : "1789" / "Agence 1789" / "Dix-Sept-Cent-Quatre-Vingt-Neuf"

 

Bonjour,

 

Suite à la parution de l'information parue récemment dans plusieurs organes professionnels la semaine concernant le projet de création d'une nouvelle agence dénommée "1789", de nombreux annonceurs, investisseurs et candidats ayant cherché en vain à contacter directement cette dernière, il s'avère que d'autres entreprises avaient déjà déposé à l'INPI notamment dans la catégories N° 35 (publicité) cette marque ou une marque approchante dans une catégorie plus ou moins voisine :

 

: "1789" déposée en juin 2009 par l'agence éponyme (www.1-7-8-9.com)

: "AGENCE 1789" déposée en en mars 2008 par la holding de communication Avant-Garde (www.lesgens.fr)

: "1789 Une révolution dans le chèque-cadeaux" déposée en décembre 2005 par l'agence Kouro-Sivo (www.kourosivo.com / www.i-d.fr)

: "E 1789" déposée en 2001 par ACCENTURE (www.accenture.com)

: "www.1789.com" et "www.1789.fr" déposées par des cabinets de noms de domaine (www.nom.domaine.fr)

: "Agence Révolutions" utilisée depuis 2009 par le groupe de communication Leo Burnett (www.agence-revolutions.com)

 

Afin d'éviter toute confusion entre les différentes révolutions de communication en cours sur le marché, les fondateurs de cette nouvelle agence rappellent qu'il ne s'agit que d'un "nom de code" protégeant la confidentialité d'une enseigne qui ne sera révélée qu'ultérieurement. En attendant ces entrepreneurs ont procédé au dépôt de 3 marques intermédiaires pour ce nom de code qui ne sera utilisé que durant quelques mois:

 

: "1789 Paradoxal Branding !",

 

: "Dix-Sept-Cent-Quatre-Vingt-Neuf - Communication"

 

: "Mille-Sept-Cent-Quatre-Vingt-Neuf - Conseils"

 

sous une identité graphique totalement spécifique, afin d'éviter toute confusion avec des marques approchantes.

 

Par ailleurs, les fondateurs de cette dernière agence appellent à l'unité dans la révolution et se disent prêts à coopérer avec ceux (entrepreneurs, managers, consultants, créatifs...) qui partageraient leurs valeurs !

 

Contact : marie.team@wanadoo.fr

 

Et l'homme à la moto...

 

GEDC6456.JPG






David & Céline vont dans le même bateau

 


Repost 0
David Genzel - dans Culte
16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 10:36
GEDC6447.JPG
Avant de me connaître, Céline ne savait pas qu'Elisabeth Badinter était la fille de Marcel Bleustein-Blanchet.

De : Axel Brücker <trailersmuseum@orange.fr>

À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>

Envoyé le : Lun 15 Février 2010, 22 h 41 min 35 s

 

Les publicitaires et le Lion

 

A la manière de Jean de La Fontaine…

 lion001.jpg

 

Si toute vérité n’est pas bien bonne à dire,

Pour la publicité, mensonge est à bannir.

Ainsi parlait le Lion, en rage de convaincre,

À des petits lionceaux qui n’avaient rien à craindre.

 

Quand le vieux Lion mourut, il fallait l’enterrer

Oublier ses leçons et n’en rien retirer.

L’un disait que les marques ne servaient à rien.

L’autre parlait de lui-même en en disant grand bien.

 

Certains devinrent des tigres, des faucons, des requins ;

D’autres se convertirent en devenant larbins…

Un seul devint un Lion, et ce n’est pas mystère

Que pour devenir Lion, il faut suivre son père.

 

Axel B.

 

Extraordinnaire couverture médiatique de BHL... il ne manquait que son portrait par Olivier Roller...

 

Message du 15/02/10 à 20h57

De : Olivier Roller <olivier.roller@free.fr>

A : David Genzel <david.genzel@voila.fr>

Objet : BHL

bhl-david1-1.jpg

David,


Voici les mots de photographe que tu me demandes sur cette séance :


BHL est une icône, au sens où son image s'est cristallisée et que l'on conserve de lui cette image primitive. J'attendais depuis plusieurs années de le photographier, laissant patiemment le temps rattraper et dépasser l'image-icône. La séance a démarré avec retard, BHL ayant une interview télé non prévue. Toute la séance, j'ai eu l'impression de photographier une image, comme si face à moi, je photographiais une photographie taille réelle de BHL. Je lui ai dit. Il était disponible et attentif, mais il cherchait toujours à tirer l'image vers lui, changeant de pose toutes les deux photos. J'ai du passer la moitié du temps à lui demander de rester là, simplement sans bouger. Ses deux blackberry sonnaient avec une régularité exemplaire. A la fin, il m'a donné son email, on s'est dit qu'on se reverrait après sa folle période de promotion. A t-il vu la photo ?


Bien belle soirée à toi David,

Olivier

 

De : Alain Chouffan <achouffan@nouvelobs.com>

À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>

Date : 15 février 2010 17:02

 

Cher David,

Juste un mot pour dire combien je partage la réaction de Caroline Loeb sur le livre de Florence Aubenas Le quai de Ouistreham Ce formidable reportage qu'elle a fait sur ces travailleurs de l'ombre, sur ceux qui souffrent en silence, et que tout le monde ignore, sur cette France « niée et ignorée », est absolument remarquable. C'est tout a son honneur et je suis heureux que ce soit Caroline qui ait réagi la première. Je ne me suis pas trompé sur elle : elle a une vraie âme, une grandeur d'âme qui me rapproche à elle. Mieux : qui me colle à elle ! Après son spectacle j'avais une intuition, forte, aujourd'hui, c'est une certitude ! Et puis je suis fier que ce soit Le Nouvel Observateur, mon journal, qui ait publié ce formidable reportage de cette formidable Florence Aubenas qui n'a pas hésité à se plonger dans cet univers sordide pour nous sensibiliser. Encore « merci » Florence !

Alain Chouffan

 

Message du 15/02/10 à 14h07

De : Jean-Jacques Moscovitz <psychanalyseactuelle@free.fr>

A : David Genzel <david.genzel@voila.fr>

Objet : LE SAMEDI 20 FEVRIER 2010 À 10h30, NOUS RECEVONS CLAUDE LANZMANN

 

PSYCHANALYSE ACTUELLE

 

LE SAMEDI 20 FEVRIER 2010 à 10h30

 

Au Cinéma La Pagode au 57 bis rue de Babylone Paris 7ème


NOUS INVITONS


CLAUDE LANZMANN


POUR UNE RENCONTRE A PROPOS DE SON OUVRAGE


LE LIEVRE DE PATAGONIE

 

10h30 : Projection en présence de Claude Lanzmann du film : IL N’Y A QUE LA VIE

Projection suivie d'une rencontre - débat avec Claude Lanzmann

 

TOUTES NOS INFOS SUR LE SITE : http://psychanalyseactuelle.free.fr

 

Jeudi dernier, La Croix avait publié un superbe dossier : L'entreprise est un roman. A recommander : La nuit du Vojd d'Hervé Bel.


Vojd.jpg

Céline a toujours préféré gagner plus...

 

GEDC6446.JPG

Un Holiday Inn vient d'ouvrir 4 rue Danton. Le George Clooney de In the air saura où se servir de ses cartes ! Mais comme nous préférons Le Clezio et Rimbaud, nous recommandons le sublime Hôtel du Lys, 23 rue Serpente, juste à côté.

 

GEDC6449.JPG

Message du 16/02/10 à 08h24

De : Caroline Loeb <c.loeb@noos.fr>

A : David Genzel <david.genzel@voila.fr>

Objet : David Genzel, son blog... et Moi !


Cher David,


Axel Brücker dit que ton blog lui donne des ailes… C'est vrai que ça vole haut en ce moment! Et son "papier" sur Dumas, le nègre, qui n'est pas celui qu'on croit, est formidable! Paradoxe génial pour un écrivain métisse, que de prendre un nègre ! Mais qui est blanc/bleu dans la création? Nous ne sommes pas des anges… Mais nous avons bien des ailes.


Qui a des ailes, prend la plume… Je la prends donc !

 

Ça m'a évidemment amusé qu'Axel écrive hier dans ton blog : "Vous avez aimé Marcel Bleustein-Blanchet, Maurice Lévy... et moi ? Vous adorerez Dumas, le père, le fils... et moi !" Moi qui joue mon "Mistinguett, Madonna et Moi" tous les dimanches au Montmartre Galabru ! (allez hop ! ça n'est certainement pas ici qu'on me va me reprocher de me faire un peu d'auto publicité !)


Du coup, l'idée d'aller voir du côté de tous ces "et moi et moi et moi" Lanzmano/Dutronesques m'a titillée.

Il y a eu le très beau spectacle de Daniel Prévost "Federico, l'Espagne et moi", "Moïse, Dalida et Moi" d'Isabelle de Botton... Puis en cherchant sur Internet je suis tombée sur "Einstein, Darwin et moi", "Le don, la greffe et moi", "Le climat, ma planète et moi", "L'état, le droit et moi"… Une mine !

 

Ce qui est formidable avec le "et moi", c'est que ça marche avec tout !


Quelle que soit la proposition, c'est le "et moi" qui est intéressant. C'est le "et moi" qui finit le tableau. Puisque c'est le "et moi" qui donne l'émoi. Emois, émois, émois, oserais-je, en bonne lacanienne… C'est le côté Pschitt ! Vous vous souvenez de Pschitt citron, et Pschitt orange ? Entre les deux mon coeur balance? Ce sont les deux pôles autour desquels on se définit. X… Y… Et moi ! Ou Papa, maman et moi… Papa, la bonne et moi… Ça y'est ! Euréka ! Alléluia ! Mazeltov ! J'ai compris ! En fait, c'est l'éternel triangle ! C'est la Trinité. Tout s'éclaire… Lacan, le Saint Esprit… et moi, bien sûr ! Ha ! Ha ! Ha ! Soyons fous !

 

Post Scriptum : Hier, j'ai enregistré ma première de "Ça balance à Paris" pour Paris Première, et la question de savoir comment Florence Aubenas, dont l'image avait été multi diffusée, à la télé, sur des affiches géantes, à la une de tous les journaux, avait pu ne pas être reconnue pendant six mois alors qu'elle avait gardé son vrai nom a été évoquée. Comment quelqu'un d'aussi médiatisé avait-il donc réussi à devenir transparent! Ça semble incroyable ! Ça ne fait que souligner à quel point, femme faisant la queue au Pôle Emploi, puis femme de ménage, elle était devenue invisible !

 

Le contraire de "et moi" ! CQFD !

 

Un peu d'autosatisfaction...

 

De : Christine Boutin <chri78@wanadoo.fr>

À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>

Date : 15 février 2010 12:07

Objet : Ton blog

 

Oui la consécration est la ! Et ce n'est que justice. Sur le blog David et Céline on trouve ce que l'on ne trouve nulle part ailleurs ! David toujours prêt et dispo avec un réseau d'exception ! Bravo l'artiste.

Biz

CB

 

De : Alain Chouffan <achouffan@nouvelobs.com>

Date : 15 février 2010 11:21

À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>

 

Bravo David et Céline

Suis fier, heureux, enthousiaste, endiablé, pour ce classement !

C'est la récompense de tant d'efforts ! Et avec une jambe plâtrée !

Encore Bravo.

 

De : Axel Brücker <trailersmuseum@orange.fr>

À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>

Date : 15 février 2010 10:41

 

Bravo pour le blog dans le peloton des 300 meilleurs blogs d’over-blog.

Je pense que le moment est venu de rencontrer Maurice Levy (himself) pour engager les négociation serrées en vue d’en confier la régie exclusive au Groupe Publicis.

On ne manquera pas d’y trouver là-encore un conflit d’intérêt évident car la plupart des rédacteurs sont des anciens de Publicis ou des amis de Maurice, mais bon, mieux vaut travailler avec des amis.

Je déjeune avec Saada et je lui mets le marché en main ! Pour l’addition ? Je le laisse payer ?

Axel

 

De : Gérard Gros <gerardgrosconseil@gmail.com>

À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>

Date : 16 février 2010 10:10

 

BRAVO pour les résultats de ton blog amplement mérités en oubliant certaine censure (je plaisante).

Amitiés

GG

 

De : Michel Hebert <michel.hebert@jumpfrance.com>

À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>

Date : 15 février 2010 18:29

 

Je pense qu on fait difficilement mieux que David avec son blog, certes, mais aussi humainement et ça, ça compte de nos jours.

Michel Hebert

 

Message du 16/02/10 à 04h58

De : Fred Siksou <fred.siksou@free.fr>

A : David Genzel <david.genzel@voila.fr>

Objet : Opening night / Ouvert la nuit

 

Opening-Night-w.jpg


Cher David,

« … l’impossible fixation du féminin… » Au cœur de l’exposé de Vannina Micheli-Rechtmann hier soir au séminaire Image et Psychanalyse. J-J Moscovitz y est revenu et a fortement fait avancer sa proposition… image/langage. Puis après ces deux heures passées avec Gina Rowland et John Cassavetes, il a été constaté une irrépressible envie d’aller boire un boire un whisky…

Amitié,

Fred

 

Message du 15/02/10 à 15h13

De : Henri-Christian Schroeder <hcschroeder@hotmail.com>

A : David Genzel <davidgenzel@voila.fr>

Objet : "Mille-Sept-Cent-Quatre-Vingt-Neuf" : du paradoxe de la rémunération des agences !

