Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 décembre 2008 1 15 /12 /décembre /2008 08:56
(c) Photo Alain Zimeray

A chacune de nos rencontres au Flore avec Karim Achoui, je lui évoquais sa ressemblance - pour moi - avec Pierre Goldman. Je n'ai jamais connu le demi-frère de Jean-Jacques, mais la concordance était troublante. Certes, je ne rejoue pas le Saint Genet comédien et martyr de Sartre... Certes, j'ai peut être fait commettre des erreurs à Karim en le faisant surenchérir pour obtenir la robe d'avocat de François Mitterrand. Karim est un ami et pour moi, c'est la qualité principale : j'en sais quelque chose, sans mes amis, je ne serais plus de ce monde... J'ai été même surpris par le nombre de personnalités éminentes prêtes à lui témoigner leur soutien.

Karim, grand seigneur, a offert le repas de Noël à ses co-prévenus, caviar et champagne, livrés de la Maison de la Truffe. Karim le magnifique !

De : BRUCKER Axel <trailersmuseum@wanadoo.fr>
A : GENZEL David <david.genzel@gmail.com>
Date : 15 décembre 2008 11:16

Objet : Karim & Rbt Duvall


Karim me fait penser à Robert Duvall dans la trilogie du Parrain.



Magnifique, élégant, costume trois-pièces et cravate noire.

Conseiller des parrains ne doit pas ressembler au conseil pour des patrons ou des femmes qui divorcent !


Un patron, on l'aide à contourner « un peu » la loi, une femme qui divorce, on l'aide à assouvir sa haine et à piquer un max de pognon à l'ancien mari, et, un truand ...? Demandez à Karim ou à Robert Duvall.

Sublime Karim, dirait un de ses amis fidèles.

AB

Axel Brücker
TRAILERS MUSEUM


Bettie Page ne connaîtra pas Noel 2008.


Noël au balcon

Yves Simon est de retour au Flore.

Message du 14/12/08 à 18h07
De : SIMON Yves <yvesimon@club-internet.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>


David,

A la manière d'Andy Warhol, Chris Marker m'a envoyé aujourd'hui cette belle scène de musée avec dans le rôle principal son chat Guillaume.
Je vous embrasse tous les deux.

Yves Simon
PS: je suis retourné jeudi dernier, pour la première fois depuis le 27 octobre (jour de mon accident), au Flore.

 

Vendredi, nous avions titré notre billet avec François-Marie Banier. Des mauvaises langues nous interpellent :

- Vous auriez pu signaler l'origine de ses fonds... !

 

BRUCKER Axel <trailersmuseum@wanadoo.fr>
GENZEL David <david.genzel@gmail.com>
Le 14 décembre 2008 10:04


Fondée en juillet 2003, à l'initiative des Professeurs Christine Katlama, Gilles Brücker, Brigitte Autran et Patrice Debré, avec l'appui de Madame Liliane Bettencourt et grâce au soutien déterminant de la Fondation Bettencourt Schueller, Solthis est une association médicale internationale entièrement dédiée aux patients vivant avec le VIH/Sida dans les pays en développement.

Axel Brücker
TRAILERS MUSEUM

 

Notre blog est souvent mythique...


De : MORGENZSTERN Armand <armand.morgensztern@gmail.com>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Samedi, 13 Décembre 2008, 15h42mn 12s


Grâce au blog de David j'ai retrouvé une amie cinquante ans plus tard. Il s'agit de Marceline Loridan, une personnalité hors du commun. Voici l'échange :


Des temps anciens de l'ORIC où nous étions enquêteurs avec Emeric Deutch comme « chef », ton ami Armand Morgensztern se souvient de toi avec émotion et grâce à Richard Peyrat te contacte en espérant que ces souvenirs anciens n'ont pas disparu de ta mémoire. Je t'embrasse
Armand


Bien sûr cher Armand que rien n'a disparu de ma mémoire, et je suis très contente de te retrouver tant d'années après. Mais nous sommes-nous vraiment perdus ? Voici mon numéro de téléphone, à bientôt si tu le souhaites.

Marceline


Nous nous sommes donc revus et en quelques instants le temps était comme effacé
Merci David et Richard Peyrat



Richard Peyrat m'a souvent parlé de Daniel Carton et de son épouse avocate d'un groupe de communication. Mais c'est par l'entremise de Pierre Belfond que nous avons reçu le premier roman de Daniel Carton : Mélanine (Fayard).




