Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 avril 2008 4 17 /04 /avril /2008 10:07

 

SEGUELA Jacques - 1934-2008 -
Il était temps de tourner la page
Chainsaw


Certes, j’aurais pu prendre cette page de pub avec dérision, style : « la fosse tranquille » ou « la farce tranquille ».

Certes, Christian Blachas aurait pu avoir davantage de vigilance avant d’accepter cette pub mortifère dans son support éponyme. J’espère seulement qu’elle a été payée au tarif et non au prix Roc-Eclerc.

Certes, Hervé Brossard, au nom de l’AACC, aurait pu envoyer un e-mail de résurrection à l’enterré vivant. Mais les réactions à cette pub ont été si nombreuses et si judicieuses, qu’elles m’ont conforté dans son caractère ignoble.


Le 16/04/08 - 15:28
De : SEGUELA Jacques <jacques.seguela@havas.com>

A : GENZEL David <davidgenzel@gmail.com>

« The man who is not being born is busy dying » chante Bob Dylan.
Que puis-je te dire de mieux sinon qu'il faut rire de tout, surtout de soi-même, mort et enterré.
Tendresses,
Jacques


Message du 16/04/08 à 17h37
De : CHAUVET Christine <cchauvetc@aol.com>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Le lapsus orthographique devrait plaire à Séguéla ...
----- Original Message -----
Le
Tonbeau de Jacques Séguéla, in le blog de l'Odéon.

 
Message du 16/04/08 à 15h51
De : SUCHET Bertrand <suchet@ddb.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Oui, j'ai vu cette annonce dans CB. C’est d'un parfait mauvais goût et d'une connerie consternante. Qui sont ces trouducs et pour qui se prennent-ils?
Bertrand Suchet
Président


Message du 16/04/08 à 17h55
De : GILLET Louis <Gillet Louis> <lgillet@manchettepub.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Suchet a raison, mort aux cons !!!


----- Message d'origine ----
De : DE PLAS Pierre <Pdeplas@aol.com>
A : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>

Envoyé le : Mercredi, 16 Avril 2008, 19h48mn 00s

Le blog de l'Odéon devrait suggérer aux annonceurs de cette agence inconnue d'apporter au plus vite leurs budgets à Séguéla. Ils répareraient une offense idiote et  permettraient à cette agence de disparaitre au plus vite !
Je t'embrasse.
Pierre de Plas


----- Message d'origine ----
De : SCHROEDER Henri-Christian <hcschroeder@hotmail.com>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Envoyé le : 17/04/08 à 10h05

Quel est l'AD ou le photographe et le support qui offriront une page avec la photo d'une poubelle (cf. images de Naples ?) avec le nom de cette agence ?
HCS

 
----- Message d'origine ----
De : GEORGEON Olivier <og@georgeonetassocies.com>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Mercredi, 16 Avril 2008, 13h14mn 07s

Je suis flatté de cette présence fréquente et ne vais plus oser écrire ! Tu veux faire rougir le diable ou quoi !
J’ai gagné en collaboration avec une agence de l’ouest un budget food avec film à la clef ; miam miam.
Quant à la pub annonçant la mort de Séguéla, elle est certes de mauvais goût mais publicitairement, c’est vrai que cela fait un moment qu’on en parle à titre posthume quand même du jacquot même si les médias croient intéressant de l’interroger sur tout et sur rien !
Et d’ailleurs cela montre le peu de relève dans ce milieu si doux, si humain, si tourné vers l’autre...
A+.

 
----- Message d'origine ----
De : RACCA Emmanuel <e.racca@nouveausens.com>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Mercredi, 16 Avril 2008, 14h37mn 38s
Objet : Ralala ;)

Ralala ! David je deviens taré chaque jour devant ma « mail box » attendant tel le chien de Pavlov sa friandise… « Les news du blog de l’Odéon ».
Pav ! Le chien… La voilà, à en tourner en bourrique !
A propos, je me souvenais que parfois à L’ESP tu aimais bien nous y faire tourner en bourrique, je te revois un jour entrer en silence dans l’amphi du rez-de-chaussée le sourire un tantinet narquois l’œil qui frisait sous les lunettes, te diriger vers le tableau « Velléda » prendre un marqueur rouge et d’écrire les lettres :
M,A,D,E,M,O,S,E,L,L,E* puis de nous dire « trouvez moi le prénom d’une fille avec ces lettres »…
Basta cosi ! Nous voila tous entrain de chercher…Nous sommes en 1982-1983 on a tous 20 ans il n’y a pas d’Internet à l’horizon, pas de mobile, pas de Mac, pas de PC…
On rêve depuis nos 15ans sur la première campagne ERAM signé Philippe Michel…
« Paris-Bagdad 120 Frs » avec le visuel d’une paire de pompes défoncées.
C’est un peu cet esprit que je retrouve dans le blog de l’Odéon, du Bon, du Beau, et du « bonnet » un sacré bonnet qui ma donné le goût d’aller plus loin, même si j’étais hyper introverti j’en étais pas moins sensible au personnage, qui est toujours aussi fascinant…Nous sommes aujourd’hui des quadra, avons été à bonne école tant est si bien que nous sommes toujours jeune de cœur et d’esprit.
A propos les quadra sont aussi des jeunes créateurs et je serais le 19 avril de 12h00 à 13h00 sur BFM, dans BFM ACADEMIE présenter le premier site e-commerce de création de marque en ligne avec dépôt dans l’offre, speednaming.com, histoire de dire que la « Genzelite » n’est pas une maladie mais un élixir de bonheur ;)

Amitiés
Emmanuel

* je ne donne pas la solution, en un ¼ de siècle l’espèce humaine a considérablement évolué, cet exercice désuet amusera les enfants, na ! ;)

PS : Au sujet de la propagande Chainsaw, il eut été plus noble de vouloir tuer le père avec panache, que de l’enterrer vivant, vilaine image, concept gratuitement violent, la créativité demande beaucoup plus de finesse et de travail ce que nous ont appris nos pères à tous : M. Bleustein-Blanchet, J. Feldman, P. Michel,  J. Seguéla Etc. On pourra toujours palabrer sur l’hommage rendu et l’amour que l’on porte au publicitaire c’est ce que l’on dit après coup histoire de montrer que l’on est un bon, là non c’est très mauvais !


----- Message d'origine ----
De : DELPRAT Christian <c.delprat@jvldir.com>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Mercredi, 16 Avril 2008, 14h50mn 59s
Objet : A Jacques les quinquas reconnaissant...

Cher David

Le buzz Chainsaw me choque à double titre : ça fait du bruit autour de rien, et en plus ça peut porter malheur ! (non ?). Moi, à 50 ans, je me suis rendu compte que ma mère (vu de St Flour) ne savait toujours pas ce que je faisais dans la vie, alors je lui passé tous les bouquins de Jacques, et j’ai nommé mon agence en conséquence.

PS : j’espère qu’il y a une vie après un 1/4 de finale de Coupe de France.
Amitiés
Christian DELPRAT

Alain Demouzon a tué son commissaire Melchior, et lorsqu’on lui demande ce qu’il mettrait sur sa propre tombe, il répond en riant : « Il n’a pas démérité ».