 

Dear David,

 

De la rémunération de "Mille-Sept-Cent-Quatre-Vingt-Neuf": une révolution dans la révolution !

 

Dîner hebdomadaire comme chaque mercredi soir au restaurant "µ*à&§!?£$=" ( le gag: Martin Sorrel dînait en tête-à-tête avec le Président d'une grande entreprise de luxe dans le salon d'à coté !) avec nos clients du noyau dur du projet de l'anti-agence post-moderne "Mille-Sept-Cent-Quatre-Vingt-Neuf" - Conseils en Branding Paradoxal", que SCHROEDER & ASSOCIES ainsi que MARIE-TEAM accompagnent sur un mandat de 6 mois ! ....

 

Cette fois-ci la discussion a porté sur la gestion du paradoxe de la rémunération des agences, qui jusqu'à présent avait évolué à partir d'une commission, à l'origine au % de l'achat d'espace (l'âge d'or !) en direction d'une rémunération aux résultats (image, notoriété, ventes,...) en passant par le "cost + marge"...

 

Or si la formule ancienne de rémunération portait sur l'effort consenti et donc encourageait à la dépense, les formules actuelles sont en fait très pénalisantes et injustes.

 

Dans la formule "cost + marge" des honoraires, on part du principe que l'agence vend du temps, or elle vend en fait avant tout du talent, de l'expérience et des idées, qui ne peuvent pas être mesurées par un simple horloge ! Au delà de la notion de productivité, il s'agit de valoriser l'effet de levier procuré par une créativité et une expertise parfois instinctive en dehors de l'espace temps !

 

Dans la formule de rémunération aux résultats (à court-terme le plus souvent !), le biais peut même être encore plus pervers. De quels résultats une agence peut-elle être exclusivement responsable alors qu'elle ne maîtrise ni ne partage aucune des autres fonctions internes à l'entreprise concourant à ces même résultats, sans évoquer un brief imposé parfois totalement incomplet ou inadapté au vrai problème à résoudre : le Dr Mkg ne parle pas au DirCom qui ne parle pas au Dr commercial qui ne parle pas au DRH qui ne parle pas au DAF !) ?!

 

Pour "Mille-Sept-Cent-Quatre-Vingt-Neuf", le combat consiste à susciter une "communauté d'intérêts" garante du succès escompté, entre l'annonceur et l'agence à l'échelon le plus stratégique de la vie d'une entreprise: la contribution à la valeur du patrimoine de cette dernière, qui devrait être l'objectif prioritaire partagé: la prospérité appelle la prospérité et... inversement !

 

Aussi, est-ce pour cette raison, que "1789" souhaite révolutionner la relation agence/annonceur en se choisissant des clients, ou en étant choisi par ceux-ci, en unissant leurs efforts convergents dans la perspective de créer avant tout plus de richesse pour les deux parties. Bien sûr, il faut créer de l'image et de la notoriété, bien sûr il faut vouloir défendre ou accroître sa part de marché et ses ventes, mais la vraie raison d'être de deux entreprises partenaires n'est elle pas au final de générer plus de valeur pérenne aux actionnaires des deux entités ?

Pour y arriver, "Mille-Sept-Cent-Quatre-Vingt-Neuf' se propose donc de privilégier des annonceurs capables de partager avec leur agence, aussi les clefs de compréhension voire d'aide à la décision de leur politique générale d'entreprise et de leur stratégie financière. Ainsi, totalement immergée dans les choix structurants de ses clients, l'agence saura non seulement adresser les vraies problématiques prioritaires de ceux ci, mais aussi rechercher un consensus dans le seul intérêt supérieur commun ?

 

Chaque action de communication ou de marketing, stratégique ou tactique, externe ou interne, à long-terme ou à court-terme, grand public ou BtoB, ne pourra alors que s'envisager, et donc se mesurer, dans le sens général des objectifs de l'entreprise. Ainsi, par exemple, les deux parties en présence auront un intérêt commun de structurer un consensus sur la politique d'innovation, de qualité, de SAV, de "pricing" et de distribution, de par leur impact de cause à effet sur le succès d'une politique de communication...

 

De ce fait, une partie, négociée au cas par cas, de la rémunération de "Mill-Sept-Cent-Quatre-Vingt-Neuf" sera indexée sur un résultat d'accroissement de valeur mesurable apportée à l'entreprise cliente: une plus forte "brand image equity" qui enrichit durablement le haut de bilan, une relation client privilégiée qui renforce la valeur de la "life-time value" du fonds de commerce, une motivation des ressources humaines qui accroît leur productivité et la qualité de production ou de service, une mobilisation des actionnaires qui accroît le "price earning ratio" du capital, etc.

 

Une partie de cette rémunération variable sera soit réinvestie, par une holding ad-hoc des managers de l'agence, à un prix convenu d'avance (avant le début du programme de communication) en obligations, actions cotées en bourse ou en "private equity", ou même en prêt rémunéré à un taux d'intérêt abondé, soit versée directement sous forme de titres ou BSA par l'annonceur. Alternative: la mise en place d'un système équivalent à celui des stock-option. L'agence ne s'engageant à ne pas les vendre avant une échéance "lock-up" convenue d'un commun accord.

 

Inversement, il pourra aussi être proposé aux clients de l'agence d'investir dans l'agence via une holding interface assorti d'une clause de liquidité à échéance sous condition.

 

Cette méthode "win/win" exigera ainsi les deux parties à vraiment travailler de concert et d'éviter toutes les mascarades, les décisions purement subjectives et les opérations démagogiques ou gratuitement narcissiques.

 

Le premier entrepreneur à avoir eu cette idée, qu'il dut abandonner lorsqu'il fut racheté à la limite d'une OPA hostile, fut David Ogilvy, un visionnaire qui comprit avant tout le monde que la communication ne reposait pas seulement sur l'image de la marque mais aussi sur la relation avec le client...

 

Bref, ce dîner ressemblait en fait plus à un vrai petit laboratoire pour l'AACC !!!

 

Ce n'est qu'un début: la lutte continue !

 

HCS

 

Toute la profession a été secouée par l'injuste diatribe de Guillaume Pannaud dans Le Monde la semaine dernière. Espèrons que le "divin chauve" de Stratégies nous fasse part dans son hebdo de son point de vue...

 

GEDC6444.JPG

 




David & Céline vont dans le même bateau

 

Repost 0
David Genzel - dans Culte
15 février 2010 1 15 /02 /février /2010 10:41
A-nos-amours.jpg
Ce dimanche de Saint-Valentin, j'offre à Céline une projection d'A nos amours de Pialat au Forum des Images. Dans la salle, Anna Gavalda et Dominique Gaultier. Anna Gavalda avec un panier de fleurs... Anna Gavalda qui, à la sortie du film, sirote à la paille un Sprite.

Nous avions brunché chez Art Macaron...

GEDC6439.JPG"L'attrape coeur" de Lydie et Mathieu Mandard

La veille, nous avions fêté l'année du Tigre au Coin des gourmets, rue Dante.

GEDC6446.JPG
Vendredi, nous déjeunons chez Davé.

GEDC1779.jpg(c) Céline

Davé me dédicace l'Entrée des fantômes de Jean-Jacques Schuhl...


GEDC6445.JPGGEDC6427.JPG
"Il sait des choses, ce petit Chinois lettré au visage insondable, aux allures de poupée délicate, où se déclenche parfois un rire mécanique qui résonne dans la salle vide. Oui, il en sait long sur la nuit, les arcanes de la ville, les motifs secrets, les échecs cachés des couturiers, des mannequins, des vedettes qui se confient à lui mais qu'il observe sans indulgence d'un oeil intérieur perçant et latéral, sensible aussi à des beautés paradoxales"

Et, lors de ce déjeuner, Davé nous a entretenu de son amie Kate Moss et d'Alexander McQueen...

A quelques numéros de chez Davé, 20 rue de Richelieu, l'opération LOL de David Ken...

De : David Ken <david@davidken.com>

À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>

Date : 13 février 2010 18:05

Objet : David Ken , LOL Project

 

Cher David,

Merci pour ton soutien au LOL Project,

Voici un petit souvenir amical

Bien à toi

David Ken

 

DKen_T7E6708.jpeg

DKen_T7E6716.jpeg


Boulevard Saint-Germain, Céline photographie... Olivier Roller.


GEDC6443.JPG

Samedi, la cultissime exposition de Pierre Molinier chez Kamel Mennour rue Saint-André-des-Arts.

 

GEDC6430.JPG

GEDC6433.JPG

GEDC6436.JPG

Dans Version Femina, les adresses secrètes du galeriste.

 

GEDC6444.JPG

Dans le Figaro, un très beau papier de Bertrand de Saint Vincent sur la lumineuse rencontre Michèle Morgan Olivier Dassault réunis à la galerie Artistes en lumière. Au grand plaisir de notre ami Gérard Gros. Michèle Morgan va co-présider cet été La fôret des livres avec Charles Aznavour...

 

ZOUXOU350.jpgZOUXOU352.jpgZOUXOU354.jpg(c) Photos Louis Monier

 

A la Hune, deux nouvelles revues à la une !

 

GEDC6429.JPG

Samedi, BHL déjeune à la Société. Au même moment, Jonathan Littell déjeune au Chai de l'abbaye en boutons de manchette.

 

Caroline Loeb fait l'éloge de Florence Aubenas...

 

Message du 15/02/10 à 10h20

De : Caroline Loeb <c.loeb@noos.fr>

A : David Genzel <david.genzel@voila.fr>

Objet : La belle âme de Florence Aubenas

 

Patrice-Normand.jpg(c) Photo Patrice Normand

 

Florence Aubenas est extraordinaire. Non seulement elle nous a épatés par sa lumière, son sourire lorsqu'elle a été libérée le 12 juin 2005. Mais en plus, elle continue à se passionner pour les autres avec une belle âme, bien loin du cynisme parisien. Son nouveau livre Le quai de Ouistreham est splendide. D'abord, la plume. Ça n'est pas un livre de journaliste. C'est un livre d'écrivain. Le style est précis, sobre, ciselé, avec des images qui percutent, justes et émouvantes.


Puis le sujet. Fort. Très fort. Florence Aubenas dans la peau d'une femme qui cherche du boulot à Caen, nous décrit la misère. Celle de la précarité, des passages obligés au Pôle Emploi où on vous balance à la gueule qu'il y a rien. Celle des stages bidons qui sont là pour faire baisser les chiffres du chômage. Celle de ces femmes prêtes à tout pour travailler. Il n'y a jamais de condescendance. Jamais de complaisance. Jamais de nombrilisme. Jamais de poésie à deux balles. Elle est tout à la fois lucide et tendre pour ces vies sur lesquelles règne la cruauté du monde du travail. Elle décrit avec minutie l'enfer sur terre.


Parfois une phrase suffit, et un monde surgit. "Heureusement, mon mari est parti". On devine le cauchemar quotidien, l'homme qui boit, ou qui cogne, ou qui fait des reproches, ou qui ne fait rien. Rien d'autre que rester prostré devant la télé.


Elle nous embarque dans ces journées, ces nuits sans espoir, sans sommeil, où il faut trimer dur et la boucler. On dit femme de ménage. Pourtant il y a des hommes. Peu. Et c'est pas eux qui vont récurer les chiottes sur le Ferry ! Les "sanis", les sanitaires quoi, c'est un travail de gonzesse. Où ça va se nicher la petite misogynie quotidienne! A bord, quand les anglais ont débarqué, la croisière, elle ne s'amuse pas du tout !


Quand on oublie pourquoi il faut continuer à défendre les droits des femmes ici et maintenant, la réalité est là pour nous le rappeler. Il parait que Florence Aubenas n'est pas féministe. M'est avis qu'elle est comme monsieur Jourdain. Féministe sans le savoir. Son livre porte un beau regard sur ces esclaves des temps modernes. Celles qui font "des heures", faute de trouver du travail. Celles qui disent, quand on leur alloue une prime de 200€ "Ça fera un genre de parachute doré !" Humour noir. Glaçant.


Celles qui lâchent : "C'est trop tard. J'ai vingt ans déjà" L'horizon bouché à vingt ans ? Oui.


Celles qui avouent : "On est bien obligés d'avoir la télé chez soi. Sinon qu'est ce qu'on ferait quand on a des invités ?"


La télé. Parlons en. L'obscénité des images qu'on nous balance à la télé me saute soudain à la gueule. Comment peut-on supporter ces images lisses et formatées quand on vit dans une telle misère ?


Comment peut on supporter les artistes et leurs affres de la création narcissiques et complaisants qui se répandent ?


Comment peut-on supporter ces pubs où l'on voit ces familles idéales qui n'existent pas ?


