Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juillet 2008 2 08 /07 /juillet /2008 09:05
(c) Photo François Bouchon

Céline :
- Quand j'ai regardé la vidéo sur De source sûre, notre président se comparant à Richard Gere dans American gigolo, j'ai pensé qu'il avait une fois de plus vexé les Chinois... Richard Gere étant pro-Tibet !
- Imagine aussi l'humiliation de Chirac de ne pas assister à cette décoration, c'est sans doute pire que la venue du Syrien le 14 juillet à Paris...

Richard Gere en Armani...

Après coup.
Quand je me suis fait "avoir", par un événement mal appréhendé, je fait instantanément un zoom arrière. D'abord, Survivre avec les loups.

Message du 07/07/08 à 17h59
De : ZREHEN Richard <r.zrehen@gmail.com>
A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>

Mais oui, David : la dame a tout inventé, même son nom
(Misha Defonseca s’appelle Monique Dewael), elle l’a dit au Figaro...
Ca ressemble de près aux faux souvenirs suggérés à leurs patientes
par nombre de psychanalystes américaines, femmes et féministes,
leur font « retrouver » la mémoire « refoulée », « réprimée » des abus
sexuels qu’elles auraient subies, à un âge extrêmement tendre,
de la part de leur père...
Il est un peu vain de rappeler ici qu'en refusant de croire
plus longtemps à la réalité de tels souvenirs (à la structure si
étonnamment proches, tous) chez ses patientes que Freud - coup
de génie - découvre toute la puissance, tout l’inquiétant de la pulsion :
liaison et déliaison, éros et mort, etc. Philippe Réfabert le dit mieux
que moi dans le 11e blog...
En revanche, cette mythomane qui a bien des excuses, n’a forcé
personne à l'éditer, encore moins à acheter son livre et à croire
à son histoire. Ce n’était d'ailleurs pas une première : le désir
d'avoir un parcours exceptionnel a souvent amené à se raconter
tout autre qu'on est, et on compte plusieurs supercheries analogues
ces dernières années, aux USA comme en Europe (en Australie,
aussi, je crois).
Autrefois, on s'inventait une enfance dorée, des parents riches,
des châteaux et des majordomes ; aujourd'hui, la mode étant à la
victimisation et la compassion ayant repoussé l'analyse et le jugement
sur les bords, on se fabrique un itinéraire à la Zola ou
à la Cosette.
Il n’est pas inintéressant de remarquer que souvent la victime qui se
« romance » est juive : hommage pervers du vice à la vertu...
S'intéresser aux survivants d’un passé qui s’éloigne permet aussi,
souvent, dans le pleurnichement, d'ignorer leurs descendants qui
continuent de se battre aujourd’hui, non contre une mémoire
prétendument refoulée mais contre une haine bien présente...
et  très souvent déniée. Longue histoire.
En bref,  parce que je me méfie des faux souvenirs qui seraient
« psychologiquement vrais », des fabrications délibérées d'escrocs
aux sentiments, de protestations d'appartenance à une tradition qu'on a quittée,
quand on ne la bafoue pas publiquement, par grand-mère juive interposée,
j’ai décidé de ne publier aucun récit postérieur aux faits dans ma collection
consacrée à la « chose » juive.
L’Arbre de Judée republie des romans disparus de la mémoire (Flammes juives
de  C. Marbo, l’admirable A l’ombre de la croix des frères Tharaud), des témoignages
anciens (Au pied du Sinaï de G. Clemenceau), des inédits
(S. Y. Agnon), publie des essais contemporains (Extermination, loi, Israël
de J.-M. Salanskis) mais pas de récits d'aujourd'hui ayant la 2e guerre
et la Shoah pour référent - et Dieu (!) sait que j’en reçois.
J’aurais fait une exception pour Chaim Potok, j’en ferais volontiers une pour
Cynthia Ozick, et c'est à peu près tout.
Assez. Ta question m’a remis de mauvaise humeur. Merci.

Amitiés,

Richard


Message du 07/07/08 à 13h55
De : DRILLECH Marc <marc.drillech@ionis-group.com>
A : GENZEL David
<davidgenzel@voila.fr>

La vieille belge qui vivait avec ce mensonge depuis la guerre...
Heureusement que le silence couvre ces divagations qui tiennent davantage de la psychanalyse et de la psychologie des foules...

William Reich ou es-tu ?

Par pure contrition, je regarderai donc une fois de plus, demain soir sur F3, à 23h40, Monsieur Klein de Losey.

Je ne m'explique pas non plus comment j'ai pu rater le sublissime Genèse d'Emmanuel Adely.

Message du 07/07/08 à 22h53
De : ADELY Emmanuel <e.adely@free.fr>

A : GENZEL David <david.genzel@voila.fr>

Merci david, c'est une belle surprise, comment avez-vous eu vent de ce livre ?

Alors voici un choix peut-être un peu long, dites-moi, je ne m'en rends pas compte, ou alors coupez à votre guise :

Au-delà d’un travail sur l’identité, la construction de soi, l’héritage, la filiation (ce «pourquoi soi»), Genèse est une tentative – réussie – de bousculer les conventions littéraires, de casser la linéarité du «récit qui part d’un point (naissance) et qui s’achève à un autre point (mort)», d’écrire autrement. (...) Genèse, c’est aussi de très belles pages, entêtantes, sur la solitude, la fragilité et le manque, ce quelque chose d’irréparable avec lequel il faudra vivre toujours. Syncopée et obsessionnelle, toute en tension, l’écriture d’Adely se fait plus douce par instants, et c’est lumineux.  (Solenn de Royer - La Croix)

 

