Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 mars 2008 5 21 /03 /mars /2008 14:27

Ce moment où la vie fait des promesses qu’il n’est pas question qu’elle tienne. Surtout pas.

Grégoire Bouillier,
Cap Canaveral

 
(La photo de couverture de Cap Canaveral est de Sophie Calle).


Cap-Canaveral.jpg

Jean-Edern Hallier avait coutume de philosopher : « Y a-t-il une vie avant la mort ? ». Je suis heureux de la réélection de Bernard Brochand à Cannes : il y a une vie après la pub !

 

Si notre président avait consulté le député-maire de Cannes, il n’aurait pas fait jouer six finales de C1 à Raymond Kopa - alors que celui-ci n’en compte que quatre - lors du discours prononcé pour la remise de la rosette d’officier de la Légion d’honneur !

Bon anniversaire à Francis Szpiner qui lui aussi est ravi de la réélection de Bernard Brochand !

De :

"Yves Simon" <yvesimon@club-internet.fr>

 

A :

davidgenzel@voila.fr

Date :

20/03/08 à 17h13

Fichier(s) joint(s)

 Olympia pano.jp... (589 ko)

Nous avons parlé de toi avec Francis S. hier au Flore. Il ne m'a dit que du
bien. J'ai mis sur mon site yves-simon.com (Actualité) quelques unes des
centaines de réactions après Olympia. Peut-être peux-tu en utiliser...
Amitié.
Yves
PS : je te joins un « instantané poétique » venu de l'Olympia qui était plein à craquer.

Olympia-pano-1.jpg

Et Francis Szpiner n’aura bientôt plus à rêver New-York !

Enorme déception avec notre voisin Pierre Moscovici. Certes, il a été élu conseiller-municipal de Valentigney, mais un sondage exclusif CSA-iTélé-Le-Parisien ne le crédite que de 9% d’intention des Français et de 8% des sympathisants socialistes, pour le voir conduire le PS. Céline sourit :

-         Comment peut-il conduire le parti sans permis ?!

Notre ami Karim Achoui nous le joue contre Sainte-Beuve, tout contre Sainte-Beuve ! Il nous préconise un triptyque de restaurants : Le Timbre, Chez You, La table de Fès.

Philippe Héraclès et Jean Orizet célèbreront le 1er avril dans les Salons du Lutetia les trente ans des éditions du Cherche Midi : 1712 titres publiés, plus de 1000 auteurs édités, 428 000 pages imprimés.

L’empire des Costes gagne Saint-Germain-des-Prés. Ils rouvrent cet été le club de jazz : Le Bilboquet, rue Saint-Benoît.

Au Flore, Céline aperçoit Judith Godrèche et Stefano Arcosi monter l’escalier à quelques secondes d’intervalle. Peut-être vont-ils évoquer avec nostalgie l’énorme succès des Ch’tis !

Titre de France Soir : « Alain Joyandet, de Vesoul à la rue Monsieur » :

-         Il fait le même parcours que moi ! commente Céline.

Le président du Stade toulousain déclare au Parisien : « Max Guazzini est un grand enfant ». Il parle de l’ancien fondateur d’NRJ comme Jean-Louis Trintignant de notre président.

Yann Andréa fume sa cigarette à la terrasse extérieure du Flore. Comme s’il n’était réduit qu’à être un coréen de M.D.

m-duras-9.jpg


 

David et Céline vont dans le même bateau.

 

 

 

Repost 0
David Genzel - dans Culte
20 mars 2008 4 20 /03 /mars /2008 10:26

Chase.jpgHier après-midi, en l’église Saint-Honoré d’Eylau, messe d’enterrement de mon ami Jacques Fort. Homélie par un prêtre espagnol, qui me fait songer à la célèbre chapelle des Espagnols de Santa Maria Novella à Florence. A chaque enterrement, je pense toujours aux rapports individuels du mort avec une personne particulière. Là, j’observais l’attitude très digne de Guillaume, son fils, et j’ai été très touché par son sms d’après la messe : « Merci David, j’aimerais te revoir à l’occasion, que tu me racontes ce que tu sais des belles années de papa ».

800px-Museo_di_santa_maria_novella-_cappellone_degli_spagnoli-_affreschi_di_andrea_di_bonaiuto_8.JPG
A l’enterrement de Philippe Habert, je n’arrêtais pas de scruter Claude Chirac. Mais c’est l’émotion de Bernadette qui m’avait le plus troublé. Ce qui restera pour moi de plus vertigineux, c’est la fratrie Goldman. Je me demanderai toujours ce que l’ancien étudiant de l’EDHEC, Jean-Jacques, pouvait imaginer de la vie de son demi-frère Pierre.

goldman.jpg
Philippe Couderc, dans Challenges, parle de La Maison géorgienne, le nouveau restaurant du 3 rue du Sabot : « Lieu étrange, très manoir médiéval de là-bas : Katchapouri, Kinkhali, Chachouchouli, Tchakapouli ».

Au Panthéon, une jonquille pour la vie. Le parvis du Panthéon accueille un jardin éphémère de 50 000 jonquilles, symbole de la lutte contre le cancer. En venant cueillir les jonquilles et autres fleurs de saison au profit de l’Institut Curie, les visiteurs contribueront à faire progresser la recherche.

Sharon Stone et la reine de Jordanie à la Cité de la réussite, les 4, 5 et 6 avril, au Sénat et à la Sorbonne.