Quel effet ça fait de voir des gens gagner des fortunes à des jeux débiles quand on a mal partout ? Ça fait tenir ? Ça permet de se dire que peut être soi aussi, un jour on passera dans le poste et on gagnera le cocotier ou le séjour sous les palmiers ?


Quel effet ça fait de voir des intellos se chamailler sur des sujets abscons ? Ça doit leur tomber des neurones. Savent même pas de quoi il s'agit.


Quel effet ça fait de voir toutes ces émissions dont le personnage principal est l'argent, des fortunes des milliardaires/escrocs russes aux palaces clinquants des stars hollywoodiennes, quand on doit tenir sur 8€ à deux pour une semaine ?


De toutes façons, ils ne se donnent même pas la peine de changer de chaîne, les pauvres. Kéblos sur la une, qu'ils sont. Ils cherchent pas. Ils ont trouvé. Ils sont arrivés. Et une chose est sure, ils n'iront pas plus loin.

La couverture de Télérama de cette semaine proclame : "Halte à la France moche !" Tout à coup, l'obscénité du titre. Moche ?! Oui, c'est moche d'être sans boulot. Oui, c'est moche de se faire maltraiter par des employeurs cyniques et condescendants. Oui, c'est moche de se plier au cirque du Pôle Emploi alors que tout le monde sait très bien qu'il n'y a pas de travail. Oui, c'est moche de ne pas dormir et d'avoir faim. Pas top glamour d'aller récurer des chiottes à quatre pattes à six heures du matin. La beauté, c'est pas leur problème, aux pauvres. L'environnement non plus. Je les vois les prolos qui se goinfrent de sacs en plastique au Franprix, "pour ne pas manquer". Va donc leur expliquer qu'il faut faire gaffe au réchauffement de la planète alors qu'ils crèvent la dalle et de froid! L'écologie, c'est un gadget pour les riches. Y'a qu'à voir le prix des produits bio.


"Je suis devenue invisible" écrit Aubenas. Une femme de ménage EST invisible. Que c'est violent ! Quelle claque à nous tous.


Dans Le quai de Ouistreham les chiffres de ces chômeurs/meuses s'incarnent. Ils ne sont pas que des numéros, ils ont une vie.


Dans les mots de Florence Aubenas la douleur quotidienne devient palpable. Et les femmes qu'elle décrit, Victoria, Marylou accrochées à ce qui leur reste d'humanité sont bouleversantes.


Aubenas vient de réussir un livre magnifique sur la France niée et ignorée. Celle où les femmes sont invisibles.

 

De : Christine Boutin <chri78@wanadoo.fr>

À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>

Date : 14 février 2010 17:50

 

Cher David,

 

OUI ! J'ai lu Marianne et l'article concernant Fadela Amara. Certains pourraient le trouver à charge, moi je le trouve exact et juste.


Je pourrai même en mettre encore une couche, mais sans doute est-ce du à ma charité chrétienne, je n'ai pas envie d'en rajouter...


Cette période de ma vie où j'ai pu toucher du doigt l'insupportable : « les deux poids deux mesures », l'incompétence toujours protégée parce qu' intouchable, l'hypocrisie de tous feignant de ne rien voir tout en sachant tout, j'ai plus envie... de l'oublier que de la raconter !


Toujours est-il que dans la bagarre pour conserver l'ANRU, j'ai politiquement perdu à l'époque,  mais ceux qui ont vraiment perdu, ce sont toutes ces personnes qui attendent la rénovation urbaine et sociale de leur quartiers. Et... c'est cela le plus tragique et scandaleux de l'affaire !!!

 

Mais en ce jour de Saint Valentin il y a, comme chaque jour, après le dégoût, l'espérance.

 

Je veux saluer aujourd'hui tout ce que j'entends sur l'expérience de Florence Aubenas qui pour parler en vérité de la situation de la femme ouvrière n a pas hésité à mettre son talent et son statut au pied du mur ! Oui il existe des gens sincères et qui vont, sans tambour ni trompette , jusqu'au bout, pour dénoncer l'injustice. Il faut les saluer. Bravo Florence.

 

Je t'embrasse

 

Christine Boutin

 

De : François Grosliere <fgrosliere@nat.fr>

À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>

Envoyé le : Ven 12 Février 2010, 16 h 10 min 25 s

Objet : Salut David !


SALUT MARCEL !


Un petit clin d’œil d'un petit DA Clermontois de Publicis Activ Clermont-Ferrand, la plus petite antenne régionale d'une des plus grande agence mondiale, qui avait adoré l'hommage de CB NEWS en Avril 1996 à MARCEL !

Salut-Marcel--.jpg


Une image qui ne se jette pas quand on est piquousé comme moi à la pub et à Publicis (depuis 1987).

Ca fait toujours plaisir quand on parle de Marcel !

 

1789 !

 

From : Luc Laurentin <ll@limelight-consulting.com>

To : Henri-Christian Schroeder <hcschroeder@hotmail.com>

Subject : Mais qui est derrière la création de la nouvelle agence "1789" CONSEILS EN BRANDING PARADOXAL ?

Date : Sun, 14 Feb 2010 17:29:42 +0100

 

Bonjour Christian, j’aimerais beaucoup les rencontrer, peux-tu m’arranger cela ?

Amitiés

Bonne journée

Luc Laurentin

 

De : Frédéric Wolff <white.box@hotmail.com>

À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>

Date : 12 février 2010 16:13

Objet : 1789 … c’est quoi l’idée ?

 

Jarmush-Godard.jpg


Cher David,


Il y a deux jours, tu nous a encore offert un croisement intéressant : Guy Debord et 1789.


Et depuis une multitude de questions...


- 1789, l’anti agence ou le retour des situationnistes ?

- 1789, le branding paradoxal qui domine le passé pour dominer le présent ?

- 1789, la révolution des modes de pensées ?

Mais c’est quoi l’idée ?


Une aventure d’hommes, comme les aimait Marcel Bleustein-Blanchet « Finalement qu'est-ce qui compte le plus pour un homme digne de ce nom ? Les réussites ou les échecs ? Moi, je crois que ce sont les échecs, ou plutôt la façon dont on est capable de les surmonter. »


Une obligation de se dépasser, d'emmener les idées plus loin, comme Jim Jarmush citant Jean Luc Godard.


Une émotion, comme pour Philippe Michel qui aimait dire que les plus grandes campagnes sont celles dont la vérité particulière de la marque rencontre une vérité générale de la vie, et provoque une forme de jubilation, de coït des neurones.


Finalement,1789 le coït des idées iconoclastes ?

Là, ça commence à être plutôt pas mal.


Allez HCS encore un effort et la charte de 1789 sera vraiment révolutionniare.


A bientôt


Frédéric Wolff

 

De : Xavier Dordor <xd@pressemagazine.com>

À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>

Envoyé le : Ven 12 Février 2010, 12 h 12 min 00 s

 

Pour faire suite à la Charte des devoirs de la marque de Henri Christian Schroeder, je tu vous conseille la lecture de :


http://www.cluetrain.com/manifeste.html


95 sourates sur la communication, à lire jusqu’à la fin, que j’ai découvertes récemment je l’avoue alors qu’elles datent de 1999. Certaines sont extraordinaires et témoignent d’une grande qualité de vision.

XD

 

Un peu de littérature...

 

De : Axel Brücker <trailersmuseum@orange.fr>

À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>

Date : 13 février 2010 11:43

Objet : L'autre Dumas

 

Ton blog me donne des ailes !

Vous avez aimé Marcel Bleustein-Blanchet, Maurice Lévy... et moi ?

Vous adorerez Dumas, le père, le fils... et moi !

Axel

L’autre Dumas… ou l’autre « nègre » ?

 DUMASP-1.JPG

 

Quelle drôle d’idée de blanchir à ce point Alexandre Dumas dans un film qui se veut historique sur le plus célèbre « nègre » de la littérature française, Auguste Marquet, tâcheron pointilleux, qui assista Dumas dans ses plus grandes œuvres au point d’en revendiquer même la paternité, le génie. Dans ce rôle, le choix de Poelvoorde, écrasé par son maître, était judicieux et celui, énorme, pantagruélique de Depardieu dans celui de Dumas était parfait, sauf, sauf… que Dumas était noir, mulâtre, si l’on préfère… Et toute cette histoire de « nègre » littéraire et le procès qui en suivit firent les beaux jours des salons parisiens et de la presse entre le « nègre » et le « nègre » !

 


Dès le début du film, on est gêné par l’apparition d’un Dumas, tout blanc ! Un Dumas dont on a essayé de reproduire, le plus parfaitement possible, les moindres détails de la physionomie, avec cette corpulence énorme, la coiffure frisée, la moustache, les costumes, mais en gommant toute trace de négritude.

 

Faute historique ou faute de goût ?

 

Faute historique énorme car cette négritude est d’une grande importance dans la vie de Dumas, comme dans celle de son père, le Général Dumas, fils d’un aristocrate et d’une esclave et qui devint un héros des guerres de la Révolution. Dumas est justement le nom de cette esclave, ce nom revendiqué avec fierté par le Général, comme par l’écrivain. Cette négritude, souvent moquée et attaquée par leurs contemporains, tant dans la carrière militaire et révolutionnaire du père que dans la carrière littéraire du fils.

 

Faute de goût aussi, au XXIème siècle, dans une France métissée, fière de sa diversité, unie bien plus dans l’œuvre de ses auteurs, de sa langue, de sa république, justement, que dans la couleur de la peau des Gaulois.

 

Ce film s’appelle L’autre Dumas… ça tombe bien.

 

A.B.

 

Message du 14/02/10 à 18h35

De : Richard Zrehen <r.zrehen@gmail.com>

A : David Genzel <david.genzel@voila.fr>

Objet : « A présent » chez Encre marine

 

Où il est question de célébrer le présent sans nostalgie ni regret...

Promotion d'hiver 2010 (1)

Une naissance à saluer, avec la parution de 2 élégants petits volumes, en ce début d'année bien froid : celle de « A présent » chez Encre marine, nouvelle collection consacrée au genre théorique, dirigée par un ami philosophe, François-David Sebbah, chez un éditeur au catalogue raffiné, Jacques Neyme.

Une nouvelle collection (soutenue par la plate-forme « Philosophie et technique » de l'EA Costech de l'Université de Compiègne), gaie et nietzschéenne, pour célébrer le nouveau et baliser les paradigmes en formation.

« A présent », qui veut :

Eprouver ce qui nous arrive. L'accueillir, l'affronter, y résister.

Interroger ce qui se profile, ce qui s'invente, innove ou fait retour.

Dire oui au théorique qui s'esquisse...

Pour lire la suite, aller à l'adresse suivante :

http://www.richardzrehen.blogspot.com/

 

De : Pierre de Bonneville <pdebonneville@gmail.com>

À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>

Envoyé le : Ven 12 Février 2010, 15 h 51 min 38 s

Objet : Françoise de Bonneville fait un tour a la piscine

 

Jusqu'au 28 février, au musée d' art et d' industrie de Roubaix, la celebrissime et sublime Piscine, a lieu l'originale expo sur ce groupe anglais de Bloomsbury dont Virginia Woolf n'était pas le moindre des membres : Françoise de Bonneville, en esthète ne pouvait manquer ça !

 

photo-copie-2.jpg

Cécilia Attias a t-elle assisté samedi au concert Isaac Albeniz et emmené Louis à la nouvelle Librairie Tschann Jeunesse boulevard du Montparnasse ?

 

GEDC6440.JPG

GEDC6441.JPG

 

Tschann qui rend hommage à Kostas Axelos...

 

GEDC6442.JPG

 

 





David & Céline vont dans le même bateau


 


Repost 0
David Genzel - dans Culte
12 février 2010 5 12 /02 /février /2010 11:00
Depuis que Bernard Moors m'a offert son exemplaire de La rage de convaincre... hier Jean Feldman, aujourd'hui Maurice Levy et Axel Brücker...
 

De : Maurice Levy <Maurice.Levy@publicisgroupe.com>

À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>

Date : 11 février 2010 13:40

Objet : MBB

 

C'est la passion qui l'animait le plus : passion pour la créativité, pour les hommes et les femmes du métier, pour l'honneur et l'éthique de ce métier à qui il a su donner ses lettres de noblesse. Marcel, c'était un homme d'idées et rien n'arrêtait l'idée, surtout quand on lui disait « tu as tort ». La régie ? L’agence ? Deux métiers séparés dans des entités séparées, toujours respectées, toujours respectueuses. S'il y avait eu la moindre confusion des genres, cela se serait su depuis longtemps et n'aurait pu durer 80 ans ! Marcel aimait la pub, la création, les idées, les gens, la vie quoi !

Maurice Levy

 

De : Axel Brücker <trailersmuseum@orange.fr>

À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>

Date : 11 février 2010 14:47

Objet : Monsieur Publicité

 

MRPUBL-2.JPGMRPUBL-1.JPG

 Monsieur Publicité

 

Formidable initiative de Bernard Moors qui donne sa bibliothèque de livres sur la pub au Musée de la Publicité, cette publicité qui a déjà son Histoire et ses Légendes.

