Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 avril 2009 3 15 /04 /avril /2009 08:49

A la cathédrale de Gap, vernissage de l'expo Pieta le Christ à la chaise élecrique, en présence de l'évêque Mgr Jean-Michel di Falco. L'œuvre est du sculpteur Paul Fryer et de la collection François Pinault. Quand j'ai vu cette oeuvre, j'ai essayé de jouer l'esprit malin. Des phrases à l'emporte-pièce :
- Notre père qui êtes odieux.
- Priez porno.
Mais c'est Céline qui l'emporte ! Qui trouve la pièce manquante du puzzle. Elle me tend avec délice le di Falco Beigbeder.

 

De : Barbara Michel <seishonagon@hotmail.fr>
À : David Genzel <david.genzel@gmail.com>
Date : 14 avril 2009 21:54
Objet : Les Points Communs Improbables 'P.C.I'


Quel est le point commun entre Mgr di Falco et Andy Warhol ?
Au choix :
1) la chaise électrique
2) le quart d'heure médiatique
3) le sens de la provocation

Mais pourquoi ne pas avoir mis une perruque blonde sur le Christ électrocuté ? Ou ne pas embaucher David... La Chapelle pour faire des calendriers ? Je ne vois pas en quoi les Evangiles seront mieux transmis comme ça-même si je ne suis pas une spécialiste de l'historiographie religieuse, il me semble qu'il y a contresens... (contactez Gérard Mordillat, il vous l'expliquera mieux que moi...) sur la notion de « sacrifice ». S'il veut frapper ses ouailles, il peut organiser des processions de la Semaine Sainte comme en Corse (un anonyme caché derrière sa capuche portant une lourde croix pendant des kilomètres)... !

 


De : Christian Delprat <c.delprat@jvldir.com>
À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Mercredi, 15 Avril 2009, 7h27mn 44s
Objet : Qui reconnaîtra les siens ?


Cher David
Oui, j'ai vu ce Christ sur sa chaise électrique, et j'ai entendu les ouailles choquées, déconcertées, mais très âgées aussi. Alors ce serait ça la modernité : prendre une icône et la replacer dans un contexte plus contemporain. Pour dire quoi : qu'Il est toujours là parmi nous ? Qu'Il souffre avec nous ? Et que, finalement, Il reviendra nous sauver ? Alors allons-y à fond, comme quand un publicitaire tient (ou croit tenir) une bonne idée et la décline tous azimuts. Je propose de redessiner Moïse avec une barbe de trois jours et du gel dans les cheveux, que les tables de la loi se transforment en smartphone, et qu'on construise un viaduc de Millau sur la Mer Rouge (on évitera un tsunami). Et pendant ce temps-là, la presse allemande caricature Klinsmann (entraîneur du Bayern) en Jésus sur... la croix ! Faudrait savoir. Et si ce Christ électrique n'était qu'un opportun contre-feu (buisson ardent ?) pour qu'on oublie la bulle à Benoit, cette réserve hâtive sur le préservatif ? C'est bien di Falco qui s'était présenté devant les caméras pour expliquer que le Pontif y cale. Bref, on en revient toujours à de la stratégie de communication. Je ne pensais pas que je faisais un métier aussi important dans la marche du monde : c'est ma Mère qui va être fière.
PS : ma Mère qui m'a fait goûter ce week-end un excellent Auvergnat Cola à la gentiane avec, sur l'étiquette, une base-line que je ne traduirai pas « Faï péta minadiou ! »
Christian DELPRAT


Et Céline me rapproche ce Christ à la chaise électrique de la grenouille de Martin Kippenberger.

 


Hier soir, nous sommes retournés écouter et voir Caroline Loeb, cette fois, au théâtre Galabru, accompagnés de François Dumoulin, le voisin de la rue Lepic, et de Michèle, la soeur de Céline.



François nous fait le guide de la rue de l'Armée d'Orient.
- Ici, à côté du théâtre, habite Hervé Nabon, le photographe qui a beaucoup travaillé avec Jean Feldman sur L'Oréal. Là, Grégoire Lassalle, le fondateur d'Allo Ciné.
Le spectacle de Caroline est toujours aussi époustouflant. A la fin de son show, elle nous raconte son projet Damia avec Michel Hermon. Céline a beaucoup apprécié de retrouver le grand-père de Caroline et les Demoiselles d'Avignon de Picasso au détour d'une phrase...

