Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juin 2009 2 02 /06 /juin /2009 08:46
Ce film qu'Air France ne projettera plus jamais dans ses avions...


Pascal Manry nous parle d'un temps où la loi Sapin n'avait pas démantelé les aspirations créatives. Pierre Le Tan faisait la pub de l'agence TBWA-de Plas.


De : Pierre de Plas <pdeplas@aol.com>
À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>
Date : 30 mai 2009 12:59

Merci David, merci Pascal de m'avoir envoyé ces portraits de Pierre Le Tan. Superbes dessins mais une grande tristesse en découvrant les visages de Bruno Le Moult et de Jean Marc Aubergé, disparus. Les deux nous regardent sans doute de tout là haut avec des sourires amusés devant l'énergie que nous déployons pour exister alors qu'il fait si bon vivre au paradis des publicitaires. Marcel Bleustein Blanchet donne des augmentations de salaire à qui les demande, Jacques Douce met à la disposition de ses anciens ennemis les desserts de Lenôtre et Pierre Lemonnier partage sa bouteille de whisky avec tous ceux qui ont soif. Le paradis n'est peut être rien d'autre que le monde à l'envers ! Je préfère le dessin à la photo et n'en déplaise à mon ami David, Pierre Le Tan à Olivier Roller. Le premier nous rajeunit, gomme nos aspérités, nos mauvaises rides alors que l'autre nous horripile avec sa vérité. Le pire fut l'exclamation de ma femme devant la photo de Roller. « Quel talent. C'est toi, tout craché » Merci David. Le crachat te salue !

 

Pascal Manry nous offre aussi l'exemplaire unique de Deluxe, paru en mai 1993, avec en couverture, Carla Bruni, par Paolo Roversi, et à l'intérieur des illustrations de Pierre Le Tan.



Dans ce numéro, le seul restaurant chinois in de Paris : Davé. Dîner chez Davé qui se rappelait de cet exemplaire de Deluxe.

 


Et dans ce numéro de Deluxe, un article de Marc Lambron sur le roman le moins vendu de l'année (40 exemplaires) : Les vents contraires, de Dominique Joubert.

 


Des vents contraires d'Olivier Adam, lui, a été le best-seller de cette rentrée 2009... !



Pascal Manry nous offre également une photo originale de Carla sur le ponton du Carlton, par Roxane Lowit.

 


Davé, lui, nous parle de la fameuse photo de Carla par Andréa Blanch, quand nous l'informons de la mise en vente d'une photo de Carla par Pamela Hanson.

 


Projection-déception des Etreintes brisées d'Almodovar. Une intrigue à la Ellroy sans la froideur que justifiait le scénario.

 


Le film TF1 de DDB était forcément plus sublime...


http://www.wat.tv/video/on-se-retrouve-sur-tf1-1in0r_j1oe_.html


... mais longtemps, j'ai cru, conforté par les reflexions de la salle, que c'était une publicité pour Ikéa. J'ai failli appeler de mon portable Eric Tong Cuong pour le féliciter du renouveau de la com' de la marque suédoise...


Et ce week-end, j'apprends la candidature de Benoît Devarrieux à la présidence de l'AACC. Benoît, majestueusement, propose à Nicolas Bordas de devenir président de la commission d'application de son excellent programme !

 

(c) Photo Olivier Roller


Frank Tapiro s'est marié ce week-end, mais a continué son militantisme anti-Dieudonné.

 

Message du 02/06/09 à 08h35
De : Frank Tapiro <frank.tapiro@hemispheredroit.com>
A : David Genzel <davidgenzel@voila.fr>
Objet : Nous sommes tous des sionistes européens


Hello David

Voici le Communiqué à faire circuler.

J'attends tes commentaires avec impatience.