Aujourd’hui, j’achète le numéro 13 du Purple Journal, toujours aussi sublime, mais avec un pincement au cœur, c’est vraiment le dernier numéro. Nous ne pourrons plus demander à notre voisin Mark Fishman de nous annoncer les prochains sommaires.

Le Monde veut se séparer de La Procure, la librairie historique de la rue de Mézières. Si la nouvelle était attendue, quel est l’avenir de cette librairie installée dans le quartier de Saint-Sulpice depuis 1919 ? Peut-être que les ouvrages d’Eric Fottorino y faisaient un bide total ?!

En passant rue Lobineau, devant Le Petit Vatel, nous y apercevons Alfredo Arias. Dans La Croix, un portrait d’Alain Passard : « A travers une soupe de maïs au pop-corn dans L’île flottante de Chantal Thomas, mise en scène par Alfredo Arias, le chef au trois étoiles de L’Arpège, poursuit une vie d’artiste ».

François Hollande a enfin son blog. Avec francoishollande.fr, l’ex-compagnon de Ségolène Royal entend ouvrir des débats. Va-t-il demander des conseils au spécialiste Pierre Moscovici, que j’ai croisé ce matin à 8h20 en canadienne, comme s’il partait en Franche-Comté ?! Déménagements Rieutord devant le 21 rue de l’Odéon, peut-être pour emmener la bibliothèque de l’impétrant à Valentigney. La sœur de Céline, Michèle, m’a fourni les articles de presse sur Mosco en Franche-Comté. Il n’a pas l’air franchement bien attendu, sa dérobade pour la mairie de Montbéliard est regardée avec une certaine ironie.

Pour cinéphiles mais sans cinoche, le nouveau lieu hype de ces derniers mois, c’est le premier étage du Cinéma du Panthéon, pour y déguster le saumon bio du Danemark, en se régalant des photos noir et blanc de Luc Fournol.


 

David et Céline vont dans le même bateau.

 


Repost 0
David Genzel - dans Culte
16 avril 2008 3 16 /04 /avril /2008 10:12
SEGUELA JACQUES - 1934-2008 -
Il était temps de tourner la page
Chainsaw

Je collectionne les Tombeaux, et celui que je préfère, c’est celui de Guy Debord par Jean-Marie Apostolidès. J’ai même édité Le Tombeau de Thomas Bernhard par Jacques Goulet, mon condisciple d’Aurillac. Daniel Robert a commis en son temps Les meurtres dans la pub. Et au liberticide Sapin, j’aurais pu facilement jeter un sort si j’avais eu les pouvoirs vaudous.

 

C’est gai la vie : l’homme le plus célèbre de Perpignan, après Salvador Dali, on l’imagine pouvoir rire dans les cimetières ! Mais je ne sais s’il a trouvé à son goût la page de pub de l’agence Chainsaw dans CB News. Buzz, teasing, tout est bon pour créer du trafic de notoriété. Mais j’étais heureux que le « divin chauve » de Stratégies m’annonce que son hebdo n’avait pas été retenu pour cette pub nauséeuse et j’étais également ravi qu’elle ne trouve aucun écho à la superbe soirée Lido du Club des DA. Ce que je reproche à cette pierre tombale, c’est qu’elle soit datée. Céline :

-         S’il avait été gravé 2007, j’aurais été moins choquée…

Par ailleurs, comme Séguéla avait été récemment hospitalisé, le mauvais goût est encore plus accentué : Chainsaw, avec votre massacre à la tronçonneuse, vous allez tomber sous les crachats ! Céline :

-         Peut être que Jacques Séguéla était-il consentant ?!

-         Oui, mais Chainsaw n’est pas Oliviero Toscani !

Message du 16/04/08 à 07h48
De :
DRILLECH Marc <marc.drillech@ionis-group.com>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Culotté et stupide comme quoi la publicité infante epsilon de réelles idées pour des monceaux de copies, de plagiats, d’anciennes idées recyclées selon le logiciel du jour, de jeunes qui veulent virer les vieux et de vieux qui veulent réorienter vers la stratégie… C’est la misère de la condition humaine sauf qu’ils ne sont ni les plus misérables et ni les plus humains.

Paul Wermus avait interviewé hier le disciple de Séguéla, Frank Tapiro, dans France Soir.

 

Message du 15/04/08 à 10h14
De : TAPIRO Frank <frank.tapiro@hemisphere-droit.com>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Objet : hello

Merci David.
À part le petit bug Orange mobile/Virgin mobile, l'article est pas mal. Que penses-tu du titre de Vilain petit canard ? Par rapport à Sarko, je ne peux être plus sincère : il a besoin qu'on lui parle franchement.
Amitiés,
Frank

Céline revient avec un programme jaune à la main, Zanini est le 6 mai au Petit Journal Saint-Michel. Tu veux ou tu veux pas ?! Il va jouer avec son fils :

-         Tu crois que c’est Marc-Edouard Nabe ?!

-         En ce cas, Georges-Marc Benamou n’y sera pas !

Je ne ferai que l’éloge du PSG, plus on est de Carquefou plus on rit !

Portrait de David en supporter, pris par Michèle Navarre

Dimanche, au niçois qui mal y pense, le PSG a superbement joué, a superbement poussé, et le but de l’Aigle des Açores est rentré avec la volonté décuplée. Nice avait deux génies du dribble et, plus que d’un relâchement du PSG, je dirais que le Parc avait transcendé Koné et Ederson !

A la Galerie Berthet-Aittouarès, 29 rue de Seine, expo d’Alexandre Trauner, le fameux décorateur de théâtre, en particulier de Monsieur Klein, qui livre ses gouaches pleines de magie.

----- Message d'origine ----
De : GEORGEON Olivier <og@georgeonetassocies.com>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Mercredi, 16 Avril 2008, 10h29mn 28s

Bonne journée et ne me remercie pas pour le soleil, je l’ai commandé pour tout le monde car j’en avais marre de la flotte. Quand bien même c’est l’eau qui fait avancer Céline et David en bateau.
Bon blog et bonne journée. Olivier

 

David et Céline vont dans le même bateau.


 

 

 

 

 

Repost 0
David Genzel - dans Culte
15 avril 2008 2 15 /04 /avril /2008 09:44

Bertrand Suchet,
président du Club des Directeurs Artistiques,
vous prie de bien vouloir assister au dîner
de remise des prix du Club des Directeurs Artistiques,
mardi 15 avril 2008

au Lido, 116 av. des Champs Elysées Paris VIIIe.

 


Bertrand a déjà su se créer une légende. En atteste son entrée dans la pub avec la bénédiction de Jean-Pierre Audour. Ensuite, la création de l’agence Louis XIV : La pub, c’est moi ! Et aujourd’hui, sa pugnacité à imposer son point de vue créatif dans les compétitions publicitaires. Enfin, la manière dont il arrive à remettre en lumière les créations des directeurs artistiques.

 
Message du 14/04/08 à 12h16
De : SCHROEDER Henri-Christian <hcschroeder@hotmail.com>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Objet : Marine germanopratine !

