Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 janvier 2009 1 12 /01 /janvier /2009 08:59

Vendredi soir, dans la petite salle 3 de L'Arlequin, projection d'Une nuit de chien, de Werner Schroeter. Film entièrement tourné à Porto avec le réalisateur malade. Film sépulcral et crépusculaire.


Et j'ai adoré que Céline apprécie ce film et me donne même un coup de coude quand elle reconnait avant même son apparition sur l'écran, Sami Frey à sa voix... Après Steiner/Polanski dans Caos calmo, Frey/Barcala.

Dans Les Cahiers du cinéma, Werner Schroeter raconte :
"Un chemin de douleur, bête à vomir. J'avais décidé de ne rien faire, d'avoir recours à la médecine alternative. C'est Isabelle Huppert qui est venue à Vienne en février 2006, m'a engueulé et m'a obligé à me soigner sérieusement à Paris. Ca m'a fait rire qu'elle vienne comme ça me chercher. Sans elle je serais très probablement mort. Aucun des docteurs ne pensait que je pouvais sortir vivant de l'hopital. C'est un miracle"


Vendredi après-midi, nous avions procédé à notre périple gastronomique et culturel rue de Vaugirard. Tout d'abord, la sublissime coupole parisienne de St Joseph des Carmes et le manteau immaculé d'Elie qui vole, emporté par le tourbillon divin.



Et face à l'église austère, les miraculeuses patisseries de chez Sadaharu Aoki.


Message du 11/01/09 à 15h03
De : SIMON Yves <yvesimon@club-internet.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>


David,
Je reviens d'une semaine en Normandie (sans ordinateur) chez un ami qui possède des chevaux (voir photo), et j'avais moi aussi été "sidéré", avant mon départ, par la couverture de Tribune juive et surtout de l'affichage omniprésent dans les kiosques.



Le papier de J. Savigneau que je découvre aujourd'hui m'apprend que ce n'est plus Ivan Levaï qui en est le directeur. Déjà, celui-ci avait fait la couv. du magazine en 2005 avec Sarkozy, alors ministre de l'économie. La photo était de Patrice-Flora, ma compagne. Elle m'avait appris au cours des deux heures où se déroulèrent l'interview et les prises de vues à Bercy que le bel Ivan et le petit Nicolas se connaissaient de longue date et se tutoyaient. Comme je lis peu Le Figaro, me contentant de Libé et du Monde, je ne suis pas au courant du "Procès à Sollers". Peux-tu reproduire l'article dans le blog ou m'en faire une photocopie ? D'autre part, tu as déjeuné avec Richard Peyrat qui t'a "heureusement" remémoré que la chanson Au pays des merveilles de Juliet était dédiée à et inspirée par Juliet Berto avec laquelle je venais de tourner, comme comédien, un film en 1973. C'est elle qui a insisté pour que son prénom soit
bien orthographié Juliet et non Juliette. J'ai longuement écrit sur la genèse riche de références, visibles ou pas, de cette chanson dans un de mes livres Dictionnaire intime : Epreuve d'artiste (si tu veux ce texte, je te l'envoie une autre fois). Toutefois, Richard Peyrat a fait une erreur dans le premier des deux couplets qu'il t'a envoyés. Voici le texte exact :


Vous marchiez Juliet au bord de l'eau
Vos quatre ailes rouges sur le dos (et non votre castel-rose)
Vous chantiez Alice de Lewis Carroll
Sur une bande magnétique un peu folle...


L'image des "quatre ailes rouges" vient du livre que je lisais alors L'arrache-coeur de Boris Vian où une rivière rouge sang est omniprésente. Quant à Lewis Carroll, il vient de Juliet qui, au soir du dîner de fin de film, nous fit entendre une cassette où elle avait enregistré Alice au pays des merveilles pour sa petite nièce qui avait alors neuf ans. Je fus subjugué par cette bande magnétique un peu folle où Juliet jouait de tous les registres d'une comédienne: tendresse, autorité, tragédie, comique, voix grave, voix aigüe, rire... C'était très impressionnant ! Je n'eus à faire qu'un simple cut-up pour marier le titre de Carroll à celui de Juliet, car c'était bien devenu le pays des merveilles de Juliet. J'ai composé la musique le lendemain matin et écrit en un quart d'heure le texte dans l'après-midi, sur les bords blancs de la une du journal Le Monde qui venait de paraître et que je lus dans un café Le Métro à côté de la station Marcadet-Poissonniers.
Yves Simon

 

De : ROBERT Daniel <angelojupiter@gmail.com>
A : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Dimanche, 11 Janvier 2009, 2h56mn 49s

Objet : votre meilleur an neuf de Daniel Robert



Message du 09/01/09 à 16h00
De : SCHROEDER Henri-Christian <hcschroeder@hotmail.com>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Objet : C. Bruni, "Marraine" du TBS 09 ?