Biz

Frank


Frank Tapiro
Président
hemisphere droit

 

Nous sommes tous des sionistes européens. Portez ce badge le 7 juin 2009 pour aller voter aux européennes et dire non à la liste antisioniste de Dieudonné. Avec le publicitaire Frank Tapiro nous avons mis au point une campagne destinée à sensibiliser l'opinion publique sur le danger que Dieudonné représente pour la démocratie et à montrer que les juifs et les amis d'Israël et de la démocratie (quelque soit leur obédience politique) n'acceptent pas cette liste qui, sous un faux nez, cache un réel antisémitisme. Le droit de critiquer l'Etat d'Israël est évident, il en est tout autre de la négation de son existence et de l'appel à sa destruction. Nous avons mis en ligne sur Facebook un « évènement » pour appeler les électeurs à porter ce badge le 7 juin, jour des élections européennes. Vous pouvez le télécharger et l'imprimer (format 13X18). Si vous n'aviez pas prévu d'aller voter, il est tant de changer d'avis ! Nous comptons sur vous tous !

Alex Moïse


De : Alain Chouffan <achouffan@wanadoo.fr>
À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>
Date : 29 mai 2009 23:42
Objet : Dieudonné / Alain chouffan


David,
Comme promis voici ma réponse à Philippe Gavi.
Ecoute ce rap de Dieudonné :

 

 

Mon cher David,

Revenir sur les explications données par mon ami Philippe Gavi pour justifier ses raisons de faire un livre d'entretiens avec Dieudonné serait trop long. Comme Josyane Savigneau (blog du 22 mai) je trouve ses explications absolument pas convaincantes, trop longues, et même ennuyeuses. Mais voilà. Journaliste comme Gavi, je ne peux le critiquer d'aller interviewer Dieudonné. C'est son choix. Ce n'est pas le mien. Mais il faut le respecter. Je rappelle Voltaire, déjà cité (22 mai) par notre sympathique Axel Brucker : « Je hais vos idées mais je me battrais jusqu'au bout pour que vous puissiez les exprimer ». Donc, je vais me battre pour que Dieudonné puisse exprimer ses idées. Le problème, c'est qu'on les connaît déjà. Et plutôt que de polémiquer avec Gavi, je me suis amusé - disons que j'ai plutôt bossé - pour retrouver toutes les déclarations de Dieudonné sur les Juifs. A la lumière de ce que Dieudonné a dit ces dernières années, je pose une question à Philippe quand il aura terminé son livre d'entretiens avec lui : Dieudonné peut-il confirmer tous les propos ci-dessous qu'il a tenus dans différentes interviews ?


1°/ Les Juifs, une secte, une escroquerie


Q.- La première charge anti-juive date du 22 Janvier 2002. Parce que vous n'avez pas reçu de financement de la part du CNC pour votre film « Le code noir » sur l'esclavage, confirmez-vous ce que vous avez dit, ce jour-là, dans une interview à « Lyon Capitale » ?
Dieudonné : « Le racisme a été inventé par Abraham. Le « peuple élu », c'est le début du racisme. Les musulmans aujourd'hui renvoient la réponse du berger à la bergère (...). Pour moi, les juifs, c'est une secte, une escroquerie. C'est une des plus graves parce que c'est la première. »


(Dieudonné fut condamné, pour la première fois, pour ces propos bien plus tard, en Février 2007 par la Cour de Cassation)


2°/ Le lobby juif déteste les Noirs


Q.- Vous récidivez, en octobre 2002, sur le site Blackmap.com. Confirmez-vous votre déclaration ?
Dieudonné : « Je pense que le lobby juif déteste les Noirs ! Etant donné que le Noir dans l'inconscient collectif porte la souffrance, le lobby juif ne le supporte pas, parce que c'est leur business ! Maintenant, il suffit de relever sa manche pour montrer son numéro et avoir droit à la reconnaissance »


3°/ Je referai ce sketch


Q.- En décembre 2003, au cours de l'émission de Marc-Olivier Fogiel, on ne peut pas plaire à tout le monde sur France 3, vous apparaissez, déguisé en juif extrémiste, en dénonçant « l'axe américano sioniste », et vous concluez votre sketch par un salut nazi. Referiez-vous le même sketch aujourd'hui ?
Dieudonné : « Oui. Car poursuivi pour diffamation raciale, j'ai été relaxé le 27 mai 2004 par le tribunal correctionnel de la ville de Paris, jugeant que mes propos ne présentaient pas un caractère diffamatoire à l'égard des juifs. »