De : SAVIGNEAU Josyane <savigneau@lemonde.fr>
À : GENZEL David <david.genzel@yahoo.fr>
Envoyé le : Vendredi, 12 Décembre 2008, 11h06mn 16s


Cher David

je ne sais pas si vous l'avez vu, mais il y a un bel entretien avec Ronis dans L'Obs, un aussi dans L'Express, mais je le trouve moins bien.
Il y en a eu un aussi dans Libération... Ne me demandez pas pourquoi pas dans Le Monde, je n'ai pas la réponse, même si j'ai un avis sur la question. Et Willy Ronis sera le 16 décembre à 18 heures à la galerie qui expose ses photos, elle s'appelle Guigon je crois et elle est rue de Charenton.
Je ne sais même pas ce qu'est ce journal [Plan B].
Moi je me suis bien amusée en voyant Pierre Bergé pulvériser Naulleau à cette émission où j'ai refusé d'aller parce que si je vois ce type je lui casse la gueule, or il n'existe que par la violence qu'il exerce et qu'il suscite, il faut donc s'abstenir

Amitiés
Jo S.



Message du 12/12/08 à 11h58
De : ROSSI Sylvestre <sylvestre.rossi@wanadoo.fr>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Objet : scoop piscine


Cher David,

Voici comment sera la nouvelle piscine de Christian Clavier. Il avait trop de problèmes avec son kit. Cette fois-ci, il met le paquet. La personne qui fait l'article c'est madame Spellacazzi, la commerciale de « Corsica piscines service ». Une copine de classe à moi. Très gentille. Elle a préféré faire un cycle court, elle était meilleure à l'oral qu'à l'écrit.

Amicalement

Sylvestre


Céline tombe en arrêt devant une sucette Decaux boulevard Saint Germain.
- Tu crois que c'est Carla qui a obtenu le partenariat de Lancia...?



Je lui réponds en riant :
- Lancia était la voiture d'Anne-Marie Stretter... !



Katia Kermoal est absente de la photo. Le "divin chauve" nous explique que les compagnes n'ont pas le droit d'apparaître sur les photos de Stratégies...

 


Message du 14/12/08 à 18h27
De : WILLER Ellen <ellen.willer@free.fr>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>

Objet : merci pour ton sms !


Hello David !
Merci encore de m'avoir signalé la page 15 de France Soir. Ce qu'il y
a de bien avec les livres que j'ai écrits, c'est que ce ne sont pas
ceux que je préfère qui ont du succès. Je trouve ça équitable dans le
fond.

J'ai un peu séché le blog de l'Odéon ces derniers temps. Mais j'y
reviens avec plaisir.
Je tombe sur plusieurs mentions assez guimauve à propos de Saint
Laurent, ce qui résonne pour moi avec le livre d'Alicia Drake que je
suis en train de finir.
Quand j'ai reçu Beautiful People, j'étais persuadée que c'était du
voici pour ceux qui n'osent par faire leur coming out ailleurs que
chez leur coiffeur.