Dear David,

Nous finalisons actuellement la 8ème édition du TROPHEE BAILLI DE SUFFREN (course croisière internationale de yachts classiques) dont la Présidence d'honneur devrait sans doute être acceptée par S.A.S Mgr le Prince souverain Albert II de Monaco, également Président du Yacht Club de Monaco, organisant et accueillant en juillet 2009 l'arrivée de nos yachts classiques, après 2 escales en Italie (Porto-Rotondo lieu de villégiature du Pdt Berlusconi, et Gaeta près de Rome).

Plusieurs armateurs, capitaines et Présidents des yachts clubs partenaires ont pensé proposer à Carla Bruni d'être la "Marraine" de cette édition au regard de sa double culture franco-italenne, de sa résidence varoise (proche de St-Tropez devant laquelle nos bateaux pourraient venir virer une bouée) et enfant sinon surtout pour sa très émouvante chanson "Salut marin" (en hommage à son frère plaisancier disparu) très appréciée des plaisanciers de tradition !

Pour mémoire les anciennes marraines et anciens parrains ont été: Brigitte Bardot, Jacqueline Tabarly, Mlle Volterra-Straulino (petite fille de l'Amiral Straulino, fondateur des flotilles de nageurs de cobats "Delta" italiens de la dernière guerre), Mme Rosetta Ripard (épouse du Commodore du RMYC, Pdt des jurys de l'America's Cup), Jean-François Deniau, Olivier de Kersauzon, Sir Georges Nicholson (Pdt des chantiers Camper & Nicholson, Commodore du Gstaad Yacht Club), etc.

Par qui pourrais-je passer pour avoir une chance que notre requête arrive à bon port, ne se perde pas à l'arrivée et soit lue par sa destinataire ???

Amitiés,


Henri-Christian Schroeder
www.tropheebaillidesuffren.com
06 07 57 34 86


Dernier remords avant l'oubli du 31 décembre 2008...

 

De : ARDITTI Thierry <th.arditti@gmail.com>
A : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>
Date : 9 janvier 2009 04:24

Objet : Café de Flore


Tout ce qui a été écrit sur terre, écrit Christiane Singer, dit, murmuré, hurlé, crié, parle d'amour. Même si en apparence, il n'est question que de désaccords, de stratégie, de malentendus, de guerres, de politiques, et de pouvoir, le vrai sujet est l'amour. Même si ne s'exprime le plus souvent que ses déviances, ses convulsions, ses impuissances, ses dérapages dans l'orgueil, l'ambition, la haine. Il n'est pas un geste, pas un pas qui ne se pose sur terre sous une autre impulsion que l'amour; l'amour dépité, oui, souvent, l'amour bafoué, l'amour entravé, mais l'amour.


Le soir du 31 décembre 2008, au Café de Flore...


Le 1 janvier 2009, au self chinois


Message du 09/01/09 à 13h24
De : ROSSI Sylvestre <sylvestre.rossi@wanadoo.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Objet : ça donne à penser


Cher David,

Je viens de lire la chronique "décompte de Noël" que François Reynaert consacre à François Marie Banier dans l'Obs. Il la conclue ainsi "ça donne à penser". Cette chronique est un peu comme l'écho à mon billet sur votre blog intitulé "un milliard d'euros". Épictète que j'avais cité " Si tu vois un homme qui boit, dis-toi: voilà un homme qui boit" aurait pu dire de cette affaire "Si tu vois un homme qui reçoit un don d'un milliard d'euros, dis-toi: voilà un homme qui reçoit un don d'un milliard d'euros". A quoi bon penser, au fond ?
Cher David, vous aviez mis une jolie photo pour illustrer ce billet, sachez que ce n'était pas de la polenta, hé non, mais de la polentina (Maïs). La polenta c'est châtaigne pas maïs, mais vous ne pouviez pas savoir, votre intention était louable. C'était la nourriture de base de nos anciens, en Corse, il n'y a pas si longtemps. Un peu comme aujourd'hui le manioc pour nos amis africains. Traiter quelqu'un de polentone ça équivalait à le traiter de va-nu-pieds, de pouilleux. Contrairement à la polentina, elle se mange en " fête" qui signifie "tranches". C'était important de le préciser par ces temps de crise. C'est un des plats les moins chers qui soient. Et c'est très bon.
Photo exacte ci-dessous.