Journée nationale du macaron ce jeudi 20 mars : les bénéfices des ventes du jour seront reversés à la Fédération des maladies orphelines. Le don et la dette : Hermé vous les uns les autres ! Céline ajoute :

-         Sur l’écran noir de nos nuits blanches, on peut mentionner Chantal Sébire…

----- Message transféré ----
De : FINELLE Catherine <cathfinelle@yahoo.fr>
À : ZIMERAY Alain <alainzimeray@yahoo.fr>
Envoyé le : Lundi, 17 Mars 2008, 21h32mn 21s
Objet : Blog de l'Odéon

Vraiment très sympa ce blog ; ai passe un très bon moment à le découvrir. Un bémol l’adresse du restau indien dépassé, vit sur sa réputation ; essaie plutôt Kirane très bien mais quartier moins fun avenue des ternes.

Bises,
Cath

De Sarcosette à Castafiore, Nadine Morano fait déjà le plein de surnoms : Toul le vaut bien ! Mais c’est une fois de plus Fadela Amara qui crée l’événement avec son interview décapante dans Têtu.

« Carlattitude », titre de Libé et bénédiction de Joffrin. Mais il oublie le référentiel absolu : Cécilia n’aurait jamais bénéficié d’une Tribune dans Le Monde !

Céline :

-         N’oublions pas mes petits lapins de chez Pascal Mutel !

Lapins.jpg
Au Flore, Laurence Parisot monte à l'étage, servie par Guy, le garçon préféré de Laure Adler. Céline persifle :

-         Elle a bien plus que moi la coiffure Bernard Thibault !


David et Céline vont dans le même bateau.

 

 

Repost 0
David Genzel - dans Culte
19 mars 2008 3 19 /03 /mars /2008 11:19

Hier, en pleine dérision, storytelling sarkozyste, je remarquais que notre président avait eu la chance de prononcer le tombeau de Lazare Ponticelli. La réalité a malheureusement rattrapé mon analyse, et aujourd’hui, l’affliction se conjugue à la fiction ! 

De : FORT Guillaume
A : GENZEL David
Objet : Jacques FORT
Date :
Tue, 18 Mar 2008 13:12:47 +0100

Bonjour,

Je suis Guillaume FORT le fils de Jacques, je ne sais pas si vous êtes le David Genzel de l’époque de FRA, mais si c’est le cas, je vous informe que mon père est décédé samedi dernier à la suite d’un cancer, et qu’une cérémonie sera célébrée demain à 14h30 l’église Saint Honoré d’Eylau à Paris 16ème.
Vous pouvez me joindre pour plus de renseignements au 06 60 90 16 99.
Bien à vous.

Guillaume FORT

PS : cette adresse mail est celle de mon amie, la mienne est guillaume.fort@kabo-productions.com mais je ne la consulte pas en ce moment.

Jacques Fort était un personnage totalement modianesque. Je le revois patron de l’agence Fort Roussel et Associés, 102 Champs Elysées, toujours en bras de chemise, me racontant la saga Darty ! Des policiers gardaient le hall de l’agence, mais c’était pour protéger la représentation turque ! Dans une pizzeria de la rue Marboeuf où nous déjeunions fréquemment, Jacques me refaisait le monde de la publicité. J’étais beaucoup plus jeune que Céline à l’époque, et j’aurais aimé qu’elle rencontre un éditeur aussi enthousiasmant ! Jacques a même participé à des campagnes giscardiennes avec Thierry Ardisson et Christian Bonnet ! Puis, il lui est arrivé ce qui arrive aujourd’hui fréquemment, la rupture de son couple. Et, contrairement à Simone de Beauvoir, c’est un homme rompu, que j’ai vu et revu souventes fois. Aujourd’hui, cela va me faire tout drôle de revoir Guillaume, que je n’ai connu que comme bébé à l’agence.

Hier, traversée du corridor Vaugirard en taxi. A la radio, une très belle interview de Jean-Louis Trintignant. Qui rend hommage à Laurent Terzieff, l’habitué du premier étage du Flore. Qui explique qu’il ne voit en notre président qu’un enfant. J’ai adoré la manière clean avec laquelle Jean-Louis Trintignant s’est comporté quand Bertrand Cantat s’est pris pour Supertramp !

Le-conformiste.jpg
Céline se précipite au kiosque face à La Hune pour acheter le numéro 2 de GQ, deux fois et demi plus cher que le premier numéro, qui a connu un formidable succès publicitaire. Elle me parle d’un article sur la communication élyséenne.

En passant devant Les Deux Magots, à la terrasse, un petit déjeuner de presse sur L’Islam expliqué aux nuls. Et, ô suprême dérision, devant l’Ecole de Médecine, une jeune fille noire distribuait un prospectus : « Moins 15% sur tous les produits daily Monop’ : ça va vous changer du kebab » !

Notre voisin Jocelyn Quivrin vient d’obtenir le premier prix Patrick-Dewaere attribué par un jury de journalistes, à un jeune espoir du cinéma français.

Dans Le Figaroscope, Yves Camdeborde, avec sa Crêperie du Comptoir, 9 carrefour de l’Odéon, vient d’obtenir la meilleure note jambon-beurre de Paris : « Son jambon-beurre rafle largement la mise avec un pain ayant la parfaite alchimie croûte-mie, un jambon artisanal de qualité, et un beurre de bonne facture ».

Dans les faims sans fin, 24h/24, le mythe nocturne de Saint-Germain-des-Prés, Le Pub Saint-Germain, 17 rue de l’Ancienne Comédie.  