Suis partant pour créer le Yacht Club de Saint-Germain-des-Prés  (YCSGP) se réunissant sous l'égide de l'Amirauté de la Marine germanopratine au Flore !
Nous pourrons ainsi lancer des défis, sur le bassin du Palais du Luxembourg (cf Y.C. du Jardin du Luxembourg)  au :

- « Yacht Club de la Butte-Montmatre » d'Hervé Nabon (photographe publicitaire, fondateur du Gstaad Yacht Club) et de  Bertrand Suchet (Co-organisateur de la cultissime « Nioulargue » à sa grande époque, notre référence à tous, et Pdt de  DDB) : voir le t-shirt aux couleurs du YCBM apparaissant dans Les randonneurs à St-Tropez lors d'un déjeuner au Club 55 (mais en fait chez H. Nabon à Ramatuelle) ;

- « Yacht Club de Courchevel » (cf. François Huart, ex RSCG et Mandarine) qui vient d'organiser un championnat de ski en blazer... et une mini régate sur mini sur  « Optimist » sur le lac local !

HCS
www.tropheebaillidesuffren.com
Apprenti honoraire de la Marine tropézienne


Message du 14/04/08 à 14h41
De : SUCHET Bertrand <suchet@ddb.fr >
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Je reçois à l'instant ton mot sur la recrudescence de Yacht Clubs. C'est très démodé. J'ai débuté tout ceci en 1982. Je n'ai toujours couru qu'avec de grands régatiers, et j'avoue que l'idée de me retrouver avec des canards dans n'importe quel bassin parisien, ne me réjouit pas plus que ça.  Pour que tu saches, 1982, International Yacht Club de Pampelonne, La Nioulargue, championnats du monde offshore classe 1, Championnats du monde de Maxis, 1986, YCAF avec Bruno Troublé, Yacht Club de l'Advertising Français, régates sur monotypes avec les patrons à la barre, Colmet Daage, Feldman, Negre, Audour... Yacht club de la Butte Montmartre en 88 ou 9, Victoire dans l'Admiral's Cup avec Corum à Cowes. Et 1997, membre fondateur du Rangitoto yacht squadron à Auckland avec des kiwis de Black Magic. J'ajoute que je ne suis jamais le week-end à Paris ou à la montagne, donc Courchevel et Luxembourg, impossible.

Ah ! J'allais oublier, pour ceux qui s'emmerdent, il y existe aussi le Yacht Club de Gstaadt, qui doit avoir à peu prés 10 ans d'existence.

Bertrand Suchet
Président

Yves Simon avait vu juste ! Coïncidence troublante : Arte diffuse ce soir Le fond de l’air est rouge de Chris Marker, ce cinéaste invisible dont les traces marquent le 7e art.

------Message d’origine------
Message du 14/04/08 à 16h05
De : SIMON Yves <yvesimon@club-internet.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

David,

Bravo et merci, l'affiche de Chris est clinquante à souhait sur le blog. Je
pense qu'il n'a envoyé cette affiche qu'à moi seul, donc à part le petit
livre à tirage limité dont je t'ai parlé, cette affiche de Chris Marker est
carrément collector.
A toi,
Yves

Dimanche après midi, j’avais entrainé Céline, Michèle et Baptiste, au salon du livre de la Licra, à la mairie du VIe. Avec Alain Zimeray, le frère de l’ambassadeur, en collecteur de photos rares.


 

(c) Alain Zimeray - Danièle Mitterrand sans Serge Moati

 

(c) Alain Zimeray - Elie Barnavi, l’éditorialiste de Marianne

 

(c) Alain Zimeray - Edith Lecoq, la maitresse de ces lieux
 

 

(c) Alain Zimeray - Julia Kristeva avec sa décoration

 

(c) Alain Zimeray - Clémence Boulouque qui nous raconte pourquoi elle a été virée du Figaro, avec Eric Fottorino en train d’en virer 130

 


(c) Alain Zimeray - Clémence Boulouque dédicaçant Nuit ouverte à Céline

 

(c) Alain Zimeray - Jorge Semprun, en train de faire revivre les années 1950 à Saint-Germain (téléfilm de Franck Apprederis)

 

(c) Alain Zimeray - Michèle et ses beaux yeux de l’Est


Message du 14/04/08 à 16h00
De : LACOMBE Magali <magali.lacombe@free.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Bonjour David

Je suis ravie que cela vous plaise. C’est avec une immense surprise que j’ai découvert le blog de ce lundi avec une intro « nitro » et vos 2 illustrations. Je leur souhaite longue vie en signature.
Merci pour cet hommage qui m’est fait.
Bizzz à vous 2,
Magali

 





 

David et Céline vont dans le même bateau.


 

Repost 0
David Genzel - dans Culte
14 avril 2008 1 14 /04 /avril /2008 10:21


Magali Lacombe a brillamment décliné notre identité visuelle Querelle de Brest.

----- Message d'origine ----
De : LACOMBE Magali <magali.lacombe@free.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Dimanche, 13 Avril 2008, 23h46mn 11s

Cher David, Chère Céline

Voici deux illustrations de vous 2 pour mettre l’accent sur vos excursions diurnes ou nocturnes
(en fonction de votre actualité).

J’attends vos commentaires pour vos modifications !
Vive la marine germanopratine !

Bisous, Magali



Yves Simon me procure une énorme émotion, avec la réapparition du cultissime Chris Marker :

Message du 11/04/08 à 18h20
De : SIMON Yves <yvesimon@club-internet.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Mon retour sur scène divulgué par ton blog ne passera donc pas
inaperçu... Merci.
Je ne sais si cela t'intéresse, je reçois chaque jour un photo-montage de
Chris Marker. Ça traite de l'actualité, surtout de Sarkozy, Bush, les jeux
olympiques...  Le chat qui apparaît est récurrent, c'est le double de Chris,

Monsieur Loyal en quelque sorte. Il s'appelle Guillaume.
A ma connaissance Chris n'a ni blog ni site. Ces photos-montages sont sa
manière de bloguer chaque jour. Il les envoie à une quinzaine d'amis.
Tu sais Chris a toujours été un homme hyper discret, il s'est très peu
laissé photographier ce qui fait que dans les encyclopédies du cinéma
l'article qui le concerne est la plupart du temps sans photographie. Ou alors
elle date de ses vingt ans. Aujourd'hui, il nous fait 87 ans.
Il m'a fait un super collage pour mon retour sur scène l'an dernier à La
Rochelle. Une affiche de cinéma titrée : Simon le retour. On l'a imprimé sur
un petit livre que Barclay a édité pour la presse à la sortie du disque avec
toutes sortes d'autres contributions écrites (Tony Gatlif, Gérard Manset,
Vincent Delerm, J.M. Wilmotte, Patrick Declerck, Philippe Claudel...). Ce fut
un bel objet. Si je retrouve l'affiche de Chris je te l'envoie, pas pour le
blog, pour ta culture générale !

A bientôt.
Yves

PS : David,
J'ai retrouvé l'affiche de Chris !


Dans Le Point, une extraordinaire interview de Jacques-Alain Miller : « Mosley a eu une belle carrière. Il traînait seulement avec lui une petite jouissance glauque, traduction miteuse de la geste paternelle ». Rien a retirer des propos de Monsieur Gendre !

Céline sourit :

-         Pour une fois, un grand prix de pub va être remis à une marque dont tu achètes souvent les produits ! Tu vas si souvent dans la boutique Aigle du boulevard Saint-Germain...

Mais, paradoxe : la presse magazine se plaint toujours de la gratuité et va remettre son grand prix à une marque qui ne génère pas de cash !  L'aigle des açores vaut bien  plus cher !

