Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 10:28
Tout à commencé par un petit déjeuner au Café de la Paix. Une charmante petite brune vient me demander mes journaux.
Céline :
- Il n'y a qu'à toi que cela arrive...

Neeson.jpg
Nous allons voir Chloé au Gaumont-Opéra, Liam Neeson s'appelle David, il est prof, et il enseigne Don Juan à ses étudiants. Céline a une autre image de Liam Neeson : pour elle, il est Oskar Schindler.

Le soir, nous partons dîner à La boule rouge, l'endroit cher à Philippe Seguin est fermé...

GEDC6692.JPG
Nous allons chez David presqu'en face. Foule familiale compacte !


GEDC6693.JPGGEDC6695.JPG
Message du 28/03/10 à 11h07

De : Richard Zrehen <r.zrehen@gmail.com>

A : David Genzel <david.genzel@voila.fr>

Objet : Savoir-vivre

 

Où il est question de maladresse apparente et de susceptibilité moyen-orientale...

 

Download.html-copie-3

 

Statue de sel ? (Ein Gedi, 2010) (c) Photo Patrick Jelin

 

Savoir-vivre, pierre & jardin

 

Ne pas reconnaître le mérite de quelqu’un, surtout s’il s’agit d’un leader politique, peut être blessant. Il est donc possible que la secrétaire d’Etat américaine, Mme Rodham-Clinton, ait heurté les sentiments du président de l’« Autorité palestinienne », M. Mahmoud Abbas, en créditant d’une initiative qui lui appartient entièrement, le Hamas, son ennemi juré.

 

Mme Rodham-Clinton, en effet, s’adressant lundi 22 mars 2010 aux délégués de l’AIPAC (American Israel Public Affairs Committee), improprement connu sous le nom de « Lobby juif », a attribué « au Hamas » la décision de donner à un square « le nom d’une terroriste ayant assassiné des Israéliens innocents », ajouté : « C’est mal et doit être condamné » et loué M. Mahmoud Abbas, notamment pour son refus de suivre cette voie-là[1].

 

Attribution erronée...

 

Pour lire la suite aller à l'adresse suivante :

http://www.richardzrehen.blogspot.com/


Je voulais avoir le point de vue de Christine Boutin sur la prise de position de Chantal Jouanno.

JouannoBoutin.jpg

De : Christine Boutin <chri78@wanadoo.fr>

À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>
Date : 28 mars 2010 20:50

 
Cher David,

J'ai noté pendant ce week-end les nombreuses réactions des chroniqueurs sur la « désespérance » de Chantal Jouanno à l' « abandon » de la taxe carbone et celle du Président de la République. Il est vrai que tout cela fait du buzz, et pourtant ! L'échec que la droite a essuyé a l'occasion des régionales a des causes  nombreuses : inquiétudes diverses, ras le bol de l'ouverture qui n'est, pour moi, qu'un faux nez pour ne pas parler d'agacement voire de colère face à la gestion de la crise, que les français ne comprennent pas, etc. Le Président devait réagir. En politique le symbole est important, or, qui a gagné les élections ? En vérité, ce sont les Verts que rejettent les Français ? Les nouvelles taxes. La décision était donc évidente pour toucher les deux : la suppression ou la remise à plus tard de la taxe carbone. Je comprends le désarroi de la Ministre qui s'est donné beaucoup de mal, mais la réalité politique était là. La parole est (au nom de la solidarité gouvernementale) souvent ceinturée quant on est au gouvernement, j'en sais quelque chose ! Mais dans cette affaire la désespérance n'avait pas lieu d'être. Ce qui est nécessaire aujourd'hui c'est de retrouver la confiance des français, de leur expliquer et de les associer aux reformes qu'ils demandent et... serrer les rangs.

Amitiés,

Christine Boutin

 

From : Axel Brücker <trailersmuseum@orange.fr>
To : David Genzel <
david.genzel@gmail.com
>

Date : 2010/3/28
Subject : Pardon pour Versailles

 

VERSAI

Pardon pour Versailles…

 

Allez, soyons un peu grandiloquents et reconnaissons que Versailles a toujours été la plus belle vitrine de la France.