4°/ Ils ont la main basse sur tous les médias


Q.- Cette affaire du sketch est suivie d'une série de propos violents dans la presse. Confirmez-vous aujourd'hui ce que vous affirmiez, en janvier 2004, au journal « The Source ».
Dieudonné : « La population juive n'aime pas que je dénonce certaines de leurs manipulations médiatiques. Quand ils se plaignent de racismes, il faut arrêter. Il n'a pas d'antisémitisme en France (...) D'où viennent ces pressions, si ce n'est de ces gens que j'accuse d'avoir organisé un lobby puissant et d'avoir la main basse sur tous les médias ? »


5°/ Israël a financé l'apartheid


Q.- Confirmez-vous aujourd'hui que « les juifs sont des négriers » comme vous l'affirmez au Journal du Dimanche, le 8 février 2004 ?
Dieudonné : « Ce sont tous les négriers reconvertis dans la banque, le spectacle et aujourd'hui dans l'action terroriste qui manifestent leur soutien à la politique d'Ariel Sharon. C'est Israël qui a financé l'apartheid et ses projets de solution finale ».

(Il sera condamné pour ces propos, en novembre 2007)


6°/ Les sionistes détiennent les commandes


Q.- Et cette déclaration dans « 24 heures », en décembre 2004 ?
Dieudonné : « Aujourd'hui, ce sont les sionistes qui détiennent les commandes. [Bernard-Henri Lévy] soutient comme beaucoup de « penseurs » un mensonge politique monstre, assis sur une escroquerie qui se sert du drame de la Shoah. En France, la domination des sionistes est objective : ils possèdent des réseaux extrêmement puissants... »

7°/ Les juifs ont soufferts moins que les Noirs


Q.- A Alger, lors d'une conférence de presse, en février 2005, vous êtes accusé de lier la Shoah à l'expression « pornographique mémorielle ». Vous tentez de vous justifier en expliquant avoir emprunté cette citation à l'auteure juive Idith Zertal pour parler des commémorations de la Shoah, et non de la Shoah elle-même. Vous êtes à nouveau poursuivi, et condamné à 7 000 euros d'amende pour diffamation publique à caractère racial. Qu'avez-vous voulu dire exactement ? Vous êtes quand même plus clair dans votre interview à l'Echo d'Oran » quand vous déclarez :
Dieudonné : « Si le projet d'installer une domination sur la planète existe bien, je crois que Paris en serait la Capitale. C'est quand même amusant de voir à quel point le pouvoir sioniste en France va jusqu'à priver une partie de la population du devoir de la mémoire. Les juifs ont soufferts moins que les Noirs. On ne parle que des chambres à gaz, mais les Noirs ont été jetés vivants à la mer. »


8°/ Le sionisme est le sida du judaïsme


Q.- Ou dans cette interview à « L'expression », toujours en février 2005...
Dieudonné : « Nous sommes des sous citoyens. Nous n'avons pas les mêmes droits que les sionistes. Eux, dans une école, il suffit qu'un petit soit traité de sale juif pour que tout le monde se lève. Pour moi, le sionisme c'est le sida du judaïsme. »


9°/ Je soutiens Bruno Gollnisch


Q.- En mars 2005, un mois plus tard, vous vous solidarisez avec Bruno Gollnisch, exclu alors pour 5 ans de l'Université de Lyon III à la suite de propos controversés sur les chambres à gaz. Pourquoi ?
Dieudonné : « J'ai des positions politiques radicalement opposées mais je le soutiens car on est dans un Etat de droit, sous la pression d'un lobby qui se croit tout permis dans ce pays. »

10°/ La connerie des « sionistes »


Q.- Trois mois plus tard, en juin 2005, vous déclarez dans une interview à Novopress.info, émanation des « identitaires »
Dieudonné : « Je dénonce la connerie des « sionistes ». Je ne prononce pas le mot juif. Après mes différents procès, j'ai compris qu'il pouvait y avoir interprétation sur ce mot alors que sur le mot « sioniste » il n'y a pas d'interprétation possible ».

