Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 octobre 2009 3 14 /10 /octobre /2009 10:24

Naturel Abusif (Laurent Fabius) n'a jamais été fidèle à Castro. Cette phrase polysémique résume toutes les infidélités

De : Alain Chouffan <achouffan@nouvelobs.com>

À : David Genzel david.genzel@gmail.com
Date : 13 octobre 2009 11:14

Objet : Adultère


Mon cher David,

 

Je fais en ce moment quelques infidélités aux affaires qui me passionnent : Clearstream, Frédéric Mitterrand et Roman Polanski. Des infidélités de lecture avec qui ? Avec l’infidélité, la vraie ! Pas en la pratiquant comme tu pourrais malicieusement le penser - loin de là ! - mais en lisant tout ce qui est écrit en ce moment sur ce sujet. Un sujet brûlant. L’adultère s’affiche partout en ce moment. Elle est à la mode. En tout cas, l’infidélité est tendance. Même Bernard-Henri Lévy vient de rappeler, dans Libération, à propos de Frédéric Mitterrand, que Léon Blum, au temps de La revue blanche, faisait l’éloge de l’adultère. Pas un livre, pas un magazine qui n’aborde aujourd’hui ce sujet. A commencer par le livre de Maryse Vaillant Les hommes, l’amour, la fidélité (Ed. Albin Michel). Un livre décapant avec un parti pris bien précis : l’inconstance masculine n’est pas forcément une cause de rupture. L’Express (1 octobre) titrait l’interview de l’auteur : « Peut-on pardonner l’infidélité ? ». Et d’expliquer pourquoi il faut pardonner. Maryse Vaillant va même plus loin dans Version Fémina, le supplément du Journal du Dimanche (10 octobre) : elle fait l’éloge des hommes infidèles : « La fidélité n’est pas forcément la panacée ».

 


Cette psychologue clinicienne a rencontré des dizaines d’hommes qui trompent allègrement leurs femmes. Des serial séducteurs. Des maris qui jurent que leur femme est le seul amour de leur vie mais qui s’offrent des aventures sans culpabilité. De ceux qui aiment plusieurs femmes à la fois, incapables de choisir, incapables de quitter. Et qu’a-t-elle découvert ? Qu’une grande part de leur infidélité n’a parfois rien à voir avec la femme qu’ils trompent ou avec la relation qu’ils ont, mais à voir avec leur histoire d’homme et l’histoire de tous les hommes. « Les hommes sont pris dans un piège de virilité, de pouvoir, de compétition masculine que l’on a tendance à sous-estimer… et dont l’infidélité est un des symptômes » affirme-t-elle dans une interview fleuve à Elle (9 octobre). Formidable Maryse Vaillant ! Elle devient le porte-parole des hommes infidèles. Celle qui vous comprend et vous défend ! Et qui vous fournit des excuses. Car cette psychologue avertie cherche à comprendre les hommes infidèles ! Rien que ça ! « Les femmes qui ont été trompées ont besoin de comprendre pour moins souffrir » explique-t-elle. Vous avez bien lu ! Amis infidèles, pour être pardonné il suffit de faire comprendre à votre femme que ce n’est pas de votre faute, que vous ne supportiez plus la compétition avec votre ami du « Flore » qui, lui, collectionne les conquêtes, et surtout qu’il faut que vous vous prouviez à vous-même que vous étiez encore viril ! Ben quoi ! Du pain béni cette Maryse Vaillant ! Mais attention ! Maryse Vaillant n’est pas si stupide que ça. Elle dit aussi que son but est « d’aider les femmes à moins souffrir ». On est d’accord. Mais comment une femme peut-elle ne pas souffrir quand on elle découvre que l’homme en qui elle avait confiance la trompe ? Réponse de Maryse Vaillant : « Je ne minimise pas la blessure narcissique que cela représente. Ni la blessure affective, quand on découvre qu’il en aime une autre, ce qui est encore plus difficile à accepter. Mais je trouve que les femmes souffrent parfois pour rien. Elles se remettent en cause alors qu’il ne s’agit pas toujours d’elles. Si elles entrent dans la spirale du « c’est ma faute, je ne suis pas assez sexy, je n’ai pas su le retenir », c’est terrible, parce que qu’en réalité elles ne sont pas responsables de la libido de leur mari ». Alors que faire ? Notre psy recommande à la femme d’exprimer calmement ses émotions et d’écouter ce que l’homme a à dire. Où ? Dans un endroit neutre, au restaurant, en marchant en forêt ! Quelqu’un a-t-il déjà essayé !