De : COUDURIER Alix <alix.coudurier@gmail.com>
A : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>

Date : Tue, 18 Mar 2008 16:37:55 +0100

Bonsoir David,

Je suis ravie d'avoir de tes nouvelles si vite, c'est vrai que je me suis sentie un peu gênée lorsque Céline m'a demandé mes coordonnées, gênée parce que ce geste m'a étonné, je ne m'y attendais pas et cela m'a fait très plaisir, qu'on me tende la main comme cela, si gentiment.
Alors je serais ravie de rencontrer ces gens-là.
Je peux t'envoyer mon cv pour que tu saches un peu ce que j'ai fait de mes quelques années précédentes, et les activités qui m'intéressent, pour que tu me cernes un peu plus car notre rencontre fut assez brève. 
Mais j'ai cru comprendre que tu passais pas mal de temps dans ce café, peut être aurons nous l'occasion de nous revoir.
Je ne connais toujours pas ta relation avec Bruno, cela m'intrigue. Je suis passée hier chercher mon chèque, et avec l'arrivée du nouveau rédacteur en chef et la nouvelle équipe qui se forme au fur et à  mesure, je suis contente de voir que ce site évolue très bien, et que les grandes marques, avant frileuses, viennent d'elles même voir ce qui s'y passe. Contente, parce que j'ai connu les débuts difficiles et qu'aujourd'hui le travail  porte ses fruits. Un futur, donc, pour ce projet.
Un jour, j'arriverai à  savoir quel est ce mystère indicible qui te lie à  Bruno.

A bientôt,

Alix  


Un nouveau venu à l’Elysée va être chargé d’être l’œil de Nicolas Sarkozy sur Internet. Il s’appelle Nicolas
Princen. Ce cyber-renifleur va surement dénicher le blog de l’Odéon !

Le Canard Enchaîné : « Lundi 10 mars, dîner d’Etat offert en l’honneur de Shimon Péres à l’Elysée. Le couple Sarkozy accueille les invités au dîner. Présentations puis photo officielle. Carla se penche vers Péres et murmure : « Quand on me prend en photo pour sourire, je ne dis pas cheese, mais sexe ».

Hier, à déjeuner au Flore, télescopage : Albert Cossery à la table voisine d’Héléna Noguera. Mais l’égyptien paresseux part précipitamment, impatient de ne pas être servi assez vite !

Paris-le-Flore.jpg

 
De : « ATTAL Jerome » <mail-jerome@orange.fr>
A : « NAVARRE Céline » celine-navarre@voila.fr
Date : 18/03/08 à 17h10

Merci Céline. J’ai visité votre blog et j'y retournerai, heureux de savoir que quelqu'un (d'autre que moi :-) prend le pouls du quartier.
Des bisous,
Jérôme.


Sylvie Matton a apprécié le travail d’Alain Zimeray :

De : MATTON Sylvie  
A : GENZEL David

Date : Tue, 18 Mar 2008 11:03:35 +0100

Chers Céline et David,

Bravo, bon cru (jamais autre de toute façon, quel orgueil dans le jugement, fût-il + que positif...). Le reportage Zimeray réussi et sympathique, merci. Et merci aussi pour tous ces conseils de nourritures terrestres et autres.
Kisssssssss

S

Céline triomphe :

-         Tu as vu que notre président a ramené dans ses bagages de Vesoul notre maire Alain Joyandet pour remplacer Jean-Marie Bockel ! Mickaël Azouz va pouvoir lui offrir ses œufs en chocolat !

Sarko-Vesoul.jpgNotre président au CFA de Vesoul



David et Céline vont dans le même bateau.

 

 

Repost 0
David Genzel - dans Culte
18 mars 2008 2 18 /03 /mars /2008 09:37
Debord-copie-1.jpgParu précédemment chez Exils
 

Notre président a célébré son premier Tombeau : Lazare Ponticelli. Il n’y a pas de miracle, notre président a eu toutes les chances avec le dernier poilu ! Il s’appelait Ponticelli, et pas Jacques Martin, donc multiculturel, donc déjà en son sein perçait Carla Bruni, donc Lazare, le ressuscité, et même Lazare l’entrepreneur.

Céline rentre de la librairie Compagnie, rue des Ecoles, avec 10 ans 10 auteurs 10 nouvelles à la main :

-      Grégoire Bouillier, Philippe Jaenada, Ann Scott, Valérie Mréjen, Nicolas Rey, Simon Liberati… ! J’aurais du féliciter l’éditeur Guillaume Robert que j’ai croisé sortant de chez Flammarion !

Je plaisante Céline :

-         Tu as raté le meilleur, c’est le Cap Canaveral de Grégoire Bouillier qu’il fallait acheter ! Texte que Nelly Kapriélian dans Les Inrocks définit comme « un éclat d’étrangeté » et qui inaugure la nouvelle collection d’Allia à 3 Euros.

Céline s’en sort par :

-         Ce n’est même pas le prix d’une place du Printemps du cinéma !

Eric Laurrent signera son roman Renaissance italienne (Editions de Minuit), le jeudi 3 avril à 18 heures à la librairie Compagnie. Excellent papier à son sujet de Nelly Kapriélian dans Les Inrocks. Bien sûr, je ne peux penser à Eric Laurrent sans me référer à Ornela Vorpsi !

Parution du volume 8 du Tigre mars-avril, toujours aussi sublime.

Couverture_vol08.png
Alain Zimeray nous délivre son reportage sur l’installation Charles Matton au Flore. Alain Zimeray connaît bien l’œuvre de Matton, il y avait été sensibilisé par son père qui avait acquis en son temps « l’atelier Giacometti ». Jadis, Alain a été mon client, j’avais crée pour lui, avec le dandy Daniel Vignat, « l’intelligence service », puis il est devenu un ami très proche. Aujourd’hui, il photographie des nombrils et j’espère qu’il va bientôt exposer avec succès dans le VIe.