J'ai donc aussitôt décidé de le mettre de côté
pour le déguster pendant les vacances de noël dans le canapé profond
d'un lobby d'hôtel où je n'oserais pas afficher mon penchant pour la
presse people. Et puis je l'ai ouvert et je ne l'ai pas refermé. Et
pas du tout parce qu'il tient ses promesses en ragots (je ne vais pas
non plus lui enlever toutes ses chances : il y a aussi des ragots)
Cette journaliste a le cran de déboulonner les statues auxquelles
personne ne se donne le droit de toucher ailleurs que dans les dîners
et toujours oralement. Elle essaie avec une application touchante de
recomposer objectivement le Paris de la mode, de Saint Laurent à nos
jours, avec Lagerfeld en guest. Il est vrai qu'elle présente ces deux
monuments comme des névrosés avides de gloire et de pouvoir, avec une
option fric très marquée pour le second. Je comprends que Lagerfeld,
qui n'avait pas envie qu'on dévoile ses batteries avec une telle
trivialité, ait cherché à interdire le livre mais je m'amuse aussi de
ce que Pierre Bergé, lui, n'ait pas officiellement réagi. Peut-être
parce qu'il est plus fin et qu'en bon RP il sait que s'opposer à la
parution d'un livre c'est renforcer la crédibilité de son contenu.
Si on devait distribuer des points, je les donnerais pourtant de
préférence à Lagerfeld. D'abord parce que j'ai une sorte de loyauté
pour les gens que j'ai connus de près (même si avec lui c'était aussi
intense que fugace) mais surtout parce que lui au moins, sa légende,
il se l'est construite tout seul, alors que Saint Laurent, pour un
résultat comparable, a dû faire appel à son renfort. Mais à part ça,
match nul.
Si on en croit ce livre (et compte tenu des précautions que prend son
auteur, des références qu'elle cite, des sources qu'elle empile, on ne
voit pas pourquoi on ne le croirait pas), ils se sont tous les deux
donné beaucoup de mal pour se faire traiter de génies.
Je peux m'enthousiasmer comme tout le monde devant une rétrospective à
Galliera, mais bon, ce ne sont que des vêtements, et en plus les
vêtements ne sont même pas fabriqués par ceux qui les ont imaginés
(oui, je sais que les peintres avaient leurs élèves, mais ce n'est pas
pareil), et en plus certains costumes de théâtre et de cinéma sont au
moins aussi imaginatifs, et beaux, et admirables, et pas moins portés
dans la vie de tous les jours... alors j'ai toujours eu du mal à
comprendre pourquoi les stylistes et les couturiers avaient un tel
statut de star.
Avec ce livre on saisit mieux que c'est le résultat normal d'un effort
acharné et d'une construction obstinée de la part des candidats au
titre. Comme pour toutes les stars sans doute. Mais là, on voit les
bâtis, les coutures, les ourlets, les fronces pour faire mousser et
les pinces pour mieux ajuster. Je t'embrasse. Et Céline aussi. A très
bientôt comme on se l'est promis, Ellen


Hier après-midi, à l'auditorium du Mémorial de la Shoah, Jean-Jacques Moscovitz a énoncé la phrase que Céline attendait depuis si longtemps :


"La Shoah n'aurait pas dû avoir lieu, or, elle a eu lieu"

 


Rue de l'Odéon, Céline a croisé Pierre Moscovici en manteau bleu marine. Elle n'a pas osé lui demander s'il était satisfait des performances du football club Sochaux/Montbéliard.


Message du 13/12/08 à 12h27
De :
MULLER Karin <iftmuller@wanadoo.fr>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>
Objet : Steinbrenner


Nous étions à Valenciennes pour l'inauguration d'une sculpture monumentale de Hans Steinbrenner, artiste allemand décédé cette année à l'âge de 80 ans. Nous l'avions exposé chez Gimpel & Müller juste
avant son décès.

Frédéric Vitoux, de l'Académie Française, grand ami et admirateur de Steinbrenner a fait un discours émouvant. Il a expliqué à sa veuve, Anne, et au public très nombreux, qu'il avait rarement ressenti à ce
point le « être bien ensemble, heureux, enrichis par le contact mutuel ». Malgré les problèmes de langues, ils communiquaient, parfois par le silence.

Puis il a parlé des points communs entre l'écriture et la sculpture : arriver à l'essentiel, à se débarrasser de l'inutile car il n'y a que dans l'ascèse que l'on arrive à une grande qualité d'émotion...

Il évoqua enfin la rencontre du jeune Rilke avec le vieux Rodin en 1902, citant de mémoire : « Ce fut hier dans le silence de votre jardin que je me suis trouvé moi-même et maintenant les bruits de la
ville me sont devenus plus lointains ; il règne autour de mon cœur un silence profond où se dressent vos paroles comme des statues ».

Le maire de Valenciennes, Dominique Riquet , a insisté sur l'importance de l'accès à la culture pour les collectivités... et a terminé sur cette phrase : La sculpture, c'est l'art de la soustraction...

J'espère vous donner envie de découvrir l'œuvre de Hans Steinbrenner chez nous, à la galerie (www.gimpel-muller.com) et d'aller à Valenciennes... Elle se trouve place des Wantiers (le W de Waterloo...)

 

 

 

 

David et Céline vont dans le même bateau


 

Partager cet article

Repost 0
David Genzel - dans Culte

Présentation

davidetceline

davidetceline

Recherche

Liens