Un tel livre ne pouvait pas passer inaperçu par Pascal Bruckner qui vient de sortir un excellent livre Le paradoxe amoureux (Ed. Grasset) ou il s’interroge sur les conséquences de quarante ans de libération sexuelle. Il revisite les nouveaux rapports amoureux, les mutations des sentiments et de l’érotisme avec lucidité mais sans nostalgie, en considérant comme acquit un certain nombreux d’avancées. Mais il pointe du doigt les contractions d’une époque qui veut tout à la fois. Et en passant, il réhabilite l’infidélité. Une aubaine pour Le Figaro Madame (10 octobre) qui a l’idée de les mettre face à face. Maryse Vaillant en profite pour mieux préciser sa pensée : « j’essaye de dédramatiser le phénomène. L’infidélité n’est pas nécessairement un signe de désamour au sein du couple. Un homme peut aimer sa femme comme un fou et avoir pourtant une liaison de temps en temps. Comme tant d’hommes, que j’appelle « monogames menteurs » qui ne divorceraient pour rien au monde ». Pascal Bruckner, plus malin que jamais, enfonce le clou, avec humour : « Je suis d’accord avec vous, je crois même que certains individus ont besoin de l’infidélité pour érotiser leur propre vie. La duperie a un potentiel érotique énorme. On ne ment pas toujours pour dissimuler la vérité, mais pour tenter d’intensifier la vie ! Freud écrit qu’on est au moins quatre quand on fait l’amour – en comptant l’ombre du père et de la mère de chacun. Dans les couples contemporains, il y a foule, car il faut compter avec les ex de l’un et de l’autre ! » Et si on ajoute les fantasmes, ça fait beaucoup de monde ! Le fantasme n’est-il pas le premier pas vers l’infidélité !


Toujours sur l’infidélité, l’ex-femme d’Eric Besson, Sylvie Brunel, révèle dans son livre qui sort ce mercredi Manuel de guérilla à l’usage des femmes (Grasset) que le jour de son mariage, le 15 octobre 1983, à la mairie de Saint Didier au Mont d’or, dans le Rhône, alors que le maire déroulait les articles du code civil – « les époux se doivent mutuellement fidélité, secours, assistance » - Eric Besson l’interrompt : « La fidélité, non ! ». Au moins on ne pourra pas dire que sa future épouse n’était pas prévenue ! D’ailleurs, Sylvie Brunel était consentante. Il y avait entre eux, « une loyauté indéfectible, sur fond d’infidélité circonstancielles » écrit-elle dans son livre. Ensembles, ils parlent de ses maîtresses - certaines étaient ou sont devenues des copines, selon Libération du 12 octobre qui lui consacre un portrait en dernière page. Pourquoi accepte-t-elle l’infidélité de son époux ? Parce qu’ils se sont connus quand elle avait 18 ans, et qu’elle avait été élevée dans une « morale petite bourgeoise ».