Matton-z1.jpg
Matton-z2.jpg
Céline revient de chez Rieffel avec la version anglaise du premier roman de Jay McInerney : Bright lights Big City, et sourit en me montrant la couverture : Odéon.
odeon-mcinerney.jpg
----- Message d'origine ----
De : VIGNALE Frédéric <redaction@lemague.net>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Lundi, 17 Mars 2008, 17h15mn 27s

Bonjour David,

Je connais bien votre blog, j'y suis allé plusieurs fois et j'ai noté l'article sur JM Restoux pour lequel j'étais numéro 3 de liste aux municipales.
Bravo ! C'est un bien beau lieu qui aime les gens et les livres. Seul bémol, le mague.net n'est pas en lien (rires).
En passant, je me permets deux suggestions de lectures pour vous qui avez un goût littéraire, ce sont : le livre de Marc Molk, pertes humaines chez Arléa et J'ai épousé une ombre Gallimard de David di Nota...

Bien à vous

fv

www.lemague.net

Il n’y avait pas de place vacante au bureau de Poste Paris-Médicis de la rue de Vaugirard, face au Sénat : notre président a donc livré Georges-Marc Benamou aux orgies romaines !

Céline me pose la question de la fiction :

-         Si tu n’avais pas découvert Barbara Michel par le blog, te plairait-elle tant ?

 

 
David et Céline vont dans le même bateau.

Repost 0
David Genzel - dans Culte
17 mars 2008 1 17 /03 /mars /2008 10:25

Un éléphant à bon marché, c’est rare.
Or, tout ce qui est rare, est cher.
Donc un éléphant à bon marché est cher.

Je pensais à ce syllogisme en forme de comptine en lisant dans Bakchich, sous la plume de Laurent Léger : « Le mariage de Cécilia, annoncé sur le site du Bon Marché ». Dans ce papier, un clin d’œil appuyé à l’autre Nicolas, le banquier fils de Raymond Barre.

Page 34 du numéro bling-bling de Libé, à lire à tout prix : « Le war-game de Guy Debord in situ » : Kriegspiel est l’adaptation d’une œuvre de l’écrivain inventée en 1965.

Debord.jpg
Ainsi, dérivons : hier, par pure approximation, j’imaginais Dominique Baudis visitant La Quincaillerie du 4 boulevard Saint-Germain. J’avais vu juste !

vitrine-1.jpg----- Message d'origine ----
De : GOLDSZTAJN philippe <info@laquincaillerie.com>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Dimanche, 16 Mars 2008, 19h18mn 44s

Merci David de cette parution,
qui me donne aussi le plaisir de découvrir votre blog.
Vous ne croyez pas si bien dire mais nous avons eu à maintes occasions la visite discrète, souriante et un peu longue de Dominique Baudis.
Assez étonnante pour qu'on la remarque.
Il vient  en ami plus qu'en client, entre deux.

Cordialement,

Philippe Goldsztajn

Barbara Michel nous décrit le happening électoral après l’élection de Jean-Christophe Fromentin :   

----- Message d'origine ----
De : MICHEL Michel <seishonagon@hotmail.fr>
À : GENZEL David  <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Lundi, 17 Mars 2008, 0h00mn 20s
Objet : La guerre de Neuilly n'aura pas lieu...

Petit tour à la mairie de Neuilly, devenue en peu de temps centre du monde... de l'UMP. Certains viennent pour voir un attentat au champagne comme la semaine dernière-mais il n'y aura de bagarre que pour obtenir les dernières flûtes de champagne... ou un whiskey. Buffet Fauchon, of course. Sifflets à l'annonce des résultats, remarques venimeuses en aparté pour commenter la piètre prestation orale du nouveau maire « il croit encore qu'il a été élu sur son programme » et de son challenger vindicatif « Arnaud Teullé se prend pour Astérix ! » ... Ambiance prudemment houleuse, car on est rebelle... mais pas trop : trois gardes du corps entourent Fromantin lorsqu'il se déplace, et on murmure qu'une quarantaine de policiers quadrille la mairie. On se révoltera un autre jour...

Le Bar, 27 rue de Condé, fait la fête aux femmes le 29 mars : il faut leur offrir des fleurs cette nuit là.

Le-bar.jpg
Le Bar
aurait pu requérir Paul-Armand Gette !

Paul_-Armand_Gette_Le_pubis_de_Sophie_aux_petales_de_Rosa.jpg
Pour répondre aux slogans sur le pouvoir d’achat, notre président pourrait aller se ravitailler en sandwichs chez le fameux Cosi, 54 rue de Seine. En plus, les airs d’opéra italiens raviraient Carla ! 

Cosi.jpg
Les musées du Luxembourg et Maillol semblaient des lieux improbables d’exposition. Et pourtant, quel triomphe de fréquentation ! Pour le fun, je rappelle à Céline la splendide rétrospective Christian Schad et ses deux filles de 1928.

schad.jpg
Edith Lecoq me téléphone hier soir pour m’annoncer la réélection de Jean-Pierre. J’en profite pour la remercier encore une fois d’avoir aidé à promouvoir l’exposition des photos de Louis Monier à la mairie du VIe.

 

David et Céline vont dans le même bateau.

 

 

Repost 0
David Genzel - dans Culte
16 mars 2008 7 16 /03 /mars /2008 14:16

Céline ne comprend pas pourquoi le titre du Magazine Littéraire refondu : « Les juifs et la littérature » m’enrage tant. Je me fais pédagogue :


J’ai vécu deux moments intenses ces dernières années de littérature juive, et j’aurais tant aimé te les faire partager. Jean-Quentin Châtelain au Théâtre Ouvert déjouant le Kaddish pour l’enfant qui ne naîtra pas d’Imre Kertész (Jean-Quentin Châtelain déjà si juste dans le Mars de Fritz Zorn et dans Exécuteur 14 !).