 


Dans Charlie Hebdo, bulletin de santé :

"Chers lecteurs,
Une intervention chirurgicale prévue de longue date et sans gravité m'oblige à interrompre mes activités. Que ceux qui sont irrités par mes éditoriaux ne se réjouissent pas trop vite, et que les lecteurs bienveillants se rassurent, je serai de retour au plus tard le 16 mai"

Philippe Val

 

Le "divin chauve" de Stratégies a la réplique fulgurante :
- Normal, il est allé passer des radios !

 

De : Carole Julliard <carole.julliard@theatre-odeon.fr>
À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Mardi, 14 Avril 2009, 16h26mn 31s
Objet : Lecture de Patrice Chéreau à l'Odéon


Dans le cadre de Présent Composé, nous avons le plaisir d'accueillir Patrice Chéreau pour une lecture exceptionnelle de :

Coma
de Pierre Guyotat

Mardi 28 et mercredi 29 avril à 20h


Sous la direction de Thierry Thieû Niang, Patrice Chéreau, en acteur, fait entendre le grand texte de Guyotat, « témoignage d'une traversée douloureuse vers un inaccessible au-delà du corps individuel, mais aussi comme l'odyssée poétique d'une écriture qui réclame ses livres de chair pour s'incarner en verbe magnifique et douloureux qui parle de la difficulté d'être au monde, de la souffrance de ne plus trouver les mots, de ce que l'auteur nomme lui-même dépression ».
(Bertrand Leclair - remue.net)

en coproduction avec France Culture
Coma, éditions Mercure de France. A obtenu le prix Décembre 2006.


Théâtre de l'Odéon - Grande salle / tarifs de 5€ à 12€
Réservation : theatre-odeon.eu
01 44 85 40 40 / Fnac

 

Avec délectation, lire cet ouvrage de Francis Dorléans : Snob society.

 

 

Nous dédions à notre merveilleux ami et mentor Michel Bongrand cette oeuvre de Mel Ramos : Hav-an-havanna, galerie Rive Gauche, 23 rue de Seine.


La galerie à l'angle Guénégaud-Mazarine disparaît au profit d'une parfumerie...

 

Message du 14/04/09 à 22h48
De : Karin Muller <iftmuller@wanadoo.fr>
A : David Genzel <david.genzel@voila.fr>


Oui, le quartier est en émoi et en rentrant, j'ai constaté que quelqu'un avait jeté un pavé dans la vitrine... probablement pour lui souhaiter la bienvenue ! Je ne sais malheureusement pas grand-chose, sauf qu'aucun galeriste n'a été informé que ce beau local était disponible. Ce qui est aberrant. Mais le propriétaire des murs, ancien galeriste, que je ne connais pas, devait avoir ses raisons !!! C'est triste que ce genre de commerce s'installe dans ce quartier traditionnellement destiné à l'art !!! Inutile de te dire que je le boycotterai !!! Et je ne serai certainement pas la seule.

Bises,

Karin


Galerie Gimpel & Müller
12 rue Guénégaud
75006 - Paris
01.43.25.33.80
06.09.68.96.98
www.gimpel-muller.com


De : Benoit Meyer <meyersports@gmail.com>
À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Vendredi, 10 Avril 2009, 11h31mn 33s


Bonjour David,
Une petite photo prise hier soir après le Seder...
BM


De : Martine Roffinella <roffinella.martine@wanadoo.fr>
À : David Genzel <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Mardi, 14 Avril 2009, 22h57mn 23s
Objet : L'affaire Salengro


Avez-vous vu ce soir, cher David, le téléfilm sur France 2 intitulé L'affaire Salengro, signé Yves Boisset ? Bernard-Pierre Donnadieu était somptueux. Une chose m'a frappée, par rapport à nos temps « modernes », c'est que la calomnie est efficace avec ou sans Internet, qu'elle va tout aussi vite, et qu'elle tue de la même façon - aujourd'hui comme hier. Même lavé, un honneur ne se remet pas des crachats.
Bien amicalement à vous,
M.

 

Céline a corrigé avec plaisir ce premier roman prometteur et bouleversant, Saleté ! (Stéphane Million Editeur) qui vient de paraître, et elle est heureuse de l'offrir ce matin à sa soeur.

 


Puis Céline me confie aux bons soins d'Elisabeth du Comptoir de l'Homme rue de Tournon.

 

 






David & Céline vont dans le même bateau


 

Partager cet article

Repost 0
David Genzel - dans Culte

Présentation

davidetceline

davidetceline

Recherche

Liens