 


Ce n’est pas tout. Fin novembre, s’ouvrira un site de rencontres – gleeden.com - uniquement réservé aux femmes et hommes mariés. Du jamais vu ! Un site qui favorise l’adultère ! « L’infidélité technologiquement assisté et revendiqué lève l’hypocrisie des sites qui vendent de la romance. Ce site consacre les pratiques des réseaux sociaux comme Facebook où les membres se livrent à l’infidélité explique dans Le Parisien, le sociologue spécialisé dans le couple Pascal Lardellier. Ce site confirme une vie de couple plus flexible. On passe de la monogamie au polygaming, un modèle postmoderne où avoir une liaison, même si ça n’est pas officiel, devient plus simple. L’évolution de l’espérance de vie et le fait qu’Internet multiplie les possibilités de rencontres vont accroître cette évolution des mœurs. »


Bref, hommes infidèles – vous étiez 13 % à l’avouer en 1994 et 14 % à le déclarer en 2009 (Sofres) - en attendant l’ouverture de ce site, ne manquez d’acheter les livres de Pascal Bruckner et de Maryse Vaillant. Et celui de Pamela Druckerman L’Art d’être infidèle (Ed. Saint-Simon) paru en mars 2009 et qui établi un palmarès international de l’adultère. Vous y apprendrez que de plus en plus de Français estiment ne plus avoir besoin de continuer leur psychanalyse à partir du moment où ils prennent une maîtresse, que les Russes ne comptent pas les amours de vacances comme des infidélités, que les Sud-Africains invoquent l’ivresse comme excuse à leurs frasques extra maritales, que les hommes d’affaires japonais sont convaincus que « payer n’est pas tromper », et qu’enfin les Américains passent des années à se remettre d’une trahison ! Ce qui n’est pas le cas des Français !

Alain Chouffan


Loin des tapages de Sylvie Brunel, Mademoiselle Chambon.



Marge Simpson pose en couverture du Playboy américain...

 


Hier, j'arrive au Flore pour retrouver Christine Boutin. A la terrasse, Henri Baché prend un verre avec Daniel Torres. Henri m'interpelle :

- Tu vas à la messe !

Je l'emmène à la table de Christine pour qu'il lui parle de ses campagnes pour la sécurité routière, et une fois de plus, le charme opère !

 


Le 21 octobre, belle soirée à la Galerie Chappe avec des lectures du premier roman de Arnaud Le Guilcher, En moins bien (Stéphane Million Editeur) par Alexandra Geyser, Caroline Rochet, Eva Mazauric, Carole Weiss, Agnès LaBouille.

 



De : Revue Europe <Europe.revue@wanadoo.fr>

À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>

Date : 14 octobre 2009 08:24

Objet : Revue Europe Arthur Rimbaud


e u r o p e

revue littéraire fondée en 1923

 

Le n° 966 vient de paraître.

Il est consacré à RIMBAUD

 

SAMEDI 17 ET DIMANCHE 18 OCTOBRE

vous pourrez nous retrouver au

Salon de la Revue

Espace des Blancs Manteaux

48 rue Vieille du Temple
75004 Paris Entrée libre


De : Christian Delprat <c.delprat@jvldir.com>

À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>

Envoyé le : Mer 14 Octobre 2009, 9 h 42 min 30 s

Objet : Qui ira encore dans le Cantal ?


Mon cher David

Il y a eu L'annonce, le très beau livre de Marie-Hélène Laffon décrivant les difficultés d’une femme du Nord qui vient dans un village du Cantal pour essayer de construire un nouveau foyer avec un agriculteur du cru et qui se bat contre un entourage familial hostile et malveillant. Aujourd’hui, ce sont les Chiennes de Garde qui attaquent la campagne publicitaire du Cantal trouvant les spots machistes et “banalisant la violence faite aux femmes”. Je redoute un prochain dossier de presse qui prouverait le lien entre cellulite et fromage, saucisse ou pounti. J’ai quelques copains, toujours célibataires du côté de Saint-Flour, qui ont vraiment du souci à se faire. Ce sont les chèvres qui ont de l’avenir !

Christian Delprat


La première séance de Gérard Miller va être projeté sur France 3. Carla Bruni-Sarkozy va y raconter son expérience du divan.




David & Céline vont dans le même bateau

 



Partager cet article

Repost 0
David Genzel - dans Culte

Présentation

davidetceline

davidetceline

Recherche

Liens