Chatelain.jpg
                 Le regretté Daniel Emilfork monologuant Pueblo Horno au Lucernaire.

daniel-emilfork.jpg(a) François-Marie Banier

Raphaël Sorin aussi m’exaspère quand il reproche à Denis Tillinac de ne pas avoir écrit son Dictionnaire amoureux de la France comme lui l’aurait écrit ! Fayard n’avait pas envie de publier la France du refoulé !

 


David Martinon n’a pas perdu la mairie de Limoges, pourtant, il s’est fait limoger par notre président ! Il ne fait plus partie du « dispositif » !

Cécile, dite Cécilia, en veut à Versace de s’être servie d’elle comme mannequin nuptial. Du coup, elle va prendre une autre griffe pour sa robe du 22 mars. 22 mars anniversaire, a-t-elle songé à inviter Daniel Cohn-Bendit ?!

De

« Yves SIMON »

 

A :

« David GENZEL »

Date :

14/03/08 à 14h29

Objet :

FW: ARTICLE CONCERNANT LE CONCERT D'YVES SIMON A AUXERRE LE 4MARS.

 

David,

L'exposition de Patrice-Flora Praxo à la galerie Dutko (11 rue Bonaparte)
est prolongée jusqu'au 15 avril.
Au compte rendu de Lesprit (qui en manque un peu je vous l'accorde alors que
la salle sans arrêt a vibré par les chansons et les mots dits), je préfère
la dernière phrase de l'article.
Je vous joins un autre article résultant du même concert joué une semaine
plus tôt à Auxerre avec les mêmes chansons et autant de mots prononcés. Deux
visions, donc...
Bien à vous.
Yves Simon

Objet : FW: ARTICLE CONCERNANT LE CONCERT D'YVES SIMON A AUXERRE LE 4MARS.

Bonjour,

J'ai assisté au concert
d'Yves Simon hier soir.
Je vous joins mon article dans  La Yonne libre qui se trouve également ici :
Avec mes remerciements pour l'attention que vous porterez à ce courrier.
Barbara Moreau

Article :

Yves Simon :* Les grands artistes sont ceux qui imposent à l'humanité
leur illusion particulière.*
Puisqu’Yves Simon aime les citations, en voilà une de Guy de Maupassant
qui lui convient tout à fait.
Certes, l'artiste qui s'est produit au théâtre municipal d'Auxerre hier
soir, le mardi 4 mars 08 est un artiste aux grandes qualités humaines :
gentillesse, magnanimité (le mot lui est cher puisqu'il le cite dans une
phrase de Marcel Proust : «Il n’y a que deux classes d’êtres : les
magnanimes et les autres; et je suis arrivé à un âge où il faut prendre
parti, décider une fois pour toutes qui on veut aimer et qui on veut
dédaigner, se tenir à ceux qu¹on aime et, pour réparer le temps qu¹on a
gâché avec les autres, ne plus les quitter jusqu¹à sa mort. »)

Généreux avec son public, il raconte des anecdotes, plaisante, le fait
fredonner et magnanime aussi avec ses musiciens dont il résume la
carrière : l'un a accompagné Coluche; l'autre a composé la musique
d'Ushuaia.

Mais ce qui m'a frappé chez Yves Simon, c'est son étrangeté. Comme s'il
venait d'une autre planète, d'un au-delà d'où il aurait appris à parler
comme un météore.

Celui qui donne la parole à la petite Anne de Diabolo menthe dans une
lumière verte et bleutée, celui qui a des mots qu'Anne ne dit jamais ,
celui qui fait parler Irène, « toujours à la traîne », qui rend les
paumé(e)s anonymes magnifiques de mots enfouis, ces paumé(e)s auxquels
on a « tellement appris à accepter » qu'ils « ne savent pas comment
refuser ». celui-là revient d'un monde onirique et leur commande encore
de se raconter, d'envoyer « des messages aux lucioles de passage », de
prendre du papier, un magnéto, n'importe, mais de prendre « le parti du
risque et de l'erreur » puisque « le silence est souvent complice ou
trompeur. »

Et si ce n'est pas possible, Yves Simon parlera pour eux avec des mots,
des images d'un autre univers ou d'un temps ancien ou futuriste : on ne
sait plus bien :

« Nous étions arrivés balancés par des filins d'acier
Manhattan Bridge
Du haut de nos chevaux nous regardions les fumées » (J'ai rêvé New-York)
Comme un peintre, par petites touches, il colore un étrange Paris perdu.
« On fumait des Gauloises bleues
Qu'on coupait souvent en deux
Les beaux jours
Les petites femmes de Paris montaient sur nos balcons
Voir si les fleurs du mal poussaient encore en cette saison
Au café du « Bas de laine »
Parfois je voyais Verlaine
Les beaux jours
Et Rimbaud qui voyageait au-dessus des printemps
Nous disait du haut de ses nuages d'où venait le vent »

(Les Gauloises bleues)

Comme s'il revenait .d'ailleurs, Yves Simon se tient comme un oracle.
Debout avec sa guitare, les projecteurs fumant autour de lui, sa poésie
nous enveloppant tout entier, il impose l'illusion de son monde
personnel : un monde dans lequel les nouvelles venues, que ce soit Irène
ou sa compagne métisse ou encore son amour de jeunesse résonnent sous la
peau d'une intensité étrange et pénétrante.

Barbara Moreau.


Céline revient de chez Trvdon avec trois petites poules amusantes en porcelaine blanche enrobées dans du papier de soie. Elle a réussi à acheter dans cette boutique les seuls objets qui ne soient pas en cire ! Trvdon, maison fondée en 1643, 78 rue de Seine.

Trudon.jpg
4 boulevard Saint-Germain, La Quincaillerie. Dans le catalogue : Gae Aulenti, Jean Nouvel, Andrée Putman, Philippe Starck, Norman Foster, Ricardo Bofill. A se demander si le président de l’IMA, Dominique Baudis, le futur sénateur, vient se détendre dans ce lieu cinquantenaire !