Les « patrons » qui s’y sont succédé depuis Gerald van der Kemp, que j’ai connu dans mon enfance, ont toujours travaillé au rayonnement mondial de l’établissement, mais aussi à la recherche de mécènes, de financements complémentaires, d’événements.

Pour diriger le Château de Versailles, il faut, comme Jean-Jacques Aillagon, en avoir rêvé toute sa vie au point de se réveiller la nuit en imaginant accrocher des homards au plafond de la galerie des Glaces !

Sacha Guitry, avec sa voix extraordinaire, ouvrait le générique de « Si Versailles m’était conté » par cette déclaration pleine de bon sens : « On a souvent reproché aux rois de France leurs dépenses excessives, mais lorsqu’on regarde Versailles, on réalise qu’ils mettaient, en fait, notre argent de côté ! »

Et alors qu’Aillagon, ancien ministre, mais surtout homme de culture et de mécénat, homme de passions, ayant animé de nombreux musées et d’innombrables expositions et dont la direction du centre Pompidou fut exemplaire, vient de prendre ses fonctions, il serait prévu par « le château » (l’autre) de le débarquer, déjà, pour le remplacer par… ? Devinez ? Ce n’est pas une blague… par Darcos ! Oui, le pauvre Xavier Darcos, battu aux municipales de Périgueux et, dernièrement, humilié aux élections régionales avec un score historique au deuxième tour de… 28%... un record, en effet !

Pour le consoler, on lui offrirait… Versailles ! Tout simplement.

Comme si Versailles était une planque, un lot de consolation, un endroit discret pour politicien éreinté, une retraite paisible… Versailles !

Et Aillagon ? Qu’est ce qu’on va en faire ? L’envoyer au Fouquet’s ?

Moi qui ai voté, comme d’habitude, au Pays basque… et donc en Aquitaine… j’aurais mieux fait de voter Darcos !

Finalement, Versailles… c’est un peu de ma faute !

A.B.

 

Caroline Loeb et le cultissime Jean-Quentin Chatelain...

Message du 29/03/10 à 09h57

De : Caroline Loeb <c.loeb@noos.fr>

A : David Genzel <david.genzel@voila.fr>

Objet : Etre ou paraître, telle est la question !

 

vanit--Loeb.png

 

Etre ou paraître

 

Il y a quelques jours, j'ai eu la chance de retourner voir Jean-Quentin Chatelain à la dernière de L'immortelle texte de Pessoa mise en scène de Claude Régy. Je l'avais découvert il y a quelques années dans Kadish pour un enfant qui ne naîtra pas d'Imre Kertesz mis en scène par Joël Jouanneau, puis dans Mars de Fritz Zorn, un de mes livres préférés. Ça avait été un choc! Un électrochoc même. Voir Jean Quentin Chatelain sur scène est toujours une expérience hallucinante. Peu, voire pas connu du tout du grand public, voilà un acteur absolument  fascinant. Aujourd'hui que n'importe quel illettré peut, grâce à la "magie" de la télé devenir un people, autant dire une image creuse, une enveloppe vide de sens, ça fait du bien de voir un acteur qui est dans l'essence même de son travail. Avec JQ Châtelain, c'est chaque mot, chaque virgule, chaque silence qui est donné à entendre dans toute son épaisseur, sa profondeur. Le premier mot du spectacle est "seul". Et ce mot est dit avec une telle force, une telle présence qu'on l'entend comme une phrase, comme une page. SEUL. Le désespoir, l'horreur, l'angoisse existentielle, tout est perceptible quand Chatelain prononce ce "seul". Puis, pendant près de deux heures, avant scène, sur un ponton au bord du gouffre de la salle, les mains ouvertes comme on s'offre en sacrifice, il déroule avec sa voix unique, sa diction au scalpel, ce texte lyrique et fou. Habité. Voilà ce qu'il est. Investi. Il n'essaye pas de paraître. Il EST. C'est énorme. C'est exceptionnel. Un acteur qui s'offre à ce point. Qui fait don de son être au théâtre, aux mots des grands auteurs. Et ça renvoie aux agitations pathétiques et stériles de ces gens qui passent à la télé et qui n'ont rien d'autre à vendre et à défendre que leur  pauvre ego. Tout à l'ego ! L'ego, ça peut être génial. Personnellement, je suis toujours fascinée par les artistes qui font de leur vie une oeuvre d'art. Qui se réinventent. Qui se mettent en scène. Mais encore faut il avoir une vision, des références, une personnalité particulière. La télé donne une image tronquée et fausse des gens. Le problème c'est qu'elle est considérée comme LA référence ultime. Le diapason de la vie sociale des artistes et des hommes et femmes politiques. "Vu à la télé" Plus on passe à la télé, plus on est crédible. Terrible. La télé donne à voir une fausse réalité, et ce qu'on appelle "télé réalité" est évidemment un grand "télé mensonge". Les présentateurs stars étant ceux dont l'ego est le plus inversement proportionnel à leur talent ! Heureusement, il y a toujours des artistes qui cherchent à aller au plus prés des choses, d'une perception sensible et aiguë des rapports humains et sociaux. Des artistes qui s'offrent corps et âme à l'Art, la religion de Woody Allen, et la mienne. Des artistes qui transgressent, transcendent et nous transportent. Des artistes qui ne sont pas "juste une image", pour paraphraser Jean-Luc Godard, mais "une image juste". Etre ou paraître, voilà la question !

