Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 octobre 2009 1 26 /10 /octobre /2009 10:33
Je lisais le splendide papier de Bertrand Legendre dans Le Monde TV de ce week-end : "France Inter en images : parlant" quand Céline me raconte Justine Lévy chez Pascale Clark mercredi matin. Ce que Justine ne savait pas, c'est qu'elle était filmée. Alors, sur le site Internet de l'émission, nous pouvons non seulement l'écouter parler de son dernier roman, mais surtout... la regarder ! Ainsi, Justine enlevait le chewing-gum de sa bouche pendant son temps de parole et le remettait quand elle n'avait plus à parler...


Justine Lévy présentera Mauvaise fille le 14 novembre à 15h au Bon Marché.

Nous prenions notre brunch samedi chez Art Macaron, quand Céline, en fidèle auditrice de France Inter, reconnut Colombe Schneck à la voix.


Colombe portait un bouquet sublime d'hortensias (de la rue Vavin ?), le JDD, un sac Maje, et un magnifique foulard rouge autour du cou.


Etait-ce le foulard en soie Maje du Mecénat chirurgie cardiaque, décliné par des artistes tels que Vanessa Paradis, Ines de la Fressange ou Frédéric Beigbeder ?


Au kiosque à l'angle de la rue Delambre du boulevard Raspail, le jeune distributeur promotionnel de Libération n'avait pas remarqué le Y de Polanski sur l'affichette de son journal...


Sublime Caroline Loeb au Vertigo de Nancy ces 23 et 24 octobre !

Message du 26/10/09 à 08h28

De : Caroline Loeb <c.loeb@noos.fr>

A : David Genzel <david.genzel@voila.fr>

Objet : Nancy, le retour

 

Chers David et Céline,

Je reviens de Nancy où j'ai à nouveau joué au Vertigo.

Quel bonheur de retrouver la ville !

En dehors de mes 2 représentations avec un public enthousiaste, un bonheur hier matin de me balader dans la ville vieille, son marché aux puces, son petit marché où j'ai acheté des légumes et des fromages délicieux....

Puis, un petit tour au musée des Beaux Arts pour jeter un oeil à l'expo « Beautés monstres », dont l'affiche m'a fait de l’œil tout le week-end. Un magnifique Topor, Gustave Moreau, Jacques Callot, des merveilles... Et j'en ai profité pour découvrir la très belle collection permanente.

Voilà, retour à Paname, au Montmartre Galabru.

J'espère retourner bientôt à Nancy; j'aime cette ville que je commence à connaître un peu :-)

Je vous embrasse,

Caroline

(c) Photo Sabine Villiard

 

(c) Photo Roberto Frakenberg

 

Christophe Lambert va t-il enfin lire l'essai de François Bazin sur Jacques Pilhan ?

 

De : Alain Cayzac <cayzac.alain@wanadoo.fr>

À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>

Date : 24 octobre 2009 17:07

 

Jacques Pihlan n'aurait sans doute pas trop aimé être autant sous les feux des projecteurs de l'actualité qu'aujourd'hui. Le livre de Bazin bien sûr et la médiatisation de plus en pus forte et exigeante des personnages publics. Internet les traque à longueur de journée et la maîtrise de leur communication est un élément clef de leur popularité et de leur image. Les « fils de Pihlan » ont beaucoup à faire... mais n'est pas Pihlan qui veut ! Je l'ai évidemment bien connu puisqu'il a été un de mes collaborateurs chez RSCG d'abord puis chez Havas après la fusion des deux groupes. Il n'avait d'ailleurs pas très bien pris que je lui préfère Chauvel et Henocq pour diriger Eurocom (fusion du Bélier, dont il était président, et de HDM). Mais il était devenu mon Vice-Président du groupe France, m'avait beaucoup aidé, sans arrière pensée et avec sa grande intelligence. J'avais jugé, à l'époque, qu'il était bien plus un stratège de génie qu'un patron de grande agence de communication. C'était d'ailleurs une évidence.