Michèle Navarre, la sœur de Céline, est venue de Luxeuil-les-Bains nous rendre visite quelques jours. Immédiatement, elle a vu la différence Paris-Province avec deux événements : tout d’abord, la signature des livres de la Licra à la mairie du VIe où elle a subi moult contrôles avant de pouvoir entrer, puis le soir au Parc des Princes - au niçois qui mal y pense - où Michèle m’a accompagné sous une haie de CRS.

L’Arbuci a été repris par Thierry Costes de l’Hôtel Amour et va rouvrir à la fin du printemps. Le rez-de-chaussée et la terrasse présenteront un bistrot contemporain décoré par la fameuse designer India Madhavi, l’étage proposera un bar-billard où l’on pourra se servir soi-même, et, le sous-sol accueillera un concert acoustique.

----- Message d'origine ----
De : Galerie <jacob12@wanadoo.fr>
À : Catherine Hug <c.hug@wanadoo.fr>
Envoyé le : Jeudi, 10 Avril 2008, 12h34mn 05s
Objet : SAVE THE DATE(d)



 

David et Céline vont dans le même bateau.

Repost 0
David Genzel - dans Culte
13 avril 2008 7 13 /04 /avril /2008 10:01
J’adore Violaine Sanson. Son prénom claudélien, sa superbe trajectoire professionnelle et l’élégant duo qu’elle a constitué avec Jean de Yturbe. J’ai donc voulu avoir de ses fraîches nouvelles, un peu à la manière des copainsdabord.com.

----- Message d'origine ----
De : Violaine Sanson-Tricard <vst@vst-open.eu>
À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>

Envoyé le : Samedi, 12 Avril 2008, 19h54mn 09s

Bonjour David,

Merci de ton e-mail, je suis très surprise que des nouvelles de moi puissent intéresser qui que ce soit dans le métier mais j’en accepte, flattée, l’augure.

La société vst-open que j’ai créée il y a maintenant 2 ans intervient dans 2 domaines.

  • Le conseil aux entreprises pour leur communication (Thalès, Bourin Editeurs, Conseil National de l’Ordre des Médecins, Cepifine/Fédération Européenne du Papier, Art Actuel, Piano Blanc, Abacaba...).  
  • La formation des cadres dirigeants à la prise de parole publique en anglais, où j’ai deux comédiens américains, professeurs de théâtre, qui assurent les sessions individuelles ou collectives.

Les concerts de Véronique à la Cigale sont un mélange d’intense émotion, de rock’n roll déchaîné et de précision d’horloge. Elle n’avait pas atteint cette maîtrise et ce souffle depuis le Palais des Sports.

Je t’embrasse.
Violaine.  

Il y a donc une vie après l’agence de pub !

Il y a aussi une vie après Raphaël Enthoven. Certes, Carla, mais aussi Justine. Céline, revient de la boutique Happy Garden, 95 rue de Seine, où elle a acheté un tee-shirt pour son neveu Baptiste, elle y a croisé Justine Lévy, Patrick Mille, et leur petite Suzanne.

-         Suzanne a quitté la boutique en emportant des petites cuillères, les parents ont fait revenir la petite en lui demandant de « dire pardon » à la vendeuse, ce que la petite a fait sans bouder.


La phrase favorite d’Antoine Bernheim : « La reconnaissance est une maladie du chien non transmissible à l’homme ». Cette maladie ne touche pas notre président. Après avoir décoré Philippe Villin, dans la rubrique « Que vont-ils devenir », le conseil des ministres de ce mercredi va nommer Thierry Saussez, patron du SIG. Le disciple de Michel Bongrand, professionnel émérite du marketing politique, va enfin remplir un poste à sa mesure !


Je viens d’achever le Daniel (Emilfork) de François Jonquet, récit de la dernière année de vie du sublime comédien. Livre totalement déceptif. D’abord, je pensais qu’il s’agissait de Thierry Jonquet, l’extraordinaire auteur de Moloch ; ensuite, je n’imaginais pas un protocole compassionnel aussi compatissant, réduire la fabuleuse Stéphanie Loïk à une quelconque Fanny ; enfin, la page 85 m’a littéralement défrisé ! Une photo de Daniel Emilfork, issue de La cité des enfants perdus, légendée : « de Caro et Genet ». Oui ! Oui ! Genet ! Comme si intellectuellement Jonquet voulait renier le cinéaste d’Amélie Poulain qui habitait le même arrondissement que Daniel Emilfork. J’adorais Daniel Emilfork, et j’adore Daniel Mesguich. J’ai donc emmené Céline à l’école des Beaux-Arts l’écouter lire le Ravel de Jean Echenoz, présenté par Olivier Poivre d’Arvor et en présence de l’écrivain. Assistance de femmes quinquagénaires en totale pamoison. A mon grand dam, au bout de vingt minutes de lecture, Céline s’est enfuie, elle est partie m’attendre sur les marches du théâtre de l’Odéon. Elle m’a donné comme explication :

-         Un texte sur Ravel sans aucune musicalité, un ton de lecture semblable au feuilleton littéraire des programmes d’été du samedi de France Inter. In-sou-te-na-ble !

Mais Echenoz a quand même grâce à ses yeux avec ces phrases de Jean-Baptiste Harang :

« Echenoz n’est pas né de la dernière pluie. On trouve son nom dans des dictionnaires plus que centenaires. Ce cours d’eau baigne en vain le village d’Echenoz-le-Sec, puis gambadant d’une rive à l’autre de la nationale 57, il traverse Echenoz-la-Méline, à trois kilomètres au sud de Vesoul, avant de se jeter dans le lit de la Colombine (…). En fonderie, un « écheno » est un petit bassin d’argile qui reçoit le métal en fusion lorsque l’on coule des statues. « Echenoz » n’est pas son pluriel, c’est un nom franc-comtois qui convient aux familles dont les ancêtres vivaient à l’ombre des chênes, comme certain ruisseau de Haute-Saône ».

Céline s’est rachetée en m’offrant chez Rieffel le Journal de Franz Kafka, traduit par Marthe Robert, et dédicacé à Georges Charensol. Taillons un posthume à Charensol, cet ouvrage sublime, il n’en n’a même pas coupé les pages !

De : "Henri-Christian Schroeder" <hcschroeder@hotmail.com>
A : davidgenzel@voila.fr
Date : 11/04/08 à 11h41

Objet : Thanks god, your blog is there !

Dear David-&-Céline-sur-un-bateau,

Avec l'arrivée des beaux jours, et des derniers W.E. en montagne, ceux déjà à la campagne et ceux bientôt dans le sud, une angoisse chaque soir m'étreignait progressivement !
Une fois loin du Flore, du Comptoir de l'Odéon, du Bar du Marché ou de La Buvette des Gauffres au « Luco », comment allais-je survivre ???
Et puis... ouf, ce  matin un p'tit mail de « davidgenzel@voila.fr » avec « Subject : aucun » me rappelle à l'ordre ou ouvrant les rideaux vers une journée ensoleillée : ce n'est pas ce WE que je ferai un 49th nervous break-down multi-polaire : le blog de David et Céline me tire de mon comas pré & post qqchose !!!
Un regret tout de même, pour avoir le plaisir de connaître Céline : avec des yeux comme çà, quand la verra-t-on sur ce blog ? Ce n'est pas bien d'être égoïste et de garder un tel regard juste pour soi ! Je propose un concours de photo ou de dessin ?!

