Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 10:30
GEDC6672.JPG
Libération, samedi, m'a beaucoup ému : de la sale défaite à la salle des fêtes. Journaliste à Libé, Marie-Dominique Arrighi est décédée d'un cancer vendredi. Elle tenait un blog dans lequel elle racontait ses histoires de crabe...

Marguerite Duras aurait sublimé ce papier à lettres coréen avec l'en-tête du Café de Flore que Céline m'a offert...

GEDC6670.JPG
Frank Tapiro lutte à sa façon contre les violences faites aux femmes... avec la Lancia d'Anne-Marie Stretter.

Message du 19/03/10 à 16h47

De : Frank Tapiro <frank.tapiro@hemispheredroit.com>

A : David Genzel <davidgenzel@voila.fr>

Objet : Invitation de la part de Frank Tapiro à la conférence de presse Lancia

 

Download.html-copie-2Bonjour
Je compte sur votre présence jeudi 25 mars à 9h30.
La cause en vaut la peine.
Amitiés,
Frank Tapiro


Jacques Bordelais, très spirituel dans La Croix de samedi...

 

GEDC6669


Message du 19/03/10 à 12h22

De : Jean-Jacques Moscovitz <jjmoscovitz@free.fr>

A : David Genzel <david.genzel@voila.fr>


Shoah.jpg


Shoah reste d'une actualité toujours aussi forte.

 

Comme l’indique le premier mot que nous lisons, c’est dans le film : L’Action  commence de nos jours, à Chelmo sur Ner, Pologne.


Ce film de cinéma donne cadre aux jouissances de l'horreur si facilement utilisées par certains cinéastes pour séduire un public avide de l'être.


Une telle oeuvre fait sortir les victimes une par une du monde des criminels. C'est, entre autres,  en ce sens qu'il est actuel, « évènement originaire » comme le dit son auteur. Le tissage des propos dans le film est constitué par trois ordres de discours qui ne s'adressent pas les uns aux autres. Les propos des nazis, les paroles des juifs, les dires des polonais ne composent pas une suite linéaire, parce qu’ils ne sont jamais proférés les uns par rapport aux autres, mais le spectateur, seul, fait le lien entre eux. Ainsi surgit une discontinuité élaborée par l’auteur devant nous, du fait de son apparition scandée à l'écran, il  relie  les trois sortes de propos, nous ne pouvons jamais les confondre.


De cela advient pour le spectateur que je suis une progressive prise de conscience de plus en plus intense, à la fois discontinue et nouée à mon histoire intime, prise de  conscience nouvelle à chaque fois que je revois le film, fait de  mouvements en feedback, en rejet, en reconnaissance effective de l’inacceptable de ce qu'il s'est produit, qui a eu lieu. Oui  a eu lieu la mise a mort de juifs dans la chambre à gaz par milliers à chaque fois, chaque jour, chaque jour. Six millions.


On ne peut pas accepter cela, on ne meurt pas comme cela, il y a la une atteinte et de la vie, et de la mort aussi. Là à  Birkenau, Treblinka, Sobibor, Belzec, Chelmo, des juifs asphyxiés par le gaz, ailleurs encore des juifs tués par balles jusqu’à quelques kilomètres de Moscou. La mort elle-même a été tuée. La mort des juifs. Ils ne sont pas morts parce que tout simplement, ils étaient juifs, ils sont morts parce qu’ils ont été tués. Aux criminels de le dire.  Lanzmann dans Shoah nous le fait voir, entendre, nous le montre, du fait même que les assassins mentent, qu’ils  mentent tous. Aveu immense, et portant jamais proféré.


Oui chacun, chacune doit voir et revoir Shoah. Seul, en silence, dans une salle de cinéma, Comme le cinéma de Lanzmann le propose,  ce 8e art comme le dit Anne-Lise Stern, ancienne déportée devenue psychanalyste. Il en va de notre intime « de nos jours »…


Jean-Jacques Moscovitz, psychanalyste


De : Michel Davin <m.david@vaudoo.net>
To : David Genzel <david.genzel@gmail.com>
Date : 20 mars 2010 15:46
Objet : Réminiscence ou rémanence

 

photo-1


Lufthansa pratique une communication à tendance régressive. Prix « final » proclame sa dernière promesse à l'affiche en ce moment. Certainement leur meilleure solution pour éliminer les compagnies low cost. Expérience ?


From : Laurent Balandras <laurent@labelenchanteur.com>
To : David Genzel <david.genzel@gmail.com>
Date : 2010/3/20
Subject : JULIETTE FAIT SON CABARET


JULIETTE-CASINO.png


De Caroline Loeb <c.loeb@noos.fr>

A David Genzel <david.genzel@voila.fr>

Objet : L'éloge de l'ombre

 

newsLOEB NOVA4

L'ELOGE DE L'OMBRE

 

Aujourd'hui que tout le monde rêve d'être célèbre et que le quart d'heure de célébrité wharolien est le fantasme absolu le plus partagé, j'ai eu envie de mettre un coup de projecteur sur ceux qui oeuvrent dans l'ombre. Les artistes derrière les artistes.