Je n'en dirai pas plus sur son immense talent, tout a été dit et bien dit sur lui récemment, son système a été décortiqué et tout le monde s'accorde à dire qu'il a inventé un métier et qu'il n'a pas encore aujourd'hui trouvé de successeur.


Une dernière remarque : le duo qu'il formait avec Jacques Séguéla était peut être improbable, mais explosif et terriblement efficace. Le stratège mystérieux et le haut parleur médiatique, ça fonctionnait drôlement bien. Et, ensuite avec Claude Chirac(que lui avait présenté Jean Michel Goudard) et d'autres règles du jeu, ça n'était pas mal non plus.


Salut Jacques, moi j'ai vérifié en « live » que tu étais bien un grand.


Alain Cayzac

 


From : Alain Chouffan <achouffan@numericable.fr>

To : David Genzel <david.genzel@gmail.com>

Date : 2009/10/24

Subject : Pilhan

 

Mon cher David,

 

Incroyable Jacques Pilhan ! Jamais de son vivant – il est mort en 1998 à 54 ans - on a autant parlé, écrit, commenté, sur lui depuis la sortie du livre de François Bazin, chef du service politique du Nouvel Observateur. Si ce Sorcier de l’Elysée (Plon) comme s’intitule le livre, Bazin, lui, a gagné le gros lot en publiant ce livre. Jamais, quand il en a eut l’idée, il n’aurait pu imaginer un seul instant, que tant de journalistes commenteraient aussi élogieusement son livre. Bravo Bazin ! Même le supplément télévision du Monde s’y met aussi. Normal. Jacques Pilhan fut le grand metteur en scène des images présidentielles. Celle de Mitterrand comme celle de Chirac. La journaliste du Monde, Martine Delahaye ne s’est pas contentée de faire une simple critique du livre. Non. Elle a voulu elle aussi, faire une enquête. Et apporter de nouveaux témoignages. Comme celui de Philippe Kieffer, producteur, spécialiste de l’histoire de la télévision. Flash back. Nous sommes en 1994. Le livre de Pierre Péan, Une jeunesse française vient de paraître. Il révèle le passé « maréchaliste », voire « pétainiste » de François Mitterrand. Une révélation qui menace la survie politique, et qui risque même de salir le PS, à un an de la présidentielle. Que va imaginer alors Jacques Pilhan pour sortir Mitterrand de l’impasse ? Il invente un scénario machiavélique. Et accepté par Mitterrand ! En quoi consiste-t-il ? En un tête à tête entre un président « affreusement » malade et Jean-Pierre Elkabbach, alors président de France Télévisions. Jean-Pierre Elkabbach s’en souvient encore : « Je n’étais au courant de rien. Un jour, ça m’est tombé dessus. J’ai proposé plein d’autres noms de journalistes, rien n’y fait… » . On le comprend : car Pilhan peut demander à son ami Elkabbach de taper aussi fort que possible sur ce président en « piteux état ». Pourquoi diriez-vous ? Pour que le public, d’après Pilhan, garde en mémoire un Mitterrand victime et non indigne. Que l’on plaint au lieu de s’offusquer ! De la haute voltige ! Machiavel devient un enfant de cœur ! Un vrai génie de Pilhan. « Ce genre d’opération télévisée était possible parce que tout le monde regardait TF1. Et que la parole du président était rare, précieuse. Aujourd’hui, elle est devenue un produit comme un autre » analyse Philippe Kieffer. C’était un des coups de génie de Pilhan. Et nous, pauvres téléspectateurs, nous nous sommes aperçus de rien ! Merci Bazin de nous avoir révéler la face cachée de ce magicien génial de la politique !