 

En te donnant « La Rage de Convaincre » il t’a réservé la Bible, comme cette authentique Bible qui était toujours posée sur le bureau de Marcel Bleustein-Blanchet et que l’on retrouva intacte (authentique ! je l’ai tenue dans mes mains !) dans les ruines encore fumantes de l’immeuble de Publicis au lendemain de l’incendie.

 

En cherchant mon « Rage de Convaincre » pour le relire avec la patine du temps, je retrouve cet ouvrage sur le Lion, « Monsieur Publicité » de Marcel Germon. Cet exemplaire n’a pas de prix (pour moi), car il est dédicacé, fort aimablement, par l’auteur, mais aussi… par le héros du livre !

 

Un peu comme un Napoléon de Jean Tulard, que j’aurais fait dédicacer par l’Empereur !

 

A.B.

 

Ce matin, double petit-déjeuner au Flore. Je rassemble, en marieur professionnel, Thierry Consigny, Frank Tapiro et Patrick Allouche. Patrick avec qui je partage la complicité de Jean-Pierre Audour.

 

GEDC6426.JPGGEDC6425.JPG

Thierry nous apprend que son agence Saltimbanque est desormais Passage du Cheval Blanc, qu'il a abandonné l'option Mafia, et qu'il va organiser de sublimes déjeuners Saltimbanque... Thierry qui verrait bien Martin Hirsch en successeur de Nicolas Sarkozy !

 

18417.jpg

Frank Tapiro nous apprend son rapprochement physique avec l'agence Novembre, le 1er mars.

 

Message du 11/02/10 à 17h29

De : Henri-Christian Schroeder <hcschroeder@hotmail.com>

A : David Genzel <davidgenzel@voila.fr>

Objet : "1789", çà continue avec un pavé dans la mare : '"La Charte des Droits et des Devoirs de la Marque"

 

Dear David,

 

Après la parution en avant-première de l'info sur le projet « 1789 - Conseils en Branding, Marketing et Corporate Communications », dans ton blog DavidetCéline, reprise par Doc News et Stratégies, les nombreux appels de la Presse venant aux nouvelles (CB News, Les Echos, Le Figaro, Le Monde, La Tribune, ...), d'associations professionnelles, de dirigeants d'agence, de spécialistes et ... d'Annonceurs (3 !) intéressés par le concept de l'agence post-moderne, les "comploteurs" se sont retrouvés hier soir comme chaque mercredi à dîner chez ?+x#&*§"!/£$¤ pour faire le point sur ces retours d'informations...

 

Le plus surprenant, c'est l'approche de plusieurs « haut calibres », soit dirigeants d'agences de groupe, soit entrepreneurs indépendants à la tête d' entités créatives qui envisagent de s'associer à ce projet. Idem avec des investisseurs !

 

En attendant, entre la poire et le fromage, "ils" ont passé en revue leur devoir du WE dernier, cf la charte de bonne conduite des marques ci-dessous qui sera annexée à leurs contrats passés avec les annonceurs pour lesquels ils oeuvreront :

 

LA CHARTE DES DEVOIRS DE LA MARQUE :

 

Ta raison d'être jamais tu n'oublieras.

 

La vérité toujours tu diras.

 

Sur la qualité tu ne transigeras.

 

Dans l'amélioration et l'innovation de tes produits et services tu ne cesseras d'investir.

 

Avec tes salariés, fournisseurs et partenaires tes succès tu partageras.

 

Tes concurrents loyalement tu respecteras.

 

Rêver toujours tu feras.

 

Ton juste prix tu justifieras par une authentique valeur ajoutée.

 

Mieux que tes concurrents tu chercheras à faire.

 

Sa facile mise à disposition aux consommateurs tu favoriseras.

 

De la satisfaction en permanence de tes clients tu t'assureras.

 

Les contrefaçons et copies serviles sans indulgence tu attaqueras.

 

Pleinement responsable au plan social, économique, civique, environnemental et sanitaire tu seras.

 

Tes erreurs, malfaçons et accidents tu assumeras avec transparence et diligence.

 

De la pérennité de ton entreprise tu te préoccuperas.

 

La lutte continue !

 

HCS

 

From : Luc Lemaire <luc.lemaire@wanadoo.fr>

To : David Genzel <david.genzel@gmail.com>

Date : Thu, 11 Feb 2010 17:21:29 +0100

Subject : Nouvelle agence, disais-tu

 

Cher David,

j'ai vu l'article inspiré sur ton blog, cette idée de 1789 est fort intéressante même si je regrette d'être parmi les victimes du teasing - en d'autres termes, j'adorerais évidemment que tu me dises de qui il s'agit. Mais, me diras-tu... Voyons-nous pour bavarder, te disais-je l'autre jour.

A tout bientôt.

Luc Lemaire

11.II.2010

 

De : Stéphane Jacob <jacob_stephane@noos.fr>

À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>

Date : 12 février 2010 09:59

Objet : CHA 2010

 

photo-copie-1.jpg

 

CHA,

Une agence pleine de charme !

Amitié,

Stéphane

 

Et dans Elle, Juliette Greco nous fait partager ses recettes cultes !

 

lg_5888651_JulietteGreco.jpg

 

 

 

 

 

 

 

David & Céline vont dans le même bateau

 

 

 

 


 
Repost 0
David Genzel - dans Culte
11 février 2010 4 11 /02 /février /2010 10:30
1.jpg
Le ministère de la Culture lance un appel au mécénat portant sur 1 080 000 euros, afin de permettre à la BNF d'acquérir les archives de Guy Debord, convoitées par une université américaine et classées trésor national.

Buzz guydebordien de Stratégies sur l'agence mystérieuse 1789...

GEDC6413-copie-1.JPG
Céline est... Tigre !

Invitation_PotDuTigre-120210.jpg

Le Tigre
revient en kiosques et en librairies le samedi 13 février 2010, à la veille de l'année du Tigre.


Le Tigre, dorénavant sous-titré (la bête), poursuit son aventure, entamée il y a maintenant quatre ans. Avec les mêmes principes fondateurs : un journal indépendant (la majorité du capital est entre les mains de ses deux fondateurs), sans publicité, réalisé avec des logiciels libres.


Le communiqué de presse est en ligne à l'adresse suivante : http://www.le-tigre.net/IMG/pdf/CP01_labete.pdf


Ce nouveau Tigre est maintenant quinzomadaire : il paraîtra un samedi sur deux en kiosques et en librairies (les semaines paires). Il se frotte à l'actualité avec les mêmes désirs intellectuels et graphiques qu'auparavant.


La numérotation a été remise à zéro : c'est donc un numéro 1 qui sortira ce samedi.


Pour le découvrir en avant-première, Le Tigre vous donne rendez-vous à Paris le vendredi 12 février à partir de 18h30 au café-restaurant La Timbale, 2 rue de Versigny 75018 Paris.


Au plaisir de vous y retrouver,


Salutations rayées,


Le Tigre

 

De : Christian Lorin <cl.comvoce@yahoo.fr>

À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>

Envoyé le : Mer 10 Février 2010, 23 h 44 min 47 s

Objet : A quand Christine Boutin dans L'Invisible ?

 

Le nouveau magazine gratuit catholique. Plutôt moderne et bien mis en page, il donne un ton réformateur digne de notre amie Christine Boutin. Je ne sais si il en reste à l'Eglise St Germain des Près ou à St Sulpice, mais à Notre-Dame-des-Champs il s'est arraché comme des petits pains... En attendant sa multiplication de diffusion et la présence de la digne représentante des Démocrates Chrétiens pour rendre l'Invisible encore plus visible !

Christian Lorin

 

minnie_moskowitz.jpg


Message du 10/02/10 à 11h55

De : Jean-Jacques Moscovitz <jjmoscovitz@free.fr>

A : David Genzel <david.genzel@voila.fr>

 

Sublime-ma j'eusse été, je suis jeté au sub « Minie and Moscovitz »...

on the blog ton tien qui l'a...

JJM

 

Message du 10/02/10 à 14h39

De : Fred Siksou <fred.siksou@free.fr>

A : David Genzel <david.genzel@voila.fr>

Objet : TR: Cassavetes John

 

Mon cher David,

Pour info et pour mercis

Amitié

Fred

 

De : Vannina Micheli-Rechtman <vannina.micheli@wanadoo.fr>

A : Fred Siksou <fred.siksou@free.fr>

Envoyé : mercredi 10 février 2010 14:23

Objet : Re: Cassavetes John

 

Cher Fred

C’est super ! Merci !

En effet beaucoup de monde m’appelle pour venir le 15 !

Bises

Vannina

 

Bernard Moors transmet sa bibliothèque publicitaire au musée de la publicité.

 

GEDC6414-copie-1.JPG

Il m'a offert deux ouvrages cultes...

 

GEDC6419.JPG

Dans La rage de convaincre, j'ai mis en exergue le fameux nu à la rose de Rosy.

 

GEDC6420.JPG


Message du 10/02/10 à 15h37

De : Jean Feldman <Jean.Feldman@orange.fr>

A : David Genzel <davidgenzel@voila.fr>

Objet : Rosy

 

En 1962 je suis directeur artistique à Publicis qui gère Rosy depuis quelques années, on me confie la création de la prochaine campagne et je saute sur l’occasion de faire coïncider mes fantasmes avec la mission publicitaires : à moi la femme nue dans un magazine pour la première fois ! Jean-Lou Sieff réalise cette magnifique photo (le modèle est Hélène April et de petite taille avec ce corps parfait). La suite est une série de miracles ! Le client accepte l’idée sous la haute surveillance de sa femme. Les magasines aussi, à condition que le visage du modèle soit cadré pour ne pas la reconnaître... La suite appartient a la légende ! Quant à MBB, il n’a jamais manqué de citer cette campagne comme une des prouesses de Publicis ! Pour moi cette femme à la rose m’a offert 30 ans de bonheurs dans mon parcours de créateur !

Merci.

Jean

 

Gustavo Urruty expose son Obama à la galerie Etienne de Causans, 25 rue de Seine. Notre président ira t-il au vernissage ou préfèrera t-il les oeuvres de son géniteur ?!

 

A la galerie Françoise Paviot, 57 rue Sainte-Anne, les fabuleux polaroids de Barbara Crane.


Image-1-copie-1.jpg

Et ce soir, vernissage du Dialogue autour de l'Abstraction, Michèle Morgan et Olivier Dassault, 16 rue Benjamin Franklin. Gérard Gros prépare une importante cérémonie pour Michèle Morgan...

 

GerardMichele.jpg


 



David & Céline vont dans le même bateau

 

Repost 0
David Genzel - dans Culte
10 février 2010 3 10 /02 /février /2010 10:32
Quand je n'ai plus d'arguments pour apprécier un film, je renvoie à John Cassavetes...

startjohn.jpg

Message du 09/02/10 à 16h07

De : Fred Siksou <fred.siksou@free.fr>

A : David Genzel <david.genzel@voila.fr>

Objet : « John Cassavetes et le féminin : décryptage d’un regard de cinéaste »

 

Séminaire Année 2009-2010 à Espace Analytique

 

IMAGE ET PSYCHANALYSE :

QUEL REEL EN PRISE ENTRE DESIR DU PSYCHANALYSTE ET L'ŒUVRE DU CINEASTE ?

 

Animé par Vannina Micheli-Rechtmann et Jean-Jacques Moscovitz

 

Au 4, place Saint Germain des Près Paris 6e

 

LE LUNDI 15 FEVRIER 2010 à 21H

 

Vannina Micheli-Rechtman :

 

« John Cassavetes et le féminin :

décryptage d’un regard de cinéaste »

 

Dès les premières images, les films de John Cassavetes nous déconcertent, puis nous fascinent par leur originalité. Non seulement nous sommes rapidement plongés dans une histoire souvent difficile à saisir immédiatement, mais ses personnages présentent des particularités que l’on retrouve dans tous ses films : ils ne sont pas vraiment présentés ou situés dans une histoire, ils ne renvoient pas à une intériorité psychologique mais à une vérité de l’instant en accord avec la situation qu’ils subissent ou déclenchent, ils se cherchent constamment, sans assise logique, se constituant dans l’acte même de jouer comme s’il n’y avait pas d’intention au départ. Le statut du langage même est questionné, car les personnages de Cassavetes parlent beaucoup mais disent peu de choses, comme si les mots avaient peu de poids, les conversations sont parfois sans objet, comme si les personnages ne se reconnaissaient pas dans l’expression verbale par nature normative ou contraignante. La parole est donnée au corps qui devient d’une immédiateté absolue et possède une grande liberté de mouvement. Cassavetes filme ses personnages avec une grande proximité qui n’a rien à voir avec le voyeurisme car il s’accompagne d’une immense pudeur.

 

Infos : vannina.micheli@wanadoo.fr tél : 01 44 07 12 34 - jjmoscovitz@free.fr tél : 01 43 25 02 11

 

Plus d'arguments pour BHL, je renverrai à Frédéric Pagès.

 

Botul.jpg


Plus d'arguments pour la loi Evin...