 

Comme j'adore la chanson, et je l'ai prouvé, ce sont ceux qui sont derrière les tubes, derrière les chanteurs qui m'ont intéressé.

J'ai été parler à Jacques Duvall, le dandy belge, celui qui a écrit des bijoux sur mesure pour Lio, puis pour Alain Chamfort.

J'ai interrogé Nicolas Repac sur la colline de la Butte Montmartre qui a ciselé les arrangements magnifiques et lumineux pour Arthur H.


J'ai causé à Alana Filippi, qui, avant d'écrire J'attends l'amour pour Jennifer, a collaboré pendant 15 ans aux chansons de Daran.


J'ai choppé Jean Lamoot dans son studio à Ferber, qui a réalisé Fantaisie militaire et L'imprudence pour Alain Bashung, ainsi que des albums pour Salif Keita, Noir Désir, Brigitte Fontaine, Indochine, Vanessa Paradis, et j'en passe...


J'ai cuisiné Marcel Kanche, le dandy sauvage qui a écrit Qui de nous deux pour -M-, ainsi que des chansons pour Vanessa Paradis.

Et j'ai appris plein de choses passionnantes. Qu'ils aimaient leur place. Qu'elle leur correspondait profondément.


Qu"ils avaient un regard circonspect sur ceux qui sont cramés par la lumière. Ces "vedettes" jetées en pâture aux médias cannibales.


Que la lumière, à trop forte dose, ça cramait.


Que "pour vivre heureux vivons caché" était un proverbe qu'ils revendiquaient souvent avec humour.

Moi qui ai grillé sous les feux des projecteurs, puis qui ai regardé dans l'ombre ceux que je mettais en scène avec jubilation et passion.


Moi qui ai bien connu les deux places, ses bonheurs et ses tourments.


Celle de la lumière qui, de fait, occulte ceux qui ont participé à la création de l’œuvre et dont le souffrance vous touche en plein cœur.


Celle de l'ombre où l'on assiste à la vampirisation nécessaire de votre travail par l'artiste qui est sous les projos, et où la sève qu'on lui a insufflé vous échappe pour le faire grandir, lui, j'ai eu envie d'interroger ces alter egos de la création.


Comme dit Alana Filippi dans un de ses textes : "De l'ombre ou de la lumière, lequel des deux nous éclaire ?"

Et Marcel Kanche : "C'est de l'ombre qu'on voit le mieux la lumière"


Belle question philosophique…


Caroline Loeb


De : Christina Alonso <cr.alonso@orange.fr>
To : David Genzel <david.genzel@gmail.com>
Date : 19 mars 2010 12:53
Objet : Alice comblée, rassurée, bouche bée...
 
David, 

 

On se tutoie toujours pas, je crois... 

Et ça va pas s'arranger.

Parce que là je ne touche plus terre... Dans tous les sens du terme. 

Vous n'êtes pas venu à ma dédicace au Publicis Drugstore... Vous avez donc raté l'événement de l'année. 

TOUS ETAIENT LA.

Oui, Maurice Levy est même descendu de son huitième étage ou septième, je ne sais plus. Non huitième. C'est moi qui étais au septième ciel figurez-vous... 

Mon frère Rafael, ma sœur Alicia, mes supporters de toujours que j'aime et qui m'aiment.

Laurent Neumann (c'est lui qui m'a dit un jour "arrête de glander à la Fac, viens à Stratégies... et c'est comme ça que tout a commencé). 

Jean-Claude Maurice (c'est lui qui m'a engagé avec l'assentiment de Jeune et Jolie, pardon Genestar en me demandant "vous connaissez quelque chose aux médias", je lui ai répondu, "non, rien", et m'a lancé: "banco, vous êtes engagée..." 

Ma gynéco, Laurence, "Twiggy" dans le livre Alice au pays des trop vieilles (c'est elle qui m'a dit mais non ce n'est pas la ménopause, ces bouffées de chaleur, tu es trop jeune, désolée...)

Mon avocate, Maud, (c'est elle qui m'a dit... comment ça trop vieille...mais ils sont malades... ils vont voir ce qu'ils vont voir...)

Mon homme, François dans Alice, celui qui remplit les grilles du Sudoku expert du Monde en 10 minutes pendant que je hurle dans ses oreilles "tu te rends compte il m'a dit que j'étais trop vieille Dennis Quaid..."

Mon adorable directrice de la pub sur le Elle à Paris, Delphine qui m'a dit "t'inquiète, tu es la meilleure"... 

et tous les autres qui étaient là. 