Amitiés,
HCS

Terminons par de la pure méchanceté. La critique du 23 Mazarine par A nous Paris : « Quand la cuisine n’est pas à la hauteur, on se dirige tout droit vers une catastrophe, comme celle vécue dans ce nouveau restaurant de la rue Mazarine. Les intitulés pompeux des plats auraient dû nous alerter. Nous aurions pu invoquer un problème de baby-sitter et fuir… mais nous n’avons pas d’enfant… Effondrés devant un positionnement culinaire totalement dépassé par le temps et les événements. Une cuisine de contrées qui nous sont inconnues ou d’une autre époque, comme cette crème brûlée au foie gras. Un cortège d’associations malheureuses, crevettes sauvages sautées croustillantes, escortée d’un guacamole avocat, banane, oseille et jus de prune rouge… Sushi d’endives au foie gras et encore moins dans les huîtres et la réglisse qui n’imaginaient pas qu’elles se retrouveraient un jour aux côtés d’un filet de bœuf… ».

Pour fêter son retour d’Argentine, avec plein de cadeaux pour nous deux, Gérard Gros nous invite à dîner à L’Atelier Maitre Albert de Guy Savoy. Là, tout y est sublime, forcément sublime, et même l’hystérie de nos voisines passe pour le doux roucoulement de la Castafiore.

 


Et chez Rieffel, nous découvrons l’affiche d’un texte fabuleux de Tilly qui va se jouer au Bouffon théâtre.

 


----- Message d'origine ----
De : Trailers Museum <trailersmuseum@wanadoo.fr>
À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Vendredi, 11 Avril 2008, 11h10mn 46s

Excellent ! Merci.
Je t'envoie dans quelques jours la photo de mon « trophée de mai 68 »... la plaque officielle de l'Ambassade de Chine à Paris ! (Authentique et en plus, j'étais militaire... ).
C'est d'actualité non ? Ca vaut la robe de Mitterrand achetée à prix d'or par Karim Passionnel qui acceptera bien de me défendre si la Chine la réclame encore.
D'ailleurs, je te propose une nouvelle rubrique germanopratine et très snob:
Où étiez-vous en mai 68 ?... J'étais à droite.

Axel Brücker

 

David et Céline vont dans le même bateau.

 

 

Repost 0
David Genzel - dans Culte
11 avril 2008 5 11 /04 /avril /2008 09:43

Désormais notre président a une raison de boycotter la cérémonie d’ouverture des JO de Pékin. Imaginons chaque Chinois brandir un poster de Carla !

AFP - Un nu de Carla Bruni-Sarkozy adjugé 91.000 dollars à un collectionneur chinois

NEW YORK (AFP) — Une photographie de nu de Carla Bruni, épouse du président français Nicolas Sarkozy et ex-mannequin, a été adjugée jeudi chez Christie's à New York à un collectionneur chinois pour 91.000 dollars.

Le cliché en noir et blanc du photographe Michel Comte, pris il y a quinze ans, représente la jeune femme dans une pose qui fait apparemment référence au tableau "Les Poseuses" de Georges Seurat, mains jointes pour dissimuler son intimité. La photo en pied sur un fond de dégradé de gris laisse voir ses seins nus.

Dans une salle bondée, plus de deux cents photos étaient en vente, dont un portrait de Brigitte Bardot par le photographe américain Richard Avedon qui a été vendu 181.000 dollars avec la commission du vendeur.

La photo de Carla Bruni-Sarkozy, lot 64, a été disputée entre des enchérisseurs au téléphone, sur internet et dans la salle. Le gagnant, un homme d'origine asiatique, était dans la salle et a été immédiatement protégé des journalistes par le personnel de la maison d'enchères.

"Il a enchéri pour le compte d'un collectionneur chinois", s'est contenté d'indiquer aux journalites un porte-parole de Christie's, Rik Pike.

Le portrait de Carla Bruni-Sarkozy était estimé par Christie's à environ 4.000 dollars. Mais d'emblée le commissaire priseur a décidé de démarrer la vente à 10.000 dollars en raison des nombreux enchérisseurs.

"Les médias et l'intérêt mondial pour cette photo en ont considérablement augmenté la valeur, alors que Michel Comte n'est pas un photographe aussi connu que Richard Avedon ou Helmut Newton", a souligné Rik Pike.

Christie's a justifié sa décision de mettre en vente des images d'une Première dame en exercice en décrivant l'épouse de Nicolas Sarkozy comme "l'une des plus belles femmes du monde".

"C'est une œuvre d'art. Elle a été prise en 1993 quand mademoiselle Bruni était mannequin et c'est un portrait nu de bon goût pris par un artiste renommé et respectable", a déclaré Milena Sales, porte-parole de Christie's.

La photographie provient d'une collection privée appartenant à l'un des principaux collectionneurs de photos du 20e siècle, Gert Elfering, qui inclut des œuvres de Helmut Newton, Herb Ritts, Richard Avedon et Leni Riefenstahl, et comprend entre autres des nus des mannequins britanniques Kate Moss et Naomi Campbell.

Notre président attend impatiemment la victoire de Silvio Berlusconi, car comme l’écrit Cédric Fréour dans le splendide Série Limitée des Echos : « La vie est belle en Lancia. Carla Bruni, nouvelle première dame de France, vient de succéder à Harrison Ford comme égérie de la marque. Formidable coup de pub en forme de coup de bol : le contrat d’image avait été signé bien avant celui scellant le destin de la top-modèle-chanteuse à celui du président de la République… Certes. Mais les fans de Lancia ne s’en plaindront pas ».

Des nouvelles de nos voisins :

Alice Taglioni participe au prix Partouche Poker Tour. Eric Cantona remettra le prix le 7 septembre à Nice.

 


Mosco, bloggeur à succès : Le blog http://moscovici.typepad.fr/blognational/ du député de Céline, a réussi une jolie percée avec 3600 consultations par jour. Un score comparable à celui atteint par le blog de DSK, lors de la primaire PS en 2006. Rappelons que le frère de DSK est surnommé : Mosk !

Céline :

-         Dans les centres d’intérêt de Mosco, je lis sur son blog : le surf !

Le guide Authentik, très joliment illustré par Alain Bouldouyre, est un descendant génétiquement modifié du fameux petit carnet Moleskine, si cher à Céline et à Bruce Chatwin qui s’approvisionnait rue de l’Ancienne Comédie. Il y a une vie après la pub : Alain Bouldouyre est l’ancien directeur de la création de l’agence lyonnaise Euro-Advertising.

Axel B. nous le joue à la Malcom Lowry. Dans une autre vie, Axel aurait pu jouer le rôle d’un proconsul dans un de nos péplums adorés.

 

----- Message d'origine ----
De : Axel Brucker <abrucker@orange.fr>
À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>

Envoyé le : Jeudi, 10 Avril 2008, 16h38mn 01s
Objet : de Romain Gary à Martinon !

Quand je pense que David Martinon va peut être succéder à Romain Gary au Consulat de France à Los Angeles... sic transit gloria mundi...

ab

Perquisition au Medef : le juge dans le bureau de Laurence Parisot. A-t-il saisi les quatre affiches de Mai 68 qu’elle vient d’acheter à Drouot ?!