Marie-Josée Croze donne ses rendez-vous au Flore. Valentin, son berger allemand, a même vu passer une souris sur le parquet du Flore.


Elie Barnavi, l’ancien ambassadeur d’Israël en France, nous dévoile ses lieux préférés à Paris :


Le Rostand, Le Petit Pontoise, Le Café de Flore, La Hune, Le Bonaparte, et, excellente recommandation, Le Bon Saint-Pourçain, 10 rue de Servandoni, la cantine de Christine Ockrent.

Pourcain.jpg


Comme tous les dimanches, Bertrand Delanoë prend son petit déjeuner au Flore, sous le fameux bouquet. Je n’ose pas lui demander ce qu’il pense de la couverture anti-Paris de Courrier International. Le maire s’en va, l’avocat Hervé Témime prend sa place. Au même moment, entre Barbara Michel, notre correspondante de notre blog « mythique » ! Elle habite à Neuilly, en face de la synagogue. Telle Pénélope, cent fois sur le métier, elle revient avec ses élèves aux Ulis, où elle enseigne le français. Ce soir, Barbara va assister à la joute politique de Neuilly, espérant la reproduction du happening de dimanche dernier, et telle Anne-Marie Stretter, je la vois bien s’éloigner dans sa Lancia blanche. Barbara Michel, personnage modiano-durassien, qui aurait pu sortir de l’imaginaire de notre voyage en bateau !


Creteil.jpg
Jeudi soir, j’emmène Céline au Festival International de films de femmes de Créteil en présence de celle qui surpasse  toutes les Carla et Cécilia réunies, notre grande prêtresse : Catherine Millet !
Millet.jpg


 
 

David et Céline vont dans le même bateau.    

Repost 0
David Genzel - dans Culte
14 mars 2008 5 14 /03 /mars /2008 10:25

Yugaraj est au bout de la rue Dauphine, tout proche d’Etat de Siège. Donc, je passe devant ce restaurant indien en taxi, sans jamais m’arrêter lorsque je pars emprunter les quais. Or, Yugaraj est un excellent restaurant qui mérite mieux que de figurer dans des petits encarts publicitaires hebdomadaires ! Et pour une fois, Yugaraj a une bonne critique gastronomique dans le Figaroscope de cette semaine, aux côtés de ce qui reste pour moi le mythique resto indien de Paris : Indra. Là, où dans les années 80, j’ai organisé tous mes dîners de séduction ! Au même moment, Sylvie Matton, nous envoyait les routes indiennes !

----- Message d'origine ----
De : MATTON Sylvie   
À : GENZEL David
Envoyé le : Jeudi, 13 Mars 2008, 23h18mn 08s
Objet : Ten-beautiful-roads-in

Bonsoir, David et Céline,

Ces qqs photos me sont parvenues un peu par hasard, lors d'une recherche (autre) sur Internet. Elles m'ont fait du bien dans la grisaille parisienne, et je prends plaisir à les partager avec vous.
Amicalement,

Sylvie

matton-1.jpg
Matton-2.jpg
David Martinon va être nommé consul de France à New-York. Qu’il aille vite visionner India Song et surtout Mathieu Carrière dans le sublissime rôle de l’attaché d’ambassade.

carriere.jpgAussitôt, Céline fredonne :

-         J’ai rêvé New-York ! de l’habitué du Flore, Yves Simon.

Yves Simon qui vient de se produire pour un soir ce mercredi 12 mars à l’Olympia. Bruno Lesprit (qui a l’air d’en manquer beaucoup !) commente sa prestation dans Le Monde : « Simon se révèle bavard et assez immodeste, une bonne moitié des deux heures vingt minutes est gaspillée en temps de parole ».

yves-simon-fk.jpg
Se termine demain l’exposition de Patrice-Flora Praxo, la compagne d’Yves Simon, à la galerie Agnès Dutko (11 rue Bonaparte). Si Chirac était au vernissage, Patrick Besson l’a manqué, comme il l’écrit dans sa chronique du Point : « Avant d’être photographe, Patrice a été actrice chez Godard (« King Lear », 1987), puis au Flore. Le Flore est un café de Saint-Germain-des-Prés où naguère le rez-de-chaussée était fumeur et le premier étage fumeux ».

Je ne peux penser à une soirée à l’Olympia sans évoquer le dernier concert « pré-posthume » de Jacques Debronckart, l’émotion me prend toujours quand je chantonne Adélaïde.  Et je ne peux voir une affiche de pub de l’agence Australie sans me remémorer ce refrain là.

debronckart.jpg

Alain Zimeray, le frère de l’ambassadeur des Droits de l’Homme, qui fut en son temps prof à l’Ecole des Beaux-Arts, va désormais participer à ce blog. Ses photos de commande vont illustrer notre dérive germanopratine. Tout d’abord le Bar sans nom de la rue des Quatre-Vents, commence la série.

bar-sans-nom.jpg

 

 
David et Céline vont dans le même bateau.

 

 

Repost 0
David Genzel - dans Culte
13 mars 2008 4 13 /03 /mars /2008 09:54

Levi.jpg
Céline et David vont dans le même bateau. Cette barque, c’est celle de Ludwig à Linderhof ! Ludwig et Sissi, Helmut Berger et Romy Schneider.

Linderhof-grotte.jpeg
Ce soir, sur la 5, Frédéric Ferney et Le bateau livre !

Sur le livre au salon, ce deal que viennent de passer la Sorbonne et Conforama. Conforama et Paris I Sorbonne, viennent de créer un cursus spécial, intitulé DM Academy, pour former rapidement les directeurs de magasin.