Alain Chouffan

 

De : Jean-Michel Frodon <jmfrodon@gmail.com>

À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>

Date : 25 octobre 2009 20:13

Objet : Change

 

Bonjour

Le nom de mon blog sur Slate a changé, il s'appelle maintenant « Projection publique » :

http://blog.slate.fr/projection-publique

Si vous avez envie d'y faire des commentaires, ils sont bienvenus...

Amicalement

Jean-Michel Frodon

 

Philippe et Carole Gimond sont les très heureux grands-parents d'un petit VICTOR né à Palo Alto. Quel symbole lacanien pour le roi du Barter d'avoir un petit-fils né dans cette ville... !


De : Carole Gimond <cgimond@hotmail.com>

À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>

Envoyé le : Dim 25 Octobre 2009, 22 h 08 min 17 s

Objet : Victor gimond

 

Voici notre petit-fils à 1 jour !

Avec son bonnet et sa couverture, il ressemble à un sans papier mais ouf, il est à Palo Alto...

nous vous embrassons fort.

 


Je découvre chez ma pharmacienne, Valérie Guérin, une affiche sur Anne Frank. Je téléphone à Francine Disegni qui déjeune chez Schwartz's avec Paul Wermus, elle connaissait cette pièce...

 


Chez un bouquiniste boulevard du Montparnasse, nous achetons Panoramiques de Jean-Christophe Bailly avec un envoi à Jean-Pierre Vernant...

 


Ce soir dans l'émission Mots Croisés, Christine Boutin sera en compagnie de l'odéoniste Pierre Moscovici...

 

De : Christine Boutin <chri78@wanadoo.fr>

À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>

Date : 24 octobre 2009 20:25

 

Mon cher David,

 

Nous venons en France de vivre un mois douloureux pour la majorité présidentielle et cela me navre.
Espérons que la décision indispensable de Jean Sarkozy de ne pas se présenter à la présidence de l’EPAD sonne la fin de cette période !?
Je viens de lire la chronique de Jean François Kahn dans Marianne.

Avec son intelligence et humour caustiques, il dit sa Vérité : il n’y aurait plus personne auprès du Président pour lui dire ce que pensent les Français (à quelques exceptions prés…et ensuite mal traitées) ?

Cela est possible. Il est vrai qu’il n’est pas toujours apprécié au Palais qu’un certain nombre de choses soient dites !

Et pourtant, je suis convaincue que c’est le meilleur service que l’on puisse rendre à la France et à son Président dont le talent ne peut pas être mis en cause.

Je fais partie des responsables politiques qui n’utilisent pas la langue de bois, c’est la raison pour laquelle j’en appelle à chacun de ne pas jouer au courtisan ce qu’au fond Nicolas Sarkozy déteste.
Il est urgent de revenir aux fondamentaux de la campagne présidentielle qui ont enthousiasmé des français de droite comme de gauche !

L’ouverture : magnifique stratégie cohérente avec cet électorat de 2007 mais, l’affaire Mitterrand, la candidature de Jean, « les coupables » dans Clearstream, la Taxe Carbonne… ont déboussolé un certain nombre de son électorat de base et le nez du Front National pourrait à nouveau reprendre des couleurs, ce que nous combattons.

Il faut un cap clair, respectueux des engagements et les orages actuels s’évanouiront.

Les élections partielles dans les Yvelines ont montré une abstention inhabituelle et des résultats non satisfaisants. Ce sont une alerte confirmée par les sondages.

Alors faisons en sorte que Jean François Kahn se trompe. Pour cela parlons ! sans peur.
Amitiés

Christine Boutin

 

Petit déjeuner à La Coupole, table voisine, Pierre Weill en famille, l'habitué de ces dimanches.

 

Nous partons voir à l'UGC Rotonde, Mademoiselle Chambon. J'y allais en trainant des pieds, j'avais l'impression d'un film Modem ou de la reconstitution du couple Lindon-Kiberlain. Mais ce fut une fabuleuse surprise dans la lignée de L'heure d'été d'Olivier Assayas.