----- Message d'origine ----
De : SIMON Yves <
yvesimon@club-internet.fr>
À : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>
Envoyé le : 09/04/08 à 18h33
Objet : FW: la classe

------ Message transféré.

Le grand retour d'Yves Simon, trente ans après

Après avoir privilégié sa carrière d'écrivain, il est revenu avec un merveilleux album qu'il présente aujourd'hui sur scène, en ouvrant au Zénith le festival “Caen Chantes-tu ?
Dès les premières notes, dès les premières phrases de son récent album Rumeurs, paru en octobre dernier, on avait compris. Le chanteur Yves Simon était de retour. En grande forme. Lui qui avait tant séduit dans les années 70-80, alignant les tubes (de Au pays des merveilles de Juliet à Diabolo menthe), vendant des disques à la pelle, avant de devenir écrivain à succès. Mais l'élégance de ses chansons manquait, comme manquaient des mots si agréables aux oreilles féminines.

Certes, Yves Simon avait sorti deux autres albums, ces vingt dernières années, mais qui lui ressemblaient moins. Et puis, il avait abandonné la scène. C'est évidemment une femme, sa compagne (La métisse...), qui l'a poussé à reprendre la guitare, à composer, à écrire. Et une dizaine de chansons tendres sont nées, entre les murs de son appartement de la place Dauphine, à Paris, là où Yves Montand et Simone Signoret furent longtemps ses amis et voisins.

Oui, Yves Simon est d'une époque où tout était plus doux, où toutes les utopies étaient encore possibles. Pourtant, son album de 2007 montre que ses mots, ses émotions restent d'actualités, comme éternelles. Qu'elles soient nostalgiques (le superbe Aux fenêtres de ma vie, en duo avec Françoise Hardy), littéraires comme Marguerite, en hommage à Yourcenar), amoureuses (Patrice) ou contemporaines (Des oursons blancs dans les bras, sur la planète terre en péril).

Depuis l'été dernier, il a donné quelques rares concerts. Aux Francofolies de la Rochelle d'abord. Et puis, tout récemment, à l'Olympia de Paris. Ce soir c’est le Zénith de Caen qui le reçoit. Un régal. Parce que ses nouvelles chansons se mélangent avec grâce aux anciennes. C'est ce qu'il a choisi : ne pas frustrer les fans de toujours et faire découvrir son nouveau répertoire. Un joli équilibre.

On ne vous en dit pas plus. Il faut juste savoir qu'Yves Simon reste l'un des meilleurs auteurs de la chanson française, ainsi qu'un fin mélodiste. Que sa voix n'a pas changé. Qu'il est toujours aussi bavard entre deux chansons, même s'il a promis de faire des efforts... Qu'il est incroyablement à l'aise sur scène, devant son quatuor de musiciens. Son âge ? « Entre Mick Jagger et Raphaël », indique t-il malicieusement, « mais tendance Mick Jagger »...

Et ce soir, moment de grâce, nous allons écouter religieusement Daniel Mesguich lire le Ravel de Echenoz, à l’école des Beaux-Arts. Ce Ravel, un jour offert à Axel B. lors d’un dîner.


-         Pour moi, dit Céline, Daniel Mesguich sera toujours le libraire qui embrasse Marie-France Pisier derrière un rideau métallique dans L’amour en fuite

----- Message d'origine ----
De : cine.reflet <cine.reflet@wanadoo.fr>
À : Invitations 4 - 7 <cine.reflet@wanadoo.fr>
Envoyé le : Jeudi, 10 Avril 2008, 14h19mn 33s
Objet : Hommage à Ingmar Bergman

La librairie Ciné Reflet et la revue Etvdes vous invite à une discussion

Hommage à Ingmar Bergman :
Y a-t-il une vie avant la mort?

Avec Joseph Marty et Charlotte Renaud

mardi 15 avril à 18h

 

 

David et Céline vont dans le même bateau.

Repost 0
David Genzel - dans Culte
10 avril 2008 4 10 /04 /avril /2008 12:26

 


Interactivité. Hier en fin d’après midi, au premier étage du Flore, nous avons reçu le couple du somptueux blog, Journal de campagne. J’avais prévenu Céline :

Dans couple, il y a copule !

10 avril 2008 Flore

Hier, avec M, rencontré David et Céline.
D : gourmand, insatiable, polymorphe ; C. délicieuse, lèvres ourlées, regard lumineux ; elle me fait penser à Sarah.
Avec D. parlé de tout ce qui bouge au Flore et dans le monde (comme Proust, le monde s’étend du Luxembourg au Faubourg Saint Germain, avec quelques colonies « tra os montes » (Cabourg, Luxeuil les Bains, la rive droite)). Plus tard Maître Achoui s’est joint à nous. M : fort à son goût. Avec D. avons évoqué la mémoire de HL qui fut son professeur, qui, a 75 ans épousa Ruth, de 50 ans sa cadette. Evoqué aussi tous ces pères et maris qui abandonnent leur foyer.
Vrai moment de vie, jubilation.

 

Au rez-de-chaussée, siégeait Lionel Jospin. Tout à ses cotés, Michou, que Céline avait aperçu lors de l’enterrement de Carlos. Céline :

De Jospin ou de Michou, lequel est le plus transformiste ?!

A l’étage, Vincent Perez, Daniel Duval, Jean-Christophe Bouvet, Georges Kiejman. Revenons à notre couple : lui est dans l’essence, mais elle dans l’existence. Et je n’avais encore jamais embrassé une pédopsychiatre avec autant de fougue. Ils venaient de loin, toutefois, nous n’avons pas dîné ensemble, happés que nous étions par la Cantina Clandestina. A ce dîner, la fabuleuse ellustratrice, Magali Lacombe : son prénom de Magali si loin de Lucien…

 


Au Flore ce matin, retrouvailles avec Jean-Michel Carlo, aujourd’hui directeur de l’école de la communication de Science Po. Encore un qui renchérit après le « Y a-t-il une vie après la pub ».

Dans Le Point de ce jour, une phrase qui va devenir culte de Jean-Paul Enthoven, dans son billet « Eros philosophe » : « Nul n’ignore, s’il n’est pas né d’hier, que sur la scène des conjugalités conceptuelles il y a toujours eu de l’eau dans le gaz entre l’amour et la philosophie ». Aurait-il déjà perdu la carlattitude ?!

2 Place Michel Debré, ex carrefour de la Croix-Rouge, la boutique qu’adore Céline : Natura : « La maison de cosmétique brésilienne connue pour ses produits biologiques issus du commerce équitable, a mis au point une série d’ateliers ludiques et pratiques autour du bien-être, de la cosmétique, de la diététique et du massage ».

La ligne du bus 63 est la ligne qui pense. Elle dessert Saint-Germain-des-Prés et ses librairies.

Alain Duhamel décale Pierre Moscovici : « A le lire de près, on éprouve l’étrange sentiment d’une analyse saisonnière, déjà surannée… La charge aurait sans doute fait mouche il y a deux mois. En avril, c’est déjà une philippique décalée. Pierre Moscovici a une offensive de retard ».

Pilote sort un numéro exceptionnel pour les 40 ans de Mai 68 : 60 auteurs de BD : « De la vraie daube ! » nous dit le kiosquier face à La Hune. En revanche, quel fabuleux numéro 1 que La revue, éditée par Scali, Céline déjà enthousiasmée par le texte de Philippe Jaenada : Joëlle !