 

i_love_you_phillip_morris-1.jpg

 

Les amitiés littéraires de Céline : Stéphane Million réveille Paris dans le Figaroscope d'aujourd'hui.

 

GEDC6412-copie-1.JPG

Et Charles Ficat publie Le samouraï, la mort et la beauté dans La revue des deux mondes.

 

26.jpg

Avec sa maestria habituelle, Gérard Gros remplit ce soir le théâtre Montparnasse avec Une comédie romantique de Gérard Sibleyras pour la Fondation contre le cancer du professeur Victor Israel.

 

Gerard-Gros.jpg

Souvenir de Polynésie de Matthieu Béjot.

 

De : Matthieu Béjot <matthieu.bejot@yahoo.fr>

À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>

Date : 9 février 2010 18:26

Objet : Quelques souvenirs d'une première journée bien remplie...

 

Cher David,


Je t'adresse quelques photos de notre déplacement à Tahiti où il fut question de nouvelles relations financières entre l'Etat et la Polynésie française, de la réforme du mode de scrutin et du cyclone OLI !!!

 

P2011173.jpegP2011183.jpeg

Une expérience unique et de beaux souvenirs tant les polynésiens sont gentils.


Bien à toi,


Matthieu


PS : Si tu as des astuces pour faciliter le jetlag je suis preneur...

 

De : Edith Lecoq <Edith.Lecoq@paris.fr>

À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>

Envoyé le : Mar 9 Février 2010, 16 h 50 min 05 s

Objet : P'tit bal de Saint-Sulpice à la Mairie du 6e

 

David et Céline,

Vous êtes invités à la fête du Mardi Gras au P’tit bal de Saint-Sulpice à la Mairie du 6e avec tous vos amis !

Avec vos masques…

Edith Lecoq

 

Affiche-A4-Ptut-Bal.jpg

De : Christian Lorin <cl.comvoce@yahoo.fr>

À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>

Envoyé le : Mer 10 Février 2010, 2 h 43 min 45 s

Objet : Le Blog de l'Odéon face à 126 millions de blogs !

 

C'est par ce chiffre mondial qu' a commencé la conférence sur les enjeux des médias sociaux organisée chez DDB Paris, à l'initiative du SYRPA (Syndicat de la Presse Agricole). Valérie Lacoste et Floriane Pelletier de Ketchum Digital nous ont emmené dans la blogosphère qui, aujourd'hui, n'est plus un phénomène de mode, mais une révolution qui va créer un changement fondamental dans la communication. C'est vrai que chacun de nous, internaute, passons en moyenne de 4 à 5 heures par jour sur le web à la fois professionnellement et en privé. Et que la France est le pays où il y a le plus de blogs ; que aujourd'hui ils sont devenus de réels outils de recrutement communautaire, de communication d'image et de réputation. D'ailleurs, Obama doit son élection en grande partie aux nombreux blogs spontanés en sa faveur ; la recette principale du succès passant par l'ouverture à la discussion et le dialogue. C'est pour vous David et Céline très encourageant, car dans ce domaine, vous excellez !

Votre fidèle correspondant blogueur...

Christian Lorin

 

Le premier à nous avoir parlé du Flore à Royat, Bruno Kemoun, qui y réside quand il va voir son client Michelin à Clermont-Ferrand. Bruno qui nous apprend que KR Media vient de regagner Unilever.

 

De : François Grosliere <fgrosliere@nat.fr>

À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>

Envoyé le : Mar 9 Février 2010, 12 h 36 min 22 s

Objet : Vous êtes invité à un vernissage 4 étoiles ****

 

Le vendredi 5 mars à ROYAT, à partir de 18h30


la Direction du Princesse Flore et moi-même,

avons le plaisir de vous inviter a un vernissage,

 

L'exposition de mes nouvelles toiles dans ce lieux mythique et luxueux,

est pour moi un événement 4 étoiles que j'aimerais partager à vous...

 

download_002.jpg

download.jpg

Du hall aux salles de séminaires, de "la table d' Isidore" aux salons particuliers,

vous découvrirez des lieux au charme 1900 ou mes "dames sur toiles"

vont sûrement, comme vous, beaucoup se plaire jusqu'au 11 avril.

A bientôt !

Amicalement

François Grosliere

 

Deux expos à ne pas manquer :

 

- Elina Brotherus à la GB Agency...

 

Brotherus.jpg 

- Julien Carreyn à la galerie Crèvecoeur...


julien-carrey.jpg

Un premier roman à lire absolument : La centrale, d'Elisabeth Filhol (P.O.L).


elisabeth-filhol-Renaud-Monfourny.jpg (c) Photo Renaud Monfourny

 

From : JF Le Scour <jf@jf-le-scour.com>

To : David Genzel <david.genzel@gmail.com>

Date : 2010/2/9

Subject : --"beauté !"--


 

_08884pm-copie.jpgjf le scour

http://www.jf-le-scour.com

 

Le PSG a battu Vesoul 1 à 0. Résultat merveilleux. Victoire pour le PSG sans humiliation pour Vesoul. Merci Pascal de nous avoir fait le compte-rendu en direct du match !

 

article_psg-vesoul-erding.jpg

 


 

David & Céline vont dans le même bateau

 

Repost 0
David Genzel - dans Culte
9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 10:30
GEDC6413.JPG

De : Christine Boutin <chri78@wanadoo.fr>

À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>

Date : 9 février 2010 00:00

Objet : Soirée Francis Lalanne

 

GEDC6408.JPG

Mon cher David,

Je ne peux en rentrant m'empêcher de t'adresser ces quelques lignes après avoir partage avec toi cette soirée unique : Café Carmen ! Magnifique écrin prés de Pigalle pour écouter une répertoire de textes choisis avec soin et délicatesse. Cher David, ce fut inoubliable ! C'était en effet la Première du nouveau spectacle de Francis Lalanne. Avec ses hussardes et son très élégant pourpoint, l'interprète accompagne d'une très jolie pianiste et d'une très jolie contrebassiste, nous a transporte ! La poésie se mêle a la chanson. Le ton est doux mais la violence de la passion sont tour a tour présentes et font bondir le cœur de joie, de passion et l'on a pu voir aussi quelques larmes couler. En un mot ce fut prés de deux heures sublimes. Après avoir tant donne Francis est venu nous embrasser, simplement, naturellement comme si cela allait de soi après avoir tant donne a son public. Merci Francis vous êtes un Grand.

Allez tous le voir et l'écouter : c'est magnifique.

Biz

Christine Boutin

 

Ce furent de superbes retrouvailles. Aujourd'hui, la maquette de CB News a changé et Edouard Moradpour et Fabienne Dexidour ont pu se rappeler quand l'agence d'Edouard, MGTB, hébergeait CB News à son lancement...

 

Message du 09/02/10 à 00h07

De : Edouard Moradpour <edouard_moradpour@yahoo.com>

A : David Genzel <davidgenzel@voila.fr>

Objet : Francis Lalanne

 

Mon Cher David,

Tu m as fais un plaisir immense et un superbe cadeau en m'invitant hier soir au concert sublime de Francis Lalanne : « Textes Immortels ». Ce « concert en toute intimité » au Café Carmen était un moment de pur délice pour ceux qui aiment la Chanson Française. L’arrivée surprise sur scène de Philippe Gérard, un des plus grands compositeurs français, a été également un moment extraordinaire, en dehors du temps.


GEDC6411.JPG


Christine Boutin est une femme d’exception et je te remercie de m’avoir donné la possibilité de faire sa connaissance ce soir, au sublime concert de Francis Lalanne.

Je te remercie de ce moment magique.

Avec amitié.

Edouard

 

Ailleurs, exactement !

 

De : Jean-Pierre Chebassier <jean-pierre.chebassier@ailleurs-exactement.com>

À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>

Date : 8 février 2010 16:08

Objet : Fer à cheval

 

GEDC6412.JPG


Bonjour David,

Tout cela n'est qu'une histoire de second degré : livrer notre secret de 10 ans : la chance... Et en faire bénéficier nos amis... Une façon aussi de se moquer un peu de nous et de ne pas faire trop les malins dans cette période d’incertitude que nous traversons plutôt bien (+6,5% de croissance en 2009 pour ailleurs-exactement) mais quel boulot ! On aura encore donc bien besoin de ce fer à cheval. Anecdote sur la noblesse de l’outil : chacun de ces fers a chaussé un animal de la Garde Républicaine et lui a évité bien des soucis de surchauffe sur le goudron parisien. Leur brillant actuel n’est du qu’a l’action conjuguée de nos efforts pour leur rendre un lustre et un patin étincelant pour l’occasion.

Amitié.

Jean-Pierre

 

Alain Chouffan n'a pas résisté aux charmes de Caroline Loeb...

 

From : Alain Chouffan <achouffan@nouvelobs.com>

To : David Genzel <david.genzel@gmail.com>

Date : 2010/2/8


Mon cher David,

 

Formidable Caroline Loeb ! J’ai adoré son spectacle « Mistinguett, Madonna… et moi ! » (1) et je m’empresse de le dire : Allez-y. Courez-y ! On s’y amuse follement ! Je suis tombé sur mes fesses ! Je pensais – à tort – que l’interprète du tube mondial C’est la Ouate, il y a une vingtaine d’années, et repris aujourd’hui comme gimmick dans une pub d’assurance à la télé, faisait partie de ces chanteuses au succès éphémère. Qu’elle était la chanteuse d’un tube, comme Desireless (Voyage, voyage) et qu’on n’entendrait plus jamais parler d’elle. Quelle erreur ! Caroline Loeb est non seulement présente dans tant de domaines - actrice, animatrice radio, chanteuse, metteuse en scène et écrivain - ne manquez pas ses réactions dans le DavidetCéline - qu’elle est loin d’être finie. Elle explose dans ce one woman show très réussi. On découvre une Caroline Loeb surprenante pour ceux qui ne la connaissait que par son tube ! Une véritable révélation !

 

D’abord physiquement. Superbe. Surtout quand elle se dénude au fil du spectacle, mais elle ne se met pas véritablement à nu. On imagine ce qu’elle cache de beau et elle a sûrement été d’une grande beauté. Un « beau corps » dit-elle et qu’elle crie haut et fort ce qui lui donne, sur scène, une superbe présence, surtout avec ses belles gambettes habillées de bas Chantal Thomass, son sourire craquant, ses yeux de chatte langoureuse, et sa voix câline. « Belle et bonne » comme disait Coluche ! « A 50 balais, je suis foutue comme Madonna ! » dit-elle. Et c’est vrai ! Pleine d’énergie, de charme et d’humour, elle nous fait partager toutes ses influences féminines. Tour à tour danseuse sexy, femme fragile, femme coquine ou femme à plumes, Caroline Loeb incarnait ce soir là, sous mes yeux écarquillés la Femme dans toutes ses splendeurs. Vite, Caroline, faut que je te revoie !

 

Christophe-Miguel1.JPG(c) Photo Christophe Miguel

 

Et puis ce spectacle aux multiples couleurs et aux multiples tenues, ces bottes, ces gants rouges ou son body sexy, explorant le répertoire de la chanson française à travers les artistes qui l’ont toujours inspirée, de Mistinguett à Madonna, ces femmes à forte personnalité, gouailleuses et drôles. D’ailleurs, ce tour de chant est un vrai moment de music-hall, dans un cabaret intimiste qu’elle a si bien créé. Elle chante Gainsbourg dans un texte inédit écrit pour Régine, Marlène, Joséphine Baker, Mistinguett, Arletty, Yvette Guibert et tant d’autres. Et une version totalement déjantée et pleine d’autodérision de C’est la Ouate et plus intelligente que l’image donnée dans les médias par son fameux tube.

 

Bref, la Loeb nous amuse, nous émeut, nous enchante et aime le contact avec le public. Certes, ce n’est pas une chanteuse à voix, mais elle chante juste. C’est une véritable enfant de la balle. En se promenant sur l’allée, et me reconnaissant, elle m’a tendrement caressé, micro en main, mon crâne chauve qui avait l’air de lui plaire ! Ouaaahhhhhh ! Quand tu veux ! Une belle performance, un humour débordant, plein de fantaisie et de provocation, Caroline nous séduit par sa gouaille et sa vitalité. Bref, cette Loeb là, il me la faut, il ne faut pas la rater ! C’est celle que je préfère !

 

Alain Chouffan

 

(1) Théâtre Montmartre Galabru. 4 rue de l’armé d’Orient. 75018. Face au 53, rue Lepic. Métro Abbesses ou Blanche. Tous les dimanches à 19 h.

 

Nous irons voir L'arbre et la fôret le 3 mars : l'affiche est signée Pierre Le Tan.

 

GEDC6414.JPG

Message du 08/02/10 à 12h05

De : Thomas Stern <stern.thomas@atjust.net>

A : David Genzel <david.genzel@voila.fr>

 

Mon bonjour à Ducreux.

En fait je lui dois beaucoup, puisqu'il m'a présenté à Pierre Lemonnier et permis d'entrer in the pub.