11°/ Le CRIF ? Une équipe de malfrats


Q.- A Alger, le 16 février 2005, approuvez-vous toujours vos propos lors d'une conférence de presse ?
Dieudonné : « Il y le CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France), cet organe d'inquisition qui est là - il y avait 17 ministres de la République et Raffarin en personne - et qui m'accuse maintenant parce que évidemment, le CRIF, faut toujours leur lécher le cul, à cette équipe de malfrats, cette mafia qui est en train d'entraîner la République française. Quand je travaille pour faire un film sur la traite négrière et que les autorités sionistes - parce qu'aujourd'hui ce sont des autorités sionistes - qui me répondent : ce n'est pas un sujet de film. Avec l'argent public, on fait 150 films sur la Shoah, moi je demande à faire un film sur la traite des Noirs, et on me dit que ce n'est pas un sujet. C'est une guerre qui est déclarée au monde noir, 400 ans d'esclavage même pas de la décolonisation. »


12°/ Faurisson ovationné


Q.- Le 11 novembre 2006, vous participez à la fête des « Bleu-Blanc-rouge » du FN, et là vous rencontrez Jean-Marie Le Pen qui deviendra plus tard, en Juillet 2008, le parrain de votre quatrième enfant. Enfin, lors de votre spectacle au Zénith, le 26 décembre 2008, vous faites monter sur scène le négationniste Robert Faurisson, et vous demandez à la salle de l'ovationner. Un technicien déguisé en juif, étoile jaune à l'appui, décerne alors à l'auteur un « prix de l'infréquentabilité et de l'insolence ». Est-ce là votre ultime provocation ?


Alain Chouffan


Message du 31/05/09 à 08h12
De : Revue Controverses <controverses@dialexis.org>
A : David Genzel <controverses@dialexis.org>
Objet : Invitation au deuxième Café-Controverses mardi 9 juin 2009 à 19h30

 

 

Francis Lalanne nous envoie une image de sa campagne.



Vincent Crouzet sort ce 3 juin Le seigneur d'Anvers chez Flammarion.

 


Message du 29/05/09 à 14h31
De : Sylvestre Rossi <sylvestre.rossi@wanadoo.fr>
A : David Genzel <davidgenzel@voila.fr>
Objet : Jean Toussaint Desanti


Cher David,

Dominique Desanti. La veuve du grand philosophe Jean Toussaint Desanti. Mon arrière grand mère est née demoiselle Desanti, mais ce n'était pas la même branche que Jean Toussaint, lequel était originaire de Vico, en Corse du sud, tout comme la première femme de Sarkozy, née demoiselle Culioli. Jean Toussaint Desanti est parti de Vico à vingt ans et est resté quarante cinq ans sans y retourner alors qu'il habitait à Paris, à une heure et demi d'avion de sa bourgade natale. Quand, finalement, il s'est décidé à y retourner il n'a pas reconnu sa maison. Lui qui a écrit des milliers de pages, il ne s'est jamais vraiment expliqué là dessus. C'est un mystère. Pourquoi une si longue absence ? Le voyage d'Ulysse a duré vingt ans, c'est déjà beaucoup. Quarante cinq ans sans voir sa maison natale, c'est démentiel. Peut-être une vendetta. Il a peut-être attendu que ses ennemis soient morts. Je n'en sais rien, mais c'est un vrai mystère. Desanti, un philosophe très intéressant qui a marqué plus d'une génération d'intellectuels et de penseurs Français. Il avait oublié la maison où il avait vécu jusqu'à l'âge de vingt ans. Mais, curieusement, il n'avait pas oublié sa langue natale qu'il parlait à la perfection. Un mystère de plus.
Bien amicalement
Sylvestre


Message du 01/06/09 à 11h50
De : Christian Gatard <christiangatard@gatardresearch.com>
A : David Genzel <david.genzel@voila.fr>
Objet : Le nouveau concert de Delphine Volange


Delphine Volange

est de passage sur terre les 17 et 24 juin prochain.

C'est au SENTIER DES HALLES,

50 rue d'Aboukir Paris 75002.

C'est à 20h.

On s'y retrouve ?