Caroline Loeb

 

From : Air de Paris <fan@airdeparis.com>
To : David Genzel <david.genzel@gmail.com>

Date : 2010/3/26
Subject : Pierre Joseph-Shimabuku, Vernissage samedi 27 mars

AIR DE PARIS


image-copie-4.jpgPierre Joseph, From Apple Core to Glass

 

image2.jpgShimabuku, Kaki and Tomato


Vernissage samedi 27 mars de 16 à 21 h
Opening Saturday March 27th 4-9 pm


De : Remi Gross <remi.gross@pimentddb.fr>
À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>

Date : 26 mars 2010 18:53
Objet : L'Équipe mag à Molitor

David, 

Hier soir dans le bassin d'hiver.

Première longueur 

Beaucoup de costumes cravatés de la com et des médias, quelques maîtres nageurs en t-shirt rouge, des champions qu’on croise mais qu’on ne reconnaît pas puisqu’ils ne sont ni en short ni en maillot, des unes du mag qui défilent dans des écrans placés au fond de la piscine, des minettes aux manettes du sound system, des petits fours en cascade à droite et à gauche, Stevie Wonder dans les haut parleurs pour l’happy birthday de rigueur, (toujours pas de David), une dédicace à Jacques Goddet, (j’en prends deux), un petit discours et puis… Alain Cayzac ! En train de discuter avec un de mes potes sur la partie supérieure du bassin. Il a pris de la hauteur. Normal, pas comme tout le monde Cayzac. Je l’imaginais, je le vois maintenant.

Deuxième longueur

Je monte dans les tours et je me présente en lui disant combien j’ai été touché qu’il réponde à un de mes posts au sujet du PSG. Il me dit qu’il me lit tous les jours (!), ce que je prends pour un compliment puisque je n’écris qu’à l’occasion sur ton blog. Mon pote me regarde autrement. Et je me dis, en serrant la main d’Alain C. comme tu l’écris dans tes sms, qu’il faudrait que j’aille acheter son bouquin. 

Dès demain à Saint-Germain.

Rémi

Demain, ma coloscopie à la clinique Bachaumont. Céline m'offre trois objets cultes. Isidore Isou, Marguerite Duras, Hanna Bauer...

GEDC6697.JPG

Et je reçois de Eric Marty : Roland Barthes, la littérature et le droit à la mort...

GEDC6698

 

David & Céline vont dans le même bateau

 

 

Partager cet article

Repost 0
David Genzel - dans Culte

Présentation

davidetceline

davidetceline

Recherche

Liens