Bien amicalement
Sylvestre


Eric Tong Cuong m'envoie ce sms :

"Providence "Prix version Femina Virgin Megastore" (pleine page ce jour dans le supplément du JDD)... Céline a du flair"

Dans le JDD et dans Femina, photos de Carole servant la soupe Giraudet rue Princesse.



Thierry Bouët expose sur les vitrines de La Samaritaine les gros plans de nouveaux-nés. L'expo intitulée "Première heure" confirme que dès la naissance, on est déjà bien différent les uns des autres... Céline taquine :
- Tu crois qu'il y aura une photo de la petite Zohra Dati ?!


(c) Photo de Thierry Bouët

 

De : PROVASI Elisabeth < elisabeth.provasi@comptoirdelhomme.com >
À : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>
Envoyé le : 10 janvier 2009 14:40


Bonjour Monsieur Genzel,

Meilleurs vœux pour cette nouvelle année.
La visite de votre blog était très intéressante et de plus parfumée... !
Un sillage d'Élixir le long des pages quel délice
Merci pour la citation de la boutique
Bien à vous,
Elisabeth

COMPTOIR DE L'HOMME
5-7 rue de Tournon - 75006 PARIS


De : LE NET Michel <cercle-ethique@cercle-ethique.net>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Vendredi, 9 Janvier 2009, 11h49mn 50s


Tu es un Dieu, David !
... mais sachons aussi cela :

« Un livre qui ne fournit pas de citations est, à mon avis, nullement un livre, c'est un jouet ! » du bien connu (?) Thomas Love Peacock, dans Crotchet Castle.

Je t'embrasse.
Michel


Message du 12/01/09 à 07h33
De : MOSCOVITZ Jean-Jacques <leregardquibat@tele2.fr>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>

Objet : dimanche 18/01 10h45 Ne pleurez pas sur mon cadavre de HU JIE à La Pagode Paris 7e. Et lundi 19/01 21H15 débat sur Oedipe en Chine 4 Pl. St Germain Paris 6e


Veuillez noter ces deux annonces :

- dimanche 18/01/09 10H45 à La Pagode Paris 7e, projection et débat de Ne pleurez pas sur mon cadavre de Hu Jie.


- lundi 19/01/09 21h15 Séminaire « Image et Psychanalyse » au 4 pl. St Germain Paris 6e, débat sur Oedipe en Chine de B. Koenig et M. Landau.


CINEMA LA PAGODE
57 bis, rue de Babylone 75007 PARIS
Dimanche 18 Janvier 2009 à 10H45


PROJECTION DU FILM :
NE PLEUREZ PAS SUR MON CADAVRE

胡杰
我虽死去


ECRIT, REALISE ET PRODUIT PAR HU JIE CHINE 2006 DVD DIFFUSÉ EN FRANCE AVEC LA REVUE MONDE CHINOIS N°14
Projection suivie d'un débat animé par Chloé Froissart (sinologue EHESS) et Michel Guibal, nos invités avec : B.H.Didier, M. Landau, J-J.Moscovitz, M.Aptekier, Joëlle Cohen, F.Siksou, A-M.Houdebine,
V.Micheli-Rechtman, C.Erman, F.Moscovitz, N.Farès, L.Koffler, M.Prieur...


VEUILLEZ NOTER QUE POUR CETTE PROJECTION,

LES ENTREES NE SERONT PAS PAYANTES


LUNDI 19 JANVIER à 21h 15
"IMAGE ET PSYCHANALYSE"
En partenariat avec le « Regard qui bat... »
Séminaire à ESPACE ANALYTIQUE
de Vannina Micheli-Rechtman et Jean-Jacques Moscovitz
Le 3ème lundi du mois 21h
4 place Saint Germain des prés
75006 paris salle des bibliothèques à 21 heures
DEBAT à propos d'ŒDIPE EN CHINE avec ses réalisateurs Baudoin Koenig, Maria Landau,
et Viviane Dahan coproductrice
ainsi que Michel Guibal, acteur dans le film


Samedi soir, dîner à La Méditerranée avec Gérard Gros. Gérard, attristé par le décès de Georges Cravenne, qui lui avait permis de remettre un César, est très informé de l'histoire Huppert/Schroeter. En première partie du dîner, Francine Disegni est venue présenter le spectacle musical Anne à Gérard. Au digestif, Thierry Arditti nous a rejoint. Le dîner a été animé par le maitre d'hotel excellent comédien, Franck Renault.






David & Céline vont dans le même bateau












Partager cet article

Repost 0
David Genzel - dans Culte

Présentation

davidetceline

davidetceline

Recherche

Liens