Thomas

 

De : Bruno Chatelin <bruno@m21entertainment.com>

À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>

Envoyé le : Lun 8 Février 2010, 12 h 45 min 31 s

 

Merci David. Combat inégal entre la souris et le MontBlanc pour le vote aux Cesar, je prends les paris : 15/85 (la plume d’Axel terrasse les souris).

 

L’arroseur arrosé :

http://majorbuzzfactory.blogspot.com/2010/02/dejeuner-ds-cesar-avec-david-genzel.html

A suivre...

 

Photos-Cultes-29-1109.jpg

Pour tous ceux que mes pronostics pour les Cesar interpellent, on me dit qu’ils sont nombreux à avoir réagi… nous avons créé ce petit sondage rapide (6 questions pour choisir VOS Cesar, à ce stade il s’agit encore d’une opinion et la votre sera aussi pertinente que la mienne).

 

Le sondage online et anonyme est réservé à l’usage exclusif des lecteurs du blog de David.


Le palmarès des Cesar sera, bien sur, publié sur le blog de David.

 

Cliquez pour y participer : http://tiny.cc/cesarvote

Alea jacta est.

 

Les coups de gueule sont conseillés, et nous comptons plus sur les amateurs de cinéma, que sur les critiques.

 

D’ailleurs je reviens de la formidable cérémonie de remise des prix du Syndicat de la Critique, un de ses vice présidents avec qui je débattais me confiait « ah non pas celui là, on parle de CINEMA ici » (il parlait d’un excellent film nommé aux Cesar, qui approche des 2M d’entrées et que j’ai beaucoup aimé)


Pour les accros voici le palmarès :

http://www.fest21.com/fr/blog/l_editeur/palmares_2009_les_prix_du_syndicat_francais_de_la_critique_de_cinema_et_des_films_de_television

 

PS : Bientôt un autre sondage sur les raseurs du cinéma.

 

Amitiés

Bruno Chatelin

 

Au Forum des images, du 10 février au 31 mars, la figure paternelle en 80 films.

 

peres-41254.jpg

Aujourd'hui, paraît en dvd collector le cultissime film de Steven Soderbergh : Girlfriend experience.

 

the_girlfriend_experience.jpg


L'1visible, gratuit catholique, sort avec en tête de proue, l'immense Michael Lonsdale.

 

couverturen01_m.jpg

Bonsoir M. Genzel,

Juste pour saluer mon ancien prof de pub en 1985 à l'ESLSCA. Si vous vous souvenez de moi, j'étais celui qui avait fait un exposé sur Jean-Edern Hallier. Le hasard a voulu que je travaille à l'agence Francom avec Patrick D'Elme dont je viens d'apprendre la disparition.

Cordialement.

Richard Barthelemy

 

Message du 09/02/10 à 00h25

De : Isabelle Musnik <isabelle_influencia@yahoo.fr>

A : David Genzel <davidgenzel@voila.fr>

Objet : CarnetTendance INfluencia

 

Chers David et Céline,

 

Vive l'interactivité ! Vive CarnetTendance INfluencia

 

Dans la vie, il faut toujours oser. Et quand on est comme moi, une passionnée, pourquoi se priver ? De plus, j'aime la presse, j'aime les media et je découvre chaque jour un peu plus ce qu'Internet peut apporter. J'aime aussi inventer et reculer les limites de nos métiers. INfluencia lance donc cette semaine le premier magazine digital en France totalement interactif, CarnetTendance INfluencia. Thème de cette année : le réenchantement.

 

Résolument précurseur, dans la forme et dans le fond, et international, ce magazine bimestriel décryptera le monde qui nous entoure, et décèlera les tendances de demain en matière de consommation et de communication.

 

Pour le premier numéro consacré au point de vente, Colette, a même imaginé une bande-son exclusive pour le magazine. Je te laisse découvrir mon nouveau « bébé », en images, et en son. Pour réenchanter notre quotidien !


Pour tous ceux qui comme vous, sont curieux, rendez-vous sur http://www.influenciatendance.net


Isabelle Musnik

 

Et, à la galerie Martel, Munoz... !

 

Jose_Munoz_carton_invitation.jpg

 

 

 


David & Céline vont dans le même bateau

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
David Genzel - dans Culte
8 février 2010 1 08 /02 /février /2010 10:39
A la galerie Géraldine Banier, 54 rue Jacob, ce nain d'Ottmar Hörl... m'est offert pour clore le débat sur l'identité nationale...


GEDC6396.JPG
Bientôt, le résultat des Césars...

 

 

De : Bruno Chatelin <bruno@m21entertainment.com>

 

 

À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>

Envoyé le : Ven 5 Février 2010, 17 h 41 min 26 s

 

Cher David,

 

Merci pour le lunch où on a pu refaire le monde…

 

GEDC6391-copie-1.JPG

Petite scène de métro entendue avant d’arriver au Flore, la mère ennuyée : le métro est immobilisé, la petite fille, 6 ou 7 ans, un livre Disney à la main : « c’est embêtant on va rater la moitié du film… ou alors on regarde la fin au cinéma et quand je rentre je téléchargerai le film ». La mère embarrassée lui chuchote quelque chose que j aurai bien aimé entendre ? Dis à nos camarades qui votent aux Cesar de voter en ligne, comme moi, c’est vraiment indolore et très rapide. Le vote électronique démarre aujourd’hui et sera ouvert jusqu'au samedi 27 février 2010 à midi. Pour ma part, sur mon bulletin de vote : 6 Cesar pour Le Concert, meilleur film étranger pour Gran Torino (le dernier Clint Eastwood où il joue aussi), Adjani et Cluzet les meilleurs (acteur/actrice), et Joey Starrrrrrrrrrrr dans un second rôle en espérant, pour rire un peu, qu’il monte sur scène en smoking et… Sans oublier (c’est de bon ton dans la profession) de donner deux prix pour Le prophète et  A l’origine, une étoile pour le meilleur premier film pour La première étoile, (on voit que les producteurs n’en sont pas à leur coup d’essai), meilleur docu pour Home bien sûr (pour donner envie d’aller voir Océans)… Et voila ! Rien pour Avatar et ses records de $ (pas en nombre d’entrées mais en box office, grâce au surcout de la 3D), rien pour Slumdog, lui aussi millionnaire en roupies et en Pathé, c'était génial bien sur, mais j’ai l’impression d’avoir déjà voté pour lui, ou alors c’était aux European Film Awards l’an passé ?... Allez à vous de jouer !

 

intention_de_vote.jpg

Amitiés

Bruno Chatelin

 

From : Axel Brücker <trailersmuseum@orange.fr>

To : David Genzel <david.genzel@gmail.com>

Date : 2010/2/6

 

VOTECS-1.JPG 

 

Morituri te salutant !

 

David me demande pour qui je vote aux Césars.

 

Non mais ?

 

Pour qui je vote aux régionales, d’accord, je veux bien le lui dire et même qu’il le publie sur son blog, l’un des blogs les plus lus dans la com’ et toute cette sorte de choses… je le lui dirais bien, mais, pour l’instant, je sais seulement pour qui je ne voterai pas et je compte bien arriver très tôt au bureau de vote, avec sandwichs et boissons, pour avoir encore une bonne journée de réflexion dans l’isoloir.

 

Mais les Césars ? Je ne vais pas me fâcher avec tous ceux pour qui je ne voterai pas et je garde en réserve de les féliciter, le moment venu, pour leur victoire ou de regretter leur échec en affectant toujours la mine de celui qui, évidemment, avait voté pour eux… ça va sans dire !

 

En revanche, il n’est pas interdit de demander à l’un des Mac-Mahoniens historiques son pronostic, son expertise, non du cinéma, mais de la profession du cinéma… des « professionnels de la profession » aurait dit Godard.

 

David me demande, par exemple, si je vote pour Adjani, la favorite des médias, la couverture des magazines pour son… César annoncé.

 

Mais Adjani n’aura pas le César, car une grande partie de la « profession » ne votera jamais pour La Journée de la Jupe sorti à la télévision avant les salles, bousculant avec Arte la fragile chronologie des médias. David, lacanien, écrira alors à ce sujet La Journée de la Dupe.

 

Je verrai bien alors Sandrine Kiberlain ramasser ce trophée, elle le mérite et je vote pour elle.

 

Le grand vainqueur de ces Césars sera, à n’en pas douter, le film Un Prophète  avec, sans aucun doute, le trophée du Meilleur Film, et, celui de la mise en scène pour Jacques Audiard pourrait même cumuler avec celui de meilleur réalisateur ! Sorte de César du pléonasme !

 

Le grand perdant, et « chouchou » des médias, sera, hélas, Le Concert très joli film et nommé dans de très nombreuses catégories… y compris la « meilleure musique » (en espérant que Tchaïkovski sera disponible ce soir-là) et qui risque de repartir… déconcerté (Genzel va adorer !)

 

A.B.

 

Vendredi soir, projection à l'UGC Odéon de In the air avec un fabuleux Georges Clooney. Ce film, prolongement de La question humaine de Nicolas Klotz, pourrait avoir le prix du meilleur film des DRH !

 

GEDC6395.JPG

A l'époque de Carrefour-Defforey-Impact, Pierre Lemonnier me parlait souvent de Patrick d'Elme...

 

pic.php.jpg

De : Benoît de Laurens <benoit.delaurens@lowestrateus.com>

À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>

Envoyé le : Sam 6 Février 2010, 22 h 15 min 48 s

Objet : Je suis triste

 

Patrick d'Elme est mort. Il était mon ami et je suis triste.

 

Comment évoquer cette personnalité hors norme ? Il a porté haut les couleurs de la communication et des relations publiques. Président de Francom dont tant d'entre nous sont issus, il avait formé et donné sa chance et sa confiance à tant de jeunes. Patrick c'était la fulgurance du bon sens et de l'humanité. C'était un immense stratège de la communication. Beaucoup d'entreprises et d'hommes politiques ont profité de son génie. C'était un pur qui ne s'est jamais enrichi pour d'ailleurs finir ruiné. C'était un entrepreneur dans l'âme, enflammé et démesuré. Un passionné qui a toujours cru en l'intelligence des gens et des consommateurs. Théoricien de la confiance, ce fut un initiateur et promoteur d'une communication corporate responsable et transparente à laquelle il donna ses lettres de noblesses après avoir été le champion des relations publiques françaises. C'était aussi l'homme de tous les coups et toutes les démesures. Il fallait rire et rire encore, désarçonner ses interlocuteurs en prenant de la hauteur et descendre en piquée pour frapper par le bon sens et une acuité lumineuse. Jamais de jargon ou de fumeux dans ses propos. L'inconnu du bistrot où il aimait à prendre le pouls de l'opinion était aussi important et vital que le ministre ou le président de conseil d'administration. Son intelligence, sa douceur et son humanité profonde se retrouvaient dans sa plume alerte, claire, limpide et si pleine. (Il avait d'ailleurs une très belle écriture). Il nous a tant appris : à réfléchir, à écrire, à agir, à respecter. Ceux et celles qui l'ont aimé savaient pourquoi. Ceux et celles qui l'ont abandonné ne le méritaient tout simplement pas. J'ai passé entre Francom et BBDO corporate, 8 années de rigolade et d'intelligence avec lui. C'est beaucoup dans une vie professionnelle . La semaine dernière au téléphone, d'une voix lointaine et désabusée il se savait condamné, épuisé par ses traitements et par l'injustice de la vie. Quelle tristesse quand on sait que ce fut en quelque sorte notre Philippe Seguin de la communication : colérique, drôle, fulgurant, passionné de foot et de la vie en général qu'il a mordue à pleines dents. Instituteur, journaliste, écrivain, poète, critique d'art, éditeur, galeriste, organisateur d'événements culturels puis conseiller en communication et chef d'entreprise, sa vie fut un roman avec tant de rencontres, tant de réussites, tant de soubresauts, de rires et de pleurs, toujours conduite par l'obsession absolue de faire grandir les autres. Féru de poésie, de philosophie et de littérature, il fut en 68 secrétaire de rédaction de la prestigieuse revue "Etudes" où il appris le poids mots, la précision des termes et des concepts qu'il a si bien su nous transmettre.

Il y tant à dire quand on est triste et aussi en colère contre les broyeurs d'humanité... La communication perd un grand bonhomme.

 

Message du 06/02/10 18:19

De : Henri Baché <henribache@orange.fr>

A : David Genzel <david.genzel@voila.fr>

Objet : Patrick d’Elme

 

Tu viens de m'apprendre la cruelle disparition de Patrick d’Elme. Je l'avais eu au téléphone Lundi dernier. Il attendait une greffe du foie. Une voix faible presque déjà plus là. J'espérai une bonne nouvelle malgré tout. Nous ne nous étions jamais quittés. Francom, son agence, partageait des clients avec moi. La CNAF, la Sécurité Routière ; et bien sur Carrefour qui lui doit tant. Il a été un précurseur de la communication corporate ; de la communication éditoriale, des relations presse, de la communication interne .Il a formé des dizaines de collaborateurs qui tous doivent être aussi triste que moi. C'est un mec bien, un homme entier, travailleur, sérieux un garçon honnête qui disparaît. Ne l'oublions pas .Il est trop rare.