Dans Challenges, un dossier : « Les lecteurs plébiscitent Sarkozy ». Céline commente :

-         J’ai même rencontré dans le métro un lecteur du Badiou De quoi Sarkozy est-il le nom.

-         Et Rouart et Lambron vont bientôt sortir les leurs. Notre Sarko fait toujours florès.

Perico Légasse titre sa chronique de Marianne : « Le sacre de la cuisine bling-bling ».
Dans Le Parisien de ce jour, le PSG se fait reprocher l’image bling-bling.
Un critique se permet même d’écrire que le film Les ch’tis, c’est le triomphe de l’esprit anti bling-bling.

A ceux qui ne veulent pas inaugurer le Salon du Livre entre deux CRS (non, ce n’est pas un hommage à mai 68 et au si détestable CRS/SS), j’ai deux conseils :

1 – Le sublime Voyage de Primo Levi, au Reflet Médicis, 3 rue Champollion ;
2 – Le merveilleux cd diffusé par Libé : Les lettres d’Israël, lues par Anne Alvaro, Stéphane Freiss, et Daniel Mesguisch. Plus culte, tu meurs !

Le Vélib’ à Delanoë, le vélo à Nicolas. Notre président vient de remettre la Légion d’Honneur à Bernard Hinault, et il a improvisé : « Moi aussi, je fais du vélo. D’ailleurs, à part Bernard, je vous prends tous ! ».

Sarko-velo.jpg
La nouvelle formule du Magazine Littéraire sort aujourd’hui avec pour titre : Les juifs et la littérature. Et une enquête : Que valent les blogs littéraires ? Magazine, aujourd’hui dirigé par Joseph Macé-Scaron.

Hier au Flore, nous croisons Frédéric Mitterrand. Je me sens presque obligé de rappeler à Céline qu’il est quand même l’auteur culte des Lettres d’Amour en Somalie.

lettres-amour-en-somalie-frederic-mitterrand.jpg
Toujours dans Challenges, dossier immobilier sur le VIe, une certaine Jasmine Roy, chanteuse et coach vocal, déclame :

« Mon quartier a une âme de village avec un boucher extraordinaire, une boutique pour enfants adorable, une poissonnerie fabuleuse, un resto thaïlandais délicieux… Mon coup de cœur ? Le Luxembourg, avec ses amoureux au bord de la fontaine Médicis ».

Elle a du se faire coacher par Sully Prudhomme !


----- Message d'origine ----
De : "O."
A : Céline NAVARRE
Date : 12/03/08 à 20h40

chers tous deux,

je pensais hier à cette phrase que j'adore du vieux renard Ferré :
"quand je vois un couple dans la rue, je change de trottoir !" et me
demandais quelle attitude adopter si j'en venais à vous croiser - les
probabilités étant hautes, car bien que je n'habite plus du tout le
quartier, je n'en reste pas moins une Pierre-Hermé girl et surtout une
féroce adepte du Petit Suisse, sans parler du triangle des Bermudes
librairie Compagnie - La Hune - Corti.

voilà pour l'anecdote, et j'adore lire chez vous les choses qui me
touchent, le goût de l'Auvergne n'étant pas la dernière du lot.

bien à vous,

O.

 
----- Message d'origine ----
De : cine.reflet <cine.reflet@wanadoo.fr>
À : Invitations 4 - 7 <cine.reflet@wanadoo.fr>
Envoyé le : Mercredi, 12 Mars 2008, 14h02mn 50s
Objet : Hawks, Wilder et les autres...par Noël Simsolo

http://www.myspace.com/cinereflet
Rencontre avec un homme de cinéma remarquable :
Noël Simsolo
auteur des livres “Howard Hawks” et “Billy Wilder”
Editions Cahiers du Cinéma - collections Petite Bibliothèque et Grands Cinéastes

jeudi 20 mars à 18h30
Hawks/Wilder et autres portraits d’amis et de cinéastes

image.jpg

 

 
David et Céline vont dans le même bateau.

Repost 0
David Genzel - dans Culte
12 mars 2008 3 12 /03 /mars /2008 10:06

Ca y est ! Comme s’écrierait Ali Akbar, j’ai craqué pour la maitresse des lieux du salon-loft du Cinéma du Panthéon :

-     Ne venez pas la semaine prochaine, je me dore à Punta Cana, et je désire qu’on me croie indispensable !

Elle est présente/absente, énigmatique, telle Charlotte Rampling dans Portier de nuit. Donc huit jours d’abstinence au Panthéon et j’espère qu’elle ne croisera pas Didier Schuller à Saint-Domingue !

Si nous avons crée ce blog, c’est pour ressusciter nos fantômes, exalter nos survivants. Oui, les provocs de Daniel Robert me manquent, et je n’oublierai jamais le « Votre argent m’intéresse » de la BNP.

BNP.jpg
----- Message d'origine ----
De : ROBERT Daniel
À : GENZEL David
Envoyé le : Mardi, 11 Mars 2008, 19h18mn 30s

Très sympa ton blog, et aussi très bien illustré !
Mais qui est cette mystérieuse Céline ?
Amicalement,
Daniel Robert 

Ce qui me sépare de Céline, c’est Emmanuelle, l’époque où il n’y avait ni Sida, ni réchauffement climatique, il y avait seulement le pouvoir d’achat : Pompidou ! Des sous !

Birkin/Gainsbourg et mon cultissime Je t’aime moi non plus et cette photo de Just Jaeckin.

Birkin-Gainsbourg.jpg

Hier soir, avec les parents de Céline, nous sommes allés dîner chez Yves Camdeborde. Service numéro 556, pour la Sainte Rosine. Merveilleuse leçon d’humilité de ce triomphateur des Gastronomades. Il faut, paraît-il, réserver plusieurs semaines à l’avance. Nous entrons inopinément, une table de quatre s’est désistée, et nous nous asseyons près du comptoir.