 


Régis Jauffret va publier un ouvrage sur Edouard Stern, qui avait déjà inspiré un film à Olivier Assayas (Boarding gate). Le fera t-il relire par Pascal Bruckner ?!

 

Le Cantal n'est pas fatal à Christian Delprat !

 

De : Christian Delprat <c.delprat@jvldir.com>

À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>

Envoyé le : Lun 26 Octobre 2009, 8 h 55 min 44 s

Objet : Chantal, t'as pas oublié ton métier ?

 

À défaut d’être glamour et politiquement correcte, je trouve la pub pour le CANTAL pertinente et efficace. Elle atteint le premier objectif absolu de toute campagne : la notoriété de la marque (pour l’image, on verra la prochaine fois). Quand on s’occupe d’un budget difficile, qui manque de reconnaissance, qui n’a pas de « plus produit » reconnu, bref qui n’est pas sexy et vendeur, on se pose plein de questions. Comme un avocat qui se dirait : vais-je prendre ce client qui semble condamné d’avance ? Notre métier, c’est aussi ça : relever des défis ! Alors j’entends bien les critiques sur le ton “1er degré” vulgaire et pas correct; sur la femme avilie; sur le ressort trop facile du pitch.


Mais c’est un peu court de donner des leçons sous prétexte d’éthique. Il ne faudrait pas que l’éthique devienne un TOC.

Non les gars, il ne faut pas cracher dans la soupe. D’autres avant nous, avant eux, ont utilisé les mêmes méthodes : inventer une ficelle et tirer dessus en espérant que le client y retrouvera son compte : qu’on parle de lui. Peut-on imaginer que seuls des beaufs machos, voire tortionnaires, chercheront une location dans le 15 ? Manquerait plus que ce soit ceux du 9-3 : venez dans le 1-5, on peut se moquer des gonzesses, c’est permis ! Manquerait plus que les Chantal portent plainte.


Hier matin, j’étais au marché St Antoine – THE marché du dimanche in LYON. Sur 5 fromagers, 3 brandissaient une ardoise « vous n’avez pas oublié le Cantal ? » C’est ce qu’on appelait autrefois un relais d’opinion et qu’on nomme « buzz » aujourd’hui. Alors, je ne sais même pas qui est l’agence du Cantal, mais j’affirme qu’ils on fait leur métier.

Christian Delprat

 

Et la toujours cultissime Françoise de Bonneville...

 

De : Pierre de Bonneville <pdebonneville@gmail.com>

À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>

Envoyé le : Dim 25 Octobre 2009, 15 h 47 min 56 s

Objet : Françoise de Bonneville au théâtre

 

Vendredi soir,

Françoise de Bonneville est allée au théâtre, à Créteil, à la MAC, voir l'exceptionnel travail d'Arthur Nausyciel, dans le Julius Caesar de Shakespeare, spectacle créé à l'American Repertory Theater de Boston. La pièce, jouée en anglais était sous-titrée en français. Installée à côté de la mère d' un des comédien, interprète de Brutus, l'excellent James Waterston, elle a pu discourir sur le théâtre élisabéthain en toute courtoisie.


 

 

 


De : Pierre de Bonneville <pdebonneville@gmail.com>

À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>

Envoyé le : Dim 25 Octobre 2009, 16 h 00 min 31 s

Objet : Françoise de Bonneville s'amuse à la FIAC

 

Après la soirée de la veille passée en compagnie du Jules César de Nauzyciel à Créteil, Françoise de Bonneville s'est rendue samedi à l'invitation de la FIAC où elle a pu se dégourdir les pattes dans les allées présentant les plus belles galeries d' art, sculptures et peintures, rencontrant quelques amis amateurs et investisseurs. Discrète, elle se garde d' en dévoiler davantage...

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est déjà Noël au Bon Marché !

 




David & Céline vont dans le même bateau

 




Partager cet article

Repost 0
David Genzel - dans Culte

Présentation

davidetceline

davidetceline

Recherche

Liens