Toute mon amitié à sa famille et à tous ceux qui ont eu la chance de bien le connaître donc de l'aimer.

Que ceux qui lui ont fait du mal ne soient pas pardonnés !

Salut M. Delmassian. Salut camarade !

Henri Baché

 

De : Michel Hébert <michel.hebert@jumpfrance.com>

À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>

Date : 6 février 2010 18:08

 

J’ai connu Patrick bien sur, je l’ai d’abord connu à Francom, ou il avait monté un business, dont j’étais assez admiratif, je l’ai perdu de vue, puis je l’ai retrouvé quelques années plus tard. J’aimais bien sa faconde, il ne pouvait pas laisser les gens indifférents. Il était un « honnête homme » à mes yeux. C’est désolant, c’est toujours ceux la qui se barrent avant les autres.

Michel Hébert

 

Le décès de Patrick d'Elme a remémoré à Cristina Alonso la tragédie Bruno Le Moult...

 

GEDC1760.jpgPar Pierre Le Tan

De : Cristina Alonso <cr.alonso@orange.fr>

À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>

Date : 6 février 2010 19:35

Objet : Le tramway m'est passé au-dessus de la tête...

 

David, David...

 

Le saviez-vous ?... J'étais sur le point de vous tutoyer...

et puis je me suis reprise. Je ne vous ferai pas cette honte après ce qui vient de m'arriver.

A force de passer ma vie dans ma maison à écouter Marlena Shaw et Lilly Allen, loin des fastes de la capitale, de l'actualité culturelle, et accessoirement toute au rangement de ma cave (trier, jeter) je ne sais plus ce qui passe au-dehors... Et j'ai commis la boulette.

Celle que je devrais abandonner au sous-sol au lieu de vous l'offrir...

Voilà. L'autre soir, bien installée dans mon canapé, Félix sur mes genoux, mon Iphone greffé sur mon index, je regardais Un Barrage contre le Pacifique.

Isabelle Huppert était sublime.

Je lui envoie donc un texto : "Vous êtes sublime"...

Le lendemain, je m'enferme dans ma cave, (trier, ranger, jeter) et mon portable sonne. C'est Sandrine, l'assistante d'Isabelle...

- "Isabelle souhaite vous inviter..."

Moi ravie de la crèche : - "Ah un nouveau film ?"

Elle gênée : - "Non, Le tramway"...

Moi ridicule : "Ah oui ! bien sûr ! Le tramway".

Un ange passe...

Je ne l'ai pas vu venir ce putaing de tramway qui m'est passé dessus...

Voilà. La boulette.

LA PIECE QUI COMPTE. LA SEULE, L'UNIQUE, CELLE QUE JE DEVAIS CONNAITRE.

L'ACTU David...

Celle que vous maniez si bien...

Oui pardon, je ne suis plus rien, rien, rien. Mais. Je ne regrette rien.

Car dans ma cave, David, j'ai retrouvé quelqu'un. Bien plus proche de moi, qu'une pièce de théâtre... Oui quelqu'un dont j'aime toujours le regard, dont j'ai encore la voix en tête, le rire, les gestes. Bruno Le Moult. Dans un vieux Stratégies conservé là comme un trésor, "parce qu'on ne jette pas les journaux, les enfants, c'est compris !? Et j'ai relu l'article que j'avais écrit, et je me suis dit la larme à l’œil, que j'aimais beaucoup, beaucoup Bruno Le Moult et que nos déjeuners toujours rigolos me manquent.

 

Photos-Cultes-29-2235.jpeg 

Message du 05/02/10 à 18h19

De : Pierre de Bonneville <pierre@debonnevilleorlandini.com>

A : David Genzel <davidgenzel@voila.fr>

Objet : Poésie II

 

Céline, câline, calice, malice, aligne, maligne,

Céline, silène, six lignes, silice, sévices, dévisse,

dévide, David

 

Daniel Robert dépeint avec excellence l'Atelier Devarrieux...

 

De : Daniel Robert GymStill <info.gymstill@orange.fr>

À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>

Envoyé le : Sam 6 Février 2010, 18 h 54 min 33 s

 

Benoît Devarrieux et l’Atelier de Sisyphe. Par Daniel Robert

 

Nous nous sommes rencontrés dans une galerie. Il était plaqué au mur, un poil de sourcil attaquant sauvagement la pupille braquée sur le passant. Pour ma part, j’étais plaqué sur le mur adjacent, essayant de reculer la tête pour ne pas me faire repérer faisant mon arrogance discrète. Nous sommes restés ainsi sans un mot pendant quinze jours.

 

La rencontre était sous l’égide d’Olivier Roller. Deux autres invités, un certain Jacques S., connu pour faire croire avec succès depuis de très nombreuses décennies qu’il fait de la publicité, et un certain Eric T. Y qui porte un nom de lutteur de la pub.

 

Nous nous sommes retrouvés un peu plus tard tous quatre dans le magazine de photos De l'air, sages comme des images : nous faisions page à part.

 

Curieuse conversation muette entre nous. Nos égos hésitants entre la joie des consacrés et la douleur des persécutés.

 

Il est probable que ces miroirs insolents nous ont mieux fait comprendre les uns les autres. J’envisage d’organiser dans cet esprit quelques rencontres silencieuses. Quatre personnalités se réunissent un quart d’heure sans dire un mot, seulement en se regardant, assis sur des sièges transparents de Philippe S. Au moment de se séparer, chacun tend la main et la laisse à un centimètre de l’autre pendant quelques secondes. Nous pourrions nous faire prêter un salon par Beaubourg avec seize caméras, pour avoir un sentiment global.

 

En fait ces lignes sont issues de la présentation par Benoît D. de son Atelier. Si nos lèvres argentiques pouvaient parler, je leur dirai de l’encourager dans cette détermination si proche de la création et apparemment si loin du marché : les innovateurs ne sont pas les suiveurs.

 

Pour illustrer cela, je me suis permis de terminer l’histoire de Sisyphe, ce que personne n’avait vraiment pris le temps de faire. Voici la fin: le rocher, fatigué d’avoir roulé et roulé devint un jour léger comme un rêve lévitant au dessus de la cime.

 

Le rocher doré s’adressa alors à Benoît : que préfères-tu ? L’or, 12 vierges, ta place à la droite de Dieu, la Sainte Vierge, ou être le Nouveau Messie ?

 

Benoît, perturbé par tant de promesses faillit répondre « Je vais demander à Daniel. » Puis, réalisant sa folie, se reprit et lança « Le Nouveau Messie ! »

« Tu es sûr ? » « Messie, Messie ! »

 

Alors la voix résonna dans les vallées « Ah ! Ca fait plaisir une histoire qui finit bien ! »

 

Message du 07/02/10 à 13h53

De : Henri-Christian Schroeder <hcschroeder@hotmail.com>

A : David Genzel <davidgenzel@voila.fr>

Objet : Mais qui est derrière la création de la nouvelle agence "1789" CONSEILS EN BRANDING PARADOXAL ?

 

MAIS QUI EST DONC DERRIERE LE LANCEMENT PROCHAIN

DE LA NOUVELLE AGENCE "1789 - CONSEILS EN BRANDING PARADOXAL" ?

 

La rumeur enfle dans les restaurants et les cénacles les plus discrets fréquentés par la "crème de la crème" des agences, des annonceurs et des centrales ...

 

Ce très confidentiel projet de nouvelle agence, se voulant l'anti-agence "post-moderne" par excellence, imaginée et voulue par quelques jeunes managers et talents de haut niveau arrivés aux commandes de grandes enseignes de la publicité, des marketing services, de l'Internet, du design et du corporate, soutenue par plusieurs business angels issus de ce marché, remue actuellement beaucoup l'establishment de la Profession ...

 

Mais qu'en sait-on au juste ? Pas encore grand chose, si ce ne sont quelques bribes glanées auprès de certains grands annonceurs multinationaux et du CAC 40, approchés par les initiateurs de ce projet, séduits par l'originalité de ce dernier et en cours de pré-négociation pour leur confier hors-compétition certains de leurs budgets !

 

Résolument éclectique, cette non-agence positionnée comme une "manufacture iconoclaste de business ideas stratégiques pour marques et entreprises en situation paradoxale sur leur marché", procéderait actuellement (assistée par le cabinet de chasseurs de têtes MARIE TEAM) aussi bien au recrutement de spécialistes du conseil en stratégie de marque, du planning stratégique, de l'"audience planning", du "communication planning", de l'achat d'art et de l'optimisation budgétaire multicanal, qu' à la recherche d'acquisitions très ciblées (assistée par le cabinet de conseil en rapprochement d'entreprises SCHROEDER & ASSOCIES) de petites entités créatives dans le brand content & story telling, le buzz marketing, l'e-commerce, l'advertainment...

 

Autre originalité ! : fonctionnant comme une banque d'affaires ou un cabinet d'avocats et adossée à un réseaux d'experts indépendants de l'observation de la société et de la consommation (philosophe, phénoménologue, politologue, sociologue, psychanalyste, urbaniste, nutritionniste, ergonomiste, architecte...) ainsi qu' à un réseau d'artistes réputés (photographes, réalisateurs de cinéma, metteurs en scène de théâtre, écrivains, peintre, graphiste, sculpteur, acteurs, scénographe...) les managers de cette "entreprise de communication" en seront tous les "associés-gérants" . L'entreprise se fera également rémunérer en partie sur l'accroissement de valeur obtenu par les marques qui lui sont confiées. Une partie des profits ainsi générés par la rémunération de la sur-valeur mesurée, sera logée dans une holding de managers et ré-investie dans les entreprises clientes, sous forme d'obligations ou de prises de participation temporaires.

 

"La difficulté n'est pas de comprendre une idée nouvelle, c'est d'échapper aux idées anciennes !" J. Keynes.

 

Hier matin, nous croisons rue Saint-André-des-Arts, Gérard Ducreux qui nous parle de Thomas Stern. Et ce matin, nous recevons ce texte de... Thomas !

 

De : Thomas Stern <stern.thomas@atjust.net>

A : David Genzel <david.genzel@voila.fr>

Objet : Un truc de thomas stern sur le film de Safy Neubou

 

Cher David

 

L’Autre Dumas sort cette semaine, je l’ai vu ça m’a plu et j’aimerai communiquer par tes soins mon enthousiasme.

 

Amicalement Thomas

 

Si vous êtes comme moi, las des scénarios prévisibles, des films sans surprise, courez voir L’autre Dumas de Safy Nebbou, un film d’époque en costume, totalement inattendu, avec des vrais morceaux de désarroi dedans.

 

une-dumas.jpg

 

Désarroi du nègre littéraire, Poelvoorde sur son timide destin, bien sûr mais désarroi aussi de l’auteur en vue - Dumas - qui même s’il ne doute de rien- affichant devant le succès, les huissiers, les bulots, les femmes la révolution et le rôle des intellectuels, le même immense culot - montre une image fissurée.

 

Le plus grand talent de Safi, c’est d’avoir su capter et mettre en scène ces désarrois.

 

Ca n’a pas été facile, tant s’en faut, je me souviens pendant le tournage du calme dont cet éternel et fougueux jeune homme dût faire preuve dans la gestion au quotidien de deux monstres aussi sacrés qu’imprévisibles. N’empêche qu’il l’a fait.

 

Ca nous donne un Depardieu-Dumas au plus grand de son talent : zéro distance entre la personne et le personnage, comme Mitchum, Michel Simon.

 

Et un Poelvoorde-Macquet comme on ne l’a jamais vu, sorti de l’outré - où il est pourtant si poilant de  C’est arrivé près de chez vous à Monsieur Manhattan, en passant par Les camionneurs attendent - pour atterrir au plus près de ses complexités ambiguës.

 

Safi Nebbou aime, comme Sautet ou Resnais ou Carné, les acteurs. Il les films au plus loin des caricatures et des clichés qu’ils s’imposent à eux-mêmes, avec un respect dont on repère de moins en moins la trace dans un cinéma français, dont c’était pourtant, il n’y a pas si longtemps, la signature.

 

Thomas Stern

 

Message du 07/02/10 à 10h14

De : Caroline Loeb <c.loeb@noos.fr>

A : David Genzel <david.genzel@voila.fr>

Objet : Hamlet

 

Des crânes. Partout. En peinture, en sculpture, en couleur, en noir & blanc, en gants de laine, à l'endroit, à l'envers, en plexiglas, en mortadelle, en pastèque, en ivoire, en bois, en néon. Réalistes, surréalistes, hyper réalistes, abstraits, drôles, tragiques, inquiétants, précieux, dégoûtants, iconoclastes, pudiques, élégants, vulgaires, philosophiques, tape à l’œil, profonds, inutiles, anecdotiques, esthétiques, grotesques, repoussants, avec des oreilles de Mickey. Des squelettes, des cannes, des boîtes, des pendentifs, des colliers, un photophore, des vidéos, des masques, des anamorphoses, de Pompéi à Damian Hirst, de Zurbaran à Braque, d'Annette Messager à Picasso, de Clovis Trouille à Hélion, de Caravage à Baselitz, de Pierre et Gilles à Warhol, de Robert Mapplethorpe à Jean Pierre Raynaud, de Cyndi Sherman à Boltanski. C'est quasiment 2000 ans d'art qui sont concentrés au merveilleux musée Maillol pour l'exposition "C'est la vie !", autour du thème des vanités. Memento mori. "Souviens toi que tu vas mourir" soufflait l'esclave au vainqueur romain. Tout n'est que vanité. "Et après Dubaï, nous irons sans doute à Gstaad" souffle une vieille dame bronzée en vison à une autre vieille dame bronzée en vison. On est bien loin de la réflexion philosophique que ces oeuvres sont censées susciter. Le côté mise en abîme de la brièveté de l'existence terrestre leur passe complètement au dessus du brushing, alors qu'elles regardent distraitement ce qui ressemble fort à leur futur proche: des crânes.