 


Demain, sort La maison Nucingen de Raul Ruiz. Je crains le pire...

 


Message du 31/05/09 à 19h47
De : Gérard Unger <gerard.unger@mediatransports.com>
A : David Genzel <david.genzel@voila.fr>


Bonjour David,

Oui et non : chez Balzac, Nucingen représente le baron de Rothschild et symbolise donc l'argent, ce qu'un monarchiste comme l'était l'auteur de la Comédie humaine ne pouvait guère apprécier. Néanmoins, on sent chez Balzac une réelle fascination, voire une admiration pour le personnage et sa maitrise. Tout ceci est donc très ambivalent.

Amitiés

G. Unger


Message du 31/05/09 à 21h18
De : Richard Zrehen <r.zrehen@gmail.com>
A : David Genzel <david.genzel@voila.fr>


Cher David,

Ton souvenir est bon, à ceci près qu'il s'agit d'un livre anti-juif plutôt qu'antisémite : Balzac ne s'intéresse pas vraiment à la supposée origine asiatique des Juifs et n'a pas encore absorbé la construction délirante alors en édification chez les indianistes britanniques et allemands, opposant les « aryens » aux « sémites ». Ce qui le captive, l'absorbe, lui l'impécunieux chronique, c'est : « Juif= argent », pas la tendance parasitaire, imitatrice ou féminoïde (comme l'authentifiera le Juif plein de haine de soi qu'était Weininger) censée aller avec le « sémitisme » de ces curieux anthropologues saxons.
Ah ! Raul Ruiz...
Amitiés,
Richard

 

Crise boulevard Saint-Germain...

 


Fabienne Dexidour nous relate l'événement Johnny Hallyday au Stade de France. On comprend mieux désormais toute l'épopée Optic 2000.

 

De : Fabienne Dexidour-Staut <fabienne.dexidour-staut@wanadoo.fr>
À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>
Date : 31 mai 2009 15:26

 