Bref, après cette fiesta-dédicace, le DG du drugstore, Jacques Terzian, s'est approché de moi et sur le ton de la confidence, m'a lâché: "vous savez qu'on a jamais vu une pareille ambiance dans notre librairie, merci...", je lui ai répondu: "si vous voulez, je cherche un job, je peux venir animer votre sous-sol, avec tous les comédiens qui sont venus aujourd'hui..."

Bref, du grand comme dirait mon ami Patrick Fiole directeur du NouvelObs.com, qui lui n'a pas pu venir parce que mal en point... (je l'aime fort...)

Après ça, nous sommes samedi et toujours pas un papier dans la presse, et les ventes qui décollent toutes seules (c'est Jean-Marie Brie responsable des ventes chez Albin,qui me le dit: grâce à ce titre, à cette couv et cette mise en place incroyable... ) 

J'ai ajouté, grâce au blog DavidetCéline aussi, et grâce au papier Stratégies, aussi... (merci François au passage)...

et qui m'appelle ? 

Ma RP Albin Michel, Anne-Emmanuelle Robiquet qui se démène comme un beau diable et qui m'annonce: "tu as un article dans le Madame de demain! Je te l'envoie". 

Waooooooou ! 

La classe. 

Moi qui n'ai pas le ton ELLE, (j'ai tellement entendu ça quand je faisais mon petit Elle à paris avec Gérald de Roquemaurel qui était à fond avec moi (70000 ventes sur Paris, je l'avais bluffé), puis quand j'étais au Elle pendant un an que j'en avais des nausées... 

Moi donc qui n'ai toujours pas le ton "ELLE", apparemment, J'ai la rubrique Tam Tam du Madame et suis carrément fière... Voilà David. On se tutoie ? Non... Là c'est moi qui vous dit non... LOOOOOOOOOOOOOOOOOOL !

 

De : Jean Chalvidant <chalvidant@wanadoo.fr>

To : David Genzel <david.genzel@gmail.com>
Date : 19 mars 2010 10:50
Objet : Gracianne Hastoy et ses Squelettes en sucre
 

SquelettesenSucre.jpg

David, salut

Une Française qui a choisi de s'installer au Mexique et a su écouter les récits des Indigènes... Sortie aujourd'hui chez Séguier du dernier livre de Gracianne Hastoy Squelettes en sucre sur le Mexique ; 16 histoires en tout, se déroulant dans la province de Oaxaca et au Chiapas, et toutes vraies, dans la plus belle tradition de B. Traven. Un régal.

Bien à toi & à Céline

Jean Chalvidant


De : Pierre de Bonneville <pdebonneville@gmail.com>
À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Sam 20 mars 2010, 19 h 30 min 28 s
Objet : Françoise de Bonneville au temps des Pharaons

 

photo-copie-3.jpg


Abandonnant les spectacles parisiens, Françoise de Bonneville est allée faire une virée chez Ramsès, remonter le Nil du temps. Ici, nous la surprenons à About Simbel Airport.

De : Librairie Mazarine <librairie@lamazarine.com>
To : David Genzel <david.genzel@gmail.com>
Date : 20 mars 2010 10:49
Objet : Signature : Slavica Perkovic

invit-booksign31mars.jpg

 

De : Christian Lorin <cl.comvoce@yahoo.fr>
À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Sam 20 mars 2010, 1 h 16 min 15 s


Je sors de la Maison des Arts de Créteil à l'occasion de l'Expo EXIT 2010. Comme chaque année des "attractions culturelles" expérimentales originales telles 2 danseurs emballés sous vide pendant une bonne quinzaine de minutes suspendus, telles des oeuvres d'art vivantes . Et puis une représentation de et avec Philippe Starck sur le son depuis son origine et son influence sur notre corps et notre esprit. Avec en final un son des 1000 spectateurs enregistré en direct et destiné à être dans un futur proche satellisé.  Starck est vraiment trop fort... en design même sonore : il a fait venir les meilleurs du monde entier à Créteil; qui finalement  n'est pas plus difficile d'accès que certains lieux de spectacle parisiens. (Et avec moins de risque de prendre un PV, rappelle toi la dernière fois que nous sommes allés dans un théâtre parisien, ensemble...) Donc quelque soit l'avenir du Grand Paris, la Culture se fera à Paris intra-muros et aussi dans l'Ile de France ! Avec sa réelle diversité, si on veut bien faire en sorte, avec Valérie ou Jean Paul... ou Frédéric...

Christian Lorin


Toujours aussi fan d'Isild Le Besco, j'entraîne ma Céline voir The good heart au MK2 Hautefeuille. C'est le film islandais sublime qui arrive même à nous faire oublier Bad Lieutenant...

 

the-good-heart.jpgthe-good-heart3.jpg

 

Un peu de Clermont-Ferrand à Paris !

GEDC6668.JPG




David & Céline vont dans le même bateau

Partager cet article

Repost 0
David Genzel - dans Culte

Présentation

davidetceline

davidetceline

Recherche

Liens