 

Cet après midi, c'est vernissage. Du beau linge se presse pour avoir la primeur de cet accrochage exceptionnel. Flanquée de mon chevalier servant Axel Brücker, je dévore des yeux pendant qu'il me fait des commentaires malins et rigolos. On croise Maurice Tinchant, Dominique Fury, Irié et Laurent Laclos… Le tout Paris se presse à cette exposition exceptionnelle que l'on doit à Patrizia Nitti, Olivier et Bertrand Lorquin, Elisabeth Quin et Loïc Malle dans une scénographie parfaite de l'agence Klapisch-Claisse.

 

La représentation de la mort terrifie et fascine depuis la nuit des temps. Elle est depuis la plus Haute Antiquité un passage obligé dans la représentation de la vie. Dans les années 50, la tête de mort commence à devenir un motif galvaudé. A l'époque elle orne les motos des bikers et autres "Hell's Angels", puis est au cœur du mouvement punk "No future", déclinée en tatouages ad libitum. On la trouve désormais sur: en vrac, des T-shirts, des foulards, des chapeaux, des chaussettes, des jeans, des babygros, des capotes qui ne donnent ni la vie ni la mort, des nounours. Des glaçons (garçon, l'addition!), des biscuits, des bonbons, des nouilles noires colorées à l'encre de seiche en forme de tête de mort, des bougies, des mugs, des serviettes etc, etc. "C'est la vie !" La mort, c'est la vie, comme aurait pu le dire Rrose Selavy, aka Marcel Duchamp. Eros et Thanatos. On n'y échappe pas. Ni à l'un, ni à l'autre. Fuck la mort !

Une vitrine ouverte dans le mur de pierre et l'on est en face des nus pleins et costauds de Maillol, à l'état d'ébauche, en plâtre, sur des socles. Là, c'est plus Eros que Thanatos. La chair n'est pas triste et je repense à tous ces livres qu'il me reste à lire…

Mais la camarde me fauche à cette vision de vie pleine et sensuelle. C'est reparti pour la ronde macabre. L'expo est d'une richesse incroyable. La diversité et la qualité des oeuvres est stupéfiante.

 

"La mort nous rend bien littéraires" écrivait avec son humour grinçant Jules Renard, stigmatisant la vaine prétention de ceux qui veulent laisser une trace dérisoire de leur passage sur terre. Et pourtant… C'est bien la mort qui nous inspire nos plus belles oeuvres. Ou du moins la conscience qu'on en a. C'est cette fin impensable qui nous pousse à créer comme l'analyse finement Maurice Blanchot dans "L'espace littéraire".

 

Si les vanités de Pompéi ou du XVIIème siècle étaient là pour mettre le mortel en face de son destin, et le faire réfléchir, dorénavant la tête de mort est devenue un support de spéculation comme une autre et Damian Hirst le démontre brillamment (c'est le cas de le dire!) avec sa tête de mort recouverte de milliers de diamants.

 

Aujourd'hui la perte de sens et notre fuite en avant vers la fin de l'humanité dont on nous donne des (mauvaises) nouvelles tous les jours, ont fini par vider de son signifiant jusqu'aux têtes de mort, devenues un hochet de plus de la mode éphémère et narcissique et "No future" n'est plus un slogan balancé par des ados désespérés mais l'affirmation de notre horizon un peu plus bouché chaque jour. "C'est comment qu'on freine ?"

 

Cette angoisse de la mort, cette idée de la fin impossible à appréhender, cette question par définition sans réponse "Pourquoi vivre, puisqu'on va mourir ?" aura été au cœur de l'élaboration de toutes les religions, de toutes les philosophies, et des créations artistiques les plus diverses depuis la nuit des temps. Et cette exposition en est la démonstration brillante et jubilatoire.

 

"Viva la muerte !" lance Brücker, avec l'énergie du torero narguant la mort qui fait tourner sa cape flamboyante devant le taureau avec panache.

 

La question n'est plus "être ou ne pas être", mais bien "y aller ou ne pas y aller". Au Musée Maillol.

 

Y aller. Les yeux fermés. Puis les ouvrir. Et en prendre pour son grade. Mortel !

 

Message du 08/02/10 à 10h02

De : Christian Delprat <c.delprat@jvldir.com>

À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>

Envoyé le : Lun 8 Février 2010, 8 h 02 min 05 s

Objet : Ouate else !

 

Dimanche après-midi, entre 2 matches du Tournoi des VI Nations et une rencontre de 1ère Ligue, je zappe et que vois-je : Caroline Loeb. Le jeu s’appelle Slam, c’est sur FR3, et ça consiste à remplir une grille de mots fléchés. Caroline met la pâtée, genre 60 à 0, à un vieux chansonnier certes un peu usé et très myope, Jacques Mailhot. Mais l’intérêt est ailleurs : quelle fraîcheur, quelle différence, quelle classe ! Miss Loeb est d’un naturel et d’une spontanéité qui font vraiment du bien à voir et à entendre. Affublée d’une quinzaine de chaînes et colliers autour du cou (la TNT à elle seule), elle titille gentiment le gamin qui présente l’émission; je pense qu’il s’en souviendra. En finale, Caroline récolte une belle somme pour une oeuvre caritative.

 

Image-1.jpg

 

Je fonce sur Internet pour essayer de revoir cette image et je tombe sur une autre séquence : Caroline Loeb marraine de Canal 2VTV. La même donc, mais en plus gouailleuse, plus Arletty, prise en sandwich entre deux présentateurs gentils autant que maladroits. Elle invente même en direct un slogan plein d’humour : Canal 2VTV, la chaîne qui donne le torticolis. Pour voir cet extrait, ça ne s’invente pas, il faut aller sur www.wat.tv.

 

Image-3.jpg

 

Merci Caroline (vous permettez que je vous appelle Caroline), et j’espère avoir bientôt l’occasion de venir vous voir sur scène.

Christian Delprat

 

Depuis samedi soir grâce à A serious man, au MK2 Odéon, Céline sait ce qu'est un dibbouk !

 A-Serious-Man-001-Large.jpg

 

 

Bernard Noel en majesté dans Le matricule des anges...

 

GEDC6399.JPG

 

Les sublimes smoothies d'Eva à La vie en fruits, 116 bd Saint-Germain !

 

GEDC6394.JPG

Pour achever le week-end, Exterieur, nuit au Saint-André-des-Arts et la coquetterie de Christine Boisson...

 

exterieur-nuit1.jpg

 

 

 

 

David & Céline vont dans le même bateau

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
David Genzel - dans Culte
5 février 2010 5 05 /02 /février /2010 10:28
Deborah Marshall, la petite fille de Michèle Morgan, nous attend tous 50 rue de Bourgogne, mardi 9 février pour le vernissage d'Emelger, dont le braille fait partie intégrante de ses toiles.

De : Deborah Marshall <deborah.marshall@pinkdemarsh.com>

À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>

Date : 4 février 2010 19:53

Objet : Vernissage 9 fevrier

 

Cher David,

J'espère que vous serez parmi nous, mardi.

En tout cas voila l'invit.

Amitiés

Deborah Marshall

 

invit_mlg-1-.jpg

Jeudi 11 février, Arty Dandy, vernissage du lancement de l'édition limitée de l'affiche du Crazy Horse, réalisée par Hilton McConnico, rue de Furstemberg.

 

GEDC6391.JPG

De : Frédéric Wolff <white.box@hotmail.com>

À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>

Date : 4 février 2010 21:54

Objet : Vous êtes bien urbain

 

Ce soir PA Gillet ouvrait sa nouvelle exposition.


L'auteur du blog "après la pub" avait réuni plein d'amis, de curieux, d'artistes... et des publicitaires qui venaient après la pub.

 

Il y avait Pierre Arnaud, très christique, et ses tableaux.

 

PAGillet-1-.JPGTableaux-1-.JPG

Philippe Lafitte, concepteur rédacteur, scénariste et écrivain, qui publie son 4eme roman le mois prochain, et commence l'écriture de son nouveau livre demain matin.


Dominique Cozette, ex-chanteuse yéyé, ex-actrice, ex-psycho, longtemps prolifique fille de pub chez Lintas, écrivaine désormais branchée par la soudure à l'arc et la peinture acrylique, qui vide son sac tous les jours, avec un de ses très jolis dessins, dans www.cozette.org. Toutes ses oeuvres sur www.dominiquecozette.fr.

 

Didier Giner - concepteur rédacteur, très discret et immensément talentueux, qui adore depuis toujours débloquer les problèmes créatifs.

 

Benjamin Sanial - concepteur rédacteur chez BETC, auteur des délicieux spots de Lowe Alice "dans la pub", 4 messages dans l'autodérision la plus totale, le renversement de la charge des topoï qui courent sur la publicité, une structure en boucle et du rebond dans le phrasé ; la chute qui redécale le morceau et retombe sur ses pieds, à écouter en boucle, toujours.


Un buffet régressif.

 

BuffetRegressif-1-.JPG


Et la foule des vernissages.

 

A bientôt

Frédéric Wolff

 

Message du 04/02/10 à 10h51

De : Emmanuel Adely <e.adely@free.fr>

A : David Genzel <david.genzel@voila.fr>

Objet : le réel, nouvel opium ?

 

bien amicalement à vous.

ea

 

Chers amis,

nous serions très heureux de vous y retrouver

ea cb fd

 

Une exposition proposée par est-ce une bonne nouvelle (avec l'aide des artistes et écrivains présentés)

à la Galerie Les Filles du Calvaire. Paris

 

Soufiane Adel, Emmanuel Adely, Christian Barani, Taysir Batniji, yann beauvais, Edson Barrus, Raphaël Boccanfuso, François Bon, Arno Calleja, Sonia Chiambretto, David Christoffel, Sophie Coiffier, Anne-Marie Cornu, François Daireaux, Louise Desbrusses, frédéric dumond, Yan Duyvendak, Jean-Michel Espitallier, Jérôme Game, Agnès Geoffray, Julien Gourbeix, Fred Griot, Patrick Hébrard, Oh Eun Lee, Daniel Lê, Cyrille Martinez, Sabine Massenet, Sara Millot, Eléonore de Montesquiou, Françoise Parfait, patrick andré depuis1966, Alex Pou, Matthieu Savary, Jean-Claude Taki, Bertrand Wolff, Brigitte Zieger.

 

Invité par la galerie Les filles du calvaire, l'association est-ce une bonne nouvelle présente une exposition qui interroge le réel comme principe fictionnel autour des œuvres de plus d’une vingtaine de vidéastes et d’une dizaine d’écrivains.

 

Exposition du 4 février au 27 février 2010

Vernissage le jeudi 4 février de 18h30 à 21 h

Performances le samedi 20 février de 17h 30 à 19h

 

Commissariat : Emmanuel Adely, Christian Barani, frédéric dumond

 

GALERIE

LES FILLES DU CALVAIRE. PARIS

17 rue des Filles du Calvaire

www.fillesducalvaire.com

estceunebonnenouvelle.org

 

Grâce à Christine Chauvet, nous retrouvons trace de Clothaire Rapaille.

 

http://www.quebechebdo.com/article-n428128-Le-code-Rapaille.html?utm_source=infolettre&utm_campaign=Wednesday&utm_medium=email

 

Rapaille_027.jpg(c) Photo Thaïs Martel

 

Laurent Blanc dément qu'il va remplacer Raymond Domenech et Dominique Blanc est en lice pour un César.

Espèrons que chacun ne fasse pas déraper George Frêche et Alain Finkielkraut.


DBlanc.jpg 

Un peu de Paris...


9782749114552.jpg

Message du 04/02/10 à 11h50

De : Pierre de Bonneville <pierre@debonnevilleorlandini.com>

A : David Genzel <davidgenzel@voila.fr>

Objet : Poésie

 

David, avide, à vide, à vif, a vida, valide, aride, David, vide, vite, vice,

David, devis, dévie, dévié, des vies, devine, devin, divin...

 

Ce chauffeur de taxi me donne un indice de la crise. Avant, il distribuait 25 fiches par jour. Aujourd'hui, à peine 3...


GEDC6390-copie-1.JPG

 


 

David & Céline vont dans le même bateau

 

 

 

 



Repost 0
David Genzel - dans Culte

Présentation

davidetceline

davidetceline

Recherche

Liens