 

David et Céline vont dans le même bateau

Repost 0
David Genzel - dans Culte
9 avril 2008 3 09 /04 /avril /2008 16:05

Lost in translation…

Fait divers du Parisien ce matin :
« Alors qu’elle effectuait divers achats au Bon Marché en début de semaine dernière, Sofia Coppola s’est fait dérober son sac à main. Les voleurs ont ensuite utilisé sa carte bleue pour régler 3 500 euros d’achats au Bon Marché avant de quitter les lieux. Alertée, la police a rapidement retrouvé la trace des malfrats. Ces derniers s’apprêtaient à entrer à la Fnac rue de Rennes ».
L’ancien boxeur Olivennes, pas encore rendu au Nouvel Obs, aurait pu les bloquer…

Reprenons notre dialogue d’hier.

Paul Rozenberg : Je connais mal le quartier. On suit la rue du Bac. On passe devant le Bon Marché, on continue, on tombe à Notre-Dame du Gratin.

Roger Grenier : Qu’est-ce que vous appelez Notre-Dame… ?

Paul Rozenberg : Notre-Dame du Gratin ? Priez pour Saint-Germain-des-Prés…

Roger Grenier : Non. Il y a la chapelle miraculeuse, qui est encore autre chose. Le premier endroit où quelqu’un a vu la vierge au XIXe siècle… Après il y a le Bon Marché, et puis après ça s’appelle rue Saint-Placide, c’est fini, après.

 


Sofia Coppola s’est-elle rendue à la chapelle miraculeuse pour remercier la police de son intervention efficace ?! Céline ajoute :

-         Les malfrats ont été libérés après leur arrestation, c’est ça le miracle !

Donc Pierre Moscovici va partir à Montbéliard. Aura-t-il, en sortant de chez lui, une boutique avec deux miroirs pour pouvoir s’observer avant de partir conquérir le Café de la Paix ?!


Frédéric Beigbeder, suite à l’alerte à la bombe du Salon du Livre, s’était réfugié à l’étage du Flore. Au secours, pardon ! s’est-il écrié, et là encore, quel miracle ! Et il partit sauter sur une sauterie !

 


Lenny Kravitz : « Sarkozy m’a écrit une lettre super gentille que j’ai reçue chez moi, à Paris. Il y disait qu’il avait écouté mon nouveau disque, l’avait beaucoup aimé, et citait même ses chansons préférées ».

Studio Magazine
sort un numéro collector avec la nouvelle star de l’Odéon en couverture toute rouge : Alice Taglioni.

 

A la MC93 de Bobigny, ne rater sous aucun prétexte la réédition de l’immense performance du couple Rabeux-Degliame : Onanisme, avec troubles nerveux chez deux petites filles. Qui n’a pas vu Claude Degliame sur scène ne peut imaginer l’Actrice de théâtre !


Demain, notre voisin du troisième étage, Charles Dumont, inaugure sa série de quatre récitals à L’Européen. Marion Cotillard, revenue de son Oscar et de son complot, y assistera-t-elle ?!

 

Céline, sérieuse :

-         Dire qu’on a parlé de la rue de l’Odéon sans encore évoquer Joyce !


-         On parle de Carla et de Cécilia, jamais de Pénélope Fillon ! lui réponds-je en riant.

 

 

David et Céline vont dans le même bateau.

 

 

Repost 0
David Genzel - dans Culte
8 avril 2008 2 08 /04 /avril /2008 08:42

Hier soir, nous sommes allés à Bobin’o – dont nous avions fait l’inauguration lors d’une superbe soirée organisée par notre ami Gérard Gros. Hier soir donc, deuxième édition du Grand Prix des vlogs, le meilleur des vidéos de blog, organisé par TF1-Publicité, Stratégies, Wat Télé, et Over-blog. Présentation solidement assurée par le divin chauve de Stratégies, François K. J’avais fait le procès de K. en lui reprochant d’avoir laissé à Jean-Jérôme Bertolus la présentation des Phénix UDA, ce dernier ayant relégué l’adorable Emmanuelle Prache à un rôle de passe-plats. Le K. se mérite : quand vous ajoutez un K à n’importe quel mot, il prend de l’ampleur, exemples : kolossal ou katastrophe ! Un autre exemple : KR-Media a durci Carat ! Pas de surprise dans le palmarès du Grand-Prix des vlogs : TF1, nous rejouant la Nouvelle Cour de Montreuil, a encore branché sur la Diversité et notre K. a du se montrer l’égal d’un Nikos Aliagas très glamour ruban rouge ! Mais la surprise de la soirée, ce fut la présence de l’élève appliqué Nicolas Bordas. Son coup de cœur pour le CV en vidéo de Marie Breton, comme déjà Thierry Crosson en déclinait l’exemplarité il y a vingt ans dans Le guide du culot ! Bernard Brochand recevant une présentation de candidat par pigeon-voyageur ou Jacques Séguéla une paire de fesses par photocopieur ! Nicolas Bordas porte bien son nom de manuel scolaire et tout en ayant une taille supérieure à notre estimé président, il n’en reste pas moins le petit Nicolas ! Il fallait le voir effaré tout au milieu de cette diversité. Mais peut-être que les vlogs lui permettront de sauver ce qui lui reste de McDo !

J’avais demandé à Willy Huret de nous accompagner à cette soirée. Chaque fois que Willy est là, la soirée a des allures de Casino Royale !

Donc Pierre Moscovici a encore annoncé à Stéphane Bern qu’il allait siéger au Café de la Paix à Montbéliard ! Avant de quitter Paris, va-t-il essayer de réconcilier les courants en allant dîner au Marco Polo de la rue Saint-Sulpice, propriété du frère de Claude Bartolone ?! Céline sourit :

-         Rejoindre Montbéliard, ce n’est quand même pas une escapade de Marco-Polo !

Denis Tillinac a pris son dernier verre au Danton. La brasserie du carrefour de l’Odéon vient d’être cédée à des algériens de Sétif !

 


Dans Les échos de ce jour : « Les Mousquetaires repartent en campagne », article de Véronique Richebois, qui est pour moi la meilleure plume de la pub de la pub. Véronique a toujours eu le courage estimable de rester dans la profession au lieu de rejoindre Glamour ou Cosmo. Mais ce coté Janus, elle l’exerce dans ses livres, en particulier dans son dernier ouvrage qui pourrait être la 108è intervention de l’expo Sophie Calle que Véronique va visiter ce dimanche. Céline ironise :

-         Es-tu dans le testimonial ?!

Le numéro de Standard d’avril 2008 est fabuleux comme à son habitude : rien à jeter.

Au courrier, je reçois le dernier opus d’Alain Demouzon, Un amour de Melchior, Fayard, avec cette dédicace : « A David G. C’est par Un amour de Melchior que l’aventure se termine… Pour toujours ? Avec amitiés, Alain D. ». Alain Demouzon a publié une quarantaine de livres, Un amour de Melchior est la sixième « saison » du célèbre commissaire.

(c) Photo Louis Monier


------Message d’origine------
DE : SIMON Yves <yvesimon@club-internet.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Date : 04/04/08 à 18h04

David.
J’ai pris un café ce midi avec Francis S. Je l’ai vu cette nuit en rediffusion, je rentrais de Caen où j’avais chanté la veille : contrat rempli, le Zénith était plein.