Cher David,

Commenter un évènement comme celui des « derniers mégas concerts » au Stade de France de Johnny Hallyday pour une « inconditionnelle » que je suis, c'est d'abord essayer d'être objective. Je me mets donc dans la peau d'une Dircom et j'oublie qu'à 14 ans j'ai fait ma seule et unique fugue à Marseille pour aller le voir en concert... Et qu'à titre personnel je l'ai rencontré, que je connais très bien certains de ses très proches. Pour avoir vu tous les grands concerts depuis des années, j'ai pu constater que l'organisation autour est de plus en plus phénoménale, tout est préparé, calculé, des mois à l'avance, pas de place à l'amateurisme. Johnny dit ce qu'il veut, suit tout, dans les moindres détails et personne ne peux lui faire accepter la moindre modification, c'est lui qui décide tout du début à la fin. Même Camus qui gère tout cela d'une main de maître. Johnny Hallyday est très lucide sur l'image qu'il véhicule, il sait qu'il doit tout à son public et en termes de priorité, tout est fait afin que ce public qui le suit depuis 50 ans soit heureux. Il sait aussi, pour être un angoissé et un grand timide que pour que le show soit un succès il lui faut « un réglage parfait de tous les éléments d'un spectacle » afin de pour pouvoir se donner au maximum. Pour cette dernière tournée, conscient de son âge, il lui fallait un show plus sobre afin de ne pas être ridicule et l'objectif était de dérouler les chansons marquantes de sa carrière (choix drastique et difficile), pour tous les âges de son public et pour définitivement « clouer le bec » à ses derniers détracteurs. Ce qui est preuve d'intelligence de sa part. Johnny Hallyday « caricaturé depuis des années » est tout sauf un con. C'est un homme qui sait où en est son parcours aujourd'hui. Invitée donc en Tribune Officielle vendredi et samedi soir, je savais que le spectacle des coulisses et de l'arrivée des vip se déroule toujours d'une manière hyper contrôlée. Dès Parking O le seul pour les vip, des agents de sécurité accompagnent tout vip, d'abord vers le dessous de la tribune, le fameux couloir près de sa loge, puis vers le placement et / ou aussi vers la salle spéciale où les autres vip se retrouvent. Une organisation au service parfait aussi. Chaque vip sait à côté de qui il sera placé et là commence avant le show, les arrivées des stars et des politiques sont super chronométrées. Des caméras sont fixées sur chaque arrivée, prévenues à l'avance comme pour les photographes attitrés. L'arrivée d'Alain Delon avec Mireille Darc, son mari ainsi que celle de Jean-Claude Darmon se font comme des entrées en scène, comme celle de Jean-Paul Belmondo et de sa nouvelle belle brune d'amoureuse, pas en même temps. Comme celle de Laurent Gerrat, de Liane Foly, de Mathilde Seigner, Jean Reno et plein plein d'autres... Celle des politiques s'étalent aussi, ils arrivent les uns après les autres... Jean-Pierre Raffarin, Jean-François Copé, Rachida Dati a fait la plus belle arrivée. En retard afin d'être la plus vue 100% de réussite et regards jaloux de ses amis politiques agacés... Son fils David Hallyday coproducteur du film avec Cyril Viguier (du docu passé sur FRANCE 3 cette semaine sur son père) vient sentir l'ambiance comme Camus afin d'aller rassurer Johnny « mort de trac » et Cyril lui règle les "incidents éventuels" sur les places des VIP. La sécurité a l'œil sur tout. Seuls les caméras autorisées et les photographes attitrés passent, les autres sont refoulés avec politesse mis très fermement. Quand Laetitia Hallyday arrive avec ses deux poupées Jade et Joy, Sylvie Vartan, son mari c'est le signe de départ que le concert va commencer. Mais il s'est écoulé 1H30 depuis l'arrivée des vip ! Tous shootés à leur place aussi, interviewés, re-shootés pour les médias en bas de la Trune, et interviewés par TF1 au fil des arrivées pour les deux premiers soirs. Toujours pas de place à la moindre faute sinon c'est la sanction qui tombe immédiatement sur les organisateurs... Deux constatations : - Le travail sur l'image est digne des meilleures recos de grands publicitaires - Un produit Hallyday au top de fin de carrière qui peut tout chanter mais dans la sobriété (plus question de se trémousser sur scène comme avant, plus besoin et plus l'âge - Une tenue plus sobre, des jeux de scène et des déplacements plus mesurés et un répertoire qui révèle au delà des différentes périodes évoquées qu'il sait tout chanter... et donc tout jouer ensuite au cinéma... son futur métier...) - Le travail sur ces cibles le public (de tous les âges et tous les CSP...) est que tout le monde doit pouvoir voir, qu'il doit être très proche d'eux et que tout le monde doit être respecté, la communion a pu s'effectuer malgré le gigantisme du Stade de France, par les écrans et par un déplacement en plateau pendant 3/4 d'heure de concert afin d'être plus prêt d'eux. Des micros sont placés uniquement près de certaines personnes en tribune choisies par les organisateurs et Johnny lui même. Une fois que tout est prêt c'est à dire que tout est sous contrôle, il sait alors qu'il peut y aller mais pas avant (il est informé seconde par seconde depuis sa loge de tout). Là ce qui est hallucinant c'est qu'il démarre en restant une minute sans parler débout pour bien remercier son public, et se laisser submerger par l'émotion... chanter pendant deux heures et 1/2... apparaître en super forme, puis finir de nouveau dans l'émotion avec la reprise de Bécaud : Et maintenant. Il a gagné tout le public pleure et tous les vip aussi ! Mais auparavant il avait pré-testé le spectacle en province et avait modifié tout ce qui ne lui plaisait pas. Je dirais donc que sur le plan de la réflexion stratégique, de la création, des medias c'est une campagne parfaite digne d'un très bon annonceur qu'est Hallyday aujourd'hui, c'est à dire un annonceur qui briefe bien son agence et d'après mes sources rémunèrent bien tous les différents métiers qui travaillent pour lui. (Oublié les choix hasardeux du passé...)


(c) Photos Fabienne Dexidour






David & Céline vont dans le même bateau


Partager cet article

Repost 0
David Genzel - dans Culte

Présentation

davidetceline

davidetceline

Recherche

Liens