Inside_Le_Comptoir.JPG
Yves vient nous saluer, Céline lui apprend qu’il est interrogé par François Simon et Sébastien Le Fol dans Peoplogie (Editions des Equateurs), il ne savait pas. Céline va lui apporter le bouquin. Je lui demande les nouvelles de son dernier livre : Room Service (Actes Sud), il me répond en riant :

-         Il est parfait pour être mis dans la chambre des clients de l’hôtel !

Dans Charlie Hebdo, une excellente critique du Bréviaire de la bêtise de l’ami Alain Roger (Gallimard) par Michel Polac. Pour une fois, j’ai autant lu Polac que Lançon !

Ludiques et bucoliques, les œufs ont mis leurs oreilles. Ils se déclinent en chocolat noir, au lait et blanc, avec leurs oreilles à croquer chez Pierre Marcolini, 89 rue de Seine.

paque2.jpg
A la galerie Denise René, le danois Mortensen, le chantre de l’art construit. Chez Denise René, le même transparait toujours sous les apparences de l’autre, mais quelle merveilleuse trajectoire !

Belami me pousse dans mes retranchements : Pontormo, Rosso… Me suivra-t-elle jusqu’au Christ de Mantegna ?
Mantegna_Christ_mort.jpg

Les survivants – dont je fais partie – savent l’imparfait du subjectif : sans « sa mise en Seine », parlerait-on du dernier livre d’Anne Thébaud ? Sans son acte fatal, Edouard Levé ne serait-il pas resté couché ?


David et Céline vont dans le même bateau.

 

 

 

 

Repost 0
David Genzel - dans Culte
11 mars 2008 2 11 /03 /mars /2008 14:17

Javier.jpg
Céline en a ras-le-bol de sa coupe à la Javier Bardem dans le dernier film des frères Coen. Elle fonce rue Saint-André-des-Arts chez Marianne Gray se faire coiffer par Atsuko. Elle en ressort avec une coupe à la Jeanne d’Arc de Dreyer.

Gray.jpg
Mais surtout, elle brandit un article trouvé dans un Elle d’octobre 2007, avec un dossier sur Patrick Modiano. Patrick (l’Autre a été invité hier soir au dîner Yiddish de l’Elysée !) décrit le café Le Tournon :

« J’avais 18 ans, et pour rentrer du lycée je passais rue de Tournon. Ce café, qui était le fief de Chester Himes, me fascinait. Il était toujours entouré de filles très blondes, comme dans une Série noire, et de musiciens de jazz. Il avait un physique particulier et une vie mouvementée, il avait même fait de la prison. Je n’ai jamais osé l’aborder. Dans mon roman, je fais un amalgame entre ce café et un autre, fermé aujourd’hui, qui se trouvait à l’angle de la rue de Condé ».

Le 22 rue de l’Odéon est à égale distance du Tournon et du Petit Suisse. Or, nous n’allons plus au Tournon, car la patronne y est trop pressante alors que le serveur du Petit Suisse, lui, est si empressé.

A la galerie Léo Scheer, 14 rue de Verneuil, vernissage ce mercredi de l’exposition Thomas Lélu. Quel vrai dommage que La Revue Littéraire soit devenue trimestrielle.  

L’écriture maniériste d’Eric Laurrent méritait le Pontormo :

Cher D.
Voici donc un autre point commun, Pontormo.
Je me souviens un été avec M. d'avoir parcouru toute la Toscane, à la recherche scrupuleuse des tableaux de l'Ecole Moderne. La plus belle déposition, celle de Pontormo, la plus extraordinaire, celle du Roux Florentin, à Volterra.
Bien à vous,
B.
Fienrentino.jpg

Jean-Marc Restoux a repris la manche devant La Hune. Il a 1 800 € de frais de campagne à rembourser, il a recueilli 557 voix, 3,7% des suffrages, mieux que le FN, presque autant que les Verts, qui le devancent de 13 voix seulement ! 

Sur une page de publicité bestmarques.com, une vente le 24 mars de 12 photos mythiques de Just Jaeckin, dont la galerie se trouve rue Guénégaud.

Bertrand Delanoë prépare sa fête du second tour pour dimanche, avec un camion podium. N’oublions pas que notre maire a longuement travaillé avec Daniel Robert, l’auteur du fameux : « Au secours ! La droite revient ! ».

Robert.jpg
Lorsqu’elle séjournait à Paris pour y visiter ses éditeurs, Marguerite Yourcenar aimait à flâner dans l’étroite rue Garancière. Au passage, elle entrait dans la pénombre de l’église Saint-Sulpice pour admirer la légendaire toile de Delacroix. Les touristes du Da Vinci Code n’étaient pas encore nés !

Céline adore le coup (coût) du lapin de Pascal Mutel. Elle ne peut passer au carrefour de l’Odéon sans aller observer les quatre petits lapins en vitrine.

----- Message d'origine ----
De : MICHEL Barbara
À : GENZEL David
Envoyé le : Lundi, 10 Mars 2008, 20h52mn 02s

Merci pour la balade fascinante avec Eric Laurrent... très beau texte sur l'initiation, et sur l'appropriation d'une ville, et sur le fonds secret qu'elle nous apporte et que nous lui découvrons... mes pas me portent vers un autre Eric - les épiphanies de Reinhardt au Palais Royal m'ont fait passer un bel automne...

 

David et Céline vont dans le même bateau.

   

 

Repost 0
David Genzel - dans Culte

Présentation

davidetceline

davidetceline

Recherche

Liens