Amitiés.
YS

A la Galerie Protée, 38 rue de Seine, exposition des œuvres de Tony Soulié, l’un des fers de lance de la nouvelle abstraction qui nous livre sa Ronde de nuit.

Dernière livraison du colloque Romain Gary, Presses Universitaires du Mirail. De ce colloque, j’extrais quelques lignes hallucinantes :



Paul Rozenberg : C’était au 108 de la rue du Bac ?

Roger Grenier : C’est ce qu’on appelle le square de La Rochefoucauld. Il y a une allée, des maisons ensuite, et même une chapelle.

Paul Rozenberg : Je ne connais pas le quartier. Mais, dans le cinéma européen, il y a le 136 de la rue du Bac.

Roger Grenier : Monsieur Klein. C’est tout près.

Paul Rozenberg : Justement. Il y a un contact quelconque entre le 108 et le 136 ?

Roger Grenier : Non. Si, par derrière, on voit des champs qui appartiennent aux bonnes sœurs. On fait les foins encore, l’été. Le jardin des Missions étrangères, c’est très beau.

Paul Rozenberg : J’essayais d’imaginer la rencontre d’Alain Delon/Monsieur Klein et de Romain Gary.

Roger Grenier : Monsieur Klein, c’était surtout le porche qui servait et le square en face. Ils avaient construit un kiosque à journaux factice. En face, il y a un petit pavillon qui appartient à la Ville de Paris et qui servait aux rendez-vous secrets de Chirac, alors maire de Paris (...).

Paul Rozenberg : J’imagine très bien un dialogue entre la mère adorée de Romain Gary, si elle avait vécu, et quelqu’un : « Alors madame Kacew, et votre fils, ça va bien ? Il a du travail ? – Ah oui, il est juif chez Gallimard ».

 

 

 
 

David et Céline vont dans le même bateau.

Repost 0
David Genzel - dans Culte
6 avril 2008 7 06 /04 /avril /2008 17:44
Nous sortions du 22 Odéon, pour nous rendre à l’exposition Sophie Calle « Prenez soin de vous » à la BNF-Richelieu lorsqu’une longue Mercedes noire s’arrêta devant nous. Telle une star hollywoodienne, Alice Taglioni apparut. Jocelyn Quivrin allait prendre soin d’elle. Une autre Mercedes nous attendait à la BNF : Mercedes Erra. J’adore cette dénomination modianesque, moi enfant de la diaspora et de la dérive guydebordienne ! Pour répondre à la demande de Sophie Calle, Mercedes, photographiée sur la terrasse de son agence, a donné une superbe leçon de pub, style Aubade, en conceptualisant sur la rupture.

 Petit traité de la rupture :

      Leçon n°1 : Tramer dans l’obscur, trancher dans le vif.
      Leçon n°2 : Couper ce rien qui vous retient.
      Leçon n°3 : Creuser une petite tranchée et laisser le fossé s’agrandir.

 

Céline :

-         C’est on ne peut plus radical chic de surligner une intervention sur 107 !

-        Du tout ! Le divin chauve de Stratégies qui a visité l’exposition après nous, m’envoie ce sms : « Angot a tout compris. C’est ma préférée ! Mercedes Erra est très publicitaire… Elle réussit à avoir sa part de gâteau ! ».

Pour conclure sur cette expo Sophie Calle, je reprendrai ces propos de Catherine Millet, reproduits dans son texte « Connaissez-vous Casanova ? » paru dans le numéro culte de mars 2008 des Temps Modernes :

« Ma vie amoureuse a pris fin quand elle devait décemment prendre fin. Car je hais l’idée des femmes âgées, au corps âgé, qui s’accrochent à l’amour… Les jeunes femmes ont un sens aigu de ce qu’il convient de faire et de ne pas faire quand on a cessé d’être jeune… C’est ainsi que je décrétais à 30 ans : un certain amour, après 40 ans, il faut y renoncer… Maintenant, j’en avais 44, j’étais reléguée au pays des ombres : mais, je l’ai dit, si mon corps s’en accommodait, mon imagination ne s’y résignait pas. Quand une chance s’offrit de renaître encore une fois, je la saisis ».   

Sophie Calle peut trouver son bonheur dans ces quelques lignes…

J’ai le coup de cœur en peinture pour Agnès Lévy, et le coup de foudre pour Laurence Simon.
« Une petite info, je suis dans Le Monde Diplo d’avril». Trois splendides illustrations.

 


Michel Revol, page 52 du Point :
« A partir de la mi-avril, le Café de Flore devrait perdre un bon client. Pierre Moscovici, habitué du lieu, prendra la tête de l’agglomération du pays de Montbéliard. Il devra donc délaisser les bancs capitonnés du café germanopratin afin de relancer l’industrie et stopper l’hémorragie des emplois dans le bassin du Doubs. « J’ai fermé la section socialiste du Flore pour ouvrir celle du Café de la Paix à Montbéliard », s’amuse Pierre Moscovici ».

Sharon Stone, avant d’intervenir à La Cité de la Réussite, a fait un crochet par La Compagnie française de l’Orient et de la Chine, boulevard Saint-Germain, pour renouveler sa vaisselle. Elle ne portait pas le badge de David Douillet : « Pour un monde meilleur » ! Céline sourit :

-         Pour Pékin, il aurait pu parler des pièces jaunes !

En vitrine à L’Ecume des Pages, Daniel, de François Jonquet (Sabine Wespieser éditeur).

-         Vite nous plonger dans la dernière année de la vie de ce dandy d’Emilfork, s’exclame Céline en croisant Albert Cossery au bras d’une somptueuse créature blonde devant le Flore.

Dans le JDD, un papier sur la star des Gastronomades de cette année qui vient de décrocher sa première étoile, William Ledeuil, de Ze Kitchen Galerie, 4 rue des Grands-Augustins. Qui lui-même recommande la précieuse adresse japonaise : Yen, 22 rue Saint-Benoit.

Laurence Parisot a acheté à Drouot quatre affiches de Mai 68. Daniel Cohn-Bendit a entièrement raison : « La présidente du Medef, tout comme notre éminent président, sont vraiment des héritiers de Mai 68 ! ».

Et hier soir, nous avons eu le choc cinématographique de la semaine : Le premier venu, de Jacques Doillon. Lorsque la vague des cht’is sera retombée, les gens du Nord qui ont dans leurs yeux le bleu qui manque à leur décor… s’apercevront que jamais ils n’ont été aussi bien décrits que dans le film de Doillon. Road movie que nous ne sommes pas près d’oublier. Et casting de Dominique Besnehard !

 


Le roi du barter, Philippe Gimond, m’apprend que son fils Boris, vient d’être reçu à Stanford. Stanford où officie mon ancien prof de Clermont-Ferrand : l’académicien Michel Serres. Philippe Gimond ressemble beaucoup à notre écrivain culte, Roberto Bolaño !


Chaque matin, à 7 heures pétantes, avant de me rendre au Flore, je passe voir le kiosquier du Sénat, le plus cultivé de tous, d’après l’ensemble de ses clients !

(c) Photo Alain Zimeray



David et Céline vont dans le même bateau.

Repost 0
David Genzel - dans Culte

Présentation

davidetceline

davidetceline

Recherche

Liens