Le nouveau roman d’Emmanuel Adely se présente tête-bêche, avec deux récits dans le même volume, deux couvertures : Genèse, sous-titré «Chronologie» et Genèse, sous-titré «Plateaux». Aucune indication n’est proposée au lecteur. Soit vous commencez par «Plateaux», et vous avez une famille française banale des années 60 : «La femme s’appelle maman. L’homme s’appelle papa. L’enfant est leur enfant.» Soit vous attaquez par la face «Chronologie», et vous avez un journal de bord : du 6 février au 13 mars 2006, l’auteur note le cataclysme qui lui arrive, et ce qu’il en a pensé (...) «Chronologie» exposant les raisons de cette construction, le désir de casser la linéarité, la nécessité du système de «strates» («Plateaux») pour mieux faire ressentir l’épaisseur de la réalité, les ruses du temps (la simultanéité, tous les âges à la fois), il peut sembler judicieux d’entamer le parcours avec le mode d’emploi. Cependant, vérification faite auprès de personnes ayant lu Genèse dans l’autre sens : chacun prouve, de par son expérience, que les deux méthodes sont pertinentes. «Plateaux» : l’autobiographie de tout le monde. «Chronologie» : haute tension de l’autofiction. Les deux versants sont d’une précision, d’une exhaustivité obsessionnelles. (Claire Devarrieux - Libération)

Objet singulier qui peut se lire par les deux bouts, l’ouvrage d’Emmanuel Adely se propose de rendre compte de la multiplicité du réel. Vaste tâche, mais objectif atteint. (...) Par quel bout le prendre ? Par où commencer ? Étrange question pour un livre qui prétend s’intituler Genèse. L’ouvrage que nous propose Emmanuel Adely peut se lire de deux façons selon la « face qu’on ouvre » et fait profession de foi en la capacité de la littérature à s’affronter au réel avec de nouvelles armes. L’auteur s’explique sur ce projet hors normes. (Alain Nicolas - L'Humanité)

 

Pour savoir par où commencer Genèse d'Emmanuel Adely, on peut tirer à pile ou face. Le livre se lit dans les deux sens, la couverture étant identique des deux côtés. Les deux récits ont pour thème l'origine. Chronologie est le journal de bord d'un homme qui retrouve sa mère et son père biologiques après des années de quête. Plateaux raconte une enfance dans les années 60, habitée par la question du lien, du couple, de la famille. Deux histoires et deux époques se mêlent, avec leurs rites, leurs codes, leurs slogans. On pourrait lire Genèse comme la suite de Jeanne, Jeanne, Jeanne, roman paru en 1999 (...) Mais si prolongement il y a, il est avant tout littéraire. De livre en livre, Emmanuel Adely dynamite les codes narratifs, dissèque sans lâcher prise, le rapport de l'éternelle dichotomie du réel et de la fiction. Il signe avec Genèse un livre ambitieux et passionnant et nous donne à lire, au-delà de la petite histoire, la grande fiction du monde médiatisé. Impressionnant. (Delphine de Vigan - Standard Magazine)

bien à vous et à bientôt.

ea

Emmanuel Adely
http://emmanueladely.free.fr


(c) Photo John Foley


De : Galerie <jacob12@wanadoo.fr>
À : Catherine Hug <c.hug@wanadoo.fr>
Envoyé le : Lundi, 7 Juillet 2008, 19h32mn 34s

Objet : C'est mercredi alors save the date


Bien Amicalement;
 
Galerie Catherine et André Hug
9 rue de l'Echaudé
75006 Paris
tél-fax 01 43 26 93 75
http://www.galeriehug.com

Dans le numéro 3 de XXI, une enquête de Laurent Maréchaux sur "Ce Taliban qui fut l'ami des Américains", et  son prochain livre :

 
Message du 02/07/08 à 19h15
De : SCHROEDER Henri-Christian <hcschroeder@hotmail.com>
A : GENZEL David <davidgenzel@voila.fr>

Objet : Le nouveau livre de L. Marechaux, fondateur de l’agence TERRE-LUNE

Ci-joint info sur le nouveau livre de LAURENT MARECHAUX, fondateur de l’agence TERRE LUNE absorbée il y a quelques années par FCB. Ancien bucheron au Canada, coureur au large & circumnavigateur durant plusieurs années, collectionneur d’art et écrivain, il vit maintenant dans l’ancien atelier de Picasso à Montparnasse, devenu un vrai musée d’art moderne.
... Il y a donc une vie après la vie d’agence !
HCS

Subject: de XXI à Bijoux de famille
Date: Wed, 2 Jul 2008 15:51:57 +0000


Chers amis,
 
Ca y est ! Bijoux de famille, mon troisième roman - toujours au Dilettante - est imprimé, prêt à affronter à compter du 27 août la rentrée littéraire (voir pièce jointe). Pour patienter, vous pourrez découvrir dans la très belle revue XXI (en vente le 3 juillet dans toutes les bonnes librairies) l’enquête que j’ai menée en février et mars 2008 en Afghanistan sur les traces de Jalaluddine Haqqani, un chef taliban devenu N°3 d’Al Qaïda dont j'ai croisé la route dans les années 80.
Bonnes vacances,
Laurent Maréchaux



Dans Jazzman, un très beau billet de Francis Marmande "Music matador", introduction à la peinture d'Alan Davie, galerie Gimpel & Müller, 12 rue Guénégaud, jusqu'au 29 juillet.

"Les toiles au mur, dans l'atelier du photographe d'Antonioni, Blow-up, ces géométries oiseuses d'où fusent des phrases, c'est lui, Alan Davie, né en 1920 à Aberdeen (Ecosse)".



 

 

David et Céline vont dans le même bateau

Partager cet article

Repost 0
David Genzel - dans Culte

Présentation

davidetceline

davidetceline

Recherche

Liens